Hors la loi ? Mais non mais non...

Aller en bas

Hors la loi ? Mais non mais non...

Message par Rian McGregor le Lun 21 Juin - 18:53

Les heures se trainaient lentement sur la base rebelle, les habitants du bunker avaient reçu l'ordre express de ne pas sortir et ils en étaient réduit à se morfondre en attendant la fin de cette longue période de calme. Bien sur on ne pouvait pas dire que c'était une mauvaise chose d'être un peu tranquille et pas trop poursuivi par la guilde mais certains commençaient à trouver le temps long.
Pas Rian. Habitué à rester enfermé pendant de très longues périodes, c'est à peine si il s'apercevait de la mauvaise humeur ambiante. Il était devant son écran depuis la veille, n'ayant absolument pas trouvé utile de dormir pendant cette longue nuit et il observait à présent l'horloge de son ordinateur qui lui confiait que la matinée était déjà bien avancée. Bon tant pis, il dormirait demain.

Il avait passé pas mal d'heure sur le réseau tango, réglant quelques constantes pour la base rebelle et vérifiant les niveaux en onde alpha afin d'être certain que les rebelles ne se retrouverait pas en rupture d'ici la fin de la semaine. Rassuré sur ce point, il s'était permis un petit tour sur le bêta qui lui avait permit de se tenir un peu au courant des informations à la surface puis s'était décidé à remplir l'un de ses nombreux rôles au sein de la rébellion : à savoir le recrutement. Un petit clic du coté de ses documents et il retrouvait le tract de base qui avait été rédigé à ce sujet, ne lui resterait plus qu'à aller le poster un peu partout. Avec un peu de chance il tomberait sur un brigadier informatique de la guilde et pourrait s'amuser à le rendre fou avant de lui couper la connexion au nez. Comme quoi la vie n'était pas aussi ennuyeuse que cela lorsqu'on était un rebelle, à plus fort raison lorsqu'on était un informaticien.

Différentes images défilèrent sur son écran tandis qu'il passait d'un site de discussion à un autre. En pirate intelligent, il avait brouillé son adresse afin qu'on ne puisse pas remonter jusqu'à lui. Bien sur c'était extrêmement difficile était donné qu'il n'était pas en surface mais il ne pouvait pas prendre le moindre risque de révéler le bunker rebelle. Les guildiens le cherchait depuis des années sans parvenir à le localiser, pas question de les y aider. Complètement invisible, il espionna plusieurs conversations privée dans l'espoir de dénicher quelques nosciens peu convaincus pas le système guildien et qui serait facile à faire changer de camp mais ce genre d'oiseaux là se faisaient rares. Les gens préféraient de mille fois se cacher la tête dans le sable et faire comme si ils ne s'apercevaient pas de la dictature qui leur pesait sur les épaules. Ce comportement hérissait Rian qui ressentait souvent l'envie de débouler tout à coup en surface pour se mettre à hurler toute sa frustration au beau milieu du complexe. Malheureusement il n'était pas sur que Yan soit vraiment d'accord, de plus sa première expérience de la prison lui avait suffit amplement. Être enfermé d'accord, mais être enfermé loin de ses écrans et très certainement torturé pour l'obliger à révéler tous les petits secrets de la rébellion ? Pas question.

Impossible donc, il en était réduit à se contenter de ses tentatives de recrutement sur le réseau. Et à ses piratages des réseaux supérieurs aussi de temps en temps, vengeance ! Avec un peu de chance il finirait bien par rendre tous les hauts dignitaires guildiens complètement fous, c'était toujours un bel objectif. Virulino était plus que connu sur le réseau et dans les petits papiers de la guilde, il y avait de quoi en énerver plus d'un !
Virulino donc, c'était son pseudo. Nul ne se serait risqué à prendre le même parce que déjà d'une ça aurait aussitôt amené toute un détachement dans leur salon, et de deux ça aurait pu vexer le pirate en question qui était bien capable de faire planter définitivement le système du plagieur. Et bien quoi ? Il était le meilleur dans ce domaine et il ne tolèrerait pas qu'on lui vole la vedette.

*Bonjour à tous... *

Son message clignota un instant avant de s'afficher sur le tchat du forum de discussion sur lequel il s'était incrusté. Il avait posté son tract en première page et n'avait plus qu'à attendre de voir si quelqu'un allait le lire et peut-être même venir lui parler. La plupart du temps il s'agissait de curieux qui enorgueillissaient après d'avoir pu discuter avec le célèbre rebelle. Certaines fois il s'agissait même de membres de la brigade qui se précipitaient pour essayer de réussir une belle prise et qui se cassaient aussitôt le nez sur ses protections. Mais parfois aussi, très rarement même : il s'agissait de nosciens qui se posaient des questions et qui souhaitaient discuter avec lui. Il tentait alors par tous les moyens de les recruter ou tout au moins de planter la graine du doute dans leur esprit, espérant ainsi en faire de futurs rebelles.
Pour le coup ça semblait mal parti, le tchat box était désert. Il décida de patienter tout de même, sachant que son tract dangereux finirait fatalement par attirer l'attention de quelqu'un.

*Il y a quelqu'un ?*

Sa phrase clignotait, encore et encore et il l'observait en commençant à se demander si il ne ferait pas mieux d'essayer de rattraper un peu de sa nuit blanche...

_________________
L'urgent est terminé, l'impossible est en cours,... pour les miracles, prévoir 24H ! [source inconnue]
avatar
Rian McGregor
~ Bras Droit de Y. Merling ~


Camp : Confrérie de la Rébellion
Profession : Bras droit de Yan Merling, informaticien
Âge réel : 10 ans passés à Nosco
Âge d'apparence : Une vingtaine d'années

Compétences
Mémoire:
250/10000  (250/10000)
Compétence principale: Informatique
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hors la loi ? Mais non mais non...

Message par Joséphine de Nosco le Mar 22 Juin - 4:03

Pendant que les pauvres rebelles se morfondaient comme des rats morts dans leurs souterrains et leur bunker, les citoyens de Nosco jouissaient d'une existence paisible rythmée par leurs travaux, et par une vie qui, si elle n'était pas trépidante, était au moins confortable. Le soleil artificiel s'était allumé comme tous les matins sur la cité endormie, les habitants s'étaient levés vers sept heures, étaient ensuite partis vaquer à leurs occupations pendant que l'Impératrice, fidèle à ses habitudes, effectuait à pied un long tour des remparts de Nosco, longeant la muraille de lourdes pierres médiévales qui se dressait vers les cieux. Depuis qu'elle savait ce que ce mur signifiait, il lui était devenu sympathique, contre toute attente, et elle n'aimait rien tant que se promener tranquillement (une arme alpha sous son manteau) pour observer la ville. Sa ville. Mais le temps se gâtant, l'Impératrice n'avait guère tardé à regagner le Capitol pour, sans grand entrain, se connecter à son ordinateur. Un paquet de courriels en tous genres. D'un clic légèrement agacé, elle vira à la corbeille tout ce qui concernait les tracts rebelles (qui se multipliaient ces derniers temps, à son grand dam) et autres bêtises, pour ensuite répondre à quelques messages importants et finalement se déconnecter.

Le temps ne s'étant entre temps pas du tout amélioré, des trombes d'eau glacée tombaient sur Nosco. Dans le parc, dans les rues, pas un chat. Pas même un être humain. Tant pis. Elle ne sortirait pas pour remplir la rue, en tout cas : l'envie de se mouiller (et de défaire sa coiffure) n'y était pas du tout. Un peu déprimée, l'Impératrice se reconnecta au réseau alpha, y surfa sans grand enthousiasme. Tout était désert, au niveau plates-formes et autres chatboxes. Normal : tous les noscoiens étaient au travail à cette heure, enfin... non, ils étaient à la cantine vu qu'il était aux alentours de midi. Ils prenaient donc leur ratio de gélules en tous genres, bon appétit. C'était ce qu'elle regrettait le plus du monde réel : la nourriture. Là-bas, ça avait du goût, alors qu'ici.... bonjour le synthétique. Mais bon, il fallait bien choisir. Et de toute façon, vu ce à quoi ressemblait sa vie sur Terre, elle n'aurait pas l'occasion de goûter à de délicieux repas avant la fin de la guerre franco-prussienne.

Elle surfait depuis un bon moment déjà, lorsque son attention fut attirée sur une chatbox coiffée du tract auquel elle avait déjà eu droit plusieurs fois. Intriguée, l'Impératrice cliqua sur le lien pour se retrouver face à un scoop : seul sur le chat, Virulino, le célèbre pirate informatique, appelait dans le vide s'il y avait quelqu'un. Se retrouver face à un rebelle ? L'occasion était inespérée ! L'Impératrice pourrait enfin voir d'un peu plus près ce fameux pirate qu'aucun de ses spécialistes, pas même le génial Traktueur, n'avait encore réussi à coincer. Un instant, elle se demanda, en se connectant, si elle devait utiliser son impérial pseudonyme ou si un autre plus quelconque suffirait amplement. La conclusion ne tarda pas à s'imposer à son esprit : si jamais elle se présentait comme étant ce qu'elle était, nul doute qu'il s'arrangerait bien pour faire planter son système ou un truc du même genre. Et, bien que l'ordinateur qu'elle utilise ne soit pas son ordinateur officiel (elle ne stockait rien d'intéressant sur son ordinateur officieux, contrairement à l'officiel, qu'elle n'utilisait presque jamais sur alpha), ce n'était pas vraiment ce qu'elle désirait.

L'Impératrice opta foinalement pour un simple prénom, un prénom allemand qu'elle appréciait beaucoup et qui n'avait aucun trait avec ses noms habituels : peu habituée à l'usage des chatboxes en dehors des circonstances ordinaires ou des meetings importants avec son haut conseil, elle avait l'habitude de noter son titre en guise de pseudo, à savoir SMI J. de Nosco, ce qui était largement suffisant, si vous vouliez son avis. D'ailleurs, personne en Nosco ne connaissait plus son ancienne identité ni ses anciens surnoms, à quelques rares exceptions (néanmoins notables) près. Plus personne n'osait l'appeler Pépi ou mademoiselle Bussy, pour tous, elle était maintenant Votre Majesté ou Madame. Et malheur aux contrevenants ! Tout ça pour dire que personne ne ferait jamais le lien entre Rosamunde et Joséphine de Nosco. Encore heureux.

Le pseudo encodé, l'Impératrice sentit en elle une montée d'adrénaline peu commune : elle allait communiquer en face avec un rebelle pour une des premières fois officielles de son existence ! Il fallait bien reconnaître qu'en général, les affaires de l'Etat l'occupaient assez pour qu'elle relègue les rebelles au degré inférieur de ses préoccupations. Elle regrettait juste une chose : que Virulino ne soit pas Yan Merling. Sinon, avec quelle joie elle lui aurait dit en face tout ce qu'elle pensait de lui, tout ce qu'il aurait dû savoir concernant ses prises de risques inconsidérées et les risques qu'il faisait courir à la jeunesse noscoienne, une jeunesse inexpérimentée et peut-être encore angoissée par son arrivée ici, avec ses idéaux de liberté, son goût de l'anarchie et son absence totale d'organisation. Ne comprenait-il donc pas que la Guilde offrait la seule alternative valable à la survie de tous en Nosco, et que l'union fait la force ? Non, visiblement. Mais un jour, elle le lui dirait en pleine figure !

Rosamunde, puisque Rosamunde c'était, prit son clavier et tapa quelques mots dans la zone d'écriture de la chatbox. Elle choisit d'ailleurs d'écrire en mauve, pour ne pas faire trop guildienne ni trop impériale. Le rouge était la couleur de la Guilde, la couleur de Joséphine, pas celle de son avatar ! D'une main décidée, l'impératrice appuya sur la touche entrer de son clavier, et les mots s'effacèrent de la zone, parcourant le réseau alpha avant d'aller s'inscrire dans la box. Quelques fractions de seconde s'écoulèrent avant qu'ils ne s'affichent, quelques fractions de seconde que l'impératrice ressentit à la fois comme angoissants et réjouissants. Oui, elle était ravie. Elle allait jouer au chat et à la souris. Et puis, quand ce rebelle de Virulino verrait à qui il avait réellement affaire, qui était la timide Rosamunde en réalité, quand il se rendrait compte qu'il venait de parler (le temps qu'il décrypte l'adresse IP, il lui faudrait bien une vingtaine de minutes) à l'Impératrice, par définition sa pire ennemie et l'ennemie du monde, pendant un bon quart d'heure voire une courte demi-heure... Ha ! Quelle devait être sa tête ! Elle en riait presque d'avance, oubliant les caprices du mauvais temps.

Mais il y avait l'angoisse, également. Une angoisse assez pesante qui la rongeait : et s'ils pénétraient son système ? Et s'il lui arrivait quelque chose ? Soyons honnêtes, Joséphine n'était pas exactement la femme la plus courageuse de tout Nosco... Et le pire était probablement qu'elle craignait ses propres maladresses comme la peste ! Et si par mégarde elle révélait qui elle était ? Il suffirait d'un mot de travers pour faire tomber sa couverture, et ça, elle ne le voulait surtout pas. Elle voulait voir jusqu'où cela pourrait aller, quelles confidences il pourrait bien lui faire, ce qu'il allait lui dire. En sachant mieux la propagande rebelle, elle pourrait mieux la contrer. Et puis, le temps qu'il comprenne enfin à qui il avait affaire... Il aurait bien du mal à appuyer sur la touche delete pour effacer la conversation : la mémoire de l'impératrice ne s'était effacée qu'une seule fois, momentanément. Au reste, elle n'oubliait rien.

"Bonjour !"

Le message s'afficha enfin. Elle eut un petit sourire satisfait, puis se demanda subitement si un de ses hommes aurait la bonne idée de rechercher, lui aussi, l'IP de Rosamunde. Il aurait une drôle de surprise, en tout cas... Voir sa tête lorsqu'il croirait que quelqu'un avait piraté l'ordinateur de Sa Majesté Impériale Joséphine, puis éventuellement le voir débarquer avec toute la Brigade dans son propre salon pour la retrouver, elle-même en chair et en os, à son ordinateur... Ce serait vraiment hilarant. Au fond, cette rencontre avec ce rebelle était vraiment une bonne chose, une excellente chose, même ! Avec cela, elle aurait de quoi se divertir pour la journée, ou mieux encore, pour la semaine au moins si ce qu'elle redoutait arrivait. Et il y avait des chances que ça arrive, justement.

Les mains croisées maintenant, elle attendit que le fameux Virulino lui réponde, se demandant quelle serait sa réaction. D'un autre côté, elle-même jugeait son interrogation idiote puisque que pouvait-on répondre à un bonjour, d'ordinaire, si ce n'est un autre bonjour et éventuellement un ça va ? Mais elle voulait voir s'il se méfierait. Il y avait de fortes chances, mais jusqu'à quel point ? Et cela transparaîtrait-il dans son message ? Ou alors serait-il trop occupé à recruter une jeune noscoienne inconnue au bataillon pour y prêter trop attention ? L'attente devenait presque insoutenable. Pourtant, elle ne durait que depuis quelques courtes secondes. Oh, vraiment, quelle bonne idée elle avait bien pu avoir de se connecter au réseau alpha plutôt que de flâner sur le bêta ou sur l'oméga ! Enfin, elle allait pouvoir découvrir des choses intéressantes qui, sans doute, l'aideraient ! La chatbox clignota. Impatiente, l'impératrice pencha ses yeux vers l'écran...
avatar
Joséphine de Nosco
~ Impératrice ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Impératrice de Nosco
Âge réel : 140 ans
Âge d'apparence : 28 ans

Compétences
Mémoire:
10000/10000  (10000/10000)
Compétence principale: Biologie
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hors la loi ? Mais non mais non...

Message par Rian McGregor le Mer 23 Juin - 13:50

Bon et bien apparemment il était seul... Tous le monde s'en fichait de son tract sur ce forum-ci, le mieux était sans doute qu'il se balade ailleurs sur le réseau dans l'espoir de trouver des gens un peu plus intéressé.
Il était sur le point de se déconnecter pour mieux apparaître ailleurs lorsque soudainement une autre personne arriva. Tiens... Il avait fini par attirer tout de même quelqu'un, ce n'était pas trop tôt !
Heureux d'être enfin parvenu à ses fins il médita quelques seconde sur le pseudo : Rosamunde... Il confronta aussitôt cette informations à toutes les rencontres qu'il avait pu faire sur le réseau mais rien, il ne connaissait pas de Rosamunde. Bien entendu un pseudo pouvait se changer en quelques secondes mais il avait la parade contre ça. En un clic il ouvrit un petit logiciel de sa composition, ses doigts coururent sur le clavier et voilà qui était fait : l'adresse IP de l'inconnue était fichée dans son dossier et allait être décodé en une petite vingtaine de minute de façon tout à fait automatique. Ce qu'il aimait l'informatique ! Certes la création de ce logiciel lui avait pris plus de quelques heures mais il fallait dire qu'à présent il lui faisait gagner un temps fou !

*Bonjour Rosamunde, je commençais à me sentir un peu seul... Est-ce mon tract qui t'a attirée ? *


Ou comment engager la conversation sur la voie qui l'intéressait sans en avoir l'air. Il surveillait son logiciel du coin de l'œil, souhaitant savoir le plus vite possible à qui il avait affaire. Les brigadiers de la guilde étaient nombreux sur le réseau alpha et son pseudo était plus que connu. Il n'en changeait pas pour autant, trop fier de ce qu'il représentait. Que risquait-il de toute façon ? Sur un ordinateur il était intouchable, nul ne lui arrivait à la cheville dans ce domaine comme il aimait le répéter encore et encore.
Un petit passage dans le code source de la page, il ne s'agissait pas de ne pas être méfiant et les traqueurs automatiques étaient légions sur le réseau. Il ne tenait pas à ce qu'on le localise même si il savait pertinemment que c'était pratiquement impossible avec toutes les protections et tous les pare-feu dont il s'entourait. C'était heureux d'ailleurs car la protection du bunker rebelle passait par cette sécurité. Pas question de prendre le risque d'être repéré d'une façon aussi bête alors que la rébellion échappait à toutes les recherches depuis des années !

*Qui es-tu donc, belle inconnue ? Est-ce que tu sais qui je suis ?*

Il s'amusait. Bien sur qu'elle ne pouvait que savoir qui il était, à moins d'être arrivée la veille sur Nescio ou encore d'avoir vécue pendant des années avec des œillères sur les yeux et des bouchons dans les oreilles ! Quand à savoir si elle était belle, c'était difficile sans activer les caméras se trouvant sur leurs écrans respectifs mais cela ne le dérangeait pas tellement, il était amusant de se laisser aller aux rêveries. Il imaginait déjà une jolie jeune fille aux grands yeux naïfs qui rougissait devant son compliment virtuel. Et bien quoi ? Il fallait bien lier l'utile à l'agréable non ? Bien sur cela pouvait tout aussi bien être une vieille peau au regard mauvais et au visage disgracieux mais ce n'était pas bien grave, tout ceci n'était qu'un jeu.
Et pourquoi ne pas allumer la caméra en fait ? Car c'était vrai, il lui aurait suffit de zoomer suffisamment afin de ne pas montrer le moindre arrière plan de la base, quand à celle de son interlocutrice il pouvait l'allumer à distance sans même qu'elle ne puisse s'y opposer. Quelques minutes de son temps et de ses capacités et le mystère était levé ! Oui mais non, il ne voulait pas lever le mystère. Il serait renseigné par l'IP, c'était suffisant.

Et si il s'agissait tout simplement d'un membre de la brigade ? Alors là ce ne serait que plus amusant. Il commencerait pas discuter avec lui comme à chaque fois et le pauvre homme, ou encore la pauvre femme, ferait de son mieux pour lui tirer les vers du nez sans se douter que sa couverture était grillée. Il s'amuserait alors à leur raconter les choses les plus grotesques et les plus illogiques possibles jusqu'à ce que l'autre ne comprenne qu'il était en train de perdre son temps. Il réagirait alors de la même façon que tous les petits informaticiens à la noix en activant un traqueur de Rian se ferait un plaisir de redésactiver dans la minute suivante. Un mini duel s'engagerait ensuite entre les deux protagonistes qui s'achèverait comme toujours par le plantage royal de tous le système du guildien et par les vantardises habituelles de notre cher virulino qui irait aussitôt raconter ses exploits à ses amis rebelles. Qui avait dit que la vie était ennuyeuse au bunker ?

*Alors ? Es-tu en train de réfléchir ou tout simplement d'essayer de décrypter mon IP ? Ne te fatigue pas trop, elle est fausse... ^^ *

Un sourire fin étira ses lèvres à sa propre plaisanterie. Il n'était pas né celui qui parviendrait à le confondre sur le réseau. Dans le monde réel encore, mais dans SON univers ? Il ne fallait pas trop rêver non plus... Patient et attentif, il fixa l'écran qui clignotait encore dans l'attente de la réponse de son interlocutrice. Lui répondrait-elle seulement ? Nul n'ignorait que parler à un membre de la rébellion était dangereux pour un guildien, c'était des coups à passer pour un traitre ! Peut-être donc allait-elle tout simplement se déconnecter afin de ne pas prendre des risques qu'elle jugerait inutile. Ou alors peut-être serait-elle curieuse et le prendrait-elle ce risque... Ou encore, peut-être allait-elle chercher à le confondre... Dans tous les cas cela l'amusait et lui permettrait de passer agréablement son temps. Ravis de l'aubaine, il s'installa plus confortablement sur sa chaise...

_________________
L'urgent est terminé, l'impossible est en cours,... pour les miracles, prévoir 24H ! [source inconnue]
avatar
Rian McGregor
~ Bras Droit de Y. Merling ~


Camp : Confrérie de la Rébellion
Profession : Bras droit de Yan Merling, informaticien
Âge réel : 10 ans passés à Nosco
Âge d'apparence : Une vingtaine d'années

Compétences
Mémoire:
250/10000  (250/10000)
Compétence principale: Informatique
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hors la loi ? Mais non mais non...

Message par Joséphine de Nosco le Ven 25 Juin - 3:17

L’Impératrice esquissa un petit sourire. Son message était à peine parti qu’une réponse du pirate s’affichait, la confortant dans ses certitudes : il ne soupçonnait rien de louche à ce pseudonyme de Rosamunde, qui n’appartenait d’ailleurs à aucune Oubliée quelle qu’elle soit. Elle prit une ou deux secondes pour réfléchir, et même un peu plus, d’ailleurs : quel serait le personnage qu’elle allait jouer ? Rosamunde n’était pas elle, elle allait avoir à se montrer comédienne. Et bonne comédienne, de préférence, sans quoi elle serait grillée avant qu’il ne décrypte son adresse. Or, ce n’était pas du tout conseillé, ne me demandez pas pourquoi…

Rosamunde, donc. Ce serait une jeune Noscoienne, pas vraiment nouvelle arrivée, mais pas ancienne non plus. On va dire arrivée il y a quelques mois, comme ça, tout le monde est content. Nouvelle arrivée, donc, et relativement branchée sur l’informatique. Elle sera donc apprentie en cybernétique, ça semble assez logique, ça se tient, ainsi. Et elle sera une jeune fille au physique à moitié flatteur, un peu trop ronde mais joviale et toujours souriante, avec des cheveux chatain pâle et des yeux verts. Oui, ça lui semblait un joli portrait, une couverture sous laquelle ne se cacherait ordinairement pas l’Impératrice Joséphine de Nosco, réputée jolie… non sans raisons d’ailleurs.

Pendant ce temps, il semblerait que le pirate s’impatiente ! Dans son premier message, il avait bien noté une question, à savoir si c’était son tract qui l’avait attirée, mais elle n’avait pas encore eu le temps de taper la réponse qu’il lui en demandait déjà plus sur elle. Le temps pour Joséphine d’élaborer sa couverture et il lui lançait une troisième réplique : soit elle était occupée, soit elle cherchait à décrypter son IP. En fait, elle n’était pas occupée et elle ne décryptait rien, elle ne se faisait pas trop de souci là-dessus. Elle reprit donc son clavier, pour lui répondre du mieux qu’elle le pourrait, en tachant de ne pas se griller elle-même.

« Ne t’en fais pas pour ton IP, je ne cherche pas à le décoder, je ne sais pas encore me servir de ce truc là. Tu sais, je viens d’arriver à Nosco, enfin… il y a quelques mois, quoi, donc je sais pas encore très bien me servir de tous ces instruments bizarroïdes. Bref, c’est pas important. »

Joséphine se reconcentra un instant, relut son message avant d’oser appuyer sur enter et l’envoyer. Il valait mieux tourner son clavier sept fois autour de son PC avant de répondre à un hacker dans ce genre-là, n’est-ce pas ? Du moins, c’était ce que dictait la prudence. Joséphine prit donc soin de ne pas se divulguer trop (la nouvelle oubliée qu’était Rosamunde pouvait-elle ne pas connaître un décodeur d’IP ? C’était bien possible, tiens… tout dépendait du milieu dans lequel elle avait vécu avant !)n dans son post. Une fois le premier écrit, elle décida de répondre aux questions dans l’ordre inverse de celui dans lequel elles avaient été posées. Quitte à s’amuser un peu…

« Je suis Rosamunde, c’est le prénom qu’on m’a donné. Je suis apprentie en cybernétique, je dois avoir une trentaine d’années, j’ai tout oublié de mon passé, mais ça, il paraît que c’est normal. Et toi, je ne te connais que de réputation. On dit que tu es un des meilleurs pirates de tout Nosco, raison de plus pour que je n’essaie pas de décrypter ton IP. Sinon non, je ne sais pas qui tu es. »

Au fond, elle ne mentait pas trop… Enfin… tout était relatif, n’est-ce pas ? Elle ne lui disait certainement pas la vérité quant à son identité, ni à sa formation, ni à la date à laquelle elle était arrivée à Nosco. Son âge par contre n’était pas trop faux puisque Joséphine avait un peu plus de vingt-sept années humaines depuis les cent quarante ans environ qu’elle fréquentait la cité des Oubliés. De même, sa connaissance de Virulino était assez réduite. De qui s’agissait-il ? D’un rebelle. Elle n’en savait pas beaucoup plus que Rosamunde, au fond : elle savait qu’il était rebelle, qu’il était un des plus grands pirates de Nosco, si pas le plus grand (Traktueur le concurrençait plutôt bien, et elle avait tendance à penser qu’il était le meilleur, si Virulino ne le tenait pas en échec depuis si longtemps), mais après ? Bah, ça ne la concernait pas trop, elle avait autre chose à faire, comme par exemple… gérer les affaires de l’Etat ? Nosco lui demandait beaucoup de temps à administrer, mine de rien… Et c’était sa préoccupation principale.

Bon, et si on en revenait à ce fameux tract pro-rebelle que Virulino avait laissé sur la chatbox ? Après tout, c’était bien ça qui lui importait pour l’instant, n’est-ce pas ? Elle posa à nouveau les mains sur son clavier et tapa quelques mots avant de se relire. On n’est jamais trop prudent, et il ne fallait surtout pas qu’elle quitte cette prudence : ce serait prendre de trop gros risques. Oh, certes, il ne risquait pas de lui faire planter son PC avant longtemps, celui-là. L’ordinateur de Joséphine avait été extrêmement bien protégé, c’était même probablement le plus protégé des ordinateurs de la Guilde : avant de percer son système, elle aurait eu tout le temps d’appuyer sur le bouton off et de laisser le pirate attendre longtemps. Si du moins il y parvenait, ce dont elle pouvait douter en toute légitimité. Après tout, ces protections étaient l’œuvre originale de Traktueur, avec des logiciels qu’il avait créés lui-même… Il faudrait donc du temps avant que Virulino ne puisse les décrypter entièrement !

« Oui, ton tract m’a attirée. Tu comprends, la rébellion, ça m’intrigue. Jusqu’ici je n’ai vu que des membres de la Guilde, et quelques miliciens de la Congrégation à l’occasion. Mais bon, ça, c’est pas le plus important. Je ne sais pas quoi penser des idéaux de la Guilde : il y a trop de tabous et de trucs louches, c’est douteux… Et ça n’offre aucune perspective d’espoir. J’aime pas vivre sans aucun souvenir de ma vie, ne me rappeler que mon existence à Nosco. J’ai l’impression d’avoir perdu une partie de moi-même. D’un autre côté, je ne sais pas si vivre dans les souterrains avec les Créatures est vraiment fait pour moi… Je n’ai rien de la combattante, et ma formation scientifique vient de commencer. »

Elle se demanda un instant si jouer ce genre de jeu était prudent. Mais bon, elle était aussi très bien placée pour savoir que la plupart des jeunes guildiens avaient déjà eu un ou deux contacts avec les rebelles avant d’être remis dans le droit chemin par quelques membres de la Brigade Impériale. Elle savait également que la plupart d’entre eux finissaient également par s’adapter aux règles de la Guilde, quand ils comprenaient que c’étaient les seules qui permettaient la survie la plus efficace à Nosco, et que le pouvoir de l’Impératrice était le seul légitime. Mais entre temps, combien d’entre eux avaient pris le risque d’envisager une sortie de Nosco via la rébellion ? Beaucoup, probablement. Et elle aurait peut-être même fait partie de ce groupe si la Confrérie de la Rébellion avait existé du temps où elle était encore une Oubliée comme les autres, avant que les Welfort ne la remarquent.

« Je parle, je parle… j’espère que mon blabla ne te dérange pas, sinon, tu le dis, hein ? Ai pas envie d’avoir un virus dans les deux secondes, moi… Embarassed»

Et voilà ! Bon alors, ne lui restait plus qu’à attendre la réaction du rebelle, n’est-ce pas ? Joséphine se leva, son ordinateur portable restant sur la petite table de son salon, et fit quelques pas pour se dégourdir les jambes. Dehors, le temps était toujours aussi pourri. Dommage, elle aurait bien été faire un petit tour si le climat avait été plus clément… Enfin bon, à quoi bon s’appesantir sur la situation ? Elle ne pouvait de toute façon pas la changer, alors… Elle jeta un œil sur l’ordinateur. Dix secondes s’étaient écoulées, normal que le rebelle n’ait pas encore répondu, fallait quand même pas attendre à ce qu’il soit plus rapide que l’éclair avec son clavier, malgré la pratique assez aigue de ce sport qu’il devait avoir. L’Impératrice prit deux gélules de compléments alimentaires et les avala sans hésiter. C’était horrible, cette sensation d’avoir sans cesse l’estomac vide ! Enfin bon, on s’adaptait à tout, n’est-ce pas ? Y compris à cela. Pour faire passer cette sensation, elle but deux ou trois gorgées d’eau minéralisée artificiellement (en gros un mélange d’hydrogène et d’oxygène dans lequel on dissolvait quelques minéraux en tous genres pour faire plus potable), reposa la bouteille de verre sur son bureau et retourna à l’ordinateur.

La chatbox avait un peu clignoté, signe que le rebelle avait daigné répondre à ses fausses élucubrations et ses interrogations sur la Guilde. Elle espérait de tout son cœur qu’il donnerait dans le panneau, pensant elle-même qu’au fond, son histoire était assez crédible : un jeune guildien est d’ordinaire plus prompt à prendre des risques et à s’engager dans la rébellion que ne le serait un guildien plus âgé, surtout que les jeunes guildiens dissidents ont en général droit à quelques remontrances avant d’être remis dans le droit chemin. Tout l’avait donc incitée à prendre la parole sous l’un de leurs traits, mais… Virulino y croirait-il ?
avatar
Joséphine de Nosco
~ Impératrice ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Impératrice de Nosco
Âge réel : 140 ans
Âge d'apparence : 28 ans

Compétences
Mémoire:
10000/10000  (10000/10000)
Compétence principale: Biologie
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hors la loi ? Mais non mais non...

Message par Shane M. Lewis le Ven 25 Juin - 16:32

    Et voilà qui était fait. Il sortait de son appartement. La porte se refermait automatiquement. Il fallait l'emprunte de la main pour entrer et sortir, grâce à ça, il n’avait pas besoin d’avoir des clés, qu’il aurait facilement perdues d’ailleurs. Tandis que sa main, ça, il ne pouvait pas la perdre. Et puis, si tel était le cas, il en avait toujours une deuxième... [HJ : héhé logique]

    Ainsi il sortait de son appartement avec ces 4 ou 5 gélules dans une main et son ordinateur portable dans l’autre. Ce midi, il était de surveillance, il ne passerait pas au réfectoire comme tout le monde, il avait donc pris ce qui lui fallait. La matinée avait été relativement longue à tel point que vers onze heures, Shane était complètement avachi dans son fauteuil devant son ordinateur, le regard vitreux, comme pris d’aucune vie. Qu’avait-il fait de sa matinée ? Il avait navigué sur le réseau pour détecter les possibles problèmes informatiques de Nosco. Suite à quoi, il était obligé de rédiger ce rapport qu’il détestait tant, pour que quelqu’un aille réparer le problème en question.

    Il devait avouer qu’il avait déjà été confronté à des situations un peu plus palpitantes. Ce matin, il n’avait du faire que des examens de routine sur le réseau… Le pire dans tout ça, ça devait être le temps : brumeux, nuageux, et maintenant, pour couronner le tout, il pleuvait. Il soupira profondément comme pour chasser toute cette lassitude de lui. Il commença à se redresser dans son fauteuil car mine de rien, être avachi lui faisait un peu mal au dos. Il se frotta les yeux et termina d’envoyer les derniers rapports d’analyse des systèmes de Nosco. Il regarda en bas à droite de son écran. Il était midi moins dix. Il jeta un coup d’œil autour de lui par-dessus ses lunettes aux montures rectangulaires. Ici aussi, ça se voyait qu’il était midi moins dix. Ses collègues commençaient à se déconnecter d’un peu partout, certains avaient même déjà éteint leur ordinateur sous prétexte qu’ils étaient arrivés cinq minutes plus tôt ce matin.

    Arrivé cinq minutes plus tôt, ce n’était absolument pas le style de Shane. Cinq minutes plus tard oui, mais cinq minutes plus tôt… Il ne fallait pas trop lui demander non plus. Shane aurait commencé à se déconnecter lentement lui aussi, s’il ne travaillait pas pendant midi aujourd’hui. Comme ce n’était pas le cas, il recentra ses yeux dans le verre de ses lunettes pour fixer l’écran d’un air absent. Il se mit alors sur le réseau alpha, parcourant les quelques forums dont il avait l’habitude. Il surveillait les tracts évidement, les rebelles qui pourraient être connectés. Mais à midi, il devait bien être le seul à être connecté.

    Après avoir parcourut une petite dizaine de forums sans trouver le moindre signe d’étrangeté, il ouvrit sa boite mail pour la première fois de la matinée. L’expression sur son visage changea du tout au tout. Son regard qui était vide, se remplit de détresse et de culpabilité. Pourquoi n’avait-il pas ouvert sa boîte mail plus tôt ? Il avait dix messages de son supérieur depuis ce matin. Le premier lui rappelait très cordialement que son rapport de la veille n’avait pas été fait. Mais à mesure de la matinée, Shane ressentait le ton agacé que prenait son interlocuteur comme l’informaticien ne répondait pas :

    « Gloups… »

    Fit-il alors. Il cliqua sur l’onglet « Répondre » et ses mains restèrent en suspens au dessus de son clavier.

    ‘ Je m’occupe de cela à l’instant, je vous l’envoie dans un quart d’heure.’

    Il relut, pria il ne savait trop quel dieu et envoya son message. Il commença la rédaction de son message. Mais au bout de deux minutes seulement, il reçut un message de retour. Le texte était écrit en taille 24, rouge, gras et souligné :

    ‘VOUS AVEZ INTERET !!!’

    Il se blâma intérieurement de ne pas avoir ouvert sa boîte mail un peu plus tôt. Dix minutes plus tard, il avait presque fini son rapport lorsque quelqu’un se pointa sur l’un des fora ouverts sur son écran. Shane plissa les yeux et son cœur ne fit qu’un bon lorsqu’il vit que la personne qui venait de se connecter était Virulino.

    Répondre au pirate ou terminer le rapport ? Son cœur balança entre les deux. Virulino était tout de même le pirate le plus intriguant du système informatique de Nosco, le plus renommé, celui que le meilleur informaticien de la Guilde n’avait jamais réussi à coincer ! Mais d’un autre côté, voir le visage rouge de colère de son patron ne le rassura guère. Il termina donc son rapport en vitesse.

    Lorsqu’il rejeta à nouveau ses yeux sur la chatbox en question, il remarqua l’arrivée d’une nouvelle personne sous le pseudo de « Rosamunde ». Les deux papotaient depuis deux petites minutes à présent. Shane s’enregistra sur son pseudo habituel de Siwel qui n’était autre que son nom de famille à l’envers. On lui avait souvent reproché son manque d’imagination, il n’en avait jamais démordu, s’accrochant à cette réputation sans trop s’en soucier. Il était inutile de tenter de décrypter l’adresse IP de Virulino. Il savait pertinemment qu’elle serait fausse. Ca ne lui permettrait que de perdre tu temps.

    Par contre, savoir qui parlait avec le pirate, ça, c’était une meilleure idée. Il se connecta car il ne pouvait pas avoir l’IP autrement. Il ne brouilla pas son adresse IP, ça le servirait à rien, avec son pseudo, il était déjà grillé. Il ne parla cependant pas. Il suivait la conversation sans y participer. Il n’était ici presque que parce qu’il n’en avait pas le choix. Il lança la recherche de l’adresse IP. Il n’y avait plus qu’à attendre une vingtaine de minutes. Entre temps, il reçut un mail de son supérieur :

    ‘ENFIN !’

    En voyant la police, il comprit que la colère de son interlocuteur ne c’était pas calmée pour son plus grand malheur. Il avait presque envie de lui répondre : « Hey ! J’ai mis 13 minutes au lieu de 15 prévue ! » Mais il se retint en se disant que ce n’était pas le bon jour pour faire des réclamations. Et puis, il y avait plus important… Il suivait toujours la conversation des deux. Il trouvait les vingt minutes vraiment longues. Il commença donc à chercher ailleurs. Il se connecta au registre de Nosco. Dans la barre de recherche, il tapa les trois premières lettres du pseudo de l’inconnue. Sur Nosco, il y avait une Rose, une Rosa et une Rosalie, mais pas de Rosamunde… Est-ce que son histoire était du pipo ? Ou bien, l’une de ces trois personnes avait légèrement modifié son prénom… Ou bien cela était une toute autre personne qui cachait sa totale identité. Et pourquoi dans ce cas là ?

    Il finit par ce dire que ce n’était qu’un simple pseudo. Lui-même ne s’appelait pas Siwel, et Virulino ne s’appelait pas ainsi non plus… Dans ce cas, qui était Rosamunde ?
avatar
Shane M. Lewis
~ Brigadier Informatique ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Brigade Informatique
Âge réel : 10 ans
Âge d'apparence : 19 ans

Compétences
Mémoire:
3000/10000  (3000/10000)
Compétence principale: Informatique
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hors la loi ? Mais non mais non...

Message par Rian McGregor le Lun 28 Juin - 19:42

Il observait les progrès de son logiciel de décryptage d'un œil et la tchatbox de l'autre. Enfin la réponse s'afficha. Il eut un sourire intéressé lorsqu'elle lui apprit qu'elle venait d'arriver à Nosco depuis à peine quelques mois. C'était très intéressant car les nouveaux arrivés étaient bien plus facile à recruter. Il suffisait de tomber dessus assez rapidement et il semblait bien que ça devait être le cas. Toutefois il était méfiant, connaissant assez bien les ruses de la guilde à ce sujet et il était clair qu'il ferait très attention à ses dires tant qu'il ne connaitrait pas l'identité de la personne à coup sur, et même après d'ailleurs.

« Je suis Rosamunde, c’est le prénom qu’on m’a donné. Je suis apprentie en cybernétique, je dois avoir une trentaine d’années, j’ai tout oublié de mon passé, mais ça, il paraît que c’est normal. Et toi, je ne te connais que de réputation. On dit que tu es un des meilleurs pirates de tout Nosco, raison de plus pour que je n’essaie pas de décrypter ton IP. Sinon non, je ne sais pas qui tu es. »

Il nota intérieurement chaque information dans son esprit et réprima un nouveau sourire satisfait lorsqu'elle le complimenta indirectement, il n'y avait pas de meilleur moyen de lui faire plaisir mais ce n'était pas pour autant qu'il baisserait sa garde. Elle semblait... Naïve. Presque trop même pour une nouvelle arrivée, cela le mettait mal à l'aise sans trop qu'il s'en aperçoive. L'instinct me dirait vous et surtout une vieille et solide expérience de ce genre de conversations virtuelles.

La suite le laisse songeur, c'était trop beau... Bien sur elle n'était pas une exception et beaucoup de nouveaux arrivés se posaient des questions sur eux-même voir sur la guilde mais là... Il était mal à l'aise... C'était presque comme-ci elle tentait de l'amadouer en lui disant tout ce qu'il avait envie d'entendre et rien d'autres, selon ses critères il aurait presque dû lui sauter dessus et l'intégrer là... Mais cela ne lui plaisait pas, voilà. C'était... Surfait. Même les hésitations qu'elle disait avoir vis à vis des souterrains lui déplaisait.. Mais pourquoi ?
La réalité le frappa en pleine face, les créatures ! Comment pouvait-elle connaître l'existence des créatures ? Bien entendu il y avait peut-être une explication et ce n'était pas comme si elle avait été un brigadier qui aurait fait une erreur monumentale mais tout de même... Il avait des doutes.

« Je parle, je parle… j’espère que mon blabla ne te dérange pas, sinon, tu le dis, hein ? Ai pas envie d’avoir un virus dans les deux secondes, moi… »


Elle pouvait se rassurer là dessus, il avait des doutes certes mais il n'en était pas encore au point d'être sur de lui et donc n'avait pas l'intention de bousiller un système qui le liait à une peut-être future recrue. Comment savoir ? Si elle était sincère alors elle était une sacrée chance pour la guilde et Yan ne lui pardonnerait jamais de la laisser filer. D'ailleurs une apprentie en cybernétique pouvait toujours servir... Il pianota sur son clavier :

« Non, j'aime parler et écouter. Ou plutôt lire... »

Il mentait un peu pour le coup, il adorait écouter oui parce qu'il avait besoin d'avoir un maximum d'informations mais il ne souhaitait pas parler plus que ça. En apprendre le plus possible en en révélant le moins possible, voilà le crédo du recruteur rebelle.

« J'ai une question... Comment connais-tu l'existence des créatures ? Il ne me semble pas qu'il y ai eu d'attaques récemment de la guilde (remarque bien que je me trompe peut-être, il est difficile de se tenir au courant de tout de là où je suis). En tout cas pour te répondre sache que la vie d'un rebelle n'est pas si difficile, nous préférons la compagnie des créatures à celle des tyrans. »


Et paf ! Sa pique ne toucherait certainement pas la jeune Rosamunde mais par contre le brigadier qui se cachait peut-être derrière n'y serait pas insensible. Voilà qui lui ferait les pieds si ça devait être le cas !
Il hésitait à parler encore, souhaitant l'interroger plus mais ne voulant pas non plus effaroucher une jeune guildienne qui après tout était peut-être bien ce qu'elle disait être, lorsqu'une nouvelle personne se connecta. Il fronça aussitôt les sourcils, reconnaissant le pseudo.

Siwel... Lui au moins n'était pas difficile à cerner, c'était un brigadier informatique. Le premier réflexe de n'importe quelle rebelle aurait été sans doute de se déconnecter mais Rian savait qu'il ne risquait pas grand chose sur le réseau, il décida donc de rester quitte à s'amuser un peu si l'autre avait l'idée saugrenue de le provoquer en duel en plein sur son terrain. Il ne tenait pas contre pas à ce que la fille ai des ennuis à cause de ce clown là et écrivit :

« Cette chère brigade, décidément vous êtes toujours en retard pour le ménage. Ce tract traine ici depuis des plombs, il serait peut-être temps de nettoyer au moins les mots à défaut de ne pouvoir détruire les idéaux ? »


Ou comment prévenir Rosamunde de la présence d'un brigadier tout en attaquant verbalement celui-ci. Répondrais-t-il ? Tentait-il de décrypter son IP ? Le pirate s'en amusait d'avance...


_________________
L'urgent est terminé, l'impossible est en cours,... pour les miracles, prévoir 24H ! [source inconnue]
avatar
Rian McGregor
~ Bras Droit de Y. Merling ~


Camp : Confrérie de la Rébellion
Profession : Bras droit de Yan Merling, informaticien
Âge réel : 10 ans passés à Nosco
Âge d'apparence : Une vingtaine d'années

Compétences
Mémoire:
250/10000  (250/10000)
Compétence principale: Informatique
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hors la loi ? Mais non mais non...

Message par Joséphine de Nosco le Ven 23 Juil - 16:51

Assise à son ordinateur, on pouvait vraiment dire que l’Impératrice prenait un plaisir de plus en plus évident à jouer à ce petit jeu… Comme divertissement, vraiment, il lui semblait des plus intéressants, et des plus satisfaisants au niveau de l’égo. Pouvoir se moquer de ceux qui ne manquaient pas une occasion de la ridiculiser et de l’insulter publiquement lui procurait une sensation de vengeance très agréable, on pouvait le concevoir ! Mais l’Impératrice riait encore plus lorsqu’elle se mettait à imaginer la tête du pauvre petit Virulino lorsqu’il se rendrait compte de l’identité réelle de son interlocutrice. Il ne lui tomba même pas dans l’idée que sa propre brigade pourrait bien se retourner contre elle, ce qui pourrait également mener à des soucis d’importance. De toute façon, elle s’en moquait complètement, et ne manquerait certainement pas d’arguments lui permettant de justifier une situation quelque peu compromettante. Vous pensez, l’impératrice de mèche avec les rebelles ! Quel scoop ! Dommage qu’il n’y ait guère de journalistes à Nosco, ils se seraient bien fait un régal de publier les détails de l’affaire…

Bref, qu’importait la présence ou l’absence de journalistes dans la paisible petite cité dont elle était la dirigeante ! L’important se déroulait là, sous ses yeux, tandis que le rebelle lui répondait une fois de plus. Il disait aimer écouter et lire, ce qui arrangeait grandement Joséphine : au moins, il ne tenterait pas d’infecter son ordinateur. Si jamais il osait essayer, il se rendrait bien compte qu’il y avait un certain problème… l’ordinateur d’une apprentie en cybernétique ne pouvait pas être aussi bien protégé. Celui d’un maître en informatique ou d’un haut conseiller pouvait l’être, il ne fallait pas en douter, mais celui d’une apprentie… non, ça aurait vraiment mis en danger sa couverture. Heureusement donc qu’il ne tenterait rien contre son ordinateur, excepté, très probablement, de décrypter son adresse IP.

L’Impératrice se rendit compte qu’elle avait fait une petite erreur en parlant des créatures. Et visiblement, elle n’avait pas été la seule à s’apercevoir de la faille, puisque le rebelle lui en parlait directement… Et il avait raison, il n’y avait pas eu d’attaque récemment. Ce qui n’empêchait pas une apprentie présente depuis trois ou quatre mois d’avoir entendu parler d’une, d’autant plus que la cybernétique s’occupait entre autres de la confection des technologies qui permettaient de lutter contre les fameuses créatures en question. Et à vrai dire, le prétexte qu’allait utiliser Joséphine pour se justifier était tout trouvé. Certes, il allait peut-être en douter un petit peu, mais quel maître sensé et digne de ce nom ne mettrait pas en garde sa nouvelle apprentie contre le danger des créatures, ni ne lui expliquerait les thèmes qu’il traitait dans ses recherches ? Son maître de biologie avait été comme ça en son temps (il y a si longtemps, mine de rien !), et elle osait présumer que les autres maîtres avaient à l’égard de leurs apprentis une conduite similaire. Elle reprit son clavier et se remit à écrire.

« Eh bien, pour ce qui est des créatures, c’est mon maître de cybernétique qui m’en a parlé, à la fois pour que je sache comment réagir si je me retrouve face à l’une d’elles ; et en outre parce que les créatures font partie de ses sujets de recherche. »

La suite de la phrase de Virulino la fit tiquer. Un tyran ? Où ça, un tyran ? Elle, le tyran ? Non mais oh ! Quel manque flagrant de politesse et d’intelligence ! L’Impératrice grinça des dents, et pas qu’un petit peu, d’ailleurs. Elle grogna, jura dans son absence de barbe, pesta, mais jugea bon de ne pas réagir aussi violemment sur la chatbox. Elle allait se trahir, si jamais elle le faisait. Il fallait qu’elle reste particulièrement calme, voire qu’elle l’approuve. Enfin, pas trop, Rosamunde n’était pas censée connaître tout de la politique de Joséphine en matière de gestion de l’Etat : elle n’était qu’une petite apprentie avec ses doutes et sa panique due à sa perte de mémoire, pas une haute conseillère ! Elle n’était pas censée connaître énormément du monde qui l’entourait, après tout… Donc, il faudrait bien que Joséphine se contienne encore un peu si elle voulait prolonger le divertissement, bien qu’elle sache au fond d’elle-même sue jamais, jamais, sa politique ne serait une véritable tyrannie. Certes, elle était dure, il ne fallait pas le nier non plus, certes elle était parfois assez difficile à accepter si on était un peu trop épris de liberté, mais elle était justifiée. Et ça, c’était le plus important.

« Peut-être… Je ne peux pas dire si sa politique est justifiée ou pas, je ne sais pas à quoi ressemblerait la vie sans ces règles… Tu m’assures que cette politique n’a pas de sens ? »

Voilà. Ni trop, ni trop peu, juste ce qu’il fallait pour le satisfaire sans trop se mouiller. Au fond, il valait mieux qu’elle agisse ainsi : par le doute plutôt que par les affirmations. Après tout, elle était censée douter, pas savoir ! Joséphine ferma les yeux un instant, et fixa son écran. Une nouvelle personne venait de se connecter, sous un pseudo qu’elle ne connaissait apparemment pas. Il fallait bien avouer, à sa décharge, qu’il y avait des milliards de pseudos envisageables pour un même guildien, et qu’il y avait quand même beaucoup de guildiens… Sans compter les rebelles et les membres de la Congrégation, quoique ces derniers ne fréquentassent guère les chatboxes et le reste du réseau en général, trop occupés qu’ils étaient par la Source et la gestion des ondes alpha. Déjà qu’ils en manquaient de plus en plus… Et l’Impératrice eut un moment de rage. Que ne pouvait-elle pas couper les ondes à la Confrérie de la Rébellion ! Maudit Cadmun, maudits principes ! Que n’avait-il pas cédé à ses offres, celui-là ! Ca leur aurait permis de bénéficier de plus de protections, d’une meilleure défense, voire même de lancer une attaque contre les Créatures et de les éliminer définitivement de la surface de Nosco ! Et des souterrains aussi, d’ailleurs.

Mais si elle ne reconnaissait pas le pseudo Siwel, le rebelle, lui, semblait le connaître, vu sa réaction au quart de tour. Un brigadier. Bon, tant mieux pour lui s’il passait dans le coin, peut-être viendrait-il faire causette avec elle et avec le pirate, pourquoi pas ? Mais Siwel ne disait rien. Il était probablement en train de tenter de décrypter les IP. Bah, quand il verrait qu’il avait affaire au sien, il ne réagirait probablement pas ; et il ne parviendrait pas à trouver celui de Virulino, depuis le temps que la Brigade se cassait les dents à essayer de pénétrer le réseau des rebelles… Elle haussa donc les épaules derrière son écran, et attendit encore un peu. A vrai dire, elle avait tout le temps. Elle relut la phrase de Virulino et eut un petit rictus amusé : effacer les idéaux ? Il croyait vraiment avoir fait mouche en découvrant Rosamunde ? Bah… il se faisait des illusions solides, alors, le rebelle ! Parce qu’il était hors de question que l’Impératrice se joigne à la rébellion : ce serait le monde à l’envers, complètement ! Elle ricana, puis reprit le clavier.

« J’assume mes actes. Je ne vais pas me déconnecter juste par frousse, de toute façon, ils doivent déjà avoir mon IP… »

C’est qu’elle était culottée, la petite Rosamunde ! Peut-être Joséphine prenait-elle un risque en se montrant aussi audacieuse ? A vrai dire, elle jouait quitte ou double. Soit le rebelle le prenait bien, admirant son courage et sa détermination, ainsi que son sens des responsabilités ; soit il comprenait qu’il y avait anguille sous roche, et commencerait à soupçonner le souci. De toute façon, quelle que soit l’option choisie, l’Impératrice qu’elle était ne courait aucun risque. Il ne fallait quand même pas espérer que les rebelles lui envoient une escorte pour l’aider à s’échapper du piège qui ne manquerait pas de se refermer sur elle si elle était une guildienne ordinaire, n’est-ce pas ? Ou alors ils étaient vraiment fêlés, à la Rébellion ! Ce qui en soi, d’ailleurs, était encore envisageable, mine de rien…

Et voilà, maintenant que tout était posté et marqué en grandes lettres sur la chatbox, elle ne pouvait plus retourner en arrière, quand bien même elle l’aurait voulu. L’Impératrice esquissa un petit sourire, puis prit un peigne et lissa quelques mèches de ses cheveux, négligemment. Elle risqua même un coup d’œil dehors : le temps était moche, comme auparavant. Un temps à ne pas mettre un chien dehors, un temps à ne rien mettre dehors excepté peut-être une Créature (de toute façon, le mauvais temps ne semblait pas les atteindre plus que ça). Joséphine attendit donc encore un instant. Elle voulait voir la réaction du rebelle, se demandant s’il le prendrait bien ou mal… La crainte d’avoir en deux coups de clavier grillé sa couverture commençait à la ronger, mais de toute façon, qu’avait-elle à craindre ?
avatar
Joséphine de Nosco
~ Impératrice ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Impératrice de Nosco
Âge réel : 140 ans
Âge d'apparence : 28 ans

Compétences
Mémoire:
10000/10000  (10000/10000)
Compétence principale: Biologie
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hors la loi ? Mais non mais non...

Message par Rian McGregor le Dim 25 Juil - 20:36

Pas de réponse... Apparemment le brigadier préférait faire profil bas pour le moment, c'était leur façon habituelle de faire d'ailleurs et Rian n'en fut pas surprit. Il leva les yeux aux ciel, sachant qu'il n'avait rien à craindre et les reposa sur son écran lorsque celui-ci se mit à clignoter :

« Eh bien, pour ce qui est des créatures, c’est mon maître de cybernétique qui m’en a parlé, à la fois pour que je sache comment réagir si je me retrouve face à l’une d’elles ; et en outre parce que les créatures font partie de ses sujets de recherche. »

Moui... Le rebelle avait du mal à être convaincue. Il avait eu un drôle de pressentiment dès le début de la conversation et l'explication lui semblait un peu grosse. Son maitre aurait-il prit le risque de lui révéler une information aussi importante à elle la petite nouvelle de Nescio ? Certes il arrivait que certains maitres soient protecteurs vis à vis de leurs élèves et n'essayent de les mettre en garde mais pas si tôt... Il grinça des dents, nerveux.

« Peut-être… Je ne peux pas dire si sa politique est justifiée ou pas, je ne sais pas à quoi ressemblerait la vie sans ces règles… Tu m’assures que cette politique n’a pas de sens ? »

Il réprima un grognement frustré, oubliant ses doutes pour un instant afin de fustiger mentalement la nouvelle génération de Nescio qui ne savait pas regarder plus loin que le bout de son nez. Était-ce vraiment le peuple de l'être humain que de se conduire comme un vulgaire troupeau de moutons ? »

« Aucun, priver les gens de leur liberté n'a jamais eu le moindre sens. Privilégier quelques-uns par rapport aux autres non plus et se proclamer reine de l'univers sans demander l'avis de personne encore moins. »

Pourquoi lui disait-il ça en fait puisqu'il n'avait pas la moindre confiance en elle et puisqu'il était de plus en plus persuadé qu'il y avait anguille sous roche ? Peut-être juste parce que s'énerver sur le système lui avait toujours fait du bien, et accuser au passage l'impératrice était toujours jouissif. Rien que pour cela, ça valait le coup d'être rebelle.
Il sourit lorsqu'elle fanfaronna, refusant de se déconnecter malgré qu'il l'ai prévenue. Voilà encore une chose qui était peu crédible. Soit elle était particulièrement inconsciente et même idiote, soit elle n'avait rien à craindre et il restait plutôt sur la deuxième option. Un bip sonore détourna un instant son attention, son logiciel avait fait son travail.

Il cliqua sur une icône afin d'obtenir le résultat, curieux d'avoir enfin la réponse à ses interrogations... Allait-il être surprit ? Agréablement ? Désagréablement ? Ses doutes étaient-ils fondés ? Le malaise qu'il ressentait avait-il une cause ?
Douche froide... Sensation de chaud... Mâchoire qui tombe. Il y avait forcément une erreur.
Frénétiquement, il pianota, cherchant ce qui avait bien pu faire planter son logiciel à ce point. Comment cela pouvait-il être possible ? Il ne pouvait pas y croire.
Mais d'un autre coté il ne pouvait pas croire que son logiciel avait bugué, un logiciel créé par lui-même ne buguait pas, ou alors il ne s'appelait plus Rian.

Son regard pensif était fixé sur l'écran où un nom s'affichait. Joséphine de Nosco. L'impératrice, ni plus ni moins... Elle s'était bien fichu de lui, et en même temps c'était assez jouissif de se dire qu'elle avait reçu ses accusations en pleine face. Vraiment, la situation était cocasse...
Que lui était-il passé par la tête pour qu'elle vienne carrément parler à un rebelle ? Il ne pouvait pas le savoir, il n'en avait pas la moindre idée et pour tout dire, il s'en fichait. Il y avait forcément un piège, cela devenait trop dangereux de rester connecter. Il était certes un informaticien de talent mais il devait aussi sa réputation d'anguille à son extrême prudence. Pas question de prendre le moindre risque. A l'heure où il réfléchissait peut-être qu'un plan complexe était en train de se mettre en branle pour le localiser. Alors cela se déroulerait sans lui.
Un point clignotant sur l'écran, la conversation s'est arrêtée. Quelques minutes passent et une déconnexion automatique met un terme au petit jeu. Time out, Virulino est à nouveau hors de portée...

_________________
L'urgent est terminé, l'impossible est en cours,... pour les miracles, prévoir 24H ! [source inconnue]
avatar
Rian McGregor
~ Bras Droit de Y. Merling ~


Camp : Confrérie de la Rébellion
Profession : Bras droit de Yan Merling, informaticien
Âge réel : 10 ans passés à Nosco
Âge d'apparence : Une vingtaine d'années

Compétences
Mémoire:
250/10000  (250/10000)
Compétence principale: Informatique
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hors la loi ? Mais non mais non...

Message par Shane M. Lewis le Lun 26 Juil - 15:13

    Les yeux face à son écran, Shane poursuivait dans sa réflexion. Il tapotait machinalement le coin en haut à droite de son ordinateur avec son index pour faire passer le temps. L’informaticien n’était pas de ces gens mous, il avait besoin que les choses bougent et que diable n’était-il pas rapide ce logiciel de décryptage ! Il soupira profondément puis décida de se replacer sur le registre de Nosco. Il retrouva rapidement ses trois suspectes dont le prénom commençait par « ROS ». Il finit rapidement le tour de leurs adresses IP pour ne faire qu’un sinistre découverte : l’IP n’appartenait à aucune des trois. Une rebelle qui avait changé de nom ou tout du moins de pseudo lorsqu’elle avait changé de camp… Shane fit alors une autre recherche, car il suivait de près la discussion entre les deux, bien qu’il n’y participe pas. Il découvrait le profil de la demoiselle qui s décrivait sans aucune crainte. Il soupira à nouveau. Le registre mettait du temps à rechercher tel ou tel individu, mais plus on y rentrait d’information, plus la recherche était affinée et plus s’était rapide. Shane lança une recherche parallèle à l’adresse IP en cours. Les critères étaient la date d’arrivée inférieure à un an, dans le secteur de la mécanique et cybernétique et de sexe féminin. Le logiciel se mit à nouveau à chercher. Il avait d’abord effectué une sélection des personnes de 12 mois et moins, dans cette sélection, il prenait en compte le second critère puis le troisième. Il y avait à présent huit personnes potentiellement suspectables. Mais lorsque Shane parcourut du regard leur adresse IP, il soupira : ils étaient tous innocents… Innocent…

    Shane tapota encore nerveusement sur le coin en haut à droite. Décidément, il n’y aurait que le décryptage de l’adresse IP qui donnerait une satisfaction à 100%. Elle serait parfaite et indétrônable. En attendant, et bien il devait attendre, et ne rien faire… Et ça, ça lui tapait sur le système. Il commença à tapoter du pied en rythme avec son index. Que faire ? Il cliqua à nouveau sur l’onglet du forum et jeta un nouveau coup d’œil à la discussion. Virulino avait détecté sa présence et l’avait reconnu de toutes évidences comme Brigadier Informatique de la Guilde. Et il mettait en garde la jeune femme et se riant de lui.

    *J’oubliais que dans votre trou à rats, seize heures semblent une éternité…*

    Il ne fit que le penser, provoquer le pirate n’était pas de son besoin actuel. On n’avait jamais réussi à le coincé, il doutait fort y parvenir aujourd’hui. Cependant, il allait pouvait mettre la dite Rosamunde en observation. Parler avec un rebelle. C’était peut-être pour ça aussi que Shane n’avait pas répondu. Parler avec un rebelle et voilà qu’il aurait été fiché lui aussi. Non, vraiment non, mieux valait redoubler de patience et de vigilance.

    ‘Il serait peut-être temps de nettoyer au moins les mots à défaut de ne pouvoir détruire les idéaux’

    Cette réplique lui rappelait vaguement sa dernière rencontre avec le Haut-Prêtre Allan Cadmun. Il lui avait dit que la rébellion n’était que la conséquence du régime dit-imposé par l’Impératrice. Si Shane n’avait pas eu grand mot à répliquer à cela, il fallait dire que c’était assez troublant de se trouver face à un tel point de vue.

    Il continuait de suivre la conversation est fut estomaqué par la réplique de la jeune femme. QUOI ? Il resta la bouche bée et les yeux grands ouverts face au message qui clignota. Il secoua sa tête pour se remettre les idées en place. La petite n’avait pas froid aux yeux mais elle avait être durement refroidie. Elle assumait ses actes, et bien soit. Le logiciel de recherche bipa. C’était l’heure de vérité. Shane cliqua sur l’onglet. Sa main droite sur la souris, la gauche qui était en train de prendre un gobelet en plastique remplit d’eau, se resserra par surprise avec force. Le pauvre gobelet subissait un triste sort, Mael n’aurait guère voulu être à sa place. L’eau se rependait sur sa table de travail. Les yeux de l’informaticien restaient fixés sur l’écran d’ordinateur… Ce nom… Ce n’était pas possible. L’adresse IP appartenait à l’impératrice.




avatar
Shane M. Lewis
~ Brigadier Informatique ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Brigade Informatique
Âge réel : 10 ans
Âge d'apparence : 19 ans

Compétences
Mémoire:
3000/10000  (3000/10000)
Compétence principale: Informatique
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hors la loi ? Mais non mais non...

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum