Convocation de Tristan Darek

Aller en bas

Convocation de Tristan Darek

Message par Kim van Berghen le Ven 4 Fév - 0:21


Le chemin n’était pas long entre l’Aedes, où vivaient la plupart des habitants de Nosco et le capitole, pourtant le silence fut plus ou moins lourd. Les deux hommes étaient plongés dans leurs pensées, et Kim n’avait pas d’idée de blague assez drôle pour remonter l’ambiance, et encore moins de sujet de conversation qui ne déconcentrerait pas trop Tristan. S’ils commençaient parler informatique, ils ne s’arrêteraient pas… Et mieux valait que celui qui assurerait sa propre défense à la barre concentre tous ses neurones sur son discours, plutôt que de réfléchir à l’informatique. Tout irait bien mieux après, lorsque tout serait fini, terminé, du passé. Il serait temps alors de montrer une épaule accueillante, et de sortir les paroles rassurantes et réconfortantes. Kim espérait simplement que la punition n’irait pas jusqu’à la prison, mais il en doutait, la guilde avait besoin de son informaticien, surtout que Virulino n’était pas un petit adversaire. Les informaticiens de la brigade ne pouvaient se passer de leur chef et leader, même pour une petite semaine de « placard ». Et cela n’arrangerait pas la santé déjà défaillante et faiblarde de l’informaticien, Kim en témoignerait si cela était nécessaire. Il croisait pourtant les doigts pour ne rien avoir à dire, juste à observer. Qui donc composerait le jury qui aurait la terrible mission de décider de la sanction ? Cela pouvait jouer beaucoup… mais les jeux étaient déjà faits, les dés lancés, le destin avait fait son choix, et si Joshi le voulait Tristan s’en sortirait bien. Si Tristan ne brillait pas par sa défense, il brillerait au moins par ses vêtements qui bien que vieux montrait les efforts qu’il avait fait. Le scientifique croyait en l’informaticien et son aveu d’être prêt pour la confrontation. Darek était intelligent et saurait s’en sortir par un beau discours de paroles enjolivées. Il disait ce qu’il pensait, mais il savait aussi parfois faire profil bas lorsque cela était nécessaire, n’est ce pas ? Car là, c’était vraiment nécessaire… Surtout si l’Impératrice présidait. On ne raconte pas n’importe quoi devant quelqu’un qui a entre ses mains sa vie.

Le capitole. Sorte de boule de glace placée au milieu de Nosco. La cerise sur le gâteau. Les dorures et frises décoratives sur le grand bâtiment qui surplombait ses voisins d’un air de dire « je vous observe et je vous domine ». C’est là qu’on y trouve l’Impératrice et les Hauts Conseillers, leurs appartements privés et leurs salles de réunions, encore plus privées et secrètes… Un lieu à la hauteur de ses habitants et de leur orgueil. Pouvait-on les blâmer ? Bon, au moins la décoration extérieure et intérieure était travaillée et agréable à l’œil. Malgré leurs longues années d’existence à Nosco Tristan Darek et Kim van Berghen durent « montrer patte blanche » pour avoir l’insigne honneur d’entrer dans le bâtiment. Justifier de tout. La devise de Nosco après « je surveille tout !» ? Certainement. Le grand hall avait des dimensions surhumaines pour le nombre de ceux qui y avaient accès, on se sentait presque seul comparativement à celui du Sapientia, souvent bondé. Les deux hommes durent passer sur un ponton, attention à ceux qui ont le vertige..., pour traverser une sorte de cour intérieure et enfin accéder aux ascenseurs. Ils attendirent peu pour entrer dans l’une des machines qui les conduisirent à l’étage inférieur. Premier sous-sol… la salle du Grand Jugement, avec les majuscules s’il vous plait ! Une salle un peu grande pour une si petite faute. Mais la répression de la parole était une chose sérieuse, et Tristan ne s’était pas attaqué à n’importe qui. Le scientifique n’avait pas encore pu réellement demander l’autorisation d’assister au procès, ce ne serait certainement pas la place qui manquerait, mais peut être l’Impératrice souhaiterait elle faire ce jugement en huit-clos, et là l’enfer serait les autres pour Tristan Darek. Les autres et lui-même. Mais peut être accorderait-on à Kim l’honneur de pouvoir observer en silence. Cela faisait un bout de temps qu’il n’avait pas vu l’Impératrice qui se mêlait plus que rarement au « commun des immortels ». Où alors elle se déplaçait accompagnée et protégée, elle était fragile et importante, mais toujours armée… Et tant pis si l’image pacifique pouvait en prendre un coup. Nosco était un empire qui luttait contre les fourmis qui grouillaient à ses pieds. La ville avait été construite sur la fourmilière, mais plutôt que de la déplacer, on préférait enfoncer le bâton toujours plus loin pour tenter de tuer ceux qui survivaient en sous-sol. On tuait les créatures, on repoussait les rebelles. Un jour les fourmis finiraient bien par se lasser, non ? Entêtée l’Impératrice l’était certainement parfois, pourtant ses lois s’étaient peu à peu assouplies au fils du temps… Mais pas vis-à-vis des rebelles. L’anti-terrorisme avait un bel avenir devant lui pour de longues années, à moins que la confrérie ne se rende bien entendu… Mais le roi des SSD ne se laisserait pas abattre si facilement. La partie ne faisait que commencer. Quatre-vingt ans seulement que les rebelles s’étaient installés là-bas dans les sous-sols… un seconde en temps noscien… Ils avaient tout le temps pour mener leur partie là où ils le voulaient. Tant de pions à déplacer… surtout en ayant la change d’en recevoir de nouveaux assez régulièrement de l’enceinte de la ville. Bougez, bougez petits pions, mais seulement sur la case que je vous ai assigné ! Les règles étaient là pour encadrer. Lequel de Yan Merling ou de Joséphine de Nosco avait le plus de tactique et de coups d’avance ? Difficile à dire. Peu avaient les cartes en main pour en juger. En tout cas les rebelles étaient toujours là, remuant leurs antennes. Les deux hommes eux attendaient devant la porte. Kim lança un regard à Tristan, lui demandant sans un mot ce qu’ils devaient faire. Etait ce déjà l’heure pour pousser la porte et entrer, ou fallait il attendre encore un peu ? Était-il prêt ? Il ne fallait pas hésiter trop longtemps sous peine de ne plus pouvoir se décider et de le regretter. Il fallait rester confiant envers le futur.

_________________
avatar
Kim van Berghen
~ Chercheur ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Scientifique et médecin de la Guilde
Âge réel : 65 ans
Âge d'apparence : 30 ans environs

Compétences
Mémoire:
10000/10000  (10000/10000)
Compétence principale: Biologie
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Convocation de Tristan Darek

Message par Tristan Darek le Ven 11 Fév - 16:25

Convoqué. Cela avait de quoi effrayé n'importe quel Noscoien qui tenait un minimum à la vie et suivant ce principe, lorsqu'il avait lu les lettres qui lui signifiaient qu'il allait devoir se présenter devant cette troupe d'orgueilleux assoiffés de pouvoir, cela ne lui avait pas fait grand-chose, un léger mécontentement peut-être parce qu'il allait falloir revoir leurs visages et courber le dos pour leur bon plaisir mais rien de plus. Sa colère s'était effacée depuis bien longtemps et il se fichait bien de devoir s'écraser devant ceux qui se croyaient plus hauts que les autres. Ils ne lui faisaient pas l'affront de devoir de le faire en public et quand bien même ils auraient voulu l'humilier pour se délecter de ce plaisir-là, ce n'aurait été qu'une demi jouissance. Ils le savaient sans doute et avaient peut-être préféré se passer de cet étalage à demi clinquant pour régler rapidement une affaire qui n'aurait jamais dû avoir lieu.
Aussi, une fois sortis de l'Aedes, il marchait le cœur léger sans trop s'inquiéter de ce qu'on pourrait bien lui infliger. Après tout, chacun devait le savoir que pour lui la vie et la mort lui étaient bien égales, qu'il se fichait tout autant de l'oppression qui régnait en Nosco et que s'il avait laissé entendre à demi mots qu'il partirait peut-être chez les rebelles, il ne mettrait jamais une telle menace à exécution. Il n'avait aucune raison de le faire, il savait que le génie en informatique ne faisait pas tout, que le meilleur des matériels et une très bonne équipe étaient tout aussi nécessaires. Il n'avait pas envie de vivre sous terre et de ne plus jamais pouvoir sortir, il n'avait pas envie de vivre parmi des idéalistes et des terroristes dont le but ultime serait d'imposer une énième dictature. Oui, Tristan ne croyait pas en cette liberté, celle qui émanait d'un État et croire que celui-ci pouvait en être le garant le ferait toujours rire.

Les deux hommes marchaient côte à côte, silencieux, chacun perdus dans leurs pensées. Tristan ne regardait pas autour de lui, il ne remarqua donc pas les regards qui se levaient sur eux, qui l'observaient, tout simplement parce qu'on n'avait pas l'habitude de le voir ainsi, que les gens ne l'avaient peut-être jamais vu aussi soigné. Il n'avait pas dit à Kim pourquoi il était toujours si négligé, pourquoi il refusait d'ordinaire de porter costume ou uniforme. Cela lui rappelait Louis et il ne voulait pas ressembler à lui.
Machinalement il attrapa ses cheveux et à l'aide d'un élastique, cette fois, il en fit un chignon qui n'avait pas l'air de détonner avec ses vêtements. Il fallait dire que pour cette fois, il avait pris le soin d'en faire un qui ressemblait vraiment à un chignon et ses cheveux prisonniers semblaient moins rebelles puisqu'il les avait coiffés. Son visage était calme, serein, ses traits ne semblaient pas aussi fatigués que d'habitude mais plutôt empreints d'une certaine douceur. Qui aurait pu croire à une telle métamorphose ? Ce serait ses brigadiers qui feraient une drôle de tête quand il les rejoindrait pour poursuivre son travail.
Tristan n'avait aucune idée de la manière dont on le punirait et ayant vu jusqu'où pouvait aller le sadisme de son impératrice, il avait préféré ne pas y penser de trop. Il ne s'en inquiétait pas pour autant, ce n'était pas son genre, il gardait simplement en tête qu'il était convoqué tandis que son esprit était retourné à d'autres considérations, plus informatiques et mathématiques qu'autre chose.
Bien sûr il aurait pu écrire un discours, penser un peu plus à sa défense mais il préférait carrément improviser s'il devait dire quelque chose et puis il aurait été naïf de croire que quelques mots changent les choses, il était certain que la décision était déjà prise et qu'elle ne changerait pas, on le convoquait par simple soucis administratif et parce qu'il fallait bien lui annoncer d'une manière ou d'une autre sa peine. Un simple coup de téléphone lui aurait largement suffit mais les grands préféraient sans doute toutes ces petites mesures officielles où il fallait se regarder dans le blanc des yeux, soumis et muet. Tristan trouvait tout ça bien futile mais ne pouvait malheureusement y échapper. Décidément, il n'aimait pas le pouvoir et ses conséquences et si autrefois il l'avait pris et s'en était servi, c'était par nécessité, parce que pour survivre dans les bas fonds de Paris, il n'avait eu d'autre solution. Et puis il en avait abusé, il y avait pris goût... S'il avait su, il l'aurait fait quand même, là-bas les faibles mourraient et seuls une partie des plus forts s'en sortaient, les autres étaient écrasés par la loi de la nature.

Le Capitol s'était longtemps dressé devant eux avant qu'ils n'arrivent mais il n'y avait jeté qu'un vague coup d'œil. Il connaissait déjà ce lieu, il l'avait observé, curieux et admiratif quand il était arrivé, il y était allé quelques fois, pour sa promotion par exemple. Merveilleux, il avait de quoi être fier de lui.
Tristan aimait bien la guilde, l'impératrice prenait soin de ses sujets et il n'y régnait pas le chaos dans lequel il avait vécu presque trente ans. Il se souvenait que quand il était arrivé, après les premières paniques, il s'était senti bien dans ce cocon surveillé mais protégé, où chacun avait sa place sans devoir surveiller constamment ses arrières et craindre la mort à tout moment. Bien sûr si l'on mettait un pied dans la politique, on retrouvait le monde de requins dans lequel il avait vécu mais Tristan n'y avait jamais pris part, il avait fait son travail de tout son cœur, il l'avait fait bien et avait mérité sa place.

Après l'habituel contrôle pour renter dans le bâtiment, on leur indiqua le chemin qu'ils devaient prendre et Tristan se contenta de suivre Kim, préférant regarder par terre plutôt que d'observer ce qu'il avait déjà vu et dont il se fichait bien aujourd'hui. Même arraché à son travail, il repassait en tête ce qu'il avait à faire, ce qu'il pouvait faire sans avoir besoin d'être scotché devant son ordinateur.
Les deux jeunes gens arrivèrent peu de temps après devant la salle du Grand Jugement, là où l'on avait jugé les deux pirates qu'il avait battus et localisés, là où l'un avait été condamné à la pire des morts, là où l'autre avait vu sa vie d'immortel se réduire à tourner entre quatre murs. Tristan était allé voir Julien la veille de sa mort et ils avaient un peu discuté, puis il avait assisté lui-même à sa mort, mais il n'était jamais allé voir David, peut-être aurait-il dû le faire. Bah, aucune importance, c'était son tour maintenant. Bien sûr sa peine serait beaucoup moins lourde que la leur et puis il était dans le bon camp tout en étant certain qu'il ne trahirait jamais, à moins que quelque chose d'imprévisible n'arrive, que les rebelles prennent le pouvoir, il n'aurait jamais cette peine. Mais Tristan ne croyait pas en la rébellion, il avait bien imaginé les choses, mais seulement parce qu'il ne fallait rien négliger.

Son regard se leva sur le visage de Kim et il s'apprêta à lui dire qu'il fallait attendre quand un homme ouvrit la porte et leur dit qu'il fallait entrer. Le garde n'avait pas précisé si Kim pouvait assister à la convocation mais Tristan lui fit signe de venir avec lui, il pouvait toujours lui demandé et au pire, on le foutrait à la porte.
Le commandor s'avança vers les conseillers et l'impératrice et comme le voulait l'usage, s'inclina légèrement devant eux.

Votre Majesté, vos Excellences, salua-t-il d'un ton neutre.

Le jeune homme se tut et se contenta de les regarder, la parole ne lui appartenait pas et s'il devait se défendre, il le ferait quand ils le lui demanderaient même s'il n'y voyait pas la moindre utilité. Il n'en laissa pour autant rien paraître et attendit, droit, immobile, que l'on dise quelque chose ou que la sentence vienne.

[Je vous laisse vous mettre d'accord pour l'ordre de réponses.]
avatar
Tristan Darek
~ Commandor ~
Section informatique


Camp : Guilde Impériale
Profession : Commandor de la brigade informatique
Âge réel : 107 ans
Âge d'apparence : Environ 27 ans

Compétences
Mémoire:
9750/10000  (9750/10000)
Compétence principale: Informatique
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Convocation de Tristan Darek

Message par Kim van Berghen le Lun 12 Sep - 22:11

Rp interrompu
(non placé dans les chronologies globales)

_________________
avatar
Kim van Berghen
~ Chercheur ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Scientifique et médecin de la Guilde
Âge réel : 65 ans
Âge d'apparence : 30 ans environs

Compétences
Mémoire:
10000/10000  (10000/10000)
Compétence principale: Biologie
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Convocation de Tristan Darek

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum