L'ADN fait la force!

Aller en bas

L'ADN fait la force!

Message par Kim van Berghen le Ven 7 Oct - 3:33

Rien ne vaut un bon café dès le matin pour pouvoir se réveiller, avant ou après une douche. Et puis bien sûr à la pause de la mi-matinée, à nouveau la douceur de l’odeur de la précieuse boisson, son goût acre inoubliable et ses actifs qui pouvaient réveiller et donner un regain d’énergie. Quel bonheur que cette boisson qui pouvait accompagner les journées, jusqu’à un certains point si l’on souhaitait pouvoir dormir le soir même. En tout cas il était agréable d’avoir enfin anéantit l’épidémie qui sévissait en Nosco et pouvoir enfin avoir des journées « normales » de travail. Une Anna Heidelberg qui hurlait des ordres en tirant sur une cigarette et en se gavant de café concentré, des salles d’attentes bien moins chargées et surtout des lits vides au Sapientia. Tout avait été nettoyé ou était encore en cours pour changer tous les tissus, draps, couvertures, oreillers… qui avaient ornés les lits. Il fallait tout désinfecter et remettre au propre pour à nouveau faire face à de nouvelles urgences. En attendant, ils pouvaient s’arrêter de courir et panser leurs plaies. Si Anna avait facilement réussit à se remettre de la maladie, après tout c’était une force de la nature et elle ne s’était jamais laissée abattre ; ce n’était pas le cas d’Isaac Lawrence… paix à son âme. Le virologue n’avait pas eu cette chance et avait fait partie des quelques nosciens emportés par la maladie.

Une fois la pause terminée, il faudrait reprendre le travail. Attendre qu’une hôtesse d’accueil redirige les patients vers tel ou tel endroit selon leurs besoins et l’urgence de la situation. Attendre que l’on ait besoin d’un médecin, ou d’un scientifique dans les autres étages du bâtiment. Mais l’attente pouvait se faire courte, surtout lorsque Lewis passait les portes accompagné d’une jeune femme… qui lui ressemblait étrangement ! De quoi faire avaler de travers van Berghen, et lui faire finir son café au point de se bruler la langue pour jeter le gobelet en plastique dans la poubelle destinée au recyclage d’un tel matériaux. En un rien de temps il était arrivé au niveau du couple sibyllin.

Bonjour Lewis… Mademoiselle…

Même de plus prêt ils se ressemblaient… Il y avait… leur petite taille en commun, ainsi que des yeux marron. Leurs visages avaient tous les deux une finesse qui semblait comparable. Il y avait comme un lien invisible entre les deux êtres, quelque chose d’indéfinissable mais qui choquait presque à Nosco. Plutôt que de rester à les fixer, Kim attrapa la main de la jeune femme pour lui faire le baisemain avant de s’adresser directement à elle.

Je vous prie de m’excusez d’emprunter votre ami, toutefois j’ai besoin de discuter avec lui un instant.

Il attrapa Shane par une épaule pour l’éloigner de la nouvelle oubliée et de son seul repère. Il semblait presque étrange de les séparer tant ils semblaient complémentaire physiquement. L’un étant la version masculine et l’autre sa version féminine, et pourtant ils ne semblaient pas être des jumeaux parfaitement coordonnées mais véritablement deux peintures d’un artiste qui aurait évolué au fil du temps et décidé de changer certains détails à sa façon de peindre sur la toile de la vie.

Je… Est-ce que je vois double ?! Qui est-ce ? Ne me dites pas… C’est pas… encore une conséquence de… enfin du labo du Sapientia ? Non, attendez… je préfère ne même pas savoir…

Il posa son front sur sa main, espérant que ses pensées s’éclairciraient par magie, ou peut être pas une précision donnée par Shane.

Si c’est un hologramme, alors il est trop bien réussit mais un peu trop physique… Si c’est un clone, alors ils ont drôlement trafiqué votre ADN… Si c’est une blague…

Un seul regard vers l’informaticien et quelques mots de celui-ci permirent certainement d’éclaircir la situation, puisque finalement Kim hocha la tête sans se départir de son air surpris. On en voyait de toutes les couleurs à Nosco, et chaque fait un peu hors du commun était une réelle surprise. Et aucun doute que l’information circulerait assez rapidement, de bouches à oreilles pour transmettre la dernière rumeur en date : Shane Lewis et une nouvelle oubliée qui semblait sortir du même moule. On avait déjà vu des triplés à Nosco, mais ils étaient arrivés ensemble. Là, la différence d’âge entre les deux semblait flagrante, l’un sortait tout juste de l’adolescence tandis que son ainée avait plus de maturité. C’était comme une nouvelle découverte à Nosco : c’était possible et on ne le savait pas. Ou bien tout simplement, les rares qui le savaient déjà n’en avaient jamais dit mot à quiconque. On cachait tellement de choses qu’il était parfois difficile de discerner la vérité de son contraire.

Seulement voilà, la visite médicale au Sapientia était obligatoire pour tous les nouveaux arrivés, après tout c’était une question de sécurité pour Nosco, mais aussi de survie pour ces oubliés qui avaient parfois besoin d’une aide médicale plus ou moins avancée. Certains réclamaient uniquement des lunettes tandis que d’autres cachaient parfois d’anciennes fractures qu’il fallait prendre en compte. Les nouveaux arrivés en ignoraient autant sur eux que les nosciens lorsqu’ils arrivaient, mais ensemble ils pouvaient en apprendre plus, ne serait ce que pour des informations basiques : tailles, poids, cicatrices, problèmes de santé et quelques antécédents visibles. Tout cela pour mieux connaître ceux qui s’installaient et leur fournir les meilleurs soins.

Après la brève conversation avec l’informaticien de la Brigade Impériale, ils retournèrent au côté d’April Lewitt, nouvellement nommée. Cela surprenait presque Kim que l’administration ait accepté un nom de famille si proche entre les deux êtres, sans doute cela n’avait il aucune importance pour ceux du Haut Conseil et qu’ils privilégiaient les désirs basiques des nosciens sachant que ceux-ci n’auraient que peu d’importance, à par celui d’orner les papiers d’identité d’une jeune femme.

La politesse m’a fait oublier de vous souhaiter la bienvenue à Nosco avant de vous emprunter votre parrain. J’espère que vous ne m’en tiendrez pas rigueur, certains de mes collègues sont bien moins tête en l’air…
En tout cas si vous êtes d’accord, je m’occuperai de vous pour votre premier examen de santé. Et si possible nous resterons dans la partie publique du Sapientia pour notre visite des lieux…


Il adressa un sourire moqueur mais sans reproche à Shane.

Est-ce qu’il vous a expliqué plus ou moins le fonctionnement du Sapientia et ses différentes parties ? J’espère que vous n’aurez pas l’occasion d’y revenir rapidement, cependant cela peut être pratique si vous avez une urgence.

_________________
avatar
Kim van Berghen
~ Chercheur ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Scientifique et médecin de la Guilde
Âge réel : 65 ans
Âge d'apparence : 30 ans environs

Compétences
Mémoire:
10000/10000  (10000/10000)
Compétence principale: Biologie
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ADN fait la force!

Message par Shane M. Lewis le Mer 12 Oct - 22:30

    Il s’était levé un peu plus tôt ce matin. Après la soirée passée hier soir, il savait que celle qu’il pensait être sa sœur avait du rejoindre son appartement pour une bonne nuit de sommeil. Elle en avait très certainement besoin, car peut-être que la journée qui l’attendait s’annoncerait assez conséquente pour la jeune femme. Shane en avait fait des rêves ou des cauchemars. Il s’était beaucoup retourné dans les bras de Silvio, et son pauvre amant n’avait pas du beaucoup dormir non plus à cause des mouvements incessants de Shane. Mais c’était que l’informaticien s’en trouvait perdu. Il voyait Kim lui dire qu’ils avaient une ressemblance très flagrante, au sein même de leur ADN. Et que, après ce qui c’était passé dans les laboratoires du Sapienta, on ne l’accuse de trafic de clone ou il ne savait trop quoi. Il aurait peut-être été moins tourmenté s’il avait été meilleur élève en biologie, mais ce n’était pas trop son cas, et les clones l’effrayaient plus qu’ils ne le fascinaient.

    Il s’était levé assez tôt donc, puis qu’il allait devoir user du temps pour amener April à sa visite médicale. Mais l’informaticien avait du travail qu’il ne pouvait pas sa permettre de laisser entre les mains de d’autres collègues, à savoir Oméga. Oméga ou le plus sécurisé des réseaux de Nosco qui subissait de temps à autre des attaques rebelles et des piratages qu’il fallait repousser avant que cela ne devienne trop dangereux. Alors il était parti tôt au bureau. Personne n’était encore vraiment là, il n’y avait que ceux qui avaient été de garde la nuit pour surveiller le réseau et sonner l’alerte au besoin. Ces gens là regardèrent d’ailleurs Shane avec de gros yeux, car bien longtemps, l’informaticien avait été du genre à rester 5 minutes de plus au lit qui se transformaient en vingt et formait un retard au travail qui n’avait jamais vraiment plu à Darek.

    Mais ces choses là avaient changées. Depuis que Tristan avait commencé à s’intéresser à Shane, le tester, mon brigadier avait presque été un exemple de ponctualité et de travail acharné. On ne renie pas ses habitudes, mais Lewis avait fini par les embrigader pour ne pas dépendre d’elles. Il avait fait fi du regard des autres et s’était mis rapidement au travail, passant machinalement en revu tous les recoins sombres d’Oméga, posant des protections, d’ici ou là, en fonction de l’endroit où il sentait la fragilité. Il découvrait, petit à petit, tout le travail de Traktueur, monté en de hauts murs infranchissables. Et pourtant, Shane avait réussi, n’est-ce pas ? Shane avait réussi à escalader ces murs pour enfin obtenir la fierté de Tristan. Il avait été un bon élément, et il l’avait prouvé. Il s’était dépasser pour y parvenir, il se souvenait encore de tous les obstacles. Et si aujourd’hui tout était devenu un peu plus tranquille, il gardait tout de même à l’esprit que tout pouvait basculer d’un moment à l’autre.

    Il devait bien être dix heures lorsque Shane Mael ferma son ordinateur portable et la rangea sans la sacoche dont il passa la lanière à son épaule. Il était bien rare qu’on voit l’informaticien sans son outil fétiche. Il en avait besoin de manière permanente. Son ordinateur était presque devenu le prolongement de ses mains. Il fallait dire qu’à Nosco, la technologie y était futuriste et il était impossible d’imaginer la vie sans ces divers objets l’électronique. Il remonta bien vite à la surface de Nosco, posant son regard vers le ciel artificiel. Il y avait de la lumière là, mais jamais vraiment de soleil, pas celui qu’il avait connu dans ses souvenirs. On ne voyait pas la paroi de la sphère oblongue qui constituait Nosco, et Shane n’avait jamais eu la curiosité de prendre un aérojet et d’aller voir ce qu’il y avait là haut. Il savait qu’il se plantera face au même mur qui cercle la ville et qui empêche quiconque de sortir. S’il y avait une issue là haut, beaucoup de gens le sauraient.

    Et puis, au fond, Shane n’était pas certain de vouloir partir d’ici. D’autant plus que la seule personne qui aurait pu le faire aller de l’autre côté était à présent ici, à Nosco. Il s’agissait d’April, s’il ne faisait pas d’erreur, car le doute planait encore en lui. C’était pourtant évident. Mais son cœur lui disait de ne pas y croire aussi facilement. Kim lui dirait bien s’ils sont de la même famille. Dans l’Aedes, au premier étage, il retrouvait April Lewitt. Elle était belle sa sœur. Il espérait qu’elle se ferait aimée à Nosco et qu’elle aurait beaucoup d’amis… Il espérait aussi que les rebelles ne mettent pas la main sur elle en songeant pourvoir tenir en otage le cœur de Shane car… Ce serait vrai. Et s’il était avéré scientifiquement qu’April était sa sœur biologique, il ferait une demande officielle au Haut-Conseil pour qu’April bénéficie d’une sécurité renforcée.

    Comme à son arrivée, Shane tendit la casque à sa sœur et ils prirent son red velojet en direction du Sapienta. Shane ne regrettait vraiment pas cet engin. Finir les longues minutes à pied pour traverser Nosco ou à s’engloutir et se comprimer dans le RAR. Ils descendirent et entrèrent dans le hall qui était presque vide par rapport à la période de l’épidémie. Il se souvenait encore s’être affalé sur cette chaise, lorsque sa fièvre était montée. Et lorsque Silvio avait fait un malaise, tout deux avaient été placés en quarantaine, dans une salle d’isolement. Ça lui faisait encore froid dans le dos rien que d’y penser.

    « Tu vois April, je n’aime pas vraiment les médecins de Nosco, mais je dois avouer que pendant la dernière épidémie, ils ont été bien utiles. C’était un peu avant ton arrivée, tu as eu de la chance de ne pas connaitre ça. Une épidémie qui ressemblait à la Grippe a saisit toute la population. C’était une maladie inconnue, les gens venaient au Sapienta sans cesse. Certains, comme moi, on fit par être mis en quarantaine. Les médecins tachaient de comprendre l’origine de l’épidémie pour la traiter. Et ils ont trouvé un vaccin. Enfin un sérum, pour soigner tout le monde. Il y a eu pas mal de morts… Mais moins qu’il n’aurait du y en avoir s’ils n’avaient pas été efficaces. Quelque part… Je leur dois la vie. Mais c’est difficile d’avoir ce genre de dette envers des médecins. C’est presque stupide. Ils n’empêchent qu’ils ont joué un rôle important dans cette tragédie. »

    Ils s’installèrent dans la salle d’attente, après avoir annoncé sur un tableau d’hologramme la raison de leur visite. Ils patientèrent jusqu’à ce qu’un médecin finisse par venir. Et par chance, ce fut Kim. Shane aimait bien cet homme là. Il n’aimait pas beaucoup les médecins, mais Kim était différent. Il était gentil. Et Shane avait eu longuement à faire à lui depuis quelques temps. Ca avait commencé au Sanctuaire de Joshi pendant la dernière attaque de créatures. Shane avait été assez lourdement blessé. Et puis il y avait eu cette histoire avec Karlovy, et celle avec Silvio, et celle du piment volé au Sapienta, et puis sa perte de faim et de sommeil, l’engagement que Kim avait montré pour que Shane et Silvio finissent en colocation, pour raison de santé. Et il y avait eu Aaron, filleul de Kim, qui était devenu l’apprenti le plus brillant que Shane aie jamais connu.

    Et voilà qu’ils se retrouvaient, pour une nouvelle page, et pas des moindre, puisqu’elle s’appelait April Lewitt et qu’elle possédait un patrimoine génétique anormalement semblable à celui de Lewis. De plus, des souvenirs que Shane avait de Jefferson et d’April, sa sœur avait travaillé dans la médecine, et mon brigadier restait persuadé que c’était ce domaine qui allait attirer sa sœur. Kim se trouverait donc utile à cette fin, puisque Shane lui demanderait au cas échéant de devenir son maître d’apprentissage. Il avait l’impression d’en demander beaucoup à Kim, mais implicitement, dans ses yeux, Shane promettait au docteur bien des aides si Kim venait à le lui demander, quelque soit la demande d’ailleurs. Sauf si ça avait un rapport avec le sexe. Il avait largement eu sa dose avec Karlovy !

    Bref, ceci étant, il ne s’étonna pas beaucoup à voir Kim écarquiller les yeux. Tiens, lui aussi ne semblait pas y croire. Et pourtant. C’était 100% vrai. Kim n’avait rien bu, il ne voyait pas double. Quoique si, mais ce n’était pas une illusion de son cerveau. Ils étaient bel et bien deux semblables comme deux gouttes d’eau, à un genre près et à une dizaine d’années près. Pour le reste, c’était la magie de la génétique, l’assemblage épatant de la biologie qui fait que d’une mère et d’un père sortent des critères physique que l’on retrouvait chez les enfants en plus ou moins grande flagrance et dans le cas d’April et Shane, la flagrance existait plus que de raison. Shane s’était même longuement demandé s’ils n’étaient pas jumeaux. Ca, c’était Kim qui le lui dirait. Il pourrait faire un pas inconnu su son passé. A savoir si April avait bel et bien été sa sœur, juste sa sœur, ou s’ils étaient né le même jour en même lieu, du même ventre. Et ça, Joshi n’avait pas encore eu le temps de le lui souffler. Tout était si mystérieusement camouflé que Shane avait émis beaucoup d’hypothèse sans être certain de la vérité vraie.

    Quoiqu’il en soit, cette ressemblait choquerait à Nosco. Il y avait entre Shane et April, un lien inconnu de tous. A Nosco, il n’y avait de famille que des couples sans enfants. Les ressemblances biologiques étaient inconnues, ou si peu connues. Il était certain que les deux seraient fixés d’une manière bizarre, pire encore lorsqu’ils seraient ensembles, à deux. Au moins, s’ils ne travaillaient pas au même endroit, ils seraient moins souvent vus ensemble. Il en était certain, il n’allait pas finir d’en entendre parler de cette effrayante ressemblance ! Il se fit rapidement embarqué par Kim, sachant pertinemment qu’il devrait répondre à des questions. Alors, voyons voir, hypothèse numéro un de Kim : Voir double ? Tiens Kim aurait-il de l’alcoolisme à se reprocher pour poser une telle question. Shane haussa un sourcil, suffisant pour faire comprendre au docteur qu’il faisait fausse route. Hypothèse numéro deux : labo du sapienta ?

    « J’allais vous poser la même question… »

    Répondit-il alors. Shane en avait assez vu pour au moins dix ans en matière de choses louches et dangereuses fabriquées dans les laboratoires du Sapienta. Alors si c’était encore ça, ce serait vraiment une très mauvaise blague. Néanmoins le fait que Kim lui pose la question le rassura sur un point : Kim n’était pas au courant. Donc il y avait de bonnes chances pour qu’April ne soit pas le fruit d’une expérience ratée ou fructueuse, mon brigadier ne saurait comment appeler ça. Ca aurait été le clone qui l’avait fait mal dormir toute la nuit. Mais visiblement, si c’était le cas, l’informaticien ne tarderait pas à le savoir. Ce serait soit de la bouche de Kim, à défaut, il regarderait les vidéos de surveillance de l’enceinte. Si April était arrivée tout bonnement comme tous les oubliés ou si elle avait été emmenée par des hommes en blouse blanches, ça sauterait aux yeux. Il en aurait peut-être même bien été averti.

    « Ce n’est pas un hologramme. Quant à un clone, ce serait plutôt à vous de me le dire, vous connaissez bien mon niveau en biologie, docteur, et croyez m’en bien incapable de ce genre de chose. Une blague… J’aurai peut-être bien voulu. April est arrivée près de l’enceinte hier. C’est une nouvelle oubliée. Et j’ignore le pourquoi d’une telle ressemblance. »

    Ca s’était faux. Il savait parfaitement pourquoi.

    « En fait, je comptais sur vous pour m’éclairer sur ce point… Comment une telle chose est possible ? »

    Il n’attendait pas une réponse immédiate. Il laisserait le temps à Kim de faire les tests nécessaires pour lui donner une réponse fiable et sûre, si toutefois il en avait une. Ils marchaient sur des œufs, ceux du passé dont ils étaient interdits de retrouver mémoire. Ils revinrent finalement vers April. Présenté le Sapienta… Et bien non. Il s’apprêtait à répondre pour April, mais il se freina, il ne devait pas la couver. Il devait la laisser parler et voler de ses propres ailes. Bien sûr, Shane ne lui avait pas trop parlé du Sapienta. En fait, il avait compté le faire aujourd’hui… Et pas personnellement. Kim connaissait mieux que lui le Sapienta et serait plus apte à lui en toucher deux mots.
avatar
Shane M. Lewis
~ Brigadier Informatique ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Brigade Informatique
Âge réel : 10 ans
Âge d'apparence : 19 ans

Compétences
Mémoire:
3000/10000  (3000/10000)
Compétence principale: Informatique
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ADN fait la force!

Message par April Lewitt le Mar 18 Oct - 15:50

    E lle avait été se coucher une fois qu'elle avait pu rentrer chez elle, et passer une assez bonne nuit malgré ses craintes. Quand elle se leva elle alla directement dans la salle d'eau pour se laver, elle se regarda de la même manière que la veille, se découvrant. Elle s'étonnait des longs cheveux qu'elle avait. Elle les attacha lâchement avant d'aller dans la douche, pour ne pas qu'ils soient mouillés. En sortant de la douche, elle se sécha et détacha ses cheveux, alla s'habiller, simplement, puis sortit de chez elle. Au dehors, elle attendait Shane, elle ne savait pas tout à fait quand il devait venir, mais comme elle n'avait rien d'autre à faire elle pouvait bien attendre. Par chance, elle n'a pas eu a trop attendre, il était arrivé rapidement, ils s'étaient salués, puis allèrent dehors. Là il lui tendit un casque qu'elle enfila.

    Une fois arrivés, elle découvrit le Sapientia, l'hôpital. Shane lui expliqua l'épidémie qui était arrivée peu de temps avant son arrivée. Cela avait dû être horrible.. Elle frissonna quand il lui raconta tout. Elle n'aurait pas voulu être là lorsque c'était arrivé. En attendant la venue du médecin qui devait lui faire faire un bilan, ils allèrent dans la salle d'attente. Quand le médecin arriva, elle se leva, il salua Shane, et elle ensuite, mais il sembla buguer sur elle. Elle ne pouvait pas lui en vouloir quand elle voyait à quel point elle ressemblait à son parrain.

    Il emporta bien vite Shane pour lui parler seul à seul, elle se ré-installa donc sur un siège en attendant. Elle ne pouvait rien faire, donc patientait. Les deux hommes revinrent et elle se leva une seconde fois, hocha simplement la tête pour signaler que ce n'était rien. Elle l'écouta attentivement et lorsqu'il évoqua si Shane lui avait expliqué le fonctionnement de l'hôpital et ses parties, elle se mit à réfléchir. Il ne lui en avait parlé ou pas ? La veille peut-être, elle ne s'en souvenait pas tellement, mais cela l'étonnerait, elle aurait dû s'en souvenir, au moins de ça. Avec Silvio, ils avaient légèrement évoqué le docteur Van machin, elle n'avait pas retenu encore.. et les métiers de docteur et d'infirmier, mais pas du Sapientia.

    - Hum.. Non, je ne sais rien sur cet endroit, mis à part que c'est un hôpital.

    Que dire de plus si elle ne savait rien ? Bah rien, donc elle arrêta de parler et jeta un regard vers Shane, elle se sentait un petit peu perdue sans lui. Mais il faudrait qu'elle règle ce problème, elle ne pouvait pas rester dépendante de lui et devait se décrocher pour voler de ses propres ailes. Elle était rassurée qu'il soit là.. Elle se retourna vers la docteur, attendant de savoir ce qui allait se passer ensuite.
avatar
April Lewitt
~ Nouvel Arrivé ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Infirmière
Âge réel : 0
Âge d'apparence : 30

Compétences
Mémoire:
0/10000  (0/10000)
Compétence principale: Biologie
Niveau de Compétence: Apprenti

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ADN fait la force!

Message par Kim van Berghen le Mer 19 Oct - 22:53

Il était évident que Shane n’était pas au courant si April était un clone ou pas. Les scientifiques avaient assez de prélèvements de sang et d’ADN pour pouvoir se débrouiller sans que quiconque le sache. Cependant la jeune femme ne pouvait pas être un clone total, puisqu’ils étaient différents. Et puis il lui aurait fallu une croissance plus qu’accélérée puisque Shane Lewis n’était à Nosco que depuis une dizaine d’année alors que sa consœur semblait avoir le triple. D’ailleurs l’informaticien lui confirma la version officielle, c’était une simple nouvelle arrivée et un simple hasard du calendrier et des distributions de parrain si Shane se retrouvait à couver la jeune femme qui lui ressemblait tant. D’ailleurs même lorsque l’on posait une question à l’un, il semblait que l’autre souhaitait répondre. Pourtant Shane n’avait aucunement besoin de tenter de protéger sa filleule, elle ne risquait rien au Sapientia. Il était évident qu’en étant arrivée la veille la jeune femme était encore déboussolée et totalement perdue dans cet étrange univers qui lui semblait encore presque totalement inconnu. Il fallait donc l’informer, sans trop la submerger sinon elle n’en retiendrait rien et ce serait donc un échec total. Ce qui était le plus important à retenir du Sapientia ?

Bien alors je peux vous expliquer en deux mots sur le chemin d’une salle de consultation.
Le Sapientia est le bâtiment qui regroupe la plupart de l’équipement scientifique de Nosco, à la fois les laboratoires, les centres de recherche et le centre de soin. Seule une partie est accessible au public et le reste simplement à ceux qui y travaillent et ont des accès spéciaux.
A partir du point d’accueil à l’entrée, on vous renseignera et on vous réorientera… jusqu’à la salle d’attente, les urgences… nous disposons aussi de laboratoires d’analyses, de salles de blocs opératoires, de chambres d’hospitalisions… Et vous allez bientôt visiter celle de scanners et d’IRM.


Arrivés enfin à destination, il ouvrit la porte et la maintint ouvert pour les laisser entrer.

Asseyez-vous.

Il passa juste après eux, tout en notant au passage qu’une fois encore Shane ne lâchait plus sa mallette d’ordinateur. C’était pire qu’un amour passionnel ou fusionnel, il semblait qu’il ne pouvait plus faire un pas sans un ordinateur à ses côtés. Kim espérait qu’il n’y aurait jamais de demande de nosciens qui souhaitaient « fusionner » avec la machine, augmenter leurs capacités en se faisant greffer des exosquelettes qui leurs permettraient d’être plus puissants, plus rapides, plus efficaces… Pour le moment cette technologie restait encore un simple outil de remplacement pour éviter de lourds handicaps. Mais qui sait si un jour on ne leur réclamerait pas plus ? Après tout c’était du domaine du possible. Un œil permettant de prendre des photos, d’analyser des données, un bras cachant une ou plusieurs armes ou pourquoi pas un ordinateur portable implanté dans le faux muscle en métal. Qui sait ce que souhaitaient les gens, surtout s’ils voulaient accéder au pouvoir. Parfois même pour de « bonnes » raisons. Avoir plus de pouvoir pour se protéger ou protéger les siens… pour finir dépassé ou destructeur.

La première étape consistait à ouvrir le dossier du nouvel oublié pour l’alimenter et le rendre vraiment conséquent au moins du point de vue médical.

Puis-je vous demander votre nom et votre prénom mademoiselle ?

Ils étaient dans une pièce blanche mais qui contenait divers appareils, tel qu’un ophtalmoscope, et un panneau permettant de faire des tests de lecture. De plus, les pièces attenantes permettaient de faire des tests d’endurance et des scanners et IRM. Tant d’outils regroupés dans le but unique d’en savoir plus sur une personne.

De toute façon, vous savez quelque soit la ressemblance entre deux individus, vous aurez forcément des empreintes digitales différentes, c’est normal et naturel. Par exemple, Lewis je pense que vous les connaissez, Tobias Horvath et ses deux triplés Aloïs et Andreja… ils ont beau avoir des ressemblances physiques impressionnantes et d’ailleurs des empreintes digitales qui semblent d’abord similaires, sur certains points de comparaison… si l’on regarde plus en détail, chacun d’eux a ses propres empreintes. C’est d’ailleurs ce qui permet à notre système de reconnaissance de ne pas beuger à chaque fois qu’ils veulent passer une porte. C’est donc forcement pareil pour vous deux. Et on vous l’aurait signalé à l’administration. Vous avez donc assez de différences pour que les scanners rétiniens ou iriens vous reconnaissent chacun sans problème.
Tout simplement parce que les dermatoglyphes sont des phénotypes, c'est-à-dire que ce sont des caractéristiques déterminées par l’interaction des gènes d’un individu et de son environnement de développement…
Et elles sont de toute façon très utiles pour augmenter la capacité de friction des surfaces et donc surtout vous permettre de saisir plus aisément des objets, ainsi que de développer votre sens du toucher.
Pratique tout de même, non ?


Il se tut un instant… juste le temps de laisser un répit de quelques secondes à ses victimes.

Oui, pardon, ça n’avait aucun rapport avec la conversation…

Kim avait cette curieuse tendance à forcement donner des renseignements aux gens sans qu’on le lui demande… Cela pouvait s’avérer perturbant ou énervant pour certains, la plupart en tout cas ne s’en plaignaient pas, puisqu’il arrivait tout de même à raccourcir ses discours ou à ne pas trop entrer dans des détails techniques ou scientifiques. Cependant on pouvait présumer qu’il était dangereux de lui poser la moindre question et encore plus d’exiger les détails, ou alors mieux valait sans doute être assit et prêt à l’écouter déblatérer pendant des heures.

Bien d’abord pour commencer, vous n’avez pour le moment aucun problème ? Blessure ou quoi que ce soit d’autre ?

Habituellement en cas de problème les nouveaux oubliés se rendaient au Sapientia immédiatement, mais on pouvait avoir une blessure superficielle et ne pas s’en soucier devant de la découverte d’un monde nouveau. Heureusement la plupart des nouveaux oubliés arrivaient sans blessures et aves des vêtements propres, mais ça il n’aurait pas pu en juger puisqu’April portait certainement ceux qu’on lui avait remit la veille à l’administration.
Certains des nosciens gardaient leurs anciens habits précieusement, souvent plus comme des reliques qu’ils ne portaient plus qu’autre chose. De toute façon, ils étaient obligés de se changer et donc de se conformer à au moins une des nombreuses modes qui dominait dans le monde de Nosco. Heureusement le choix était large et tout le monde était bien accepté, malgré les écarts effarant d’époque et de gouts. Enfin qu’importait puisqu’en tant que médecin, l’obligation de porter la blouse primait même sur celle de porter l’uniforme. Ainsi si Lewis arborait les couleurs de la brigade informatique, Kim était vêtu du blanc de la tenue du personnel du Sapientia.

Vous avez bien dormi cette nuit sinon ?

Certains des nouveaux oubliés faisaient des cauchemars, surtout les premiers mois, rien de très dramatique, mais il était vrai que le choc et l’obligation de s’adapter pouvait se révéler difficile pour certains. Ils avaient besoin d’un temps d’adaptation.

Hj : Est ce que l’on pourrait avoir une description de l’habillement d’April ? Ca risque d’être utile, Merci ! Smile

_________________
avatar
Kim van Berghen
~ Chercheur ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Scientifique et médecin de la Guilde
Âge réel : 65 ans
Âge d'apparence : 30 ans environs

Compétences
Mémoire:
10000/10000  (10000/10000)
Compétence principale: Biologie
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ADN fait la force!

Message par Shane M. Lewis le Sam 22 Oct - 15:00

    Il n’osait dire grand-chose. Il préférait laisser à April le loisir de parler un peu. Elle devait être fort timide. Ca ne l’étonnait pas vraiment. Dans ses souvenirs, April avait toujours était la jeune fille sage et réservée qui réussissait bien à l’école. Un véritable espoir pour des parents qui voyaient leur fils plombait ses études et n’en avoir rien à faire. Pas plus que s’il s’était agi d’un simple mouchoir qu’on jette à la poubelle. Pour Jefferson Wheeler, l’école avait été une pure perte de temps. Et dans un environnement familial où on ne semblait pas coopérer avec ses idées, il avait peut-être cherché du réconfort chez April. Sa paranoïa l’avait très certainement poussé à croire qu’elle aussi, elle avait joué contre lui. Il se trompait lamentablement, mais n’était très certainement pas suffisamment mature pour s’en rendre compte. Qui peut l’être véritablement à cet âge ? Il avait quinze ans, seize ans peut-être.

    Tout ce qu’il avait vraiment appris, il en était certain, c’était à la Police Départementale de New York City. Nulle part ailleurs. Peut-être que les mathématiques lui avait été d’un semblant d’aide pour lui qui était informaticien, mais aux yeux de Jefferson, il ne fallait pas de longues études. Une fois que l’on sait écrire, lire et compter, quelle importance de savoir qu’il y a un nombre i qui existe et donc le carré est égal à -1 ? Quelle importance aussi de savoir la vie de Molière par cœur ? Ce n’était franchement pas le genre d’information que l’on ressortirait à un repas de famille. Sauf peut-être dans celle des Wheeler. C’était la raison pour laquelle il avait voulu s’en détacher. Il ne leur avait jamais ressemblé, ni de près, ni de loin. Il n’avait jamais voulu de leur fougueux orgueil qui pousse aux études dans les plus prestigieuses écoles. Il existe des maçons qui, usant de leurs mains et de la sueur de leur front pour bâtir des toits à chacun. Ils n’ont pas fait quinze ans d’étude. Et pourtant… Ils achètent un bien, le réparent et l’aménagent, et puis le louent. Avec cet argent, remboursent le crédit et entament un nouvel ouvrage, encore et encore. Jusqu’à ce que fortune soit faite.

    Shane n’avait pas fait les belles écoles. Il avait tout appris sur le terrain, en bavant devant son travail et en essuyant ses échecs. Rien ne lui avait été facile, aucune tâche ne lui avait été mâchée. Et aujourd’hui, à Nosco, il était un pirate remarquable, un brigadier d’élite en son domaine. Et ça, rien que pour ça, il aurait voulu que ses parents soient à Nosco pour leur dire : « Tenez ! Regardez mon travail ! Regardez ce que je suis ! Vous aviez tord ! » Alors Shane connaissait l’orgueil des adolescents quand la révolte étouffée se fait violence et lorsqu’on arrive à la tâche accomplie, le plus grand bonheur n’est plus la réussite elle-même, mais la rage dans le cœur et la fierté de leur dire qu’ils ont eu tord. Shane n’était peut-être pas plus mûr que ce qu’il avait été autrefois. Peut-être n’avait-il pas changé. Peut-être que Nosco n’avait pas été sa seconde chance. Elle n’était peut-être pas ce tremplin tant espéré. Il n’avait pas mûri. Toutes ces années à Nosco, dix très exactement, et il était resté cet orgueilleux adolescent. Alors peut-être qu’il avait accompli cette tâche, et maintenant ? Que ferait-il de ses jours ? Il n’avait plus rien à prouver. Il ne pouvait plus aller plus haut encore, il avait l’impression déjà de toucher des sommets inespérés en comparaison au tableau que ses parents lui avaient peint. Il avait réussi. Mieux encore qu’avoir réussi, il avait très bien réussi. Ca avait été au-delà de ses espérances. Et par cela, il s’en rendait compte à présent. Peut-être qu’il pourrait enfin, tourner la page, penser à autre chose. Il pourrait se consacrer une autre tâche et puis murir. Shane avait beaucoup appris de Nosco. Il tournait une page sur son passé. Et voici qu’on lui offrait un tout autre présent, une chose à laquelle il n’aurait jamais pensée. Elle, c’était April. Elle était sa sœur, et elle ressurgissait du passé comme un fantôme.

    C’était une nouvelle page de son histoire, une nouvelle aventure. On lui avait adressé un signe. Ce signe. Petit à petit, il devrait affronter son passé et ses erreurs. Il se souvenait encore de la phrase que Joshi lui avait soufflée, et qui expliquait la raison de sa présence à Nosco. Et bien c’était vrai. Il avait commis tant d’erreur dans son passé oublié, il les retrouvait par Joshi. Et il s’y faisait face, un par un. Ca avait été ses parents, dans un premier lieu. C’était April à présent. Et ensuite ? Cet homme qu’il avait tué de ses mains ? Quel genre d’autre fantôme allait à nouveau revenir vers lui, plus tôt qu’il ne le croit, dans lui laisser le temps de reprendre son souffle. Ce serait une longue course. Il se bâterait, il ne se laisserait pas tomber à terre. Il n’était pas seul à Nosco. Il avait des amis. Il avait Silvio aussi. Mais il ne pouvait pas réfléchir à ce qui allait venir à lui plus tard. Cela viendra, en temps et en heure, selon le bon vouloir de Joshi… Pour le moment, il avait April. Il fallait s’occuper d’elle. Et plus que d’accomplir son rôle de parrain, il faudrait qu’il regagne progressivement son rôle de frère. Sa mission de parrain, elle n’était pas bien compliquée. Il en avait déjà fait beaucoup. Il n’avait plus qu’à trouver le métier d’April, et un bon professeur pour veiller sur elle et lui donner un bon enseignement. Et puis, par la site, il n’aurait qu’à répondre aux questions d’April lorsqu’elle s’en poserait. Et sa tâche de parrain s’en trouverait terminée.

    Pour ce qui est de celle de frère, ce serait une toute autre histoire. Dans un premier temps, il veillerait secrètement sur elle, plus qu’il ne le ferait avec une quelle conque filleule. Il veillerait d’avantage que son esprit ne soit pas perverti par la confrérie rebelle. Il la ramènerait sur le droit chemin autant de fois qu’il le faudrait et admirerait sa réussite. Peut-être était-ce encore un autre point pour calmer son orgueil d’adolescence. Peut-être que lorsqu’April réussirait dans son métier avec brio, il se rendrait compte que les études servent beaucoup. Shane avait mis 10 années à avoir le niveau qu’il possédait. Et si April y arrivait dans les mois à venir ? Alors il reverrait certainement son jugement. Et s’agissant de son rôle de frère, viendrait certainement le moment où April se souviendrait. Il ne suffirait alors que d’un éclair, son visage à lui, Shane, perdu dans un autre temps, un autre âge et il n’en faudrait pas plus à April pour se poser des questions. Et pour lui poser des questions. Que répondrait-il alors ? Qu’il ne sait pas ? C’était peut-être la bonne solution. La plus facile en tous cas. La plus lâche aussi. Et ce n’était pas ce qu’il voudrait être. Il était à Nosco pour affronter son passé. Pas le fuir. Il s’en était fait la promesse.

    Il avait vaguement écouté la présentation que faisait Kim du Sapienta. Il n’avait fait qu’acquiescer d’un tout léger sourire, caché en grande partie par son col qui remontait. Ils furent convier à s’assoir, Shane avait obéit docilement, prenant place sur une chaise, aux côtés d’April. Encore une fois, il ne répondit pas à la question du « comment vous appelez vous ? ». C’était à April de parler, il ne l’aiderait pas en faisant tout à sa place. Et mon informaticien se demanda néanmoins quelle tête pourrait bien faire Kim lorsqu’il apprendrait d’une part que c’était Shane qui avait choisi l’intégralité du nom et du prénom d’April alors que d’ordinaire on proposait aux oubliés de le choisir eux-mêmes. Et ce qu’il penserait aussi de « Lewitt » à la consonance si proche de « Lewis ». Shane avait recherché cette ressemblance, on pouvait l’attribuer au hasard si on le voulait, mais pour Shane, ça avait eu son importance, tout comme le prénom April, puisque c’était véritablement celui de la jeune femme. Et puis Kim parla des ressemblances et des empruntes. Ce qui expliquait qu’April n’ait pu prendre l’ascenseur vers le 3e étage de l’Aedes. Le système n’avait ni bogué ni reconnu Shane dans l’empreinte rétinienne d’April. Tant mieux. Ca permettrait qu’April n’ait pas accès à des zones sensibles auxquelles Shane était conviés mais pas tous. Shane était vêtu de noir, son habituelle tenue. Mais il portait aussi cette veste rouge commune aux brigades informatique, judiciaire et scientifique. Il avait sa sacoche, supportant son ordinateur, posée à plat sur ses genoux. Ses gants noirs la tenaient fermement, presque pensif. Il regardait alternativement Kim et April, sans vraiment participer. Il n’avait pas vraiment beaucoup à dire, si ce n’est observer. Ce n’était pas sa visite médicale, et Shane fuyait bien assez sa propre. Il veillait sur April. Il la regardait, les traits de son visage, ses longs cheveux noirs, ses yeux d’un marron si clair, son petit nez, ses lèvres. Il n’avait pas encore essayé de se pincer depuis hier, pour voir si c’était bien vrai. Et puis, il ne le ferait pas. Car si c’était un rêve, il voulait le vivre encore quelques secondes de plus.

    « Kim... Euh… Docteur… Ce que je voudrais savoir, c’est… Quel âge a-t-elle très exactement ? Et quel est son degré de… Similarité biologique avec moi ? »

    C’était deux points très important pour Shane. Il voulait prendre de l’avance sur ses souvenirs, savoir par les moyens qu’il avait à présent. Il voulait savoir si April était sa sœur ou sa jumelle. Et par la même vérifier sa théorie. Sa théorie était : dix ans à Nosco = dix ans qui s’écoulent hors Nosco. Si April était sa jumelle, alors, ils devaient avoir le même âge lorsque Shane est arrivé à Nosco, soit 19 ans. Si on ajoute dix, ça ferait 29 ans. Si April était biologiquement prouvé sa jumelle et qu’elle avait très exactement 29 ans, alors sa théorie serait vérifiée. Dans ses souvenirs, Shane était dans la même classe qu’April. Alors, soit ils avaient le même âge (dont jumeaux, ou faux jumeaux), soit ils n’avaient pas le même âge et dans ce cas, l’un d’eux avait redoublé. Et Shane douté fort que ce soit April. Il pensait d’avantage à lui comme cancre. Ce qui voudrait dire qu’April pouvait être sa petite sœur avec un an de décalage. Donc April aurait exactement 28 ans aujourd’hui… Ou peut-être 27. Et ça, Kim pourrait le lui dire, son âge exact, non ? On avait bien su dire que lui avait 19 ans exactement.

    « C’est que c’est… Troublant. Il est interdit de chercher son passé… Mais… Quand on se retrouve face un cas similaire… On nous posera des questions. Des questions gênantes. Et des questions que l’on se pose soi-même. Est-ce possible que je sois son… Cousin ou son frère ? Si tel était le cas… Ce serait des liens inconnus à Nosco. Ici, nous avons des amis, des amours... Des gens que l’on choisi en fonction de ses affinités… Des gens qui ne nous sont pas imposés… Comme ceux d’une famille. Si elle est de mon sang… Je pourrais la haïr de tout mon cœur que je l’aimerai encore. Vous comprenez… ? »

    Il avait l’impression d’être confus, et pour la première fois devant April, il osait enfin traduire en parole ce qu’il pensait secrètement. Il n’en avait pas vraiment le choix. Il avait des questions, il voulait des réponses. Et puis… Avait-il seulement le droit de savoir si April était ou non biologiquement sa sœur ? N’était-ce pas un moyen détourné pour retrouver l’interdit passé ?

    « C’est interdit, mais c’est affreux d’être mis face à une telle tentation, vous ne trouvez pas ? Je ne dis pas cela avec l’intention de rechercher quoique ce soit de ce qui m’a été effacé… Je voudrais seulement savoir ce que l’on doit faire de toutes ces questions lorsqu’on on cherche à fuir un passé pour rester dans la loi et qu’il nous rattrape malgré nous. »
avatar
Shane M. Lewis
~ Brigadier Informatique ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Brigade Informatique
Âge réel : 10 ans
Âge d'apparence : 19 ans

Compétences
Mémoire:
3000/10000  (3000/10000)
Compétence principale: Informatique
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ADN fait la force!

Message par April Lewitt le Dim 30 Oct - 3:34

    L e docteur lui expliqua ce qu'était en fait le Sapientia, enfin, les salles, et tout.. Elle regarda tout autour d'elle le long du trajet, écoutant en même temps. Ils arrivèrent et l'homme ouvrit une porte qu'il tenait ouverte pour qu'elle et Shane puissent rentrer. Ce qu'ils firent, et allèrent s'asseoir après qu'on leur ai demandé. Elle observa le docteur prendre place, et là, le docteur lui demanda son nom. Pas qu'elle n'aimait pas le dire, mais elle avait l'impression que si moins de personnes ne connaissait son identité, elle serait plus en sécurité, qu'on aurait plus de mal à la retrouver.. Mais là, elle devait le dire, elle était nouvelle, et elle n'avait qu'un nom et un endroit où loger pour le moment, sans oublier son parrain. Elle savait que la constitution d'un dossier médical était important, au cas où, une épidémie comme la précédente survenait, on saurait agir au plus vite en consultant la liste des médicaments à ne pas donner, ou elle ne savait quoi encore.

    - Lewitt April, Monsieur.

    Bon, ça faisait bizarre de dire son nom avant son prénom, mais l'ordre demandé était celui-là, cela avait-il une importance ou aurait-elle pu dire comme bon lui semblait, le répéter une dizaine de fois pour s'y accommoder, même en présence d'un ou plusieurs individus. Elle aurait certainement pu passer pour une folle, des scans du cerveaux auraient étés programmés en urgence pour savoir si elle n'avait pas une défaillance cérébrale.. A chaque fois, ses pensées prenaient une ampleur impossible à déterminer, ce qui faisait qu'elle ne savait plus où ils en était rendus. Elle n'entendit que l'excuse du docteur concernant sa légère divagation, ça arrivait à tout le monde, elle la première apparemment. Elle aurait dû écouter peut-être, cela pouvait être utile, ou intéressant..

    Shane demanda l'âge qu'elle avait exactement, puis son degré de similarité biologique avec lui. Demandait-il vraiment s'ils avaient un lien de parenté ? Et puis l'âge, elle pensa qu'elle n'en avait pas, puisqu'elle ne se souvenait de rien, mais physiquement, elle paraissait plus vieille que Shane, pas énormément, mais un peu. D'ailleurs, ils se ressemblait peut-être en extérieur, mais à l'intérieur ce n'était peut-être pas pareil, elle était peut-être très méchante, bien qu'elle ne s'en sente pas l'âme, et lui, très gentil, ce qui était probable, il était là, assit gentiment à côté d'elle, une pochette avec surement un ordinateur dedans, habillé de la même manière que la veille. Quand à elle, un jean, simple, et un haut à manches courtes, de couleur noire, son anneau caché en dessous, sur lequel elle posait la main régulièrement.

    Elle secoua la tête, et reporta son attention sur les deux hommes, bon, elle avait encore dû louper quelque chose.. Ou alors, ils étaient tous plongés dans une intense réflexion.. Elle ne le savait pas, mais regarda Shane, encore une fois, puis tourna son regard vers le médecin, qui juste à ce moment là lui demanda si elle n'avait eu aucun problème, que ce soit physiquement ou autre. Elle baissa la tête et se regarda, essayant de se souvenir si elle avait eu quelque chose. Elle se remémora ses jambes, normales, son ventre, pareil, ses bras à découvert laissait voir une peau sans ecchymoses. Tout allait bien.

    - Non, aucun problème, tout est en ordre.

    Il posa une autre question, tout à fait banale, mais qu'elle n'y aurait pas pensé, si on ne lui avait pas rappelée. Sa nuit.. tranquille à priori, elle ne se souvenait de rien, une nuit sans rêve sûrement, elle ne s'était pas réveillée au cours de son sommeil, et le matin même, elle avait juste eu l'impression d'avoir fait un rêve bizarre mais qui ne l'avait pas plus effrayé plus que ça.

    - Hum.. Oui, je n'ai eu aucun problème, ou alors j'en ai eu un.. Je ne me souviens pas de ce que j'ai rêvé..

    Elle en avait trop dit ? Ou pas assez ? Ou c'était bien ? Maintenant que c'était dit, elle ne pouvait pas se corriger. Mais après tout, c'était la première nuit, peut-être que les suivante seraient plus agitées, qu'elle essaierait de se souvenir en vain, créant mille scénarios qui lui reconstitueraient sa vie passée.. Elle ne savait pas, était complètement dans l'ignorance, et elle n'aimait pas ça..
avatar
April Lewitt
~ Nouvel Arrivé ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Infirmière
Âge réel : 0
Âge d'apparence : 30

Compétences
Mémoire:
0/10000  (0/10000)
Compétence principale: Biologie
Niveau de Compétence: Apprenti

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ADN fait la force!

Message par Kim van Berghen le Dim 13 Nov - 0:24

Hj : j’espère que vous me pardonnerez du retard ^^’

L’espoir en la médecine peut être tout ou son contraire. Certains n’avaient plus confiance en rien, et refusaient systématiquement d’écouter les conseils médicaux, comme si s’y conformer serait se condamner. Tandis que d’autre leur implorait des miracles. Certes la science progressait, malheureusement elle ne faisait que de petits pas et on n’obtenait pas toujours ce que l’on voulait. C’était d’ailleurs le plus souvent par des maladresses ou des erreurs, parfois aussi de longues années de recherches et de tests, que l’on découvrait, la pénicilline en partant en vacances, ou en posant de la nourriture près d’un guide d’onde qu’on parvient à utiliser et créer le concept de micro-ondes… Pourtant on continuait de s’accrocher à la science comme un domaine fait de certitudes et d’acquis, sans qu’il puisse y avoir de place pour le doute et l’incertitude. On avait beau considérer la psychologie comme une science, personne n’avait l’air de penser qu’à part les mathématiques, le reste ne relevait pour la plupart du temps que d’hypothèse qu’on arrivait peu à peu à affirmer ou à infirmer. Les hommes exigeaient tant de la science, que parfois, elle le leur rendait au centuple, lorsque ceux du pouvoir manipulaient leur peuple par son biais. Pour le plus grand bien, en se cachant derrière un prétexte scientifique…

Et Lewis… le pauvre informaticien était en plein rêve, ou en plein délire selon le degré d’appréciation. Le jeune homme ne se rendait même plus compte de ses paroles, et on aurait pu croire qu’il hallucinait totalement, si April n’avait pas été une preuve vivante et concrète que son délire avait une base réelle. Seulement il exigeait bien trop. Comme s’il espérait un beau mensonge, emballé dans du papier cadeau et ficelé avec un joli nœud. Pourtant cela faisait plusieurs années qu’il était à Nosco, et il avait eu déjà une foule de filleuls. N’avait il encore rien compris ?
Il y eut surement une lueur de déception dans le regard de Kim, cependant il ne voulait pas gâcher la joie de celui qui avait sans doute retrouvé un membre de sa famille, plus ou moins proche. Néanmoins personne n’était capable de dire « très exactement » l’âge d’April, sauf un mythomane, ou un charlatan, mais aucune des deux catégories n’avait vraiment de valeur. Pourquoi Shane ne pouvait il pas poser des questions plus simples ? Voulait il aussi qu’on lui explique et le déçoive en lui révélant que les étoiles n’étaient qu’apparences ?! On avait beau observer le ciel, celui de Nosco étant faux, il ne révélait rien, et tous les autres ne donnaient qu’une indication du passé de ces choses dans le ciel. Le temps que la lumière se reflète sur une étoile, puis revienne jusque dans l’œil de l’observateur, cette dernière avait eu le temps de mourir… On observait donc seulement le passé de ce qui nous entourait à plusieurs milliards de kilomètres… Et on se devait de chercher dans le passé de l’histoire en creusant dans la terre ou en recueillant des témoignages.
Mais Shane aurait pu aussi poser une question plus agréable : Quel âge a cet arbre ? Facile, il suffisait de compter les cernes, donc le nombre d’hivers et de printemps passé pour obtenir un âge… Seulement voilà, la raison de cette facilité, c’était qu’on coupait souvent l’arbre pour avoir un âge exact, il était donc ensuite bien plus facile à analyser. L’homme était pareil, c’était à partir de ses os, qu’on avait le plus de chance de faire le moins d’erreurs. Sauf qu’il était bien malaisé d’en demander des échantillons à un être vivant. Ainsi il fallait se baser sur d’autres choses et déterminer un âge plus ou moins correct. Se baser sur des hypothèses pour rendre un verdict. On avait l’impression que Lewis exigeait presque le décompte des mois pour connaître l’âge biologique exact d’April. Silvio avait sans doute oublié de lui préciser qu’on ne demandait jamais son âge aux femmes !

Je vais essayer de déterminer ces deux points, mais il se peut que l’on ne vous donne pas les résultats avant quelques jours…

Sans doute une erreur avait été faite dans le choix de confier April à Shane. Dans le sens où celui-ci se retrouvait avec un sentiment de devoir encore plus accru vis-à-vis de sa filleule. Si jamais il arrivait quoi que ce soit de mal à celle qu’il considérait comme quelqu’un de sa famille, pourrait il le supporter ? Les liens qu’il créerait avec elle seraient forcement plus important qu’avec n’importe qui d’autre… Et ce serait irrémédiable. Comme il venait de l’annoncer, jamais il ne pourrait totalement rompre avec cet amour filial. Et même si la jeune femme refusait par la suite de le revoir, ou de lui adresser la parole, Shane veillerait forcement à sa sécurité. C’était à double tranchant, s’en rendait-il compte ? Surement pas vu son état.

Je comprends ce que vous dites… Cependant vous évoquez des possibilités assez difficiles à envisager. Nous n’avons connus de liens vérifiés qu’entre des personnes arrivées en même temps, ou à très peu de temps d’intervalle. Alors que vous êtes là depuis au moins dix ans…
Considérez Miss Lewitt comme un « cadeau » de Joshi, ou un moyen de vous tester. Vous avez un poste qu’on pourrait facilement envier, et les jaloux seraient parfois prêts à tout pour vous faire tomber. Alors faites attention de ne pas tendre des bâtons qui pourraient aisément leur servir…


Un simple avertissement, pour que Lewis ne laisse pas sa joie l’emporter sur sa raison. Déjà, il y avait peu de chance pour qu’aucune personne à Nosco puisse déterminer avec précision l’âge d’April. Les divers procédés utilisés pour donner un chiffre arrondis, étaient assez complexes. Il était plus facile de déterminer le développement des enfants et des adolescents, dont les os n’étaient pas encore complètements soudés, ou bien dont la puberté n’était pas totalement achevée. De même, les personnes âgées avec des traits assez particuliers et leurs os n’avaient plus la « fraicheur » des premières années. Mais pour les adultes, il était plus compliqué de leur attribuer un numéro. On étudiait de près différents os, mais surtout les dents, leur usure, l’ouverture de l’angle maxillaire inférieur, ainsi que le crâne, sachant qu’à 35 ans, il n’avait aucune suture puis le point saggital postérieur se commence à se refermer vers les 40ans, 10 ans plus tard, la suture coronale s’ossifiait au voisinage du bregma. Et elle se fermait vraiment à 70 ans ou plus. On étudiait aussi surtout les os du poignet, pour déterminer si oui ou non l’individu était adulte. En fonction de l'état de progression de la fusion des cartilages de croissance, on pouvait donner une approximation. C’était l’endroit le plus utilisé, car plus pratique d’accès et de prise de radio que la crête iliaque.

Un enfant était surtout évalué sur des signes montrant sa croissance ou sa maturité… Pour un adulte on utilisait le plus souvent les premiers signes de « dégénérescence» pour estimer un nombre d’années. L’examen des facettes articulaires, celui microscopique de l’os compact, mais aussi du collagène, dont la résistance diminue avec l’âge. Et puis bien sur il y avait dorénavant l’analyse de l’ADN, par exemple avec de la salive, simplement en étudiant la méthylation de deux de ses gènes.

Lewitt ? Vraiment ? Et c’est venu parce que vous n’aviez pas d’inspiration ou alors on vous l’a soufflé ?

Il n’était pas critique, après tout c’était un choix que la jeune femme avait forcement accepté, puisqu’on ne prenait un nom qu’en accord avec le nouvel oublié. Et au moins la jeune femme avait elle pu passer une bonne nuit de sommeil et n’avait aucun problème particulier ou nulle crainte.

Bien alors nous pouvons passer à la partie la moins drôle, l’examen.

Etrangement, il semblait que Shane avait l’ascendant sur celle qui lui ressemblait tant. On disait souvent que chez les jumeaux l’un des deux avait forcement l’aval sur l’autre, cependant là on sentait vraiment la timidité d’April, surement parce qu’elle était une nouvelle oubliée. Pourtant, il fallait aussi qu’elle apprenne à se défaire un minimum de ce lien avec son parrain, sinon il la couverait trop, et ce ne serait bénéfique pour aucun des deux.

Et Shane vous a déjà montré un peu le système informatique de Nosco ? Y a-t-il en vous aussi la fibre de l’informaticien ? Vous avez certes encore du temps pour vous choisir une occupation, mais c’est tellement plus simple lorsque la profession vient d’une passion.
Et votre premier repas ? Il vous a fait au moins gouté quelque chose de… de potable ?


Certes la seule chose que l’on pouvait qualifier de potable était l’eau, mais il était bien difficile de qualifier la nourriture de « bonne », à moins d’y mettre vraiment le prix, et encore… Peut être la jeune femme trouverait elle une passion. Elle ne semblait pas plus intéressée que cela par sa tenue, elle ne serait donc sans doute jamais styliste… A moins qu’elle se révèle avoir un très bon coup de crayon ?!

Je peux vous demander de vous asseoir sur la table de consultation ?

_________________
avatar
Kim van Berghen
~ Chercheur ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Scientifique et médecin de la Guilde
Âge réel : 65 ans
Âge d'apparence : 30 ans environs

Compétences
Mémoire:
10000/10000  (10000/10000)
Compétence principale: Biologie
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ADN fait la force!

Message par Shane M. Lewis le Sam 10 Déc - 21:40

    Avait-ce été comme une sorte de dégrisement qu’il avait du fleurir dans les yeux de Kim ? Etait-ce que trop bohème d’espérer que la médecine aussi avancée que celle de Nosco puisse déterminer avec une excellente minutie l’âge de chacun ? On savait produire des aliments en laboratoire, on pouvait fabriquer de l’énergie, on savait faire vivre toute une cité en autarcie. On savait aussi faire des prothèses, soigner un très grand nombre de maladies, cloner des tissus. On avait très certainement fait des expériences douteuses dans les souterrains de la Guilde (et Shane en avait fait connaissance quelques semaines plus tôt en infectant Nosco dans son entièreté). Alors quoi ? La herculéenne cité de Nosco n’était donc qu’un semblant ? Qu’une façade ? La technologie était avant-gardiste, la médecine n’aurait-elle pas suivi cette élévation ? N’a-t-elle fait que bénéficier des biens fait de la technologie pour moderniser ses méthodes… Et rien de plus ? Etait-elle donc l’embarras de Nosco ? Shane baissa les yeux, lui-même désappointé, comprenant sur la seconde que jamais on ne répondrait à ses interrogations. Et c’était une question de plus qui venait s’ajouter aux mystères vacillants qu’étaient Freya, l’enceinte, les créatures et son passé. C’était frustrant et pour le coup, c’était lui qui était déçu. Et quand bien même il pourrait voir des réponses sur l’âge et l’ADN d’April, il faudrait encore patienter, quelques jours d’après Kim. Une éternité pour Shane, qui, dans son lit, savait forcément qu’il se poserait encore et autant les mêmes questions. Silvio pourrait en garantir, il avait du sentir cette nuit l’éviction de son amant, non pas à cause de lui, mais de la nouvelle arrivée. April, Shane et Silvio en étaient formels, elle était sa sœur. S’en était des plus bouleversants et des plus déstabilisants. Et lorsque Shane n’avait pas voulu y conjecturer, c’était Silvio qui lui avait certifié que cela ne tenait pas du fourvoiement.

    Kim avait raison, à discourir de la sorte, ce serait bien quelque chose qui finirait par lui retomber dessus. Il travaillait dans la brigade d’élite de Tristan, il avait été l’un des inaccoutumés récemment à avoir eu accès à Oméga dans son panel même de gestion et d’administration. S’il le voulait, il pourrait détourner des milliards de florins vers un compte d’un camp opposé. Il pourrait couper la correspondance des ondes alphas. Il pourrait offrir Oméga aux récalcitrants rebelles, démanteler le réseau informatique de la Guilde, abroger les fichiers sensibles et ignorés du grand public. Il pouvait, s’il le voulait, feuilleter ces fameux fichiers. Il ne l’avait jamais fait. Non pas par appréhension ou par carence d’envie (car il y avait bien des conditions où sa spoliation consécutive aux tabous guildiens l’avait poussé à vouloir trouver des réponses autrement), mais parce qu’il était un bon soldat. Il savait que la place qu’il avait aujourd’hui, beaucoup d’hommes et de femmes la désireraient. On lui avait accordé une confiance que beaucoup auraient voulu avoir soit par orgueil, soit pour la trahir. Alors oui, Kim avait très assurément raison de lui apostropher qu’il était suffisamment précaire et qu’il était oiseux de donner aux autres des opportunités et des méthodes de le renverser. Et puis, il y avait April. Il posa son regard sur elle, ses longs cheveux noirs. Son cœur se serrait. Il y avait des sensations contre lesquels il ne pourrait jamais résister. Il aimait April, dès qu’il l’avait vue, dès qu’il l’avait reconnue. Il nourrissait pour elle cet amour fraternel qui, il en était conscient, ferait sa puissance et son asthénie. Il besognerait au côté de la Guilde pour que jamais la rébellion ne lui arrache. Il ruinerait les tracts rebelles, les spams diffamatoire pour ne jamais qu’April les parcoure. Il repérerait des hommes de confiance pour que lorsque l’alarme retentisse un jour, April soit des premières à regagner l’un des bunkers. Ainsi, jamais elle ne croiserait les prunelles morbides des créatures. Il œuvrerait bien d’avantage en sachant que ce qu’il fait épaulera sa sœur.

    Et puis, il y avait la déficience, qui sait ce qu’il serait habile de faire si on retenait April en otage ? C’était un peu comme avec Silvio… A une différence près. Silvio, s’il faisait des bévues, Shane chercherait à comprendre pourquoi, pour savoir si son acte est philanthrope ou exécrable et pouvoir ainsi savoir s’il y a lieu de rompre ou non. Même si la dislocation serait rude. April, si elle agissait mal, Shane ne chercherait pas à interpréter, il lui donnerait raison. Il la protégerait coûte que coûte, il resterait à ses côtés. Il existait bien des divorces pour se séparer de sa moitié. On n’avait pas encore trouvé un moyen de se vider d’un sang et de gènes pour en prendre d’autres et sonner la séparation avec sa famille. April, elle tenait en otage les choix de Shane lorsqu’elle ferait les siens. Il prenait d’avantage conscience des chaînes qui se liaient à chacun des Hommes. L’affection, lorsqu’elle était réciproque, pouvait offrir tellement de félicité et de sens en émoi. Elle était aussi le chemin le plus convaincu pour cheminer en enfer. Installé sur sa chaise, Shane, un peu pivoté vers le siège de sa sœur, à ses côtés, posa son coude sur le dossier et la paume de sa main gantée contre son menton pour soutenir sa tête. C’était fou ce que la génétique pouvait faire. Il contemplait April, et il avait l’impression de se surprendre en un miroir. Puis, lorsque Kim évoqua le nom qui avait été choisi pour April, Shane haussa les épaules. Pourquoi Lewitt ? Parce qu’on n’aurait jamais agréé que deux personnes arrivant à dix de décalage détienne le même nom. D’ailleurs, l’imagination des hommes était suffisamment vaste pour que nul n’ait vraiment le même nom qu’un autre. Mais Shane avait voulu faire d’elle sa sœur, alors, il avait décidé un nom qui ressemblait fort au sien. Peut-être que les hautes instances de Nosco verraient son acte comme une défiance. Il en avait conscience et en acceptait les risques. Quant à l’informatique, Shane avait déjà renoncé à cette filière. En fait, il avait renoncé à toute les filières sauf une : la médecine. Il savait pertinemment que c’était la bonne, mais il devrait être bon acteur et faire mine de chercher.

    « Je pense que ce ne serait pas une bonne idée qu’elle travaille dans l’informatique… Non pas pour la matière en elle-même, mais parce que nous allons déjà être contemplés par chacun comme des bêtes de foire, alors, si nous sommes en permanence dans la même pièce, nous n’y échapperons pas. Et puis… Il voudrait mieux pour April que je ne sois pas sans cesse avec elle… Question de… La laisser s’épanouir. Néanmoins s’il s’avère qu’elle soit douée en informatique, je n’hésiterai pas un instant. »

    Et puis, il replongea dans un silence respectueux, laissant Kim faire son travail, à savoir ausculter April.
avatar
Shane M. Lewis
~ Brigadier Informatique ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Brigade Informatique
Âge réel : 10 ans
Âge d'apparence : 19 ans

Compétences
Mémoire:
3000/10000  (3000/10000)
Compétence principale: Informatique
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ADN fait la force!

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum