A Mad Tea Party

Aller en bas

A Mad Tea Party Empty A Mad Tea Party

Message par Gunther Spark le Jeu 10 Mar - 1:22

L'instant était venu. Cela faisait maintenant 3 jours que Gunther était arrivé à Nosco et aujourd'hui allait se dérouler son premier entraînement de Brigadier avec Shane. Il avait reçu l'information par mail, succincte mais suffisamment claire pour que Gunther sache où se rendre à l'heure convenue. C'était plus un test qui réel entraînement, Shane allait tester les capacités de Gunther, et il espérait réellement ne pas le décevoir. Et ne pas se décevoir lui-même. Shane lui avait rappelé également qu'il lui fallait trouver la jeune Wieg afin de l'amener elle aussi à l'entraînement, il semblait qu'ils étaient arrivés à Nosco dans un temps semblable, et qu'ils allaient par conséquent s'entraîner ensemble dans un premier temps. La suite se déciderait de cette séance. C'est pourquoi ce matin, Gunther s'était levé plus tôt que la veille où il avait trainassé allègrement dans son nouveau lit : il lui fallait trouver la jeune femme, et il ne savait pas du tout par où commencer. Tenait-on un répertoire des occupants ? Ce serait peut-être l'idéal pour commencer des recherches. Restait à savoir où trouver un tel registre.

Levé depuis peu, Gunther avait évolué dans son nouvel appartement, tout en étant plongé dans ses pensées. Il n'était pas organisé, ça il en avait la certitude, mais ses possessions étaient encore trop infimes que pour qu'il puisse égarer quoi que ce soit. Aussi avait-il sans problème trouvé quelques vêtements prévus dans le matériel du nouveau venu, un sac que lui avait donné Shane et qu'il avait laissé traîner dans sa chambre. Et puis il s'était imposé quelques règles de savoir vivre : à l'entrée, on ôtait ses chaussures, les vêtements restaient dans la chambre, la nourriture dans le salon, et une fois par semaine, ménage général dans tout l'appartement. Ceci pour éviter que le désordre qu'il se sentait capable d'apporter ne s'installe de trop. Il avait trouvé dans un placard un paquet de barres énergétique vraisemblablement encore mangeables et c'est ce qu'il avait pris au petit déjeuner depuis maintenant 2 jours. Grande déception qu'avait été la sienne quand il avait croqué la première fois dans une de ces barres ! L'objet lui avait semblé tout a fait appétissant et lui qui n'avait pas mangé depuis son arrivée s'était retrouvé avec le plus fade des mets possible en bouche. Pas d'odeur, pas de saveur et une texture indéfinissable qui ne correspondait pas à l'idée que se faisait Gunther des barres énergétiques. Mais il avait fait avec : il avait trop faim pour se plaindre. Cependant, si Shane pouvait lui proposer quelque chose de meilleur, il ne lui en tiendrait certainement pas rigueur.

Après avoir pris une douche, s'être rasé, et toutes ces choses qui font d'un homme à peine réveillé, un homme présentable, Gunther avait fini ses préparatifs, avait enfilé son veston de cuir, vissé son béret sur sa tête et était sorti. Il avait eu le temps de laver ses quelques vêtements dans les derniers jours, aussi était-il étincelant, toujours plus du moins, que le jour de son arrivée. Il avait appris aussi à se servir de la tablette tactile qui commandait l'ouverture et la fermeture de la porte : le système était intuitif et très simple à prendre en main - pour le coup, c'était le mot. Gunther apposa donc sa main et la porte se verrouilla.

Voila qu'il était dans le couloir et qu'il ne savait par où commencer ses recherches. Certes il pouvait sûrement obtenir des renseignements, mais de qui ? Il décida d'essayer à tout hasard et avança vers le 109, le numéro le plus proche. Il frappa et patienta. Aucune réponse. Après quelques instants et plusieurs autres tentatives infructueuses, Gunther fut bien obligé de reconnaître qu'il n'y avait personne dans l'appartement où qu'elle ne voulait tout simplement pas répondre. Soit. Il passa au numéro suivant, le 111 et répéta sa démarche. Toujours aucune réponse. Le jeune homme commença à se demander s'il n'était pas trop tard dans la journée ou même si ce couloir n'était pas désert. Pourtant quand il avait regardé par la fenêtre ce matin, le jour lui semblait encore ensommeillé. Il consulta sa montre, un réflexe sûrement car celle-ci ne pouvait aider en rien : 64. Superbe. Mais inutile. Puis un bruit retentit de l'autre côté de la porte et celle-ci s'ouvrit, laissant émerger un jeune homme blond. Celui-ci était à peu près de sa carrure, peut-être un peu plus petit, mais de même corpulence. Son visage avait gardé des traits enfantins : une peau lisse et sans défaut, et des cheveux châtains-blonds retombant en bataille sur son front et dont quelques mèches venaient encadrer ses yeux d’un émeraude vif. De ce que Gunther en apercevait, l'appartement était plongé dans l'obscurité : les rideaux était tirés et le jeune homme avait la tête de ceux qu'on vient de tirer du lit. Par ailleurs, ce dernier s'ébouriffa la chevelure dans un geste savamment étudié, comme pour tenter de se persuader qu'il s'était bien réveillé. Il s’appuyait contre le battant de la porte comme pour supporter un poids rendu trop lourd par la langueur matinale. Il se redressa pourtant rapidement, la lumière du couloir faisant peut-être office de réveil, en attendant sûrement une explication quant à la présence de Gunther sur le palier de son appartement.

"'Scuse-moi, chuis ton nouveau voisin, au 110. J'viens d'emménager, chuis nouveau en ville ... et, heu ... Tu sais s'ils tiennent un registre des habitants ici ?"

Gunther avait opté pour un tutoiement familier : le jeune homme ne semblait pas plus âgé que lui et ça l'arrangeait : plus simple. Son interlocuteur qui semblait un peu perdu par la soudaineté des choses n'avait toujours pas répondu et l'albinos se ravisa : il lui était venu une autre idée qui simplifierais peut-être son problème.

"Tu connais, heu ... Wieg ? C'est une femme et ... Mmh, c'est tout ce que je sais en fait."

A l'évocation du nom, les yeux du jeune blond s'étaient assombris et son visage s'était fermé. C'était pas gagné, mais au moins Gunther avait réussit à lui tirer une réaction, et cela signifiait qu'il avait eu contact avec Wieg. Le jeune homme jubilait intérieurement et s'autorisa un léger sourire. Bonne pioche !

"Cherche au 112."

Ah. La réponse avait été plus rapide que ce qui avait été prévu. Gunther n'allait pas s'en plaindre, il n'aimait pas arracher aux gens ce qu'ils ne voulaient pas lui dire. Mais le blond avait renchérit aussitôt :

"C'est pour quoi ? Parce qu'à ta place je l'éviterai. Elle est du genre ... Pas sociable. Et violente."

La mine s'était faite renfrognée sur le visage de son interlocuteur, comme si la réminiscence d'un mauvais souvenir était venue entacher le portrait de la jeune femme apparemment déjà peu enthousiasmant. Il fallait avouer, que les éloges n'avaient pas plus en grand nombre sur la dénommée Wieg. Et même si le jeune blond semblait ne pas être du matin et pouvait possiblement déformer le portrait exact de la femme en question, Gunther se représentait maintenant une vielle fille acariâtre, rancunière et inabordable. Seulement, Shane avait été clair, il fallait amener Wieg, et si Shane l'avait dit, alors il en serait ainsi. Peut importait que ce soit par la peau de fesses. Mais quoi ? Allait-il devoir passer ses entraînements avec cette pseudo-peste ? Le mail précisait qu'il ne s'agissait que d'une seule séance, mais et si Shane se décidait tout à coup à continuer leur formation, alors que Gunther désapprouvait totalement la jeune femme, comment devrait-il réagir ? Obéir à son parrain ou suivre ses désirs ? Trop de questions aboutirent à une absence de réponse et l'albinos préféra se concentrer sur sa tâche du jour. Il devait rencontrer Wieg et il était bien décider à contredire le portrait du jeune blond, juste pour s'assurer de passer un entraînement agréable. S'il vous plaît, vous quelconque entité, faites que tout ne soit qu'exagération. Revenu à lui-même, Gunther reprit le cours de la conversation.

"Juste un entraînement."

Il n'allait pas passer par 36 chemins et ceci n'intéressait sûrement pas le blond. A la tête qu'il avait tiré à l'évocation de Wieg, tout ce qui se rapportait à elle ne devait pas le réjouir de trop ... Il devait avouer d'un autre côté que le blondinet n'avait pas été très loquace, mais peut-être qu'à une heure appropriée et avec un bon bol de café celui-ci serait opérationnel pour tenir une conversation. Gunther salua alors le blond en soulevant légèrement son béret et, renseignements en poche, tourna les talons.

"Au fait, moi c'est Gunther, C'est quoi ton nom ?"

Un "Aaron" étouffé dans un bâillement précéda la fermeture de la porte. Peut-être que la tasse de café viendrait plus tôt que prévu. Entre temps il allait falloir se contenter d'une bonne nuit de sommeil.

112. Le 112 était l'appartement à côté du sien, le jeune homme avait eu la chance de ne pas avoir à chercher trop loin. Ils partageaient un mur semblait-il, d'après ce qu'il se souvenait de la configuration de son appartement, sa chambre était en contact avec une des pièces situées chez Wieg. Pour la troisième fois de la journée, Gunther répéta la même mécanique. Il frappa.
Gunther Spark
Gunther Spark
~ Brigadier Anti-Terroriste ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Brigadier
Âge réel : 0
Âge d'apparence : 19

Compétences
Mémoire:
A Mad Tea Party Left_bar_bleue0/10000A Mad Tea Party Empty_bar_bleue  (0/10000)
Compétence principale: Armes blanches
Niveau de Compétence: Compagnon

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

A Mad Tea Party Empty Re: A Mad Tea Party

Message par Ester Wieg le Sam 19 Mar - 21:30

Les rayons du soleil vinrent chatouiller les paupières encore closes d’Ester. Elle se roula en boule dans sa couette en maugréant comme pour grappiller encore quelques minutes de sommeil.
Sa main rencontra une masse chaude et elle ne put s’empêcher de sourire. Il l’avait donc rejointe cette nuit. Elle lui caressa la nuque avant d’ouvrir les yeux :

Bonjour Fernando…

Le petit oiseau se blottit dans son cou et Ester pouvait entendre les battements rapides de son petit cœur. Qu’il était doux !
Le volatile était chétif, il avait la peau sur les os et la jeune fille pouvait sentir ses maigres côtes en caressant son plumage. Il était temps qu’il s’empiffre ! Il n’allait jamais trouver une damoiselle convenable sinon. Déjà qu’elles n’étaient pas nombreuses en Nosco.
Ester s’étira avant de sortir tranquillement de son lit. Elle se déplaça jusqu’à sa petite cuisine et, ouvrant un des placards, la jeune fille s’empara d’une barre énergétique. Elle croqua la moitié et émietta l’autre pour Fernando qui bequeta joyeusement les petits morceaux, amoureusement placés dans une soucoupe.

Quelques minutes, soit deux cafés plus tard (cafés assez immondes soit dit en passant), Ester fit ses étirements matinaux. Ceux que Nékorovy leur avait appris lors du cours qu’elle avait donné. Elle sentait ses muscles s’allonger et se contracter tandis que ses ligaments étaient mis à rude épreuve.
Tandis qu’elle écartait les jambes pour atteindre (hypothétiquement et si possible sans froissement de muscle) le grand écart, Fernando se posa devant elle.

C’est fou ce que ce piaf pouvait avoir l’air ahuri parfois. Ses yeux lui criaient : « Mais pourquoi tu fais ça ? T’es débile ou quoi. » Regard auquel Ester répondit par un « Oh toi ! Me regarde pas comme ça ! Un peu de respect. Qui te nourrit, hein ? »
Et aussitôt le petit oisillon baissait la tête. Brave bête.

Ester s’était très attachée à ce petit être ailé et il fallait avouer qu’il était adorable. A peine plus petit que son poing, il avait un petit bec jaune vif et un plumage gris, qui pouvait paraître banal pour la plupart des gens. Seulement, Ester aimait observer les petites nuances de bleue qu’il avait sur l’aile. Et puis même s’il était maigrichon, elle ne pouvait résister aux petits yeux sombres et ronds de l’oiseau.
Une fois ses muscles prêts à vivre une nouvelle journée en Nosco, Ester se leva et fit craquer certains de ses os. Toute transpirante, elle rampa jusqu’à la salle de bain.

Elle fit signe à Fernando de rester sagement sur la table. Après tout, ils n’étaient pas encore assez intime pour prendre une douche ensemble. Et Ester n’était pas zoophile. Je crois.
Bref, nous traiterons le thème de la sexualité d’Ester un autre jour. Pour le moment, elle allait prendre une douche innocemment, sans aucune pensée malsaine.

Ester aimait le contact de l’eau froide avec sa peau. Cette impression de tout oublier, de se fermer complètement… C’est pour cela que la jeune fille n’entendit pas frapper à la porte. Et Gunther pouvait attendre autant de temps qu’il voulait : après tout Ester était une femme (Malgré ce qu’on peut dire à propos de sa poitrine). Et les femmes, on le sait tous, passent énormément de temps dans la salle de bain. C’est une vérité générale.
Bref, tandis qu’Ester se savonnait, Gunther devait poireauter devant la porte.

L’eau dégoulinait le long de son corps pendant que ses pensées vagabondaient entre son futur entraînement à la brigade, les quelques notes que lui avait chanté son oiseau, les carottes et autres poireaux.
Elle sortit de la douche trempée, puis, saisissant deux serviettes qui traînaient là, en passa une autour de sa poitrine puis enturbanna ses cheveux gorgés d’eau.
Ses vêtements étaient dans sa chambre, fort heureusement, Kim lui avait certifié qu’aucune caméra perverse n’était placé ni dans cette pièce, ni à proximité de la douche. Et Ester lui faisait confiance. De toute façon elle n’avait pas le choix.
Elle poussa la porte de la salle de bain, enfila sous-vêtements et vêtements tout court et sortit gaiement de la pièce en sautillant telle une Nymphe des Bois. C'est là qu'elle entendit trois "Toc" rapides, secs et un peu impatients. Cela devait être la dixième fois que le pauvre Gunther frappait désespérément à sa porte.
Seulement, Ester n'aimait pas les relations sociales. C'est donc les cheveux encore dégoulinants et une moue blasée collée au visage qu'Ester ouvrit sa porte.

Si c'est pour me vendre un aspirateur : non, je ne suis pas intéressée.

[Hum... Tu me pardonnes ?]
Ester Wieg
Ester Wieg
~ Brigadier Anti-Terroriste ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Brigadier
Âge réel : 0
Âge d'apparence : 20 ans

Compétences
Mémoire:
A Mad Tea Party Left_bar_bleue0/10000A Mad Tea Party Empty_bar_bleue  (0/10000)
Compétence principale: Armes à feu
Niveau de Compétence: Compagnon

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

A Mad Tea Party Empty Re: A Mad Tea Party

Message par Gunther Spark le Jeu 14 Avr - 23:03

Cela faisait bien 5 minutes que Gunther poireautait dans le couloir du premier étage de l'Aedes. Il s'était annoncé en frappant, comme le voulait l'usage, sur la porte de l'appartement. Personne n'était venu ouvrir. Personne ne lui avait répondu d'attendre. Aussi en ce moment se sentait-il la forte envie de quitter les lieux et d'aller voir ailleurs s'il y était. Au fur et à mesure que les secondes s'étaient écoulées, ses coups répétés sur la porte s'étaient faits de plus en plus violents. Le tout avait fini par un coup de pied dans le bas de la porte accompagné d'un juron étouffé - dont l'honneur prétendra qu'il venait de l'impatience et non pas de la possible douleur éprouvée. Agacé par ce manque de réponse, il s'assit contre le mur, près du seuil de la porte. Shane l'avait convié à l'entraînement, lui et lui seul. D'entre eux, Wieg était une invitée. Et il n'avait pas que ça à faire de ses journées que d'attendre la bonne volonté de personnes qu'il ne connaissait ni d'Eve, ni d'Adam. D'autant plus qu'il avait la réelle envie de se tester, de savoir ce qu'il valait réellement. Non pas celle de savoir s'il était patient : ça, il le savait, il ne l'était pas.

"Vous savez, chuis pas portier. J'resterai pas là tout la journée ! Donc soit vous m'ouvrez, soit je pars !"

Rien d'autre qu'un silence pesant ne lui répondit. Un bruit de vaisselle retentit au bout du couloir, mais rien qui n'aurait pu annoncer la présence de Wieg. Peut-être n'était-elle même pas là finalement ... Il ne tenait pas à être en retard à son rendez-vous, et certes, s'il avait des heures devant lui, entre visiter Nosco et s'assoir dans le couloir, le choix n'était même pas à faire. L'albinos se leva donc et quitta les lieux. Alors qu'il avait presque atteint les escaliers qui menaient au rez-de-chaussée, une porte dans son dos s'ouvrit violemment et une voix raisonna sèchement, se réverbérant contre les murs jusqu'à ses oreilles. Voici donc qui était Wieg.

Et diantre. Tout laissait présager que la définition donnée par ce blond d'Aaron n'était pas si fausse qu'il l'avait imaginé ! Doutant de ce qu'il devait faire, Gunther approchait à pas indécis du 112. D'un côté, c'était son devoir que de ramener Wieg à l'entraînement, de l'autre ... il n'en avait à présent plus aucune envie. Devait-il avancer ou sauver sa peau ? Après tout il pouvait mentir à Shane, prétendre qu'il n'avait pas trouvé la jeune femme et profiter seul de l'entraînement. Un beau début de relation parrain/filleul ! Mais mentir ne le dérangeait pas plus que ça, sûrement une habitude qu'il avait prise dans cette autre vie dont il n'avait pas mémoire. Il l'avait constaté : sa morale ne s'élevait pas plus que ses talons ... Et "remord" était un mot qui lui sonnait comme étranger. La seconde option lui paraissait donc la meilleure de tout ce qu'il pouvait envisager. Mais si sa tête raisonnait parfaitement, ses jambes en avait décidé autrement, et comme guidées par une quelconque idée de devoir, elles s'étaient mises en route vers le 112. Avant qu'il n'ait fini toute réflexion, il se trouvait devant l'embrasure de la porte.

La jeune femme était de petite taille. A peu près la sienne en fait. Donc peut-être qu'elle était grande pour une femme, et que le petit de l'histoire, c'était lui. Elle sortait visiblement de la douche et Gunther pensa qu'il n'aurait pas pu choisir de meilleur moment. Son attente valait-elle la chandelle, il n'en était pas convaincu, mais il ne pouvait pas nier le charme de la demoiselle. Car au fond, la jeune femme était attrayante - même si sur ce point là, Gunther n'avait pas beaucoup de jugeote et tout ce qui avait un peu de poitrine se révélait intéressant. Il nota cependant que ses cheveux retenus par une serviette faisaient plus femme de ménage qu'autre chose. Seulement, au premier, les gens n'avaient pas de quoi payer une femme de ménage. C'était donc bien Wieg qui lui faisait face. Mais bon, quand il le fallait, le jeune homme pouvait faire abstraction de ce genre de détails et ne garder que le meilleur. Ses pensées le menèrent vers Karlovy. La jeune femme lui avait tout de suite plu malgré une poitrine inversement proportionnelle à sa verve. Cela lui avait valu sa peau, mais aussi un respect forcé et quand il avait découvert l'esprit rebelle et indépendant de la jeune femme, Gunther s'était senti croître une admiration dont les bornes restaient encore à délimiter. Et ainsi avait-il préférer mettre de côté le fait que la jeune femme le traitait durement pour n'en conserver qu'une image intouchable. Mais revenons à notre chèvre : Gunther avait une mission à mener et fidèle à lui-même, il la ferait jusqu'au bout ou ne la ferait pas. Du tout. Et puisqu'il avait commencé ...

"J'aurai au moins aimé que l'attente trouve récompense, mais j'imagine qu'on ne trouve pas toujours plaisir dans un devoir."

C'était vache. Mais on ne le faisait pas poireauter dans un couloir pendant 10 minutes pour ensuite le confondre avec un démarcheur d'aspirateur. Sans offense, mais il trouvait sa tâche plus intéressante. Comme si cela était un droit acquis, le jeune homme entra dans l'appartement. Il avait été conçu comme le sien, à la différence près que les meubles étaient organisés de manière différente ce qui donnait un tout autre aspect à la pièce. Sans s'embarrasser d'aucune formalité, Gunther s'avança dans la pièce omettant même de regarder Wieg.

"Moi, c'est Gunther. 'Pouvez m'appeler Gun', j'imagine que c'est plus court à prononcer dans ces moment où ... le souffle vient à manquer." Les lèvres du jeune homme s'étirèrent dans un rictus et satisfait, il continua. "Et vous c'est Wieg c'est ça ? Ester Wieg. Vous étonnez pas, le blond d'à côté m'a donné votre nom."

Alors qu'il déambulait dans la pièce, Gunther s'approcha de la table à manger où un oisillon becquetait des miettes de ce qui semblait être une ancienne barre énergétique. Ecartant négligemment la bestiole d'un coup d'index dans le flanc il souleva la soucoupe et l'amena à ses lèvres, envoyant valser son contenu dans son gosier. Depuis ce matin la faim le tenaillait et manger ses barres n'avait pas été suffisant. Grignoter ici et là était peut-être la solution, et qui dérangeait-il en gobant les restes laissés aux oiseaux mendiants de la Cité ? Comme pour confirmer son jugement, son ventre grogna de plaisir et la faim se résorba quelque peu.

"M'en voulez pas, j'ai pas mangé ce matin ..." déclara-t-il en lançant un coup d'oeil à Ester qui probablement par stupéfaction était restée à l'entrée de l'appartement.

Maintenant qu'il était rassasié, ils allaient pouvoir passer aux choses sérieuses de toute façon. S'allongeant sur le dos dans l'unique canapé de la pièce, Gunther ramena son béret vers ses yeux pour le garder sur la tête, même allongé, de telle sorte qu'à présent il ne voyait plus rien. Toujours était-il qu'il pouvait parler et que c'était ce pourquoi il était venu. Il remplissait donc son devoir le mieux du monde. Croisant les bras derrière sa nuque pour soutenir sa tête, l'albinos annonça finalement à Ester, qui devait être quelque part dans la pièce, la raison de sa venue.

"Shane. Shane Lewis m'envoie. C'est un informaticien de la Brigade Impériale et il m'a chargé de venir vous ... cueillir pour vous emmener à l'entraînement que vous allez passer. Rien de très formel je crois, et si quelque chose vous inquiète, rassurez-vous ... je vous accompagnerai tout du long."
Gunther Spark
Gunther Spark
~ Brigadier Anti-Terroriste ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Brigadier
Âge réel : 0
Âge d'apparence : 19

Compétences
Mémoire:
A Mad Tea Party Left_bar_bleue0/10000A Mad Tea Party Empty_bar_bleue  (0/10000)
Compétence principale: Armes blanches
Niveau de Compétence: Compagnon

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

A Mad Tea Party Empty Re: A Mad Tea Party

Message par Ester Wieg le Dim 17 Avr - 19:00

Quand Ester avait courtoisement ouvert la porte, et gentiment invité le vendeur d’aspirateur à lui faire part de sa demande, elle n’avait rencontré que du vide.
Puis, bientôt un vieillard se présenta à elle. Les cheveux blancs en bataille, les yeux verrons, pas une seule ride.
Ah non.
Ce n’était vraisemblablement pas un vieillard.

J'aurai au moins aimé que l'attente trouve récompense, mais j'imagine qu'on ne trouve pas toujours plaisir dans un devoir.

...
Non, c’était un jeune albinos dont la grossièreté n’avait d’égale que son verbiage. Cela commençait fort pour un premier contact.
Elle, Ester, qui dans son extrême gentillesse lui avait ouvert sa porte et l’avait ô combien chaleureusement accueilli, se trouvait traitée de la sorte… Comme une vulgaire… Femme de ménage !

Moi, c'est Gunther. 'Pouvez m'appeler Gun', j'imagine que c'est plus court à prononcer dans ces moment où ... le souffle vient à manquer.

« Le souffle vient à manquer… » Hum. Ca, pour être un slogan pourri, c’était un slogan pourri. Même pour vendre un aspirateur.
L’albinos avait pénétré l’appartement d’Ester comme si c’était le sien… La jeune fille le regarda subjuguée par… Tant d’impolitesse.

Et vous c'est Wieg c'est ça ? Ester Wieg. Vous étonnez pas, le blond d'à côté m'a donné votre nom.

Le blond d’à côté ? Ah ! Aaron… Aaron… Aaron… Mon Dieu, mais les rustres se multipliaient à la vitesse de l’éclair dans cette Cité ! A croire qu'ils ne se reproduisaient pas comme le commun des mortels.
Après le violeur… Le vendeur d’aspirateur ? Et tout portait à croire que le deuxième était encore plus insupportable que le premier. (Etait-ce possible ?)

Se promenant dans l’appartement de la jeune Oubliée comme on visite un domaine qu’on est sur le point d’acheter, Gunther s’arrêta devant le petit volatile picorant joyeusement et paisiblement les quelques miettes de la barre énergétique d’Ester. Accordant à peine un regard au petit oiseau, le Goujat Ulcérant et Narquois (Gun, quand les adjectifs venaient à manquer.) dévora des yeux le plat du petit animal.

Et puis voilà qu’il donnait un violent et mesquin coup d’index dans le pauvre petit ventre du Fernando d’Ester ?! Quel genre de malotru était-il !? Alors, là… Pour le coup, il battait tous les records !
Ester sentait la colère croître à une vitesse folle. Stupéfaite et figée, la jeune fille était restée à l’entrée de la porte telle une potiche, la serviette sur la tête en plus.

Bref. Gunther, ou Gounter, ou peut-être Bounty, peu importait son nom, avait avalé la nourriture de Fernando d’une traite, privant le pauvre animal de son repas du jour.
L’oisillon avait beau protester en criant moult « Cui » indignés, Gunther l’ignorait royalement profitant de sa taille pour voler au plus faible. Ester serra les poings.

Le jeune homme (ou le vieillard lifté, nul ne le sait) s’écroula sur le canapé d’Ester. Allongé, les mains croisées derrière la tête et son béret dissimulant son regard, on aurait dit qu’il faisait une sieste. L’expression « pépère tranquille » prenait tout son sens.

Gunther lui annonça que c’était Shane Lewis qui l’envoyait. Shane… L’homme aux cheveux gris avec qui Ester avait participé au cours de Nékorovy Welka. C’était un homme discret, celui qui portait toujours des gants de cuir…
Ester reporta son attention sur l’allégorie de la flemmardise qui trônait sur son canapé. Elle avait, jusque là, ignoré toutes les remarques acerbes que lui lançait l’albinos au béret. De plus, l’information qu’il lui délivrait avait l’air d’être importante. Elle devait donc le traiter avec diplomatie.

Chapitre XII de « Comment avoir de bons contacts humains avec votre entourage » écrit par un parfait anonyme réputé pour être intelligent.
La diplomatie pouvait régler tous les problèmes.

Ester détacha lentement la serviette qu’elle portait autour de la tête, ses longs cheveux noirs encore trempés tombèrent sur ses épaules. Elle s’approcha un peu de son inopiné invité en se répétant les quatre syllabes qui composaient le mot « Diplomatie ».
Arrivée à sa hauteur, Ester l’observa un instant. Elle aimait le tissu de son béret.
Elle le lui ôta de la tête et, sans lui laisser le temps de réagir, le balança à l’autre bout de la salle et s’assit de tout son poids sur l’estomac de son très cher hôte.
Le regard dans le vague, fixant un point flou entre le menton de Gunther et son torse, Ester jouait avec sa serviette de bain tout en s’assurant de garder son otage convive immobile.

Saviez-vous qu’il y a à peu près cinq façons de tuer quelqu’un avec une serviette de 1,5 mètres carrés ?

Ester passa le linge blanc autour du cou de Gunther.

Déjà, il y a la strangulation. Puis… On peut pendre la victime par les pieds aussi. Elle en devient folle car trop de sang afflue au cerveau et ça donne lieu à de terribles hémorragies internes. Après, il y a l’étouffement pur et simple. Autrement dit, on fourre ladite serviette dans la bouche de la proie et on attend. La respiration par le nez ne suffit pas. Et, de toute façon, en l'enfonçant un peu plus, l'oesophage est bloqué.
Ester surveillait avec intérêt les mouvements de la pomme d’Adam de Gunther.
Ca nous en fait déjà trois. Ensuite, on peut faire des garrots… Un peu partout, le sang arrête d’affluer et hop ! Les membres n’étant pas irrigués, ils meurent. Mais c’est plus lent. Pour finir, c’est très facile de priver un homme de sa virilité avec cette petite chose, Ester regarda avec passion son linge-éponge, parce que pour l’instant elle est encore blanche mais elle peut très rapidement devenir rouge grenadine. Je vous laisse imaginer comment. Et puis bon, arracher des yeux à la main c’est un peu gore, mais avec cette superbe invention, c’est tout de suite plus propre. C’est fou tout ce qu’on peut ôter avec cette petite bricole.

Ester, qui jusque là avait évité les yeux de Gunther en enroulant doucement la serviette éponge autour du cou du vendeur d’aspirateur, plongea tout à coup ses prunelles dorées dans celles de son adorable invité. Elle lui décocha un de ses plus beaux sourires hollywoodiens.

Enfin, je dis ça à titre informatif. C’est fou ce que les gens peuvent inventer, pas vrai ?

Ester se releva d’un bond, passant sa serviette sur son épaule. Elle se dirigea vers la cuisine, farfouilla dans les placards et s’empara d’un petit sachet noir.

Pfiuh ! Je meurs de soif. Vous voulez sûrement un peu de thé, très cher ami ?

Ah ! La diplomatie, il n’y a que ça de vrai.
Ester Wieg
Ester Wieg
~ Brigadier Anti-Terroriste ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Brigadier
Âge réel : 0
Âge d'apparence : 20 ans

Compétences
Mémoire:
A Mad Tea Party Left_bar_bleue0/10000A Mad Tea Party Empty_bar_bleue  (0/10000)
Compétence principale: Armes à feu
Niveau de Compétence: Compagnon

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

A Mad Tea Party Empty Re: A Mad Tea Party

Message par Gunther Spark le Mar 19 Avr - 1:58

Ce canapé était décidément divin et tout juste ce qu'il lui fallait. Moelleux à point, il moulait les courbes de Gunther à la perfection de manière à ce qu'on se sente flotter dans une sorte de matière cotonneuse ... Le jeune homme était sur le point de s'endormir. Son béret bien enfoncé sur la tête empêchait toute lumière de filtrer et le noir complet n'était pas vraiment la meilleure des choses pour rester éveillé, mais qui ce serait soucié de rester éveillé dans un confort pareil ? L'hospitalité était de mise ici, peut-être même Gunther reviendrait-il pour profiter des larges services d'Ester : de quoi manger, de quoi se reposer, que demander de plus ? Il se fit la promesse de la remercier, mais pas maintenant. Là, il était bien, et il ne voulait surtout pas qu'on le dérange. Ester attendrai un peu qu'il daigne expliquer sa présence.

Mais c'était sans compter sur le tempérament de la jeune fille. Il entendit, d'abord lointains, puis de plus en plus proches, le bruit de pas sur le sol de l'appartement. Ester était probablement pieds nus et le son de ses pas quelque peu étouffés, aussi fut-il surpris quand la lumière frappa vivement ses paupières encore fermées par la lourdeur du sommeil. Son béret venait de tomber ou ... L'image de son couvre-chef volant à l'autre bout de la pièce lui apporta une autre solution au problème. Ester se tenait là, debout près du sofa, le dominant de toute sa petite-mais-en-fait-grande taille. Elle avait laissé tomber sa serviette et ses cheveux encore humide venaient s'échouer sur ses épaules. Excellente surprise. Sans sa serviette de bonne à tout faire, la jeune femme était déjà plus charmante. Et Gunther était ravi qu'elle vienne ainsi s'offrir à lui. Après tout, elle avait elle-même commencé à le déshabiller, ce ne devait pas être anodin et la jeune femme devait sûrement avoir une ou deux idées derrière la tête. Idées que Gunther approuvait totalement. Il s'était mis à sa disposition en s'aveuglant un court instant, le béret sur ses yeux. Une sorte de moyen pour lui dire qu'elle n'avait qu'à choisir. Prendre ou refuser. Et la réponse était parfaite. Elle semblait vouloir prendre.

Impossible de savoir ce que la jeune femme pensait. Son visage était fermé, et sûrement plongée dans ses pensées, elle ne le regardait pas dans les yeux, peu importait que Gunther cherche à capter son regard. Il aurait pourtant aimé plonger son regard dans ses yeux, cela lui aurait permit de vérifier deux ou trois choses. Le diamètre de ses pupilles par exemple ... La jeune femme grimpa sur le canapé où il était pourtant allongé, et enfourcha le jeune homme. Il n'en fallait pas plus pour réveiller en lui de vieux réflexes. Sa respiration s'accéléra au contact de la jeune femme et si les vêtements étaient tout ce qui les séparait, cela ne posait pas encore problème. Pas encore. Ses jambes de chaque côté de son torse, Ester l'empêchait de se redresser convenablement. Seuls ses bras restaient libres, le reste de son corps était maintenu d'une poigne de fer. Des hanches d'enfer plus exactement, mais Gunther décida que le moment n'était pas venu pour faire des jeux de mots crétins. Il les écarta rapidement de son esprit et se focalisa sur l'instant présent. Pour une raison ou pour une autre, la jeune femme tentait de faire peser tout son poids sur son estomac, comme pour le punir physiquement de son insolence de tout à l'heure. Mais peut-être ne se rendait-elle pas compte que ce faisant, elle intensifiait le contact entre les deux corps et que la friction qu'elle créait ne faisait qu'inviter Gunther à rentrer dans son petit jeu. Ce qu'il ne se priva pas de faire.

Dans une semi-invitation à aller plus loin, et un moyen de la garder bien en place, Gunther souleva légèrement sa tête et libéra ses mains. Il les déplaça lentement ses mains le long des cuisses de la jeune femme, suspendant leur lente course sur ses hanches. Tout en la maintenant il la pressait discrètement un peu plus contre lui. Elle voulait le tenir en place ? Il n'allait pas attendre sagement pendant qu'elle disposait de lui. Toujours refusant de lui accorder un regard franc, Ester faisait rouler la serviette qui lui avait précédemment servi pour ses cheveux entre ses mains. Un autre petit jeu ? Gunther l'accepterai volontiers, mais il n'avait vu nulle part un mobilier auquel son hôte aurait plus l'attacher. Dommage.

La jeune femme ouvrit la bouche, mais le jeune albinos ne perçut qu'un bourdonnement trouble. Bien trop occupé à fixer les lèvres de la jeune femme pour faire attention à autre chose, la vue éclipsait tous ses autres sens. Les lèvres de la jeune femme étaient pour ainsi dire délicates, invitantes ... Et le jeune homme ne faisait même plus le rapport entre la personne qu'il avait à présent en face de lui, et la harpie qui lui avait ouvert la porte. Toujours les yeux rivés sur les lèvres de la jeune femme - qui avaient à présent cessées de remuer, Gunther les vit soudain s'approcher sensiblement et, hypnotisé par cette vision, il ne sentit la serviette qu'on lui avait passée autour du coup qu'une fois l'action achevée. Alors comme ça Wieg voulait pimenter le jeu de la sorte ?

"Déjà, il y a la strangulation. Puis… On peut pendre la victime par les pieds aussi. Elle en devient folle car trop de sang afflue au cerveau et ça donne lieu à de terribles hémorragies internes."

Oh ... C'était donc ça. La jeune femme s'improvisait bourreau ... Eh, pourquoi pas, ça lui plaisait bien, restait à savoir si elle allait savoir tenir sa position jusqu'au bout. Ester apparaissait pourtant si naïve à première vue, Gunther s'étonnait encore qu'elle puisse avoir un esprit aussi ... lascif. Mais peut-être n'était-ce que lui et peut-être ne voyait-il dans son jeu que ce qu'il voulait bien y voir. Après tout la jeune femme était quand même en train de lui proposer de le suspendre par les pieds. Ah non. Plus maintenant. Elle était à présent en train de lui expliquer comment la proie, victime d'une attaque de serviette, pouvait mourir par étouffement. Il suffisait de lui enfoncer le linge dans la bouche et ... cela lui rappelait vaguement quelque chose. Enfoncer un linge pour étouffer les cris ... Hmm, s'il avait bien une idée de ce qu'on pouvait faire dans une telle position, aucun souvenir ne lui revenait. Cette Ester cachait décidément bien son jeu. D'excitation et d'anticipation pour ce qui pouvait suivre le jeune homme déglutit.

Au fur et à mesure qu'elle poursuivait son explication, un sourire naquit sur les lèvres de Gunther. D'abord sourire, puis rictus narquois. Les mots d'Ester n'étaient pourtant pas ce qu'il y avait de plus réjouissant, mais sa position, toujours à califourchon sur son estomac, montrait bien qu'elle n'était pas prête à mettre ses paroles en action. Elle était trop ... délicate pour ça. Certes, l'entendre parler aussi sensuellement de choses aussi brutales était déconcertant, voir même stimulant dans l'esprit de Gunther, mais il n'arrivait pas à prendre la chose au sérieux.

"C’est fou tout ce qu’on peut ôter avec cette petite bricole." conclut-elle. La jeune femme avait tenté de le pousser dans ses retranchements, mais plus amusé qu'autre chose, Gunther répondit du tac-au-tac.

"C’est quand vous voulez. Je suis ouvert à toute proposition, surtout celles de ce genre. Et si vous avez une quelconque envie de ce genre à satisfaire je serai ravi de pouvoir vous aider. Parce que ma foi, au vu du joli discours que vous venez de me servir, je dirai que vous en savez un sacré rayon. Envie de passer de la théorie à la pratique ?"

Ce n'était probablement pas ce qu'Ester avait tenté de sous-entendre tout au long de son discours, mais l'occasion avait été trop belle que pour que le jeune homme ne la saisisse pas. Il ne put pas percevoir la réaction de la jeune femme, celle-ci était déjà dans la cuisine mais il cru percevoir un vacillement, une hésitation dans sa marche alors qu'il prononçait la phrase. Elle ne répondit pas, et plutôt que de lui lancer une répartie, lui proposa ... du thé. Gunther détestait le thé. C'était peut-être aromatisé, ça restait de la flotte. Il préférait les trucs fort comme l'alcool ou ...

"A vrai dire, quand on était sur ce canapé j'avais autre chose en tête. Mais puisque vous le proposez si gentiment, je ne dirai pas non."

Il s'était vraisemblablement trompé, Wieg ne voulait rien d'autre que tenter de l'intimider un peu. Restait à savoir si cela avait marché .... Héhéhé. De qui était-il question déjà ? Pendant qu'il attendait son thé, Gunther prit l'opportunité d'aller récupérer son béret qui avait atterrit dans un coin de la pièce suite à ses ébats avec Ester. Il le revissa sur sa tête et revint s'installer au centre de la pièce assis plus convenablement cette fois : c'est à dire affalé sur le canapé, mais les pieds bien à terre cette fois. Toujours pour se mettre à son aise, il croisa jambes et bras et attendit élégamment de se faire servir son thé. Alors qu'Ester versait le liquide il se mit à parler.

"Donc, comme je le disais précédemment, avant les histoires de serviette, 'fin bon ... J'ai été envoyé par Shane. Il est mon parrain et donc celui qui m'épaule depuis que je suis arrivé à Nosco. J'vous l'cache pas, chuis nouveau venu ici, même si je commence à prendre ... quelques repères." Sur ces derniers mots, le regard de Gunther avait glissé vers la poitrine de la jeune fille. Conscient que celle-ci le regardait, il se repris rapidement. "Je me suis fait engager dans la Brigade. Anti-terroriste je veux dire. Et je dois recevoir mon enseignement parce que les armes, tout ça, je n'y connais rien. Enfin je ne pourrais pas juger puisque je ne me souviens plus de rien."

La conversation suivait son cours, et Gunther ne put s'empêcher d'y amener une de ses touches personnelles. Il adorait tester les gens et Ester n'échapperait pas à la règle.

"Et c'est dommage parce que y'a vraiment des fois où j'aimerais bien m'y replonger vous savez ... Histoire de passer des nuits ... moins seul." Dans un regard subjectif, Gunther ajouta "Ca me rappelle que j’ai oublié de vous dire tout à l’heure. Chuis votre nouveau voisin. Réjouissez-vous, vous allez pouvoir trouver quoi faire lors de vos nuits sans sommeil. Vous pourrez toujours prétendre si ça peut vous donner bonne conscience que des crises de somnambulisme vous ont mené jusqu’à chez moi … Ca ne tiendra qu’à vous de rester phonétiquement discrète si vous ne voulez pas que tout le monde l'apprenne."

Le jeune albinos se pencha en avant et sirota quelques gorgées du liquide infâme. Il était sûrement délicieux pour toute personne expérimentée, mais il n'avait décidément pas les papilles pour goûter ce genre de choses. Néanmoins, le liquide faisait un excellent réchauffe main à travers la tasse. Depuis que la chaleur du corps d'Ester l'avait quitté, le jeune homme trouvait qu'il faisait étonnamment froid. Aussi le breuvage, bien qu'insipide apportait un peu de réconfort et de chaleur. Dans un raclement de gorge, il signala qu'il reprenait la conversation et son sujet initial.

"Donc je disais ... Ah oui. Shane. Décidément, j'y arriverai pas. Shane ... Ah ! Mon entraînement. Et le votre par extension car c'est ce pour quoi je viens. Je vais suivre mon entraînement avec Shane, et je ne sais pas encore en quoi il va consister, mais il m'a explicitement demandé de vous y convier. J'vous avoue que je suis pas très au courant, il ne m'a pas expliqué comment cela allait se déroulerait. Peut-être une simple séance d'essai, mais le fait est que je suis aujourd'hui chargé de vous y emmener. Je sais juste que cela aura lieu dans la salle d'entraînement et que vous êtes ravie que je vous y accompagne. Alors, satisfaite ?
Gunther Spark
Gunther Spark
~ Brigadier Anti-Terroriste ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Brigadier
Âge réel : 0
Âge d'apparence : 19

Compétences
Mémoire:
A Mad Tea Party Left_bar_bleue0/10000A Mad Tea Party Empty_bar_bleue  (0/10000)
Compétence principale: Armes blanches
Niveau de Compétence: Compagnon

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

A Mad Tea Party Empty Re: A Mad Tea Party

Message par Ester Wieg le Mer 20 Avr - 10:06

Ester plongea son nez dans le sachet noir. L’odeur du thé l’envahit, sucré, fleurie, fruitée. Un vrai petit jardin contenu dans un paquet de quelques grammes.
Ainsi, aspirée par les effluves des feuilles sèches, Ester ne prêta aucune attention aux sous-entendus à peine voilés de Gunther.
Par conséquent et fort heureusement, l’innocence d’Ester fut préservée.
Innocence fortement contestable au vue de la position que la jeune fille occupait quelques instants auparavant au-dessus de l’albinos. A savoir, ses jambes disposées de chaque côté du corps de Gunther. Et il était bien connu qu’une serviette pouvait être un accessoire coquin plus que plaisant, disponible dans n’importe quelle sex shop digne de ce nom.
Combien de personnes avaient perdu leur virginité face à l’appel d’une serviette éponge ? Et quel intérêt avait cette question ?

A vrai dire, quand on était sur ce canapé j'avais autre chose en tête. Mais puisque vous le proposez si gentiment, je ne dirai pas non.

Ester disposa quelques feuilles vertes dans sa théière les arrosant d’un trait d’eau chaude. Un petit nuage de vapeur s’envola dans la cuisine. Reposant son couvercle sur le récipient, l’Oubliée reporta son attention sur l’albinos.

Mmh ?

Ester, encore convaincue que sa menace et son charisme de guerrière avaient tétanisé sa victime, ne put que penser que son petit numéro avait eu l’effet escompté.
Or la réalité était sensiblement différente : l’appel sensuel de la serviette avait eu raison de Gunther, et ce dernier, loin de la prendre (dans quel sens ?) pour une guerrière, la considérait plus comme une jeune fille sympathique, disponible et ouverte à toute proposition moyennant une certaine contribution financière.
En l’occurrence pour l’albinos, la contribution financière était optionnelle.
Pour raccourcir l’information, le brigadier voyait de grosses lettres lumineuses au-dessus d’Ester criant « Ici, fille facile, servez-vous ».

Néanmoins, Ester restait fière de son coup et jubilait intérieurement en versant un peu du breuvage fumant dans deux tasses.

Donc, comme je le disais précédemment, avant les histoires de serviette, 'fin bon ... J'ai été envoyé par Shane. Il est mon parrain et donc celui qui m'épaule depuis que je suis arrivé à Nosco. J'vous l'cache pas, chuis nouveau venu ici, même si je commence à prendre ... quelques repères.

Elle tendit une tasse à son invité, sentant que le regard de ce dernier déviait un peu plus bas que son visage… Un peu trop bas même. Cependant un regard appuyé de la jeune fille suffit pour le faire relever les yeux vers une vision un peu plus décente.

Attention, c’est chaud.

A son tour, Ester s’assit aux côtés de Gunther sur le canapé, ce dernier confortablement installé bien que plus stable et moins à la merci d’une quelconque Walkyrie qui se serait mis dans l’idée de le chevaucher. Mais pour la bonne cause le chevauchement, hein...
Sa tasse dans les mains, Ester replia ses bras sur sa poitrine, portant l’infusion au niveau de sa bouche. Le liquide brûlant lui mordit la langue, mais une fois refroidi, les saveurs se développèrent dans ses papilles et, adepte du thé qu’elle était, elle en savoura chaque note sucrée et amère.
Un regard vers son hôte suffit pour remarquer la grimace dégoût, à peine dissimulée, qui déformait le joli minois de Gunther.
Elle ne put qu’en sourire encore plus, plongeant ses lèvres dans le liquide encore fumant pour dissimuler les quelconques expressions de ravissement entraînées par une vengeance rondement menée.

Et c'est dommage parce que y'a vraiment des fois où j'aimerais bien m'y replonger vous savez ... Histoire de passer des nuits ... moins seul.

Vous m’en direz tant… Vous savez, c’est pas les frustrés sexuels qui manquent ici.

Ester sentit sa pensée s’envoler vers l’appartement 111 puis s’asseoir aux côtés du petit blondinet pour lui tapoter la tête d’un air faussement inquiet pour lui. Le pauvre petit, son amour pour Kim n’était vraisemblablement pas réciproque… Pauvre, pauvre petit chou.
Vous l’aurez compris, Ester adorait le sarcasme.

Ca me rappelle que j’ai oublié de vous dire tout à l’heure. Chuis votre nouveau voisin. Réjouissez-vous, vous allez pouvoir trouver quoi faire lors de vos nuits sans sommeil. Vous pourrez toujours prétendre si ça peut vous donner bonne conscience que des crises de somnambulisme vous ont mené jusqu’à chez moi … Ca ne tiendra qu’à vous de rester phonétiquement discrète si vous ne voulez pas que tout le monde l'apprenne.

Génial ! Vous allez organiser un club de lecture illégal ? Comme c’est excitant… Ester accentua chaque syllabe du dernier mot, prenant sa voix la plus sensuelle.
J’ai toujours a-do-ré lire.


Raillerie, ô raillerie quand tu nous tiens.
Le regard d’Ester glissa vers le liquide transparent. Elle était comme le thé, muy caliente mais elle pouvait être amère et infâme pour quelqu’un au palais inexpérimenté.
Finalement, Ester crut voir la fin du tunnel du rentre-dedans de Gunther. Shane ! Oui ! C’était sa porte de sortie. La petite lumière qui la guiderait pour échapper aux allusions pas très nettes de son… Voisin. Ester sentit une gorgée de son breuvage passer difficilement le cap de sa gorge. Etait-elle entourée par des violeurs (Rappelons tout de même qui était au-dessus de qui, et qui avait la serviette éponge au début de notre histoire) et de pervers ?
Comment dormir convenablement la nuit sachant que sa pureté pouvait être mise en péril à chaque instant ?
Enfin, ce n’est pas comme si elle avait peur de ces deux mâles en rut qui lui servaient de voisins, après tout elle savait se défendre. Mais tout de même.

Et puis il y avait l’œil de Nosco qui veillerait sur elle. Ester tourna la tête vers une caméra qui couvrait le salon de son regard neutre et absolu. Elle ne put s’empêcher de penser que, quelques instants plus tôt, Gunther et elle avaient fait le bonheur d’un voyeur Noscoien. Elle espérait qu’il s’était bien rincé l’œil.

Bref, Shane. Revenons à Shane. Un entraînement groupé donc ? Avec l’adorable vendeur d’aspirateur qui peinait à finir son thé ? Cela pourrait être constructif. Elle l’espérait du moins. Elle avait besoin de se défouler, de se laisser aller et de délier ses muscles restés trop longtemps inactifs.

Alors, satisfaite ?

Ou remboursée. Rajouta mentalement la brunette en se levant pour aller poser sa tasse vide dans le lave-vaisselle.

Oh oui. Le bonheur se lit sur mon visage.

Ester pointa son index vers son propre sa frimousse fermée et respirant l'indifférence. Et pour accompagner ce menu réjouissant, un regard glacial qui aurait fait passer le pôle-nord pour le lieu parfait de vos prochaines vacances au soleil.
Soudain, un sourire fendit le visage d’Ester.

Et puis, ce sera toujours un plaisir de vous voir vous ramasser, très cher.

Sur ces bonnes paroles, Ester passa rapidement rassembler ses affaires dans sa chambre, les fourra dans un petit sac qu’elle passa en bandoulière sur son épaule puis revint vers Gunther, prête à partir à l’aventure. Non pas qu'elle voulait virer ce bon vieux vendeur d'aspirateur mais... Si, en fait. Un peu.

Quand vous voulez ! A moins que vous aillez autre chose à ajouter, ou une carte à me confier histoire que je trouve miraculeusement le chemin de votre lit depuis le mien ?
Ester Wieg
Ester Wieg
~ Brigadier Anti-Terroriste ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Brigadier
Âge réel : 0
Âge d'apparence : 20 ans

Compétences
Mémoire:
A Mad Tea Party Left_bar_bleue0/10000A Mad Tea Party Empty_bar_bleue  (0/10000)
Compétence principale: Armes à feu
Niveau de Compétence: Compagnon

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

A Mad Tea Party Empty Re: A Mad Tea Party

Message par Gunther Spark le Jeu 25 Aoû - 22:24

[ HRp : Pour votre plus grand plaisir et surtout parce que la logique le veut, le sujet se continue juste là, dans Raclette. Un nom dont nous remercions Moco pour son audace et son originalité.]
Gunther Spark
Gunther Spark
~ Brigadier Anti-Terroriste ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Brigadier
Âge réel : 0
Âge d'apparence : 19

Compétences
Mémoire:
A Mad Tea Party Left_bar_bleue0/10000A Mad Tea Party Empty_bar_bleue  (0/10000)
Compétence principale: Armes blanches
Niveau de Compétence: Compagnon

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

A Mad Tea Party Empty Re: A Mad Tea Party

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum