Contraint et forcé

Aller en bas

Contraint et forcé Empty Contraint et forcé

Message par Invité le Dim 29 Aoû - 3:55

Depuis plusieurs jours, il tournait comme un lion en cage. L'ennui? Absolument pas, au contraire, il accumulait le travail en retard et détestait ça. Mais il lui était tout simplement impossible de se concentrer plus de cinq minutes d'affilées. Ça faisait peu sur des journées de 24h. Pour couronner le tout, il était d'humeur à mordre tout ce qui passait à sa portée. Tous les habitants lambda du Sanctuaire s'étaient passé le mot pour l'éviter autant que faire se pouvait, les autres le regardaient avec un air de désapprobation sur le visage qui lui faisait grincer des dents. Pire, il avait envoyé bouler Artèmîa sans qu'elle n'ait rien fait pour mériter ça.
En bref, il tournait comme un lion en cage et il allait devoir se décider à sévir. Contre quoi? Contre cette fichue main, ces deux pauvres doigts totalement inutiles, qui ne servaient qu'à irradier une satanée douleur qui refusait de passer. Raides comme de la pierre, totalement immobiles, le moindre mouvement, voire pas de mouvement du tout, lui faisait un mal de chien. A tel point qu'il commençait à avoir du mal à dormir et n'arrivait plus du tout à travailler.

Brièvement mais très sérieusement, il songea à s'amputer, à l'artisanale, ça ne pouvait pas être pire quoi qu'il arrive. Il passa finalement son manteau, non sans avoir arrangé un minimum sa mise, mais juste un minimum, plus aurait été trop pour lui dans cet état, enfila les couloirs au pas de course et sortit du Sanctuaire en coup de vent.

Aller consulter un congrégationiste était tout simplement inenvisageable, inadmissible, intolérable, non seulement il ne pourrait pas décemment le mordre s'il s'entendait répéter une fois de plus qu'il devait faire quelque chose de définitif à ce sujet, mais justement, il aurait de plus droit au laïus habituel sur la passivité dont il faisait preuve dans ce domaine. Et si cela n'arrivait pas déjà en route, ce serait la goutte d'eau qui ferait déborder un vase beaucoup trop plein. Autre possibilité, se rendre au Sapientia. Là-bas, une chance sur trois pour qu'on sache qui il était, autant dire un monde par rapport au sanctuaire où chacun le connaissait, et dans le tas, plus de gens qu'il avait rencontrés au cours de ses escapades qu'en tenant sa place de prêtre de l'assemblée. Le choix était vite vu. Il traversant la cour intérieure, longea les serres et entra dans le bâtiment sans se soucier une seule seconde de ce qui l'entourait. Il connaissait tout par cœur ici, et ne passait que très peu de temps à regarder autour de lui.

Il se présenta à l'accueil, déclinant son identité sans desserrer les dents et jeta un regard noir à la réceptionniste quand elle lui débita l'habituel "allez vous asseoir, quelqu'un viendra s'occuper de vous le plus vite possible", il s'exécuta pourtant, ayant encore assez de nerfs indemnes pour ne pas songer sérieusement, pas trop du moins, à l'attraper par le col et lui hurler qu'il avait mal bordel de m***** et que le plus vite possible était main-te-nant.

Il s'assit donc, dans la salle d'attente, la main gauche crispée sur les plis de son manteau, la droite posée aussi légèrement que possible sur sa jambe, et qui tressaillait pourtant sporadiquement, envoyant des ondes de douleur dans tout son bras. Il prit une longue inspiration dans une vaine tentative pour se détendre, appuya sa tête contre le mur derrière lui et ferma les yeux. Ils avaient intérêts à être plus efficaces et plus délicats que celui qui s'était occupé de réduire ses fractures à l'époque. Ler se rappelait très bien du claquement sec de ses os ressoudés de travers lorsqu'il avait fallu les briser à nouveau pour leur permettre de guérir proprement. Il n'avait à l'époque ni les moyens ni l'envie de subir une chirurgie, et avait décidé, lorsque le médecin lui avait dit que deux de ses doigts étaient irrattrapables que ça ne le dérangerait pas.
Et c'était le cas ! Tant qu'ils ne se rappelaient pas à son bon souvenir, il s'en souciait comme de sa première chemise. Il attendait, sans rouvrir les yeux, essayant avec plus ou moins de succès de contrôler sa respiration et de forcer la douleur à refluer, songeant qu'il accepterait à peu près tout et n'importe quoi en ce qui concernait les médicaments tant que cela apaisait la souffrance.

Il se redressa lorsqu'enfin on appela son nom. La douleur tout comme son humeur non content de ne pas se calmer avait encore empiré.
Anonymous
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum