Un hurluberlu en quête d'observation.

Aller en bas

Un hurluberlu en quête d'observation.

Message par Aaron Smith le Lun 31 Jan - 21:39

Il y avait des bancs, dans le hall d'accueil de l'Aedes. Et c'est sur un de ces bancs qu'Aaron était assis, de trois-quarts dos à la porte, pour éviter la douloureuse morsure du Soleil, sans pour autant rater une seconde d'observations. Il avait ressenti le besoin de quitter son ordinateur, de sortir, et avait espéré revoir Elyan. Un seul problème : il ne savait pas le moins du monde comment la retrouver. Peu désireux de s'offrir de nouveau à ses migraines, dans la cour intérieure, il avait donc décidé de camper dans le hall d'accueil, espérant qu'elle finirait par passer par là, et qu'il pourrait alors l'appeler d'un air rieur, et passer une formidable fin de journée à ses côtés. En attendant, il scrutait tout et tout le monde, laissant son imagination embarquer les personnages qui marchaient devant lui dans des scénarios improbables, fruits goûtus de son esprit farfelu. Il aimait à amener untel avec untel, à se dire que cet homme trompait cette femme, qui pourtant le dévorait d'yeux amoureux. Il leur inventait à tous une vie, un bout de vie, qui collait peut-être avec la réalité, ou peut-être pas. Ce jeune garçon devait être un baroudeur, habitué aux égouts de Nosco, tandis que ce vieil homme avait un air érudit qui ne signifiait rien, ici.

De temps à autres, son attention s'attachait aussi aux dorures des murs, aux délicates statues blanches qui naissaient tout le long de la gigantesque pièce. Comme dans une fourmilière, des gens rentraient et sortaient, partant parfois dans les salles de repos, parfois vers le réfectoire, ou bien pénétrant les ascenseurs. Rares étaient ceux qui utilisaient les cages d'escaliers, et cette constatation tirait un sourire amusé à Aaron, qui venait à repenser aux paroles de Kim Van Berghen, son parrain. Il lui avait affirmé que les gens devenaient feignants, à force de prendre les ascenseurs. Et force était de constater qu'une fois encore, la voix de l'homme brun se révélait être la voix de la sagesse. Ainsi, on entendait rarement les portes claquer, au profit du tintamarre en bip des lourdes machines, tractant à chaque passage un poids impressionnant. Tout le monde semblait considérer le fait de changer de pièces en quelques secondes normal et banal, mais même s'il savait qu'il y avait une explication scientifique et rationnelle à ça, Ronron ne pouvait s'empêcher d'en être férocement impressionné. C'est alors que son attention fut de nouveau attirée par quelque chose, ou plutôt quelqu'un.

Il s'agissait d'un petit homme bleu (non, je ne parle pas d'un schtroumpf xDD), tout droit sorti d'une de ces cages d'escaliers qui s'ouvraient si peu souvent. Il marchait d'un pas vif, mais semblait un peu intimidé par la gigantesque masse de gens qui se mouvait dans ce hall, tout aussi immense. Il fallait dire que le petit être semblait bien chétif, face à l'immensité du complexe, et cela malgré les dizaines de couches de vêtements qu'il avait enfilés. Avait-il si peur que ça du froid extérieur ? Aaron, peu sensible au froid, parvenait à supporter les quelques degrés en portant simplement une chemise sous un costume noir. Mais ce n’était, apparemment, pas le cas de Morgan – car c’était bien Morgan ! Un instant, leurs yeux se croisèrent, et un hoquet de surprise secoua le blond. S’il avait un style vestimentaire plutôt banal, et une attitude fort ordinaire, quoiqu’un peu engoncée, ses yeux… Ses yeux étaient juste merveilleux. Océans infinis, profondeurs insondables, ils emmenaient l’esprit du jeune blond dans des tréfonds inconnus d’une mer dont il ne savait rien, mais qui réveillait en lui une attirance teintée de peur. Un peu comme ce qu’il ressentait pour son ordinateur, avant de n’avoir la chance, la joie, l’incroyable bonheur de l’essayer, et de découvrir la beauté de ces mots informatiques. Devait-il en fait de même avec ce bleu ? Devait-il le découvrir, pour mieux le comprendre, pour espérer l’apprivoiser et transformer cette fascination morbide en amitié… Ou même en quelque chose de plus fort ? En tous cas, il en avait effroyablement envie et, décidant d’un bond à se mettre en marche – de toutes façons, Elyan ne viendrait sûrement pas… - il se releva et marcha droit vers Mo’. Son pas était assuré, bien qu’il ne cacha pas sa photophobie, restant plié pour éviter une trop grosse douleur, ou un Soleil trop vif. Pourtant, il n’avait rien d’effrayant, un doux sourire étirant son visage d’ange. Tentant presqu’inconsciemment d’imiter le self contrôle dont Ester avait su faire preuve, lors de leur arrivée – Mais qu’est-ce que cette garce d’Ester venait faire là ?! – il tendit sa main vers celle, plus pâle, de Morgan, et lui affirma avec un enjouement effrayant, tant il n’était pas forcé :

« Bonjour, je m’appelle Aaron… Tu avais l’air seul et un peu affolé, et j’étais seul et un peu affolé, alors j’me suis dit… »

Zut. Il venait juste de se rendre compte combien sa réaction était idiote, et combien ce devait être désagréable pour le Schtroumpf de se retrouver là. Gêné, il lâcha la main, et la passa nerveusement dans sa nuque, lâchant juste un « Euuuh… » ressemblant vaguement à des excuses, et franchement à un certain malaise. Il espérait que le petit bleu trouverait un moyen de le tirer de ce faux pas. Genre en lui répondant, ou simplement en ne le regardant pas comme un hurluberlu, ce qu’il était probablement. Morgan… A l’aide >.>
avatar
Aaron Smith
~ Brigadier Informatique ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Information
Âge réel : Tout beau tout neuf !
Âge d'apparence : La vingtaine, peut-être un soupçon plus.

Compétences
Mémoire:
500/10000  (500/10000)
Compétence principale: Informatique
Niveau de Compétence: Compagnon

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum