Fuir est pire qu'un crime, c'est une faute [ Silvio A.]

Aller en bas

Fuir est pire qu'un crime, c'est une faute [ Silvio A.]

Message par Shane M. Lewis le Sam 17 Juil - 23:02

    La journée avait plutôt bien commencée. Miraculeusement, il avait réussi à se lever à l’heure. Tout aussi miraculeusement, il n lui était rien arrivé en chemin, et il fut donc présent à l’horaire initial, alors qu’il ne l’était qu’un seul jour sur trente. En général, ce genre d’arrivée à l’heure, lui épargnait les habituelles réprimandes de son supérieur, et donc il se sentait de meilleure humeur.

    Bref tout se passait bien jusqu’à ce que son pire ennemi arrive : le café. Ce petit gobelet blanc avec un liquide noir marronné, une petite cuillère et un sucre glissé dedans, le tout apporté par LA jolie blonde à forte poitrine de la Brigade Informatique. Evidement, même s’il n’aimait pas le café, lorsque c’était elle qui l’apportait avec son sacré sourire, comment dire non ? Alors qu’il saisissait le gobelet, le regard plongé dans l’ouverture de son chemisier blanc, ses doigts se refermèrent vaguement et le liquide tomba sur le clavier de son ordinateur.

    Elle se dépêcha d’éponger le clavier alors que Shane était tout penaud. C’était trop tard. Non seulement son clavier lançait des éclairs électriques, mais en plus il venait de se taper une honte mémorable. Pire : il se leva pour aller chercher d’autre essuie tout, mais au lieu de passer la porte, il se mit l’encadrement en pleine face, probablement parce qu’il regardait jusqu’ou remontait la jupe de la demoiselle.

    Il se blâma, pesta contre lui-même dans les couloirs. Lorsqu’il revint, elle avait disparu. L’idée lui était-elle venue d’inviter cette demoiselle, il ne savait où ce soir ? Oui peut-être. Il fallait dire que c’était un parfait fiasco du début à la fin. Il termina d’éponger le clavier de son ordinateur en maugréant jusqu’à la fin de la matinée. Trop de chance tue la chance. Il s’était levé que trop bien ce matin pour que ça dure vraiment. Il revint après le repas, puis, vers quinze heure, lorsqu’il eut fini son travail (enfin une bonne nouvelle), il regarda l’heure en bas à droite de son écran avant de constater qu’il ne pourrait quitter les SSU de la Brigade que dans deux heures et demie (et voilà la mauvaise nouvelle qui allait avec la bonne nouvelle inévitablement). Il chercha autour de lui quelques affaires à s’occuper. Il aida un collège et termina bien vite. Il était quinze heures trente… Misère.

    Il se leva alors et se dirigea vers ce qui était les salles d’entrainement de la brigade anti-terroriste. A cette heure-ci, bon nombre d’entre eux étaient en mission sur le terrain. Ainsi l’endroit était vide. Qu’avait-il espéré ? Trouver une autre jolie blonde ? Non. Il soupira et prit une arme. C’était une épée, une épée tout à fait banale, une épée de base comme tout le monde en possédait dans nosco. La force pure en combat d’arme blanche n'est pas la première qualité. Mieux vaut réfléchir (vite) avant d'agir, l'à propos étant la qualité principale d'un épéiste. Ceci demande de la concentration, de l'agilité, de l'endurance, mais aussi de la technique. C’était la technique que Shane perfectionnait avec le temps, s’entrainant dans le vide, seul, bien qu’il préfère avoir un adversaire réel.

    Il fit rouler son poignet, et la lame fendait l’air en formant des cercles. Il tint alors son épée à deux mains. Certains disent qu’il s’agit d’un style sans grâce et un peu brutal. C’était ce sur quoi il s’entrainait pour le moment. Cette technique repose tant sur sa puissance que sur son efficacité pratique : sa portée est plus longue et sa puissance à la tranche bien supérieure à l'épée simple ! L'utilisation des deux mains permet d'apporter outre la puissance des coups, beaucoup de subtilité dans son utilisation. L'une des règles essentielles est de maîtriser sa posture au combat : n'être ni statique, ni raide, garder son équilibre et connaître sa rapidité de mouvement.

    Shane suivait les différentes combinaisons. Il passait de médiane à haute puis basse. Il partait sur sa droite, en arrière, pendante, puis latérale, longue et enfin courte. Shane n’était pas un expert en l’usage d’épée ou de toute arme blanche. Il savait qu’il était bon, il avait passé le stade de l’apprentissage, sans pour autant être parfait. Ses enchainements devaient manquer d’expérience, et tant d’autres choses.

    Mais lorsqu’il se retourna, il se trouva fer contre fer avec un homme dont le visage lui rappelait vaguement quelque chose. Celui-ci avait dégainé son épée, probablement pour se protéger. Shane ne l’avait pas entendu venir, peut-être que si l’homme n’avait rien fait, Shane lui aurait fait une belle entaille dans le torse. L’informaticien resta bouche bée et statique.
avatar
Shane M. Lewis
~ Brigadier Informatique ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Brigade Informatique
Âge réel : 10 ans
Âge d'apparence : 19 ans

Compétences
Mémoire:
3000/10000  (3000/10000)
Compétence principale: Informatique
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fuir est pire qu'un crime, c'est une faute [ Silvio A.]

Message par Silvio Anthelmios le Lun 19 Juil - 21:58

Le fer avait sonné, résonné, un son sec qui était pourtant devenu cristallin dans cette grande salle que la seule présence de nos deux camarde n'aurait su remplir. Le son qui faisait rêver les apprentis, et vibrer le coeur des combattants, comme si c'était le son même du combat, de la mort esquivée, du danger tout proche, de l'adrénaline et de la rage entrelacées dans la tête épéistes.
Face à Shane, il y avait un jeune homme au regard sombre. Leurs épées les séparaient, mais il semblait très proche de lui... Et il semblait fixer Shane dans les yeux. Les lèvres retroussées en une grimace de grognement canin, il lui jetait un regard noir, haineux et méprisant, comme s'il n'avait été qu'un déchet, mais un déchet qui aurait sali son plus bel habit (actuellement il ne portait qu'une tenue sombre passe-partout assez serrée, son manteau reposant non-loin de l'entrée des lieux, directement à terre, sous une hallebarde). Il semblait que Shane soit un dangereux criminel, un rebelle, même, car il avait sans doute pu sentir, dans son poignet, que la rapière de son nouvel adversaire n'avait pas fait que se placer entre lui et sa lame.
Elle était venue vers lui. Comme une attaque. Comme si c'était Shane qui avait dû parer pour se protéger.

Il était impossible de savoir si Silvio plaisantait ou s'il en voulait réellement à Shane, même s'il avait l'air sérieux. Une chose était sûr: si c'était une plaisanterie, ou un jeu, il était remarquablement bon acteur... Et remarquablement violent. Ca se sentait. D'ici, cela se sentait. Quelque chose autour de lui qui ne pouvait que laisser présager qu'il ne s'entrainait pas juste pour réviser, que le bruit de son fer n'était pas creux, qu'il sentait bon le combat dont l'enjeu était le sang de son adversaire.
Silvio n'était pas venu ici pour jouer. Il n'était pas venu ici pour un entrainement "de routine".
Il était venu ici pour se battre. Par nécessité psychologique. Laquelle ? Celle de se défouler sur quelqu'un ? De libérer quelque chose, de s'exprimer, comme les artistes ? Nul ne savait. En tous les cas, le résultat était le même. Il était entré ici en douce, en silence, et s'était dirigé lui-même vers celui qui s'entrainait sans regarder plus loin que le bout de sa lame. S'il n'avait pas eu sa chance inouïe, Shane aurait peut-être été blessé... voire embroché... Qui sait ?

Un autre que Silvio aurait profité de la situation pour faire la leçon à Shane. Mais sincèrement, Silvio, il n'en avait rien à faire des leçons à donner à Shane. Le meilleur apprentissage était forgé par l'expérience et non par les mots. Et... Il n'avait pas envie de s'arrêter, visiblement.
Son fer glissa le long de celui de Shane, l'entrainant vers le bas... laissant ainsi le loisir à Silvio d'utiliser, rapidement, son poing vers la mâchoire de son adversaire, incroyablement vite. Et comme il ne sous-estimait pas Shane malgré l'air un peu ébahi qu'il avait affiché face à lui, il bondit aussitôt sur le côté, en garde. Ses yeux jetaient encore des éclairs à Shane. Viens te battre, viens te battre, tu as vu comme je te hais... Sois mignon, dis-moi que c'est réciproque...
A part qu'il semblait lui jeter une floppée d'insultes en même temps, c'était à peu près ce qu'il pensait.
Et il semblait prêt à bondir à nouveau sur Shane s'il ne se montrait pas assez combattif.

(HJ: un peu court. Ca te va quand même?)
avatar
Silvio Anthelmios
~ Commandor ~
Section Anti-Terroriste


Camp : Guilde Impériale
Profession : Second de Judikhael Wienfield
Âge réel : 30années
Âge d'apparence : vingt

Compétences
Mémoire:
1500/10000  (1500/10000)
Compétence principale: Armes blanches
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fuir est pire qu'un crime, c'est une faute [ Silvio A.]

Message par Shane M. Lewis le Mar 20 Juil - 15:15

    Ca avait claqué si fort, fer contre fer, que ses mains vibraient encore et de la répercussion exécutée. Il observa l’home face à lui, un homme plus petit que lui (ça il fallait vraiment le faire puisque Shane était minuscule avec son mètre soixante dix à peine), les cheveux blonds, le regard dur. L’informaticien ne tarda pas à la reconnaître, il était le second du commandor, section anti-terroriste qui répondait au nom d’Anthelmios. Il n’avait eu à faire à lui que quelques rares fois, la section informatique travaillait étroitement avec l’anti-terroriste. Ainsi l’avait-il trouvé… Centré sur lui-même ? Oui, on pouvait dire ça.

    Shane ne regardait que très rarement les gens dans les yeux, une sale habitude affreusement détestable mais à laquelle le monde autour de lui s’était plié en sachant qu’il était inutile d’essayer percevoir un coup d’œil de la part de l’informaticien. Néanmoins, lorsque le fer claqua dans un bruit métallique qui le faisait frémir, Shane avait relevé ses yeux étonnamment clairs comparé à la profondeur obscure de ceux de son adversaire. Oui, adversaire, car il ne pouvait être considéré que comme tel. Loin de c’être défendu, l’homme s’était rapproché de lui, comme s’il avait cherché à l’attaquer. Alors qu’il n’avait pensé qu’à un état de défense de la part de son interlocuteur (qui ne parla pas d’ailleurs), se révéla être un état d’attaque.

    Du fait que Shane ne regarde personne droit dans les yeux, lorsqu’il le faisait, c’était assez surprenant et il en avait eu le don de voir le véritable personnage derrière le masque. Mais celui-là était assez spécial. Son regard carnassier en disait long. La stupeur déserta son visage pour faire place à l’interrogation. Mais pourquoi il l’attaquait ? Certes il avait fait un mauvais geste et aurait bien pu l’égratigner, mais quand on y réfléchissait bien, c’était cet homme qui s’était approché et l’avait attaqué. Shane se trouvait dans une passe de défense, le poignet recourbé non pas par le coup donné mais par le coup reçu.

    Le fer de l’autre glissa contre le sien, son poignet se détendait, son épée dévia vers le bas, Shane n’avait pas spécialement cherché à contrer cette action, son poignet avait été docile et sa lame obéissante. Le fait est qu’il ne s’était pas attendu à ce poing qui vient se planter dans sa mâchoire. Quelque peu assommé, Shane se massa l’os attaqué. Il ne tenait son épée que d’une seule main gantée d’un cuir noir. Il secoua sa tête de gauche à droite pour reprendre ses esprits :

    « Nan mais ça va pas ! »

    Protesta-t-il contre ce traitement qui lui sembla bien fort injuste et révoltant. Lorsqu’il le regarda à nouveau, cherchant à le sonder comme il savait si bien le faire, il tomba face à des yeux qui lui hurlait de venir combattre, de le défier. Shane compris alors que ce n’était pas un jeu. Ou tout du moins, ce n’était pas un jeu pour les enfants, c’était un jeu dangereux, son adversaire ne lui voulait pas spécialement du bien. Shane le savait prêt à lui bondir dessus à nouveau s’il n’attaquait pas. Il se redressa sur toute sa petite ta petite taille, et releva son épée qui n’était que pointée vers le sol jusque là.

    Il était douée en armes blanches, il n’était pas très doué, mais il avait un niveau assez correcte surtout pour se défendre dans cette joute qui s’annonçait. Shane cessa de le regarder, regardant ailleurs, comme s’il n’existait pas. Il n’était pas obligé de le regarder pour savoir ce qu’il faisait. Des années et des années à ne regarder jamais personne dans les yeux lui avait permises d’avoir confiance en ses autres sens, notamment son ouïe dans le cas présent. Il fuit tourner son poignet pour effectuer une rotation dans le vide se son épée. La lame fendait l’air, un son précurseur de celui du fer contre le fer.

    Et puis il attaqua. Il ne chercha pas à toucher l’homme mais le fer, car il savait son adversaire probablement plus fort que lui. Aller directement au but était le meilleur moyen pour se faire embrocher. Ainsi leurs lames s’entrechoquèrent à nouveau et Shane repoussa l’attaque vers le haut, s’approchant. Les deux larmes orientées vers le ciel, le combat de force s’engageait cette fois, celui qui céderait le premier se retrouverait en position de faiblesse. Et ce fut contre lui que les armes se retournèrent. Shane eux le temps de s’agenouiller pour éviter le coup qui l’aurait probablement tranché en deux. Shane pouvait compter sur sa carrure fine pour être agile et rapide. On ne pouvait pas en dire autant dans la puissance de ses coups, ce devait être sa son bémol, son seul et unique défaut, celui qui faisait qu’il n’était pas un maître dans le maniement des armes blanches. Il connaissait les techniques, il était agile et souple, mais il manquait de puissance, et celle-ci était assez déterminante pour réussir ce que l’on entreprenait. Ainsi, il se faisait parfois repousser dans son attaque parce que la force n’était pas au niveau nécessaire.

    A genoux, il détendit sa jambe et en profita pour exécuter ce qu’on appelait aux arts martiaux un balayage. Il envoya sa jambe dans un mouvement circulaire à dix centimètres du sol, frappant son segment d’appui. Le but étant de le faire tomber. Ou tout du moins, il en serait déséquilibré. Dans les deux cas, cela permettait à Shane de procéder à une nouvelle attaque. Il se redressa à nouveau debout et s’élança sur son adversaire déséquilibré ou en train de tomber, l’épée en position haute prête à frapper un coup.

    Entraiment ? Il n’en savait trop rien. Les coups étaient si réalistes et si violents. Si c’était un entrainement, Shane n’avait rien connu de pareil. En neuf ans, il n’avait participé qu’à de petits entrainements et jamais il ne s’était battu contre des rebelles. Il était informaticien, pas combattant.

avatar
Shane M. Lewis
~ Brigadier Informatique ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Brigade Informatique
Âge réel : 10 ans
Âge d'apparence : 19 ans

Compétences
Mémoire:
3000/10000  (3000/10000)
Compétence principale: Informatique
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fuir est pire qu'un crime, c'est une faute [ Silvio A.]

Message par Silvio Anthelmios le Mar 20 Juil - 17:36

*Bichette...*

Pauvre petite chose ! Un malheureux coup dans la mâchoire, et il était tout chamboulé ! Que Silvio était bête... On ne frappait pas une petite chose fragile comme cela, c'était indécent !
Eh bien non. Lui, il avait frappé, et sans remord. Et il enrageait même de cette réaction. Il se plaignait ! Il se plaignait ! Ils étaient en plein combat, et lui, il s'arrêtait pour se plaindre ! Petit gosse gâté... Voilà ce qu'il devait être. Il s'arrêtait, et tout le monde s'arrêtait pour se pencher sur lui et biser son bobo, en lui disant que oui, c'est trop injuste, et qu'on va réparer ça rapidement, il aura même pas de bleus.
Pitoyable. Silvio trouvait cela pitoyable. Comment voulez-vous faire de cette petite chose un adversaire ? Comment voulait-il se battre si la chose s'arrêtait à chaque fois pour simuler la douleur, pour qu'on lui cède une victoire qu'il n'aurait pas mérité ? L'envie de jeter son arme et de s'en aller en l'insultant était forte. Mais il n'était pas éducateur, encore une fois, et voulait en finir. L'attitude de Shane ne faisait que renforcer sa détermination.

Ah, mais voilà qu'il l'attaquait. Enfin. Silvio avait failli attendre. Pas assez rapide, trop de superflu. Là, ce coup, il avait pu le parer sans aucun problème, à croire qu'il n'était là que pour taper son épée. Silvio savait d'expérience que ce genre de coup ne servait qu'à détourner l'attention et qu'il était, en général, suivi immédiatement d'un coup très rapide ailleurs qu'il y avait moyen d'anticiper. Esquive, ou parade. Le mien, campé sur ses deux jambes, semblait prêt à bondir de côté.
Mais quoi, il ne donnait pas ce petit coup rapide ? Quelle idée ! Mon mien s'étonna... Un très court instant. Presque aussitôt, il saisit sa chance, dans un grognement d'animal déjà vainqueur.
Il forçait sur la lame, et s'attendait à une résistance. Mais on aurait dit qu'il attendait aussi que la résistance tombe. Quelle idée ! un bras de fer avec des épées ! fallait-il être sot ! à quoi pouvait servir la force ? C'était inutile ! Les épées n'étaient pas les haches, et la technique seule pouvait suffire lorsque l'on s'attaquait à un adversaire, et encore plus lorsque l'adversaire n'était pas protégé. Pourquoi forcer... contre une lame ? C'était ridicule ! Shane avait mieux fait d'offrir directement sa gorge à Silvio !

Mais là, il offrait son flanc. Délicieux. Le mien glissa à nouveau sa lame le long de la sienne, et tenta un coup dans les côtes. Esquive. Moui, joli. C'est vrai que Silvio aurait pu faire mieux. Il aurait pu utiliser brusquement son poing dans les côtes de son adversaire, en gardant de la force sur la lame pour le rassurer, et profiter d'un de ses chouinements pour libérer sa lame et la lui mettre autre part. Il aurait eu l'embarras du choix.
Presqu'aussitôt, l'adversaire tenta un balayage. Combattre à terre ? insensé ! C'était l'insecte agonisant qui cherchait à s'enfuir du rocher sur lequel on avait tenté de l'écraser ! N'avait-il pas assez de jambes pour s'accroupir et se remettre debout tout de suite après ? Silvio bondit, pour éviter ses jambes. Il tenta même d'atterrir dessus. Un bon coup dans les tibias, il n'y a que ça de vrai ! Mais visiblement, il n'avait pas été assez rapide, l'autre s'était relevé. Zut alors.
Mais qu'à cela ne tienne, le mien avait au moins fait une chose. Il avait pointé son épée vers le bas, la cuisse de Shane, quand ce dernier s'était relevé. Mais il n'avait pas pris le temps de voir s'il lui avait embroché la cuisse ou déchiré son pantalon. A vrai dire, ça lui était égal. L'autre était debout, il fallait continuer. Il supportait déjà très mal de ne pas être tombé sur ses tibias.

Il remonta sa lame, d'un coup, jusqu'à ce qu'elle bloque la sienne. Pas de force, juste sa lame qui indiquait à celle de Shane une direction moins dangereuse pour Silvio. Utiliser la force de l'autre contre lui-même. L'orienter, pour en faire ce que l'on voulait. Voilà ce qu'on avait appris à Silvio ces dernières années.
On lui avait appris aussi à profiter de son autre main. Et là, il avait bloqué la lame de Shane assez haut pour avoir accès à son ventre, à nouveau. Silvio n'était pas de ces gens, déloyaux, qui donnent des coups dans l'entrejambe. Il était humain, tout de même ! non, lui, il frappait plutôt là. Juste en bas du sternum. Ca devrait lui couper le souffle, normalement. Et c'était toujours jouissif de voir les yeux de l'adversaire sortir de leurs orbites lors de ces moments-là.
Silvio n'avait pas perdu la lueur de haine dans ses yeux, mais son sourire, carnassier, s'était agrandi, et il apparaissait désormais aussi amusé qu'agressif, lorsqu'il ramena son poing à ses côtés, fermé, prêt à parer une éventuelle riposte que l'autre ne ferait pas à l'arme.
Mais pour tout te dire, il s'attendait surtout à le voir reculer et chouiner à nouveau.
avatar
Silvio Anthelmios
~ Commandor ~
Section Anti-Terroriste


Camp : Guilde Impériale
Profession : Second de Judikhael Wienfield
Âge réel : 30années
Âge d'apparence : vingt

Compétences
Mémoire:
1500/10000  (1500/10000)
Compétence principale: Armes blanches
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fuir est pire qu'un crime, c'est une faute [ Silvio A.]

Message par Shane M. Lewis le Jeu 22 Juil - 14:42

    Il n’attaqua que son épée, seulement l’épée, rien de plus. Il ne savait encore que trop sur quel pied jouer avec lui. Il était à la fois dans une salle d’entrainement, l’un et l’autre armé sous les yeux des caméras de la ville de Nosco et pourtant les gestes de l’autre n’avaient rien de tendre, rien de mines ni de semblants, juste de la violence et de la vérité. Partagé entre savoir si l’autre jouait ou non, il se chargea d’une semi-attaque qui n’en était pas vraiment une puisqu’en soit, il aurait été préférable de frapper à ce moment là, ce qu’il ne fit pas. Ainsi se retrouva-t-il repoussé et à terre dans une esquive, effectuant un balayage qui ne toucha guère sa cible, pis encore, il manqua de se faire broyer le tibia, et il ne tarda pas à retirer sa jambe avant que celle-ci ne connaisse un triste sort, usant de sa rapidité. Etant un informaticien, il avait toujours appris à réagir vite, sur le fait, à froid. Il lui fallait connaître les effets de ses actes, pour évaluer rapidement la situation. Il était un bon mathématicien, faisant les équations et choisissant ce qu’il l’arrangerait le mieux, ce qui blesserait plus ou ce qui lui causerait le moins dégâts possibles. Malheureusement, on n’anticipait pas tout. Ce n’était alors que l’expérience qui forgeait la suite. Shane se releva, sentant l’épée égratigner la peau de sa cuisse. Mais à quoi il jouait celui-là ? Shane n’en revenait pas. Non seulement, il l’attaquait, et il le faisait avec violence, mais en plus il le blessait volontairement. Il ne mettait visiblement aucune douceur dans cet entraiment et Shane finit par ne plus penser que c’était un jeu. De toutes évidences, ce n’était pas une épée en bois qui était logée dans sa main droite, qui plus est, cette épée ne lui serait pas non plus inutile.

    Une fois fait ce constat, Shane savait à présent que ce n’était pas un jeu mais bel et bien un défi. C’était une attaque personnelle, un combat véritable, bien qu’il en ignore la cause. Pourquoi ? Comment ? Il ne se souvenait pas l’avoir offensé d’une quelconque manière, et soudain il préféra ne jamais avoir quitté son ordinateur, quitte à s’ennuyer pendant deux longues heures sur le réseau alpha. Il se battait, sans avoir de raison, ou tout du moins, Shane en avait une : il devait embrocher l’autre avant de se faire embrocher. Mais l’autre, qu’avait-il exactement ? Etait-il fou ? De la violence gratuite ? L’informaticien devait bien reconnaître le mystère qui planait sur cette situation, cependant son esprit devait garder son sang froid et sa plus grande concentration sur ce qui se passait actuellement. Il n’y avait pas de vie pour ceux qui abandonnaient, il aurait été bien dommage qu’il doive déjà s’arrêter là. Il ne le voulait pas. Il sentait en lui comme cet instinct primaire, celui qu’on les animaux avant toute chose, cet instinct de survie. Il frappa de haut en bas et il fut à nouveau bloqué par la lame montante de son adversaire qui leva les armes suffisamment haut pour que Shane sente son ventre en plein danger, ce qui ne tarda pas à se confirmer lorsqu’il vit un poing arriver vers lui. Il fit railler le fer à nouveau lorsqu’il recula, hors de portée à la fois du poing et de la lame. L’autre voulait vraiment lui faire du mal. Il se souvenait de son regard un peu plus tôt, ces yeux qui voulaient comme le mordre, pire, le manger. Oui, il sentait presque qu’il voulait le tuer.

    Cela faisait un peu plus d’un quart d’heure qu’ils battaient l’un contre l’autre, un combat d’armes blanches. Entre attaque, défense et feinte, l’un avançait contre l’autre, frappant, l’autre recula et profitant du geste de l’autre pour contre-attaquer. On entendait le fer se frapper d’instant en instant, une, deux, trois, quatre fois d’affilée avant de glisser l’un contre l’autre et de recommencer. Le rythme se brisait parfois lors d’une attaque imprévue et informelle. Leurs forces commençaient à être mises à l’épreuve, ou tout du moins leur endurance. Ce que Shane croyait avoir été un entrainement, était d’une intensité cuisante et prenante. Son souffle devenait saccadé et bruyant. Lorsqu’il reculait parfois, pour esquiver une frappe, laissant son arme au niveau médian, toisant son adversaire pour tenter de prévoir son prochain coup, il reprenait son souffle. La sueur perlait sur son front, ses cheveux gris sombre s’y collaient. Ses yeux clairs semblaient en hyperactivité, cherchant le moindre indice sur la marche à suivre. Le combat était rude, il devait l’avouer. En un quart d’heure, il avait du toucher son adversaire deux fois, une fois avec sa lame, l’autre avec son pied. Cependant, Silvio était plus fort que lui en ce domaine. Il ne serait pas récemment nommé second de commandor pour rien. Shane avait reçu des coups de lame à la cuisse, à l’épaule, dans l’abdomen, et dans une esquive manquée, la pointe de l’arme de son adversaire lui avait fait une entaille peu profonde sur la joue gauche laissant perler un sang pourpre. Cela était son compter les poings qu’il s’était pris dans son abdomen et dans la mâchoire, lui coupant le souffle sur le coup. Il savait qu’il ne tiendrait plus spécialement longtemps, encore une fois, il était informaticien, pas maître d’armes. Il le savait, il allait finir au pied du mur, et ça n’allait pas tarder à se produire.
avatar
Shane M. Lewis
~ Brigadier Informatique ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Brigade Informatique
Âge réel : 10 ans
Âge d'apparence : 19 ans

Compétences
Mémoire:
3000/10000  (3000/10000)
Compétence principale: Informatique
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fuir est pire qu'un crime, c'est une faute [ Silvio A.]

Message par Silvio Anthelmios le Ven 23 Juil - 16:42

[justify]Rien à dire, ce simple informaticien se débrouillait plutôt bien, pour quelqu'un qui passait ses journées à tripoter des touches, assis, et à boire du café. A croire qu'il s'entrainait souvent. Peut-être un brigadier manqué ? Ou juste quelqu'un qui aimait se battre et en ressentait le besoin de temps en temps.
Un peu comme Silvio ?

L'informaticien avait réussi à le toucher plusieurs fois, et à chaque fois il avait pu remarquer la mine étonnée de Silvio. Autant mon brigadier ne faisait pas attention à l'importance des coups qu'il portait, autant ceux qu'on lui infligeaient le faisaient à chaque fois redoubler de pugnacité, comme si c'étaient eux qui alimentaient sa furie. Il parait, il attaquait, réfléchissant à une vitesse folle, ne voyant plus la lame mais uniquement les mouvements. Ceux qui venaient, ceux qui allaient venir. L'adversaire était coriace. Lui aussi faisait des efforts. Bien, il tenait à la vie.
Il ne faut pas croire que Silvio était un monstre non plus. Il fatiguait aussi. Lui aussi sentait la sueur coller les mèches à son front, sa nuque, ses habits à son dos et son torse. Sensation fort peu agréable, qui venait ajouter de l'exécrable à son humeur. Le souffle rauque, il continua tout de même...
Il lui fallut du temps pour remarquer que son adversaire faiblissait aussi. Il vit d'abord son front humide... Puis sentit ses coups légèrement faiblir. La volonté devait manquer, chez lui aussi. Silvio était passé maître dans l'art du cinema. Il savait que mimer la volonté de fer était facile...

Mais bon, là, ils étaient deux à en avoir assez. Et ils s'étaient bien battus. Le mien para un dernier coup... Puis fit un grand bond en arrière, avec un sourire. Son regard n'avait plus de colère. Un léger reste d'amusement demeurait.

"- Arrêtons-nous pour aujourd'hui. Nous avons dû en faire assez, camarade."

Il baissa l'épée, sans la rengainer, et s'avança, en gardant un oeil sur Shane, vers la sortit. Il marqua une pause, pour reprendre son manteau, l'enfiler sagement, le souffle un peu rapide, certes, mais l'air pré-occupé. Il re-passa également le fourreau de son épée à sa ceinture.

"- Vous êtes très bon adversaire, pour un informaticien. J'espère que nous nous reverrons."

Il ne le disait pas sans le penser.... Mais il était tout de même étonnant que le fauve soit devenu presque docile, malgré le rauque de sa voix. Il osa se tourner vers l'informaticien, le regarder. Très bon adversaire, oui, qui lui avait donné du fil à retordre. Donc à affronter plus souvent, jusqu'à ce qu'il devienne l'histoire de quelques passes.
Il lui adressa un vague salut, un sourire en coin et sortit, sans plus de manières.
Non, vraiment, lui voler son goûter, ce n'était pas une bonne idée...
avatar
Silvio Anthelmios
~ Commandor ~
Section Anti-Terroriste


Camp : Guilde Impériale
Profession : Second de Judikhael Wienfield
Âge réel : 30années
Âge d'apparence : vingt

Compétences
Mémoire:
1500/10000  (1500/10000)
Compétence principale: Armes blanches
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fuir est pire qu'un crime, c'est une faute [ Silvio A.]

Message par Shane M. Lewis le Sam 24 Juil - 15:02

    [HJ : Ah ! T’as mis le goûté ! Et pour clôturer, super <3]

    Il n’était pas le seul à perdre de la force à mesure que le combat avançait. Ses coups devenaient moins fort, moins osés. Ce qui était de l’attaque au commencement devint de l’esquive et de la parade pour finir. Il semblait avoir basculé dans un mode défense, car la fatigue le prenait, malgré les quelques attaques dont il était encore capable. Son adversaire également n’était plus de forme première. Il se sentait assené par les coups à mesure qu’il reculait, il savait qu’il ne tarderait pas à faiblir complètement. La seule chose qui le faisait maintenir le combat, c’était qu’il ignorait ce que l’autre pensait : simple entrainement ou combat à mort. Dans l’incertitude, Shane ne pouvait pas baisser son épée et offrir sa tête. Il se battait encore, et puis l’autre cessa. Il avait reculé et baissé son arme, sans pour autant la ranger. Un leurre ? Dans le doute, une fois encore, il ne baissa pas son arme. Il n’attaqua pas, il n’était que trop épuisé pour cela, il se contenterait de parer si l’autre attaquait.

    L’informaticien le regard alors en face, un bref instant, comme il ne le faisait presque jamais. Il n’y avait plus de colère sur ce visage. Drôle de personnage celui-là, songea-t-il face à ce comportement pour le moins lunatique de la part de son adversaire. A moins qu’il ne s’agisse d’une nouvelle ruse. Shane avait sur le coup, du mal à cerner ce curieux personnage. Camarade ? Lui ? Camarade ? Mais il avait essayé de le tuer non ? C’était ça un camarade pour lui ? Le Brigadier se souvint d’un certain proverbe qui disait ‘qui aime bien, châtie bien’. Il ne trouva que cela pour justifier l’étrange comportement de son adversaire. Il le vit baisser son épée et se rhabiller calmement. L’informaticien était plus que bouleversé par ce changement brutal de comportement. Un peu plus tôt, l’autre n’avait même pas répondu à sa plainte en vue de compréhension, il n’avait fait que garder une expression animale et assassine. Et là, maintenant, il observait un calme grandiose et un dialogue. Il y avait tout de même de quoi ne pas comprendre.

    Le Brigadier informatique recula jusqu’à sentir la pierre froide du mur dans son dos. Il ferma les yeux pour ressentir pleinement les bienfaits de cette fraicheur. L’épée tomba au sol dans un bruit de métal, puis se fut Shane qui toucha également le sol, assis, dos contre le mur. Il rouvrit les yeux et vit les pieds de l’autre se retourner vers lui. Quoi ? Il n’allait pas recommencer, n’est-ce pas ? Shane avait la respiration rauque et fort heureusement, l’adversaire n’attaqua pas à nouveau. Soulagé, il l’entendit dire qu’il n’était pas mauvais pour un informaticien, ce à quoi il maugréa un vague :

    « Je n’allais tout de même pas laisser mon fessier se ramollir à passer toute une journée assis sur une chaise… »

    Explication satisfaisante ? Ca avait une part de vrai. Rester statique et immobile était la contre nature de Shane. Il détestait les gens mou, ce n’était pas pour être comme tel. Néanmoins, l’image qu’il donnait était relativement déplacée. Ils se reverraient certainement, c’était sans dire. Shane passerait encore du temps dans la salle d’entrainement, comme il le faisait souvent. Et puis la Brigade Informatique travailler souvent en lien avec la Brigade Anti-terroriste. Ca pour ce revoir… Ils se reverraient.

    « Je suppose que vous n’avez pas eu non plus votre grade de second dans une pochette surprise. »

    Sa façon peut-être de lui signifier qu’il admirait ses qualités de joutes à armes blanches. Un compliment. Il se fit salué et se retrouva seul. Il regard sa cuisse et écarta le tissu de son pantalon déchiré. Il avait une belle entaille, un peu profonde d’ailleurs, il n’avait plus qu’à aller se faire recoudre ça… Mais il DETESTAIT les médecins…
avatar
Shane M. Lewis
~ Brigadier Informatique ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Brigade Informatique
Âge réel : 10 ans
Âge d'apparence : 19 ans

Compétences
Mémoire:
3000/10000  (3000/10000)
Compétence principale: Informatique
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fuir est pire qu'un crime, c'est une faute [ Silvio A.]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum