Quelqu'un a t il appuyé sur Reset ?

Aller en bas

Quelqu'un a t il appuyé sur Reset ?

Message par Draighean Blackthorn le Sam 19 Nov - 1:10

C'est la caresse tiède du soleil qui réveilla la jeune fille ce matin la et pendant quelques secondes elle resta simplement la, étendue par terre a savourer cet instant de plaisir sans complications. Encore embrumée de sommeil et se sentant comateuse, elle poussa un petit soupir repus et papillonna légèrement des yeux pour s'habituer a la lumière. Quelque chose lui sembla bizarre mais encore une petite minute et elle se mettrait a y penser plus sérieusement se promit elle. Quand elle ouvrit finalement les yeux elle contemplât simplement ce qui lui était en face. Il est toujours étrange d'ouvrir les yeux le matin en se réveillant et de se rendre compte que le ciel pur et bleu est la seule chose au dessus de votre tête. ... Définitivement étrange... Et soudainement, quand finalement elle tenta de se rappeler comment elle s’était retrouvée dans cette situation elle se rendit compte avec horreur que...

Rien...

...

RIEN

...

Elle ne pouvait se rappeler de rien. Comment cela était il possible ? Qu'est ce qui s’était passe ? Comment s’était elle retrouvée la ? Dans quelles circonstances ? Lui avait on fait du mal ? L'avait on laisse pour morte ? S'asseyant rapidement, elle regarda ses mains et son corps. Tâtant ses membres et son visage, elle se rendit compte qu'elle n’était ni blessée, ni violentée de quelque manière que ce soit. Ce qui la rassura un peu. Au moins quoi qu'il lui soit arrive, elle n'en avait pas trop souffert, du moins physiquement. Ses vêtements, un simple sous pull et un pantalon, tous les deux noirs, n’étaient ni déchirés, ni souillés, juste un peu de poussière, qu'elle épousseta sans ardeur. Effleurant toujours son visage des doigts, elle commença a regarder autour d'elle. Elle se trouvait au bord d'une falaise, avec l’océan mugissant en contrebas. Instinctivement, elle recula sur les fesses, encore trop déboussolée pour se relever. L’océan s’étendait a perte de vue, la vue ne lui semblait pas familière non plus. Elle se sentait vidée. Tentée de juste se recroqueviller et se balancer d'avant en arrière comme un gamin autiste, elle tenta de se donner une gifle mentale et essaya de se motiver. Elle avait du se cogner la tête et devait simplement avoir perdu la mémoire temporairement.

Elle continua sa ronde du regard et finit par voir la ville a laquelle elle avait tourne le dos depuis le début. Comment avait elle pu manquer quelque chose d'aussi grand ? Encore plus déphasée, elle tenta alors de se relever. Malheureusement, l'angoisse de l'instant fit que ses jambes se dérobèrent sous elle. Ne pas céder a la panique. Probablement un contrecoup d'une commotion... Elle allait bien, tout allait bien. Elle tenta donc a nouveau et cette fois ci réussit. Cette petite victoire la fit sourire l'espace d'une milliseconde avant que sa situation la rattrape de plein fouet a nouveau. Sentant sa respiration s’accélérer, elle essaya de se calmer tant bien que mal.

La main sur la hanche et l'autre muselant sa bouche, des larmes de colère et de frustration coulant lentement et silencieusement sur ses joues blêmes, elle essayait vainement de reprendre contrôle d'elle même. Se détestant pour un tel affichage de faiblesse, elle se tourna vers la mer de nouveau, comme si elle voulait fuir les yeux de la ville, jusqu’à ce que le calme revienne.

Après quelques minutes de panique et de longues et profondes respirations, elle retrouva enfin un peu de contenance. Elle avala alors sa salive qui dans sa gorge encore nouée fit un drôle de bruit étranglé en passant. Elle essuya les larmes et fit des éventails de ses mains pour s’aérer et sécher les dernières traces d’humidité sur son visage. Se sentant prête a affronter la réalité maintenant qu'elle avait bien panique, elle se retourna a nouveau vers la cite. La ville ne lui rappelait rien. Les bâtiments n’évoquaient rien. La silhouette des flèches se découpant sur la ligne d'horizon ne correspondait a aucune image qui lui viendrait a l'esprit. Ou qu'elle fut, c’était décidément quelque part d'inconnu, ou son amnésie devait être vraiment sévère. Inconsciemment elle passa sa main dans ses cheveux, massant l’arrière de son crane, cherchant une quelconque évidence de traumatisme. C'est alors qu'elle vit la silhouette d'un homme s’avançant vers elle. Elle regarda autour d'elle une troisieme fois et comme elle ne voyait rien d'autre qu'elle même, il s'imposa donc que l'homme devait venir pour elle. De l'aide... Enfin... Le brouillard allait enfin se dissiper et elle alla pouvoir retrouver sa vie d'avant, a faire... ce qu'elle faisait normalement... avec... les gens qu'elle fréquentait normalement... et ils l'aideraient tous a la faire se rappeler... Et tout redeviendrait... Normal...

Le réconfort fut de courte durée cependant quand elle se rendit compte que la personne en question était un homme qui avait l'air plus que déterminé, avec un fusil d’assaut dans le dos et des muscles qui se voyaient même a travers des vêtements de style militaire. La panique la surprit tellement qu'elle se figea complétement sur place. N'ayant nulle part ou aller, coincée au bord de la falaise telle qu'elle l’était et sachant qu'elle ne courrait surement pas aussi vite que l'homme au physique de toute évidence entrainé, elle n'avait aucune chance de s’échapper. Elle attendit donc son destin figée comme une statue, les bras croises sur sa poitrine, chaque main reposant sur son épaule, comme si elle avait froid.

Il est incroyable de voir a quel point le temps ralentit dans ces conditions. Une pensée lui vint alors a l'esprit. Vu la portée de son arme, il n'avait pas besoin de s'approcher autant pour la dégommer. Il n'avait peut être pas de mauvaises intentions après tout... S'accrochant désespérément a cet espoir qui lui semblait dérisoire, mais néanmoins probable, elle décida d'affronter l'homme du regard. Avoir l'air d'un petit animal tétanisé n'aiderait pas sa cause, quelque fut sa cause... Avait elle fait quelque chose de mal ? ... Stooooop...

Au bord de la panique a nouveau, elle se redressa et se cristallisa en une pose qui se voulait confidente mais pas arrogante. Après tout... Il avait quand même et toujours un fusil... Une fois qu'il fut a sa hauteur et pinça légèrement les lèvres comme si elle s'attendait a moitie a ce qu'il la tape, attendant qu'il déclare ce pour quoi il venait la voir.


Dernière édition par Draighean Blackthorn le Dim 20 Nov - 20:58, édité 1 fois
avatar
Draighean Blackthorn
~ Nouvel Arrivé ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Secretaire de Haut Fonctionaire
Âge réel : 0
Âge d'apparence : 22

Compétences
Mémoire:
0/10000  (0/10000)
Compétence principale: Informatique
Niveau de Compétence: Compagnon

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelqu'un a t il appuyé sur Reset ?

Message par Gregory Allander Crescent le Dim 20 Nov - 4:15

C’était toujours la même rengaine : alors que vous effectuez vos tâches habituelles, votre téléphone portable sonne. Intrigué, vous répondez. Jusque-là, il n’y a rien de plus banal que de répondre à ses appels, n’est-ce pas? Par contre, alors que vous décrochez en vous attendant d’ouïr la voix réconfortante de vos proches ou encore celle de votre supérieur vous annonçant que vous avez été promu à un rang supérieur, vous voilà devant une situation bien embarrassante : vous devenez officiellement parrain. Vous croyez rêver, vous vous dites que ce doit être une erreur… Malheureusement, non. C’était bel et bien la vérité qui vous ait livré par le combiné de votre génialissime appareil qui vous parait, tout à coup, bien désuet! Le malheur de la technologie, c’est que vous pouvez être joint partout et en tout temps… Et ce, même dans les moments les plus inappropriés qui soient! Alors vous vous repassez ce qu’on vient de vous apprendre. Incrédule. Comment se fait-il, en tant qu’être humain si peu qualifié, vous soyez l’élu d’un tout autre être humain ici-bas? Que vous soyez contre cette idée ou pour, le fait était que vous n’avez pas le choix de vous soumettre : Gregory Allander Crescent – alias Mordoc – avait, à nouveau, été délégué au titre de parrain d’un nouvel arrivage… À son grand dam, mais aussi au grand dam du pauvre oublié qui devrait le subir!

En plein dans les souterrains, il avait été le sujet ce fameux appel dont nous parlions. À la fois irrité et totalement indifférent à cette cause, il devait, néanmoins, accomplir ses devoirs nosciens. Un soupir. Oui, il n’en avait pas envie! Ses dernières expériences en tant que parrain officiel n’étaient pas des francs succès, et il en avait fortement conscience! Il n’était pas doué avec eux… Et surtout : comment expliquer un monde tel que Nosco alors que lui-même s’y retrouvait à peine? En tout cas, il devrait trouver un moyen de transmettre son savoir. Il arrêta son escouade, nomma un nouveau chef d’équipe, s’excusa auprès de ses soldats : c’était une urgence, il devait filer. C’était toujours comme ça avec Crescent : il était là quelques minutes et hop! Sans qu’on s’y attende, le voilà disparu jusqu’à un temps indéterminé… Heureusement, il pouvait quitter les catacombes l’esprit tranquille. Ses hommes étaient brillants et il les avait formés. Quoi qu’il advienne, ils sauraient s’en sortir sans lui! Il repassa sur ses propres pas, reprenant chaque couloir déjà franchi un à un, puis, au bout de quelques minutes de marche solitaire, il aperçut un sillon de lumière qui lui annonçait que la surface s’approchait dangereusement.

Oh lumière! Fléau artificiel délectable! Gregory abrita son regard de glace des rayons trop clairs qui lui agressaient la rétine. Une fois son adaptation terminée, il put reprendre sa mission vers l’Enceinte où devait se trouver celui ou celle qui avait –malheureusement pour lui – atterri à Nosco. À chaque fois, c’était la même chose : le militaire regrettait amèrement qu’encore aujourd’hui on puisse retrouver des âmes en quête de souvenirs et d’existence. C’était triste, au fond. Il se souvenait la folie des premiers moments passée à Nosco. Il se souvenait combien il avait détesté n’être que si peu de chose. N’être que sujet et assujetti à une dictature où il avait vite fait de se soumettre volontairement… en même temps, ce régime monarchiste était rigide; s’y opposer serait tenu pour haute trahison et Joshi sait bien ce qu’on réservait à ceux qui controversait les forces de l’ordre. Il valait mieux être valet, justement. Valet pour mieux flouer la Reine de Pique puisque le cœur n’existait plus depuis des lunes!

Il avait plongé dans les méandres de ses songes lorsqu’il aperçut d’or et déjà les courbes de l’Enceinte. En s’attardant un peu sur le décor, il réussit à discerner une petite forme, très frêle, au loin. Femme ou homme? Il hésita un moment avant de pouvoir se prononcer : femme. Blonde ou brune ? Encore quelques pas et… Blonde. Elle était blonde, oui. Allez, encore un, deux, trois, cinq, dix pas. La silhouette lointaine se découpait. Elle avait maintenant des yeux –bleus, en passant -, une peau –plus que pâle : blanche-, un corps frêle –voire rachitique-, bref, elle était bien jolie, la demoiselle, avec ses allures sombres que lui donnait un accoutrement aussi lugubre que son expression lorsqu’elle le vit dans son champ de vision... à un mètre à peine d’elle, il avait cessé sa marche, la fixant de son plus indéfinissable froideur :

« Bonjour et bienvenue à Nosco, mademoiselle » Dit-il sur un tout aussi glacé que son apparence.

D’ailleurs, il ne comprit pas immédiatement ce pourquoi elle l’avait craint. En fait, il avait plutôt cru qu’un inconnu venant à notre secours pouvait être même rassurant, mais… Mais. Mais il portait des armes, voilà ce qu’il avait oublié. Il était arrivé à l’Enceinte armé jusqu’aux dents, vêtu dans ses plus simples habits militaires et avec sa sale gueule qu’il n’arrivait toujours pas à dérider malgré le siècle passé! Pas étonnant qu’elle lui fasse cet air de brebis apeurée! Pendant un instant, il hésita. Comment lui expliquer ses armes? Non, avant toute chose, il fallait se montrer… compréhensif? Quelle tâche, tout de même!

« Je me présente : Gregory Allander Crescent, mais les gens ici m’appellent Mordoc. En ces lieux, j’ai été désigné comme étant votre parrain. » Commença-t-il tout en lui présentant ses hommages d’un léger signe de tête. Salutation polie, mais néanmoins très peu chaleureuse : « Certes, j’en conviens, ce que je vous dis là peut vous sembler insensé à vos débuts, mais nous aurons tout le loisir de nous expliquer en cours de route… Mais d’ici-là, reprenez vos esprits. Je vous assure que je ne suis pas votre ennemi, je suis seulement ici dans le but de vous aider à assimiler votre arrivée.»

Il marqua une pause. Que dire. Comment le dire. Pourquoi le dire. Il y avait tant à faire avec les nouveaux! Alors, il prit une grande inspiration avant de poursuivre sur un ton qui se voulait bienveillant, malgré les incertitudes marquées :

« Nous devrons tout d’abord aller vous enregistrer. Je sais que cela peut vous paraître fou, mais nous avons tous passé par là, autant moi que les autres citoyens de Nosco. Nous sommes une communauté limitée qui comporte autant de filleul que de parrain, mais sachez que quoi qu’il vous arrive ici, je serai là pour vous guider de mon mieux et tâcherez d’exécuter vos requêtes dans la mesure du possible »

Encore une fois, il sentait qu’il allait la perdre. Il ne devait pas l’entrainer sans une éclipse totale de sa lucidité… Pourtant, Nosco était déjà assez difficile à comprendre lors de la première heure… pourquoi pas un peu de convivialité? Il tendit, très doucement –presque trop – son bras vers elle, déposant sa main sur son omoplate pour l’inviter à le suivre. Vraiment, il ne savait pas quoi faire eux!

« Rien de cassé? Vous allez bien? »

Tiens, c’était pas trop tôt! Après lui avoir embrumé le crâne avec ses discours, il prenait de ses nouvelles? Foutu Mordoc!

avatar
Gregory Allander Crescent
~ Second de Commandor ~
Section nettoyage


Camp : Guilde Impériale
Profession : Second de commandor, section nettoyage
Âge réel : Un si petit siècle.
Âge d'apparence : La trentaine.

Compétences
Mémoire:
750/10000  (750/10000)
Compétence principale: Armes à feu
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelqu'un a t il appuyé sur Reset ?

Message par Draighean Blackthorn le Lun 21 Nov - 0:32

La jeune femme ne s’était pas franchement attendue a un accueil chaleureux de la part de l'homme, et elle en eu pour son argent, il fut encore plus froid qu'elle ne s'y attendait. Malgré elle, elle sentit la chair de poule fourmiller le long de ses bras jusqu’à sa nuque, la faisant frissonner l'espace d'une demi seconde. Cependant, toute médisance mise a part, il était venu la pour l'accueillir. Aucune intention hostile donc et la nouvelle sentit ses gardes se relâcher juste ce qu'il fallait pour se rendre compte qu'elle avait retenu sa respiration. Se retenant de reprendre son souffle bruyamment pour ne pas trahir a quel point l'homme l'impressionnait, elle tenta de se concentrer sur sa respiration par le nez, permettant ainsi de ne pas s'essouffler. Une chose l'intriguait...

"Nosco...?"

Murmura-t-elle a elle même. Elle se retint de parler car l'homme n'avait de toute évidence pas terminé. Pour une raison qu'elle ne saurait expliquer, elle avait l'impression qu'il n'avait aucune envie d’être la. Okay... Mais il se présenta, ce qui eu pour effet de relâcher un peu plus la pression. Mordoc... Elle répéta le nom trois fois dans sa tète pour s'en rappeler. Elle sentait que cet homme allait être très important pour elle dans un futur proche. Mais ce qui la prit complétement par surprise, c'est qu'il se déclara son parrain. Non, il avait été désigné pour le rôle... La différence était minime mais réelle... Il n’était pas volontaire pour la tache. Son inconfort d'ailleurs se voyait ostensiblement.

Les questions commencèrent a s'accumuler dans la tête de la blonde. Elle sentait les mots s’amonceler dans sa bouche sans pour autant être capable d'en sortir un seul. Il est de ces moments ou l'esprit travaille beaucoup plus vite que le corps et elle faisait l’expérience de cela a ce moment précis. La frustration de la situation devenait intolérable et chaque seconde qui passait laissait a son parrain le temps de dire quelque chose de plus avec d'autres mystères, d'autres questions et toujours aussi peu de réponses. Quel était cet endroit, cette Nosco ? Elle n’était de toute évidence pas la seule dans sa situation, si un tel système de parrain/filleul avait été organisé et lui même... Mordoc... admettait avoir été dans cet situation... Que se passait il ? Allait elle avoir besoin de toute une armada comme ça elle aussi ?

Le fait de devoir se faire enregistrer lui parut très bizarre. Sans vraiment qu'elle puisse dire pourquoi, elle avait le sentiment désagréable que ceci n’était pas ordinaire... Cela voulait il dire que toute la ville qu'elle voyait la était peuplée d'amnésiques taciturnes armés jusqu'aux dents ? Quel genre de futur horrible l'attendait dans quelques instants ? Elle se sentit fondre et tenta un coup d’œil par dessus son épaule a l’océan. Elle pouvait encore s’échapper... juste quelques pas et le vide l'engloutirait, anéantissant ce cauchemar qui commençait a se développer sous ses yeux. Ce serait si facile... Juste quelques pas... quatre, peut être même seulement trois...

Son esprit commençait a se laisser charmer par l’idée et elle perdit pied dans la mare boueuse qu’était sa réalité dorénavant. Elle sursauta a son toucher mais la force tranquille qui émanait de Mordoc la fit se sentir un peu plus en sécurité. Il n’était de toute évidence pas de le type gars a vous désintégrer sur un coup de tête. Et étrangement, elle le croyait quand il lui offrit son aide. L'expression de son visage du trahir quelque chose de ses pensées pour que le gars s’inquiète de sa santé.

" Hein? Heu oui... non... Enfin je veux dire... je vais bien... Merci... Juste un peu... désorientée... Mais ça va... je crois..."

Venait elle juste de fomenter un plan pour se suicider ? Avait elle vraiment été a trois pas de la mort ? Aussi surement que la gravite l'aurait tuée, le simple geste du type, de Mordoc, venait de lui sauver la vie. Elle se sentit soudainement extrêmement vulnérable et instable. Devait elle mentionner un possible choc a la tête ? L'homme n'avait pas fait de grimace ni aucun geste en direction de sa tête pour inspecter une quelconque blessure, elle ne devait donc pas avoir de blessure apparente... Elle n'avait d'ailleurs pas mal a la tête... Ce qui était étrange si elle s’était vraiment cognée... L'explication était elle ailleurs ?

A peine avaient ils fait quelques pas dans la direction de la cité qu'elle se sentit enfin suffisamment courageuse pour oser une question. Est ce parce que son regard ne la fixait plus et que son dos ne l'effrayait pas autant... ? Peut être était ce la sollicitude qu'il avait montré tout a la fin qui avait un peu gratté la pellicule de glace qui l'entourait. Mais surtout c’était son désespoir et l’impossibilité de sa situation qui lui força la main. Elle avait besoin de savoir, au risque de ne pas aimer ce qu'elle allait découvrir. Le problème maintenant était de trouver LA question. A juger par le comportement de son interlocuteur, il aimait les approches directes. Autant commencer par le commencement donc... Prenant une grande inspiration, elle ferma les yeux et avala sa salive. Le moment était venu.

" Monsieur... Mordoc? Heu... Vous avez dit que vous aviez était dans la même situation, est ce que vous... heu... est ce normal que je ne me rappelle de rien ? C'est comme... comme un trou noir... dans ma tête... Je veux dire... Je pourrais même pas vous dire comment je m'appelle... Je ..."

Elle dut s’arrêter la, non seulement parce que son self-control commençait a lui glisser entre les doigts comme du sable fin, mais aussi elle se rendait bien compte qu'elle commençait a bégayer et si cela ne dérangeait pas l'homme, ça lui était insoutenable a elle même. Elle avait les yeux braqués sur lui, espérant une réponse... et peut être même un nom... Après tout, il avait su ou la trouver, quand la trouver, de toute évidence, quelqu'un lui avait donne un ordre et le "grade" (?) de parrain et guide... Il devait bien savoir quelque chose sur elle... n'importe quoi... quelque chose auquel elle pourrait s'accrocher comme a une bouée de secours. Son esprit s'emballait une fois de plus et sans vraiment s'en rendre compte elle retint sa respiration a nouveau.

Oh... une réponse... elle donnerait tout... pour une réponse...
avatar
Draighean Blackthorn
~ Nouvel Arrivé ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Secretaire de Haut Fonctionaire
Âge réel : 0
Âge d'apparence : 22

Compétences
Mémoire:
0/10000  (0/10000)
Compétence principale: Informatique
Niveau de Compétence: Compagnon

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelqu'un a t il appuyé sur Reset ?

Message par Gregory Allander Crescent le Mar 22 Nov - 1:36

Elle était perdue, il en va de soi! Ils avaient tous été assommés par leur arrivée. Quelle ait été critique sans être fatale, calme sans que cela tourne à l’idiotie… Il n’y avait que très rarement de justes milieux. Avec cette nouvelle venue, cela ne faisait pas exception à la règle : il l’avait vue frémir. Elle avait peur. Peur de ce monde, peur de sa propre mémoire défaillante, mais aussi peur de lui. Lui, le soldat aguerri qu’elle ne connaissait pas, lui qui, à tout prix, devrait lui inculper tout ce qu’il y avait à savoir sur Nosco, ses habitudes de vie, ce qui était bien, ce qui était mal… Un travail de père spirituel autant que d’artiste. Modeler une créature à l’image de la cité de l’oubli par excellence! De toute façon, personne ne pouvait s’opposer au basement de Nosco puisque personne n’avait plus conscience de ce qui restait d’autrefois. C’était quelque chose d’intriguant… Dans cette autre vie qui appartenait à tous et chacun, comment se faisait-il que nul d’entre eux n’ait de souvenir distinct de ce qui était moral et/ou amoral! Débat qu’il valait mieux taire pour ne pas être jeté derrière les barreaux… Le silence pour mieux vous contrôler!

Mordoc ne bougeait pas, trop préoccupé à entendre la moindre de ses réponses. L’arrivée était une épreuve bien assez éprouvante. Assumer d’être amnésique était quelque chose d’assez assidu, en soi. S’assumer sans souvenir, sans repère était horrible. Une vraie douleur, vive, qui vous frappait de toute part, qui vous angoissait, qui vous obnubilait à vous en rendre malade… Alors, il fallait apprendre à vivre avec le vide. Le vide de mémoire, le vide de n’être que présent à un endroit inconnu. Gregory ne pouvait se résoudre à lancer de telles affirmations et briser u espoir vain de récupérer ce qui avait été perdu. Pour cela, il fallait enfreindre les lois et se montrer discret… Il ne pourrait lui dire ainsi. Plus tard, lorsqu’elle serait prête, lorsqu’elle aurait compris ce qu’était Nosco.

Il se rassura sachant que les blessures n’étaient pas physiques. Il acquiesça, d’un signe de tête. Froid, certes, mais il ne pouvait changer… Pas plus qu’il ne pouvait changer ceux qui l’entouraient. En l’attirant vers lui, il avait fait le premier pas de l’ange gardien : celui de veiller sur elle jusqu’à ce qu’elle n’en ait plus besoin, ou, du moins, qu’il la considère assez forte pour combattre seule cet univers qui devait lui paraître extraterrestre.
Puis vint le moment des mille et une questions. Comment lui expliquer? Comment lui traduire ce qu’était Nsoco… Comment lui dire ce qui lui arrivait. Irrémédiablement cela la pourchasserait pendant de nombreuses heures. Elle devrait faire le deuil d’un passé pour récupérer un avenir. Comment vivre avec un présent dont on n’avait pas conscience sans tout le reste? Il ne dit mot pendant un temps. Il réfléchissait. Son allure de pierre trahissait sa course intellectuelle qui sautait du tout au tout. Il revoyait son arrivée, ce que Maëva Romael lui avait enseigné, au même titre que Ludovic Lorenzo…

« Oui, c’est tout à fait… anormalement normal » Répondit-il sur un ton qui semblait hésitant. S’il avait été doté d’une plus grande délicatesse, sans doute aurait-il usé d’autres mots pour illustrer ses propos, néanmoins, il était rustre – à son grand dam, parfois : « Vous n’avez, ici, nul souvenir. Votre âge, votre nom, vos souvenirs, tout cela a été brouillé alors que vous arriviez à Nosco… » Il attendit un moment, puis, plongeant son regard de glace dans le ciel d’été de la frêle créature, il poursuivit : « Vous devrez vous nommer, vous réinventez… Mais si cet endroit peut vous effrayer, je peux peut-être vous consoler en vous mentionnant que le temps n’a pas de pouvoir sur le corps? Cent ans sont passés depuis mon arrivée, et me voilà toujours identique au premier jour… Cela peut paraître insensé dans les premiers temps, je vous le concède, mais il faut seulement apprendre à vivre chaque instant, orchestrer les informations et vous serez plus à l’aise avec ce qui vous arrive. » Encore une fois, sa voix mourut sous l’hésitation de ses propres mots. Il s’éclaircit la gorge avant de se relancer lui-même : « D’ailleurs, nous devrons aller vous enregistrer au bureau de l’Administration. Là-bas, ils vous donneront téléphone, adresses électroniques – que vous pourrez ajouter ou supprimer selon votre bon désir - , appartement… Et formation aussi. Mais ne vous en faites pas, votre première semaine sera exécutée de façon à vous accoutumer à la cité. Je vous aurai au doigt et à l’œil… Donc ne vous surprenez pas si je suis dans les parages… C’est là mon devoir en tant que votre parrain. »

Fin de très long discours qui ne concordait absolument pas avec la nature si austère et muette de Crescent. Il avait déjà fait un pas devant avant de s’arrêter aussitôt, de se retourner et de se diriger vers sa filleule qui devait se perdre encore un peu plus profondément avec des explications aussi peu concrètes.
Délicatement, il lui avait soulevée le menton, observant ses yeux et son visage avec une étrange expression.

« Blackthorn. Vous aimez? Comme Nom, je veux dire »

Drôle de question. Gregory esquissa l’un de ses faibles sourires, peu convaincant voire effrayant avant de glisser sa main derrière l’omoplate de la jeune femme en l’invitant à marcher à ses côtés :

« Désolé de vous presser de la sorte, mais nous devons vous trouver un nom. Vos prunelles sont exceptionnelles, vous l’a-t-on déjà mentionné? Alors pourquoi ne pas en faire vos alliées pour le moment ? »

C’était une idée, comme ça! Ton neutre habituel, sans émotion apparente… Difficile de savoir s’il s’agissait là d’un compliment. Il devait pourtant bien l’aider en quelque chose, non? C’était son devoir en tant que parrain, mais aussi en tant qu’être humain qui accompagnait la détresse de cette pauvre déboussolée. La guider pour mieux la cerner, mais aussi pour mieux qu’elle se cerne elle-même! Reconstruction complète à venir… De quoi s’extasier de bonheur.

avatar
Gregory Allander Crescent
~ Second de Commandor ~
Section nettoyage


Camp : Guilde Impériale
Profession : Second de commandor, section nettoyage
Âge réel : Un si petit siècle.
Âge d'apparence : La trentaine.

Compétences
Mémoire:
750/10000  (750/10000)
Compétence principale: Armes à feu
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelqu'un a t il appuyé sur Reset ?

Message par Draighean Blackthorn le Sam 3 Déc - 3:34

Au moins elle fut rassurée de savoir que sa condition n’était pas bizarre et que donc c’était visiblement une sorte d’étape nécessaire a son intégration dans cette nouvelle vie. Bon... Elle n'aimait pas ça mais au moins elle n’était pas la seule dans sa situation. Étrangement, sans qu'elle eut pu dire pourquoi, le fait de savoir que d'autres, tout le monde en fait, souffrait la même chose lui passa du baume au cœur. C’était pas de la sympathie, loin de la. Plutôt un sens de justice. qui lui fit plaisir de savoir que chacun portait sa croix et pas elle toute seule. C’était mesquin et égoïste... mais elle n’était pas elle même la tout de suite maintenant. Et un peu de méchanceté gratuite parfois... ça soulage.

La perspective de devoir tout réinventer ne l'enchantait pas. Mais bon au final elle aurait l'avantage de ne pas souffrir de discriminations. ou du moins l’espérait elle. Après tout si le gars était sincère, les membres qui étaient la depuis longtemps auraient sans doute recréé une civilisation basée sur celle d'avant. Bien que la jeune femme se sentait bien incapable de se souvenir de comment c’était avant, elle était sure que c’était pas super génial non plus. Et puis les citoyen plus anciens qui sait...

Mordoc dit alors quelque chose qui capta son attention et elle dut se concentrer pour être sure d'avoir bien compris. Le temps ? Le temps s’arrête ? Cela voulait il donc dire qu'elle était immortelle ? Qu'elle allai passer le reste de sa vie dans un corps d'une vingtaine d’années ? Voila qui faisait passer la pilule beaucoup plus facilement. Non pas qu'elle fut vaine... Mais bon c’était un juste réconfort pour tout ce qu’elle venait de se prendre dan la figure...

" Et donc... ça veut dire que on vieillit très lentement ici ? ou qu'on est immortel ? Quand même pas, si ?"


La notion lui semblait grotesque maintenant qu'elle l'avait formulée, mais en même temps le type se disait centenaire... Si a 100 balais elle était en aussi bonne condition, elle était preneuse... Elle en toucha inconsciemment son visage.

Entendre la suite du programme ne la laissa ni chaud ni froid. Il s'agissait la de procédures bureaucratiques qu'elle devinait être la norme si tout le monde débarquait de nulle part sans aucun souvenir. Quel étrange concept tout de même... Elle se demandait quand même ou elle était... Elle ne put se retenir de regarder vers le ciel, s'attendant presque a voir... quelque chose.. N'importe quoi... une fenêtre, un engin volant non identifie, une corde qui descendrait des nuages... et puis elle décida que du moment que sa sécurité était assurée pour le moment elle se soucierait de tout cela plus tard.Pour le moment ce qui la tracassait le plus c’était Mordoc... Elle voulait absolument lui demander si...

Tout s’effaça quand il la toucha pour la regarder droit dans les yeux. Si il y avait une chose a laquelle elle ne s’était pas attendue, c'était bien cela. Il lui posa une question qui dans son état lui sembla presque incongrue.

" Blackthorn ? heu oui... oui c'est très joli... Mademoiselle Blackthorn ...? Ça sonne bien... j'aime bien... Va pour Blackthorn..."

Un sourire effleura ses lèvres pour la première fois depuis qu'elle était arrivée. Passant et repassant le nom sur sa langue comme on sucerait un bonbon dur, la jeune miss Blackthorn savourait sa nouvelle identité. Cela lui semblait enfin comme un semblant de normalité d'avoir un brin de personnalité. Elle poussa un petit soupir content.

La seconde partie de la réplique de Mordoc la laissa sans voix. Les mots en eux même étaient flatteurs, mais le ton de sa voix lui donnait l'impression d'avoir été auscultée par un biologiste. Pas trop sure de comment elle devait prendre la remarque elle hocha de la tête.

" Merci... Je ferais de mon mieux."

Elle hésita une seconde mais comme ils étaient déjà en marche et que la ville se rapprochait inexorablement, elle décida qu'elle devrait bien la poser sa question a un moment ou a un autre et elle préférait demander maintenant que de se taper un gros choc plus tard...

" Dites Monsieur Mordoc... Est ce que je vais devoir devenir comme vous ? Je veux dire... Un soldat... comme vous ? Parce que j'ai jamais tenu une arme, enfin je crois pas... et je n'ai certainement pas votre carrure... Enfin ce que je veux dire, c'est que je suis pas sure d’être faite pour ce genre de job... Je vais devoir tuer des gens aussi ? Enfin je veux pas vous offenser hein, loin de la... mais je crois pas que je sois capable de tuer quoique ce soit.... enfin je veux dire... enfin... juste que vous le sachiez quoi... "

Elle avait dit tout ça très vite et au final elle était presque sure qu'elle l'avait dit sans respirer également. Mais elle avait besoin de savoir maintenant. Juste au cas ou on l'emmenait vers une vie de guérilla et tout... Elle devient bien se l'avouer ça lui faisait un peu peur tout ça...
avatar
Draighean Blackthorn
~ Nouvel Arrivé ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Secretaire de Haut Fonctionaire
Âge réel : 0
Âge d'apparence : 22

Compétences
Mémoire:
0/10000  (0/10000)
Compétence principale: Informatique
Niveau de Compétence: Compagnon

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelqu'un a t il appuyé sur Reset ?

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum