Au milieu des fleurs et des petits papillons

Aller en bas

Au milieu des fleurs et des petits papillons

Message par Ysmaël El'Hirajiri le Lun 31 Jan - 20:00

Les jardins de la cour intérieure étaient magnifiques, toujours fleuris et très bien entretenus, toujours si verdoyants qu'au premier abord cela avait étonné le petit Ysmaël. Il n'aurait pas trop su dire pourquoi, peut-être était-ce dû à son expérience passée, la ville aux maisons blanches n'était pas ainsi, il se souvenait que le climat y était beaucoup plus chaud, plus sec et qu'il n'y avait pas tellement de végétation, qu'elle n'était pas d'un si beau vert. Vert, comme la couleur des congréganistes. Lui aussi l'aimait bien, autant qu'il aimait tout ce qui se trouvait à l'extérieur : la végétation, les cours d'eau, la nature, les bâtiments, les rues. Il se sentait capable de passer toute sa vie à l'extérieur et comme d'habitude, au premier rayon de soleil, il mettait le nez dehors et ne rentrait chez lui que très tard pour s'effondrer dans son lit, épuisé par cette journée qu'il avait passée à se dépenser ou au contraire, émerveillé de tout ce qu'il avait bien pu faire aujourd'hui. Parfois aussi il ne rentrait pas, il s'allongeait dans l'herbe et restait à regarder les étoiles et la lune briller. Le ciel était reconstitué, il le savait bien même s'il ne s'était pas tellement intéressé à la manière dont il fonctionnait, mais il le trouvait beau quand même et se plaisait à rêvasser en plein milieu de la journée ou de la nuit. Rien de très romantique dans tout cela, il était juste fasciné.
Aujourd'hui il faisait plutôt gris, le ciel était plein de nuages menaçants et peut-être que dans la nuit un orage éclaterait. C'était tant mieux, s'il n'aimait pas trop la pluie qui l'empêchait de sortir à l'air libre, tout changeait quand il s'agissait de s'abriter quelque part et de rester immobile à regarder les éclairs déchirer le ciel et à écouter le bruit tonitruant du tonnerre.

Le gamin se baladait tranquillement le long des allées tout en se demandant s'il allait faire un tour dans les serres ou s'il allait trouver un Noscoien qu'il pourrait embêter quelques instants. Peut-être qu'il pourrait aller s'entrainer dans les souterrains et retrouver le monde industriel qu'il avait peuplé de tant de personnages. Relevant sa manche, il regarda la cicatrice sur son bras qui ne guérissait que trop lentement et dont on n'avait pas encore enlevé les points de suture. Peut-être que ce n'était pas une très bonne idée, on lui avait dit de rester tranquille et s'il allait dans des endroits dangereux, il avait des chances d'être un peu moins agile et de se blesser à nouveau. Le jeune frère n'avait pas très envie de retourner au Sapienta pour une autre blessure de ce genre ni d'avoir à se dire qu'il allait encore ne pas pouvoir faire grand-chose pendant un bon moment. Heureusement, ce n'était pas le bras avec lequel il avait le plus l'habitude de se battre et il pouvait continuer à s'entraîner bien qu'il fallait faire très attention à ne pas empirer sa blessure.
Arrêté au milieu d'une allée, il regardait autour de lui en quête de quelque chose à faire, si seulement il y avait plus de gens de son âge ici, il aurait peut-être pu se faire des amis mais les enfants étaient rares à Nosco et les gens ici avaient, même au plus jeune âge, un travail et un air trop sérieux à son goût. Il aurait bien aimé aujourd'hui croiser quelques rebelles, il les aimait bien même s'il n'adhérait pas particulièrement à leur cause, cependant il aurait fallu descendre au plus profond des souterrains sans aucune certitude de tomber sur l'un d'entre eux, la dernière fois que ça s'était produit remontait désormais à plusieurs semaines.
Tant pis se dit-il, il n'avait qu'à aller vers les serres, les visiter une nouvelles fois, taquiner le premier scientifique qu'il trouverait ou lui poser quelques questions sur telle ou telle plante. S'il ne trouvait rien de bien à faire, il aviserait une fois arrivé là-bas. Le gamin se retourna brusquement tout en s'élançant d'un pas vif pour prendre le chemin le plus court mais il fut immédiatement arrêté dans sa démarche et il s'écrasa violemment contre un truc pas super mou, lâchant un truc qui ressemblait au plus à un « ouch » comme si en s'écrasant contre le machin, ses poumons s'étaient vidés de tout leur air. Un peu sonné, il recula d'un pas et leva les yeux pour voir contre quoi il avait bien pu se cogner.
C'était en fait un jeune homme à la chevelure dorée avec de jolis yeux verts, l'ensemble était plutôt harmonieux et l'on ne se serait pas mordu la langue pour le qualifier de beau, pas que le bel inconnu ait tapé dans l'œil du petit congréganiste mais il n'allait pas penser le contraire par pur esprit de contradiction.

Oh pardon, commença-t-il, l'air sincèrement désolé, je ne t'avais pas vu.

Ce jeune homme, il ne l'avait jamais vu, pas qu'il ait une mémoire capable de retenir le millier de choses et de visages qu'il voyait chaque jour mais il était sûr que celui-là n'avait pas dû croiser souvent son chemin, avec une tête pareille, il ne s'oubliait pas comme ça si on le regardait plus de dix secondes d'affilé et avec un peu de concentration. Il ne savait pas si en d'autres circonstances il lui aurait cherché des noises mais puisqu'il venait de faire une rencontre percutante et qu'il n'avait rien à faire de plus intéressant, autant qu'il reste un peu en compagnie de celui-là et qu'il fasse un peu connaissance, à moins que l'autre se révèle pressé ou bougon... Mais bon, pour Ysmaël ça ne changerait rien, il se serait sans doute amusé à le suivre jusqu'à ce qu'il se lasse ou trouve quelque chose de plus amusant à faire, peut-être un souffre douleur plus marrant comme les brigadiers, toujours droits comme des balais, se sentant plus hauts que lui, le misérable congréganiste. En même temps vu sa taille, ce n'était pas difficile non plus.

On ne se connaît pas je crois, je m'appelle Ysmaël, frère de la congrégation, et toi ? Ça fait longtemps que tu es ici ? J'ai l'impression de ne jamais t'avoir vu...

Un sourire gentil sur les lèvres, il attendait d'en savoir un peu plus sur son nouvel interlocuteur pour savoir s'il allait garder cette belle amicalité ou s'il n'allait pas plutôt pourrir la journée de l'individu. Il le regardait sans le détailler impoliment, debout sur ses petites jambes, en face de lui, prêt à lui bloquer le passage s'il se décidait finalement à embêter le blondinet et que celui-ci voulait poursuivre son chemin.
avatar
Ysmaël El'Hirajiri
~ Nouvel Arrivé ~


Camp : Congrégation de Joshi
Profession : Frère
Âge réel : Réduit à quelques semaines
Âge d'apparence : Une quinzaine d'années, à vue d'oeil.

Compétences
Mémoire:
1000/10000  (1000/10000)
Compétence principale: Combat à mains nues
Niveau de Compétence: Compagnon

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Au milieu des fleurs et des petits papillons

Message par Aaron Smith le Mar 1 Fév - 23:18

Aaron était ravi. Plus que ravi, il était… Effroyablement content et contemplatif. Pourquoi une telle euphorie, me demanderiez-vous ? Eh bien, pour pas grand chose pour le commun des mortels, mais un pas grand chose salvateur pour le jeune blond. En effet, quelques heures plus tôt, Kim lui avait offert sa rédemption, son droit à la lumière : des lentilles de Soleil. Bon. C’était une méthode qui avait ses avantages, mais également ses inconvénients… Certes, il pouvait maintenant promener son visage d’ange à l’extérieur sans trop avoir à le cacher, bien que la lumière resta légèrement douloureuse pour ses yeux trop sensibles, mais son temps de préparation matinal avait doublé. Enfin, un demi-doublé. Un quart de doublé. Bref, il devait bien passer un quart d’heure à faire tenir les foutues rondelles sur ses deux billes d’émeraude. Et cela, en plus de l’heure généreuse qu’il mettait habituellement à se préparer pour sortir.

Comment pouvait-il prendre tant de temps à s’apprêter ? Eh bien, c’était très simple. Une fois qu’il avait réussi à lâcher son ordinateur – et cela pouvait prendre un bon moment ! – il se déshabillait. S’ensuivait une inspection méticuleuse de son corps dans la glace, ce corps qui était arrivé balafré sur Nosco, et n’en gardait presque plus marque. Il lui fallait bien cinq minutes avant de se détacher du dégoût que lui inspirait cette tâche brune s’étendant de sa cuisse à son bas ventre, et qu’il n’entre enfin dans la douche. Là, il restait de longues minutes sous l’eau chaude, profitant de la vapeur l’environnant pour organiser ses idées, et réfléchir en souriant à tout ce qu’il avait bien pu faire depuis sa dernière douche qui, si tout allait bien, datait de la veille… Ou de deux jours tout au plus. Ou trois si, vraiment, l’attraction de l’ordinateur s’était faite trop forte. Mais ce n’était arrivé qu’une fois ! Bref, une fois ses idées reprises, il se savonnait de longues minutes, frottant son corps fin avec délectation – ce goût pour l’eau avait-il un rapport avec son passé oublié ? Peut-être… Le nombre de minutes se multipliait tandis qu’il s’acharnait sur cette fameuse tâche de vin dont je vous ai parlé un peu plus tôt, espérant sans trop y croire qu’elle finisse par céder face à son acharnement. Toujours déçu, il finissait par se rincer et sortir. Le séchage était rapide, et c’est sans hésiter qu’il choisissait l’un des costumes propres dans sa penderie, sous lequel il passait un caleçon fort rarement coloré, et choisi au hasard, ainsi qu’une chemise blanche. Ainsi attifé, il passait un temps fou à se coiffer, usant parfois de gel pour les mèches les plus rebelles, se contentant souvent d’un peu d’eau, afin de se donner ce genre un peu négligé du type qui s’est pas coiffé le matin… Chose assez antithétique en soi, je vous l’accorde. Sur son visage atterrissaient des crèmes en tous genre, de l’eau de Cologne et, enfin, ses fameuses lentilles… Celles qui refusaient absolument d’adhérer à sa cornée, ou bien faisaient rouler son œil de façon à ce qu’elles n’arrivent jamais à leur place. Voilà pourquoi le jeune homme était si beau. Il avait été bien doté par la nature, certes, mais il mettait un temps fou à préserver sa beauté… Après tout, c’était le premier atout qu’il avait. Mais revenons-en au jour J.

Cette fameuse journée, donc, il avait mis ces fameuses lentilles pour une fameuse sortie. Et comme il n’y avait pas de meilleur endroit, il s’était dirigé vers la cour Intérieure, espérant y retrouver sa Miss Papillon, et pouvoir s’exclamer fièrement devant elle qu’il n’avait plus mal. Malheureusement pour lui, Elyan ne semblait pas être présente, ce jour-là… Comme tous les autres où il l’avait cherchée. Il faudrait qu’il trouve son adresse mail, d’une manière ou d’une autre, et lui envoie un joli message pour lui demander de la revoir, où elle voulait, quand elle voulait et pour faire ce qu’elle voulait… Une proposition bien trop tentante pour qu’elle ne soit refusée, n’était-il pas ? De toutes façons, il imaginait mal Elyan refuser de le voir. Lui refuser quelque chose, pourquoi pas. Le voir… Non, c’était impossible.

Décidé à ne pas perdre son après-midi à regretter son absence, il se décida à flâner dans les allées de la Cour Intérieure, laissant ses yeux courir sur toutes ses splendeurs qu’il n’avait pas pu voir jusque là. Comment, malgré le soleil, avait-il pu rater la verdeur de cette verdure ? (ah ah xD. Désolée ^^’) Comment avait-il pu trouver agressif le blanc immaculé des petits chemins de cailloux ? Comment n’avait-il pas réussi à apprécier les superbes fontaines qui, ça et là, glougloutaient en trilles joyeuses ? Perdu dans sa contemplations émerveillée, il ne vit pas venir le jeune garçon – qui, il fallait bien le reconnaître, n’était pas très grand. Leurs corps se heurtèrent dans un bruit mât, et il soupira un grand coup, sous la violence du choc, entendant néanmoins que l’autre avait lâché un « Outch » mi-surpris, mi-douloureux. Aaron se recula, secoua sa tête, un peu sonné, et observa le gamin arrivé de nulle part d’un air curieux et inquisiteur, qu’il tentait vainement de cacher derrière un sourire avenant.

« Oh pardon, je ne t'avais pas vu.
- Pas de soucis, pas de soucis. Je ne t’avais pas vu non plus… »


Il avait l’air sincèrement désolé, et cela lui donnait un côté mignon que le blondinet ne put s’empêcher d’apprécier. Il ne comprenait pas le pourquoi du visage rond et de la petite taille, ne se rappelant même plus de ce qu’était un enfant, mais il n’avait jamais vu quiconque lui ressemblant de près ou de loin dans la cité de Nosco. Et, pourtant, il en avait observé, des visages ! Toujours souriant, il détailla le corps du congréganiste : à part ses proportions étranges, face à celles des autres adultes, il n’avait rien de bien choquant. Un visage pâle, des cheveux paradoxalement sombres, de grands yeux gris et naïfs, où un désir de découverte et d’aventure brûlait. A cela, on pouvait le rapprocher du blond qui, bien que tout le reste l’opposa à celui qu’il venait de percuter, présentait les mêmes étincelles de curiosité dans ses iris vertes. Ah, il y avait un fait notable : sur son bras, on pouvait distinguer une grosseur anormale qui, en fait, devait probablement être un bandage. Ysmaël s’était-il blessé ? Sans doutes. La question la plus intéressante restait : Comment ?

« On ne se connaît pas je crois, je m'appelle Ysmaël, frère de la congrégation, et toi ? Ça fait longtemps que tu es ici ? J'ai l'impression de ne jamais t'avoir vu...
- Effectivement, on ne se connaît pas. En fait, je ne connais personne, ou presque personne. Je suis Aaron, apprenti informaticien, arrivé il y a quoi ? Une semaine et demi ? Bon, un nouveau quoi. Et excuse-moi, mais… Qu’est-ce que la Congrégation ? Et… Je croyais qu’il ne pouvait pas y avoir ni frères, ni sœurs, ni famille ici ? »


Oui, il avait l’air idiot, oui. Oui, Ysmaël pourrait sans aucun souci le mener en bateau, et lui faire croire à n’importe quoi, sous prétexte qu’il était là depuis plus longtemps. Et puis, les gens ne pouvaient pas mentir, n’est-ce pas ? C’est du moins ce que l’encore naïf Aaron semblait croire. Pauvre, pauvre Aaron… Si faible et démuni, dans ce monde où complots et conflits étaient les maîtres mots de la réussite ? Avide d’en savoir plus, il laissa ses yeux verts se plonger dans la profondeur des yeux gris. Il voulait des réponses. Des réponses justes, si possible.
avatar
Aaron Smith
~ Brigadier Informatique ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Information
Âge réel : Tout beau tout neuf !
Âge d'apparence : La vingtaine, peut-être un soupçon plus.

Compétences
Mémoire:
500/10000  (500/10000)
Compétence principale: Informatique
Niveau de Compétence: Compagnon

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Au milieu des fleurs et des petits papillons

Message par Ysmaël El'Hirajiri le Ven 11 Fév - 15:25

Une rencontre percutante, c'était bien l'expression qui décrivait la manière dont les deux jeunes gens s'étaient rencontrés et allaient faire connaissance. Cela lui rappela Lian, les circonstances étaient complètement différentes mais quand même, rentrer deux fois dans quelqu'un par mégarde et en profiter pour apprendre un peu à se connaître, ça n'arrivait ni à tout le monde, ni tous les jours. Bon d'accord, plusieurs mois s'étaient écoulés entre les deux rencontres mais quand même ! Peut-être y avait-il une symbolique là-dedans, peut-être qu'il s'attacherait aussi plus qu'à quiconque à ce jeune homme dont il ne savait pour l'instant rien du tout.
Sans que son regard ne se fasse vraiment inquisiteur, il se surprit à l'observer en détail tout en écoutant ce qu'il lui répondait, des informations que le nouvel oublié donnait semblait-il sans aucunes arrières pensées. Le petit Ysmaël avait l'impression qu'il se contentait de répondre à ce qu'on lui avait demandé sans réfléchir davantage, pas vraiment comme un robot, seulement parce qu'il ne devait avoir que ça à dire, que ces toutes petites choses auxquelles se raccrocher. Et évidemment, comme tout nouvel arrivé, il posait des questions, beaucoup de questions, cela le fit sourire.
La seule chose qu'il ignorait de ce jeune homme c'était son nom mais cela n'avait pas d'importance pour le moment et puis il pourrait lui demander plus tard. Dans ses yeux reflétait la curiosité, plus que chez les autres peut-être, il n'aurait su l'avancer avec certitude, ses connaissances en observation et en stratégie s'arrêtaient là, il eut été meilleur dans un combat mais celui-ci n'avait pas l'air taillé pour ce genre d'affaire et ça n'aurait pas été drôle. Mieux valait se confronter aux brigadiers, enfin ceux qui avaient un entraînement en combat pour s'amuser un peu, il y avait aussi les miliciens. Quant aux rebelles, il n'y aurait pas touché et cela, pour plusieurs raisons qu'il se gardait bien de dire. Tout comme les souvenirs, la rébellion était un tabou dont il s'était promis de ne pas parler si facilement, ici, alors que l'on était presque toujours surveillé, mieux valait être prudent.

Le jeune congrégationniste remarqua que le regard de son interlocuteur s'était attardé sur son bras blessé et il songea que c'était peut-être la meilleure manière de commencer une conversation très naturelle alors qu'il brûlait en lui le désir de l'orienter. C'était le moment de voir s'il en était capable.

C'est juste une petite blessure mais un médecin m'a soigné. J'aime bien explorer la ville et il arrive que je me fasse mal, enfin pas plus que les casse-cou de mon genre !

Il laissa échapper un petit rire mais se reprit bien vite, puisque le beau blond était curieux, il allait répondre à ses questions, peut-être un peu à sa manière mais n'allons pas jusqu'à dire que le frère était un fieffé menteur. C'était un peu inutile de lui raconter n'importe quoi s'il n'avait pas une idée derrière la tête et lui, il ne le connaissait pas du tout, alors pourquoi devrait-il induire son esprit en erreur ?

J'espère que tu arrives à t'habituer à ce monde si tu n'es arrivé que depuis quelques jours, enfin de toute manière il faudra bien que tu t'y fasses, mis à part mourir, je ne doute que l'on puisse sortir de ce coin...mais tu verras, c'est plutôt sympa comme ville et l'on peut faire pas mal de choses. J'espère au moins que ton arrivée fut moins mouvementée que la mienne ! Il sourit de plus belle.

Et puisqu'il aimait bien théâtraliser un peu les choses, comme lorsqu'il avait rencontré la rebelle Inès avec laquelle il s'était plutôt bien amusé, il décida de prendre un air mi moqueur, mi choqué.

Ah ces guildiens, on ne les refera pas ! On ne t'as donc pas parlé de la Congrégation de Joshi ? Ils t'ont au moins parlé de Joshi, non ? C'était un ancien Noscoien, il est parti depuis longtemps maintenant mais c'est un peu notre guide spirituel. Certains comme moi on préféré rejoindre les ordres, c'est un peu comme un monastère... on n'est pas vraiment frère et sœur mais on nous appelle comme ça dès lors que l'on rejoint la Congrégation...

Il était devenu quelque peu songeur, se rappelant de son arrivée et des créatures qui lui avaient presque sauté dessus, Lian qui lui avait sauvé la vie et mené à la congrégation, les frères qui l'avaient plus ou moins bien accueilli, son désir de les rejoindre et puis Allan qui était devenu son parrain sans vraiment assumer son rôle... Il fallait dire que le Haut Prêtre était occupé par bien d'autres choses que de s'occuper d'un gosse comme lui même si visiblement, il avait choisi délibérément de le prendre pour filleul, étrange...mais il résoudrait cette énigme plus tard, d'ailleurs il ne le voyait presque jamais et ça lui convenait très bien pour le moment. Nosco lui offrant le luxe de l'immortalité s'il prenait garde à lui, il avait tout le temps de découvrir au fur et à mesure les secrets de cette étrange cité.

Mais ma vie n'est pas très intéressante tu sais, ajouta-t-il amusé.

D'un geste il l'invita à faire quelques pas dans le jardin et il garda le silence un petit moment, comme pris par l'observation de ce qui les entourait.

J'aime bien cet endroit, tout est vraiment magnifique ici.

Ses doigts effleuraient les fleurs et les plantes qui étaient à sa portée mais il n'en cueillit aucune, il lui semblait qu'on n'avait pas le droit et ce n'était pas le moment de se faire remarquer par les autres, il avait envie de discuter avec ce jeune homme qui avait l'air plutôt content de sa compagnie. Pour une fois qu'on ne le rejetait pas parce qu'il ressemblait à un gosse ou parce que sa réputation de petit démon l'avait précédée, il n'allait pas s'en plaindre, mais alors pas du tout.

Tu m'as dit que tu étais apprenti informaticien, tu comptes rejoindre la brigade informatique ? Je crois qu'ils ont quelques difficultés en ce moment mais les brigadiers savent bien garder leurs secrets, surtout pour ceux qui ne sont pas des leurs ! Est-ce que tu connais Shane Lewis ? C'est un informaticien de la brigade dont je te parle... enfin je demande juste comme ça, ils sont assez nombreux, les chances sont si rares que tu sois tombé sur lui...

Ah Shane, quand il pensait à lui, ça le faisait toujours sourire. Le congrégationniste marqua une petite pause dans sa marche et leva la tête vers son interlocuteur pour voir à sa réaction si ce nom lui disait quelque chose et comme il allait réagir. C'était toujours intéressant d'avoir des connaissances en commun.
avatar
Ysmaël El'Hirajiri
~ Nouvel Arrivé ~


Camp : Congrégation de Joshi
Profession : Frère
Âge réel : Réduit à quelques semaines
Âge d'apparence : Une quinzaine d'années, à vue d'oeil.

Compétences
Mémoire:
1000/10000  (1000/10000)
Compétence principale: Combat à mains nues
Niveau de Compétence: Compagnon

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Au milieu des fleurs et des petits papillons

Message par Aaron Smith le Lun 28 Fév - 20:37

Les yeux brillant de curiosité, Aaron observait le petit être devant lui. C'était étrange, quand même, qu'il soit si bizarrement proportionné. Etait-il malade ? Avait-il subi des opérations ? Naïf, et vouant une confiance absolue à son parrain, le joli blond était persuadé que Kim pourrait lui redonner une forme plus normale, non ? Mais Ysmaël aurait-il voulu avoir un physique adulte, en réalité ? De cela, je ne suis guère sûre, et mon personnage moins encore. Alors, faisant preuve d'une sagesse exemplaire, il se concentra de nouveau sur le bras de son compagnon et, décidé à parler de son Kimchou adoré, s'exclama joyeusement, de l'excitation plein le regard, et un sourire enchanté mangeant son visage d'ange :

« C'est quel médecin ? Tu connais Kim ? C'est mon parrain, il est génial ! Il est gentil, il est patient, il connaît plein de choses et il a toujours des réponses à mes questions. Et puis, en prime, il est plutôt bel homme... »

Kim était son parrain, et il ne pouvait dissimuler la fierté qu'il ressentait à cette simple idée. C'était la class'. Son parrain n'était pas un être quelconque et comme les autres, mais bien LE médecin le plus apprécié de Nosco (à part, peut-être, par quelques médicophobes comme Shane...). Et puis, même s'il devait le partager avec cette garce d'Ester, il était un peu à lui, passait beaucoup de temps avec lui. Pas autant que Shane, qui était son formateur, son maître. Mais du temps quand même. Etouffé par son enthousiasme, le joli Aaron ne releva pas qu'apparemment, se balader dans la ville pouvait s'avérer assez dangereux pour qu'une longue balafre nécessite un bandage. Il ignorait tout des sous-sols de la ville, pour le moment, et ne s'en sortait pas plus mal. La rébellion n'était encore qu'un danger incertain cité à plusieurs reprises par le responsable de sa formation d'informatique et, jusqu'ici, il n'en avait rien à carrer... Ou pas grand chose, en tous cas. Bien sûr, c'était devenu un de leurs ennemis puisqu'il participait à protéger le réseau, même si ce n'était encore qu'un moineau offert à une bande de vautours... Mais il n'avait pas pris conscience du danger de cette guerre virtuelle, qui avait également lieu dans la réalité.

« Non, on ne m'avait parlé ni de Joshi, ni de sa congrégation... Mais je suis vraiment là depuis peu, et ce n'est pas... Enfin, je veux dire... Bref. Disons que je m'enferme un peu autour de mon ordinateur, et que j'ai pas trop fait attention au reste... A part aux gens, quand je sors. Mais je ne savais pas qu'il y avait un monastère... »

Bizarrement, il savait ce qu'était un monastère, au fond de lui. Ou, du moins, il en avait une idée : un lieu froid où le silence régnait en maître, où tous les gens chuchotaient et, hallucinés, priaient un dieu qui n'existait sans doute pas. L'idée même de Joshi, un maître de pensée, paraissait fabulique à Aaron. Il ne pouvait y avoir de Dieu, c'était... Un phénomène de pensée, une mode. Que ne serait-il pas surpris lorsque l'être arriverait devant lui, et lui donnerait une épreuve, avec un bout de passé à la clé. Mais, d'ici là, on avait le temps. Laaaargement le temps. Nerveusement, il se frotta la nuque, balayant l'horizon du regard, revenant sur le congréganiste. Il n'aimait pas rester immobile. Alors, quand l'enfant lui proposa de bouger, il s'exécuta avec joie, heureux de bouger d'une part, ne souhaitant pas vexer le petit de l'autre. Aaron n'aimait pas les conflits. Il les fuyait. Et, naïvement, il était capable de tous les services pour avoir des amis, et éviter les ennemis. Ô, douce candeur, douce utopie. Quand la réalité reviendra-t-elle frapper cet ange, ignorant tout du fieffé monde lui servant de terre d'accueil ?

Tandis qu'il marchait, Aaron se perdit dans ses pensées en souriant, l'air niais. Il marchait dans les allées de la Cour Intérieure, et la simple vue d'un papillon le refit penser à Elyan. La douce, la belle Elyan... Son image vint lui brûler la rétine, tandis que son odeur remplissait ses narines et que sa présence dans son esprit emmenait son coeur dans une folle cavalcade. Il ressentait quelque chose de fort pour elle. De l'amour ? Peut-être. Sans doute. En tous cas, un fort attachement, une irrésistible attirance et un désir omniprésent. Il l'avait rencontré ici-même, et elle avait su le séduire, l'emmener chez lui et lui faire l'amour, les laissant tous les deux dans une délicieuse extase. Oh, évidemment, ça n'avait pas été si simple, pas si évident. Mais il avait adoré, et cette simple pensée créait chez lui une tension extatique. Il avait besoin de la revoir. Coûte que coûte. Le plus tôt serait le mieux, d'ailleurs. Mais la surveillance de Shane lui prenait un temps fou, entre sa formation et les vérifications quotidiennes qu'il mangeait, dormait et acceptait de lâcher son ordinateur – chose compliquée, lui-même en convenait... Il allait finir par lui demander une matinée, un après-midi, une journée entière de liberté qu'il consacrerait à sa douce.

« Shane ?! Tu connais Shane ?! »

Le nom de son formateur, sorti de la bouche de l'adorable Ysmaël, avait résonné comme un écho de ses pensées, les tirant de ces dernières sans s'encombrer de manières parasites. Intéressé, ébahi par une telle coïncidence, il vrilla les deux billes vertes qui lui servaient d'yeux dans ceux, grands et gris, de son interlocuteur, sans cacher sa surprise. Un large sourire revint étirer ses lèvres, balafrant joliment son si doux visage et, de nouveau, un impressionnant enthousiasme émana de lui comme un champs magnétique d'un aimant. Un flot de parole s'échappa de ses lèvres :

«Oui, je vais faire parti de la brigade informatique, et Shane est mon formateur. C'est lui qui m'a pris sous son aile, et qui m'apprend à utiliser l'ordinateur ! C'est génial, j'adore tout ce qu'il m'apprend, j'adore même apprendre, et en plus, c'est un type super gentil, il est génial et il est super doué ! Tu l'as déjà vu sur son ordinateur ? Tu as vu la vitesse à laquelle il tape ? Il n'a même plus besoin de regarder son écran, il connaît ses programmes par coeur, et c'est impressionnant comme il est doué pour lutter contre les pirates ! »

Comme un grand enfant excité, le jeune homme sautait sur place, bondissant en tous sens, les yeux brillants de plaisir. Parler de Shane était source de bonne humeur pour lui, et il en raffolait. Ses pas étaient si gracieux qu'on l'aurait dit danseur, en train d'exécuter les premiers bonds de son futur ballet. A ceci près que c'était totalement désorganisé, et peu harmonieux. Mais personne ne peut être parfait, n'est-ce pas ? Tactile, il attrapa la main de l'enfant, et le tira à sa suite jusqu'à un banc, sur lequel il bondit. Emporté par son élan, maladroit, il rata son cou et, au lieu de s'asseoir brutalement dessus, il bascula en arrière et tomba, les yeux écarquillés. Sur le coup, la chute lui coupa le souffle, mais il partit bien vite dans un éclat de rire amusé, comme un enfant. S'amuser de peu est la clé du bonheur. On peut donc dire que, à cet instant, Aaron était heureux. Joyeusement, il s'excusa, se faisant la remarque que sa dernière chute datait d'Elyan, et avait mal fini, et il se remit sur ses pieds avant de demander, rieur :

« Dis-moi Ysmaël, que venais-tu faire dans la Cour Intérieure ? Tu as le droit de sortir de ton monastère quand tu veux ? »
avatar
Aaron Smith
~ Brigadier Informatique ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Information
Âge réel : Tout beau tout neuf !
Âge d'apparence : La vingtaine, peut-être un soupçon plus.

Compétences
Mémoire:
500/10000  (500/10000)
Compétence principale: Informatique
Niveau de Compétence: Compagnon

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Au milieu des fleurs et des petits papillons

Message par Ysmaël El'Hirajiri le Dim 3 Avr - 14:45

Eh mais le blondinet lui révélait des capacités de divination ! Sa remarque, autant que la sincérité débordante qui en ressortait l'amusa beaucoup, sa facilité à faire des compliments relevait-elle d'une bonté qu'il ne connaissait guère ou d'une naïveté frappante ? Peut-être un peu des deux, oh qu'importe, cela avait suffit à éveiller son attention et surtout le petit diable qui mourrait d'ennui depuis quelques temps et qui se trouvait soudainement débordant de jovialité à l'idée d'un futur mauvais coup. Oh je vous arrête tout de suite ! Le mauvais coup n'était pas pour tout de suite, le gosse n'était peut-être pas des plus machiavéliques mais il avait largement les capacités intellectuelles pour imaginer une diablerie un peu plus lointaine dans le temps que dans les deux minutes qui allaient arriver.

Oui je le connais ! C'est même lui qui m'a soigné, quand j'étais avec un brig... pour une histoire de pim... oh c'est un peu long à raconter mais tout est recousu et là, il paraît que je dois me tenir tranquille alors je fais ce que je peux... Un ballade comme celle-ci me semblait appropriée !

S'était ensuivi le scandale de la congrégation dont je ne vous rapporterai pas une nouvelle fois les paroles. Vraiment, l'oppression de la guilde était plus forte qu'il ne l'avait imaginée et on omettait même de parler de la congrégation qui était pourtant si importante ! C'est vrai, il fallait bien des gens raisonnés comme eux dans ce bas monde et il y avait surtout la production des ondes alpha, ah vraiment, pensaient-ils s'en attribuer tout le mérite ? C'était Joshi qui avait découvert ce secret-là et il avait été sage de le confier à un homme comme Allan Cadmun, son parrain. On le disait un peu trop sournois, toujours à comploter et à échafauder des plans aussi tortueux qu'irréalisables mais le petit homme croyait en lui et était fervemment convaincu qu'il fallait bien un homme comme lui avec un visage si indifférent et des épaules si solides pour tenir tête à cette impératrice plus têtue qu'un mule !
Et puis il y avait les brigadiers, tout à fait à même de faire pression sur le dernier sanctuaire de paix qu'ils formaient. Peut-être était-ce pour cela qu'il les détestait vaguement, qu'il avait plus ou moins pris le parti de mener une petite guerre contre eux, aussi insignifiant soit-il pour les rudes guerriers qu'ils étaient. Ou peut-être pas, ne lui avait-on pas servi de belles propositions sur un plateau d'argent, ne lui devait-on pas beaucoup de choses pour tout ce qu'il avait fait, par hasard ou par calcul ?

Brièvement il sourit, plutôt satisfait de ce qu'il avait fait de son existence jusqu'à maintenant. Pour sûr il lui manquait quelque chose mais il ne doutait pas que les opportunités arriveraient bien vite et qu'il saurait se trouver une place plus stable dans ce monde, une place qui lui permette de concilier tout ce qu'il aimait et d'accomplir quelque chose d'important. Restait à trouver un but, un travail dans lequel il serait en accord parfait.

Mais en attendant, il était bien décidé à en savoir plus sur ce curieux nouvel arrivé et lorsqu'il entendit le surplus de compliments faits envers ce cher Shane, il sut qu'il avait fait mouche. Son sourire quasi permanent s'agrandit de plus belle et ses yeux pétillaient de gaité, ne laissant pas transparaître le bouillonnement d'idées ni la diablerie qui sommeillait en lui et qui commençait vaguement à somnoler, attendant que son maître vienne la chercher pour de nouvelles aventures, aussi épiques que rocambolesques.
On aurait presque cru que les rôles s'étaient inversés et on aurait pas mal vu Aaron avec quelques années de moins vu son comportement enfantin. C'était lui d'habitude qui sautait un peu partout et qui laissait voir aux autres tant de bonne humeur ! Le jeune Ysmaël aurait-il enfin trouvé un camarade de jeu avec lequel il serait en parfaite harmonie ? Allez savoir...
Bon par contre il allait devoir lui apprendre deux ou trois petites choses car l'ensemble n'était pas très gracieux et on voyait bien qu'il ne savait pas se servir de son corps. Mais ce serait pour plus tard.

Et soudain, alors qu'il n'eut pas le temps de répondre, il se trouva embarqué dans ladite danse puis assit sur un banc, ne devant sa bonne réception qu'à la rapidité de ses réflexes, car en plus d'être un piètre danseur, le nouvel oublié n'avait pas franchement l'air d'être très adroit.

Shane ? Il éclata de rire. Ah ah ah ! Tu n'es vraiment pas là depuis longtemps, tu n'as pas l'air de savoir... Ah ah ah... Hi hiiiii ! Un fou rire des plus naturels s'était emparé de lui, il ne se moquait pas de son interlocuteur ni de ses propos mais bel et bien de son brigadier préféré, Shane Lewis.

Oh la la ! On ne t'a donc rien dit ? Le gamin fixa un instant Aaron, bien installé sur son banc. Il n'eut pas besoin d'attendre longtemps pour lire la curiosité qui brillait dans son regard vert. Déjà il faut que tu sache que Shane n'est pas si bon que ça, sinon ça se saurait il serait dans le top dix des brigadiers informaticiens... Enfin ce n'est pas le plus important et ce n'est pas ce qui me pousse à te dire ça... Tu devrais faire attention, Shane il est gentil mais... pas très loyal en fait. Oh ça me gêne de te dire ça mais il faut vraiment que tu le saches. Il replongea à nouveau ses yeux dans les siens, l'air grave, à la fois très sérieux et attristé. Il avait rit mais c'était parce que leur humeur était à la jovialité, maintenant qu'il y repensait, tout ça n'avait vraiment rien d'amusant. On l'a déjà surpris plusieurs fois à voler le travail des autres, tu sais, pour justement paraître meilleur, enfin je crois... mais en tout cas tu devrais faire attention, si tu es vraiment doué et que tu l'intéresses trop vivement, ne le laisse pas s'attribuer le mérite à ta place, ce serait dommage... Si tu as un doute tu peux m'en parler... ou à ton parrain...

Dans un élan d'affection, il serra le jeune oublié contre lui pour le consoler de la grosse révélation qu'il venait de faire mais c'était presque un devoir pour lui, il ne pouvait laisser son nouvel ami se faire marcher sur les pieds ainsi, il ne le méritait pas !

Nous les congrégationnistes avons le devoir de rétablir la vérité en ce monde, surtout face aux gens malhonnêtes... mais je t'assure que Kim lui est quelqu'un de très gentil, je n'ai jamais rien entendu de mal à propos de lui !

Un sourire sur les lèvres, il ébouriffa les cheveux du jeune homme pour l'amuser ou peut-être le faire râler ! Mieux valait lui changer les idées en tout cas !
avatar
Ysmaël El'Hirajiri
~ Nouvel Arrivé ~


Camp : Congrégation de Joshi
Profession : Frère
Âge réel : Réduit à quelques semaines
Âge d'apparence : Une quinzaine d'années, à vue d'oeil.

Compétences
Mémoire:
1000/10000  (1000/10000)
Compétence principale: Combat à mains nues
Niveau de Compétence: Compagnon

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Au milieu des fleurs et des petits papillons

Message par Aaron Smith le Jeu 12 Mai - 15:08

1188 mots

Aaron Smith était un grand naïf. Nouvellement arrivé, il n’avait pas encore bien compris qu’on pouvait sciemment mentir à autrui, pour faire le mal plutôt que pour faire le bien. Ce n’était pas faute à Shane d’avoir essayé de lui faire comprendre, pourtant… Il lui avait fait goûter un muffin au piment, et la brûlure sur sa langue faisait encore grimacer le blondinet, quand il y repensait un peu trop fort. Son parrain, Kim, était bien plus gentil, et s’amusait de la joyeuse et constante bonne humeur de son filleul. Sans vraiment le vouloir, il encourageait son comportement de gamin, et favorisait son expansion de joyeuse naïveté. N’allez pas croire, toutefois, que Smith resterait toujours si facilement manipulable : il n’était qu’un nouveau né, dans un monde où mesquinerie et manipulations étaient un lot de tous les jours. Et comme tous les nouveaux nés, un jour, il grandirait.

Mais pour le moment, il restait d’une naïveté effrayante. D’autant plus qu’il considérait d’ores et déjà Ysmaël comme un joyeux compagnon, presque un ami, et que les amis ne se mentaient jamais entre eux… Si ? Pourtant, ce n’était qu’un enfant ! Pourquoi donc aurait-il voulu mentir à son pair ? Aaron était bien incapable d’imaginer la raison d’un tel acte, aussi n’essaya-t-il même pas. El’Hirajiri ne pouvait décemment pas inventer une ânerie de ce genre juste pour embêter Shane, qui était une personne extraordinaire, doux, gentil, intelligent, beau, souriant, amusant… Fantastique quoi. Sans vraiment en avoir conscience, Smith se perdit dans une douce rêverie, en pensant à son formateur.

Il ignorait que Shane avait déjà une relation, et il ne pouvait s’empêcher de s’imaginer dans ses bras avec envie. Son maître devait sûrement avoir les mains d’une douceur exquise… Et vu sa bouille et son ancienneté en Nosco, il était probablement excellent au lit. Encore plus qu’Elyan, ça semblait évident. Et voilà que dans l’esprit du pauvre petit Aaron se formait une image nouvelle : l’image d’un être nu pour lui, rien que pour lui. Huuum… C’était une expérience fantasmique… Euh, fantastique ! Il était là, et il se trémoussait sous ses yeux, délicieux. Rhaaa, mais qu’était-ce ?! Il était en train de fantasmer sur un homme ! Ce n’était vraiment, vraiment pas le moment, ni l’endroit. Surtout qu’il était toujours allongé sur le dos, même s’il avait cessé de rire comme un trublion.

Avec agilité et élégance – mais oui, il en était capable ! – il se redressa, et revint sagement s’asseoir auprès d’Ysmaël qui, vous l’avez compris, n’avait aucune raison de mentir. Il riait. Se moquait-il ? Non, il n’avait pas l’air d’être du genre à se moquer d’Aaron qui, malheureuse victime de sa bonne humeur, avait volé par-dessus le banc, pour atteindre l’autre côté. Il avait plutôt l’air de rire… En parlant de Shane ? Il se moquait de son Shanichou d’amour ?! Un froncement de sourcil tordit furtivement le visage jusqu’ici perpétuellement rieur du blondinet, et s’effaça bien vite. Le gamin était communicatif, et son ainé ne tarda pas à joindre ses éclats de rire aux siens, sans vraiment savoir pourquoi il riait…

Les spectateurs invisibles de cette scène avaient donc devant les yeux deux personnages, l’un encore enfant, l’autre un peu plus âgé, qui se tenaient le ventre tant ils riaient, quitte à faire fuir la moindre bestiole effarouchée par un peu de bruit. Leurs joyeux trilles fendaient l’air, comme des flèches envoyées par un bras fort et aguerri, ou par un petit être potelé répondant au doux nom de Cupidon. Quel dommage, donc, que personne ne soit assez proche pour recevoir les traits, et tomber dans les bras de l’un des deux gays (quel jeu de mot xD) lurons ! Ils riaient tant et si bien que, quand Ysmaël se stoppa, son compère trouva ça bien inquiétant, et arrêta aussi. Hou la. Il devenait sérieux, c’était effrayant. La bouche close et un air interrogateur sur le visage, il écouta ce qu’on avait à lui dire.

Tout d’abord, que Shane était mauvais. Aaron se sentait prêt à crier au scandale s’il n’y avait pas eu cette petite étincelle de vérité, ce petit détail qui lui cloua le bec : Ysmaël avait raison. Son maître ne faisait pas parti des dix. Il était donc moins bon que ceux-là et, en tant que tel… Par Joshi, Smith s’était donc fourvoyé ! Contrarié par cette révélation, il grogna, si bas que le petiot ne dut même pas l’entendre… Mais il n’était pas au bout de ses surprises ! Non, loin de là. Alors qu’il pensait avoir déjà supporté ce que le congréganiste avait de pire, voilà qu’il en rajoutait une couche. Comme quoi Shane était un traitre ou, au moins, un être déloyal. Il ne rejoindrait jamais les rebelles, c’était certain. Mais selon Ysmaël, il volait le travail de ses collègues ?!

« Tu es sûr Ysma’ ? »

Oui, il s’était permis un petit surnom. Et oui, il était fichtrement inquiet. Non pas qu’il ai peur qu’on lui vole son travail : son niveau était actuellement celui d’un oisillon tout juste sorti du nid et, sérieusement, il n’y avait rien à lui dérober. Au contraire ! C’était plutôt lui qui volait les connaissances que son maître voulait bien partager, qui les engloutissait, qui les rendait sienne avec délectation. Il grimaça. Shane aurait donc volé quelque chose appartenant aux autres… Shane serait donc… Mauvais ? Non, c’était bien inconcevable ! Et pourtant, le pauvre petit Ronron, grand naïf qu’il était, ne pouvait plus chasser le doute de son esprit. Il avait besoin de savoir, il avait besoin de comprendre… Pourquoi donc Lewis aurait-il cherché à voler la production d’autres ? Ça non plus, ce n’était pas compréhensible !

Sonné par cette nouvelle réalité à laquelle il ne s’attendait guère, Blondinet se laissa aller dans les bras du gamin, presqu’inerte. Il ne pouvait pas, il ne voulait pas y croire ! Et pourtant, l’affreux doute qui s’infiltrait sournoisement en lui était délicieusement présent. Quelle horreur, quelle douleur que la trahison. Un haut le cœur lui vint. Il en parlerait avec d’autres informaticiens. Il n’était pas proche d’eux, mais il voulait leurs avis, leurs idées, leurs souvenir du passé noscoien. Devrait-il en parler à Mathys Nelsen, l’actuel commandor de la section informatique ? Ou bien mieux valait garder ça pour lui ? Perturbé, il se tourna vers le p’tiot et demanda :

« C’est vraiment vrai de vrai ? »

Court silence, avant qu’il ne rajoute :

« Oh, mais… c’est terrible. Je… »

Maigre sourire.

« Je crois que je vais rentrer Ysmaël. Je suis désolé. »

Malheureux et un peu gêné de son comportement, il passa sa main derrière sa nuque et rajouta brusquement :

« Mais on pourra se revoir hein ! Au début, ça a été un plaisir d’être avec toi ! »

Pas très adroit ça, comme tournure de phrase… mais il faut le comprendre, le petit. On venait de bouleverser ses convictions, c’était trop terrible ! Dans un grognement, il se détourna, lui posa une main sur l’épaule et… Fila en direction de l’Aedes, les yeux brillants. On aurait presque pu croire qu’il pleurait…
avatar
Aaron Smith
~ Brigadier Informatique ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Information
Âge réel : Tout beau tout neuf !
Âge d'apparence : La vingtaine, peut-être un soupçon plus.

Compétences
Mémoire:
500/10000  (500/10000)
Compétence principale: Informatique
Niveau de Compétence: Compagnon

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Au milieu des fleurs et des petits papillons

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum