Un petit malaise ?

Aller en bas

Un petit malaise ?

Message par Mickael Lisbon le Ven 18 Mar - 22:25




Un étrange malaise l'avait surpris le matin même au réveil. Une douche froide et un petit déjeuner de barres vitaminées plus tard, il ne se sentait toujours pas mieux. Il ne se sentait pas vraiment fiévreux, ni même nauséeux. Il avait juste... uen sensation de tournis quand il bougeait trop vite, cette sensation désagréable que le monde tournait, tanguait autour de lui, et que ce qui l'entourait allait s'effondrer sur lui s'il allait trop vite. Cela ne lui était jamais arrivé. Et pour tout dire, il avait rarement été malade de toute sa vie. Rarement blessé également, la Brigade judiciaire étant peu souvent, enfin comparé aux autres brigades, confronté aux dangers souterrains. Il connaissait donc peu cet état de faiblesse qu'il détestait par ailleurs. Il connaissait encore moins le sapientia, mais force était de constater que cette fois-ci il n'y couperait pas.

D'un pas qu'il se voulait assuré, mais dont la lenteur pouvait dénoter son malaise pour qui le connaissait suffisamment, il sortit donc de son appartement situé au deuxième étage de l'Aedes, laissant le soin au système de fermeture électronique de fermer son antre automatiquement derrière lui, et se força à ne pas rendre son petit déjeuner dans l'ascenseur. L'air frais de la cour intérieure, quand bien même n'était qu'un "air" artificiellement entretenu, lui fit un bien fou, mais ne suffit pas toutefois à totalement dissiper ce mal être de cette matinée qui commençait décidément très mal. Avisant le sapientia qui se trouvait à l'exact opposé, Mickaël se força tout de même à s'y rendre, d'un pas tranquille, espérant secrètement que cette petite marche permettrait de chasser tout malaise et qu'il pourrait se diriger vers son travail et non vers les salles aseptisées du bâtiment médical. Une fois sur le seuil de ce dernier, il jugea cependant plus raisonnable de s'y rendre quand même. Même si ses vertiges étaient moins prononcés, ils semblaient vouloir persister encore. Il valait mieux consulter de suite, histoire de redevenir rapidement le plus productif possible. C'est qu'il avait quelques harcèlements en vue aujourd'hui ! Enfin euh... dossiers à consulter et étayer dirons-nous.

C'est ainsi qu'il arriva dans la salle d'attente, se présentant rapidement avant qu'on ne lui demande d'attendre sagement son tour. Il allait s'asseoir, quand il aperçut à quelques mètres à peine, une de ses cibles préférées. Une cible qu'il avait dû laisser pour l'heure tomber, ordre direct de ses supérieurs, mais qu'il se plaisait à garder quand même à l'œil. Sait-on jamais. Cible qui n'était autre que notre cher informaticien Shane Lewis. Chassant alors le petit vertige qui s'acharnait à lui pourrir sa matinée, il se fit un plaisir d'aller s'asseoir près de son "collègue" brigadier, un sourire goguenard, et presque prédateur, sur les lèvres.

- Bonjour mon cher Lewis. Quel plaisir de vous rencontrer aujourd'hui, moi qui commençait à trouver cette journée... morose...

Inutile de préciser en quoi Lisbon pouvait trouver plaisir, n'est-il pas ?

- Quel mauvais vent vous amène-t-il donc dans l'antre de nos chers médecins ?

Curiosité quand tu nous tiens...
avatar
Mickael Lisbon
~ En sursis ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Brigadier de la Section Judiciaire
Âge réel : 90 ans
Âge d'apparence : 25 ans

Compétences
Mémoire:
0/10000  (0/10000)
Compétence principale: Armes à feu
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un petit malaise ?

Message par Shane M. Lewis le Sam 19 Mar - 1:04

    Huit heures, un boum : Shane qui a voulu se lever se son lit qui s’est raté. Il plat ventre sur le sol, les membres douloureux, il essayait de se réveiller et de réaliser ce qui venait de lui arriver. Car oui, Shane avait un bon cerveau, mais il lui fallait un petit peu de temps pour se mettre en route, surtout le matin. Après avoir longuement admiré la moquette (brune au passage), il se relave, s’étira de tout son long, regarda par-dessus son épaule son nouveau colocataire avec affection et fila à la douche.

    Silvio n’allait pas très bien en ce moment, il avait été voir Kim pour ça. Enfin, ce ne devait être qu’une petite maladie de rien. Et si c’était contagieux, bah Shane l’aurait attrapé aussi. C’était tout de même lui qui était le plus proche de Silvio. Ils se partageaient leurs microbes, normal ! Enfin ? Shane ne s’y connaissait pas beaucoup en médecine, voire pas du tout, il se contentait donc d’espérer que ça irait mieux pour lui, qu’il guérirait et que tout irait bien.

    Et là, il alla au dehors. Il respirait un peu, sa claustrophobie l’obligeait à sortir souvent à l’extérieur, le temps de recharger les batteries, mais il avait déjà une autre idée en tête, une pensée. Il fallait qu’il aille voir Kim. Il saurait lui le fin mot de toute cette histoire. Il était médecin non ? Shane avait repris des forces depuis qu’il vivait avec Silvio (soit depuis trois jours) et des couleurs surtout. Ca lui allait bien mieux ainsi que le pâle qui avait fait son teint pendant quelques semaines. Chez les brigadiers, c’était l’effervescence. On avait enfin reçu le message tant attendu des rebelles pour la libération de Tristan, et c’était en ça que Shane se rendait voir Kim van Berghen, médecin officiel et officieux de Darek. C’était une grande nouvelle, et Shane avait hâte de voir le commandor refaire surface. Il faudrait encore quelques jours pour que l’opération soit préparée, la date, le lieu et l’heur fixée. Shane se sentait déjà tout stressé par cet événement. Il avait hâte de revoir Tristan, hâte que le commandor soit remis sur pieds, et hâte qu’il remarque le travail de Shane pendant son absence. Travail dont il était fier d’ailleurs. Très fier.

    Il passa une main dans ses cheveux pour les remettre en arrière, mais sa tignasse lui retombait encore devant les yeux. Il allait falloir qu’il les fasse recoupé encore. Ces derniers temps, il n’en avait pas trouver le moindre instant pour le faire. Qu’importe, Tristan allait revenir, et dans quelques semaines tout serait moins tendu dans la Brigade Impériale, surtout au niveau de la section informatique. Enfin, il y avait une question que Shane se posait : quand est-ce que Tristan serait à nouveau opérationnel ? Et ça, seul Kim pouvait en avoir une petite idée. Maintenant qu’on savait combien de temps Tristan aurait passé dans les sous-terrains, on allait pouvoir avoir enfin une petite idée de l’état dans lequel Darek allait ressortir de là. Shane se souvenait de Judikhael. Il avait été là lors de la libération, et l’ancien commandor n’avait pas été très beau à voir. Qu’adviendrait-il de Tristan ?

    Shane avait pris une chaise dans la salle d’attente puisqu’il n’était pas possible de voir Kim autrement qu’en faisant la queue. Il en avait de la chance le docteur : les gens prenaient un ticket pour venir le voir ! C’était incroyable ça ! Shane aussi voulait avoir des tickets pour qu’on vienne le voir, ça éviterait qu’on le dérange en plein travail pour une raison x ou y. Bref, quoiqu’il en soit, Shane était assis là, et attendait patiemment, son petit ordinateur portable sur les genoux, lunettes rectangulaires sur le nez et cet air concentré qui avait fait toute sa réputation dans le monde de l’informatique. Et puis, ses yeux se levèrent par-dessus ses verres, avec l’expression qui allait de pair dans un tel geste, et fixa Lisbon qui prenait place à côté de lui.

    Une chose était sûre : Lisbon n’était pas venu s’installer là, alors qu’il y avait des dizaines d’autres chaises, pour faire l’ami tout gentil avec Shane. Non, il voulait la guerre. Et bien il aurait l’apocalypse ! Et Shane serait un bon ennemi, tous les coups bas étaient permis.

    « Je doute que s’en soit un de bon jour… Quoique… Malade Lisbon ? Oh mais quel heureux événement, je vous souhaite plein de bonheur ! »


    Son faux faussement doux et son ton cynique ne pouvaient tromper personne. La haine que Shane éprouvait à l’égard de Mickael n’était pas un mirage, c’était la sinistre vérité, la profonde vérité, l’horrible vérité. Lisbon était bien la personne que Shane aurait pu voir mourir sans lever le petit doigt… Enfin si. Il aurait peut-être fait quelque chose, mais il aurait fait en sorte que Lisbon paie sa dette jusqu’à la fin de ses jours. Quelle… Jubilation ! Lisbon en train de se prosterner… Enfin, mon petit Shane ne rêvons pas trop, on n’en était pas encore à ce point là. Il poussa un profond soupire et reposa ses yeux sur son écran d’ordinateur, bien décidé à l’ignorer. N’en doutez pas : c’était une bonne résolution qui ne durerait pas plus de cinq minutes. Lewis haïssait tellement Lisbon que la moindre de ses paroles, aussi innocente puisse-t-elle être le rendait irritable et irrité comme une femme en période mensuelle.
avatar
Shane M. Lewis
~ Brigadier Informatique ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Brigade Informatique
Âge réel : 10 ans
Âge d'apparence : 19 ans

Compétences
Mémoire:
3000/10000  (3000/10000)
Compétence principale: Informatique
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un petit malaise ?

Message par Hologramme le Sam 19 Mar - 18:13

Ô faiblesse ennemie,
Pourquoi toujours frapper au plus mauvais moment?
Voilà qu'il va falloir se montrer sans défense devant l'informaticien maudit!
Pourquoi se voir infliger de tels tourments?



Siwel saurait-il protéger ses secrets du nez d'un fouineur?
Voilà pourtant que son haut laisse apparaitre la pointe d'une aile,
Mauvais lavage du petit être qui de taille semblait mineur?
Ou secret moins avoué d'une maitresse rebelle?
avatar
Hologramme

Profession : Fauteur de troubles

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un petit malaise ?

Message par Mickael Lisbon le Sam 19 Mar - 20:03

Voir Lewis soudain déconcentré par sa seule présence et surtout en proie à une soudain colère plutôt bien maitrisée, était un réel plaisir. Plaisir malsain auraient dit certains. Plaisir professionnel aurait-il rétorqué. De toute façon, il ne vivait que pour son travail, sans exagération aucune. Son plaisir était un travail bien accompli, ni plus ni moins. Or dans le cas Lewis, il avait un goût d'inachevé qui l'agaçait au plus haut point. Et têtu comme il l'était, il était bien déterminé à mettre un point final à cet inachevé dès que l'occasion se présenterait. A l'affût, tous les sens aux aguets, il veillait donc, embusqué toujours tout près de sa proie, ses muscles tendus prêts à entrer en action dès que la proie ferait le mauvais pas, le pas fatal, qui la jetterait enfin entre ses griffes acérées. Prédateur aux crocs affamés, il n'attendait que le moment fatidique où il pourrait enfin assouvir sa faim. Une faim qui ne durait que depuis trop longtemps, pour tout dire....

« Je doute que s’en soit un de bon jour… Quoique… Malade Lisbon ? Oh mais quel heureux événement, je vous souhaite plein de bonheur ! »

Bien, le petit informaticien au moins semblait reprendre du mordant. Une bonne chose. Lisbon n'aimait pas forcément les proies faciles. Bon, certes, il aurait préféré, et de loin, ne pas avoir cette "entrevue" en plein sapientia, pas du moins alors qu'il venait lui-même consulter et qu'il n'était pas au mieux de sa forme.

- Ne vous inquiétez pas trop pour moi, je ne vous abandonnerai pas de si tôt, mon cher Lewis, rétorqua-t-il d'un ton faussement badin et plus faussement amical encore. Je sais que je vous manquerai trop, et ces chers médecins feront tout pour que je reste en pleine forme rien que pour vous faire plaisir, assurément.

Un fin rire lui échappa, tandis qu'il observait l'éclat presque meurtrier que l'autre lui offrait.

- Cachez donc votre joie, mon ami, vous risqueriez de mourir étouffer par elle.

Et alors qu'il s'apprêtait à rajouter un autre de ses sarcasmes, son oeil attrapa soudain un étrange... dessin... sur la peau pâle du jeune homme. Un dessin esquissant la pointe de... il ne savait pas quoi. Une aile ou autre. Un... tatouage ? Shane Lewis aurait-il donc un tatouage ? Voià qui était soudainement très intéressant et totalement nouveau. Oui, nouveau. Il connaissait tout ou presque sur Lewis, même si visiblement ces derniers temps il avait manqué quelques événements notables dans la vie de notre petit informaticien, la faute à ses supérieurs qui lui avaient expressément demandé de lâcher la grappe au jeune prodige de l'informatique. Mais... Mais "ça", il savait que c'était récent. Nouveau. Et donc intéressant et potentiellement révélateur d'un autre fait majeur...

Voilà qui soudain venait attiser la curiosité quasi maladive de notre cher brigadier judiciaire.

- Oh mais que vois-je, reprit-il alors un sourire carnassier, prédateur, se profilant sur son visage volontaire. Quelle jolie esquisse de tatouage que voilà, fit-il tout en se permettant ce que personne ne se serait sans doute permis, à savoir écarter encore un peu plus l'ourlet du haut que portait Shane pour tenter de mieux voir ledit tatouage. En quel honneur ou en quel hommage une telle oeuvre d'art ?
avatar
Mickael Lisbon
~ En sursis ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Brigadier de la Section Judiciaire
Âge réel : 90 ans
Âge d'apparence : 25 ans

Compétences
Mémoire:
0/10000  (0/10000)
Compétence principale: Armes à feu
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un petit malaise ?

Message par Shane M. Lewis le Sam 19 Mar - 23:16

    Il savait que l’autre jubilait de le voir dans un état d’énervement des les premiers mots qu’il prononçait. Lisbon était bien la deuxième personne, après Silvio, qui déclenchait chez Shane une réaction immédiate au son de sa voix. Cependant, Silvio, il avait envie de l’embrasser et de le serrer tendrement dans ses bras. Lisbon aussi, Shane voulait de serrer dans ses bras, plus fort même que Silvio, mais vraiment beaucoup plus fort, pour l’étouffer et le faire taire. Lewis se faisait peur à lui-même parfois. Il était en colère lorsqu’il se trouvait face à des rebelles et aurait voulu leur mort sans avoir le moindre remords. Mais Lisbon était, malgré tout, un Guildien. Un homme de son camp, un homme qui a le droit de vivre… Comme cet homme, qui, dans son souvenir, s’était vu frappé d’une mort prématurée des mains même de Shane. Alors, il avait peur de lui-même. Le meurtre qu’il avait commis, il l’avait fait sous la colère. Et il craignait que sur un excès de colère il ne fasse une recopie de ce qui s’est antérieurement passé. Il se savait dangereux lorsqu’il était furieux. Il devait l’être moins. Il devait absolument garder son sang froid. Bien sûr, Lisbon avait suffisamment de muscles pour se défendre, plus que Shane. Alors, mon informaticien ne ferait peut-être pas le poids. Mais une tentative de meurtre, ça peut coûter cher. Surtout à Nosco. Il n’y avait pas de moyen de fuir, pas moyen d’échapper à son sort. Tout était filmé, la culpabilité était d’ores et déjà prouvée. Et Nosco était clos, aucun échappatoire cette fois… Il ne pourrait pas fuir comme dans son souvenir. Ou avait-il bien pu fuir d’ailleurs ? Qu’avait-il fait, errant après avoir tué cet homme ? Comment s’était-il retrouvé à Nosco ?

    La réplique de Lisbon le laissa coi. Lui qui avait reporté son attention sur l’écran de son ordinateur, il avait à nouveau relevé les yeux vers lui, par-dessus les verres de ses lunettes rectangulaire, un regard de marbre, un regard de glace, un regard qui ne voulait résolument pas dire « je t’aime » mais plutôt tout un contraire. Il savait que le brigadier de la section judiciaire jouait d’humour noir et de sarcasme. Ce ton faussement amical n’était pas des choses qu’il appréciait. Il se sentait irrité au plus haut point, il savait que si Lisbon ajoutait la moindre parole, il allait exploser, comme quelque chose où il y aurait eu trop de pression en son intérieur. Il se dispensa de répliquer quoi que ce soit et braqua à nouveau son regard clair, d’ordinaire si doux, mais cette fois, particulièrement froid, sur l’écran de son ordinateur. Ne pas lui répondre. Bonne idée. Ca lui faisait économiser de la salive et du temps. Et en plus, il avait l’air « gentil » avec Lisbon. Mais cet immonde cancrelat venait de le TOUCHER !!!! OMG ! Shane agrippa sa main avec force, plantant ses ongles dans sa peau et jetant sur Lisbon un regard glacial plein d’antipathie, d’aversion et de dégoût. On ne pouvait pas mieux montrer son écœurement envers autrui que de la manière dont Shane le faisait. Ses mâchoires grinçaient l’une contre l’autre par haine et horreur. De quel droit cet exécrable personnage se permettait-il d’entamer un déshabillement ? C’était réservé à Silvio ça ! Rien qu’à Silvio ! Bien sûr Lisbon ne pouvait pas le savoir, et mieux valait qu’il ne le sache jamais mais zut alors ! Il cracha de répulsion un :

    « Ne-me-touchez-pas ! »

    Ces mots avaient sifflé entre ses lèvres, tel un serpent près à mordre. Il le haïssait ce Lisbon ! Il le haïssait plus qu’il ne le fallait certes, mais Lisbon lui avait toujours pourri la vie ! La répulsion devenait automatique, comme s’il était allergique au Mickael. Et dans son cœur, la révolte battait au son des tambours, les soldats y avaient sortit leur épées, prêts à attaquer l’armée adverse. Ce ne fut seulement qu’à ce moment là, que Shane percuta le pourquoi Lisbon avait entamé un déshabillement. Son haut avait remonté, laissant voir des lignes noires, des arabesques liées entre elles formaient des plumes. Des ailes. Un ange. Par ce qu’il était son ange, à lui Silvio. La question de Lisbon était rudement bien posée. Son sens de la déduction n’était plus à prouver. Shane lâcha sèchement la main de Mickael dans laquelle il plantait ses ongles et tira sur son haut pour masquer le tatouage :

    « Et moi qui pensais que vous me connaissiez sur le bout des doigts. Cela fait plus d’un mois que je l’ai, vous avez du retard ! Seriez-vous en train de régresser Lisbon ? Votre cerveau défaille ? Il faut dire qu’à force de l’user à tord et à travers sans le moindre scrupule, il fallait bien se douter que ça arriverait un jour ! »

    Réplique froid, débitée très rapidement, qu’à la fin on eut cru que Shane allait manquer d’air. Il reprit une bonne respiration, son rythme légèrement accéléré par la colère. Et ses yeux, si plein de dégoût. Un instant de réflexion plus tard, il ajouta :

    « Ah ! Mais j’oubliais… J’ai fait preuves de talents que vous ne possédez pas, et par conséquent, on vous a ordonné de ne plus enquêter sur moi… C’est dommage. Vous devez rudement vous ennuyer depuis qu’on vous à privé du droit de me regarder me gratter les fesses. »

    Par gratter les fesses, Shane sous-entendait tous ces moments futiles où il ne se passe rien d’intéressant, mais où Lisbon devait être en train d’épier le moindre détail en espérant trouver un indice sur sa culpabilité. Shane l’imaginait ainsi, chez lui, au travail, complètement à l’affût du moindre signe de culpabilité :

    « Allons donc, Lisbon, vous perdez votre temps avec moi. Si j’avais véritablement des penchants anti-impérialistes, j’aurai déjà fait des détournements de fonds via Oméga à destination de la Confrérie en commençant par votre compte bancaire ! Le Haut-Conseil et Sa Majesté l’Impératrice me font confiance, eux ! »
avatar
Shane M. Lewis
~ Brigadier Informatique ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Brigade Informatique
Âge réel : 10 ans
Âge d'apparence : 19 ans

Compétences
Mémoire:
3000/10000  (3000/10000)
Compétence principale: Informatique
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un petit malaise ?

Message par Kim van Berghen le Dim 1 Mai - 3:04

Combien de mails recevait-il par jour ? C’était dur à dire mais une assez bonne quantité, et bien qu’il prenait en grand plaisir à en lire la plus grande partie, il y en avait toujours quelques uns un peu plus inquiétant ou tout simplement des spams ennuyant et sans intérêt. Cependant c’était toujours un plaisir de passer quelques minutes sur son ordinateur, surtout depuis qu’il s’était acheté un mini-ordinateur qu’il transportait partout comme il l’aurait fait avec Steve s’il avait pu. Et puis bien sur il y avait l’indispensable bipper, d’ailleurs il en avait changé la musique, ou plutôt la mélodie produite lorsqu’il recevait un message, il n’y a pas longtemps. Il devait tellement écouter le son produit répétitivement qu’il finissait par s’en lasser, bon il y avait quelques sons en favoris qui lui permettait de savoir que le message avait été envoyé par une personne particulière mais sinon… Il fallait de temps en temps s’aérer l’esprit avec un son nouveau, pour ne pas soupirer en ce disant « encore ? ». Pourtant rien n’était monotone et tout semblait toujours nouveau et intéressant, alors il ne s’en lassait jamais, de courir partout, d’étudier et d’analyser, de faire des tests, de questionner pour savoir ce qui n’allait pas, et finalement de diagnostiquer.

Et puis il y avait tellement de personnes avec un fort potentiel de discussion au Sapientia, on pouvait discuter médecine mais aussi mécanique ou science, il suffisait juste de traverser un couloir ou de connaître les points de rencontre des chercheurs et des médecins. Quand et où prenaient ils leurs pauses et voilà vous étiez ensuite entourés des discussions toutes les unes plus farfelues ou de sujets poussés et approfondit au degré le plus élevé de la Science. Heureusement à Nosco certains étaient prêt à donner leur corps pour les besoins de la science, malheureusement c’était souvent involontaire puisque les condamnés à mort ou rebelles qui n’avaient pas eu la chance de profiter d’une libération ou d’un échange de prisonniers.

Combien de patients squattaient continuellement les chaises de la salle d’attente des consultations ? C’était dur à dire mais le plus souvent ils pouvaient au moins se compter sur les doigts d’un pied, ou d’une main si vous trouvez cela plus pratique, heureusement tous les cas urgents pouvaient être prit à temps, et jamais personne n’avait du souffrir réellement de l’attente. Les salles d’opérations étaient du dernier cri et souvent renouvelées pour être parfaitement adaptées, elles étaient toujours dans un état hygiénique parfait et prête à l’emploi en cas d’afflue de blessés. Mais on avait aussi de superbes chambres de repos, et des salles de consultation avec les meilleurs ordinateurs… Il y avait aussi les salles pour les entretiens psychologiques, plus calmes plus cosy… Moins froide mais pas forcement plus rassurantes dans un sens. Avec environs une population constante qui tournait dans les deux mille habitants, il fallait des locaux et des moyens adaptés pour s’occuper d’autant de personnes, surtout en cas de problèmes multiples dans un temps limité, comme lors d’attaques de créatures.

Combien de patients pouvaient-ils voir par jour ? Tout dépendait des cas, certains patients arrivaient en sachant ce qu’ils avaient et de quoi ils avaient besoin : je me suis brûlés et j’aimerais de la crème anti-brulure, je me suis entaillée la paume de la main et j’ai besoin qu’on me désinfecte et qu’on me recouse, tandis que moi j’ai juste besoin de renouveler mes médicaments. Tandis que certains arrivaient avec quelques symptômes, parfois du mal à retranscrire ce qui n’allait pas, et il fallait alors pousser plus loin les investigations, et analyser pour ne pas se tromper. Heureusement que le dossier médical de chaque guildien était prit dès l’arrivé, sauf pour certains des plus anciens, et qu’il était régulièrement mis à jour, ainsi on pouvait avoir en un clic et un coup d’œil tout l’historique d’un patient. Et c’était des plus pratiques, même si malheureusement il manquait quelque chose d’assez essentiel.

Les antécédents familiaux. Il était dur de demander à un noscien ce qu’il savait de sa famille, de leurs problèmes, voir de ce qu’il avait eu comme problèmes dans son enfance, impossible même pour les nouveaux oubliés, puisqu’ils n’avaient aucun souvenirs. Un trou noir, une page blanche pour tout ce qui avait pu se passer avant Nosco et qui pourtant l’influençait grandement. Bien sur personne ne vieillissait ici, et pourtant… Coincé entre un passé perdu et un avenir infini. Même ceux qui se souvenaient ne s’en vantaient pas, la recherche de ses souvenirs étant prohibé, il fallait donc taire ce honteux secret. Cacher ses souvenirs, ce que l’on savait, ne pas avoir la possibilité de discuter de ce que l’on avait été, comment on avait évolué et changé, ou pas. Cela constituait un jardin secret dont il fallait interdire l’entrée à quiconque. Et tout le monde ne le vivait pas forcement très bien.

Shane Lewis l’avait contacté pour deux points important, et ils s’étaient décidé à se voir dans l’après-midi, seulement voilà il y avait aussi affluence de malades, un certains malaise planait il sur Nosco ? Surement juste un mauvais jeu de dé du destin. Sans doute Joshi était il lui aussi malade ou en congé, car tout ce qui se passait semblait avoir prit un vent de folie plus ou moins important. Et voilà que dans la salle d’attente du Sapientia Mickael Lisbon s’était décidé à discuter avec son adversaire favori, c'est-à-dire Shane Lewis. Mieux valait sans doute séparer les deux hommes avant que l’un dise quelque chose qui énerve vraiment l’autre et qu’ils se mettent réellement en colère… une erreur était si rapidement arrivée. Un mot glissé sur la limite, et qui fait tout basculer. Cependant Kim n’avait pas spécialement envie de se retrouver en tête à tête avec Mikael, surtout si malade il était de mauvaise humeur. Et puis il avait l’air de tenir à continuer sa discussion avec Lewis et Kim avait aussi besoin de voir l’informaticien. Il allait donc falloir trouver une solution qui conviendrait à chacun.

Bonjour Lisbon.

Il salua le brigadier d’un signe de tête, avant de s’adresser un peu plus directement à celui qui remplaçait Traktueur pendant son « absence à durée illimitée ».

Bonjour Lewis, je dois avouer que votre mail m’a bien fait rire, sans méchanceté mais l’idée est surprenante…

Il évoquait la partie du mail qu’il avait reçu où Shane évoquait son envie d’en apprendre plus sur la médecine, celle qui évoquait Tristan Darek ne serait sans aucun doute pas abordée devant les oreilles indiscrètes de Mikael Lisbon.

Le corps est loin d’être une machine logique et ses problèmes sont nombreux. Vous pensez pouvoir soigner des blessures dans l’urgence des souterrains ? Réussir à calmer celui qui souffre pour pouvoir vous mettre à la tâche ?

Simples questions pour tester Lewis et savoir si ce n’était qu’une envie passagère ou s’il pourrait réellement lui apprendre quelque chose, même si ce dernier ne l’utiliserait pas forcement dans l’avenir.

Mais je vois que vous êtes déjà à côté de quelqu’un qui sembler nécessiter des soins…

Il fit un signe de tête à Mickael pour lui montrer qu’il ne l’oubliait pas. Et pour voir s’il serait d’accord pour ce qui suivrait…

Je vous propose donc un petit jeu ou un défi, dirons-nous…
Si vous arrivez à m’aider à soigner Lisbon sans vous énervez, je vous apprendrais ce que vous voulez savoir… je suis sur que notre inspecteur acceptera l’opportunité offerte de vous mettre en colère, je me trompe ?
Et puis il me manque un assistant…


Il les laissa réfléchir un instant, puis ajouta pour compléter ses paroles précédentes.

Si vous êtes d’accord tout deux, je vous prierais donc de me suivre dans une salle de consultation, bien plus privé pour une conversation… Cela vous convient ?

Depuis quand Kim s’était il assigné la place de Joshi ? Sans doute s’ennuyait il de ne plus avoir aucun souvenir à chercher… alors il le faisait payer aux autres ? Non, mais un peu d’amusement permettait d’effacer la banalité et de mettre un peu de piment dans la vie.
En tout cas, le scientifique tenait toujours ses promesses… la balle était donc dans le camp de Shane, accepterait il et réussirait il à convaincre Mickael de faire de même et surtout de se tenir tranquille ?

Une fois les deux hommes décidés, ils purent rejoindre une salle. Cependant Lisbon ne semblait pas encore au bord de l’agonie et il était vrai que l’informaticien et Kim devaient discuter, ils s’excusèrent donc pour quelques minutes dans une salle attenante, après avoir invité Mickael à s’assoir. Pas sur que tout cela arrange l’humeur de l’homme de la brigade qui était connu pour ne pas apprécier Shane, mais quand était il de l’attente ? De toute façon, à cause de l’arrivée massive de patient, ils devaient attendre quelques nouveaux instruments médicaux sous vide et désinfectés. Kim ne pouvait pas décemment ausculter Lisbon sans la bonne moitié de ces ustensiles, ou cela aurait été revenir aux méthodes traditionnelles et basiques de la plus ancienne des médecines. On lui avait promit que le tout arriverait d’ici quelques minutes, ce qui lui laissait assez mais peu de temps pour discuter avec Lewis, surtout qu’ils étaient sous l’œil des caméras du Sapientia qui enregistraient leur conversation. Après avoir refermé la porte derrière l’inspecteur judiciaire, il se tourna vers Shane, le regard légèrement interrogateur, l’informaticien avait il tout mit dans son mail ? Non, certainement pas. Alors quelle était l’information dont il voulait discuter ? Pour une fois, Kim attendit en silence que son interlocuteur s’exprime, à quoi bon poser une question alors que celle-ci flottait déjà dans l’air comme une évidence. Autant laisser à Traktueur le temps de rassembler ses données, de les crypter et de les envoyer.

La salle était basique, pas très grande lorsque l’on considérait qu’elle était remplie de machines de sport pour tester les nouveaux oubliés, ou même les plus anciens sur leurs capacités physique. Ici on avait de quoi courir, ramer, soulever des poids, faire du vélo… Enfin, de quoi bien transpirer. Et puis aussi quelques appareils scientifiques, pour mesurer le rythme cardiaque, la tension et toutes autres sortes d’informations intéressantes aux yeux d’un scientifique. Le médecin s’installa à moitié adossé sur un vélo, bras croisé mais attitude détendue. Il espérait simplement que Lisbon n’ait aucun don pour voir à travers les murs, ou pire entendre à travers les obstacles physiques. Après tout ne dit on pas que les murs ont des oreilles ? Surtout lorsqu’ils s’appellent Mickael Lisbon ou Howard Heavs. On était jamais trop méfiant, cependant il ne fallait pas le montrer sous peine d’éveiller leurs soupçons. Enfin mieux valait éviter de se frotter aux ennuis, surtout qu’il arrivait déjà à se mettre en plein dans les problèmes en arrivant toujours au mauvais moment au mauvais endroit. Et puis après tout, il était ami avec Karlovy Kinsky et Lucia Stevens, n’était-ce pas déjà deux très bonnes raisons de le surveiller ? On ne savait jamais ce que préparait la section judicaire, et s’ils étaient sur les dents, ils pouvaient très bien se rabattre sur quelqu’un sur lequel ils avaient de moindres soupçons. Shane Lewis en avait déjà fait les frais, et pourtant il était toujours aussi fidèle à la Guilde et jusqu’à présent il n’avait jamais faillit à aucune des règles imposées. Il était vrai qu’il n’était là que depuis une dizaine d’années et pourtant… Avait-il fait pire que Kim qui avait maintenant tous ses souvenirs ? Au contraire, si Tristan lui avait confié une mission aussi importante que celle de le remplacer c’est qu’il devait le mériter amplement et que son commandor lui avait fait entièrement confiance. Or pour gagner la confiance de celui-ci, il fallait faire preuve de beaucoup de patience et de sincérité. Si Darek accordait crédit à Lewis, alors Kim faisait de même. Surtout qu’il prenait soin d’Aaron Smith et de son apprentissage, formant le jeune homme aux mystères et à lé découverte des limbes de l’informatique et de ses subtilités. Calculateur, Lewis l’était peut être aussi, mais qui ne l’était pas un peu en Nosco ? Il fallait après tout apprendre à évoluer avec ces caméras, réfléchir à ce que l’on disait avant de parler.

Hj: dites moi si quelque chose ne va pas... ^^ Merci

_________________
avatar
Kim van Berghen
~ Chercheur ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Scientifique et médecin de la Guilde
Âge réel : 65 ans
Âge d'apparence : 30 ans environs

Compétences
Mémoire:
10000/10000  (10000/10000)
Compétence principale: Biologie
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un petit malaise ?

Message par Shane M. Lewis le Mer 4 Mai - 23:02

    Comment perdre son temps ? En essayant de faire rentrer quelque chose dans le cerveau de l’insupportable Lisbon ! Lewis perdait espoir et patience chaque jour un peu plus. Peut-être devrait-il seulement se calmer. Le jour où on droguerait Lisbon et que celui-ci viendrait offrir un morceau de fromage à Shane en toute amitié, mon brigadier le menacerait du tranchant de son épée. Il s’était braqué dans cette idée que Lisbon était un abruti fini qui ne voulait pas le laisser en paix. Devrait-il revoir son jugement ? Au fond, Mickael avait des talents. Il avait une déduction à toute épreuve, un charisme certain, l’art et la manière de parler au gens… Une trêve, c’était possible ? Bien que l’esprit de mon personnage se braque à cet instant même, je tenterais une dernière manœuvre pour le faire changer d’avis : le secouer comme un prunier. Je doute de l’efficacité de cette méthode mais quoiqu’il en soit, il fallait qu’il arrête d’être paranoïaque dès que l’on parlait de Lisbon. Il fallait qu’il voie en lui d’avantage ses défauts que ses qualités… Arg que dis-je ?! Shane arrête de prendre mon clavier ! Je disais donc : il fallait qu’il voie d’avantage ses qualités que ses défauts. Il pourrait au moins essayer, juste quelques instants, oublier sa haine et… Shane ne fais pas cette tête !

    Bien heureusement que Kim arrivait à cet instant là. Les traits de mon brigadier se détendirent et il daigna lever les yeux de son ordinateur (car il avait antérieurement refusé de porter trop attention à Lisbon : l’écran de virtualité avait le don de lui accrocher solidement l’esprit, sans quoi il aurait peut-être déjà sauté au cou de Lisbon pour l’étrangler.) Quoiqu’il en soit, voir Kim sous ses yeux l’apaisa un peu : la longue attente en compagnie de cet adorable Mickael prenait fin. Il allait enfin pouvoir être libéré de cette sangsue. Lewis n’aimait pas vraiment les médecins. Il les craignait et ne savait pas spécialement trop pourquoi d’ailleurs. Il n’avait connu aucune expérience terrorisante à Nosco. Il avait fini par en déduire que comme pour la peur de ses mains et sa claustrophobie, la crainte des médecins devait certainement venir de son passé d’avant Nosco. En effet, avoir tué quelqu’un de ses propres mains l’avait mis dans un état d’incompréhension face à cette partie du corps : comment avait-elle fait pour faire cela ? Ca avait été si incontrôlé. D’une certaine manière, même s’il utilisait quotidiennement ses mains, il ne pouvait s’empêcher de croire qu’elles ne faisaient pas partie de son corps. C’était un peu comme mes vêtements, ce n’est pas une partie de l’être humain, mais se promener nu ne serait pas un acte bienvenue, tout comme se servir d’autre chose que de ses mains. Quant à sa claustrophobie, Shane était certain à présent de sa raison d’exister. Le sort destiné à tout le criminel comme lui, c’est la prison. Alors Jefferson avait fui pour ne pas être puni, et sa crainte d’être enfermé avait cru et s’était conservée à travers Shane. Quant aux médecins, et bien… C’était une sensation comme une autre, le fait est qu’elle devenait sincèrement agaçante. A force d’avoir peur de tout, il s’étouffait tout seul.

    Malgré sa peur pour les médecins, il devait avouer avoir lié d’ores et déjà certain liens avec Kim qui lui permettaient d’être en confiance avec lui. En fait (et c’était un gros argument dans la balance de mon brigadier) Kim était le médecin traitant de Tristan Darek, un homme tout aussi allergique que Shane, sinon plus, aux hôpitaux. Or, Kim semblait avoir gagné sa confiance. Et ça, ça avait du poids. Il y avait aussi le fait que Kim lui ait involontairement fait un beau cadeau : Aaron. Le nouvel oublié s’était révélé être un véritable petit trésor, certes enfouie dans une terre profonde, mais en grattant bien, il en était certain : ça brillait. Kim avait aussi été là pour aider Shane lors de son amaigrissement considérable et son impossibilité d’avoir un sommeil véritable. Shane avait pourtant refusé catégoriquement son aide, dans un premier temps, par forcément d’une manière des plus gentille. Mais lorsque Lewis était revenu suppliant vers le docteur, ce dernier n’avait pas hésité à lui venir en aide. Il y avait eu aussi l’appui qu’avait eu Van Berghen en collaboration avec Mathys Nelsen pour appuyer le déménagement de Shane. Et Kim l’avait soigné dans le sanctuaire de Joshi après l’attaque de créatures, contre vents et marées (et Joshi savait combien Shane avait frappé fort dans le genou de ce pauvre Kim pour repousser le docteur vainement). En définitive, Kim avait véritablement prouvé son grand cœur aux côtés de mon brigadier qui n’était pas prêt d’oublier ces nombreux services rendus.

    Alors Shane n’avait plus véritablement peur d’aller au Sapienta, pourvu qu’il puisse être soigné par Kim en qui il avait à présent une grande confiance : si Kim avait voulu attenter à sa vie, il en aurait eu maintes fois l’occasion. Et ça n’avait pas été le cas. Bien au contraire, Kim avait eu un don formidable pour, en quelques sortes, le ramener à la vie. Alors Van Berghen était devenu une figure rassurante. Lorsqu’il le vit arriver pour saluer Lisbon, ce n’était pas le paradis, mais presque : de un il coupait net à la dispute (puérile, mais ça Shane ne l’admettra jamais) et de deux, ça permettait à Shane de partir rapidement du sapienta où trainait tous types de scalpels (car plus vite il aurait disputé avec Kim, plus vite il serait rentré chez lui… Dans les bras de Silvio en plus *.* erm… Bref). Un large sourire se dessina sur les lèvres de Shane lorsque Kim parla du fameux mail. C’était d’autant plus jouissif que la discussion ne pouvait qu’être comprise par Kim et Shane puisque Mickael n’avait pas du avoir accès au fameux mail. Et parler de quelque chose dont Lisbon (qui était un peu fouine) n’avait pas connaissance devant lui, voir son regard se remplir de curiosité (ou si ce n’était pas le cas, c’était dans la tête de Shane !) était tout bonnement un délisse qu’il savourait langoureusement.

    Si cela avait fait rire Kim, c’est qu’il y avait là-dessous de bonnes raisons. En effet, Shane qui souhaitait apprendre la biologie, ça pouvait être surprenant de premier abord, ce ne l’était pas au final lorsqu’on creusait la question un peu plus profondément au lieu de regarder la chose en surface uniquement. En premier lieu, Shane avait une sainte horreur des hôpitaux, donc s’il avait lui-même quelques connaissances en la matière, ça lui éviterait quelques visites au Sapienta, ce qui ne serait pas pour lui déplaire. De nombreuses fois, il avait été blessé et il aurait bien voulu savoir au moins comment on panse une plaie, comme on désinfecte. Shane ne souhaitait pas devenir un grand médecin, il aurait voulu dans un premier temps avoir quelques bases de survie qui lui manquaient cruellement. Certes, depuis qu’il avait repris le rôle de Traktueur, il n’avait plus à descendre dans les sous terrains en mission avec l’antiterroriste ou la brigade de nettoyage. Mais Tristan reviendrait, il en avait la conviction à présent et Shane ne tarderait pas à reprendre son poste d’autrefois si Tristan ne lui offrait pas une promotion. Et il était bien connu dans la brigade informatique que Darek était du genre à transformer une promotion en un miracle. En second lieu, il y avait Silvio. Il savait son homme commandor de l’anti terroriste… Alors il avait peur pour lui et voulait être capable d’être aux petits soins à son chevet si jamais quelque chose de grave venait à arriver… Un peu à la manière dont Silvio l’avait été pour Shane quelques nombreuses fois ? Oui, c’était cela. Il ne voulait pas se sentir impuissant s’il avait du mal à son homme. Enfin, il y avait aussi qu’il était un accro de sciences dans un premier lieu et qu’il connaissait bien les mécanismes des machines. Il était temps pour lui de découvrir un tout nouveaux mécanisme des plus complexes, en fait le plus complexe des mécanismes qu’il connaisse : le corps humain.

    Ses chances de réussite en la matière ? Assez bonne. Shane n’était pas un sot. Il avait un disque dur qui constituait sa mémoire qui marchait plutôt bien, et ses mains avaient les douceurs de celles d’un informaticien. Il n’y avait qu’à demander à Silvio combien les massages de Shane étaient… Bref. Shane n’était pas du genre à s’évanouir à la vue du sang. Il était brigadier et avait vu pire que du sang : le voile pâle de la mort posé sur des visages innocents. Il acquiesça rapidement aux demandes de Kim, jusqu’à la dernière… Où on lui demandait de bien vouloir prendre Lisbon comme patient. Shane afficha une mine dépitée et scandalisée. Lui, être doux, gentil et attentionné auprès de Lisbon pour le soigner ? Ah mais… Il regarda de biais Lisbon et le simple fait de songer que Lisbon allait l’accuser d’être un dégonflé lui redonna force et courage. Il acquiesça sauvagement à la requête de Kim, comme s’il s’agissait d’un immense défi. Et voilà comment il se retrouva en compagnie de Kim et Lisbon dans une salle de consultation. La situation ne dura pas longtemps puisque Kim et Shane s’exilèrent dans une pièce attenante. Shane se souvenait souhait être venu ici il y a près de dix ans, lorsqu’il était arrivé dans cette cité d’oubliés. C’était du passé, il avait appris à avancer. Il faisait à présent partie des rares hommes, haut gradés qui avait accès à Oméga. Il avait su gagner sa place. Il avait néanmoins hâte de revoir Tristan revenir. Ce n’était qu’une question de temps à présent. Il resta silencieux face au silence interrogateur de Kim. Ils étaient filmés, et il ne pouvait pas dire ça n’importe comment. Rapidement, il crypta dans son esprit, il était bon dans ce genre de jeux. Et Kim devait savoir combien Shane aimait l’inversion des lettres. Son propre pseudo n’était autre que son nom écrit à l’envers comme lu dans un miroir : Siwel. Il finit donc par dire un :

    « Dans trois jours, Stiant rase Bélier. »

    Qui était ce tondeur de moutons donc Shane parlait ? Nul doute que les gens qui regarderaient cet enregistrement par les vidéos de surveillance fronceraient les sourcils. Peut-être que Lisbon avait l’oreille collée contre la porte et se demandait de quoi Shane pouvait bien parler. Striant rase Bélier, n’était autre que l’anagramme de Tristan sera libéré. Kim devait bien s’attendre à ce genre d’information venant de la part de Shane, il avait donc un tour d’avance sur Lisbon et tous les autres. Et Shane était bien décider à laisser planer le doute sur cette discussion :

    « Le trafic de laine aura lieu dans les sous-terrains. Je pense que vous serez informé bien vite pour récupérer la brebis égarée. »

    Le trafic de laine ? C’était la libération de Tristan. La brebis égaré, ce serait Darek, dans l’état lamentable où on le récupérerait sans nul doute. Shane en avait déjà mal au cœur à l’idée d’un pensée. Tristan avait l’homme qu’il admirait dans tout son génie. Il était également celui qui lui avait ouvert une porte vers les hauts grades de la brigade informatique. En dix ans à Nosco, Shane n’avait connu aucune promotion. C’était chose faite à présent, et ce, grâce à un homme qu’il vénérait.

    « Le berger est de l’anti-terroriste. Je pense que ça devrait se passer sans problème. Nous n’avons pas prévu de mettre un loup dans la bergerie. »

    Le berger : Silvio. Le loup dans la bergerie : tenter quelque chose qu’aussi stupide qu’inutile. L’échange se ferait sans danger. On ne mettrait pas Tristan dans un état pire qu’il ne l’était déjà. Ce serait prendre des risques pour rien. Voilà qu’il avait dit à Kim tout ce qu’il savait sur le sujet. Il espérait fortement que Kim comprendrait les images et les divagations. Et si Lisbon avait entendu et compris ? Et bien soit. Qu’importe, il ne disait rien de bien grave. Il donnait à un ami des informations classées secret défense, mais c’était Kim van Berghen, pas un rebelle, pas un ennemi, juste Kim.
avatar
Shane M. Lewis
~ Brigadier Informatique ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Brigade Informatique
Âge réel : 10 ans
Âge d'apparence : 19 ans

Compétences
Mémoire:
3000/10000  (3000/10000)
Compétence principale: Informatique
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un petit malaise ?

Message par Kim van Berghen le Ven 10 Juin - 12:54

Hj: ceci est officiellement ta journée désajourisation x)
Mais ce message attend aussi depuis un bout de temps donc... Sache que ta réponse n'est pas pressée, mais au moins ça te permet de choisir lequel tu préfères faire avant l'autre Wink

Dj:
Une fois éloigné de la plupart des regards indiscrets et même si les caméras restaient braquées sur eux, la discussion commença. D’abord de manière normale, avec un complément circonstanciel de temps, dans trois jours… Oui mais dans trois jours… Striant rase Bélier. Bien sur… Cela aurait été n’importe qui d’autre, Kim aurait haussé un sourcil interrogateur, prit la température du malade et lui aurait prescrit un repos forcé. Sauf qu’il était face à un informaticien, et pas n’importe lequel, un des petits protégés de Tristan Darek. Un de ces fous qui adoraient jouer avec les mots, palindromes ou inversions de lettre pour un pseudonyme ne le dérangeait certainement pas, alors pourquoi pas une anagramme ? Celui-ci s’avérait même assez facile à comprendre lorsque l’on avait le contexte entre les mains. Tristan sera libéré dans trois jours… Après tout selon certaines études poussées, le cerveau humain ne lit pas chaque lettre elle-même, mais le mot comme un tout. C’set pruoouqi on pruioart érirce une pshare tmltnaeot islibie bein qu’iersnlohpécbmine. Vous me suivez ? Je vois que non… Vous ne devez pas être réveillé vraiment, je vais donc continuer normalement mon explication. Tout cela pour vous dire que Kim compris le message. Il afficha pourtant un air surpris puisque Lewis continua son explication en lui donnant plus de détails. Information que le docteur écoutait avec avidité, presque déception de ne pas pouvoir en savoir plus. Mais au moins l’avait on informé et il saurait que… dans trois jours. Trois petits jours de vingt-quatre heures chacun. Soit soixante-douze heures… Le sort et le destin de Darek serait scellé. On saurait enfin son état et s’il pourrait un jour s’en remettre ou pas. En tout cas, si un échange était prévu, c’est que l’otage était encore en vie. Et dans ce cas là, cela signifierait sans doute aussi la libération de Zoltan Nagy.

Ah, si les nosciens savaient tout ce qui se passait sous leurs pieds. S’imaginaient-ils que la Brigade négociait avec l’ennemi ? Rendant des prisonniers pour en récupérer d’autres ? Pensaient ils que les échanges entre les deux clans se limitaient à des balles et à des morts ? Non, fort heureusement il restait encore les mots, bien qu’ils soient souvent envoyés par le réseau. La métaphore filée (de laine certainement le fil) employée par Shane était des plus drôle, sortie de son contexte. Le berger ? S’il était de l’anti-terrorisme alors cela signifiait certainement son commandor, donc Silvio Anthelmios. Pas étonnant donc que Shane soit au courant puisqu’il vivait en colocation avec ce dernier. Toutes ces informations d’un seul coup, avec tous ces jours d’attentes c’était assez pour rendre Kim pensif. Il calculait le nombre de jours depuis lesquels Tristan était parti. Assez facile vu qu’il tenait presque quotidiennement un décompte, sachant pertinemment que cela n’arrangerait pas la situation. Oui, le nombre de semaines était impressionnant, sachant qu’il suffisait parfois de quelques heures pour détruire mentalement ou physiquement un homme. Il suffisait d’avoir les bons instruments ou les connaissances appropriées. Seulement voilà Traktueur avait beau être faible physiquement, il restait fort mentalement. Instinctivement Kim répondit par un.

Dank

Puis il se reprit. Il ne pouvait pas coder toutes ses phrases comme l’avait fait l’informaticien. Ni même reprendre la métaphore, certes très jolie, mais pas très pratique pour des remerciements. Il se contenta donc de répondre, sans vraiment cacher ses propos.

Je suis votre obligé, Lewis.

Un moyen de lui dire qu’il était reconnaissant. Tiens pour une fois Kim n’était pas très bavard. Sans doute était-ce mieux sinon il aurait submergé Shane de questions pour obtenir plus de précisions. Toutefois il savait qu’il ne pouvait pas trop en demander, qu’on ne pouvait pas lui dire. Ah satané secret professionnel qui englobait tellement de métiers, fait pour protéger mais parfois si gênant. Comment juger d’une situation lorsque l’on avait pas tous les éléments. Seulement voilà Tristan serait de retour dans trois jours. Sur ses deux pieds c’était bien moins sur, il avait déjà une forte sous-alimentation avant de partir, et les rebelles n’avaient pas dû se soucier tant que cela de le voir avaler un bon repas chaud. Cependant mieux valait ne pas faire de pronostic trop rapides, tout viendrait en temps et en heure…

Traktueur resterait certainement encore pour quelque temps caché derrière les traits de Shane Lewis, jusqu’à ce que le propriétaire légitime du pseudonyme se sente d’attaque pour revenir en pleine forme à la brigade informatique. Mathys Nelsen s’en était lui aussi pas mal sortit jusqu’à présent. S’il y avait eu des attaques rebelles contre le système, et par Joshi il avait du y en avoir… elles n’avaient même pas été aperçue par la population qui continuait de vivre comme si de rien n’était. La vie continuait sans Darek, et pourtant il manquait quelque chose, et aucun doute que les Hauts Conseillers avaient donnés des ordres pour qu’on récupère au plus vite celui qui était si précieux à leurs yeux. Et pourtant les habitants des souterrains avaient fait durer le plaisir et le suspense, gardant l’informaticien bien plus que nécessaire. Avaient-ils réussit à négocier plus que ce qu’on leur offrait au premier abord ? Sans doute… les hommes n’étaient toujours pas avares et avides de pouvoir, ne pouvait-on simplement accepter ce qu’on avait ? Non, il fallait toujours plus. Savoir plus, ou tenter de le deviner. Jouer le pari qu’en misant un peu plus gros on obtiendrait quelque chose supplémentaire.

Shane avait beau porter des gants, les siens étaient noir et de cuir, tandis que pour pratiquer la médecine on préférait ceux fait de plastics et à la couleur des murs du Sapientia. Néanmoins l’informaticien devait bien avoir une idée en tête de ce qu’il cherchait vraiment, de ce qu’il attendait de connaissances en biologie. En bon joueur d’échec, comme il l’avait prouvé lors de son duel avec Aaron Smith, il devait avoir plus d’un coup d’avance. Ce qui n’avançait pas forcement Kim pour deviner ses intentions. Il reprit donc, coupant la conversation précédente.

Pas trop déçu de devoir faire ses armes sur un adversaire tel que Lisbon ?
Vous savez qu’il vous faudra à votre tour vous faire aussi doux que… l’agneau pour réussir à garder votre calme et le sien.
Cependant, si vous m’indiquiez ce que vous attendez réellement de moi, ma tâche serait plus aisée.


Certainement après la réponse de Shane, ils pourraient rejoindre le patient qui attendait, les minutes avaient filés et ce qui devait être apporté avait déjà dû l’être.

_________________
avatar
Kim van Berghen
~ Chercheur ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Scientifique et médecin de la Guilde
Âge réel : 65 ans
Âge d'apparence : 30 ans environs

Compétences
Mémoire:
10000/10000  (10000/10000)
Compétence principale: Biologie
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un petit malaise ?

Message par Shane M. Lewis le Sam 25 Juin - 14:17

    Il n’aurait su comment en dire plus à Kim. Une chose était certaine. Le moment tant attendu allait enfin arriver. Tristan allait revenir. On allait le leur rendre. Dans quel état exactement ? Il n’en avait pas la moindre idée. Il savait qu’on ne revenait jamais vraiment en pleine forme d’une séquestration rebelle. Il en avait vu des blessés, jusqu’à l’âme même, la douleur les avait rongé, et ils n’avaient plus été capables de faire quoi que ce soit. Judikhael n’était-il pas affaibli ces derniers temps ? N’avait-il pas perdu à la fois son poste de Commandor et de Haut-Conseiller ? Certes, son mariage avec la prêtresse Artémia n’était pas étranger à cela, mais Judikhael avait sans nulle doute connu de bien mauvais jours. Qu’en serait-il pour Tristan ? Shane n’avait connu que le commandor sans jamais s’approcher de l’homme en lui-même. Darek avait été son patron, rien d’autre de plus, pas même un ami, juste un homme à qui il obéissait et qu’il respectait. Il lui était impossible de savoir si Tristan était assez fort pour supporter tous les traitements que les rebelles lui auront infligés. Kim le saurait peut-être plus. Il avait espéré que Kim lui dise que tout se passerait bien, que Tristan remonterait la porte, qu’il serait entier et qu’il continuerait à vivre, que les choses redeviendrait comme elles furent avant. C’était peut-être trop demandé. Il y avait dans ce silence quelque chose qui tirait vers la tristesse sans qu’il puisse vraiment en donner nom.

    Il préféra penser à autre chose, n’importe quoi, pourvu que cela chasse de son esprit la vision du cadavre de Tristan Darek. Kim l’en avait remercié. Shane avait trouvé ça tout naturel d’en informer le médecin. Kim avait déjà tellement fait pour lui. Ne l’avait-il pas soigné de sa maigreur et de sa maladive obsession anti-sommeil ? N’avait-il pas argumenté pour le déménagement de Shane ? Ne lui avait-il pas, même inconsciemment, donné l’incroyable chance d’avoir Aaron pour apprenti ? C’était Shane qui devait beaucoup à Kim. Il n’avait rien répondu pourtant. Ses yeux lui disaient bien qu’il ne lui devait rien et que la dette était plutôt dans l’autre sens et en la faveur du médecin. Il n’avait pas voulu parler, ça aurait brisé l’implicite qui était bien plus beau et bien plus sincère qu’une série de phrases pompantes et élogieuses pour gratifier le médecin. La première question de Kim le fit sourire. Est-ce que c’était véritablement important qu’il s’agisse de Lisbon ? Pour n’importe quel médecin qui apprendrait le métier, la réponse serait qu’une vie était une vie et qu’elle méritait d’être sauvée. Mais Siwel n’était pas un médecin. Il était un informaticien, et tout son monde de virtualité n’avait été bâti que sur un modèle de stratégie, à l’image d’un jeu d’échec. Et sur sa table de jeu, il était les blancs, et Lisbon les noirs. C’était pour lui tout ce qu’il y avait de plus incompatible.

    Il avait regardé Kim, espérant presque qu’il trouve une autre idée plus alléchante, un truc comme une petite fête entre pions blancs ? Mais non. Rien ne vint. Lisbon était les pions noirs, et Shane les blancs. Il était d’une évidence certaine qu’ils devraient jouer dans la même cour. Il n’avait pas le droit de détruire les pions de Lisbon. C’était comme s’il devait prendre son roi sans toucher à aucun autre pion, les frôler certes, se faufiler entre eux, bien entendu, mais jamais un seul coup de poignard dans le dos, pas tant qu’il aurait atteint son but ultime. Le roi. Pièce finale. Il haussa finalement les épaules, à présent qu’il avait sa stratégie, il irait jusqu’au bout. Il avait des priorités, et avoir des connaissances en biologie devenait plus important pour Shane que sa guerre avec Lisbon. Il se ferait l’hypocrite aux grands sourires. Il se ferait la patte de velours pour que Kim accepte de lui enseigner la matière. Il se ferait gentil petit chien, mais qu’on ne s’y trompe pas, dès que le docteur aurait le dos tourné, il mordrait son cher ennemi.

    « Je ne peux vous en vouloir. Je suppose que le métier de médecin passe d’abord par un certain recul vis-à-vis des sentiments, qu’il s’agisse d’une haine sans ou d’un amour profond. L’un est l’autre nous font faire n’importe quoi, en somme tout autre chose que soigner véritablement. Je ne suis pas médecin. Si je peux faire abstraction de la haine… »

    Et par la même, il annonçait qu’il était près à avoir Lisbon comme cobaye.

    « Il m’est impossible de me détacher de sentiments forts comme l’amitié. C’est ce qui m’amène à vos côtés, Kim. Il y a des gens que j’aime à Nosco, des gens pour qui je n’accepterai pas la souffrance. Et quoi de pire face à cela que l’impuissance… ? »

    Il leva soudain les yeux au ciel, en réalisant ses propos et pointa ses deux index vers son bas ventre :

    « Enfin, je ne parle pas de cette impuissance là. »

    Il laissa alors ses bras retomber le long de son corps et le fin sourire qui était apparu sur ses lèvres en réalisant la bêtise des ses précédents propos disparut rapidement lorsqu’il poursuivit :

    « Je n’ai pas la moindre connaissance en médecine. Si une personne qui m’est chère venait à être gravement blessée devant moi, je n’aurai pas d’autre alternative que de la regarder mourir. Je le ne veux pas. Je ne l’accepterai pas. »

    Il releva finalement les yeux, passa une main rapidement dans ses cheveux pour renvoyer ses mèches d’un gris métallisé en arrière. Son regard clair se posa finalement sur le médecin, tranquille.

    « Je ne saurai pas vous cacher une chose, Kim. Tristan est un homme que j’admire. Dès que je suis arrivé dans la Brigade Informatique, il y a dix ans, on m’a dit que les problèmes de Darek ne regardaient que Darek. Je me suis toujours gardé dans cette ligne bien éloignée, de telles sortes qu’il n’a jamais été pour moi un ami. Il n’aura été que mon supérieur et jamais rien de plus. Mais vous, vous le connaissez. »

    Il y avait des tas de choses dont il ne parlerait probablement jamais avec Tristan, parce que la distance mise entre eux implicitement par les lois du travail n’avait jamais pu les mettre en proche relation. Shane pouvait avouer sans erreur ne rien connaitre véritablement du personnage Tristan Darek. La seule chose qu’il avait su faire, c’était de l’imiter, imiter son style informatique pour porter le masque de Traktueur. Ses connaissances sur Tristan n’arrêtaient là. Kim lui, était le médecin et psychologue de Tristan. Il était même probablement un ami. Il devait en savoir tellement sur Tristan. Et il y avait bien une question que Shane se posait intérieurement. Il avait lui-même rompu le secret défense en dévoilant à Kim la prochaine opération de libération de Darek. Dès le début, Lewis avait accepté de rompre ce silence, si Kim aurait été capable d’en faire autant et de briser le secret professionnel qui l’unissait à Tristan, et ce pour une seule et unique question.

    « Qui est Xxcel ? »

    Il n’aurait jamais demandé cela à Tristan, pas pour le moment du moins. Mais il n’avait trouvé dans tous les réseaux Guildien que si peu d’informations sur Xxcel, si ce n’est qu’il avait été un fabuleux pirate et que ses méfaits avaient touché à leurs fins lorsque Traktueur s’occupa de lui. Mais il y avait bon nombre de hacker qui avait été arrêté par Tristan. Leurs histoires étaient facilement trouvables. Celle d’Xxcel avait complètement disparu, il n’y avait pas la moindre trace, ou si peu par rapport à ce que l’on aurait pu en dire. Kim n’était pas obligé de répondre, Shane n’était pas même certain que le médecin connaisse la réponse.
avatar
Shane M. Lewis
~ Brigadier Informatique ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Brigade Informatique
Âge réel : 10 ans
Âge d'apparence : 19 ans

Compétences
Mémoire:
3000/10000  (3000/10000)
Compétence principale: Informatique
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un petit malaise ?

Message par Kim van Berghen le Mer 3 Aoû - 0:06

La raison de la curiosité de Lewis et de son envie d’apprendre était bien sur personnelle, mais concernait surtout ses proches. Un besoin que ressentait sans doute l’informaticien de ne pas se retrouver démunit devant une situation particulièrement stressante, c'est-à-dire une blessure grave d’un ami ou d’un proche. Savoir comment réagir pour au moins les premiers soins. Il était vrai que cela serait sans doute très utile pour les brigadiers, mais très peu connaissaient ou avaient prit attention aux gestes de premiers secours par exemple. Peut être était-ce aussi la raison du nombre de décès dans les souterrains. Aucune connaissance, la panique et le désir de sauver sa peau, alors on abandonnait ses camarades, on les croyait perdus alors qu’ils auraient encore pu être sauvé si en présence de quelqu’un ayant des connaissances médicales. Malheureusement on ne pouvait pas non plus toujours envoyer des groupes hétérogènes dans les sous-sols. Le mieux aurait été d’avoir au moins un chef doué pour donner des ordres et réagir, ainsi qu’un snipeur, un connaisseur des armes lourdes, quelqu’un qui repérait facilement son chemin et qui possédait un bon sens de l’orientation et de la compréhension face aux détecteurs de chaleur, ainsi qu’une personne avec des acquis médicaux. Et peut être même un négociateur, qui aurait été bien utile face aux rebelles. On se demandait parfois comment les chefs de ces sections faisaient pour former des groupes. Au hasard, ou selon les disponibilités tout simplement ? Ou peut être aussi au gré des affinités entre les brigadiers, car ces derniers se devaient de se faire confiance sous peine de s’entre-tuer.

Cependant une des affirmations du protégé de Tristan lui fit froncer les sourcils. Ah on le considérait vraiment comme « connaissant » Darek ? Il n’aurait jamais eu cette prétention. Après tout, bien sur qu’il le connaissait sur un plan médical, mais après tout il lui suffisait d’étudier en détail le dossier médical de tous ceux ayant vécu aussi longtemps à Nosco pour avoir aussi un bon aperçu d’une personne, en tout cas sur le plan physique, même s’il ces dossiers contenaient toujours des indications sur le plan psychique. Et si Kim aimait à penser que Tristan était son ami, il ne pouvait pas affirmer que la réciproque soit vraie, surtout lors des nombreuses crises d’iatrophobie de l’informaticien. Shane ne se doutait certainement pas que Traktueur aurait toujours plus d’affection pour ceux sous ses ordres, ses informaticiens, et ceux qu’il considérait comme ses proches, qu’avec qui que ce soit d’autre. Darek ne vivait après tout presque que pour l’informatique et devant un écran, alors quoi de plus normal ? Cependant il était vrai que Shane faisait partie des « nouveaux » à Nosco, il n’avait qu’une dizaine d’année… En bref, un bébé dans cette ville. Il en connaissait toutes les règles et les indications implicites et pourtant il n’avait que peu d’informations historiques, bien que son travail d’informaticien et de brigadier lui ait sans doute permis de comprendre bien plus de chose que la plupart des nosciens lambda. Malheureusement il était impossible aux nouveaux oubliés de rattraper le temps passé et d’avoir le niveau de ceux qui avaient déjà passé plus d’un siècle dans la ville et connu ses premiers habitants et dirigeants.

Xxcel ? Quel est le rapport avec Tristan ?

Certes la question lui avait échappé, et pourtant il était évidant que Shane faisait des deux un lien évidant auquel Kim n’aurait pas pensé. Ils avaient été tous deux des informaticiens de génie, et ils avaient dû se croiser puisque la carrière de l’un s’était finie par le début de l’autre, mais pour le reste…

S’il y a bien une chose que Tristan aime évoquer c’est son travail, et s’il y a un sujet sur lequel il n’est pas prolixe c’est sa vie privée et surtout son passé. Et croyez moi, je n’ai pas été fouillez dans ses affaires personnelles… De toute façon ça n’aurait servit à rien, tout ce qu’il a dû conserver est certainement en crypté. Alors à moins d’en avoir la clé…

Shane voulait il se risquer à mettre son nez dans des affaires qui ne le regardaient pas ? Pour l’instant il ne parlait pas de troubler la quiétude de quoi que ce soit d’important et d’actuel, et pourtant il pouvait tomber sur bien des choses… Hors il était parfois mal vu de venir dépouiller des reliques, surtout que le jeune homme n’avait pas encore le poids des responsabilités pour le protéger. Kim soupira avant de répondre.

Je ne sais rien de plus que vous sur Xxcel, c'est-à-dire qu’il était un informaticien de talent qui a été exécuté pour traitrise, ou en tout cas assurer la sécurité de notre régime, il y a bien quelques années avant que je n’arrive. Tristan a dû le connaître puisqu’ils étaient dans le même domaine, mais il ne m’en a jamais parlé. Je n’ai jamais abordé le sujet. C’est tout.

Il laissa un ange passer dans la salle avant de continuer.

Faites attention lorsque vous jouez avec le feu…

Bon, il fallait avouer que la question soulevait la curiosité de Kim. Sans nul doute que s’il avait lui aussi l’occasion de se renseigner sur Xxcel il n’hésiterait pas. Pourtant il avait dit la vérité à cette époque il ne savait presque rien de l’informaticien, ce qui ne serait plus le cas dans le futur. Quelles étaient les intentions de Lewis pour se renseigner sur cet homme ? En apprendre plus sur les informaticiens qui l’avaient précédé, ou tout simplement connaître un point faible de Darek ? Avait il trouvé des informations intéressantes mais sans les comprendre réellement ? L’heure n’était pas aux questions. C’était à Lewis de faire la part des choses qu’il trouvait sur le réseau et à son honneur de lui dicter comment garder le secret professionnel.

Prêt pour réaffronter Lisbon ?

Sans réellement attendre de réponse, il ouvrit la porte qui les séparait de la salle de consultation. Le brigadier de la section judiciaire devait avoir déjà attendu suffisamment de temps comme cela. Restait donc à savoir la raison de sa présence au Sapientia.

Veuillez nous excuser pour l’attente.

Serait ce Shane qui se lancerait à demander si Mickael allait bien ? Ou alors Lisbon s’exprimerait il tout seul ? Il devait plutôt avoir l’habitude que les gens craquent et avouent, plutôt que l’inverse… Céderait-il une information qui pouvait le mettre en état de « faiblesse » devant son adversaire de toujours ?

_________________
avatar
Kim van Berghen
~ Chercheur ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Scientifique et médecin de la Guilde
Âge réel : 65 ans
Âge d'apparence : 30 ans environs

Compétences
Mémoire:
10000/10000  (10000/10000)
Compétence principale: Biologie
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un petit malaise ?

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum