Interrogation surprise! Sortez vos mouchoirs...

Aller en bas

Interrogation surprise! Sortez vos mouchoirs...  Empty Interrogation surprise! Sortez vos mouchoirs...

Message par Hologramme le Mer 5 Oct - 14:16

Cette fois-ci ils avaient gagné ! Même le Journal Officiel le clamait haut et fort. Certes ce n’était pas la fin des rebelles, néanmoins s’en était proche. Ils étaient finis, surtout si l’un d’eux parlait, il suffisait d’un petit mot, et ils auraient enfin l’emplacement du Quartier Général de la Rébellion… et Ils pourraient tous les capturer. Cesser ce manège qui n’avait aucun sens. L’Impératrice serait à nouveau la seule décisionnaire et elle n’aurait plus aucun conteste. Il fallait un peuple unis pour qu’ils puissent lutter efficacement contre les créatures, d’une part les ondes alpha ne seraient plus « gâchée » par les rebelles et leur utilisation inutile, et de l’autre il y aurait plus d’armes et de munition contre ces monstres à l’aspect tantôt humanoïde et tantôt aux caractéristiques clairement animales…
En tout cas, plus vite ils obtiendraient des réponses, plus vite le débat et ce conflit seraient clôturés. Et c’était le métier des Brigadiers Impériaux de veiller à la sécurité des habitants de Nosco et de lutter contre toutes les menaces. Malheureusement il y avait de nombreuses pertes dans leurs rangs, même s’ils essayaient de les minimiser les risques étaient toujours présent. Toutefois les nouveaux oubliés étaient assez nombreux à décider de joindre leurs rangs, grossissant ainsi l’armé de Joséphine de Nosco. Par exemple Gunther Spark, filleul de Shane Lewis et nouvelle recrue qu’il faudrait former petit à petit. L’ordre du commandor de la section antiterrorisme avait été claire : occuper vous du loupiot, faites en un bon soldat, mais ne l’envoyer pas tout de suite au casse pipe, commencez doucement. Alors ils commenceraient « doucement ». Un simple interrogatoire, c’était après tout la base, et il ne risquerait rien entre quatre murs dans les sous-sols aménagés de la brigade.

Chacun s’était vu affecter un rebelle, les plus gradés avaient prit ceux qui avaient le plus d’importance dans le clan rebelle, les plus connus ou ceux que l’on avait recherché depuis de nombreuses années. Et puis on avait refilé à Bérénice un « Gun ». Aucun problème pour la jeune femme, elle aimait travailler en équipe, c’était bien plus facile d’impressionner quelqu’un et de le faire parler. Alors elle s’était empressée d’aller faire connaissance avec le nouveau.

Bonjour, moi c’est Bérénice, nous allons travailler ensemble pour aujourd’hui. Pas trop stressé pour tes débuts ?
On nous a confié l’interrogatoire d’une certaine Inès Dunkel, la vingtaine… apparemment hydro… hydrophobe…


Elle leva les yeux de la tablette qu’elle tenait à la main et qui était allumée sur la fiche de la prisonnière.

T’sais ce que ça signifie, toi ?

Elle grogna un instant contre ceux qui s’amusaient à placer des mots scientifiques si compliqués alors qu’il suffisait de s’exprimer avec des mots basiques sans essayer d’embrouiller les gens. Elle était une femme d’action, pas à chercher midi à quatorze heures… tandis que les autres tentaient parfois de faire compliqué là où tout aurait pu être si simple ! D’ailleurs il fallait mettre Gunther au courant, lui expliquer basiquement et efficacement.

Ce qu’on cherche c’est facile : tout ce qu’on peut sur les rebelles. Ce qui pourrait leur causer le plus de soucis. Alors on a besoin de savoir par exemple : combien de rebelles ils sont – car on ignore le chiffre exact-, mais aussi où est leur QG, comment accéder à leur réseau Tango et quels en sont les mots de passe, on souhaite aussi connaître le nom de tous leurs informateurs – les nosciens traitres qui les aident… Voilà en gros.
Pour ce qui est de la pratique, ce qui marche le mieux c’est le coup du « bon flic et du mauvais flic ». Tu connais ? C’est simple en fait, l’un de nous joue les gentils rassurant et agréable tandis que l’autre lui met la pression… Menace, insultes et tout le tintouin… Tu te sens de jouer le rôle ? Tu es un peu maigrichon mais on fera avec… tu joues les méchants ! Vas-y essaye un peu là, que je vois…


Elle l’observa encore un moment, hésitant entre la déception et l’espoir que ça marche tout de même.

Mouais… faudra être un peu plus convainquant mais ça devrait le faire !

Elle lui attrapa le bras, sans lui laisser le temps de dire un mot de plus pour le mener jusqu’à la cellule de la prisonnière numéro 64. Elle désigna la porte.

Numéro 64, c’est généralement le nom qu’on donne au prisonnier, celui de sa cellule… en tout cas pour le méchant flic, à toi de voir, seulement généralement ça marche mieux. Moi je l’appellerai surement Inès, à voir comment elle réagit. Il faudra s’adapter.

Bérénice ignorait totalement que 64 c’était le chiffre que portait Gunther à sa montre lorsqu’il avait franchi l’enceinte. De toute façon elle n’en aurait rien au à faire. Ils étaient là pour bosser par Joshi ! On laissait donc les problèmes personnels à côté ! Sortant un passe magnétique, elle ouvrit la porte en insérant la carte dans le lecteur. La porte s’ouvrit dans un chuintement dévoilant une pièce assez sobre et carré, rien d’autre qu’une table au centre encadrée de trois chaises. Dans les angles on pouvait voir quatre caméras et distinguer un miroir sans tain… mais sans savoir si quelqu’un se cachait derrière. A quoi bon de toute façon ? Les enregistrements seraient là pour faire fois. Il fallait qu’ils réussissent à la faire cracher une information, s’ils voulaient une récompense et une part des bénéfices dans la défaite des rebelles.

Bonjour, je me présente… je suis Bérénice, et voici mon collègue Gunther.
Nous avons quelques questions à vous poser.


Elle prit une chaise et la tira pour s’asseoir en face de la jeune femme menottée. Plus aucun des membres de la confrérie n’était contagieux, ils avaient tous été vaccinés, et il n’y avait donc rien à craindre d’eux.

Si vous nous aidez avec vos réponses, nous pourrons vous aider… à reprendre une vie normale, peut être même à vous réintégrer dans notre société à Nosco. Nous vous offrons une chance de tout effacer, vos erreurs du passé et tout le reste… Il vous suffit simplement de coopérer…

Elle arborait un sourire digne d’une publicité, le genre faux et hypocrite, celui destiné à rassurer… Pourtant la blancheur de ses dents, sa façon de rester figer dans une attitude qui se voulait ouverte, tout cela sonnait faux par rapport au décor. Elle lui offrait une chance tout en sachant qu’Inès n’aurait jamais la possibilité d’effacer son passé. C’était déjà trop tard…
Hologramme
Hologramme

Profession : Fauteur de troubles

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Interrogation surprise! Sortez vos mouchoirs...  Empty Re: Interrogation surprise! Sortez vos mouchoirs...

Message par Gunther Spark le Mer 19 Oct - 19:23

Le métier était le métier. Et si quelque part il était particulièrement fier d’avoir été sélectionné pour dérouler l’interrogation d’un rebelle, il ne pouvait s’empêcher d’angoisser à l’idée de faire échouer un plan venu d’en haut. Il n’était encore qu’un petit novice après tout, et même s’il avait déjà un petit chemin tracé derrière lui en Nosco, jamais, ô grand jamais, il n’aurait pensé que la Brigade l’aurait recruté dans une tâche aussi importante. L’épidémie s’était achevée et il était heureux de s’en être sortit sans réel problème, en revanche, il ne pouvait pas en dire autant de ces rebelles qui croupissaient depuis maintenant un moment dans les cachots de la Guilde.

Des fois il se prenait d’affection pour ces rebelles qui ne demandaient qu’une liberté d’expression, mais quand il voyait le sort qu’on leur réservait, il se disait qu’il préférait autant sa captivité confortable à une liberté dont il ne saurait pas profiter. Il devait se rendre sur les lieux, là-bas, il serait pris en charge et on lui expliquerait le déroulement des choses.

Il était arrivé, chacun s’était attelé à la tâche et une jeune femme s’était approché de lui, le mettant directement en confiance par des paroles engageantes.

« Nan, je pense que ça ira » répondit-il dans un sourire qui, un peu contracté, démentait quelque part ses paroles.

La jeune femme rentra dans le vif du sujet en lui déclinant le nom du rebelle qu’ils allaient interroger. Inès Dunkel de son p’tit nom … Rien qu’il n’ait déjà entendu quelque part. Et puis vingt ans c’était réglo pensa-t-il. Ils avaient le même âge, rien en soit donc qui aurait pu l’impressionner.

« Hydrophobe ? C’est pas quand on a peur des hydres ? Vous savez, ces monstres à plusieurs têtes qu’on peut couper tant qu’on veut et qui repousseront. Elle a de la chance, elle doit pas avoir peur souvent. » Devant son regard perplexe, le jeune homme se repris, un peu honteux de s’être joué de la jeune femme sur une question sincère. « Hydrophobe … Je crois que ça a un rapport à l’eau. La peur de l’eau, mais j’en suis pas sûr … C’est pas indiqué ? » demanda-t-il en se penchant à son tour sur la tablette. La jeune femme lui répondit dans un grognement négatif et entama son explication. Gunther écoutait attentivement, tentant de retenir un maximum d’information qu’il faudrait ensuite extorquer à sa victime. Victime ? Pouvait-on vraiment parler de victime. Quelque chose au fond de lui acquiesça, qu’il fit taire pour ne pas se détourner de l’explication.

«Okay, donc si je récapitule, c’est le nombre, le QG, les mots de passes et quelques noms. Plus des extras ici et là quant à leurs conditions. » Le jeune homme plaça sa liste dans un coin de sa tête, et se concentra à nouveau sur les paroles de son interlocutrice. « Bon flic, mauvais flic » … Dans une négation de la tête il l‘incita à l’éclairer sur la question. L’expression était explicité, néanmoins … Il ne voyait pas vraiment où celle-ci pouvait bien mener. Le principe était simple : une sorte de jeu de rôle visant à pousser l’interrogé à bout de nerf. S’il ne se savait pas vraiment sûr de pouvoir endosser le rôle du mauvais flic il ne le laissa pas paraître.

« J’pense que ça ira oui … J’espère » fit-il d’un ton plus étouffé que le début de sa phrase. Mais peut-être avait-il parlé trop car quand elle lui demanda un essai, il se retrouva sans voix.

« Heu … Ferme ta gueule et dis-nous ce que tu sais ? » tenta-t-il incertain. « Ah nan, j’vais lui demander de la fermer si je veux qu’elle parle … Hum … Hehe »

Il baragouina encore un peu, tentant de se débrouiller autant que possible, mais Gunther était un piètre comédien et lui demander d’improviser relevait sur le coup de l’impossible.

« Chuis sûr que ça ira. C’est juste que je suis un peu déboussolé là. Mais t’en fais pas, tu peux me faire confiance. » Il agrémenta ses paroles d’un sourire qui se voulait encourageant, tant pour Berenice qui, dubitative, lui faisait face, que pour lui-même. Lui confirmant son accès au niveau supérieur du jeu malgré un échec critique, la jeune femme le pris par le bras et le mena à la cellule du rebelle qu’ils devaient interroger. 64 … Le sort s’amusait avec lui semblait-il. Le jeune homme consulta sa montre qui depuis qu’il était arrivé n’avait pas changé d’un pouce. Rien à faire, elle ne changerait sûrement pas avant qu’il n’aille voir un expert en cybernétique.

« Ca dépendra de sa personnalité » dit-il en relevant le visage. « Je vais commencer par l’appeler par son numéro de cellule. Je remplirais mieux mon rôle si je lui montre clairement que je ne la connais pas et que sa condition ne m’intéresse pas. »

Bérénice ouvrit la porte, et Gunther la suivit à l’intérieur de la pièce. Spartiate, mais à vrai dire, il ne s’attendait pas vraiment à autre chose. Aussitôt qu’il était entré, Gunther avait affiché un masque maussade et froid de manière à ce que la jeune femme ne se méprenne pas sur son identité. Il n’était plus le fauteur de trouble qu’il s’amusait à devenir de temps en temps. Là, il travaillait pour la brigade et allait accomplir son devoir, un point c’est tout. Le reste n’était qu’annexe. Sans un mot il vint s’assoir aux côtés de sa collègue, face à Inès qu’il regardait droit dans les yeux sans une once de sympathie. Ce n’était ni du mépris, ni de l’empathie, juste un néant d’émotion qui, il espérait, ne l’abandonnerai pas.

« Mon nom t’importe peu, je suis là pour faire mon boulot et à vrai dire, je ne suis même pas sûr que tu ais l’occasion de l’utiliser par la suite … Commençons, plus vite ce sera fini, mieux je me porterai. Je vais être clair. Ecoute-moi, je ne me répèterai pas et je suis peut-être ta seule chance de t’en sortir vivante. On va te poser des questions. A chaque réponse apportée, tu t’approches un peu plus de ta liberté. A chaque refus, tu t’en éloignes. J’aimerais dire que tu tiens le cartes entre tes mains … Mais garde en tête que tu ne possèdes rien et que nous seuls menons le jeu. On commence.» finit-il à l’adresse de Bérénice.
Gunther Spark
Gunther Spark
~ Brigadier Anti-Terroriste ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Brigadier
Âge réel : 0
Âge d'apparence : 19

Compétences
Mémoire:
Interrogation surprise! Sortez vos mouchoirs...  Left_bar_bleue0/10000Interrogation surprise! Sortez vos mouchoirs...  Empty_bar_bleue  (0/10000)
Compétence principale: Armes blanches
Niveau de Compétence: Compagnon

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum