Vraiment, nous nous connaissons ?

Aller en bas

Vraiment, nous nous connaissons ?

Message par Allan Cadmun le Mar 1 Fév - 20:34

Par un séduisant paradoxe, Allan Cadmun conciliait une énorme disponibilité avec rien de plus consistant que sa dernière lubie en date. De fait, tout un chacun savait où trouver Allan Cadmun, mais personne ne le dérangeait sans raison valable. Aucun motif ne trouvant grâce aux yeux du haut prêtre, il avait donc à peu près la paix.

A peu près seulement, car la sottise de déranger sa retraite vint à l'un des Frères qui hardiment, frappa à la porte qui scellait l'antre du démon. L'imprudent ouvrit, certain de ne recevoir d'Allan Cadmun aucun assentiment. Le haut prêtre n'eut même pas un soupir, et ne sacrifia aucun mot pour congédier l'indésirable, il se contenta de darder sur lui un regard plus sombre que nuit sans lune et revint à ses calculs lesquels s'étendaient sur une rivière de feuilles scotchées les unes aux autres. Les papiers cascadaient du bureau au sol, s'éparpillaient à travers la pièce, se voyaient relayées par d'autres affichettes de fortunes, punaisées au mur et devant ce singulier spectacle, l'audacieux Frère demeura coi, yeux écarquillés, oubliant jusqu'à la raison de sa propre venue tandis que le haut prêtre poursuivait son oeuvre comme s'il se trouvait toujours seul.

De longues minutes s'écoulèrent, le Frère aux mains poisseuses attendant un signe, qu'il fut invitation ou rejet pour ancrer sa décision mais le visage lisse et songeur du haut prêtre ne trahissait plus la moindre émotion. Si l'immiscion d'un intrus dans son repaire l'avait dérangé, il s'en accommodait comme d'un insecte lointain et inoffensif, qu'il semble moins fastidieux d'ignorer que d'abattre.

"Le haut conseiller, enfin, l'ex-haut conseiller, Judikhael Wienfield est entré dans le Sanctuaire."
bafouilla le Frère quand il eut enfin recouvré sa langue, hachant les mots en une bouillie infâme.

Allan Cadmun se redressa sur son siège, le stylo en suspens dégouttant d'une encre noirâtre - de tels ustensiles jugés vétustes persistaient encore en Nosco, mais leur qualité avait cruellement décliné - et n'eut qu'un regard las pour son visiteur.

"Il est l'hôte d'Artémîa Elisian."
rétorqua Allan, sec et concis.

"C'est que... C'est qu'il veut vous parler." s'embrouilla le Frère, ses mots périssant dans un silence suintant.

Le Frère hésita alors sur la conduite à tenir. Ayant rempli la mission que lui imposait sa propre éthique, il se voyait donc libre de disposer, ce ne serait pas vraiment sa faute si un deuxième incident se déclenchait dans le Sanctuaire. Seulement, c'était une mauvaise paille, la plus courte, par malheur, qui l'avait fait émissaire de si mauvais augures. Si d'autres troubles se déclenchaient, on se souviendrait qu'il avait été désigné pour informer le haut prêtre...

Allan Cadmun abandonna finalement esquisses, planches et calculs au stylo baveur, coupant court aux tergiversations du Frère qui ne se fit pas prier pour détaler, peu désireux de se voir enfermé dans le bureau soi-disant restauré dont sourdait une grisaille indolente qui par delà sa couleur exsudait une morosité à fendre les pierres.

D'un pas mécanique, le haut prêtre parcourut les couloirs qui le menaient à la grande salle, dénicha sans grand mal Judikhaël, avec autant de facilité qu'un réfrigérateur dans une forêt de bambous clairsemés. Il vint à sa hauteur sans le saluer davantage que par un bref signe de tête et... attendit, égal à lui-même.
avatar
Allan Cadmun
~ Haut-Prêtre de Joshi ~


Camp : Congrégation de Joshi
Profession : Haut prêtre
Âge réel : 160
Âge d'apparence : 38

Compétences
Mémoire:
10000/10000  (10000/10000)
Compétence principale: Ondes alpha
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vraiment, nous nous connaissons ?

Message par Judikhael Wienfield le Lun 14 Mar - 21:25

S'il y avait bien une chose qu'il exécrait, c'était de devoir des excuses. Et il avait beau parfois se montrer de mauvaise foi, cette dernière n'était jamais bien forte, et sa raison ne pouvait que lui montrer ses torts sur la question Congrégation. Oui, il avait été en torts. Et plus même. Il savait que sa conduite envers Allan Cadmun et la Congrégation avait été inqualifiable. Jamais Artémia, première concernée, ne le lui avait reproché, certes, mais il n'en avait pas été de même de l'Impératrice, du Haut Prêtre... et de lui-même. Oui, lui-même se reprochait cette bévue. Et il était plus que temps, qu'enfin, il présente ses plus plates excuses, quand bien même cela lui coûtait plus que tout.

Il s'était donc, après maintes et maintes reports, rendu au Sanctuaire. Son mariage approchait à grands pas, après tout. Et il serait de bon ton que cette histoire soit enfin close avant cet événement particulier. Même si cela passait par la case "écraser son orgueil et s'aplatir devant le bon vouloir, ou plutôt le mauvais, d'Allan Cadmun". Cette démarche lui coûtait. Et encore, ce constat était un doux euphémisme. Mais il n'avait pas le choix, et se devait d'assumer ses bavures. Déjà il avait dû payer les frais, rien qui ne soit pas naturel en soi d'ailleurs selon lui. Maintenant la phase excuses était arrivé. Et c'est en écrasant sa fierté et son orgueil qu'il attendait, là, dans la grande salle, où on le faisait attendre comme le pire des plus dangereux criminels, pire qu'un paria en restriction d'accès...

Combien de temps était-il resté ainsi, debout, faisant face aux regards curieux et accusateurs, apeurés même pour certains, tournés vers lui ? Dix minutes ? Une demie-heure ? Une heure entière ? Il n'en savait trop rien, si ce n'est que le temps lui avait paru s'étirer à l'infini. Si cela n'avait pas été pour Artémia d'une part, et pour l'Impératrice et la Guilde d'autre part, nul doute qu'il serait déjà parti, laissant sur le sol ses excuses non déclarées. Il détestait Allan, ou du moins le méprisait. Il pensait savoir d'ailleurs que ce dernier le lui rendait bien. Tout ceci n'était donc après tout que mascarade destinée à sauver les apparences pour les autres, mais pas pour eux...

Il était d'ailleurs à deux doigts de partir, sur ces bonnes pensées, quand enfin le haut prêtre daigna apparaitre. Tout de son lourd silence drapé. Visiblement, ce haut dignitaire n'était pas décidé à lui faciliter la tâche. Soit. Qu'importe au fond. Il savait ce qu'il avait à faire et le ferait aussi dignement qu'il le pourrait.

- Bonjour Monseigneur, fit-il alors tout en accompagnant sa salutation d'un signe de tête le plus respectueux dont il était capable. Je ne tiens pas à vous faire perdre votre temps plus que nécessaire, j'irai donc droit au but de ma visite. Je suis venu vous présenter mes plus plates excuses pour l'incident déplorable que j'ai provoqué dans votre... antre.

Il manqua de parler de grotte plutôt que de bureau, mais préféra s'abstenir, espérant que les teintes ironiques de son ton ne soient pas trop marquées.


Dernière édition par Judikhael Wienfield le Mer 6 Avr - 20:28, édité 1 fois

_________________


La vérité, comme la lumière, aveugle.
Le mensonge, au contraire, est un beau crépuscule, qui met chaque objet en valeur.

Albert Camus
avatar
Judikhael Wienfield
~ Guildien ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Haut Conseiller
Âge réel : 111 ans
Âge d'apparence : 30 ans

Compétences
Mémoire:
4250/10000  (4250/10000)
Compétence principale: Armes blanches
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vraiment, nous nous connaissons ?

Message par Allan Cadmun le Mer 6 Avr - 17:09

[HRP/ Bon il est temps que je rattrape mon retard ! x') /HRP]

Allan Cadmun attendit. Juste par acquis de conscience.

Qui sait, Artèmîa allait sans doute surgir d'un instant à l'autre pour féliciter Judikhaël pour ses bonnes paroles. La haut prêtre lui n'était pas dupe. S'il avait été aussi prompt à s'émouvoir et prendre les armes que le haut conseiller - ou l'ancien haut conseiller aux dires des rumeurs - l'un d'eux aurait quitté Nosco depuis longtemps.

Mais rien de tel ne se passa, tel un arrêt sur image, ils restaient là, face à face, tandis qu'autour d'eux les conversations s'amenuisaient pour se muer en mille chuchotis chaotiques. Son antre, brûlait-il d'envie de lui répondre, n'avait que faire de ses excuses. Mais par sa patience légendaire et son obséquiosité facile, le haut prêtre parvint à esquisser un rictus et à se retenir de révéler le fond de sa pensée.

« Si c'est Joséphine qui vous envoie, vous lui direz qu'elle perd son temps. Je ne suis pas puérile au point de reporter sur la Guilde le peu d'estime que j'ai de vous, et elle m'a fourni par elle-même bien assez de raison de la mépriser pour que vous pesiez dans la balance. »

Allan n'avait pas vraiment l'habitude de tourner autour du pot et d'éviter un sujet, quelle qu'il soit.

« Si Artèmîa vous envoie, je ne peux que regretter qu'elle n'ait eu pas plus tôt davantage d'ascendant sur vous, ainsi nous n'en serions pas là. »


Le haut prêtre réajusta la manche de sa veste avec circonspection, comme si la conversation qu'il tenait n'était que la cadette de ses préoccupations.

« Enfin, si vous êtes venus de votre propre chef... Je ne peux que vous reconnaître dans pareille ânerie. A quoi bon mentir ? Si c'était à refaire vous recommenceriez. Vous ne regrettez aucun de vos actes, seulement que votre entourage n'ait pas daigné les trouver aussi justifiés que vous. »


Allan Cadmun eut un sourire véritable, bien que mesquin, c'eut été mentir que de nier qu'il se reconnaissait dans pareil raisonnement.
avatar
Allan Cadmun
~ Haut-Prêtre de Joshi ~


Camp : Congrégation de Joshi
Profession : Haut prêtre
Âge réel : 160
Âge d'apparence : 38

Compétences
Mémoire:
10000/10000  (10000/10000)
Compétence principale: Ondes alpha
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vraiment, nous nous connaissons ?

Message par Judikhael Wienfield le Jeu 21 Avr - 16:57

Non, vraiment, cet homme, si l'on pouvait parler d'homme pour ce Haut Prêtre de malheur, l'agaçait au plus haut point. Dire qu'il haïssait Cadmun serait donner bien trop d'importance à cette Eminence qui n'avait sans doute qu'une envie : se rengorger de cette importance qui ne lui seyait guère. Mais oui, l'homme l'agaçait, avec ses airs supérieurs et dédaigneux, ses faux sourires qui n'en étaient pas vraiment, ses paroles acerbes et ce mordant sarcastique. Judikhael avait envie soudain de répondre sur le même ton et avec la même ironie hautaine.

Et s'il n'était pas là pour présenter des excuses, ma foi fort méritées, il ne se serait guère retenue. Oui, mais voilà, bien trop de choses étaient en jeu dans cette entrevue, même si Cadmun semblait n'en avoir cure. Et l'une des plus délicates et non des moindres était Artémia en personne. Rien que pour elle, et pour tout ce que ces "excuses" pouvaient représenter, l'ex-commandor se tut face et encaissa le venin de l'autre, en tentant de broncher le moins possible. Oh évidemment il ne put empêcher une veine temporale rageuse de battre à plein régime, ni même ses fines lèvres de se pincer pour ne former qu'une fine ligne blanche comme pour mieux retenir les mots acerbes qui lui brûlaient le palais. Mais il se félicita que justement aucun mot inconvenant ne sorte de sa bouche.

- Je vous prierai, autant que faire se pourrait, de ne pas insulter, même à demi mots ou sous-entendus, notre Impératrice en ma présence. Et effectivement, il est déplorable que je n'ai pas eu assez d'ascendant sur moi-même pour retenir mes réactions.. malheureuses... à votre encontre.

Que ces mots lui écorchaient la gorge alors !

Mais non, il ne répondrait pas à la provocation ouverte que l'autre lui offrait. Certes Allan n'avait pas tout à fait tort, Judikhael ne regrettant en rien, ou si peu, son geste de la dernière fois, si ce n'est le regret de s'être donné en spectacle si piteusement. La colère n'avait jamais été sa meilleure maitresse, il aurait dû pourtant le savoir en plus de cent ans d'existence noscoienne...

- Je préférerais en outre ne pas répondre à vos provocations, parvint-il à articuler d'une voix blanche, qui trahissait pleinement tout l'effort qu'il devait faire pour ne pas répondre vertement, verbalement ou autre, à cet énergumène. Je ne suis pas venu pour relancer les hostilités mais pour au contraire tenter de les apaiser. Nous ne nous entendrons certainement jamais, cela est un fait indéniable.

Et là Allan ne pourrait l'accuser de mentir !

- Une paix idyllique ou même une entente cordiale serait bien illusoire entre nous deux, mais... peut-être pourrions-nous nous accorder une trêve au nom d'Artémia ?

Voilà, il avait réussi à franchir le cap, à jeter les premières bases 'un pont entre eux deux. Il avait fait sa part, estimait-il. A l'autre de continuer ou de tout rejeter, peu lui importait. Enfin non, peu ne lui importait pas si peu qu'il aurait aimé le croire. Pour Artémia, cela lui importai. Car pour Artémia de voir deux hommes qu'elle estimait et aimait ne pas pouvoir se supporter ainsi devait être... déchirant. Oui, pou Artémia, cela lui importait quelque peu...

_________________


La vérité, comme la lumière, aveugle.
Le mensonge, au contraire, est un beau crépuscule, qui met chaque objet en valeur.

Albert Camus
avatar
Judikhael Wienfield
~ Guildien ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Haut Conseiller
Âge réel : 111 ans
Âge d'apparence : 30 ans

Compétences
Mémoire:
4250/10000  (4250/10000)
Compétence principale: Armes blanches
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vraiment, nous nous connaissons ?

Message par Allan Cadmun le Jeu 28 Avr - 13:28

Allan Cadmun, austère haut prêtre de la Congrégation de Joshi eut un rictus narquois, et chose, plus improbable encore, dut prendre sur lui pour se retenir d'éclater d'un rire sonore. Il avait vécu dans la hantise des cachotteries de l'intemporelle Nosco, avait souffert de ses pièges et payé son tribut à ses démons. De fait, Allan, s'il prenait plaisir à se targuer d'un nom qui jamais ne serait sien, n'avait que peu de goût pour les jeux de dupe qui ravissait sa contemporaine et orgueilleuse rivale aux yeux de certains, la trop bien nommée Joséphine, impératrice de Nosco.

Rien qu'à son titre... Qu'avait Nosco d'un empire alors qu'elle avait morcelé la fragile société noscoienne en des camps distincts, et qu'ils n'avaient jamais été qu'une poignée d'être humains dans une coquille de noix ? Seulement, pour s'apercevoir du risible de cet état de fait, il fallait pouvoir prendre le recul nécessaire et posséder les souvenirs, sinon les connaissances, à même de porter sur Nosco un regard neuf et non plus ingénu.

Voilà pourquoi Allan se moquait des excuses de Judikhael Wienfield, et plus encore de l'acharnement avec lequel celui-ci tenait à les lui présenter. La naïve Artémîa n'était pas sotte, elle saurait déceler le vrai du faux et ne se laisserait pas piéger. Osait-il caresser l'espoir de la protéger par le mensonge de tous les revers de l'existence ? La pauvre enfant ne goûterait jamais à la paix prônée par la Guilde ni à sa sécurité illusoire. Il aurait dû le comprendre, lui, qui était apparu au bon moment pour la sauver, à ses débuts. Si Artémîa se protégeait par son insouciante, elle n'en demeurait pas moins lucide sur la nature de Nosco, sur les périls qui rampaient dans ses sous-terrains, et sur les sombres humeurs du haut prêtre.

Allan Cadmun était patient, assez pour subir cette pantomime sans rire et sans broncher, mais rien ne pouvait occulter combien il était rancunier. L'ancien haut conseiller aurait pu se damner, se vendre corps et âmes à la cause de la Congrégation de Joshi qu'il ne l'aurait point pardonné. En apparence, il acquiesça autant que Judikhael s'excusa. Il se montrait toujours plus laxiste lorsqu'il s'exprimait au nom de la Congrégation. Les Frères n'auraient pas compris la raison de sa dureté, y auraient vu les prémices honnis d'une tyrannie dont le haut prêtre n'avait jamais scellé la moindre pièce.

Il avait appris à se défier de quiconque le blessait, appris à ne se fier à personne. Un traître l'était pour tous les partis, tel était sa devise. Allan préférait de loin s'entourer d'ennemis que de faux amis. En ennemi, Judikhael n'était rien de plus qu'un pantin méprisable. En ami, lui eut incombé le souci de remédier à son état, à sa sottise latente, et de rassurer Artémîa dans ses choix, autant de choses auxquelles n'était pas prêt de céder le haut prêtre.

Lorsqu'il renouvela ses excuses, Allan s'amusa sans mot dire de l'ascendant de la prêtresse sur le haut conseiller, et s'il n'avait pas craint que pareille brèche put être à double sens, il aurait ri des manœuvres de Joséphine, qui espérait visiblement faire entrer le loup dans la bergerie, sinon, pourquoi autoriser un rapprochement officiel entre un Guildien et la candide Artémîa ?

Allan eut un regard en biais, et dans ses yeux se lisaient les mots railleurs qu'il avait renoncé à prononcer. Quelle estime avez-vous d'Artémîa pour espérer la tromper de la sorte ?

« Je n'ai pas l'habitude de mentir à Artémîa. »
rétorqua le haut prêtre.

Il avait toutefois fait un geste en direction du guildien, il s'était arrêté avant d'ajouter "contrairement à vous".

« Mais soit, je m'abstiendrai d'évoquer votre sujet en sa présence et de l'aviser de mon ressenti à votre égard si elle ne me le réclame pas directement. »


Cela aurait pu paraître peu, mais quiconque avait déjà essayé de voler des secrets au haut prêtre savait qu'il n'était guère évident d'entraîner Allan Cadmun sur un sujet qu'il était résolu à ne pas aborder.
avatar
Allan Cadmun
~ Haut-Prêtre de Joshi ~


Camp : Congrégation de Joshi
Profession : Haut prêtre
Âge réel : 160
Âge d'apparence : 38

Compétences
Mémoire:
10000/10000  (10000/10000)
Compétence principale: Ondes alpha
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vraiment, nous nous connaissons ?

Message par Judikhael Wienfield le Lun 6 Juin - 11:24

Visiblement Allan ne lui concéderait que peu de crédits. Soit. Si le Haut Prêtre en avait décidé ainsi. Au fond, qu'importe du moment qu'une trêve, la plus longue possible, s'exerçait entre eux, au nom d'Artémia. C'était finalement tout ce qui importait à Judikhael. Et pour elle, pour qu'elle puisse ne pas les voir s'entre-déchirer, il supporta les regards méprisants, narquois voire condescendants que l'autre lui offrait sans broncher. Le seul trait qui devait trahir la tension qui l'habitait alors devait être ses perles de glace, durcie par la colère et l'agacement contenus.

On le prenait souvent pour un idiot, sous prétexte qu'il était plutôt de constitution musclé, et qu'il avait exercé le métier de brigadier des années durant. Toute sa vie noscoienne durant pour tout dire. Mais c'était mal le connaître que de croire qu'il n'avait aucun neurone fonctionnel et qu'il était incapable de réfléchir un tant soit peu. Certes, ses dernières actions étaient peu en sa faveur, ayant montré son caractère parfois emporté et impulsif dans ses moments de colère noire comme rarement il en avait connu. Mais effectivemetn, Allan Cadmun le connaissait bien mal, et lui-même ne pouvait se targuer de mieux connaître le haut prêtre.

Des étrangers. Voilà ce qu'ils étaient l'un pour l'autre. Des étrangers. Et sans doute le resteraient-ils, Judikhael n'escomptant nullement faire l'effort d'apprendre à connaître ce sinistre individu aux sombres manipulations. Nul doute d'ailleurs qu'il en était de même pour Allan, grand bien lui en fasse alors. Il devait avouer avoir assez dans son entourage de manipulateurs et autres fourbes calculateurs, tels un Howard ou un Kemshir en puissance, sans devoir se rajouter en outre un prêtre certainement bicentenaire à l'esprit désabusé et abusé.

Comme si lui-même avait pour habitude de lui mentir, aurait-il voulu lui rétorquer alors. Quand... Quand une petite voix lui rappela que oui, lui, il lui avait menti. Par omission sans doute, mais même une omission pouvait être un mensonge, n'est-il pas ? toutes les femmes que Judikhael avait côtoyé, sans en faire part à Artémia... Tous les secrets de ma Guilde ou de Nosco qu'il devait lui taire, sous couvert de ne pas trahir son impératrice... Voilà alors ce qui l'attendait très certainement : être partagé entre sa fidélité envers Joséphine, son Impératrice, et entre son amour pour Artémia, sa belle et douce prêtresse. Être pris entre deux feux, deux brasiers. Et aucune concession réellement possible pour tout avouer.

Oui, il lui avait déjà menti, par ses silences et ses non-dits. Et oui, il devrait sans doute encore lui mentir, assurément. Mais... Mais il était intimement persuadé que les silences d'Allan était aussi lourds que les siens en non-dits et autres cachoteries. Il trouvait alors le haut prêtre bien impudent d'oser se targuer de ne jamais mentir à ses prêtres et prêtresses. Par définition, un haut dirigeant ne mentait-il pas ? Si ce n'était aux autres, en partie à lui-même ?

- Je n'en doute pas, se contenta alors de répondre Judikhael, un sourire soudain narquois se dessinant doucement.

Mais sa voix alors feutrée ne cachait en rien le lourd sous-entendu.

- Je pense pouvoir vous concéder la même chose alors. Je peux vous promettre que toute allusion à votre sujet sera tabou dans mes conversations avec Artémia. Du moins pour ma part.

Et se disant, il accorda une révérence qui ne recelait aucun respect réel, avant de reprendre d'un ton toujours aussi calme. Etrangement calme d'ailleurs, ses accents étant soudain dénués de toute tension ou de toute amertume.

- Je pense que nous ne parviendrons pas à un accord plus poussé. je ne vais donc pas vous faire perdre plus encore votre temps, cher Haut Prêtre, et vais prendre congé, si Votre Excellence me l'accorde.

Et sans même attendre une quelconque réponse, il adressa un dernier signe de tête et tourna les talons, faisant voltiger sa cape dans son sillage alors qu'il regagnait l'air frais du dehors.

_________________


La vérité, comme la lumière, aveugle.
Le mensonge, au contraire, est un beau crépuscule, qui met chaque objet en valeur.

Albert Camus
avatar
Judikhael Wienfield
~ Guildien ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Haut Conseiller
Âge réel : 111 ans
Âge d'apparence : 30 ans

Compétences
Mémoire:
4250/10000  (4250/10000)
Compétence principale: Armes blanches
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vraiment, nous nous connaissons ?

Message par Allan Cadmun le Sam 11 Juin - 21:47

Si d'aventure, Allan Cadmun avait toujours le chic pour planter ses interlocuteurs qu'ils fussent visiteurs inopinés ou invités de longue date, simple coursier ou haut gradé, il n'en trouva pas cette fois la motivation. D'un regard mélancolique, il suivit le départ de l'ancien haut conseiller, ruminant moins ses paroles pleines de concessions arrachées, que leur simple motivation.

Pour le haut prêtre, l'union d'Artémîa relevait de l'erreur. Non de la faute morale comme le suggéraient certains, si ancrés en Nosco qu'ils avaient oublié qu'ailleurs d'autres lois sévissaient. Ceux-là n'avaient pas compris que le contre-nature n'avait pas sa place dans la cité d'oubli, car il n'y avait à Nosco jamais eu de nature. Aucun cycle, aucun rouage en Nosco. Il y avait bien de nouveaux oubliés qui succédaient aux anciens, qui survivaient parfois à d'autres selon les caprices du hasard. Mais, pour avoir longuement étudié la question, Allan savait qu'il n'y avait pas la moindre corrélation entre les morts, les départs, les disparitions qui affligeaient Nosco et l'apparition de nouveaux oubliés.

Nosco ne se sentait pas soumise à la répétition, infléchie au recommencement. Il ne reprochait pas à Artémîa ou même à Judikhaël de vouloir recréer les us d'un autre monde, il aurait volontiers vu les y voir germer. Il redoutait simplement que la chute ne fut trop rude, que les tourtereaux puissent à aspirer à davantage que ce pouvaient offrir l'enceinte stérile de Nosco.

Il n'y avait d'innovation et de changement que dans les remparts de la cité, et l'illusion cruelle qu'elle prenait pour chacun des oubliés. Il aurait pu leur dire cela, mais à sur ces sinistres aveux, il ne pouvait se défaire de l'idée douloureuse de dépeindre ainsi Nosco tout entière. Ils avaient acquis, lui compris, une existence entière effroyable de sens en cela qu'elle en était pleine ou vide selon les gens qui se posaient la question. Au fil des années, le haut prêtre avait investi la vanité des jours de la folie de sa quête, incapable de s'ancrer au pouvoir pour y voir raison d'absolue survie.

L'espoir que les deux futurs époux concevaient dans la félicité de leurs sentiments réciproques, aussi touchantes que fussent leurs effusions, Allan Cadmun n'était pas certain que cela fut suffisant.
avatar
Allan Cadmun
~ Haut-Prêtre de Joshi ~


Camp : Congrégation de Joshi
Profession : Haut prêtre
Âge réel : 160
Âge d'apparence : 38

Compétences
Mémoire:
10000/10000  (10000/10000)
Compétence principale: Ondes alpha
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vraiment, nous nous connaissons ?

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum