Chantage ? Oh non, jamais...

Aller en bas

Chantage ? Oh non, jamais...

Message par Allan Cadmun le Mar 28 Sep - 12:56

Depuis le passage de Judikhaël dans son bureau - étrange quand on y pense, les cataclysmes climatiques ont usuellement des prénoms féminins, lui avait confié un jeune frère de la congrégation - Allan Cadmun avait scrupuleusement évité de s'exposer en public en présence des septs. Dire qu'il avait également omis de s'étendre sur le sujet d'Artèmia Elisian relevait du non-sens : par sa nature même, Allan ne parlait jamais pour ne rien dire, et satisfaire la curiosité déplacée de ses pairs ne trouvait à ses yeux ni nécessité, ni signification.

La prêtresse était un atout pour la congrégation. Non pour ses relations avec le haut conseil et sa proximité avec Judikhaël, cela aurait été une insulte à ses talents. Allan Cadmun savait faire la différence entre ce qui relevait de la chance, et ce qui incombait au mérite, sans avoir pour autant la prétention de remercier chacun à la mesure de ce qu'il lui devait, car après tout, toutes ces mises en scène l'ennuyaient à mourir. Sans orgueil déplacé, il aurait souffert de supplier Artèmia de reprendre sa place au nom de ses qualités oratoires et de son professionnalisme. En occultant qu'elle avait été pour lui, moins qu'une amie, moins qu'une confidente - combien de fois l'avait-il tourmenté par ses omissions ? - mais tellement plus qu'une étrangère, une simple subordonnée, un nom stérile et abscons sur un écran d'ordinateur, il avait l'impression de la trahir et de la bafouer davantage que tout ce qu'il avait pu déjà faire.

Le haut prêtre ne se justifiait pas. Sur aucune de ses décisions. Pour peu qu'on l'interrogeât et qu'il daigne répondre, ses mots se prêtaient bien souvent à mille contresens qui donnaient cours à d'étranges rumeurs. Aussi aucun des frères n'était certain de savoir pourquoi la prêtresse avait été radiée : sa relation avec Judikhaël était-elle réellement en cause ? Avait-elle démissionné sous l'influence de l'un ou l'autre des protagonistes ? Avait-elle trahi la Congrégation ? Le haut prêtre était-il jaloux ?

Et l'attitude inchangée d'Allan ne faisait que nourrir ces ragots dont il n'avait cure, de telle sorte que chacun retournait l'affaire sans n'en rien tirer, sans n'en rien comprendre, sinon les faits : Judikhaël Wienfield, haut conseiller de la guilde était entré par effraction dans les appartements d'Allan Cadmun.

Sans un mot à quiconque - ce qui en soi n'avait rien de surprenant - le haut prêtre traversait les salles communes de la Congrégation, rendant d'un signe de tête leurs saluts à ceux qu'il croisait. D'un pas déterminé, il dissuadait les curieux et les gêneurs de le retarder. Sans salamalec, il s'installa en silence à une table des archives qu'occupait préalablement Artèmia Elisian. Les yeux qui les lorgnaient s'arrondirent, mais nul ne se sentit l'audace de s'approcher de la table, même si imperceptiblement, le doux murmure des voix changea légèrement de tonalité pour devenir plus grave et plus vif à la fois.

Allan Cadmun, indifférent aux spectateurs de ce théâtre qu'il créait malgré lui, se contentait de fixer la prêtresse du coin de l'œil, comme si le fait qu'elle s'avisa ou non de sa présence n'avait pas la moindre espèce d'importance.
avatar
Allan Cadmun
~ Haut-Prêtre de Joshi ~


Camp : Congrégation de Joshi
Profession : Haut prêtre
Âge réel : 160
Âge d'apparence : 38

Compétences
Mémoire:
10000/10000  (10000/10000)
Compétence principale: Ondes alpha
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chantage ? Oh non, jamais...

Message par Artèmîa Elisian le Jeu 7 Oct - 0:07

L'épisode du bureau était encore vif pour la congrégation, pour Allan sûrement en raison du semi champ de ruine qu'était son bureau et de la porte fracassée si ce n'était du remerciement d'une prêtresse, pour ladite prêtresse c'était plutôt la frayeur d'avoir faillit perdre la personne qu'elle considérait comme un père, la déclaration de Khael et son accord, tout le reste n'avait pas la moindre espèce d'importance, certes elle n'était plus des sept, certes encore une fois elle subissait les conséquences de la vie des autres mais peu importait, elle avait l'habitude et il s'agissait de personnes qu'elle aimait énormément et enfin pour le reste de la congrégation c'était rumeur, ragots et autres joyeusetés qui circulaient comme une maladie dans un lieu fermé mais pour l'ancienne prêtresse toutes les rumeurs du monde n'avaient pas lieu d'être puisqu'à présent tout allait pour le mieux.

Elle avait plein de chose en tête, le mariage, ses lectures, une nouvelle activité pour occuper ses journées... et un pot de fleur pour Allan, surtout un pot de fleur, maintenant que le bureau allait avoir droit à un petit coup de neuf, enfin du moins elle l'espérait et elle irait faire les yeux craquant à Ler pour augmenter les chances, elle pourrait glisser le pot de fleur pour donner un peu de vie à cette pièce, et que quelqu'un ose dire qu'elle voulait se faire bien voir ! Tout ce qui lui importait c'était de tenir la promesse qu'elle avait faite depuis un bon moment et qu'elle mettrait à exécution, un pot de fleur, avec des fleurs, des belles, pour rendre Allan moins grognon, c'était naïf mais ça lui plaisait et tant pis pour le reste, elle se fichait de tout ce qu'on pouvait penser tant qu'elle était tranquille et qu'elle pouvait aider les autres... toujours était il que Khael avait du travail depuis quelques jours et qu'il pouvait difficilement s'en défaire, elle supposait que « l'incident porte » n'avait pas été bien vu par le reste du conseil et l'impératrice et elle en était attristé, pas que l'incident soit mal vu mais bien que son futur mari ne puisse venir la voir et passer un moment en sa compagnie alors qu'elle avait besoin de lui à ses cotés.

Elle essayait de s'occuper mais avec une santé en berne et des regards qui la suivaient souvent elle ne voulait plus vraiment quitter ses appartements où elle passait presque tout son temps libre, composant des partitions et tentant de résoudre son sonnet, lisant des livres, notamment celui qui lui avait donné Allan et qu'elle trouvait passionnant même si elle n'avait pas encore totalement saisie ce qu'il avait voulu lui faire voir là dedans même si elle y parviendrait bien un jour... de préférence avant que le plan du haut prêtre n'arrive à son final, ce serait vraiment frustrant et surtout elle était curieuse et chez elle la curiosité était vraiment une plaie car elle mettait son nez vraiment partout pour trouver ce qu'elle voulait même si elle ne dépassait pas les limites, elle les poussaient un peu plus loin pour se donner de la place c'était tout. Mais la journée était grise et pluvieuse et elle n'avait pas envie de rester chez elle, surtout pas après son dernier cauchemar, elle s'était habillée en vitesse et avait filée vers la salle des archives en emportant le livre d'Allan sur le bras... les tremblement de son corps se calmèrent alors qu'elle marchait dans les couloirs à la lueur douce et enveloppée par le flot des murmures et des bruits du sanctuaire, un sanctuaire qui signifiait la paix pour elle, sa maison, son foyer, sa bulle de paix et de liberté depuis qu'elle était autonome et seule avec sa destinée entre ses mains.

Lorsque la salle se profila devant elle elle était de nouveau joyeuse et le fit savoir en ouvrant la porte, collant un bisous sur la joue de certains de ceux présent et qu'elle aimait beaucoup avant de s'installer confortablement avec ce qu'elle cherchait, elle était tellement captivée par ses recherches qu'elle n vit pas les heures passer ni environnement changer autour d'elle, elle était absorbée comme à chaque fois qu'elle lisait, plongée dans les mots et les phrases comme dans un bain chaud et parfumé que rien ne pouvait égaler, que ce soit des écrits informatiques ou de rares sur papier ils avaient le même effets sur elle, un effets d'attraction sans commune mesure. Elle ne vit pas non plus la personne qui s'installa près d'elle avant qu'elle ne lève le nez de ses mots pour attrapé ce qu'elle avait emporté avec elle avant de planter son campement ici... elle eu un léger mouvement de surprise, ses yeux s'ouvrant grand et ses lèvres formant un « oh » silencieux avant qu'elle ne se mette à rayonner de bonheur et se lève pour entourer le cou du haut prêtre de ses bras en lui collant un bisous sonore sur la joue et de s'asseoir de nouveau en souriant de toutes ses dents.

«  Allan qu'est ce que tu vient faire ici ? Je peut t'aider ? »

Elle l'observa, recouvrant les traits qui lui étaient familier et essayant de deviner ce qu'il pouvait bien faire là même si le léger silence entrecoupé des murmures des autres utilisateurs de la salle était étrange pour elle, ça n'avait rien de d'habitude mais elle se souvint d'un seul coup que ses habitudes allaient devoir changer avec la perte de son statu. Son regard tomba fortuitement sur le livre qu'elle avait gardé près d'elle et elle eu un petit rire...

« Je l'ai lut mais je suis certaine que tu te doute que je n'ai aps pleinement comprit pourquoi tu me l'a donné... »
avatar
Artèmîa Elisian
~ Prêtresse diplomate ~


Camp : Congrégation de Joshi
Profession : Membre des sept, Diplomate
Âge réel : 97
Âge d'apparence : 21

Compétences
Mémoire:
250/10000  (250/10000)
Compétence principale: Monde de Nosco
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chantage ? Oh non, jamais...

Message par Allan Cadmun le Sam 9 Oct - 18:09

La patience figurait au nombre des rares vertus d'Allan. Certaines mauvaises langues auraient même dit qu'il l'élevait sans scrupule au rang de défaut enrageant. Le haut prêtre s'abstint donc, tant de tousser que de laisser crisser ses ongles sur le revêtement luisant et sans défaut de la table d'étude. Pari de peu de foi, car après tout, Artèmia était bien trop vive et curieuse, il fallait qu'elle le remarque tôt ou tard, par cette même loi immuable qui laissait les oubliés s'éveiller aux abords de l'Enceinte et pas ailleurs.

Parfois, disait-on, ils s'éveillaient de l'autre côté. Allan avait longuement cherché l'auteur de cette rumeur, mais tous ceux qui la lui avaient colportés lovés dans des couvertures poisseuses à respirer les exhalaisons malsaines d'un vieux chauffage moisi commençaient leur récit par "On m'a dit que...". Rien de plus qu'une métaphore pour rappeler que tout ne se déroulait peut-être pas toujours comme on l'avait prévu...

Il coupa là sa réflexion car Artèmia, égale à elle-même, venait de le gratifier d'un baiser pudique qui aurait pu prêter à commérages si la prêtresse avait été autre qu'elle n'était, autre que cette icône de candeur ravissante. Il l'observa un instant sans mot dire, comme s'il avait pu oublier combien elle était serviable et prévenante, à l'écoute des maux et des besoins d'autrui au détriment des siens. En cela, Allan lui rendait bien mal sa politesse, car s'il était l'un des premiers à se tourner vers elle, il ne lui avait jamais rien réclamé sinon le silence qu'exigeait son statut et son appartenance à la Congrégation, en cela rien de plus que ce qu'il attendait de tous les Frères.

Pourtant, elle était l'oreille attentive à ces tourments qu'il ne lui confiait pas, la confidente de ces théories qu'il n'exposait jamais, et la critique attentive de ces œuvres que le temps délaissait et qu'il laissait parfois choir entre ses mains, comme ce livre qu'elle dévorait avec curiosité. Peut-être ne comprenait-elle même pas le soutien qu'elle lui apportait, elle l'avait aidé sans rien attendre en retour, et il l'avait envoyé paître sans voir de quel béquille il se privait. Et s'il la suppliait de revenir, verrait-elle la fleur qui lui faisait, ou l'exposition claire et entière de son profond égoïsme ?

Allan était venu parler avec la prêtresse, c'était l'évidence même, seulement, le haut prêtre ne se fendait jamais de ces paroles inutiles, qui ne faisaient qu'entériner l'irrévocable. Aussi préféra-t-il répondre à sa seconde question. Dans un silence contagieux et ostentatoire, il se saisit du livre familier que lisait Artèmia l'instant d'avant. Le parcourant machinalement, il se mit à plier des coins de page, comme s'il s'agissait d'un code connu de lui seul.

"Le lieu est discutable. Mais après l'incident de l'autre jour il était préférable que je vous parle."

Le haut prêtre le lui rendit ouvert à la page qu'elle lisait précédemment, sauf qu'un papier supplémentaire y était apposé sur lequel on pouvait lire :

Artèmia Elisian,

Malgré ce qu'en disent les Frères, la Congrégation, les Sept et moi-même ne saurions nous passer de vous. Je vous propose de regagner votre position, à condition que cela demeure un secret connu de nous seuls.

"Qu'avez-vous à dire pour votre défense ?"

Il y avait dans ses mots le même tranchant d'acier que dans ses yeux. Fixant la prêtresse dans faillir, il fallait connaître le haut prêtre pour deviner que sa question n'était que rhétorique, et qu'au final, c'était la réponse à une toute autre question qu'il attendait...
avatar
Allan Cadmun
~ Haut-Prêtre de Joshi ~


Camp : Congrégation de Joshi
Profession : Haut prêtre
Âge réel : 160
Âge d'apparence : 38

Compétences
Mémoire:
10000/10000  (10000/10000)
Compétence principale: Ondes alpha
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chantage ? Oh non, jamais...

Message par Artèmîa Elisian le Sam 16 Oct - 14:04

Elle se demandait avec naïveté pourquoi il l'observait ainsi, avait elle quelque chose de spéciale tout à coup ou est ce qu'il avait simplement quitté ce plan de réalité pour celui de ses pensées comme il le faisait parfois, c'était amusant à voir, il observait quelque chose mais ne semblait pas du tout là, comme si il lui avait poussé des ailes à l'esprit et qu'il s'était perché sur le toit du sanctuaire.

Elle sourit en se demandant ce qu'il pouvait bien penser et se contenta de rester là jusqu'à ce qu'il redescende sur terre, ça ne la dérangeait pas et elle savait qu'il finirait bien par revenir, tout comme elle avait finit par le voir en sortant de l'ouvrage qu'elle lisait plus tôt.. et bientôt elle se fendit d'un sourire encore plus large lorsqu'il bougea enfin, ne prêtant aucune attention au silence rigoureux autour d'eux ni aux regard encore braqués sur leur table par quelques uns des frères et écarquillant légèrement les yeux lorsque sa lecture quitta ses mains et qu'Allan semblait un noter certaines pages sans même hésiter, est ce qu'il lui montrait quelque chose en particulier ou est ce qu'il voulait simplement qu'elle voit une information qu'elle aurait raté.

Ça lui ressemblait bien ça, de ne rien dire du tout en laissant les gens comprendre ensuite par eux même ce qu'il pouvait montrer, ou simplement les quelques mots qu'il faisait tomber quelques fois... elle prenait cela comme un jeux de devinettes, ça lui faisait passer le temps et en plus elle s'amusait bien devant certaines de ses propres théories farfelues.

Et quand enfin il rompit le silence qui s'était installé autour d'eux elle faillit éclater de rire, oh pas qu'elle se serait moqué de lui, elle l'adorait trop pour cela et elle n'avait aucune motif d'agir ainsi, ni que ce qu'il avait dit soit particulièrement drôle prit à chaud comme ça, et il fallait le chercher pour trouver une blague chez le haut prêtre.... non si elle avait faillit éclater de rire c'était à la mention de « l'incident porte », en lui même il n'y avait pas à rire certes, mais c'était précisément l'anecdote de la porte qui la laissait rire un peu là dessus, si ça n'avait pas été aussi grave s'en aurait presque été drôle.

Mais elle pinça les lèvres et se contenta de hocher la tête en regardant la page sur laquelle Allan lui avait rendu le livre avant de s'arrêter net, ses yeux parcourant le papier plusieurs fois, lisant et relisant le petit papier sans un mot, ne sachant pas quoi penser d'un seul coup... quelle expression présentait t'elle en cet instant même ?

Elle n'en avait pas la moindre idée mais elle ne devait pas avoir l'air franchement heureuse... ce qui était tout l'inverse de ce qu'elle ressentait, elle était même plus qu'heureuse, elle en aurait sauter au cou du haut prêtre si elle n'avait pas été dans une salle aussi austère et pleine d'yeux réprobateurs, elle était à la fois extrêmement surprise qu'Allan songe même à la réintégrer mais qu'en plus il le lui propose... et bien sûr heureuse, ravie et tout ce qu'on pouvait imaginer mais elle ne savait pas quoi dire sur le coup, un secret ? Pourquoi un secret ? En plus si personne ne le savait il allait encore devoir supporter ceux qui voulaient la place ! Elle sa la faisait rire de les voir faire mais lui, il ne devait pas apprécier, enfin c'était ce qu'elle pensait... Elle se tourna vers lui, l'observant en silence avant de regarder une fois encore le petit papier, cette fois en fronçant les sourcils.

Devait elle accepter ? Si il lui demandait elle voulait bien, elle s'en fichait un peu, de la place qu'elle occupait tant qu'elle pouvait l'aider... Ses doigts plièrent le papier avant qu'elle ne le range dans une poche de sa robe et qu'elle ne ferme l'ouvrage avant de le remettre en place et de se lever en lissant ses habits. Elle mit ses livres sous son bras et posa une main sur le bras d'Allan en souriant doucement, sa voix claire et légère tranchant avec celle dure et froide du haut prêtre qu'elle regarda dans les yeux, ne prenant pas la peine de considéré l'attitude d'exécuteur de son vis à vis.

« Et bien pas grand chose... me ferait tu le plaisir de m'accompagner ? Je voudrais cueillir quelques fleurs ! »

Elle n'avait pas vraiment besoin d'en dire plus, tout comme Allan usait d'une question pour en dissimuler une autre elle offrait une réponse qui n'était claire que pour ceux des sept et pour le haut prêtre qui seuls avaient la possibilité de savoir qu'elle apportait toujours un bouquet pour orner la salle du dôme pendant les réunions, préférant avoir un peu de verdure dans cette antre magnifique mais très austère et majestueuse, un peu de vie naturelle et simple dans un monde de marbre et de lumière dorée.

C'était sa manière à elle de dire que oui elle acceptait de reprendre sa place et que non elle n'avait rien à faire de tout ce qu'on pouvait dire ou même de la raison pour laquelle il lui demandait ça, c'était parce que c'était lui qui demandait et que c'était pour lui, le reste était aussi éphémère qu'un joli bouquet de fleur...
avatar
Artèmîa Elisian
~ Prêtresse diplomate ~


Camp : Congrégation de Joshi
Profession : Membre des sept, Diplomate
Âge réel : 97
Âge d'apparence : 21

Compétences
Mémoire:
250/10000  (250/10000)
Compétence principale: Monde de Nosco
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chantage ? Oh non, jamais...

Message par Allan Cadmun le Ven 29 Oct - 22:14

Quiconque aurait observé la scène d'un oeil extérieur n'en aurait rien retiré de plus que l'austérité du haut prêtre, et sa froideur, à venir ainsi à la rencontre d'Artèmia pour la rabrouer sans ménagement, l'incendier d'un regard inquisiteur en l'humiliant à demi mot. Cela, et l'embarras manifeste de l'ancienne prêtresse, ses lèvres pincés, ses yeux fuyants, rien de plus qu'une brebis égarée, éprise du loup au mépris du berger.

Aurait-il dû, non pas lui mentir, mais briser ce serment intérieur qu'il s'était fait d'accaparer le sceau du secret, pour lui parler avec la sincérité d'un coeur meurtri, d'un coeur usé et délavé comme ces falaises immémoriales que battaient vents et marées, si loin de Nosco, pour lui dire qu'il aurait souhaité un autre monde pour elle. Pas une autre cage, qui ne serait que plus petite et plus brillante que ne l'était le sanctuaire, mais une existence sans prison, sans édit, où il lui aurait été possible d'aimer et de vivre sans barrière.

Le haut prêtre n'était pas un charlatan, son silence valait mieux que ces mots creux, tant privés de sens ou de moralité que la vraisemblance vacillante en dévorait les intentions honnêtes et la sincérité. Il aurait l'air condescendant, l'allure d'un homme qui se cherche une excuse ou pire, elle aurait pu le croire rassurant, s'imaginer qu'il pouvait sciemment l'exposer au mensonge pour la sérénité de son âme. Allan Cadmun n'était pas ainsi. Autant il usait et abusait des mille vérités que recelait chaque chose pour ne distiller que ce qui l'intéressait, autant il ne mentait généralement qu'à dessein, et conforter une enfant dans ses rêves lui eut paru trop futile, trop illusoire. A Nosco, les monstres se terraient sous les lits, et personne ne chuchotait de mots doux aux insomniaques d'un soir.

Leurs regards se croisèrent, presque pas accident tant celui du haut prêtre n'avait rien à livrer, rien à offrir d'autre qu'une limpide outrecuidance. Que n'avait-il écrit "J'ai besoin de vous, Arty. Revenez. " sur ce fichu papier ? D'où lui venait cet orgueil qu'il n'avait jamais eu ? Derrière quels mensonges se retranchait-il pour oser nier que celui en lui qui riait au nom d'Allan Cadmun aurait pu graver ses simples mots sur les murs du sanctuaire, en lettres majuscules ? Certains auraient dit de lui qu'il avait mûri, d'autres que l'expérience lui permettait de prendre un recul justifié fasse aux événements. Allan Cadmun, du moins celui qui avait adopté ce nom plus d'un siècle auparavant, demeurait lucide : il ne faisait que choisir le confort de la facilité, comme tant d'autres avant lui.

Un murmure, peu différent du bruissement que le vent créerait dans les bosquets qu'évoquait Artèmia naquit à ses paroles, surprise, indignation, incompréhension germant ça et là dans les discours chuchotés des Frères trop curieux. Allan ne l'écoutait déjà plus que d'une oreille trop distraite. Elégante insinuation, mais ignorait-elle, que ces mots légers ne faisaient qu'entériner ce que cette main sur son bras avait déjà promis ?

« Artèmia, vous ne changerez jamais. »


Et ce ne serait un mal pour personne.

A Nosco tout est immuable, clamait le regard du haut prêtre, trop sibyllin pour n'être pas équivoque. Il alla son chemin sans décliner l'invitation, à sa manière de clore les échanges par un silence. Qu'elle aille donc, cueillir des fleurs au bras de son amant, il n'en avait cure, il verrait bien le produit de sa récolte orner telle ou telle table du Sanctuaire, que ce soit celle du dôme ou un couloir fréquemment usagé. Il aurait pu lui dire qu'elle gaspillait son temps à ces ouvrages éphémères, mais le haut prêtre avait trop vécu pour ignorer qu'en Nosco comme ailleurs tout n'était que vanité.

Lorsqu'il franchit la porte, il souriait pour lui-même.
avatar
Allan Cadmun
~ Haut-Prêtre de Joshi ~


Camp : Congrégation de Joshi
Profession : Haut prêtre
Âge réel : 160
Âge d'apparence : 38

Compétences
Mémoire:
10000/10000  (10000/10000)
Compétence principale: Ondes alpha
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chantage ? Oh non, jamais...

Message par Artèmîa Elisian le Jeu 11 Nov - 17:46

Elle sourit avec douceur, que pouvait elle attendre d'autre que cela, rien absolument rien mais bon on s'y faisait assez vite, une fois qu'un arrivait à se souvenir qu'il n'était pas qu'un gros glaçon mais bien un être humain, bon ça aurait put être pire, il aurait put faire tant de chose plus terrible que de lui dire cela, elle lui aurait volontiers collé un autre bisous sur la joue mais à force il allait finir par la voir arriver.

Et puis c'est mots... vous ne changerez jamais, nos sûrement que non, elle ne changerait pas, sûrement pas, après tout n'avait elle pas été la même, immuable depuis plus de 70 ans, non jusque là elle n'avait pas changé c'est vrais, elle était là même, elle n'avait jamais eu à cœur de changer parce qu'elle était bien ainsi, parce qu'elle n'avait pas eu de raison de changer, elle avait longtemps conservé le sentiment que tout était comme il se devait, pour elle tout du moins pourtant depuis quelques temps elle commençait à se poser de sérieuses questions et remettait en cause cette vérité qu'elle avait pensée si absolue.

Car oui le changement était bien là même si on ne le voyait pas, même si on ne voulait pas le voir, il s'attachait à vous dès l'instant où vous viviez quelque chose et ne vous lâchait plus, pour votre malheurs ou votre bonheur mais dans un cas comme dans l'autre il était un compagnon fidèle... et ses effets n'étaient pas forcément visibles, ici, en Nosco, c'était l'esprit qui changeait là où le corps restait le même, certains devenaient aigres, fous, cruel ou que savait elle encore, d'autres plongeaient simplement dans le silence, dans une mélancolie sans but , ils étaient comme des ombres d'humains, de simple corps marchant et parlant mais dont l'étincelle intérieur avait disparue, noyée dans un lac blanc de questions sans réponses et d'interrogations en tous genres.

Et il y avait ceux qui restaient, ceux qui ne sombraient pas d'une manière ou d'une autre et continuaient d'exister à défaut de vivre... comme eux ? Comme elle ? Elle n'avait jamais eu le sentiment d'être enfermée ni d'être perdue dans un lieu où la vie s'éteignait à petit feu, elle n'avait jamais eu de pensées noires autre que celles concernant les créatures, jamais eu rien d'autre à craindre qu'un peu de retard, ou l'absence trop longue d'une certaine personne, alors quoi ? Pourquoi soudain avait elle peur, pourquoi soudain avait elle cette frayeur qui lui étreignait la poitrine comme un étau d'acier, pourquoi soudain ne pouvait elle pas voir le monde aussi joliment et simplement qu'elle en avait l'habitude ?

Elle s'imaginait une image, une image en couleur, éclatante, magnifique, une image qu'on mettait sur un mur pour l'éclairer et l'admirer, une image qui pouvait garnir quelque chose de vide et qui amenait des rêves et des aspirations... elle s'imaginait s'être détournée de cette image sur le mur pendant un court moment, une heure ou deux, pour travailler, et lorsqu'enfin ses yeux se posent de nouveau sur l'image celle ci a perdu ses couleurs, elle bave, elle est délavée comme si on l'avait laissée sous la pluie, la pluie ou des larmes, elle avait perdue son charme et son attrait, c'était désormais un objet de griefs et de tristesse qui n'appelait en rien à la suivre. En était il de même pour la vie ici ?

Elle s'était détournée de sa vision purement idyllique pendant un moment, prise par les évènements de ces derniers temps elle en avait presque oublié son image à elle et lorsqu'enfin elle y était retournée l'image n'avait plus la même saveur, ou peut-être était ce elle qui n'avait plus les mêmes gouts et idées, comme si un voile brumeux et blanc lui tombait devant les yeux, empêchant la lumière de chaque chose d'atteindre ses yeux... et comme une plante héliotrope restée des jours dans le noir elle avait l'impression de dépérir un peu, une petite mort, comme celle qu'elle avait vécu il y a longtemps. Il lui arrivait de s'éveiller en y pensant la nuit, après des rêves troublés où apparaissait des personnes qui lui étaient inconnu mais qu'elle aurait voulu connaître, avec qui elle aurait voulu parler, elle s'éveillait subitement et faisait les cents pas avant de retourner se coucher.

Un seul mot pour définir tous cela, le changement, même si elle ne voulait pas y avoir affaire il fallait bien reconnaître qu'il était là mais malgré cela il fallait qu'elle admette qu'entendre le haut prêtre affirmait qu'elle ne changeait pas était quelque part réconfortant, comme si cette simple phrase pouvait empêcher l'inévitable d'advenir, un peu comme un enfant se rassurant auprès de ses parents quand il a peur du noir, elle essayer de se rassurer ainsi même si cela pouvait paraître totalement contradictoire avec l'attitude extérieur d'Allan.

Elle le regarda franchir le seuil de la pièce, souriante mais fronça subitement les sourcils... il n'avait rien dit ! Pas même un 'non' catégorique mais il partait quand même... La porte allait se refermer quand elle se décida enfin et piqua des deux pour le rattrapé, laissant la porte claquer derrière elle... il était encore tout près, tant mieux, elle bondit et l'attrapa à la taille en le secouant et en riant.

« Ah non Allan ! Hors de question que tu t'enferme dans ton bureau maintenant comme une vieille chose ratatinée ! Vient aller ! S'il te plaiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiit, accompagne moi ! »

Son exclamation avait résonné dans le couloir comme une cloche mais elle s'en moquait, elle s'accrochait au haut prêtre comme une moule à son rocher et n'avait pas du tout l'intention de le lâcher même si il devait la trainer dans tout le sanctuaire comme un accessoire de mode, elle voulait son Ally et elle l'aurait ! Foi d'Elisian ! Et en plus elle avait vraiment envie d'aller les cueillir maintenant ces fleurs, par Freya, alors il n'allait pas faire sa tête d'ours mal embouché maintenant !
avatar
Artèmîa Elisian
~ Prêtresse diplomate ~


Camp : Congrégation de Joshi
Profession : Membre des sept, Diplomate
Âge réel : 97
Âge d'apparence : 21

Compétences
Mémoire:
250/10000  (250/10000)
Compétence principale: Monde de Nosco
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chantage ? Oh non, jamais...

Message par Allan Cadmun le Sam 13 Nov - 14:04

Foi de bernacle, elle ne le lâchait pas ! Pas sotte la prêtresse, elle savait sûrement où s'arrêtait le jeu, où se situait cette frontière invisible mais indéniable entre les mensonges et omissions d'Allan et la vérité. Elle ne pouvait pas sciemment ignorer que les choses ratatinées avaient des choses à faire autrement plus urgentes que d'aller cueillir des fleurs, ou plutôt que ces mêmes choses savouraient que tout un chacun s'imagine qu'il en était ainsi.

Quant à savoir si Allan Cadmun lui-même - outre que rien n'était moins conforme à l'image qu'il désirait donner de lui - aspirait ou non à une ballade champêtre, le mystère demeurait entier. Depuis trop longtemps, l'esprit du haut prêtre demeurait cloisonné, recourbé sur lui-même, focalisé sur ces buts qu'il poursuivait, dont il ne pouvait entretenir personne sans les enduire de faux-semblants. Bien qu'il livrât sa guerre secrète, il ne s'autorisait pas la procrastination.

« Voyons Artèmia. »
la raisonna-t-il, sur un ton presque paternel, comme s'il la grondait gentiment d'être cause des mots qu'il proférait alors.

« Les vieilles choses ratatinées dans mon genre ont des devoirs qu'il leur faut accomplir. Profite donc de ton temps libre pour convier ton chevalier à ta promenade fleurie, je gage qu'il ne refusera pas. »

Le haut prêtre n'avait que faire qu'on jase, sur ses mots qu'on eut pu juger acerbe ou sur l'attitude exubérante d'Artèmia. Naissaient et mouraient mille rumeurs chaque jour dans l'enceinte du Sanctuaire, et Allan préférait les voir croître comme des herbes folles, le témoin d'une déviance créatrice, que toute liberté des idées n'avaient pas péri en son sein, plutôt que de tailler à la base ces ragots insolents.

Allan Cadmun ne voulait pas l'attrister. Peut-être aurait-il dû l'accompagner, mais il n'était pas certain de pouvoir jouer le jeu durablement. A la longue, elle s'apercevrait bien que ses pensées divaguaient, qu'il n'accordait aux fleurs pas l'ombre d'un regard. Nosco était une fresque trop de fois contemplée pour qu'il s'en émerveillât encore. Il connaissait chaque coup de pinceau dans le détail, chaque anfractuosité du mur où les pigments prisonniers s'affirmaient avec plus de vigueur. Il aurait fallu qu'elle comprenne que ces fleurs dont elles s'extasiaient d'avance n'avaient de beauté que dans le reflet de ses yeux, par ce regard qui n'avait pas encore complètement perdu ce don précieux d'embellir le monde.

De ses yeux froids et fatigués, Allan Cadmun voyait Nosco avec une trop rude lucidité. Et dans cette douloureuse contemplation, presque éblouissante, il n'avait plus de place pour s'extasier des petites joies de l'ordinaire, il ne voyait que l'immuable trame et ses contours insolents. Imperturbable, il prit le chemin de son bueau. Qu'on jase si on voulait, il n'était ni complice, ni coupable de la folle enfant cramponnée à son bras.

« Artèmia, file donc cueillir tes fleurs, des jours passeront, avant que je ne me lasse. »


Le haut prêtre aurait voulu des mots moins ambigus pour lui témoigner qu'il appréciait sa présence, même s'il n'était pas davantage loquace pour elle que pour d'autres. Il ne la regardait pas avec les yeux de l'amour, de ce désir véritable qui rapproche les êtres, et aurait été inquiet qu'elle puisse croire qu'il en était ainsi. Mais Artèmia n'était qu'innocence, lui non. Il trouvait la paix de son corps dans les bras d'autres femmes, qui se satisfaisaient d'une union sans promesse, et pour ce qui était des élancements du cœur, voilà trop longtemps qu'il était fiancé à ses rêves, enchaînés à ses desseins qu'il brûlait d'assouvir.
avatar
Allan Cadmun
~ Haut-Prêtre de Joshi ~


Camp : Congrégation de Joshi
Profession : Haut prêtre
Âge réel : 160
Âge d'apparence : 38

Compétences
Mémoire:
10000/10000  (10000/10000)
Compétence principale: Ondes alpha
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chantage ? Oh non, jamais...

Message par Artèmîa Elisian le Dim 21 Nov - 1:55

Elle ne le lâchait toujours pas, elle serrait même plus fort que jamais et sans intention de faire marche arrière, Non elle n'allait pas lâcher, non elle n'allait pas se faire mal et non Allan n'irait nul part, non mais quoi, pourquoi tout le monde semblait penser qu'elle ne faisait les choses que pour s'amuser au sens propre du terme, et surtout pourquoi est ce que le haut prêtre s'entêtait à faire le glaçon. D'accord ça pouvait paraître triviale à première vue mais enfin ça ne l'était pas vraiment, en faite ça ne l'était pas du tout, pas le moins du monde... mais aller expliquer ça à un oublié, c'était comme d'essayer d'enrôler l'impératrice chez les rebelles et elle ne savait de toutes façons pas comment expliquer le quart de la moitié de la raison qui lui tenait à cœur, elle avait même à demi espéré qu'il comprendrait de lui même mais évidemment c'était peine perdu... comme tous ceux qui ont une intelligence au dessus de la moyenne il avait l'air de tendre à toujours chercher compliquer, parce qu'étant meilleur tout se qui lui était adressait était compliqué donc de fil en aiguille... mais elle n'était pas compliquée ! Certains auraient même put la qualifiée de simplette même si ils auraient été sots et insultants.

Toujours est il qu'elle ne lâchait pas sa prise alors qu'ils se dirigeaient vers l'antre de la bête où Allan comptait très certainement s'enterrer en préparant ses prochains coups... et bien non pas cette fois, ou alors peut-être mais elle reviendrais à la charge pour le déterrer à grand coup de pelle... enfin pas littéralement bien entendu, mais elle arriverait bien à ses fins d'une manière ou d'une autre. Elle releva cependant la tête lorsqu'il se mit à parler et eu du mal à ses contenir d'exploser.. de rire d'une part, à l'entente du ton qu'il prenait soudain, on aurait dit qu'ils venaient de faire un bond dans le passé, au temps où elle s'amusait à faire tourner les autres prêtres en bourriques... et d'autre part exploser tout court, exploser comme une bombe et l'attraper par le col pour le secouer de toutes ses maigres forces et le sommant d'arrêter ses bêtises. Et puis qu'est ce qu'il avait à parlait de Khael, encore cette fichue histoire de porte qui trainait ? Non mais enfin, c'était finit, c'était passé et puis Khael n'était pas l'unique chose qui lui tenait à cœur même si c'était la plus importante et elle trouvait un peu bêta de la part d'Allan de lui en parler, parce qu'elle même n'en parlait pas tant que cela après tout, même pas du tout à vrais dire, elle n'avait jamais imposé quoi que ce soit à qui que ce soit... là c'était lui qui focalisait, il avait de quoi, certes, mais pas au point de le lui rappeler chaque fois quand même.

Et de toutes façon c'était lui qu'elle comptait emmener pas Khael ! Mais à l'évidence il n'y avait rien à faire, rien ne rien, même pas l'once d'un espoir de le voir baisser les armes pour la suivre et l'accompagner, quelque chose lui disait qu'il valait mieux ne pas gaspiller ses efforts pour tenter l'irréalisable, elle avait besoin de ses forces pour égayer tant de monde... La pensée la frappa de plein fouet, elle ne pensait pas ainsi d'habitude, jamais elle n'aurait ne serait ce que considérer abandonner quelqu'un ainsi, c'était inconcevable, au dessus de ses forces, c'était un cauchemar, non jamais elle ne ferait quelque chose de pareil. Pourtant là tout de suite elle en avait envie, elle avait envie de partir, de baisser les bras et de se réfugier chez elle, ou plutôt chez khael pour lire son livre tranquillement.

Mais pourquoi réagissait elle ainsi ? Ce n'était pas la première fois qu'Allan parlait ainsi, elle ne s'était jamais sentit aussi abattue... Elle le relâcha en silence, presque sans le regarder, avant de lever les yeux lentement et finit par sourire d'un air las... de guerre lasse, une expression qu'elle trouvait étrange jusque là mais d'un seul coup elle prenait son sens, elle en avait un peu assez de cette guerre contre l'attitude d'Allan... Elle se hissa sur la pointe des pieds, lui colla un bisous sonore sur la joue et s'en fut en sens inverse d'un pas résolu, essayant de toutes ses forces de ne pas revenir pour le recoller et cette fois ne plus lâcher prise quelque soit ce qu'il pourrait dire. Arrivée au bout du couloir elle s'arrêta pourtant, faillit tournée les talons et dû se faire violence pour résister... elle tourna simplement la tête et essaya de dire quelque chose, n'importe quoi tant que quelque chose sortait, des paroles qu'elle pouvait tenir...

« Allan... est ce qu'un jour tu acceptera de montrer ce qui se cache au delà de la glace ? Parce que j'aimerais le voir et je ne suis pas la seule.... »

Elle reprit ça marche et passa par ses appartements pour y déposer ses affaires avant de quitter le sanctuaire, elle traversa la moitié de la ville avant de s'arrêter et d'inspirer profondément... Elle regarda la façade des bâtiments et se demanda distraitement si elle arriverait jamais à croiser des hommes qui ne jouaient pas les huitres en permanences.
avatar
Artèmîa Elisian
~ Prêtresse diplomate ~


Camp : Congrégation de Joshi
Profession : Membre des sept, Diplomate
Âge réel : 97
Âge d'apparence : 21

Compétences
Mémoire:
250/10000  (250/10000)
Compétence principale: Monde de Nosco
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chantage ? Oh non, jamais...

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum