Une étincelle parmi d'autres

Aller en bas

Une étincelle parmi d'autres

Message par Howard A. Heavs le Sam 5 Fév - 21:49

Tic tac... tic tac... Lent comme une eau paresseuse, lent comme le flot d'une fatigue particulièrement pesante, régulier, un métronome sans fin, sans véritable but... vraiment ? Et après tout est ce que cela avait la moindre importance, il continuait quelque soit la réponse, aussi régulier et sec qu'une baguette, en contraste si flagrant avec son coeur battant à tout rompre avec la sourde menace, pourtant si improbable, qu'il saute hors de son torse pour aller rouler sur le parquet de bois comme un vulgaire jouet cassé.

Tic tac... sec comme les éléments le constituant, sec comme un combustible pour un incendie ravageur, dévorant tout sur son passage, sec comme ses yeux en l'instant, incapable qu'il était de verser la moindre larme, de manifester la détresse qui lui rongeait l'esprit et l'âme , une douleur silencieuse qui se répercutait dans son corps et le mettait au supplice sans qu'il parvienne à y attacher de l'importance, il avait l'habitude, tellement l'habitude.

Tic tac...
une boucle infinie, une boucle qui ne s'arrêtait pas et ne prenait pas de repos, sisyphe roulant son rocher, interminable comme cette horreur qui l'envahissait, qui s'insinuait dans la moelle de ses os, des griffes glacées lui fouillant les tripes et titillant le bout de ses nerfs avec la cruauté d'un bourreau en plein exercice d'art.

Tic tac... un son sortant de nul part, un son à la fois dépourvu de sens et tellement emplis de menaces qu'il en devenait cauchemardesque, il ne s'arrêtait jamais, le tourmentant avec une constance qui aurait put être digne de louange, aurait put bien entendu si il s'était agit de quelqu'un d'autre que lui... lui... et dire que cela avait commencer le matin même, cet incessant bruit à la minute, non à la seconde même où il avait accomplis le geste, ce geste malheureux mais ultimement nécessaire, un geste si simple en apparence mais dont les conséquences étaient désastreuses, hors de proportions, rocambolesques... pouvait on réellement le blâmer pour un tel geste, si simple mais si vital, pouvait on lui jeter la pierre de faire son devoir avec zèle et constance ? Il mettait quiconque le voudrait au défi, il vivait pour son travail, par son travail et avec son travail et par travail il n'entendait pas simplement ses devoirs mais tout ce qui tenait d'un champ plus large mais tout aussi important, il ne pouvait en rien ménager cela, bien sur qu'il ne pouvait pas et quand bien même ile pourrait il qu'il ne le voulait absolument pas.... mais est ce que cela avait la moindre importance en cet instant, alors qu'il était à l'agonie, qu'il souffrait le martyr et combattait farouchement la douleur que tout cela lui causait, tentant d'occuper son esprit, tentant de penser à autre chose qu'à ce « tic tac » permanent qui menaçait de le rendre complètement fou, irrémédiablement fou, pour son plus grand malheur.

Il poussa un long soupire, lourd et résigné, vidant intégralement ses poumons avant d'inspirer profondément, il aurait été simple d'arrêter de respirer et de faire cesser cette agonie mais diable que cela n'avait aucun sens dans un moment comme celui ci et pour quelque chose de si triviale, d'absolument stupide si on y réfléchissait avec attention mais réfléchir commençait à se faire difficile avec cet affreux bruit qui prenait du volume comme des coups de gongs répétés, comme si un colosse s'acharnait sur son crâne pour le défoncer sans parvenir à autre chose qu'à provoquer un tintement permanent.

Avec désespoir il jeta un œil vers la fenêtre, plongeant son regard vers le parvis en contrebas... sauter par la fenêtre ? Et puis quoi encore, pourquoi pas non plus se bruler vif tant qu'il y était... et puis le parvis était bien trop ordonné pour qu'il aille s'y incruster, il était profondément anti vandalisme alors un acte pareil tenait d'une autre dimension, non s'offrir un petit saut n'était certainement pas une bonne idée mais peut-être qu'aller faire un tour dehors, respirer un peu d'air frais, voir un peu la ville... peut-être que cela l'aiderait à se sentir mieux quitte à revenir ensuite se terrer chez lui pendant des semaines.

Il n'aimait pas sortir en général, à traduire bien entendu par sortir du capitol puisqu'il avait allègrement adopter celui ci comme son « chez lui » des années auparavant et même si certains pouvaient encore troubler son chez lui il s'y sentait suffisamment à l'aise pour ne pas se barricader dans ses appartement privés... enfin pas en permanence tout du moins, il avait des périodes « sans » comme tout le monde pouvait en avoir pour ceci ou cela, lui c'était son taux de résistance en un lieu qui n'était pas emplis de ses dossiers et de ses objets et... de lui quoi, donc hors de sa salle de travail/chambre/salle à tout faire, il avait une nette tendance à vite devenir invivable que ce soit par un lourd silence qui contenait plus de grognement et de malédiction que tout un siècle en compagnie d'un ivrogne ou par un léger pianotement/chantonnement... hors de chez lui il y avait les autres, autres dont les deux catégories de classifications ne parvenait pas à rendre ce qu'il ressentait réellement pour eux, il aimait les humains mais uniquement comme nom ou photographie dans ses dossier et certainement pas en chair et en os et en paroles comme ils en avaient l'habitude lorsqu'ils étaient vivant et bien portant... ou non d'ailleurs.

Le capitol, passait encore, n'importe qui ne se baladait pas n'importe où et ceux qui s'y trouvaient été en général trop occupés pour être horripilant... et puis ils étaient des utiles donc il n'y avait pas tellement à dire sur la forme, sur le fond il se taisait pour éviter les soucis supplémentaires, parce que des soucis il en avait, il en avait même un nombre incalculable dès qu'il avait l'idiotie de sortir de chez lui.

Cependant pour l'occasion les soucis venaient de pénétrer son sanctuaire personnel... cet infernal « tic tac », il ne pourrait très certainement pas trouver pire en cette journée même si il savait qu'il pouvait mettre un terme très simplement à sa torture même si cela signifiait quelques démarches pouvant trainer sur la longueur... alors sortir un peu et voir de la verdure ? Ou rester et mettre un terme à ses tourments même si ce n'était pas nécessaire ? Choix cornélien en un tel instant, la vue de l'extérieur n'arrangeait en rien ses affaires d'ailleurs. Il passa distraitement une main dans ses cheveux, le contact des boucles brunes l'avait toujours détendu, pas étonnant qu'il le fasse en permanence quand il réfléchissait, il y avait peu d'instant où il ne faisait pas fonctionner sa cervelle après tout... Se laissant retomber en arrière dans son siège il poussa de nouveau un long soupire, la main toujours enfouie dans sa chevelure, essayant de se vider la tête, se se relaxer, songeant à demi qu'un calmant ne serait sans doute pas de trop tout en s'interdisant une telle solution. Était ce un effet de son état ?

Il avait une furieuse impression de s'allonger à demi dans un outil de torture, pas une pensée joyeuse lorsqu'on essayait de rester les deux pieds sur terre et de ne pas céder à la tentation.. peine perdue, il finit par bondir de son siège avec un gémissement de désespoir et s'agripa à deux mains, fonçant sur son bureau comme un engin démolisseur et plaqua les deux mains avec violence sur le verre du meuble, empoignant la sourie de son ordinateur comme sil il rêvait de l'étrangler et ré ouvrit pour la centième fois le dossier qu'il l'avait nargué toute la matinée en fusillant l'écran de son regard bleu. Si un regard avait tué, si l'écran avait été vivant... sans doute aurait il été un criminel mais par bonheur ce n'était pas le cas.

Il prit un tabouret, le fauteuil le mettait en rage, il avait horreur de se prélasser en travaillant, pianota et sorti enfin la ligne qui le posait un si gros problème nerveux... là... là juste devant lui, à quelque centimètre, là ! Le narguant ouvertement, tel un capitaine triomphant devant un champ de ruine... oui là ! Ce fichu blanc... et par joshi en jupette il avait mit SIX PERSONNES pour le lui remplir ce blanc et pas un seul de ses brigadier fichus de se servir de ses deux mains, bande de tir au flanc, il fallait vraiment qu'il fasse tout lui même hein ? Grognant et maugréant contre tout les paresseux de la ville il sorti tout ce qu'il avait personnellement trouvé... un mail à donner c'était certain, à moins qu'il ne se déplace en personne, mais dans un cas pareil il allait devoir essuyer la question «  comment se fait il que vous braviez l'extérieur pour venir lui parler » et que dire alors ? Qu'il adorait sa plaisante conversation et ses traits d'humour ? Il risquait surtout de se faire regarder en coin avec une pareille excuse surtout quand on savait qu'ils ne pouvaient pas ou presque pas se voir, en peinture ou en trophée de chasse peu importait le résultat était le même au final.

Devait il donc annoncer de but en blanc qu'il montait un dossier sur lui ? Sachant qu'il en s'occupait en général que de ceux presque condamnés d'office ça ne serait certainement pas productif... mais un mail... après tout il n'avait pas la certitude que l'autre répondrait même avec un estampillage alors... non, qu'il le veuille ou pas il lui fallait sortir de chez lui et discuter avec l'autre si il avait envie de calmer sa maudite pulsion perfectionniste en comblant cette saleté de blanc dans cette saleté de dossier à présenter le plus tôt possible... Respiration, longue respiration, expiration, longue expiration... se calmer, calme, penser à un superbe dossier sans tâche, penser à une superbe Nosco sans le curé, penser à pépi, ah oui ça marchait, penser à pépi donc, caaaaalme, avec une belle robe rouge, tout caaaaaalme, avec son sceptre aussi, le plus calme du monde...

« hufff... »

Onomatopée non recommandé mais profondément de rigueur pour véritablement se calmer, Joshi ce que c'était dur de rester paisible quand son travail était mal fait, il ne supportait pas et ne supporterait sans doute jamais à moins qu'un médecin génial ne lui trouve un remède contre l'excès de perfectionnisme mais ça ne serait certainement pas demain la veille... et puis les médecins s'était plus amusant de les jouer que de se laisser soigner ! Un cabinet médical offrait bien des possibilités de rire, pourquoi être sage et entendre un hurluberlu en blouse blanche lui annoner un diagnostique qu'il aurait déjà put établir tout seul... bref, mieux valait ne pas s'étendre sur ce sujet là non plus. Toujours était il que le mantra « pépi en train de gouverner » aidait toujours autant pour le faire décompresser, et non il n'était absolument pas attiré par elle, juste que l'image de l'ordre dans toute sa splendeur lui était utile même si il était profondément un fauteur de trouble... paradoxe, oui certainement mais la vie elle même était faite de paradoxe en tout genre alors un de plus ou un de moins ça n'avait pas tellement d'importance si ? Mieux valait pavé les rues de paradoxes que de peindre les murs de naïveté.

Bref tout allait de nouveau pour le mieux ( ou presque ) dans le meilleur des mondes ( ou presque ) et il n'avait qu'à tendre le bras pour récupérer ce qu'il voulait ( ou... bref )... Sur cette heureuse pensée il bondit de devant son bureau, attrapa la première chose chaude qui tomba sous la main et n'étant pas sa tenue officiel, pas idiot au point de débarquer devant l'autre vêtu de rouge flamboyant, autant en ce cas se promener avec un panneau clignotant annonçant en lettre grasses, surlignées et roses bonbons « Howard Allan Heavs du judiciaire, ici présent pour vous faire tomber de votre place » et encore peut-être serait il plus discret avec le panneau... il attrapa donc une veste de velours, son chapeau et sortit en fermant rapidement les lieux histoire de ne pas être tenté de re rentrer immédiatement.

Une fois le moment décisif passé il put respirer un peu plus librement et s'en fut, guilleret, dans les couloirs à la recherche de son second en sucre pour lui demander de servir d'oreille... ailleurs que sur sa tête cela allait sans dire... à cette heure là il devait être.. oui très certainement, il n'avait que quelques marches à monter pour arriver à destination avant de s'en aller à ses propres devoirs, l'affaire de quelques minutes tout au plus, pas de quoi fouetter qui que ce soit... Ou du moins c'était ce qu'il pensait jusqu'à ce que l'autre bout du couloir ne soit occupé par un grand truc en tenu de brigade et aux cheveux luisant... ah non par tout ce qu'il y avait d'intéressant en ce monde, par les carottes, par les navets, par les jupons de sa majesté... ça ne pouvait pas être...

* ah mais non mais pas lui ! PAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAS LUIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII !!!! Joshi sagesse incarnée fait en sorte que ça ne soit pas lui... *

Joshi devait être occupé au bar du coin, il n'avait pas entendu la prière du pauvre conseiller qui n'avait absolument pas la moindre envie de se trouver nez à nez avec celui là, à cet endroit et à cet instant précis.

C'était comme de trouver une douille dans un potage, franchement il s'en serait passé mais au vu de la masse compacte qui marchait dans sa direction il n'avait pas un trillion de choix, soit il restait là et le croisait soit il tournait les talons et adieu ses informations et son.. dossier. Mot à ne surtout pas prononcer dans un moment pareil... le dossier, par les crocs des créatures il ne pouvait pas décemment s'en aller, c'était in envisageable c'était... Il aurait à sa hauteur, non rectification ils arrivaient à sa hauteur, ils ? Qui était le second trucs qui allait gâcher sa journée... parce que quelque chose accompagnant Yan Melring ça ne pouvait être que mauvais non ? Il fallait qu'il arrête de planer et qu'il se concentrer cinq petites minutes, juste cinq minutes histoire de prendre la mesure de la collision et de ce qu'il allait ou non dire et faire.

L'homme accompagnant Merling, si il avait juste c'était Wienfield, truc ? C'était quoi son nom à celui là déjà, et par toutes les tentures du capitol il avait l'air sacrément costaud, une brute sans cervelle de plus pour ce pauvre monde ? Allons bon, et il allait devoir parler avec ça, on voulait sa mort en cette journée c'était presque certain, entre sa crise existentielle du matin même et maintenant l'incarnation exacte de tout ce qu'il pouvait mépriser, bah aller ça ne serait certainement pas la première fois qu'il était contraint de faire des ronds de jambes et certainement pas la première fois qu'il le croisait lui, du moins tout cela provenait du Howard de l'instant présent, celui venant tout juste de sortir d'une crise particulièrement virulente de conscience professionnelle Howardienne... il avait sérieusement besoin de se calmer et de retrouver les neurones qu'il avait allègrement éparpiller un peu partout, une idée des plus stupides vraiment, maintenant qu'il avait besoin de jouer la comédie il était bien avancé ! Et enfin ce fut l'arrivée, étrangement cela lui avait paru interminable, un peu comme au ralentit, et à présent il faisait face à Merling, un poile plus haut que le guerrier il se sentait pourtant horriblement frêle, presque une tige de plastique à coté d'un mur de métal et même si il avait l'apanage de l'esprit si il devait y avoir rixe il préfèrerait amplement courir même si les chances étaient infimes. Il se contenta d'un signe de tête poli agrémenté d'un haussement de sourcils, ses yeux bleus tirant à l'indigo sous la lumière tamisée et scintillant d'une lueur mauvaise un peu plus prononcé qu'à l'habituel, il croisa les bras et barrant le chemin...

«  On fait le tour du propriétaire pour son filleul ? Charmant... »

Il tourna son regard vers ledit filleule sans bouger la tête, essayant d'engranger le plus d'informations possible sur son compte histoire de commencer un dossier personnel sur ce nouveau cas de la nature. « Judikahel Wienfield donc... ».

Ses lèvres 'ourlèrent d'un fin sourire qui se voulait charmeur, tout nouvel oublier avait des démarches à faire ce n'était un secret pour personne et avec deux trois paroles il devrait être en mesure de récupérer ce qui concernait cet oublié là en particulier. Un nouvel arrivé, une nouvelle pièce, une nouvelle corde entre ses doigts, qu'arriverait il à faire avec celui là ou plutôt arriverait il à en faire quelque chose de particulier ou allait il gagner un nouvel ennemi ne rêvant que de l'étrangler sans autre forme de procès ? Qui ne tente rien n'a rien après tout, cette rencontre allait finalement être plus bénéfique que ce qu'il avait imaginé au départ...
avatar
Howard A. Heavs
~ Haut Conseiller ~
~ Commandor ~
Section Judiciaire


Camp : Guilde Impériale
Profession : Haut conseiller, commandor de la brigade judiciaire
Âge réel : 130 ans
Âge d'apparence : 26 ans

Compétences
Mémoire:
0/10000  (0/10000)
Compétence principale: Monde de Nosco
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une étincelle parmi d'autres

Message par Judikhael Wienfield le Mar 8 Fév - 16:55

Judikhael devait être arrivé en Nosco depuis quelques semaines à peine et Yan, son parrain attitré semblait-il, l'avait déjà rapidement intégré à cette étrange communauté. Dire qu'il était tout de même perdu serait un doux euphémisme. Et que dire de l'horreur qu'il avait ressentie quand il s'était retrouvé face à une créature effroyable avec le groupe de brigadiers censés le former, dont Yan Merling lui-même, dans les souterrains, alors qu'ils ne faisaient que rentrer d'un entrainement destiné à justement tester ses capacités au combat... Pour un test, cela avait été un teste radical, au cours duquel Judikhael s'était surpris lui-même.

Donc oui, il était perdu, plus que perdu, et assez terrorisé par ce que ce monde pouvait bien lui réserver. Il ne savait plus qui il était et ne comprenait toujours pas ce qu'il faisait ici. Mais il tentait de survivre, chose pour laquelle on le trouvait assez doué d'ailleurs, lui qui avait vaillamment repoussé la fameuse créature, première rencontre du troisième type qu'il faisait en ce monde.

Mais visiblement les rencontres du troisième type n'étaient pas choses rares en Nosco, comme il put rapidement le constater en arrivant au capitol. Tout ici était de marbre poli (y compris les visages) et transpirait la fausseté de façon écœurante. Et si Judikhael croyait avoir rencontré le pire de Nosco, que ce soit en horreur dans les souterrains, ou en faux-semblant et fourbes tromperies en ce lieu, il fut vite déçu, comme il put le constater en voyant l'homme qui leur barrait dès lors la route. C'était un de ses hommes qui, du premier regard, il classait dans la catégorie "à se méfier". Un homme à l'esprit sans nul doute acéré et méprisant pour quiconque n'était pas de sa condition ou de ses idéaux. Enfin si tant est qu'un tel énergumène puisse avoir de quelconques idéaux, soi dit en passant. Bref, Judikhael pressentait que cet homme n'allait pas l'aimer. Et qu'il n'allait pas aimer non plus cet homme en retour.

« On fait le tour du propriétaire pour son filleul ? Charmant... »

Bon visiblement, à la légère crispation qui s'éprit des épaules de son parrain, Yan non plus n'appréciait pas l'homme.

- Je viens présenter ce jeune homme à l'Impératrice et au commandor Lorenzo. Vous avez sans doute entendu parler d'une toute jeune recrue qui aurait repoussé ce que vous savez dans les souterrains, sauvant par la même un de nos brigadiers ? Je vous présente la jeune recrue en question, fit Yan un sourire moqueur étirant ses fines lèvres, tandis qu'il s'écartait légèrement pour mieux mettre en valeur son jeune filleul.

Filleul qui ne savait alors plus où se mettre, lui qui détestait être ainsi exposé aux premières loges.

- Judikhael, je te présente Howard Heavs, haut conseiller de sa Majesté l'Impératrice Joséphine, et commandor de la section judiciaire de la Brigade Impériale. Monsieur le Conseiller, reprit Yan, faisant fi des convenances quant au titre et quant aux protocoles qui auraient voulu qu'il présente le jeune homme après le haut conseiller et non l'inverse, j'ai l'honneur de vous présenter cette prometteuse recrue, Judikhael Wienfield.

Judikhael fusilla un instant son parrain du regard, lui adressant alors un regard de glace qui en aurait figé plus d'un, avant de reporter son attention sur l'homme qu'on lui présentait. Que Yan n'aimât pas ce personnage, il pouvait aisément le comprendre, lui-même n'était as bien sûr de l'apprécier, une fois encore, ni même sûr de l'apprécier un jour quoiqu'il se passe. Mais ce n'était pas une raison de se "servir" de lui comme prétexte pour appuyer cette animosité. Mais étant un simple nouvel oublié alors, et surtout Yan étant son parrain, il se sentit dans l'obligation de se taire. Il avait, après tout, bien des choses encore à apprendre très certainement.

- C'est un honneur de faire votre connaissance, Monsieur le haut conseiller, fit-il, offrant alors à l'autre son grade le plus élevé, espérant apaisé un peu la tension qui semblait monter d'un cran.

Et il semblerait que lui, contrairement aux deux autres, ait encore un minimum de civilité en stock. Lui qui pourtant venait juste d'arriver et aurait dû trouver l'exemple dans les autres et non devoir le montrer... Et se disant, il offrit un regard acéré audit conseiller, lui faisant clairement comprendre, du moins il l'espérait, qu'il était peut-être poli, mais pas idiot. Le sourire de cet homme était faux, tout comme son regard était mesquin et avide de moquerie. Et Judikhael avait beau avoir des muscles, il avait aussi un peu de cervelle... mine de rien...


_________________


La vérité, comme la lumière, aveugle.
Le mensonge, au contraire, est un beau crépuscule, qui met chaque objet en valeur.

Albert Camus
avatar
Judikhael Wienfield
~ Guildien ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Haut Conseiller
Âge réel : 111 ans
Âge d'apparence : 30 ans

Compétences
Mémoire:
4250/10000  (4250/10000)
Compétence principale: Armes blanches
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une étincelle parmi d'autres

Message par Howard A. Heavs le Ven 11 Fév - 21:44

Il y avait toujours un jeu, ou pouvait on appeler cela un jeu ? Pour lui en tout cas c'était le cas, un jeu amusant, un jeu pour se distraire... ça n'était pas un détail d'importance, juste une petite habitude, juste une simple plaisanterie qu'ils avaient tous l'habitude d'exercer et qui durait depuis déjà longtemps, aussi longtemps qu'elle resterait amusante peut-être ? Il aimait cela, pas pure ennui parfois, lorsqu'il n'avait pas de dossier sur lequel travailler ou qu'aucun membre de sa brigade ne requerrait son attention sur un point ou un autre, ceux là étaient bien les seuls qui pouvaient prétendre à son laxisme ou à ses bons mots encore qu'il soit parfois restrictif de leur libertés pour le bon fonctionnement du service.

Il y avait certaines choses que l'on pouvait se permettre dans certaines circonstances et il y avait certaines choses qu'il valait mieux oublier si on désirait être efficace, tout était question de dose et de subtilité, d'observation avant tout mais l'observation seule ne suffisait jamais... n'importe qui pouvait observer avec un peu d'attention et un coup d'œil sûr mais combien savait placer ce qu'ils en tiraient au bon moment et avec la bonne personne ? Pas tellement ou du moins n'était ce pas inné chez la plupart, il avait donc entreprit d'apprendre cela à tout ceux qui tombaient sous son commandement, tout comme il s'évertuait à les faire réfléchir un minimum avant de foncer... pas que ce ne soit pas déjà le cas mais considérant qu'ils étaient jeunes en général mieux valait un léger surplus qu'un manque entrainant des complications dans les projets du commandor. Bref toujours était il que lorsqu'il n'avait rien à faire, et c'était très rare, il lui arrivait de partir en quête de ce petit jeu là mais il lui arrivait davantage de le chercher avec l'envie d'un petit frisson... celui du jeu tout simplement, la sensation grisante d'un fil tendue entre deux forces de même niveau, un coup de dès par ci par là, un tour de passe passe, tellement simple, tellement dangereux par ses conséquences ou du moins celles qu'il pourrait avoir si un joueur décidait de les prendre.

Il adorait l'atmosphère particulière de ces moments là, le silence à la fois vide, creux comme une coque, comme un sous terrain mais également plein de sens, plein de paroles non prononcées comme une chanson muette, une mauvaise chanson en général puisqu'il ne s'agissait nullement d'un jeu agréable en lui même, c'était un jeu à la fois neutre et vil, tout dépendant de ce qu'on y trouvait mais en aucun cas agréable, tout ce qui était agréable c'était la sensation que l'on pouvait en retirer, le plaisir que l'on pouvait trouver à l'exercer...

Les gestes étaient immuables, inchangés, les mêmes depuis tant et tant d'années, on les apprenaient petit à petit, pas après pas comme l'alphabet ou la tenue d'une arme et on ne les oubliaient jamais, une fois imprimés dans l'esprit, dans les membres il n'y avait aucun risque qu'on ne puisse s'en souvenir. Parfois on les apprenait sans s'en rendre compte, s'en comprendre et parfois on le faisait consciemment... dans son cas il avait tout apprit sciemment, il devait apprendre, question de vie ou de mort, lorsqu'on ne possédait pas la force physique mieux valait avoir celle de l'esprit afin de rivaliser, le monde était trop exigeant et trop prompte à écraser ceux qui ne se battaient pas pour survivre, il n'y avait pas qu'un seul moyen de mourir.

Dans son cas la force physique n'était pas de mise, il n'était pas fait pour cela même si il avait eu envie d'essayer il y avait des choses que l'on ne changeait pas... contrairement aux deux individus qui lui faisaient face en cet instant d'ailleurs, eux avaient la force, ils pouvaient se défendre contre les créatures et autres ennemis, ils se promenaient le nez en l'air et la main à l'arme sans même y penser... pouvait il être jaloux ? Non pas vraiment, il en avait trop vu pour éprouver de la jalousie envers qui que ce soit ou quoi que ce soit, oh bien entendu il était un être humain et les êtres humains étaient souvent caractériser par des aspirations bien au delà de leurs moyens les plus grands ainsi que par une promptitude à la jalousie qui dépassait souvent la teneur des objets de cette jalousie, c'était le propre de ces êtres que de désirer tout ce qui se trouvait entre ciel et terre même si cela les conduisait à la ruine... dans ce cas était il un être humain ? Il pouvait se targuer d'être modéré dans ce qu'il désirait, ou du moins désirait il beaucoup mais préférait avancer petit à petit, marche après marche vers les hauteurs plutôt que d'essayer de sauter tout d'un seul coup ou de soupirer au bas de l'allée sans jamais tenter quoi que ce soit quand à être jaloux, bah, il possédait suffisamment de qualités et de voie de satisfaction pour se passer d'une basse jalousie envers quelqu'un... il se contentait de regarder tout cela d'un œil amusé et joueur, une simple distraction dans son quotidien que toutes les ébullitions de l'esprit humain, un sujet de plaisanterie, de petites anecdotes mais pas bien plus.

Et après tout la force seule ne conduisait à rien, une arme esseulée, une arme sans une main, un bras pour la maniée, un esprit pour chercher un point faible... une arme n'était rien par elle même, de même la force d'un homme seul n'était rien si aucun esprit ne venait s'y conjuguer, pour certains, rares, les deux se combinaient pour offrir un aperçu de ce que pourrait être un être équilibré mais c'était très rare, trop rare peut-être mais l'harmonie n'était pas non plus le propre de l'homme... et cela il le savait trop bien, l'homme avait besoin de mouvement, de bouger, de sentir son sang bruler, d'utiliser son énergie, c'était ainsi, que l'on le soutienne ou non, qu'on trouve cela agréable ou affreux il n'en était pas moins que les êtres humains n'étaient pas des créatures faite pour rester paisiblement dans leur nid, c'était dans le chaos, dans l'exaltation des sens que l'homme trouvait ses lettres de noblesses et non dans la froideur d'un ordre ayant aplanit le monde comme une feuille de papier glacé; lorsque le calme se prolongeait trop l'esprit se dégradait, s'abimait dans la réflexion et les pensées noires, l'énergie s'accumulait jusqu'à déborder comme les bouillons d'une eau chauffée, la violence naturelle des hommes ourlait leur sens, leur peau, leur âme, les nimbant de malice et de mal jusqu'à l'apothéose, jusqu'au point de rupture, de non retour, jusqu'au point où le sens commun des hommes laissait place à l'instinct...

Lorsque que les lois, lorsque l'éducation était imprégnée en chacun ce n'était pas simplement pour que les hommes puissent se comprendre et posséder des critères communs même si c'était là le but apparent, en définissant une ligne de conduite et de compréhension, en définissant comment chaque chose devait être et se dérouler on établissait également des limites, des jalons délimitant ce qui était bien et ce qui était mal, ce qui tenait du droit et du non droit, de la politesse, de la courtoisie, de l'obéissance et de la violence, de l'impolitesse et de l'incorrection, en éduquant on bridait également la violence naturelle de chacun, parfois en la canalisant comme avec les brigadier, parfois en l'étouffant simplement... si il savait le bien fondé de cette manière d'agir, si il participait de son bon fonctionnement en temps que commandor de la brigade judiciaire, chargé d'enquêter sur les dissidents, les ennemis du régime impérial ou les éléments déviant il se savait lui même un grand adepte du chaos et de l'instinct, combien de fois avait il provoqué des rixes, des inimités... la liste était longue, jusqu'à ce qu'il ne se soit sommé par l'impératrice de cesser ses manigances mais cela se passait bien avant l'instauration de la guilde et depuis il n'avait rien montré à quiconque, il n'avait plus rien tenter en ce sens, trop de risques... et pas assez de rémunération.

Il n'avait pourtant pas oublié le jeu, ce jeu auquel se livrait ceux qui marchaient à l'ombre du capitole et qui se déroulait présentement entre les deux hommes, deux bien sûr car il n'incluait pas Wienfield dans la partie, trop jeune, nouvel arrivé et surtout pour le moment tout simplement blanc, claire comme une vitre, il savait déjà tout ce qu'il y avait à savoir sur cet individu et il n'avait pas encore eu l'occasion d'échapper à ses ouailles, il n'avait de toutes façon pas encore eu l'occasion d'entendre qui que se soit le mettre en garde contre lui même si cela viendrait très certainement avec le temps, surtout avec Merling pour parrain... Merling, en apparence il avait tout d'une cible parfaite, il ne se cachait pas ni pour penser ni pour parler mais si il le méprisait grandement il savait également qu'il n'était pas aussi bête que certains autres, l'homme avait déclenché une de ses rares mais dangereuses inimités, de celles qui le faisait surveiller chaque geste et chaque souffle d'air pour trouver la faille qui le ferai tomber.

Dès l'instant où ils s'étaient rencontrer ça avait été ainsi et rien n'avait contribuait à apaiser les choses, ni le temps ni les contacts... cela semblait même s'aggraver avec les années qui passaient et trépassaient. Merling avait vu clair dans son jeu dès le départ, il avait lut derrière le rideau de charme et de politesse qu'il offrait en général et avait oser le lui dire plus ou moins publiquement, fait qui avait sceller la tension entre eux, la matérialisant presque de façon palpable... Auparavant seul trois personnes avaient vu son vrais visage et chacune avaient plus ou moins laissé... Joséphine avait juguler ses tendances et l'avait mit à une place où il ne risquait pas de s'écarter du droit chemin, le curé le méprisait mais ils n'avaient pas de contact et Helena s'entêtait à le traquer dès qu'il sortait du capitole mais ne disait jamais rien à personne pour son plus grand bonheur.

Il était donc normal qu'en plus de l'inimité naturelle qui s'était installée entre eux il y ai eu cette pointe étrange, cette sensation à la fois désagréable et suffisamment électrisante pour qu'il la côtoie avec le sourire un mélange auquel il ne donnait pas de nom, accord tacite que ce qu'il pouvait voir resterait tut en échange de quoi lui même ne faisait rien d'ouvert contre l'autre... accord qu'il ne tenait absolument pas cela allait de soit, pourquoi l'aurait il fait, si la vérité pouvait être embarrassante il avait assez vécu pour ne pas s'en offusquer une fois le premier instant passé, après tout il cachait des cadavres autrement plus vénéneux dans ses placards et ceux là personne n'en entendait parler, le fou de la reine avait au moins ce point positif, personne ne regardait de trop près ce qu'il faisait tout simplement parce qu'il dissimulait absolument tout jusqu'à la composition de ses repas ( Déformation professionnelle quand tu nous tient )... Bref il était évident que l'atmosphère devenait électrique chaque fois qu'ils se croisaient et c'était précisément pour cela qu'il jouait, pour cela qu'il laissait trainer une patte avant de se couvrir de nouveau, pour cela qu'en cet instant précis il relevait le menton en roidissant, mimant une fierté et une ire qu'il ne ressentait nullement, que Merling et son protéger le pensent réellement vexé et il en sourirait, qu'ils ne tombent pas dans le piège et ça n'aurait pas d'importance, savoir qu'un individu vous mentait ne signifiait nullement que vous pouviez voir ce qu'il se trouvait au delà de ce mensonge et c'était la tout ce qui comptait.

Ah ce sourire ! Pensait il véritablement le mettre ne colère ou l'agacé ainsi ? Ou avait il donc oublier que ce n'était pas ses demi silences qu'il fallait entendre, il savait tout sur tout ici comment aurait il put ignorer ce qui était advenu dans les souterrains ou la raison pour laquelle ils étaient tout deux plantés là.... il ne cachait pas qu'avec sa crise de nerf précédente il avait eu du mal à s'en souvenir mais une fois la pression retombée au profit de son calme habituel il n'avait pas le moindre mal à remettre les pièces à leur places respectives. Il jeta un regard en biais à Merling, gravant presque au sens littéral le message dans l'air «  Je n'ignore rien et tu le sais parfaitement » avant de reporter toute son attention sur le jeune homme, enfin jeune... il avait tout de même l'air plus âgé que lui physiquement, c'était d'ailleurs assez déroutant, parfois, de voir des hommes en théorie plus vieux lui montrer un tel respect quand il avait l'air d'un gamin tout juste sorti de l'adolescence mais ça n'était en rien dépourvu de saveur bien au contraire.

Il l'observa attentivement, presque trop attentivement peut-être, ses yeux assombris par la réflexion pesant sur la silhouette en face de lui avec une insistance inhabituelle même pour lui, il avait pourtant de quoi, si il classait déjà l'autre dans la catégorie gros bras il n'était pas insensible au fait qu'il avait réchapper aux créatures ou qu'il allait rencontrer Joséphine sous peu et cela allié au fait qu'il avait tout à fait remarqué le coup d'œil qu'il lui lançait en supplément d'une tentative de conciliation... alors quoi ? Il lui donnait ce qu'il voulait et se laissait attendrir ou il continuait sur sa lancée ? Non c'était trop beau, il n'avait pas envie d'arrêter tout dès à présent, ça serait un gâchis monstrueux et un manque de tact des plus grand... du moins pour lui. Comme à son habitude quand il se plongeait dans un sujet d'étude ou un autre il s'y lançait totalement et réduisait ainsi son champ d'intérêt, champ qui à présent se limitait à l'espace entre Wienfield et lui, excluant presque volontairement Meling comme si il n'avait même jamais existé et en cet instant c'était effectivement le cas mais ça n'avait rien de flatteur pour le nouvel oublié, d'être l'entière proie de son regard qui le dévorait à la recherche de la plus infime information, le plus infime point à retenir et à utiliser par la suite.

Pouvait on se sentir flatter ? Il n'était pas particulièrement appréciateur ou juge, il ne faisait que son travail, passant au crible les hommes comme les dossier pour les connaître sur le bout des doigts, intérêt ? plus simplement, une habitude qu'il avait développée dans ses pérégrinations à travers la hiérarchie de Nosco, s'abimant presque dans sa contemplation silencieuse. Son vis à vis était à la fois un bon sujet d'étude, évidement neuf et donc retenant encore son attention directe, il n'était pas cependant singulier, pas assez peut-être, pour lui qui côtoyait des spécimens particuliers presque tout les jours de la semaine mais également un sujet plutôt commun donc, à terme il ne pensait pas lui trouver de raison de chercher plus que cela, il y avait du potentiel il fallait être aveugle pour le manquer le tout ensuite était de savoir comment on pouvait exploiter cela sans le gâcher, et avec un parrain comme le sien il était presque certain qu'il serait gâché.

Combien de temps passa ainsi, sans d'ailleurs, chose étonnante, qu'un certain homme aux cheveux argentés ne vienne l'ennuyer, à échanger un long regard avec l'oublié... regard acéré comme une lame d'un coté, le type de regard auquel il était habitué de certains, contre le sien, trouble et uni, même la lueur moqueuse qui les habitaient en règle général semblait l'avoir déserté, pas pour mieux pourtant, dans ce silence s'étirant douloureusement la rencontre des deux ressemblait à l'impact d'une lame sur une plaque de double verres. Puis ce fut le retour au moment actif, au moment fort, alors qu'il cessait de planer pour sentir repartir les rouages interminables de sa malice et de ses complots... finalement il avait peut-être trouvé une utilité à ce truc en face de lui. Si le sourire qu'il avait affiché jusque là était plaisant en apparence celui qui fleurit alors sur ses lèvres était le plus doux et le plus séducteur qu'il pouvait créer en un instant pareil, en général il gardait ce genre de démonstration pour la gente féminine mais là c'était bien trop tentant pour qu'il s'en empêche... Il ferma à demi les yeux en passant une main dans ses boucles lâches et se pencha à demi en avant, la tête inclinée sur le coté, l'autre main sur la hanche.

« Un honneur... de vous voir en chair et en os. »

Il se releva et s'avança vers l'homme, de sa démarche particulière, moitié glissement moitié pas de danse, se plantant sur sa droite en prenant à demi la pause en croisant de nouveau les bras autour de son torse avec un soupire presque contrit reprenant d'une voix faussement désolée.

« J'ai cependant fait votre connaissance à l'instant où vous avez poser le pied sur le territoire de la guilde... »

A peu de chose près il s'agissait de la pure vérité, il s'était arranger pour avoir toujours tout ce qui provenait des arrivées le plus vite possible et il n'ignorait rien de ce qui s'était dit ou fait mais bien entendu il n'avait pas le détail des fait et geste les plus infimes qu'il ai put accomplir durant son « exploit » par exemple, il lui suffisait amplement de savoir ce qui s'était passé sans en rajouter. Quand à la teneur du message qu'il faisait ainsi passer elle était à la fois limpide et obscure, il établissait une vérité que tous se devaient de savoir tout en offrant une en appât au dessus d'un gouffre pour voir si l'autre allait essayer de sauter pour l'atteindre ou si il userait de son cerveau... ou de ce qui lui tenait lieu de cerveau à défaut d'être certain.

Les paroles n'importaient pas véritablement pour le moment, le tout était de savoir comment l'autre allait prendre son petit spectacle, parce qu'il fallait bien l'avouer, là il se donnait en spectacle dans le pur sens du terme et il sentait le regard incendiaire de Merling sur sa nuque... le bourru n'essayait pas de l'arrêter ? Ah bien bien il allait pouvoir s'amuser à sa guise alors, tant qu'il restait hors de la zone directe qui l'entourait.
Il noua donc ses bras dans son dos en avançant encore d'un pas, penché à demi en avant, son sourire toujours accroché à ses lèvres et une lueur de pur amusement dans ses prunelles... Il changea de coté avec un coup d'œil infime vers le gris avant d'avancer une main, mimant l'intention de la poser ( quelque part, on ne savait trop où ) sans le faire toutefois, pointant simplement un doigt vers le visage de son vis à vis.

« Vous savez... il existe trois types d'artistes ici, ceux que l'on voit derrière des vitres, ceux que l'on voit dans la rue et ceux que l'on ne voit pas du tout... personnellement j'ai toujours donné la part belle aux vitres mais c'est un choix très spécial, pensez vous savoir en faire un ? »

Le tout accompagné d'un petit geste, tel un chef d'orchestre devant un chœur alors qu'il se balançait légèrement d'avant en arrière et de droite à gauche, pour un peu il aurait put croire qu'il essayait de l'hypnotiser l'autre mais non non, diantre non ! En fait il aimait tellement ce à quoi il pensait dans l'instant présent qu'il n'avait même pas eu l'idée d'essayer...
avatar
Howard A. Heavs
~ Haut Conseiller ~
~ Commandor ~
Section Judiciaire


Camp : Guilde Impériale
Profession : Haut conseiller, commandor de la brigade judiciaire
Âge réel : 130 ans
Âge d'apparence : 26 ans

Compétences
Mémoire:
0/10000  (0/10000)
Compétence principale: Monde de Nosco
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une étincelle parmi d'autres

Message par Judikhael Wienfield le Jeu 17 Fév - 13:02

Judikhael n'était pas bien sûr d'apprécier ce soudain intérêt que l'autre semblait lui vouer tout d'un coup. Ce long regard qu'ils échangèrent le mettait plus mal à l'aise qu'autre chose. Il y avait quelque chose d'indéfinissable qu'il n'aimait pas chez l'autre homme. Drôle de sensation alors qu'il aurait été bine incapable d'expliquer plus amplement. Il sentait juste... qu'il valait mieux se méfier de l'autre. C'était un homme dangereux, un homme... un homme mesquin, dont les yeux à la lueur acérée vous transperçait de leur méchanceté. Oui, méchanceté. Cet homme, ce regard, semblait la méchanceté incarnée. Comme si cet homme ne pouvait prendre du plaisir qu'en rabaissant les autres.

Tout dans son regard donnait cette impression. Judikhael se sentait alors comme passé au scanner, l'autre semblant presque vouloir lire en lui de son regard sombre. Et c'était quoi soudain ce jeu de... séduction que l'autre lui offrait maintenant ? Oui séduction. Il aurait été une femme, Judikhael aurait parfaitement compris ce à quoi s'adonnait soudain l'homme. Mais là... Là, ce comportement étrange ne faisait que le laissait plus que perplexe. Et dérouté.

Le nouvel oublié s'efforça alors de rester de marbre, se contentant d'observer l'autre, de l'écouter, sans pour autant broncher. Mais il était plus facile de penser ne rien laisser paraitre que de le faire réellement. Il sentait, et l'attitude de l'autre le lui confirmait aisément, que son malaise était aisément perceptible. Il n'aimait pas ce petit jeu. Car oui, tout ceci ne devait être qu'un petit jeu. Et Yan qui ne faisait rien, ne disait rien ! Etait-ce un test ? Test ou pas, en tout cas, Judikhael commençait sérieusement à sentir l'exaspération et l'agacement le gagner. Non, il ne jouerait pas, que ce soit avec Yan ou avec le haut conseiller, test ou pas test.

" J'ai cependant fait votre connaissance à l'instant où vous avez poser le pied sur le territoire de la guilde... "

Etait-ce une mise en garde ? Qu'est-ce qu'il voulait signifier par là soudain ? Judikhael avait bien compris qu'en Nosco, tout était filmé, qu'il n'y avait pas de place, ou si peu pour l'intimité. Mais étaient-ils également tous surveillés personnellement ? L'autre voulait-il lui signifier par là qu'il était sous surveillance ? et sous surveillance pour quoi ? Yan n'arrêtait pas de s'écrier contre cette... dictature, comme il aimait l'appeler. Etait-ce Yan qui était sous surveillance alors ? Devait-il craindre cette surveillance ? Etait-ce une menace sous-entendue alors ?

Que de questions tourbillonnant soudain dans son esprit. Ce monde auquel il peinait encore à s'intégrer lui semblait si... étrange. Si difficile. Si imprégné d'horreur aussi,pensa-t-il alors qu'il se rappelait sa rencontre récente avec les créatures, réprimant avec peine le frisson qui l'assaillit alors à ce souvenir.

Et toujours aucune réaction de Yan. Mais que lui voulait-on alors ?

« Vous savez... il existe trois types d'artistes ici, ceux que l'on voit derrière des vitres, ceux que l'on voit dans la rue et ceux que l'on ne voit pas du tout... personnellement j'ai toujours donné la part belle aux vitres mais c'est un choix très spécial, pensez vous savoir en faire un ? »

Judikhael ne put alors s'empêcher de relever un regard circonspect vers son parrain. Parrain qui se contenta de lui répondre d'un haussement d'épaules. Alors était-ce tout ce que Yan avait à dire ? Ce haussement d'épaules signifiait quoi ? cet homme est fou et laisse tomber ? débrouille-toi tout seul et montre-nous de quoi tu es donc capable ? Qu'il détestait le mutisme parfois agaçant de Yan. Surtout dans ces moments délicats !

- Je ne suis pas artiste, Monsieur, répondit-il le plus poliment possible, l'agacement ne pouvant s'empêcher toutefois de teinter sa voix. Mais tant que les artistes servent Nosco, qu'importe leur nature, n'est-il ? Tenta-t-il, offrant un sourire crispé à l'homme.

_________________


La vérité, comme la lumière, aveugle.
Le mensonge, au contraire, est un beau crépuscule, qui met chaque objet en valeur.

Albert Camus
avatar
Judikhael Wienfield
~ Guildien ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Haut Conseiller
Âge réel : 111 ans
Âge d'apparence : 30 ans

Compétences
Mémoire:
4250/10000  (4250/10000)
Compétence principale: Armes blanches
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une étincelle parmi d'autres

Message par Howard A. Heavs le Sam 2 Avr - 0:30

Touché... coulé... Il avait une folle envie d'éclater de rire et heureusement qu'il souriait déjà, ne l'aurait il pas fait qu'il était certain de ne pouvoir se retenir en un instant pareil. Le genre d'envie qui le prenait parfois, à des instants inopportun et totalement impropre à la manifestation d'une quelconque joie... par exemple en présence de ses pairs du conseil qui, il fallait bien l'avouer, lui tirait de si nombreux sourires qu'il finissait invariablement par s'excuser le premier pour pouvoir rire tout son saoul à l'abri des concernés qui l'aurait sans doute trucidé. Pas qu'il y ai véritablement quelque chose de drôle dans tout cela, ou du moins pour un esprit normalement constitué il n'y avait rien... mais qui avait jamais prétendu qu'il était un être normalement constitué alors qu'il était évident que ce n'était pas le cas. Pour en revenir à ce qui lui donnait présentement envie de rire à gorge déployée...

L'expression du nouvel oublié était, de son point de vue, franchement hilarante, totalement désopilante, à mi chemin entre la méfiance et le malaise semblait il, chose dont il se délectait presque ouvertement. Tendance à jouer avec les gens ? Et qui l'en empêcherait hein ? Tant qu'il ne leur faisait pas trop de mal où était le problème, ils étaient toujours en état de travailler et donc d'être utiles, il se contentait de se sortir de son ennui. Mais enfin il y avait des limites à ne pas dépasser, chez n'importe qui et pour n'importe quelle situation et il le savait parfaitement, comme il savait parfaitement qu'il était irritant avec ses manières et ses métaphores sans queue ni tête et qu'il risquait fort de provoquer une esclandre si il faisait mine de traverser la limite du supportable... soit, il avait eu sa minute de jeux et il avait déstabilisé le jeune Wienfiled, peut-être que maintenant il pourrit envisager quelque chose de constructif.

Du moins c'était ce que la part raisonnable de son esprit lui conseillait, avec ce ton d'infini lassitude et de légère exaspération qu'il adoptait lorsqu'il devait expliquer quelque chose à quelqu'un en jugeant qu'il s'agissait d'un sujet enfantin... quand à l'autre part de lui même elle s'amusait tellement que la simple idée de ne pas pousser l'avantage relevait de l'hérésie. Il cessa d'osciller sur lui même, finalement fixé, se redressant et retrouvant sa posture habituelle, droite et stricte, une main dans le dos...

Mouai, ce nouvel oublié là il allait avoir un chemin tout tracé c'était déjà vu et écrit, pas besoin d'être devin pour comprendre ce qui allait se passer, intégration du nettoyage, ascension possible, petit soldat modèle qui se ferait gratifier par son commandor et serait peut-être tué à l'ombre d'un souterrain, du moins si il arrivait jusque là. Devait il vraiment mettre son nez là dedans ? Après tout il s'agissait d'un simple membre de la guilde, pas comme Merling à qui il prévoyait déjà un funeste futur vu le comportement qu'il adoptait depuis déjà un moment.

Il revint au moment présent et aurait bien aimé savoir quel bout de chemin Wienfiled était en train de faire intérieurement, quel sens il pouvait donner à ses paroles... puis se sentit de nouveau sur le point de hurler de rire en captant le ton sur lequel il se voyait répondre, l'agacement qui menaçait de percer à que syllabe débitée, pour un peu il aurait put jouer le vexé... si il ne savait pas pertinemment pourquoi l'autre était si agacé. Quand au sourire qu'il se vit offrir... ah... mieux valait ne pas faire de commentaire. Il se prit toutefois à lui répondre par un sourire de son propre cru, se voulant rassurant et haussant les épaules avec un léger rire amusé et poli, une main devant son visage tandis qu'il repoussait les mèches qui menaçait de tomber sur ses yeux pour lui cacher la vue.

« Ah... Oui évidemment, toute personne est utile ici et jugée à sa juste valeur. La guilde ne laisse jamais un talent se perdre, je suis même certain qu'en temps voulut vous découvrirez que nous portons une attention particulière à chacun et chacune d'entre vous. » Il coula un regard soudain acéré sur le coté, en direction de Merling avant de se reporté sur celui qui lui faisait face, s'adoucissant de nouveau avec facilité. Après l'hurluberlu aux phrases sans queues ni tête voilà qu'il se faisait rassurant représentant de sa majesté, tout en décochant une légère menace vers le brigadier à la langue trop bien pendue qui devait très certainement avoir envie de couper court à son petit discourt sur la bienveillance de la guilde.

« Et bien mon cher, j'imagine que ce nouvel environnement est un peu... déroutant, même si parfois le terme absurde serait bien plus approprié. Quoi que, notez bien, quelques fois ce sont ses habitants qui sont absurdes... mais je vous laisse le soin d'expérimentez cela par vous même... vous en avez un superbe exemple pas loin de vous. »

Nouveau coup d'oeil vers Merling, nouveau retour, ah oui il aurait put se viser lui même mais quel intérêt vraiment, que d'affirmer ce qui se voyait déjà. A noter tout de même qu'il était très sérieux lorsqu'il parlait d'absurdité, il en avait vu des vertes et des pas mûres avec les habitants de Nosco et était certain qu'il allait encore e voir davantage dans les années à venir... et de la part de Wienfiled comme des autres. Quelque chose lui disait même que le probable futur brigadier serait un sujet d'amusement sans fin... Il passa un doigt sur sa tempe et fut soudain prit d'une idée purement lumineuse, une idée qui allait combiner absolument tout les critères pour lui faire passer un agréable moment d'amusement au dépend de ses présent compagnons.

Il prit une mine surprise et claqua des doigts avant de se poster aux cotés de Wienfiled... « Ah mais il me semble avoir entendu cité un rendez vous n'est ce pas ? Je pari que sa Sérénissime majesté va faire vos éloges après votre coup d'éclats noooon ? Et bien allons ! Je vous accompagne, je veux absolument voir ça ! Et puis comme ça j'aurais de quoi entamer mon dossier, ça fera une superbe introduction. Allons en route maintenant ! » Il avait, sur le coup de l'enthousiasme, rangé Merling au rang de meuble mais ce n'était guère la première fois. Coup d'œil d'invitation vers le jeune oublié, lui désignant le fond du couloir d'où serpentait un escalier tout de rouge tapissé et qui conduisait à l'étage supérieur, vers les bureaux de l'impératrice.

Bon d'accord il n'avait pas été prévu dans l'entrevue qui allait se dérouler et risquait quelques questions de la part de Lorenzo et de Pépi mais il était suffisamment proche d'eux pour balayer les questionnements... de mener cela à leur faire rester durant l'entretient c'était une autre histoire mais il trouverait bien un moyen pour faire passer la pilule et obtenir ce qu'il désirait. Pourquoi voulait il assister à l'entretient ? Pour faire grincer des dents Merling ? Mettre mal à l'aise Wienfiled ou tout simplement pour voir Pépi jouer de son beau discourt pour s'attacher un noble petit soldat suplémentaire. Si quelque chose le faisait rire c'était bien ce genre de frasque... Mouai ça valait le coup. « Je ne me propose pas comme guide, excusez m'en, je crois que votre parrain n'apprécierait pas vraiment, déjà qu'il préférait me tordre le cou plutôt que de m'écouter... »
avatar
Howard A. Heavs
~ Haut Conseiller ~
~ Commandor ~
Section Judiciaire


Camp : Guilde Impériale
Profession : Haut conseiller, commandor de la brigade judiciaire
Âge réel : 130 ans
Âge d'apparence : 26 ans

Compétences
Mémoire:
0/10000  (0/10000)
Compétence principale: Monde de Nosco
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une étincelle parmi d'autres

Message par Judikhael Wienfield le Lun 18 Avr - 17:53

Judikhael devait avouer que le gars était grand quand il prenait la peine de se redresser de toute sa hauteur. En fait le haut conseiller le dépassait même un peu, même si Judikhael restait un peu plus imposant avec ses épaules un peu plus larges et surtout sa tenue de brigadier qui le rendait plus costaud qu'il ne l'était réellement. L'autre était bien maigre et ne ferait sans doute pas le poids face à une attaque frontale au corps à corps, mais quand il vous toisait de toute sa hauteur... Oui, nul doute l'autre savait en imposer mine de rien, malgré sa frêle apparence. Le haut conseiller semblait vouloir se montrer avec lui nonchalant, et presque... amical... enfin aussi amical qu'un chacal guettant sa proie pouvait l'être... Mais le nouvel oublié qu'il était était peut-être bien naïf sous certains aspects, il n'était pas non plus complètement idiot. L'autre n'était qu'un manipulateur né. Tout comme Yan était un rebelle dans l'âme.

Judikhael pouvait déjà presque parier de quelle attention il serait l'objet, à en entendre l'homme. Il n'aimait guère d'ailleurs les sous-entendus sous-jacents qu'il pouvait déceler ou du moins deviner. Mais il préféra judicieusement se taire. Et écouter. Aviser ensuite. tel était Judikhael : écouter, observer et agir ensuite. Pas comme Yan qui agissait tête baissée sans forcément toujours réfléchir aux conséquences. Fou qu'il était !

D'ailleurs en parlant de Yan, Judikhael pouvait le sentir bouillonner auprès d'eux. Étonnamment son parrain se taisait. Sans doute un test comme un autre où il voulait laisser son filleul se dépatouiller avec ce nouveau prédateur. Ce n'était pas la première ni la dernière fois que Merling le testait de la sorte en fait, même si Judikhael n'appréciait parfois que moyennement.

« Et bien mon cher, j'imagine que ce nouvel environnement est un peu... déroutant, même si parfois le terme absurde serait bien plus approprié. Quoi que, notez bien, quelques fois ce sont ses habitants qui sont absurdes... mais je vous laisse le soin d'expérimenter cela par vous même... vous en avez un superbe exemple pas loin de vous. »

- Vous voulez parler de l'exemple qui me parle présentement ? Rétorqua Judikhael d'un ton un peu sec.

Il n'aimait guère qu'on critique, pire qu'on insulte ouvertement, devant lui son parrain. Il savait toutefois que cette remarque pouvait lui valoir cher, très cher. N'insultait-il pas à demis mots un haut conseiller en cet instant ? Mais cela avait été plus fort que lui.

- J'ai entendu dire une fois qu'un environnement quelqu'il soit est à l'image de ses dirigeants. Iriez-vous alors jusqu'à dire que nos dirigeants sont... absurdes ?

Bon, là, il y allait fort. Et le ton quelque peu rauque et hésitant qu'il n'avait réussi à cacher montrait clairement qu'il n'était pas forcément à l'aise avec de tels propos, et encore moins avec une telle conversation. Soyons franc : il n'était pas à l'aise avec cet énergumène tout simplement. Et les ricanements de Yan dans leur dos ne l'aidait en rien. Son parrain s'amusait peut-être grandement de voir son filleul tenter de rétorquer comme il pouvait, mais lui non. Au contraire. Il n'espérait qu'une chose : qu'ils arrivent au plus vite devant son impératrice pour être enfin débarrassé de ce haut conseiller de malheur, lui qui pourtant avait tant appréhendé cette rencontre avec leur Majesté.

C'était toutefois compter sans ce dernier qui semblait alors décidé à les accompagner jusqu'au bout. Et Judikhael commençait à cerner un tantinet ce personnage qui semblait être rongé d'une curiosité presque maladive : il y avait fort à parier que Heavs allait faire des pieds et des mains pour s'incruster à cette entrevue. Après un long regard vers Yan puis vers cet Howard qu'il commençait sérieusement à ranger dans la catégorie des fous dangereux, Judikhael se décida à reprendre la route que l'autre leur avait coupée. Direction ce long tapis rouge, jusqu'au bout du couloir, vers la porte que la main tendue de Heavs lui désignait.

Arrivé devant la porte, il fut pris d'un moment d'hésitation toutefois. Et maintenant ? Qu'était-il censé faire ? Frapper sans aucun doute pour annoncer son arrivée... Mais n'était-ce pas à Yan de le faire pour lui ? Oui, très certainement... Si seulement Yan avait pu avoir accès à la porte, l'autre gênant ostensiblement son parrain pour épauler son filleul. Yan ne put que fusiller Heavs du regard pour ensuite reporter son attention sur son filleul visiblement quelque peu désemparé, et l'encourager du regard. Oui, il devait frapper lui-même. Comme un grand. Et Heavs qui semblait le regarder avidement avec un amusement certain, sans faire un seul geste pour lever l'embarras qui envahissait le nouvel oublié qu'il était !

C'est en plantant son regard bleu glace dans les orbes folles du haut conseiller que Judikhael frappa donc à la porte tant redoutée, d'un geste aussi assuré qu'il le pouvait... c'est à dire donc avec une main quelque peu tremblotante. Etrange comment sa main pouvait être ferme en tenant le pommeau d'une épée ou un fusil, face à la pire des créatures, alors qu'elle tremblait stupidement face à une tout aussi stupide porte...

_________________


La vérité, comme la lumière, aveugle.
Le mensonge, au contraire, est un beau crépuscule, qui met chaque objet en valeur.

Albert Camus
avatar
Judikhael Wienfield
~ Guildien ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Haut Conseiller
Âge réel : 111 ans
Âge d'apparence : 30 ans

Compétences
Mémoire:
4250/10000  (4250/10000)
Compétence principale: Armes blanches
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une étincelle parmi d'autres

Message par Howard A. Heavs le Dim 8 Mai - 23:17

Howard était et ne cesserait sans doute jamais de rire de tout, y comprit de lui même lorsqu'il y avait occasion de le faire en préservant sa dignité. Conjuguer auto-dérision et fierté n'était pas toujours facile, surtout quand on avait affaire à certaines personnes... mais il devait avouer que le retour à l'envoyeur de la part de Judikhael le faisait bien rire, il était peut-être un peu moins obtus qu'il ne l'avait cru, mais ça ne changeait rien, que ce soit une porte ou un mur il restait dans la catégorie gros bras. Cependant l'idée en elle même de se voir traiter d'absurde par un jeune oublié lui plaisait, d'autant que le jeune oublié en question ignorait que tant qu'à être traité d'absurde il pourrait très bien le jouer jusqu'à l'overdose si ça lui plaisait, entre autre chose... mais mieux valait passer.

Il ne rétorqua rien à ça, laissant son sourire parler pour lui et enchaina. Il gardait toutefois la remarque en tête, si l'idée de consommer sa vengeance lui venait il la préférait glacée, aussi froide que la lame d'un couteau en plein cœur... en revanche il n'avait pas prévu que l'homme se sentirait obligé d'en rajouter une couche, une couche qui ne comprenait plus son unique personne et une légère pointe d'agacement perça sous la surprise et l'amusement, il n'aimait pas qu'on inclut pépi dans une telle équation mais bon mieux valait éviter d'ne faire mention, une fois le lavage de cerveau du guerrier fait il ne resterait plus rien de ce genre d'idées.

« Et bien plus encore pour certains, moi en tête. En revanche il y en a que vous trouverez peu portés à inclure un tel mot dans le vocabulaire descriptif de leur personne... appelez les étriqués ou stricts comme vous le souhaitez, n'en reste pas moins qu'il serait dommage de vous voir en mauvaise posture dès à présent non ? Ça arrivera bien assez tôt par la suite. »

Il n'avait rien dit de plus après cela, tandis qu'ils s'en allaient tout trois vers le bout du couloir, flanquant Wienfield avec un grand sourire en bloquant le passage. Il n'y avait pas de mal à s'amuser un peu après tout et puis qui pouvait lui reprocher de les accompagner, ça n'était tout de même pas sa faute si les couloirs n'étaient pas assez large pour trois à cet endroit précis non ? Bon d'accord il aurait pu se pousser un peu mais ça aurait été offrir la possibilité à Merling de se tenir aussi près de Wienfield et donc de pouvoir le guider pour la suite des évènements, à savoir s'annoncer à l'impératrice et être reçu... Hors si il n'était pas dans ses plans de provoquer une esclandre devant Joséphine de Nosco, qui lui aurait immanquablement reproché de jouer encore au trouble paix et elle aurait raison, parce l'inimité qu'il ressentait envers le brigadier était connue et que le filleule avait l'air de suivre le même chemin, les reproches contre le régime en moins.. si on prenait cela en compte il aurait dû le laisser faire son travail mais puisque Wienfiled avait décidé d'agir par lui même et de tenir la position il ne voyait pas la nécessité de l'en empêcher.

Que l'homme se débrouille tout seul avec ce pourquoi il était présent, Howard saurait apprécier le spectacle à sa juste valeur... il montait déjà, en son esprit, un discourt à présenter à sa majesté pour expliquer le pourquoi du comment ou du moins pour couvrir les raisons sous entendues qui, pour quelqu'un le cernant un minimum, étaient aussi claire que de l'eau de roche... et le cerner n'était pas si ardu que cela, quand on savait quoi chercher, même Wienfiled en serait certainement capable. Puis... enfin... le moment de vérité, la porte ! Ah elle était bien belle cette porte oui mais il ne comptait tout de même pas rester planter devant jusqu'au soir si ? Il croisa les bras sur son torse et se carra fermement à sa place, prenant ses aises sans la moindre gêne et cela même lorsque Merling le fusilla du regard en essayant de passer...

Ah oui mais non non mon bon Monsieur, vous êtes très aimable, tout à fait charment, un véritablement petit rat d'opéra, à croquer vraiment, on a envie de vous offrir des douceurs, oui mais non vous ne passerez pas. Comment ça votre filleule se retrouve tout seul devant la porte du grand méchant loup ? Oh allons ne dramatisez pas voyons quelques dents n'ont jamais tués personne ! Comment ça c'est votre travail ? D'accord mais le mien c'est de vous rendre la vie impossible ce qui, soit dit en passant, est absolument jouissif, je pourrais faire ça tout les jours... un peu de thé peut-être ?

La pensée failli lui arracher un rire mais il se retint de justesse, la tension était suffisamment élevée sans qu'il en rajoute davantage en leur éclatant de rire au nez, ils allaient sans doute le prendre pour eux et auraient totalement raison... non il se contenta de se mordre l'intérieur des lèvres en chassant les idées les plus drôle pour se concentrer. Ne pas rire. Surtout ne pas rire. Il détailla la physionomie du nouvel oublié une nouvelle fois avant que celui ci ne plante son regard dans le sien, iris glacées contre iris pétillantes...

Ah mon petit chou, voyons un peu comment tu chante et danse maintenant, voyons un peu comment cette valse va se jouer veux tu...

Puis il frappa, poc poc, affaire rondement menée, pas d'explosion, pas de fin du monde... bon bah ça n'était qu'une porte finalement... il n'avait pourtant pas manqué le léger tremblement de la main de Judikhael. Que faire alors, calmer le jeu ou bien donner un peu dans l'originalité ? Il abattit ça main sur la poignet et se posa un instant contre la porte en fermant à demi les yeux...

« Notre chère majesté va sans aucun doute te féliciter et tout le reste mais si je puis me permettre... un accident est vite arrivé, ça n'est pas une menace, juste un petit conseil, je suis du genre à me moquer de moi même assez souvent... mais je doute que des propos ambigües soient du goût des oreilles impériales... ici les brigadiers obéissants sont toujours récompensés... » Il fit un clin d'oeil et tourna la poignet, bondissant dans le bureau un grand sourire aux lèvres et entonna son petit discourt spécialement pour l'occasion.



[HRP : Je suis désolé T_T [/HRP]
avatar
Howard A. Heavs
~ Haut Conseiller ~
~ Commandor ~
Section Judiciaire


Camp : Guilde Impériale
Profession : Haut conseiller, commandor de la brigade judiciaire
Âge réel : 130 ans
Âge d'apparence : 26 ans

Compétences
Mémoire:
0/10000  (0/10000)
Compétence principale: Monde de Nosco
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une étincelle parmi d'autres

Message par Judikhael Wienfield le Lun 27 Juin - 17:04

La mise-en-garde était claire et nette. Si Heavs n'avait peut-être pas apprécié que l'Impératrice Joséphine puisse être incluse aussi dans la remarque du jeune oublié qu'il était, il n'en avait rien montré. Mais sa réponse quant ^à elle était claire : Joséphine, elle, n'apprécierait en rien. Voilà qui était dit. Et voilà qui était aussi enregistré dans son esprit. Ne faisant que confirmer au passage ce que Yan lui murmurait insidieusement depuis son arrivée : tout n'était que dictature ici, et les langues devaient restées liées sous peine de se voir tranchées, dans le meilleur des cas.

Maintenant, loin de vouloir suivre totalement l'esprit révolté qu'il sentait couver en yan, Judikhael attendait de voir ce qu'il en serait. Il voulait juger par lui-même. Leur Impératrice était-elle réellement telle qu'on la décrivait ? Telle que tous s'échinaient à vouloir lui faire croire ? Pourquoi tant de monde la suivait-il si elle était si injuste et si malfaisante ? Et n'y avait-il pas au fond une raison à tout ceci ? N'était-ce donc qu'ambition et soif du pouvoir qui animait Joséphine ? Ou y'avait-il autre chose derrière tout cela ? Tant de questions et si peu de réponses... Mais Judikhael était bien décidé à ne pas "juger" avant d'avoir un semblant de réponses à ces questions. Et si possibles des réponses venant de Joséphine elle-même... Quand bien même ce serait ses actions ou ses décisions et non ses mots qui lui répondraient...

Judikhael n'avait toutefois guère le temps de s'attarder sur de telles questions, que la porte de ladite Impératrice se dressait devant lui. Il allait enfin LA rencontrer. Elle dont tout le monde parlait tant mais que peu voyaient, ou si peu souvent au final. Et voilà que l'autre reprenait son jeu en lui donnant des conseils maintenant ? Des conseils qui de prime abord paraissaient fort avisés. Mais un il-ne-savait-quoi lui faisait penser que ces conseils pouvaient aussi n'être que poison. Tout l'homme semblait d'ailleurs n'être que poison, à bien y réfléchir.

Il dut toutefois se contenter de suivre ledit homme du regard tandis qu'il pénétrait dans le bureau, offrant à l'Impératrice un discours spécialement conçu pour l'occasion, entendez par là, un discours spécialement conçu pour pouvoir rester tout l'entretien durant. Judikhael ne put que maudire en son for intérieur cet Howard de malheur qu'il n'appréciait que peu quand bien même il venait tout juste d'en faire la connaissance, maudissant par la même occasion son soit disant parrain qui venait de le laisser s'empêtrer dans ce bourbier.

- Votre Majesté, salua-t-il alors d'une voix étrangement atone, alors qu'il sentait un étrange frisson s'abattre sur lui, sans qu'il ne parvienne à le réprimer.

L'Impératrice avait beau n'être qu'une femme, et une femme ma foi fort petite de taille, elle n'en restait pas moins impératrice, et une impératrice qui savait en imposer, comme le lui indiquait clairement le regard sombre qu'elle darda sur lui.

- Judikhael Wienfield, nouvel oublié, brigadier de la section de nettoyage, pour vous servir, fit-il le plus humblement possible, tout en saluant respectueusement d'une révérence la femme assise devant lui. Vous avez requis ma présence, fut la seule chose qu'il put articuler de plus alors qu'il se relevait, braquant son regard bleu sur un point derrière Joséphine, ayant peur de la braquer s'il se permettait de trop la détailler.

Ce qu'il devait avouer mourir d'envie de faire. Il ne pouvait pour l'heure qu'affirmer une chose : Joéphine était certes petite, mais elle était belle. Une belle femme, pour laquelle il sentait un certain désir naître sans qu'il ne puisse s'en empêcher.

[HJ : désolé de ce temps de réponse honteux. Je te laisse voir pour faire la réponse de Pepi ? A voir avec elle... ]


_________________


La vérité, comme la lumière, aveugle.
Le mensonge, au contraire, est un beau crépuscule, qui met chaque objet en valeur.

Albert Camus
avatar
Judikhael Wienfield
~ Guildien ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Haut Conseiller
Âge réel : 111 ans
Âge d'apparence : 30 ans

Compétences
Mémoire:
4250/10000  (4250/10000)
Compétence principale: Armes blanches
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une étincelle parmi d'autres

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum