Face à l'Ombre [libre]

Aller en bas

Face à l'Ombre [libre]

Message par Ann-Juliett Taylor le Dim 3 Oct - 15:19

    La faible lumière qui régnait dans quelques parties des sous-terrains de Nosco restait en soi insuffisante. Les reflets jaunâtres ne permettaient pas une vision des plus parfaite, et même pour Angie qui avait une bonne vue, cela lui arrivait souvent de relever soudain son arme pour la pointer… Dans le vide. Des effets optiques certainement qui lui jouait de mauvais tours. Elle n’appréciait pas ça. Qui donc aimerait ça ? Sentir son cœur passer d’un rythme à l’autre soudain, une pression sur les épaules et l’adrénaline dans le corps. Si Angie y avait trouvé du plaisir au début, lorsqu’elle avait rejoint la Brigade de Nettoyage de la Guilde, aujourd’hui ne restait plus qu’une peur intériorisée. Sa seule joie revenait lorsqu’elle tranchait la tête d’une créature ou lui décrochait une balle en plein cœur. Non pas que la mort de ces bêtes lui fasse la plus grande joie, c’était d’avantage le fait de les avoir mis hors de danger de nuira qui lui apportait la plus grande satisfaction. A chaque fois, c’était une créature de moins qui risquait de détruire les vies de ceux qu’elle protégeait.

    Ce soir, la nuit était tombée au dessus de sa tête, bien au dessus de sa tête. Car elle ne voyait ni le jour ni la nuit, juste un temps sans fin d’ombres mêlé de lumière, un rythme continu qui ne lui permettait pas de savoir quel moment de la journée était-ce actuellement. Tant est si bien qu’il arrivait qu’Ann-J vivent la nuit et dorme le jour, ou qu’elle fasse une journée à cheval sur le jour et la nuit. Elle était déboussolée, et la montre accrochée à son poignet la ramenait parfois à la réalité, et ça lui faisait du bien. Cependant, c’était parfois étrange d’avoir l’impression d’avoir fait une dure journée et d’avait envie d’aller se coucher, et puis de voir sur sa montre qu’il n’était que dix heures du matin. Rien d’étonnant, elle avait certainement du se lever vers vingt heures la veille. Et ce soir, elle regarda sa montre, il était vingt-trois heures. Elle sentait de la fatigue qu’on avait en fin de journée, elle était rassurée, elle essayait du mieux qu’elle le pouvait de rester en phase avec les horaires réels du jour et de la nuit, et là, elle était presque en phase avec. Pour sa rassurée, elle franchit les RAR, pour rejoindre la surface de Nosco. Evidement, les RAR avait été mis hors service depuis quelques jours en raison du manque d’ondes alpha. Elle avait pu gagner la surface plus facilement.

    Elle trouva au dessus de sa tête, un large espace bleu marine attaqué par de nombreux points blancs d’une lumière qui ne semblait jamais pouvoir s’éteindre. Elle jeta un regard autour d’elle. Elle n’était pas dans la ville même de Nosco, elle était tout près de l’enceinte. Elle fixa un instant ce mur sombre. Combien de fois avait-elle rêvé qu’une porte s’ouvrait à elle dans ce mur pour la laisser partir ? Elle n’était pas bien ici. Elle ne trouvait sa place en nul point de cette ville. Elle se retourna vers la ville cette fois, ses lumières qui la maintenaient en éveil malgré la nuit. Le vent frais, un vent léger lui tapait dans le visage, elle fermait les yeux. C’était autre chose que de respirer cet air frais plutôt que l’odeur putride qui régnait dans les sous-sols. Néanmoins, il y avait bien dans les bunkers un effort considérable qui était fait pour maintenir un certain niveau d’hygiène et qui rendait le lieu habitable. Les rebelles avaient vraiment tout fait pour parvenir à survivre. C’était un autre Nosco, une autre ville, sous-terraine cette fois qui subsistait.

    Elle réalisa qu’elle ferait mieux de ne pas rester là. Il y avait des caméras qui filmaient l’enceinte de Nosco pour détecter la présence de nouveaux arrivants. Ce soir, c’était calme, personne à la surface. Néanmoins, si la Guilde l’avait vue… Il y avait à cela deux possibles conséquences, soit, on l’avait reconnue et on allait lui envoyer un comité d’accueil, soit on ne l’avait pas reconnue dans la nuit noire, et dans ce cas là, on allait lui envoyer… Un parrain ? Voilà 140 années qu’elle se trouvait à Nosco, il serait bien temps de lui envoyer un parrain. Angie baissa les yeux. Sa marraine à elle, avait été Morgane de Welfort, une femme magnifique de caractère et de personnalité, un exemple pour elle, son fil d’Ariane autrefois. Oui, autrefois, car aujourd’hui elle était seule. Résolue, Angie s’enfonça sous la terre, elle ne pouvait pas rester à la surface, c’était beaucoup trop dangereux. Elle rejoignit le dédale de réseaux sous Nosco. L’obscurité n’avait pas changé, pour une fois, il faisait nuit partout. Ann-Juliett marchait assez vite, elle était assez grande, et ses jambes lui permettaient de faire de larges pas et ainsi d’avancer plus vite en se fatiguant moins. Elle était cependant aux-aguets. Combien de fois Yan lui avait-il dit de ne jamais patrouiller seule ? Que c’était dangereux ? Qu’elle finirait un jour par ne pas revenir vivante ? Mais elle n’en avait fait qu’à sa tête, elle n’en faisait toujours qu’à sa tête. C’était probablement son pire défaut, celui qui lui apportait le plus d’ennuis. Il se faisait tard, elle devait rentrer un peu, et la fatigue se faisait sentir sur son visage. Mais avant cela, il fallait s’assurer qu’elle n’avait pas été suivie, comme à chaque fois qu’elle pointait le bout de son minois à la surface. Non, elle n’’était pas encore prête de rentrer… Et tout ça pour avoir voulu respirer un brin d’air frais. Soit. Elle marcherait encore un peu, tournant dans des recoins qu’elle finissait par bien connaître, mieux que certains nouveaux rebelles d’ailleurs. Elle devait semer ceux qui étaient peut-être en train de la suivre et la poursuivre. Les semer, et les égarer.

    Elle ne se doutait pas que cela ne se passerait pas comme prévu. Elle se figea soudain, ses pas, marqué par un tapement au sol régulier, s’arrêtèrent. C’était si brusque si soudain, et les yeux gris de la jeune femme fixait cette chose sur la roche, immobile, des yeux blancs. C’était une ombre. Ce n’était pas son ombre, mais une ombre indépendante, une ombre qui n’était pas due au reflet brisé de la lumière. Non, c’était une Ombre. Angie posa sa main sur la crosse d’un révolver simple à ondes alpha, accroché à un holster juste sous sa poitrine. Sa gorge se serra… Non, pas ça… Pas une ombre. Son regard scruta les horizons. Tant qu’il n’y avait pas de créatures aux alentours, elle ne risquait rien… Une Ombre seule n’était pas dangereuse, mais une Ombre accompagnée… Ca devenait plus tangible. Le cœur battait, Angie restait figée, pétrifiée. Personne, non, aucune créature dans les parages. Elle fixait cette Ombre, Ombre qui l’avait remarquée et qui semblait la fixer également de ses yeux blancs. Toujours, elle avait voulu savoir ce qu’étaient ces ombres, et cette nuit, elle en croisait une, seule et isolée… Elle avait peur, elle craignait qu’elle fasse venir des créatures. Une attaque organisée et c’était sa mort. Surtout seule. Le mieux aurait été de fuir, fuir très loin, courir le plus vite possible et rejoindre un bunker protégé par les ondes alphas mais… Mais… Non.

    Elle resta là à fixer cette créature sans forme vraiment, rien de concret en somme, est-ce qu’elle existait vraiment cette ombre ? Elle approcha à pas léger, terrifiée et pourtant, elle voulait savoir. Est-ce que ces créatures parlaient ? Est-ce qu’elles pouvaient la comprendre ? Elle testa, au hasard :

    « Qui êtes vous ? Répondez ! »

    Un ton clair et strict, elle voulait savoir, elle pointa son arme alpha sur celle-ci. Des bruits derrière elle, Ann-J se retourna brusquement arme levée. Elle voulut pousser un cri d’horreur. Elle était dos à la paroi de pierre, arme levée, encerclée par quatre créatures : trois écorchés et un xénomutant. Sa bouche resta grande ouverte, prise de terreur, ne sachant par où commencer. Elle ne s’en sortirait… Mais pourquoi n’était-elle pas partie pendant qu’il en était encore temps ?? Elle tira une première fois avec son arme à feu alpha, un coup sur chaque créature, question de les repousser un peu, mais elle ne pouvait pas reculer, elle était déjà dos contre le mur et les créatures approchaient. Une pince de deux mètres cinquante de long, appartenant au xénomutant la frôla, elle eu tout juste le temps de s’accroupir, mais le coup, était bien joué, la jeune femme s’était repliée sur elle-même, réduisant encore son champ d’action. C’était réellement une attaque organisée. Ses yeux gris cherchèrent l’ombre. Elle la trouva, derrière les créatures, fixant ses yeux blancs sur elle.

    Angie profita que la pince soit à côté d’elle pour tirer dessus à plusieurs reprises. De son autre main, elle sortit son épée et trancha le bras à rallonge. Il fallait qu’elle agisse, si elle restait là, elle se ferait tuer à coup sur. Elle fonça vers le xénomutant, lui tirant dessus avec des balles alpha. Elle s’élança et lui sauta dessus en vue de lui trancher cette fois la tête, mais quelqu’un avait saisi ses pieds en vol, empêchant son action. La tête en bas, elle tira et profita de la proximité avec la créature pour lui enfoncer sa lame dans le cœur. Elle retomba lourdement au sol, coincé sous le cadavre de la créature. Elle essayait de s’en extirper, mais les trois autres créatures revenaient déjà sur elle. Etrange comme dans ces moments là, on voit toute sa vie défiler… Elle poussa un hurlement de terreur, pourvu que quelqu'un l'entende...
avatar
Ann-Juliett Taylor
~ Rebelle ~


Camp : Confrérie de la Rébellion
Profession : Rebelle
Âge réel : 140 ans
Âge d'apparence : 28 ans

Compétences
Mémoire:
5250/10000  (5250/10000)
Compétence principale: Armes à feu
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Face à l'Ombre [libre]

Message par Lian Grenfield le Dim 7 Nov - 14:58

Il avait fallu aller vérifier une installation d´un bunker assez éloigné de la base, Lian s´était donc proposé pour la mission. Le trajet allé avait été sans encombre, elle était plutôt satisfaite du chemin qu’elle avait emprunté, pas trop escarpé, sans cul de sac, elle n’avait eu aucune mauvaise surprise, et malgré le chemin assez long à faire, elle était arrivée sans aucun problème majeur. Quand à la vérification du matériel et du bunker en lui-même, tout s´était bien déroulé, guidé par Rian elle avait réparé une installation informatique qui contrôlait l´approvisionnement en haut de cette unité. Arrivée sur place, elle avait connecté l’ordinateur central à la base, en suivant les conseils de Rian, suivant chacun de ses conseils, hésitant parfois ou demandant des précisions, mais réussissant à exécuter chaque manœuvre. Elle se sentait plus à l’aise sur un ordinateur lorsque la voix de l’informaticien la guidait, indiquant ce qu’elle devait faire et ne surtout pas faire. Elle avait aussi vérifié le niveau d´onde alpha du bunker : presque vide, juste le minimum. Bien c´est ce qu´il fallait, plus personne n´utilisait vraiment cette cachette et ils avaient besoin au quartier général du plus d´ondes possibles, vu la situation actuelle. Elle s´était accordée une pause repas avant de repartir, mangeant quelques barres énergétique et buvant un bon café chaud synthétique en poudre. Puis après la vérification de ses armes, comme toujours avant de sortir, elle s´était mis en route pour le retour.

Elle avait eu la chance de pouvoir éviter les créatures qu´y avaient plus ou moins croisés son chemin a l´allée grâce au détecteur de chaleur qu´elle avait emporté avec elle, mais elles l´avaient suivies de loin. Lorsqu´elle sortie, elle réussie à les éviter mais elles la suivirent de loin, Lian les voyait sur le détecteur suivant ses traces de nombreux mètres derrière elle heureusement. Malheureusement la chance n´est qu´éphémère et elle tourne rapidement lorsqu´elle décide de faire défaut. A la moitié de sa route pour rentrer, elle se trouva soudain en mauvaise position, elle n´avait le choix qu´entre trois couloirs ou rebrousser chemin, ce qui était impossible car elle était suivie. Seulement l´un des couloirs était bouché suite à un éboulement, le second indiquait un groupe de créatures qui se dirigeaient vers elle et le dernier, n´était vraiment pas recommandable. Beaucoup de combats avaient été mené dans ce couloir et il regorgeait d´eau, de sang et de cadavres à moitié en décomposition. Les rebelles en avaient déduis que les créatures considéraient un peu ce lieu comme un garde-manger. Malgré l´éloignement Lian sentait de là où elle se trouvait l´odeur qui se dégageait. La rebelle tenta d´appeler la base pour obtenir de l´aide ou du moins un soutient technique pour prendre une décision, mais le récepteur ne captait pas. Elle se décida donc pour la meilleure solution selon elle : fuir le combat car elle était en infériorité numérique et tenter de se cacher.

Se bouchant le nez et tentant de retenir son envie de vomir elle entra dans le couloir mais très vite elle fut obligée de marcher dans une eau troublée par le sang et la terre, l´eau montait de plus en plus, cheville, genoux puis cuisses ; les créatures semblaient toujours la suivre, elles devaient avoir repéré son odeur. Le fait de marcher dans l´eau était certainement aussi un bon indicateur de sa présence, les créatures devaient entendre le bruit de chacun de ses pas qui remuait le liquide, bruit qui se répercutaient sur les murs, et si certaines n´étaient pas totalement aveugles elles devaient voir les vaguelettes formées sur la surface de l´eau saumâtre. Tout en marchant Lian cherchait une solution acceptable, lorsque son regard se posa sur une pile d´une vingtaine de cadavres plus ou moins décomposés ou mangés, puis encore plus loin un autre tas… Elle arrivait dans l´endroit le plus glauque du terrain, c´était ici que le plus de cadavres étaient restés. Lian jeta un regard sur son détecteur de chaleur, les créatures semblaient avoir moins de mal qu´elle à se déplacer, elles la rattrapaient.

Décidant qu’il était plus que temps de prendre une décision radicale avant de se faire dévorer vivante, Lian prit une grande inspiration comme pour se convaincre qu’elle faisait le bon choix et… alla se cacher dans la pile de cadavres. C’était le seul moyen de cacher son odeur et que les créatures ne la voient pas. Soulevant un bras, qui se trouvait en fait détaché du corps, poussant de toute se forces avec son épaule droite pour se faire une place entre les dépouilles. Il était quasiment impossible de faire bouger les cadavres qui étaient raides, figés et humide à cause de l’eau qui les entourait. Heureusement après plusieurs minutes d’effort intense, elle réussit à se faire une petite place et à ramener quelques corps sur elle pour se cacher. Fermant les yeux, elle tenta de se concentrer pour oublier l’odeur qui réussissait à passer malgré le fait qu’elle se bouchait le nez. Un liquide étrange commença à lui couler dans le dos, puis sur le visage. Lorsque les créatures ne furent plus qu’à trois mètres, elle éteignit le détecteur de chaleur ainsi que l’oreillette qui auraient pu être des signes repérables. Puis elle attendit, en tentant de respirer le plus silencieusement possible et surtout de ne bouger sous aucun prétexte. Elle entendait les grognements des créatures et leurs pas dans l’eau… Etrangement les minutes semblaient toujours plus longues lorsqu’on aurait voulu que le temps s’accélère. Au lieu de se dépêcher de poursuivre leur chemin, il sembla à Lian que les créatures hésitèrent longtemps, trop longtemps avant de continuer leur marche. De plus, elle ne pouvait pas retourner dans l’eau avant d’être sure que les créatures ne verraient pas ses mouvements. Hors plus le temps passait plus elle sentait que chacun de ses membres s’engourdissaient à ne pas bouger sous le poids des corps. Elle ralluma son détecteur de chaleur et constata avec soulagement qu’elle pourrait bientôt quitter sa cachette. Le danger s’était éloigné, même s’il était forcement encore présent, au moins le groupe de créatures qui l’avait suivis jusqu’à là l’avait perdu de vue. Le plus dur fut de sortir du tas de cadavres, en comparaison, s’y faufiler avait été un jeu d’enfant. Une fois qu’elle réussit à repousser les corps, elle resta quelques minutes à respirer profondément à moitié immergé dans l’eau, en tentant de retrouver la sensation dans tous ses membres, certains ayant eu la circulation du sang coupé par le poids et la longue attente. Puis elle prit le chemin inverse, revenant sur ses pas. Elle avait froid, à cause de l’eau boueuse qui s’était infiltrée dans tous ses vêtements. Elle ne devait pas avoir très bonne mine, la fatigue avait commencé à l’envahir au moment où la peur panique s’était apaisée doucement. Elle se devait pourtant de rester éveillée et concentrée pour ne pas tomber dans un piège et se retrouver dans un nouveau problème.

Lian marcha encore de longues minutes, mettant un pas devant l’autre sans en avoir réellement l’envie. Non, elle marchait pour survivre, pas par plaisir. Il fallait juste qu’elle rentre à la base, pour s’éloigner du danger, pour le repousser encore une fois. Ses pensées divaguaient tout en restant fixée sur le point principal, il lui fallait rejoindre le quartier général rebelle, promesse de sécurité, d’un repas chaud et d’un lit pour dormir. Son esprit avait beau être loin, elle distingua pourtant une phrase qui résonna quelques secondes dans les couloirs des souterrains. « Qui êtes vous ? Répondez ! ». Etait-ce une hallucination auditive ? Ou avait elle réellement entendue la voix de sa marraine ? Mais d’où venait-elle ? Scrutant son détecteur de chaleur, elle aperçue six points lumineux et pâlit. Six ? Mais aucune mission n’avait été prévue chez les rebelles, donc soit il y avait eu un gros problème et un groupe s’était décidé à intervenir, soit c’était Angie seule qui était face à des brigadiers ou des créatures… Lian ne savait pas ce qu’il fallait espérer et pour lequel des deux périls il fallait prier. Les brigadiers auraient certes la possibilité de capturer leur ancienne camarade, mais ce serait pour un emprisonnement sans fin et accompagné de tortures. Tandis que les créatures pouvaient être un peu plus facilement tuées. Mais à six contre une, cela relevait tout de même du défi, surtout dans des souterrains étroits où la liberté de mouvements n’était pas totale. Et d’ailleurs, qu’est ce qui avait poussé Ann-Juliett Taylor à questionner son adversaire ? Personne ne parlait aux créatures, sachant qu’elles n’étaient pas douées de paroles, poussant uniquement des grognements sans aucun sens. Quand aux brigadiers… la question n’était pas de savoir qui ils étaient mais comment leur échapper. Soudain les bruits de tirs se firent entendre, Lian jura intérieurement et se mit à courir dans la direction des coups de feu, tout en se fiant au détecteur de chaleur. Tourner à gaucher ici, puis à droit et enfin dans quelques mètres… De surprise, Lian faillit s’arrêter dans sa course en entendant le hurlement de terreur, avant de reprendre plus rapidement sa course, course pour tenter de sauver sa marraine d’une mort certaine. Rangeant le détecteur d’une main, elle sortait une arme à feu de l’autre, son shadowgun, elle avait littéralement craqué pour cette arme fine et aux lignes travaillées. Elle avait payé un peu plus pour la personnalisé, mais n’en était pas déçue, ainsi elle reconnaissait toujours son arme, même de loin, ce qui pouvait être pratique lorsque lors d’un combat elle la faisait tomber au sol, ce qui heureusement n’arrivait pas si souvent que cela. La plupart des rebelles utilisaient des P-15, elle avait choisit une arme d’un niveau un peu supérieur. La portée de tir allait jusqu’à 8 mètres ce qui était assez agréable lors des combats. Lian vérifia une dernière fois le chargeur, plein au maximum, c'est-à-dire trente munitions, trente tirs avant qu’il ne soit totalement vide. Sachant qu’il y avait cinq ennemis, cela donnait une moyenne de six tirs pour tenter de tuer les adversaires. C’était gérable… Surtout si Angie était armée et se défendait.

Lorsqu’elle arriva assez proche pour distinguer ce qui menaçait Angie, elle fut étonnée de découvrir des créatures, un instant elle cru qu’elles avaient déjà tué sa marraine, car elle ne la voyait nulle part, puis elle distingua cette dernière qui tentait une attaque aérienne, avant de s’écraser lourdement au sol, à cause d’un écorché qui avait eu l’audace de lui attraper la cheville. La créature xénomutante que la rebelle avait attaqué, semblait cependant hors de combat, contrairement aux autres créatures restantes, c'est-à-dire trois écorchés et… où était la dernière ? Elle n’arrivait pas à distinguer qui que ce soit, ou quoi que ce soit. Regardant au sol, elle craignait qu’un rebelle n’ai accompagné Angie et ne soit au sol agonisant. Puis enfin, son regard accrocha deux yeux blancs. Une ombre ? Lian comprenait désormais mieux d’où venait le problème. C’était sans aucun doute possible les créatures les plus intelligentes, inoffensives d’un certain point de vue, car immatérielles, elles n’en demeuraient pas moins les plus craintes des souterrains. Certains murmuraient que ce serait des fantômes, et que ces derniers loin de chercher réparation cherchaient uniquement vengeance et destruction. Hors on ne mourrait pas, ou très rarement à Nosco, certains en avaient donc tiré la conclusion que ces êtres irréels provenaient Nosciens assez fou pour tenter de sortir de Nosco. Lorsque l’on combattait des guildiens, la tendance était de tenter d’éliminer le cerveau de l’opération pour inquiéter les troupes qui n’avaient plus de chef. Mais dans un tel cas, c’était impossible, autant vider son chargeur dans le vide, car les créatures de ce type ne ressentait aucune douleur et n’était pas affectés par ce qui habituellement blessait ou tuait les être normaux. Profitant du fait qu’on ne l’avait pas encore remarqué, Lian sortie son arme alpha, et visant la tête de la créature qui s’était le plus approché d’Angie, elle tira lui explosant le crâne. La balle traversa la tête de la créature et dispersa la cervelle de l’autre côté, tachant le mur d’une belle teinte rouge. Voila, maintenant les créatures avaient remarqué sa présence, mais elle en avait au moins éliminé une.

Angie, crois tu pouvoir te libérer seule, ou as-tu besoin d’aide ?

Les deux derniers écorchés s’étaient retourné en entendant le bruit du détonateur, ils attendaient apparemment un ordre de l’ombre pour savoir s’ils devaient se jeter sur la nouvelle venue ou d’abord terminer la première. Lian en profita pour reculer de quelques pas, elle avait la chance d’avoir le couloir derrière elle. Si Angie réussissait à se libérer seule et que les créatures la suivait, elle pourrait ainsi éloigner le danger de sa marraine. Cependant la créature qui écrasait Ann-Juliett semblait d’une taille assez imposante et Lian ne savait pas si elle réussirait à s’en dégager seule. Surtout que la créature décédée était désormais un poids mort. Seulement Lian était aussi fatiguée et elle ne savait pas si elle pourrait aider correctement sa marraine. Tentant de joindre le QG grâce à son oreillette pour demander du renfort, elle n’entendit qu’un grésillement désagréable comme réponse. Il semblait que pour le moment, les deux jeunes femmes devraient se débrouiller par elles-même.

_________________
Nobody knows what he will need tomorrow morning: a good coffee or a coffin...
avatar
Lian Grenfield
~ Bras Droit de Y. Merling ~


Camp : Confrérie de la Rébellion
Profession : Bras droit de Yan Merling, mini général de l'armée des rebelles
Âge réel : 15
Âge d'apparence : 20

Compétences
Mémoire:
1500/10000  (1500/10000)
Compétence principale: Armes à feu
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Face à l'Ombre [libre]

Message par Ann-Juliett Taylor le Lun 8 Nov - 17:46

    Ecrasée sous le poids mort de la bête, Angie tentait de s’extirper de là. Elle avait beau être fine, elle n’était pas élastique et modulable à volonté pour entrer ou sortir d’un petit trou. A plat ventre, au sol, elle avait déjà mal à ses articulations en raison d’une chute un peu brutale, mais également par ce poids qu’elle avait sur le dos et qui lui faisait l’effet d’un couteau que l’on remuait dans la plaie. C’était désagréable, il fallait absolument qu’elle se sorte de là ! Elle s’appuya sur ses avants bras et souleva le corps d’une petite dizaine de centimètres. A force, elle fini par se libérer le haut de corps, mais ses jambes restaient encore en dessous. Elle replia une jambe et releva la tête. Elle fit des yeux énormes en voyant la créature qui venait sur elle et poussa un hurlement terrorisé. Non, les hurlements étaient inutiles, ce n’étaient pas eux qui allaient empêcher la créature d’avancer. Elle saisit son arme, pointa tira… Mais tira à blanc. Plus de balle. Piquée par l’adrénaline, elle se mit à paniquer. Non pas qu’elle fasse n’importe quoi lorsqu’elle était paniquée, mais plutôt qu’elle réalisa que cette fois sa vie était belle et bien en danger. Ses munitions étaient au niveau de sa poitrine, sur une pochette d’un holster, mais le temps qu’elle recharge son arme, elle se serait déjà faite piétinée et décapitée. Non autre chose, oui autre chose, vite….

    La cervelle de la créature explosa toute seul, le sang fit une tâche rouge sombre sur le mur. Angie cligna des yeux, perplexe. Mais depuis quand ces créatures s’auto détruisaient ?! Non vraiment, il y avait quelque chose de pas très logique là dedans ! Les yeux gris de la rebelle se posèrent sur la tête de la créature en phase de tomber sous le poids de la gravité, puis sur la tâche rouge au mur. Elle traça dans sa tête une ligne imaginaire qui reliait les deux points et la suivit. C’était l’angle de tir. Et au bout :

    « Lian… »

    Souffla-t-elle assez soulagée. Un sourire s’afficha sur ses lèvres fines. Sacrée Lian, pile poil au bon moment. Elle vit sa filleule reculer d’un pas et lui demander si elle avait besoin d’aide pour sortir de là. Mais Angie ne se posa pas immédiatement cette question. La première chose avant de penser à se sortir de là, était d’assurer sa sécurité, et ça, ce n’était pas forcément une chose des plus simples. Si elle se retrouvait comme un peu plus tôt avec un chargeur vide, ça risquait fort de ne pas le faire. Et sortie ou non de ce trou à rat ne changerait pas grand chaude. Sur un bras, elle s’appuya pour soulever le haut de son corps, et de son autre main, elle saisit rapidement des munitions. Elle déchargea son arme vide, la cartouche tomba au sol, et elle mit rapidement la nouvelle, toute neuve, prête à l’usage. Etage numéro deux, sortir de là. Angie avait déjà une jambe repliée qu’elle tentait d’extirper. Son talon se planta dans la bestiole qu’elle repoussa. Et voilà elle avait gagné… 10 centimètres de liberté ! Non, franchement à ce rythme là, elle n’était pas sortie. Alors que devait-elle faire ? Demander de l’aide à Lian… Non, sa filleule serait obligée de s’approcher et de se mettre en danger. Non, elle ne le voulait pas. Elle ne l’accepterait pas. Elle avait déjà failli la perdre une fois…

    « Couvre-moi ! »

    Oui, la seule chose qu’elle pouvait demander à Lian. La couvrir, la protéger des possibles attaques le temps qu’elle se sorte de là. Si Angie devait se servir de son arme, elle devrait abandonner les efforts déjà consentis, car mine de rien, la bestiole était bien plus lourde qu’un humain ! Et pour cause : deux bras et une jambe en plus, ça comptait ! A cela s’ajoutait cette tête difforme qui devait faire le double du volume normal ! Tant de fois l’ancienne de Nosco avait cherché à comprendre comment ces créatures avaient pu devenir ainsi. Anciens humains issus de manipulations en laboratoire qui avaient mal tournées ? C’était du moins la version la plus répandue, de là que ce soit la pure vérité et l’unique hypothèse, non. Il y avait tant d’autres solutions inexploitées, mais personne ne s’était vraiment penché sur la question. Il faudrait bien du temps encore pour comprendre et connaître les secrets de Nosco.

    Elle appuya ses deux mains au sol et souleva l’avant de son corps. Elle tirait, elle rampait, sortir de là demandait un certain effort. D’autant plus que la jeune femme était épuisée de sa journée. Sa plus grande hâte était de rentrer au quartier général, mais depuis quelques secondes, son autre priorité et plus grande hâte était de reconduire Lian au Quartier Général, saine et sauve. Enfin elle sortit de là. Il restait à présent deux créatures et une ombre. Il était certain que l’ombre serait intouchable, mais la dernière folie d’Angie était de savoir qui elle est. C’était stupide, certainement, suicidaire encore plus… Mais la dame était là depuis trop longtemps. Elle voulait partir d’ici, elle voulait savoir pourquoi elle était là, elle voulait savoir comment partir, elle voulait savoir ce qui se cachait derrière son amnésie. C’était ces questions qu’elle se posait, et elle voulait des réponses, le silence et les mystères l’exaspéraient… Mais, l’arrivée de Lian changeait bien des choses. Elle ne pouvait pas entraîner sa filleule dans son plan suicidaire, bien trop risqué. Son plan à présent était de rentrer au plus vite et avec le moins de blessures.

    Angie tira sur l’une des créatures trois balles de suite, dans la tête. Oui elle y allait un peu fort, mais combien de fois s’était-elle retrouvée à nouveau nez à nez avec une créature qu’elle pensait avoir déjà tuée ? Elle ne reproduisait plus les mêmes erreurs. Sa présence ici depuis tant d’années lui avait appris certaines choses, elle avait guéri ses tords et fait moins d’erreurs. Donc, cette fois, elle ne chercherait pas à ne tirer qu’une seule balle et attendre de se retrouver un peu plus tard à devoir à nouveau la tuer. L’asiatique courut auprès de sa filleule. Elle se retourna pour plonger ses yeux gris dans ceux blancs de l’ombre. Bientôt, elles se retrouveraient bientôt. Angie était une femme incroyablement tenace, trop, c’était certain. Elle rejoignit Lian, boitant légèrement de la jambe gauche. Ca lui faisait mal, mais rien d’insupportable, elle avait déjà vu pire.
avatar
Ann-Juliett Taylor
~ Rebelle ~


Camp : Confrérie de la Rébellion
Profession : Rebelle
Âge réel : 140 ans
Âge d'apparence : 28 ans

Compétences
Mémoire:
5250/10000  (5250/10000)
Compétence principale: Armes à feu
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Face à l'Ombre [libre]

Message par Hologramme le Lun 6 Déc - 14:05

Ombre parmi les ombres, ainsi était-elle. Une ombre oui, tel était le nom qu'on leur donnait. Comment le savait-elle ? Et bien tout simplement parce qu'elle savait... elle entendait bien ce que lui disaient les humains, les noscoiens. Elle ne parlait peut-être pas mais elle entendait. Oh certes, ce n'était que murmure, comme écho d'une voix lointaine, mais elle entendait. Ils l'appelaient ombre. S'ils savaient...

Mais elle, elle savait. Elle savait ce qu'il en était de Nosco, elle savait ce qu'elle était. C'était ancré en elle, là, tout au fond d'elle. Elle était condamnée, elle. Mais elle ne serait pas condamnée seule, avait-elle décidé, il y a longtemps. Combien de temps, demandez-vous ? Elle n'aurait su dire. le temps était devenu si... impalpable pour elle.

Oui, ombre, elle était et ombre elle resterait. Elle aimait être ombre, elle aimait surprendre les humains, comme celle-ci qui avait eu l'audace, la folie, de parcourir son territoire seule, sans même un ami pour l'aider à éviter le piège. Son piège. L'ombre aimait poser de tels pièges. C'était si facile, les humains étaient si... si... prévisibles. Et si imbéciles parfois. La petite était douée, dut en convenir l'ombre alors qu'elle observait, intéressée, le combat. Elle était douée, mais elle était condamnée, ainsi en avait décidé l'ombre. ET quand une ombre a décidé de votre destin, il est bien difficile d'y échapper.

Et ce n'était pas l'autre petite humaine, imbécile qu'elle était elle aussi, qui allait changer la donne. Elle avait ordonné à d'autres écorchés et un petit groupe de damnés qu'elle venait de repérer de venir les rejoindre pour le spectacle final. Il suffisait juste que ces idiotes de créatures retiennent les deux humaines encore un peu. Juste encore un peu. Juste le temps que les autres arrivent...

Oui les autres... les autres arrivaient, elle le sentait. Elle jubilait de les sentir alors si proches, et de sentir son jeu si proche de la fin. La fin des deux humaines. Elle qui croyait pouvoir s'amuser avec une des leurs, voilà qu'elle en avait une deuxième ! Les premières créatures avaient beau être mortes, ou inaptes à continuer, les autres étaient là, juste au bout du couloir. Oui, petite humaine, tu as beau me regarder comme ça, comme me défiant, oui, tu ne seras bientôt plus. Tu ne seras plus ni de Nosco ni de nulle part. Tu ne seras même pas comme moi. Tu ne seras plus. C'est tout. Néant. Et après tout, n'est-ce pas mieux ?

"Non ce n'est pas mieux", fit une autre voix dans son esprit.

Une voix non humaine. Une autre ombre, comprit la première, sentant alors une colère et un certain effroi la gagner. Arslaslyn. une des plus anciennes ombres qui hantaient Nosco. Mais de quoi venait-elle donc se mêler ? Pourquoi fallait-il qu'elle vienne lui gâcher son suel plaisir d'alors ?

"Non, Breswyn, ce n'est pas mieux et tu ne feras rien de plus à ces deux humaines", continua la fameuse Arlaslyn, restant toutefois toujours caché... dans l'ombre.

Ombre parmi les ombres. Elle ne voulait pas être vue par les humaines. Les humaines devaient continuer de craindre les ombres...

"Je te maudis", siffla ladite Breswyn, alors qu'elle sentait le flot de créatures qu'elle avait appelé dévier de la trajectoire pourtant toute tracée.

Déviées bien entendu par cette maudite Arlaslyn qui se croyait toujours tout permis !

"Je te maudis", siffla Brewyn un peu plus fort.

Si fort qu'un sifflement strident avait dû se faire entendre, comme un écho, aux deux humaines.

Et l'ombre disparue. Redevenant, elle aussi, ombre parmi les ombres. Mais elle n'avait pas dit son dernier mot. Son jour viendra. Elle voulait cette humaine. Et elle l'aurait ! Elle le jurait !

(HJ : voilà qui est répondu, même si un peu tard. Avec toutes mes excuses. En espérant que ça vous plaira^^)
avatar
Hologramme

Profession : Fauteur de troubles

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Face à l'Ombre [libre]

Message par Lian Grenfield le Mer 15 Déc - 13:41

Couvrir sa marraine ? Une mission plutôt facile, car de toute façon oui, elle n’allait pas la laisser se faire attaquer. Angie se sentait capable de s’en sortir seule, il fallait donc lui laisser le temps et la possibilité de se libérer de l’étreinte ennuyante de la créature. Lian en profita donc pour attirer l’attention des créatures sur elle, et ainsi aider sa marraine. Elle tentait de contrôler sa respiration et de prendre la situation comme un entrainement. Tirer en pleine tête ou en plein cœur, ne pas rater, trouver les points faibles des créatures malgré l’ombre des souterrains et l’ombre qui le menaçait. Ne penser à rien d’autre qu’à ce qu’elle faisait, se concentrer sur les tirs et les adversaires. Se vider l’esprit, tout en se focalisant sur le point important : attaquer pour se défendre et s’en sortir, sans aucune blessure si possible. Il y avait bien quelques questions qui tentaient de s’insinuer dans ses pensées… Une ombre, elles avaient croisés une ombre. Etrangement celle-ci ne semblait pas très préparée, car la plupart du temps, on ne les voyait pas ou alors ceux qui les voyaient n’en ressortaient pas vivant. Celle-ci semblait avoir été surprise par Angie, une chance pour elle. Lian n’avait croisé que très peu d’ombres dans sa vie, et la plupart du temps elle n’avait pas eu l’opportunité de les observer, trop de créatures qui attaquaient en même temps, des ordres à donner pour tenter de se sortir du pétrin et de se sauver. Les ombres étaient définitivement les rois et reines des souterrains, sur lesquels ils régnaient sans partage. Sûr d’être invincibles et immortels, ils s’occupaient de leur royaume fait d’obscurité et de mort.

Autant les créatures pouvaient avoir une explication scientifique et rationnelle. Leur création par des mains humaines ne faisait presque aucun doute… autant les ombres étant immatérielles il était plus complexe de comprendre d’où elles pouvaient venir. Une expérience ? Certainement pas, ou alors les scientifiques de la guidle étaient bien plus avancés que ce que tout le monde croyait. Dans le cas contraire, il fallait ajouter une nouvelle inconnue à l’équation. Joshi ? Pouvait-il être à l’origine de cela ? Pourtant on le disait et on le croyait bienveillant… Cachait-il une personnalité plus sombre ? Les ombres venaient elles de l’extérieur de la barrière ou de l’intérieur même de Nosco ? Personne ne savait. Personne ne semblait avoir jamais su, tout ne restait que des suppositions sans éléments concrets. Heureusement les souterrains ne pullulaient pas de ces ombres. Elles étaient plutôt rares. Malgré le fait que personne n’avait jamais su dire et calculer leur nombre. Étaient-elles une dizaine ? Une centaine ? Ou était ce toujours les deux mêmes que l’on retrouvait partout ? Ce serait sans doute un point à creuser. Résoudre ce mystère pourrait permettre de comprendre plus de choses sur la ville de Nosco et ses secrets. Mais pour l’instant la question n’était pas là.

Angie avait réussit à se dégager et couru jusqu’à Lian. Cette dernière remarqua que sa marraine semblait boiter du côté gauche. La chute l’avait blessé. Elle calcula intérieurement le chemin qu’elles avaient à faire jusqu’à la base rebelle. Il n’y avait aucun bunker dans les alentours… Pas assez proche pour… Et si… Oui, elles avaient une chance si… Lian souffla à Angie

Il faut qu’on rejoigne le vieux sanctuaire… on y sera en sécurité et ce n’est pas trop loin !

Lorsqu’il y avait une ombre dans les alentours, il ne fallait pas attendre de répits, souvent une première attaque était suivie par d’autres, encore plus violentes et dangereuses… L’arbre qui cachait la forêt… Elles commençaient doucement pour augmenter la difficulté. Hors maintenant Angie était blessée, et il leur serait dur de demander de l’aide pour le moment. Mieux valait donc battre en retraite tout de suite et se trouver un abri. Au moment où elle avait parlé, ou peut être quelques secondes après, elle avait entendu un sifflement strident, comme un écho. Lian avait sentit comme un frisson remonter le long de sa colonne vertébrale, comme si ce sifflement était un mauvais présage et qu’il annonçait un grand danger. Etait l’appel de l’ombre pour de nouvelles créatures ? C’est ce qu’elle craignait, car il n’y avait aucun humain dans les environs… Et aucune créature vivante n’aurait pu produire un tel son, en tout cas elle n’avait jamais entendu les créatures exprimer leur colère ou leur faim ainsi. En tout cas la rebelle ne tenait absolument pas et plus à connaître l’origine de ce son. Son cerveau se concentrait maintenant sur une autre mission : partir le plus vite possible, mais assez doucement pour qu’Angie puisse suivre.

Elle ignorait encore ce que pouvait avoir sa marraine. Elle se rassurait intérieurement en pensant que dans le vieux sanctuaire il y avait une trousse de premier soin, et qu’elle avait demandé des conseils à Matthew Jefferson, le chef des scientifiques rebelles pour qu’il lui apprenne quelques petites choses. Et étrangement cela lui avait semblé simple, après avoir reçu un nouveau souvenir de Joshi. Les sciences ne semblaient plus être une matière sans intérêt, ni avec un niveau de difficulté insurmontable. Elle avait appris quelques notions de bases pour savoir comment soigner quelqu’un qui en avait besoin, pouvoir détecter quelques petits problèmes. Bref, elle avait passé plusieurs heures sur différents jours avec les scientifiques, s’intéressant à leur travail, leurs recherches et leurs manières de procéder. Elle se souvenait que sa marraine n’avait pas vraiment de compétences dans le domaine, c’est pourquoi, elle-même à l’époque de la brigade n’avait jamais cherché à développer de compétences dans ce domaine là, le jugeant inutile, si Angie n’en avait pas trouvé d’intérêt. Elle avait changé d’avis et en était plutôt satisfaite et heureuse de savoir que ces nouvelles connaissances pourraient aider à quelques chose.

Avançant à une vitesse qui pouvaient être qualifiée entre la marche et la course, les deux membres de la confrérie se dirigeaient vers le vieux sanctuaire, là où elles s’étaient déjà rendue, de nombreuses années auparavant toutes les deux… Lorsque Lian semblait en avoir besoin et que sa marraine lui avait révélé ce lieu à moitié secret à Nosco.

_________________
Nobody knows what he will need tomorrow morning: a good coffee or a coffin...
avatar
Lian Grenfield
~ Bras Droit de Y. Merling ~


Camp : Confrérie de la Rébellion
Profession : Bras droit de Yan Merling, mini général de l'armée des rebelles
Âge réel : 15
Âge d'apparence : 20

Compétences
Mémoire:
1500/10000  (1500/10000)
Compétence principale: Armes à feu
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Face à l'Ombre [libre]

Message par Ann-Juliett Taylor le Ven 17 Déc - 16:36

    [Petit mais c'était pour clore]

    Elle boitait de la jambe gauche, ça lui faisait mal certes, mais Angie n’était pas du genre à pleurnicher à la moindre blessure, elle s’en remettrait, sans aucun doute. Mais en attendant, elle était gênée dans sa marche et dans sa course, jusqu’à ce qu’elle puisse enfin être soignée. La douleur lui venait de la cheville, elle n’avait peut-être pas de talent en médecine, mais elle savait que si sa cheville s’était cassée, elle l’aurait sans doute bien senti, et elle l’aurait vu également, cet angle affreux que sa jambe aurait fait. Or, ce n’était pas le cas. Elle en fut assez rassurée, elle se serait mal vue avec la jambe immobilisée pendant de long mois, elle qui avait tant besoin de bouger, par nature. Peut-être s’était-elle simplement foulé la cheville, ou juste une entorse bénigne. Elle l’espérait en tout cas. Le verdict n’était pas pour le moment. Il fallait, là, trouver le moyen de rester en vie. Il était assez rare qu’on puisse s’en sortir face à une ombre, très rare, voire quasi impossible. Mieux valait partir vite, tant qu’il en était encore temps. Angie s’appuyait sur les murs et sortit rapidement son détecteur de chaleur. Des créatures approchaient, une nouvelle flopée. Il ne manquait plus que ça pour combler leur malheur. Un dernier regard à l’ombre, rapide. Mais… Etait-ce une illusion ou elle avait vu une deuxième paire d’yeux blancs la fixer ?

    Le vieux sanctuaire. Lian avait raison. C’était ce qu’il y avait de plus proche pour elles et de moins risqué. Là, elles seraient en sécurité. Angie approuvait totalement le fait que Yan ait nommé Lian comme bras droit. Sa filleule savait réfléchir vite et trouver une solution adaptée à leur problème, prenant le moins de risque possible. Elle admirait vraiment cette capacité. Si Angie avait été seule, elle serait certainement partie à la poursuite de l’Ombre quitte à y laisser sa peau. Ca faisait tellement longtemps qu’elle était enfermée dans les sous terrains qu’elle en avait assez. Elle voulait savoir, elle voulait connaître le mystère qui planait sur la ville, et plus que tout, elle voulait sortir d’ici. Encore une fois, Ann-Juliett était une personne qui avait besoin de bouger. Etre enfermée dans Nosco depuis 140 années était pour le moins étouffant. Lian, au moins, avait les pieds sur terre. Elle était moins virulente et plus posée. Angie admirait sa filleule pour ce talent. Elle s’apprêtait alors à partir. Elle se tenait un peu aux murs pour ne pas tomber, car sa boiterie était décidément bien gênante. Elle jeta un dernier coup d’œil au détecteur de chaleur avant de l’éteindre. Elle fronça cependant les sourcils, ce qui retarda l’extinction de l’appareil. Les créatures… Elles partaient.

    « Lian, je crois que mon détecteur de chaleur a pris un coup… Les créatures s'en vont...»

    Car pour Angie, c’était impossible. Ces créatures ne pouvaient pas partir, elles devaient les attaquer. Son détecteur de chaleur n’avait pas du apprécier la chute tout à l’heure. Pour l’asiatique, c’était la seule raison qui pouvait expliquer le phénomène. Les créatures se dirigeaient avec leur odorat. Or, deux humaines, ça se sent à plein nez. De plus, avec une ombre (et peut-être deux, mais Angie n’en était pas certaine) les créatures auraient du foncer sur elles et les tuer. Au lieu de ça, elles avaient dévié leur route, comme pour… Les éviter ? Un instant, Angie songea que ces créatures devaient prendre un chemin pour les surprendre par derrière. Mais il aurait été plus simple et plus judicieux de les attaquer, là, maintenant et de ne pas leur laisser une chance de s’en sortir. Alors… Pourquoi ? Un cri strident derrière elle, Angie se boucha les tympans. Elles marchaient ou courraient vers leur refuge, le vieu sanctuaire.
avatar
Ann-Juliett Taylor
~ Rebelle ~


Camp : Confrérie de la Rébellion
Profession : Rebelle
Âge réel : 140 ans
Âge d'apparence : 28 ans

Compétences
Mémoire:
5250/10000  (5250/10000)
Compétence principale: Armes à feu
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Face à l'Ombre [libre]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum