De bons acteurs dans un jeu dangereux

Aller en bas

De bons acteurs dans un jeu dangereux

Message par Karlovy Kinsky le Lun 28 Mar - 20:42

Karlovy allait faire quelque chose de clairement déconseillée par la Guilde, d'une part, et par l'ensemble de la population sensée de Nosco de l'autre. Malheureusement pour elle, la brunette ne faisait pas partie de ces gens que l'on disait raisonnables, et elle aimait tomber dans les excès, les douces décadences que la loi interdisait, les rendant plus délicieuses que n'importe quelles autres choses. Surtout, surtout quand cela concernait l'amour, quand cela concernait son coeur, ses émotions et sa stabilité mentale, cette si douce stabilité qu'elle regrettait autant qu'elle haïssait. Aussi était-elle là, devant la porte du troisième étage, la porte de l'appartement commun de Shane et Silvio.

La situation était d'autant plus risquée qu'elle allait demander au colocataire du commandor – le commandor en personne ! - de l'aider à prendre contact avec les rebelles. On dit que les amis de nos amis sont nos amis, mais que les amis de nos ennemis sont nos ennemis. Involontairement, Silvio Anthelmios était son ennemi, puisqu'il était dans l'obligation de déléguer à d'insupportables crapules, type Mickaël Lisbon, la surveillance de la demoiselle, soupçonnée comme traîtresse. Et comme Shane était en collocation avec l'autre brigadier, ils étaient probablement amis, voir très amis. Cela ferait-il de Lewis son ennemi, ou bien leur court passé commun le ferait plutôt devenir son camarade, son frère... Et son aide pour la prochaine frasque qu'elle allait faire.

Parce que oui, Karlovy Kinsky avait, en ce jour de printemps, une frasque en tête. Elle voulait descendre dans les sous-terrains, dans moins d'une semaine. Descendre, retrouver Zoltan, et lui parler de Kim. Parce que Joshi lui avait donné sa bénédiction. Parce qu'elle en avait juste besoin. Mais elle ne pouvait décemment pas descendre là-bas, dans le noir, seulement armée de sa grenade alpha qui, il fallait en convenir, n'offrait que peu de réconfort. Elle pourrait, à la rigueur, repousser une créature si elle venait à en rencontrer une, et courir aussi vite que possible. Mais elle s'essoufflerait avant la bête et, dès lors, serait morte avant l'heure, avant d'avoir pu sortir ou croiser un rebelle. Alors, elle devait trouver une arme. Et Shane Maël Lewis, voleur de piment, lui devait une faveur... Un sourire carnassier apparut sur les lèvres de la jolie brunette, tandis qu'elle revoyait sa plaidoirie dans un coin de sa tête, ainsi que toutes les machinations mises en place pour que son vol passe inaperçu. Elle allait devoir jouer, et il allait devoir répondre à son jeu... Elle l'espérait bon comédien, tandis que, d'une main, elle frappa à la porte.

Son poing tomba trois fois sur le lourd panneau de bois, et elle lui offrit un joli sourire. Elle ne savait pas trop si Shane pouvait voir à travers la porte, mais elle se méfiait de tout, quand elle était au troisième étage. L'étage le plus sécurisé. L'étage des hauts gradés, de tous ces connards qui lui voulaient du mal, qui mettaient sans cesse sa parole en jeu. Mais comment leur expliquer qu'elle ne voulait pas rejoindre les rebelles, tandis qu'elle planifiait une descente dans les sous-sols, dans le but de voir l'un d'eux ? Oui, son discours aurait été à l'encontre de ses gestes... Pourtant, il n'en était pas moins vrai. Enfin, le battant coulissa, la porte s'ouvrit, dévoilant le corps de Shane – il était un soupçon plus petit qu'elle. Elle lui sourit, demanda innocemment :

« Bonjour, Shane. Vous êtes seul ? »

C'était une question surprenante, risquée. Mais elle aimait le risque. Il ne comprenait pas, mais elle savait très bien ce qu'elle faisait. Il confirma que le comandor n'était pas là. Très bien. La place était pour elle, elle allait pouvoir jouer. Elle attrapa le col de l'informaticien, un sourire séducteur qui ne laissait pas de doute aux lèvres, et referma la porte du pied. Elle était maigre, mais vigoureuse, aussi n'eut-elle aucune difficulté à plaquer Shane contre un mur, à lui affirmer, bonne actrice, les yeux brillants et le corps cambré de désir et de plaisir :

« Tant mieux. Parce que j'ai envie de toi, ici, tout de suite et maintenant. »

Oui, bon. Elle n'avait pas eu beaucoup de contacts avec Shane, et l'affirmation pouvait paraître surprenante, quoique pas forcément déplaisante, après si peu de temps passé ensemble... Parce qu'évidemment, Karlovy ne connaissait pas les penchants de l'informaticien pour Silvio, son côté homosexuel si bien caché, et tout ce qui allait avec. Néanmoins, elle ne voulait aucun quiproquo avec lui, elle aurait été bien mal à l'aise s'il lui avait sauté sauvagement dessus, aussi s'approcha t-elle de son oreille, en mordilla sensuellement le lobe, et lui murmura rapidement, assez bas pour qu'aucune caméra ne comprenne ce qu'elle lui disait, mais que lui en saisisse le sens et l'urgence :

« Jouez le jeu, Lewis. »

Elle aurait bien rajouté quelque chose de dramatique du type « Ou bien vous me briserez » ou « il en va de ma vie », ou quoi que ce soit du genre. Mais elle craignait d'en faire trop. Faisant toujours montre d'une sauvagerie un poil sadique, elle attrapa la nuque de son damoiseau, l'attira contre elle, fit mine de l'embrasser, se ravisa au dernier moment... Elle ne voulait pas embrasser quelque comme ça. Pour elle, un baiser avait du sens, beaucoup plus de sens qu'un acte paraissant plus sexuel, comme une caresse ou des mordillements. Alors, elle fit semblant de se faire désirer, mordilla son cou, féline, le balada de mur en mur, lui laissant carte libre pour faire comme si. Shane était un homme intelligent. Il comprendrait la nécessité d'un tel acte pour elle et, si Joshi le voulait, il pourrait même y voir un moyen de protéger son secret avec Silvio, de faire croire à une non homosexualité, à une relation avec... Quelqu'un d'autre. Une femme. Quelque chose de bien mieux accepté par la Guilde et l'impératrice, Joséphine de Nosco. Mais ça, Karlovy l'ignorait aussi, et elle ne voyait que son propre intérêt dans ce geste.

Enfin, ils atteignirent la chambre. Elle le jeta sur le lit, grimpa dessus à quatre pattes, féline, le coeur battant et les joues rosies. Elle n'avait pas fait ça depuis des années et des années et, même si elle ne ressentait rien pour Shane, elle devait bien avouer que cette attitude lui faisait plus d'effet qu'elle aurait pu penser. Surtout quand Kim s'imposait dans son esprit, déclenchant une série de tremblements de désir chez elle. Hum. Du calme, Karlovy. Tu es avec Shane, et tout va bien, il faut rester calme. Elle se pencha, commença à mordiller son cou dans un gémissement, se ravisa, se releva, vint à la porte, fit un petit signe de main à la caméra braquée sur eux, et... Ferma, dans un sourire. Plus calme, elle revint vers l'informaticien, s'assit sagement à ses côtés, braqua ses yeux verts sur lui et lui murmura, tout doucement :

« Je suis désolée, c'est la seule idée que j'ai eu pour pouvoir vous parler loin des caméras... Il va falloir continuer à jouer le jeu le temps de cette discussion... »

Elle poussa un gémissement, assez retentissant pour que les caméras l'entendent, pour ponctuer sa phrase. La scène avait le mérite d’être cocasse…
avatar
Karlovy Kinsky
~ Biologiste ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Technicienne dans la synthèse alimentaire
Âge réel : 19
Âge d'apparence : 27

Compétences
Mémoire:
250/10000  (250/10000)
Compétence principale: Biologie
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: De bons acteurs dans un jeu dangereux

Message par Shane M. Lewis le Mar 29 Mar - 21:41

    Les rideaux du salon étaient ouverts et ils permettaient le laisser la faible lumière de l’hiver percer dans la pièce. Assis en tailleur, sur le canapé, mon brigadier avait son ordinateur portable sur ses genoux, à croire qu’il était incapable de s’en passer. Ce n’était vraiment le cas. En fait, ce n’était plus vraiment le cas depuis qu’il habitait avec Silvio et même un peu avant, quand Kim et Aaron avait pris l’informaticien en main. Non, Shane écrivait un mail, depuis sa messagerie non professionnelle. Bref, tout ça pour dire que non, pour une fois, il ne travaillait pas. D’ailleurs, un détail prouvait que Shane ne travaillait pas. Il portait un tablier de cuisine par-dessus ses vêtements habituels, et un plat cuisait lentement dans le four. C’est Silvio qui serait content ce soir, lorsqu’il rentrerait et qu’il n’aurait plus qu’à mettre les pieds sous la table. Il savait que son homme aimait tout ce qui pouvait lui rappeler sa virilité, et ce genre de comportement, était typiquement masculin. Alors, Shane voulait lui faire plaisir. Oh non ! Je vous vois déjà venir ! Mais je vous détourne de vos pensées : Shane faisait plaisir à Silvio, juste par plaisir de lui faire plaisir, parce qu’il l’aimait. Et c’était. Ce n’était pas pour obtenir de lui quelques faveurs… En revanche, si la soirée était prometteuse et que Shane obtenait ces fameuses faveurs, ça ne serait pas directement de sa faute. Ca serait de la faute de l’humeur coquine de Silvio.

    Bref, au beau milieu d’un mail, l’informaticien entendit taper à sa porte. Silvio ? Déjà à cette heure ? Mais pourquoi frappait-il alors qu’il n’avait qu’à poser sa main sur le scanner pour entrer ? Rapidement, Shane tira des conclusions : ce n’était pas son Silvio. Alors qui d’autre ? Il grogna et se leva finalement pour aller ouvrir, son tablier de cuisine sur lui. Il allait avoir l’air fin, certes, mais Shane ne comptait qu’entrouvrir la porte et dire à celui ou celle qui était dehors qu’il ne voulait voir personne. Oui, il avait son plat au four. Il n’allait pas donner quelque chose de grillé à son Silvio quand même ! Il fallait qu’il le nourrisse bien son fauve sinon, il allait manger ailleurs ! Il entrouvrit donc la porte et se prépara à réciter d’aimables formules de politesses pour congédier l’autre, mais ses yeux devinrent des billes étonnées lorsqu’il reconnut le visage de Karlovy. Et quelle question ! S’il était seul ? Mais en quoi le fait qu’il soit seul ou non pouvait bien l’intéresser, hein ?

    « Je… Oui… »

    Bégailla-t-il, sans comprendre pourquoi. Et que dire ce moment soudain où elle le prit par le col et le plaqua contre le mur en clamant qu’elle avait envie de lui sur le champ. Shane n’était pas du genre à frapper les femmes, si du genre à les repousser méchamment. Non, Shane était poli avec les femmes… Mais comment lui dire qu’il voulait qu’elle enlève ses papattes de lui parce qu’il aimait déjà Silvio, et que même si elle était mignonne et attachante, son corps et son âme étaient contractuellement la propriété du commandor ? Il commença à ouvrit la bouche, complètement ébaubi, les mains lever en l’ai comme quelqu’un qui tentait de prouver son innocence et de ne pas tomber dans le pécher. Elle se cambrait contre lui, elle venait même lui mordre le lobe de l’oreille. Shane venait de poser prudemment ses mains sur les deux épaules de la demoiselle, dans le but imminent de la repousser gentiment. Il l’aurait fait s’il n’avait pas entendu ce qu’elle lui avait susurré à l’oreille. Jouer le jeu ? Nan mais elle se payait sa tête ! Il avait alors de possibilités : soit la repousser et lui dire que ce jeu ne lui plaisait pas, soit tomber dans l’excès théâtral. Il choisit la seconde solution, elle allait payer cher sa comédie. Sans le moindre remord, il décolla ses mains de ses épaules et alla prendre fermement les fesses de la jeune femme. Et toc ! Ca lui apprendra !

    Il se laissa balader de mur en mur en répondant à ses avances jusqu’à ce qu’ils arrivent dans la chambre. Sur le lit, Shane passa ses mains le long de sa taille. Si elle n’avait pas eu la bonne idée de se lever pour aller fermer la porte, pour sur que Shane aurait poussé l’avarice à lui peloter la poitrine, rien que pour lui faire payer cher ses bons services de comédiens. Il se redressa sur le lit et s’assit en tailleur. Il avait l’air fin, on Shane avec son tablier de cuisine. Il l’ôta d’ailleurs et le laissa sur le lit. Ensuite, il la vit revenir et s’installer sagement sur le matelas. Il la fixa, attendant d’elle les inévitables explications. D’ailleurs, elle vint bien vite.

    « C’était très… Audacieux… et pneumatique… »

    Le dernier adjectif ne parlait pas vraiment de l’idée loufoque de Karlovy ce soir, mais d’avantage de son fessier. Enfin, elle ne comprendrait bien vite. Elle avait poussé un drôle de gémissement, et Shane ne pouvait masquer un petit sourire. Il sautilla sur le lit pour faire grincer les jointures. Non, vraiment, ils avaient l’air fin tiens !

    « J’espère que vous avez une bonne raison pour nous pousser à doubler les voix d’un film porno… Que voulez-vous ? »

    Son regard clair et interrogateur se porta sur les yeux verts de la jeune femme, cherchant une explication. Car, oui, il lui en fallait une. Néanmoins, la situation lui plaisait bien. Pour Karlovy, ce quiproquo signalait qu’elle se détachait de Zoltan pour d’autres hommes. Quant à Shane, il pouvait masquer son penchant pour son homme… Et peut-être pour les hommes en général. Shane ne s’était pas vraiment posé la question. Mais il fallait bien avouer qu’Aaron ne l’avait pas laissé insensible… Alors se pourrait-il qu’il soit tout simplement bisexuel ? Enfin, ce n’était pas le moment de se poser la question. Il avait une simulation d’orgasme à préparer u_u.
avatar
Shane M. Lewis
~ Brigadier Informatique ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Brigade Informatique
Âge réel : 10 ans
Âge d'apparence : 19 ans

Compétences
Mémoire:
3000/10000  (3000/10000)
Compétence principale: Informatique
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: De bons acteurs dans un jeu dangereux

Message par Karlovy Kinsky le Jeu 31 Mar - 20:19

Mais... Mais... Rêvait-elle, ou bien Shane n'était pas le gentleman qu'on pouvait s'imaginer, et... Il mettait ses mains sur ses fesses ? Mais quel fourbe ! Quel profiteur ! Quel coquin ! Karlovy ne put retenir un sourire ravi. D'une part parce qu'il prouvait ainsi accepter de jouer, de l'autre, parce qu'il avait l'air de s'amuser autant qu'elle. Et puis... Sans doute y avait-il, finement distillée, une forme de plaisir dans son goût pour la situation. Non, parce qu'il fallait bien l'avouer : la pauvre damoiselle avait chauffé un tas d'hommes, sans jamais en amener aucun dans son lit, pendant plus de 10 ans. Dix ans de plaisirs solitaires en pensant à un absent, à un rebelle... Les caméras avaient-elles entendu son nom, soupiré dans un râle de nombreuses fois ? Oui, sans doute... Mais il devait bien y avoir un autre Zoltan dans la cité de Nosco, non ?

Bref. Ne nous attardons pas sur ce que faisait Karlovy seule le soir, je n'ai aucune envie de faire fantasmer les lecteurs de ce RP. Ce n'est pas le but, voyons ! Désireuse de se venger, toutefois, de la façon dont l'adorable Shane profitait d'elle, elle contre-attaqua. Alors comme ça, il lui touchait les fesses ? Qu'à cela ne tienne ! Séduisante, elle glissa ses mains dans le bas de son dos, sous son T-shirt, caressant sa peau avec ardeur. Comprendre qu'entre les caresses, elle le griffait allègrement. Sauvage, la demoiselle... Mais c'était si bon d'enfoncer ses ongles... Qui, merci Joshi, n'étaient pas bien longs, ce qui éviterait au joli coeur d'en garder des traces. Et, ainsi, à Silvio de découvrir le massacre et de se faire des idées. Des idées fausses, d'ailleurs.

Mentalement, elle maudit ces foutus appartements du troisième qui, particulièrement spacieux, possédaient un nombre de porte qui ne lui convenait guère. Mais où était donc la chambre ?! Baladés de mur en mur par ses soins, ils arrivèrent enfin en vue de l'espace tant désiré, puisqu'il était le seul à ne pas avoir de caméras. Avec la salle de bain. Mais, la salle de bain, c'était moins confortable, et elle avait trop peur de ce qu'elle pourrait y découvrir... Bien, très bien. Ils étaient arrivés à destination sans trop de casse. Calmant son coeur qui battait la chamade, Karlovy alla fermer la porte, laissant le temps aux rougeurs de ses joues de refluer, et à ses pensées de se faire plus chastes. Bien. Très bien. Elle était calme, ou à peu près calme, et elle serait en capacité de négocier... En évitant de se faire sauter dessus par Shane qui, d'après ses observations, était célibataire.

Parce que oui, Karlovy pensait – et c'était plutôt bien pour les amants colocataires – que l'informaticien était un célibataire endurci. Mais il était plutôt séduisant et, au vu de ses performances en matière de pelotage pneumatique, il devait avoir quand même testé depuis qu'il était à Nosco. Donc, s'il connaissait la nature du sexe, il ne pouvait qu'en avoir envie. Et elle ne voulait pas coucher avec lui, sans façon. Il n'était pas à la même hauteur que le génie de Kim... Et, actuellement, c'était bien le seul homme qui pourrait jamais rentrer dans sa couche, et profiter de ses manières de fauve... D'autant qu'elle était sûre qu'il devait être... Bref. Ne nous étendons pas non plus sur ce que Karlovy fera le soir, mon but n'a toujours pas changé xD. Bande de coquins...

Un sourire aux lèvres, la jolie brune observa son faux amant d'un soir enlever son tablier. Etait-ce volontaire, si son T-shirt avait un peu remonté, dévoilant un ventre lisse où se formaient des débuts d'abdos ? Elle en était sûre, maintenant : Shane devait être un bon coup. Il avait l'air un peu doux, peut-être, mais à ce détail près... Huuum, elle en aurait bien goûté. Seulement voilà. Face à Kim, elle... Le rouge lui monta aux joues, tandis que ses pensées dérivaient allègrement. Oups. Le sujet du jour : négociations pour une arme. Voilààà. Mais... Quoi ? Il disait d'elle qu'elle était pneumatique ? Mais quel goujat, quel impudent ! Elle répondit par un grand sourire, plein d'ironie, du type « Rira bien qui rira le dernier, mon coco ».

« Doubler les voix d'un film porno ? Mais c'est que vous vous... Haaaan... y connaissez, Lewis ! »

Bon, allez. C'était là sa dernière blague : elle avait maintenant un véritable sujet à aborder. En sautillant elle aussi sur le lit, et en ponctuant ses murmures de cris et de gémissements de plus en plus rapprochés et intenses, elle commença à expliquer la véritable raison de sa venue à son compagnon, retenant l'irrésistible envie de rire que la situation créait. Par Joshi, mais ils avaient l'air sacrément intelligents, comme ça !

« Shane. Vous vous souvenez de notre dernière – OWIIII - rencontre, tout aussi pimentée que celle-ci ? Han !»

Grand sourire, en repensant à cette aventure qui les avait opposés pour la première fois, il y a quelque semaines de ça. Shane, piqué par je ne sais quel insecte de Nosco, avait décidé de venir dérober des molécules de qualité dans le laboratoire de synthèse de protéines du Sapientia. Laboratoire où travaillait Karlovy, évidemment. Par on ne sait quel coup du destin, l'informaticien s'était retrouvé entouré par une petite foule qu'on ne voyait normalement jamais dans ce coin de Nosco : un enfant de la congrégation, la jeune femme et Kim. Son homme. Elle chassa pour la énième fois cette image de son esprit – mais pourquoi s'obstinait-il à lui rendre visite alors qu'elle préparait une rencontre avec Zoltaaaan ! >_<... Puis, elle reprit la parole :

« Je vous avais laissé partir – Encore, encore, ouiii ! - sans rien vous demander. Eh bien – Huuum – il est temps pour vous de me rendre un petit service... Si vous le voulez – Oooooh Shaaaane ! - bien, Lewis. »

Couinement de lit, rebond... Tous ces gémissements commençaient à vraiment lui donner envie, il ne faudrait pas que la négociation dure trop longtemps... Sinon, elle risquait de perdre ses moyens, de courir chez Kim et de... Faire des bêtises. Ou alors, de courir voir Zoltan et de se trouver au point de rendez-vous un peu plus tôt, gémissante de désir et... Oh, une nouvelle image dans sa tête ! Un souvenir. Un couinement et... Du calme, du calme. Self contrôle...
avatar
Karlovy Kinsky
~ Biologiste ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Technicienne dans la synthèse alimentaire
Âge réel : 19
Âge d'apparence : 27

Compétences
Mémoire:
250/10000  (250/10000)
Compétence principale: Biologie
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: De bons acteurs dans un jeu dangereux

Message par Shane M. Lewis le Sam 2 Avr - 14:58

    La punition à son excès était tombée bien vite lorsque Shane sentit sur la peau de son dos des ongles. Il réprima un gémissement de plaisir, un vrai, tellement vrai que ça aurait paru troublant à côté des faux semblants. Savait-elle que mon Brigadier avait des penchants Sadomasochistes ? Savait-elle qu’en agissant ainsi elle risquait de le faire partir au paradis en moins de dix minutes ? Non, elle ne le savait pas. Et mieux valait qu’elle ne le sache pas. Shane garda ses gémissements de plaisir pour lui et rien que pour lui, bloqué dans sa gorge, priant pour que le supplice s’arrête ou il aurait fini par craquer. Il n’en eut heureusement pas l’occasion. La traitresse ! Pour sur qu’il se vengerait !

    Dans la chambre, le sujet qui venait de tomber : les films pornos. Ah mon Shane… Mais comment avaient-ils pu en arriver là tous les deux. Il se frotta les yeux pour chasser la fatigue et ses divagations. Il s’y connaissait… Et bien, Shane était des rares personnes à Nosco qui avait connu de chaudes nuits avec des femmes, oiseau de nuit qu’il était, des histoires sans lendemain, et des histoires un peu plus longues. Il avait eu des sentiments si forts. Avait-il déjà songé au mariage ? Oui, avec plusieurs femmes (pas en même temps hein, la polygamie, comme l’homosexualité n’étaient pas spécialement bien vus à Nosco). Mais sachant qu’il avait l’éternité devant lui dans cette ville, il n’avait jamais demandé à la min à qui que ce soit, laissant le temps passer un peu, et malheureusement, effacer les sentiments. Et puis, quelques moi plus tôt, une question l’avait obsédé : aimait-il les hommes ? Etrangement, cette question, en moins de deux jours s’était vite transformée en : aimait-il Silvio ? Puis en : Silvio l’aime t-il ? Shane ne s’était pas longtemps focalisé sur une éventuelle homosexualité, mais d’avantage sur ses sentiments pour Silvio. Il se demandait même si ce qu’il avait ressenti pour Silvio n’était pas à l’origine de ses questions sur sa possible homosexualité. Bref, Shane était de ceux qui ne s’était pas arrêté aux femmes et qui avaient goûté aux deux sexes.

    « Vous ne croyez tout de même pas que –haaan !- j’avais passé 10 ans à Nosco à me demander ce à quoi pouvait bien servir ce que j’ai entre les jambes ?! »

    Non, Shane n’était pas de ce tempérament là. Il profitait des plaisirs de la vie, d’ailleurs, il avait un niveau remarquable en informatique, mais n’avait jamais évolué de son poste initial pour la simple et bonne raison qu’il passait son temps à s’amuser, faire des blagues et des farces. De la sorte, ses supérieurs avaient d’avantage connaissance de ses talents pour les pitreries que pour l’informatique. Silvio lui, avait passé trente ans à se demander ce à quoi pouvait bien servir ce qu’il avait entre les jambes, et il était déjà commandor. Mon informaticien était bien conscient qu’il avait perdu 10 années à s’amuser et profiter de ses belles années, au sacrifice de sa carrière professionnelle. Mais maintenant qu’il était avec Silvio, les choses avaient évoluées. Il s’était grandement assagi en quelques mois. Il savait que moi il attirait l’attention sur ses sottises, moins on découvrirait sa relation cachée. Ce calme nouveau lui avait permis de se faire remarquer par Tristan, et aujourd’hui, il était Traktueur. Pour une période indéfinie, mais il était Traktueur tout de même, il était le hacker n°1 de la Guilde en l’absence de Tristan. Il en était flatté, et il marchait à présent dans une voie d’avantage pleine de sagesse.

    Leur rencontre pimentée ? Oui, il s’en souvenait. Aaron devait aussi bien se souvenir du piment ! Shane poussa un gémissement rauque et grave. Ils avaient l’air fins à simuler l’acte ! Vraiment, il ne ferait pas ça tous les jours… Et si son Silvio rentrait et entendait ça, que se passerait-il ? En voudrait-il à mon Shane au point de rompre ? Assassinerait-il la douce, mais sauvage, Karlovy ? Mon Brigadier avait un peu peur de cette situation. Elle était certes amusante, mais il avait hâte que ça se termine. Un petit service ? Et bien voilà qui promettait. Karlovy qui lui demandait un service, et hors des caméras. Ca pour sur, elle n’était pas venue lui demander une bouteille d’huile. Shane redoutait sa demande, mais il l’attendait dans un même temps. Il avait une dette envers elle, certes, mais il ne ferait pas tout et n’importe quoi.

    « Evidement que je m’en souviens –Ahhh ! C’est booon !- Je serai heureux de vous rendre un service, Miss. Je dois néanmoins vous prévenir que je ne ferai pas tout et n’importe quoi. »

    Voilà qui était dit. Cependant, il attendait sa demande tout ouïe. Il poussait encore quelques gémissements de plaisirs complètement simulés. Franchement, il n’aurait jamais cru faire un jour une telle conversation. Les deux étaient de bons acteurs, Shane n’en faisait pas plus qu’il en aurait fait d’ordinaire, les hommes sont en général moins expressifs que les femmes qui gémissements presque à chaque va et vient. Enfin, ça leur ferait un bon souvenir :

    « Vous n’oublierez pas de me donner la couleur de vos sous-vêtements et vos mensurations en sortant, je ne voudrais pas –HMM, LOVY !- être pris au dépourvu si on me demande si vous êtes bonne par la suite. A en juger par vos coups de griffes, vous devez être –Oh oui !- un peu sauvage. Et vous avez les fesses fermes, je crois que je pourrais dire que vous êtes –tu es en pleine forme !- un bon coup… Dites, vous êtes du genre soumise ? Vous aimez les coups de fouets ? »

    Il allait un peu loin là, non ? Il lui faisait tout bonnement croire qu’il allait se vanter d’avoir couché avec elle. Ce n’était pas le cas, il ne voulait pas d’une scène de manage lorsque Silvio apprendrait ça. Mais il voulait embêter un peu Karlovy et la taquiner. Puisqu’elle avait eu l’excellente mauvaise idée de cette simulation. Autant qu’il en profite et qu’il lui pose les questions qu’il ne lui aurait jamais posées dans une situation autre.
avatar
Shane M. Lewis
~ Brigadier Informatique ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Brigade Informatique
Âge réel : 10 ans
Âge d'apparence : 19 ans

Compétences
Mémoire:
3000/10000  (3000/10000)
Compétence principale: Informatique
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: De bons acteurs dans un jeu dangereux

Message par Karlovy Kinsky le Mar 5 Avr - 14:09

[ Mais c'est que tu t'y connais en matière de gémissements féminins, Géo d'amour :p
Profitons de l'absence de Gaby o/
Hum. ]

« Evidement que je m’en souviens –Ahhh ! C’est booon !- Je serai heureux de vous rendre un service, Miss. Je dois néanmoins vous prévenir que je ne ferai pas tout et n’importe quoi. »

Bon. Au moins, il ne s'était pas braqué et n'avait pas cessé de simuler d'un coup... Ce qui aurait fait bizarre, avouons-le. Shane était prêt à lui fournir un coup de main, ou du moins à l'écouter. Elle devait donc réussir à paraître convaincante et sérieuse, malgré les gémissements qui parsemaient ses phrases. Elle avait toujours était bruyante. Friande de couinements, de gémissements voir même de petits cris, parfois rauques, d'autres aigus... En revanche, il était rare de l'entendre parler, préférant aux mots si durs à formuler ces borborygmes exprimant fort bien son plaisir et les capacités de mâle de ses amants. Enfin, de son amant. Parce que oui, depuis qu'elle était sur Nosco, Karlovy n'avait connu qu'un seul homme, et avait boudé tous les autres. L'acte sexuel était synonyme d'amour. Et elle n'aimait pas n'importe qui.

Alors qu'elle réfléchissait aux moyens d'amener la conversation là où elle voulait qu'elle arrive, Shane décida de refaire preuve d'insolence. Mais c'est qu'il n'y allait pas de main morte, le coquin. Voilà qu'il lui posait des questions d'ordre tout à fait personnel, maintenant, et faisait preuve d'une grossièreté telle qu'elle... Sourit. Oui, Karlovy n'avait jamais été une de ces précieuses pince-sans-rire qui ne savait pas faire preuve d'auto-dérision et n'acceptait pas de jouer aux jeux de la séduction. Bien au contraire, d'ailleurs. Elle en jouait, en usait encore et encore, et compensait le manque d'actes sexuels dans les plaisirs que donnaient ces comportements. Impressionner l'autre, le dominer, l'attirer dans son jeu... Elle était sauvage, animale et, bien qu'elle ne fit rien pour ça, oubliant même de se maquiller certains jours, elle plaisait. Sans doute était-ce du à cette aura de confiance en soi, à cette assurance bouillonnante de vie qui émanait d'elle...

Alors, puisqu'il voulait jouer, elle allait jouer, en essayant de garder un minimum de self contrôle... Elle n'apprécierait pas de lui avoir sauté dessus, son esprit tout émoustillé par la pensée de Kim... Avez-vous déjà subi la torture d’un régime ? Il est plus dur de maintenir un régime après avoir croqué dans un carré de chocolat. En effet, on ne pense alors plus qu'à ça, et l'envie se fait d'en manger encore, de dévorer une tablette entière, peu importe sa qualité ou sa provenance... C'était pareil pour le sexe. Elle avait embrassé Van Berghen, plusieurs fois, et elle rêvait que ça aille plus loin, qu'elle puisse faire... Plus. Et là, maintenant tout de suite, elle se devait de chasser ces pensées de son esprit, parce qu'elle risquait de croquer un bout de Shane... Et elle le savait chaud lapin, et bien capable de profiter d'elle. Après tout, il avait lui-même plus ou moins avoué savoir se servir de ce qu’il avait entre les jambes… Décidément, quel coquin ce Lewis…

Toutefois... Il était hors de question qu'elle lui laisse le dernier mot... Une histoirede fierté. Alors, elle lui sauta dessus, le fit basculer en arrière, bloqua ses mains... Elle faisait preuve d'une force étonnante, elle qui avait l'air chétive et, profitant de son attaque surprise, parvint sans mal à plaquer Shane contre le lit, à cheval sur son ventre. Il n'aurait pas trop de difficultés à s'échapper s'il le voulait vraiment, il suffirait de quelques ruades, et elle serait délogée... Mais à cet instant, elle avait le dessus, et c'était une sensation qu'elle jugeait... Jouissive. Carnassière, elle sourit, poussa un glapissement excité, plein de plaisir, peut-être même orgasmique, et vrilla ses yeux verts dans ceux, plus sombres, de son compagnon. Et elle lui répliqua, du tac au tac :

« Mais mon cher Shane, je vous sais inventif, vous trouverez bien de quoi répondre. Vous pourriez dire, bien sûr, que mes coups de bassin – Hum, hum, huuuum – rattrapent la maigre taille de ma poitrine, et je pourrai même – OWIIIII, OUI, OUIIIIIIIII – vous mordre ici et là, pour que vous puissiez montrer ces traces comme des trophées – Haaan, huuum – à des endroits montrables, bien sûr. »

Elle bascula sa tête en arrière, fit voler sa chevelure noire et se redressa, vrilla ses yeux verts, sauvage, dans ceux de Shane et lui souffla, sur le ton de la confidence, lui mettant sous les yeux une évidence qui lui paraissait pourtant difficilement manquable :

« Non, je ne suis pas soumise. Et je n'aime les coups de fouet que quand c'est moi qui les donne. - AAAAAAH, AAAAAAH – Mais vous savez, je pourrai même vous fouetter si vous accédez à ma requête – Haaan, owi, owi, owiiii. A moins que vous ne préfériez autre chose. Grognez un peu plus fort maintenant, mettez-y du coeur. »

Elle bascula la tête en arrière, et lâcha une série de cris plus aigus, plus nombreux, plus serrés. Voilà. Elle jouissait. Ils allaient pouvoir parler sérieusement, maintenant. A voix basses, comme des amants sur l'oreiller. Mais elle se trouvait bien là où elle était, ainsi à cheval sur Shane, aussi ne bougea-t-elle pas, lui offrant un adorable sourire un brin moqueur. En fait, elle contrôlait plutôt bien ses pulsions, à cet instant. Et c'était agréable de dominer ainsi. De se dominer, de dominer Shane… Elle avait toujours aimé dominer. Elle dominerait toujours sans doute, en sauvage qu'elle était. Elle effleura sa joue, se pencha un peu, comme si elle manquait de l'embrasser, s'arrêta non loin, ses cheveux noirs et bouclés, même pas coiffés, tombant autour d'eux comme un rideau protecteur pour murmurer d'une voix assurée, en venant enfin au vif du sujet :

« J'ai besoin d'une arme, et je veux que vous m'aidiez à en avoir une. »

Et voilà, c’était dit. Les choses sérieuses commençaient : il allait falloir qu’elle le convainque de lui fournir une arme blanche convenable, peu importe sa provenance, pour pouvoir descendre dans les sous-terrains et affronter ls hypothétiques créatures qui pourraient lui sauter dessus. Parce que oui, elle ne pouvait évidemment pas descendre les mains dans les poches, l’endroit était bien trop dangereux pour prendre de tels risques… C’était déjà bien assez dangereux de descendre alors que la Guilde ne lui avait toujours pas pardonné, même quinze ans après, ses petites escapades dans le passé… De toutes façons, c’était la faute de Zoltan. Toujours lui !
avatar
Karlovy Kinsky
~ Biologiste ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Technicienne dans la synthèse alimentaire
Âge réel : 19
Âge d'apparence : 27

Compétences
Mémoire:
250/10000  (250/10000)
Compétence principale: Biologie
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: De bons acteurs dans un jeu dangereux

Message par Shane M. Lewis le Jeu 7 Avr - 22:05

    Peut-être avait-il été trop loin dans la provocation, et son crime ne resterait pas impuni. Karlovy n’était pas le genre de femme qui se laissait faire, du moins, pour le peu qu’il connaissait d’elle, il savait qu’elle était loin d’être facile à avoir. Elle était ce genre d’arbre aux racines si profondes qu’il fallait un grand renfort de hache pour lui faire lâcher prise. Elle avait ce genre d’obstination, une certaine fierté quelque part. Et dès lors qu’il lui avait demandé des choses peu pudiques, il savait qu’il aurait à en payer le prix. La punition ne tard d’ailleurs pas à venir. Il s’était docilement faire, ayant appris par le passé qu’il valait mieux dire oui aux caprices des femmes que de lutter contre : ça pouvait faire encore plus mal. Comment ça Shane était aussi capricieux ? Oui, bon d’accord, mais juste avec Silvio. Juste parce qu’il aimait jouer avec son amant, parce qu’il savait que Silvio lui céderait tout. Alors, comme un enfant, il cherchait les limites de l’autorité parentale, poussant le caprice un peu plus loin à chaque fois. Il avait déjà obtenu de Silvio un premier acte alors que Silvio ne l’avait jamais fait à Nosco, encore moins avec un homme. Son amant avait des idées bien connues sur la bassesse du plaisir de la chair, et pourtant, devant les gémissements de souffrance de Shane, le pauvre commandor n’avait rien pu faire. Rien d’autre que de lui céder sa réclamation. Et quelle réclamation ! Elle avait tout de même été d’envergure ! La seconde plus récente avait été de rappeler à Silvio que Shane était bel et bien un homme. Pour cela, Shane avait mis en conflit les pensées de Silvio et son propre plaisir. Ca avait fait le poids, encore, il avait eu ce qu’il voulait. Il avait honte parfois lorsqu’il y pensait. Ce n’était pas bien de jouer ainsi avec Silvio. Ce n’était pas bien tous ces caprices, c’était un vice. Mais ne lui avait-il pas demandé pardon à genoux dans la douche ? Il se savait déjà pardonné avant même d’avoir formulé la moindre excuse, dans le cœur de Silvio, il aurait pu demander l’impossible que Silvio y aurait laissé sa vie sans en vouloir à Shane. Mais mon Brigadier avait besoin de ses caprices. Il avait besoin de savoir tout ce que Silvio serait près à faire pour lui. Il avait cette impression d’exister, et c’était ce qui différait avec ses relations antérieures. Personne ne l’avait aimé comme Silvio l’aimait. Tout autre en aurait eu assez de ses caprices et de ses besoins d’exister. Silvio, lui, donnait sans compter, sans rien attendre en retour. Et lorsque Shane lui offrait quelque chose, Silvio se sentait déjà redevable alors qu’il avait déjà payé sa dette.

    On pense toujours vivre l’amour incroyable lorsqu’on le vit, et puis, plus tard, dans les bras de quelqu’un d’autre on prend du recul et on se dit que cette histoire n’avait pas été si formidable que cela, qu’aujourd’hui c’était plus beau encore. On était aveuglé par l’instant présent, on y voyait le véritable bonheur. Mais était-ce pour autant une réalité déformée ? Non, je ne le crois pas. Au présent on est heureux, et ça, ce n’est pas une illusion. Plus tard, on se dira que ce jour là n’avait pas été le plus beau du monde, mais on ne le regrettera pas pour autant. Car ça avait été un instant de bonheur. Alors Shane était heureux, et qu’importe ce qu’il adviendrait par la suite. Il était juste heureux, alors qu’on le laisse avec son bonheur, avec son Silvio. Il se sentait mieux que jamais. Et c’était véritablement le cas. Avant Silvio, ses caprices ne faisaient pas l’unanimité. Silvio lui, les acceptait. Il acceptait Shane avec son gros défaut, et pour ça, Shane pouvait dire qu’il connaissait une relation sans précédent. Etait-ce pourtant cruel et sadique de sa part d’être ainsi capricieux et profiter de l’amour de Silvio ? Il s’en voulait, parfois, il se demandait s’il ne faisait pas du mal à Silvio. Mais son amant n’était pas malheureux, ses gémissements de plaisir pendant un caprice de Shane ne pouvaient le tromper. Silvio aimait ça. Alors, si son amant partageait les joies de son caprice, alors soit, il n’y avait pas de mal. Bref, tout ça pour dire que Shane était capricieux, et qu’on pouvait voir là un caractère typiquement féminin, n’en déplaise à certains, il était ainsi. Il s’en était toujours moqué, il avait toujours un peu ce qu’il voulait dans sa vie, des bêtises surtout, juste parce qu’à tel instant, il avait envie de faire telle chose. Si Shane avait trouvé une oreille attentive à ses caprices dans les bras de Silvio, il avait aussi beaucoup changé lui-même. Il était plus sage, plus réfléchi. Ca ne l’empêchait pas de s’amuser, mais il était néanmoins plus enclin à faire attention à ce qu’il faisait. Silvio l’avait changé. Silvio l’avait rendu plus sage, c’était là toute la magie de leur amour. La capacité à pouvoir changer l’autre est véritablement un des critères d’un couple épanoui. Si l’amour n’apporte aucun enrichissement, ce n’est pas de l’amour, c’est de l’attraction. Car l’amour est riche par nature. L’attraction n’est qu’un semblant d’amour, à la différence près qu’elle est éphémère. Alors, Silvio l’avait enrichi et rendu autre. Il y avait grâce à lui, pu se consacrer à sa carrière professionnelle. Il était plus sérieux. Sans Silvio, il aurait probablement une conquête d’une nuit entre les bras et une idée puérile derrière la tête. Sa prochaine sottise. Il aurait été autrement heureux, mais il l’était bien d’avantage aujourd’hui.

    Hum. Ne pas penser à Silvio. Voilà qu’il était dans un charmant état. Et si Karlovy croyait que Shane avait soudain de l’attirance pour elle. Ce n’était pas le cas, et loin de lui l’envie de tromper Silvio et de tromper cette femme par de fausses idées. Le plus terrible là dedans fut probablement ses cris d’orgasme. Shan tâcha d’être l’homme qu’il aurait du être sans Silvio. Et grâce à Lovy, aujourd’hui il réalisait combien il était mille fois plus heureux avec lui. Pour rien au monde il ne l’échangerait, pas même contre sa vie frivole d’antan. A présent, il était un peu devenu quelqu’un d’autre. Et celui qu’il était devenu lui plaisait d’avantage. Il poussa des gémissements rauques, un plaisir infini qu’il simulait. Il se souvenait de ces filles dont il se rappelait d’avantage de la forme de leurs seins que de leur prénom. Il n’en était plus là à présent. Celui qu’il aimait s’appelait Silvio, et il n’aurait de cesse de prononcer ce nom dans la nuit obscure, lorsque son absence le chagrinait. Ca l’avait réconforté tant de fois, ça avait comblé un bref instant le manque en lui. Aujourd’hui, les choses avaient évoluées, dans un bon sens, puisqu’il vivait avec Silvio, et jamais plus il n’aurait à prononcer son prénom, dans le noir, lorsque son absence lui sciait le cœur. Car il serait à présent là. Et si Shane murmurait encore son nom, ce serait dans le creux de son oreille, tout doucement, comme s’il voulait ne pas troubler le silence. Il le ferait juste pour dire à Silvio que c’était bien lui qu’il aimait et nul autre. C’est fou ce qu’il pensait à Silvio ! Il fallait dire que Karlovy les mettait dans une situation délicate. Shane doutait bien qu’elle ne pensait pas à mon informaticien en gémissant de la sorte. Pensait-elle encore à son fiancé qui avait quitté leur camp ? L’avait-elle oublié ? Et si c’était le cas, pensait-elle à un autre homme encore ? Il ne connaissait que peu Karlovy. Il connaissait d’elle son métier, ses fiançailles gâchées avec Zoltan, son statut de ‘à surveiller’ et sa générosité. Car c’était tout de même grâce à elle que Shane avait pu obtenir ce fameux piment… Et ce chocolat aussi ! Karlovy était une femme très gentille, féline aussi, mais que le destin n’avait pas bien gâté. Shane aurait été anéanti si son Silvio venait à rejoindre la Confrérie rebelle. Enfin, il avait tout de même choisi le Commandor de la Section Anti-terroriste ! Il était plus fidèle à l’impératrice qu’un grand nombre de Guildiens. Non, vraiment ce genre de bouleversement ne risquait pas d’arriver dans la vie de Shane. Dès lors, pouvait-il seulement comprendre la souffrance de Karlovy ? Souffrait-elle ? Peut-être avait-elle simplement tourné la page…

    Il la vit de pencher sur lui, elle avait effleuré sa joue, et puis, il l’avait laissé jouer les dominatrices, elle semblait aimer ce rôle. Shane n’était pas le genre à se soumettre, sauf avec Silvio où ils étaient l’un et l’autre, à la fois maître et soumis. Au final, ils étaient sur un pied d’égalité. L’un aurait tout fait pour faire plaisir à l’autre, et l’un cherchait toujours à affirmer sa virilité par rapport à l’autre. Silvio affichait d’avantage sa virilité, à l’inverse, Silvio était plus enclin à répondre aux caprices de Shane. C’était un certain équilibre. Et ce fut la raison pour laquelle il laissa Karlovy en paix, assise sur lui. Il lui rendit ce petit sourire malin, amusé par la situation, mais qui signifiait qu’il n’avait pas dit son dernier mot. Il avait devant son regard soudain, juste des grands yeux clairs de la jeune femme, et la demande vint enfin, laissant Shane perplexe, remplit de questions. Son sourire s’éteignit sur son visage, et ses yeux aussi perdirent un peu de leur lumière. Une arme ? Pourquoi voulait-elle une arme ? Ne pouvait-elle pas se procurer des grenades alphas pour se protéger des créatures ? Bien sûr que si. Alors, pourquoi une arme ? Pour attaquer ? Et si elle voulait commettre un meurtre avec son arme ? Se retournerait-on contre lui ? Mon Brigadier était véritablement indécis. Il usa de ses abdos pour se redresser, et tourner sur le côté pour mettre Karlovy sur le matelas. Entre ses jambes, il la surplombait à présent, question que passer maître dans la situation. Il savait que c’était lui qui aurait le dernier mot dans cette histoire. Ce n’était donc pas à lui de prendre le rôle du soumis ! Il la fixa un instant et répliqua rapidement :

    « Non. Vous être sous surveillance Karlovy, et vous savez très bien pourquoi. Nous avons des doutes quant à votre fidélité pour la Guilde. Jusqu’où va votre loyauté lorsque les sentiments, aussi forts que je pense que vous les avez ou les avez eus avec Zoltan, viennent se mêler dans votre esprit ? On dit que par amour, on serait prêt à tout, même au pire, même à l’incroyable, même à l’invraisemblable. Et j’ignore tout de vous pour savoir s’il est possible d’avoir confiance en vous. Pourquoi avez-vous besoin d’une arme, Karlovy ? Que comptez-vous en faire ? A quoi peut-elle bien vous servir ? »

    Est-ce qu’elle chercherait à lui mentir ? Il ne l’espérait pas. Shane lui avait dit non, de prime abord. Parce qu’il était Brigadier, parce qu’il obéissait à la loi impériale. Karlovy était certainement une femme très gentille avec lui, il n’en demeurait pas moins vrai qu’elle était sous surveillance, et que si la Guilde avait refusé qu’elle ait une arme, c’est qu’il y avait une bonne raison là-dessous. Et cette raison s’appelait Zoltan. Néanmoins, mon Brigadier n’était pas catégorique. Il n’était lui-même pas un exemple de droiture face à la loi. Il était même un peu distrait ces derniers temps, et son vol, dernièrement au Sapienta en était l’exemple le plus récents. Sans compter sa relation avec un homme, ou encore la mémoire de son passé d’avant Nosco dont il avait rassemblé quelques morceaux. Il lui posait des questions pour en savoir d’avantage, il montrait par là qu’il n’était pas complètement fermé à sa requête. Néanmoins, l’ouverture était mince et Karlovy allait devoir lui donner de profonds motifs pour qu’il lui prête une arme. Car si tel était le cas, il se mettait lui-même en danger et hors la loi. Alors, vraiment, elle était encore loin d’avoir son arme. Il attrapa le menton de la jeune femme entre son pousse et son index, et puis, les yeux dans les siens, il ajouta :

    « Vous n’avez aucun intérêt à me mentir. »
avatar
Shane M. Lewis
~ Brigadier Informatique ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Brigade Informatique
Âge réel : 10 ans
Âge d'apparence : 19 ans

Compétences
Mémoire:
3000/10000  (3000/10000)
Compétence principale: Informatique
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: De bons acteurs dans un jeu dangereux

Message par Karlovy Kinsky le Dim 10 Avr - 17:28

Elle en était sûre. Il avait suffi que le mot « arme » arrive, et le sourire de Shane s’était fané… Pourtant, ils s’amusaient bien au début, nan ? Elle aurait peut-être du dire autre chose, du type « J’aurai besoin de quelque chose métallique et coupante pour me défendre en cas d’attaque, car ma vie sera peut-être en danger »… Mais maintenant, c’était trop tard, elle avait dit « arme ». Et, apparemment, s’il l’appréciait, il n’était pas prêt à prendre des risques pour elle. Si Lovy avait été une femme normale, classique, elle aurait été déçue que son stratagème ne marche pas aussi bien que ce qu’elle voulait. Seulement voilà, Lovy n’était pas une femme comme les autres, bien au contraire. Alors, elle ne put retenir un sourire satisfait tandis qu’il se retournait, et la coinçait entre ses jambes, se retrouvant au-dessus d’elle. Il était franchement séduisant, à cet instant… Se pourrait-il qu’elle soit plus soumise qu’elle ne le pensait ? Se pouvait-il qu’elle aime se faire dominer ainsi ?

Brièvement apparurent dans son esprit des flashs, des souvenirs. Avec Zoltan, évidemment. Zoltan et elle dans leur intimité. Leurs peaux nues s’effleurant, ses caresses, leurs corps se frottant l’un à l’autre… Elle se rappelait comme son corps était doux, même si c’était celui d’un combattant. Elle se rappelait combien il était fort, comme elle se sentait bien quand, enfouie dans ses bras, elle oubliait tous ses malheurs et tous ses doutes. Elle se souvenait de son odeur, de son sourire, de son air bougon… Il n’était pas comme Kim, bavard et social, mais ressemblait plus à un ours mal léché… Qui se révélait en fait être un prince quand, la nuit, il retrouvait sa princesse. Et qu’il l’emmenait à cheval jusqu’au septième ciel xD. Oh oui, elle en avait des souvenirs avec Zoltan. Et, si elle se souvenait bien, il n’était pas rare qu’elle ne domine pas, lui laissant sa fierté de mal, se livrant à lui, confiante.

Confiante… La réalité n’est pas toujours bonne à savoir, mais quelque chose heurta Lovy à cet instant précis, tandis qu’elle se trouvait soumise sous le poids de Shane, qui vrillait sur elle des yeux méfiants. Il ne tarderait plus à parler, c’était sûr. Mais la jolie brunette venait de comprendre ce qu’elle refusait de voir : cette apparente confiance, ce côté sûre d’elle et dominante n’étaient-ils pas le fruit de son manque de croyance en l’espèce humaine ? Elle n’osait imaginer quelqu’un ne lui voulant aucun mal, ne voulant rien retirer d’elle, acceptant de la rencontrer uniquement parce qu’il l’appréciait. Et puis Kim s’imposa à elle, à son esprit. Oui, Kim avait passé du temps avec elle juste pour elle et pas pour ce qu’il pourrait gagner avec elle. Kim l’aimait pour ce qu’elle était vraiment. C’est pourquoi lui avait réussi à atteindre son cœur, lui seul avait la possibilité de soigner ce cœur que Zoltan avait brisé. Mais voilà que Shane parlait et, à contre-cœur, Karlovy quitta ses pensées pour vriller ses yeux dans ceux de celui qui la dominait.

« « Nous avons des doutes », vous dites… N’avez-vous pas une identité propre, Shane Maël Lewis. Avez-vous besoin de vous identifier à ceux qui n’ont pas eu l’intelligence de juger ma volonté d’appartenir à la Guilde ou aux rebelles ? »

On sentait un profond dégoût dans ce qu’elle disait, adressé non pas à Shane, mais plutôt à ceux qui se disaient doctes, mais qui étaient en fait bien incapable de la juger comme elle aurait du l’être. Elle avait envie de s’énerver, de hurler, de casser les murs peut-être même… Mais elle n’était pas sûre que ça jouerait en sa faveur, que Lewis apprécierait de voir sa maison saccagée… Ni que les caméras ne viendraient pas à se poser des questions suite au boucan qu’une telle action pourrait faire. Alors elle se dégagea brutalement, donnant un violent coup de bassin pour se libérer. Ça fonctionnait à tous les coups. Les noscoiens n’étaient pas de très bons cavaliers, en raison de l’absence de montures. Aussi se libéra-t-elle aisément et descendit du lit, doucement, comme perdue dans ses pensées. Elle se devait de rester calme.

La question était maintenant de savoir quelle était la conduite la plus judicieuse. Faire confiance à Shane, et lui raconter ses malheurs ? Ou bien choisir de partir et de se débrouiller autrement ? L’hésitation était bien trop cruelle, mais avait-elle vraiment le choix ? Avait-elle une possibilité de s’enfoncer dans les sous-terrains sans arme pour se protéger ? Oh, bien sûr, elle ne risquait pas grand chose si elle se faisait attaquer, Zoltan arriverait sûrement sur son cheval blanc, grand seigneur, mais… non, elle ne pouvait décemment pas descendre dans les sous-terrains sans arme. Elle devrait résister à une éventuelle attaque au moins le temps que le rebelle vienne à son secours. Et elle ne voyait pas comment s’approprier discrètement une arme, si ce n’est en passant par Shane. Elle avait vraiment BESOIN de son aide. Alors, elle caressa doucement le dos de l’araignée qu’elle portait en pendentif, se retourna et s’approcha de Shane. Elle monta sur le lit, assise, se retrouva face à lui et caressa sa joue du bout des doigts :

« Je peux vous faire confiance pour garder la totalité de ce que je vais dire pour vous, Lewis ? Et cela peu importe la réponse que vous me donnerez au final ? »

Une fois une réponse positive obtenue, elle s’installa sur ses fesses, rompant le contact et, vrillant ses yeux verts dans ceux de Shane, commença son récit dans un murmure, histoire que les caméras n’en captent pas une bribe :

« J’ai un début de relation avec le docteur Kim Van Berghen. OUI, je sais, c’est surprenant, mais ne m’interrompez pas. Cette relation… C’est la première depuis 17 ans, depuis le départ de Zoltan. Et je ne veux aucunement vous faire pitié, je ne suis pas une séductrice comme bien d’autres, je ne couche pas avec n’importe qui. Je veux pouvoir m’installer vraiment avec Kim, pouvoir… je ne sais pas moi, l’aimer librement. Seulement voilà, je ne pourrais jamais le faire sans en parler à Zoltan, et je ne peux aucun cas lui indiquer quoi que ce soit d’une autre manière qu’en le voyant en vrai. Pour cela, je dois descendre dans les sous-terrains. Juste pour le voir, pour lui dire, et puis pour repartir. Pour être sûre que je ne ferai pas de mal à Kim, que je ne me ferai pas de mal tout court et… »

Son regard se perdit dans le vague, elle ne regardait plus vraiment Shane. Pourquoi lui parlait-elle autant d’elle, hein ?! Méritait-il seulement de savoir tout ça ? Elle n’en était pas sûre. Reprenant contact avec la réalité, elle rajouta :

« C’est sans doute idiot, n’est-ce pas. Mais vous avez promis de garder le secret. Et je ne peux décemment pas descendre seule dans les sous-terrains avec une seule petite et misérable grenade alpha, vous voyez ce que je veux dire ? »

Le moment de faiblesse était passé, on retrouvait enfin une brunette forte et fière, comme elle avait l’habitude d’être.
avatar
Karlovy Kinsky
~ Biologiste ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Technicienne dans la synthèse alimentaire
Âge réel : 19
Âge d'apparence : 27

Compétences
Mémoire:
250/10000  (250/10000)
Compétence principale: Biologie
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: De bons acteurs dans un jeu dangereux

Message par Shane M. Lewis le Mar 12 Avr - 22:02

    Ce n’était vraiment ce à quoi il s’était attendu. Il aurait seulement voulu qu’elle lui explique pourquoi elle voulait une arme. Il avait obtenu quelque chose d’autre avant. Shane était un Guildien, il avait appris à croire en ces idéaux. Il avait accepté certains préceptes et il en avait fait sa ligne de conduite. Sa vie suivait ce tracé, sans discontinuité apparente. Siwel était un homme droit. Il était un informaticien pour qui tout devait être carré, chaque chose à sa place, lui-même avait sa place et il devait y rester. Siwel était un soldat dont l’ordre primaire était d’obéir à ceux qui gouvernent. Il les avait élus rois de son jugement et se référait à eux à chaque fois. Alors il faisait confiance à ce que disait la Guilde, il suivait chacune des doctrines. Et la jurisprudence du passé l’aidait à savoir quel sort était destiné à tel ou tel méfait. De tel sorte qu’il connaissait le sort qui l’attendait s’il s’égarait de part et d’autre de cette ligne. Tout ça, bien sûr c’était dans sa tête. En réalité, aucune droite n’est vraiment droite. Il n’y avait bien que dans les absolus des axiomes mathématiques que cette perfection se trouvait. On pouvait toujours tracer une ligne avec une règle, elle aurait toujours quelques courbes, peut-être invisibles à l’œil nu. N’était-ce donc pas l’apparence qui comptait à Nosco ? Car aimer Silvio n’était pas se positionner sur cette ligne droite, mais le cacher en donnait l’apparence et le prohibé devenait toléré. Il en était de même pour les souvenirs de Shane, ses discussions avec ce Joshi. C’était absurde, mais il en voyait l’utilité et tant qu’il se tairait il se couvrirait lui-même. Il était à l’abri. Le plus dur était de garder ce secret.

    Aussi, pour toutes les choses, Shane se référait de prime abord à la doctrine Guildienne. Mais s’il voyait un intérêt à quitter cette ligne droite pour emprunter un chemin sinueux et s’il trouvait un moyen de faire croire à tout que cette courbe est une droite, alors il était dans le droit chemin. Il aurait voulu faire confiance, mais il se projetait d’abord que ce qu’en disait la Guilde. Venaient ensuite les exceptions, si elles avaient lieux d’être. Il n’avait donc rien répondu à cette première phrase, attendant la suite avec patience. Cela viendrait. Si Karlovy avait monté tout ce numéro pour lui demander ce service, c’est qu’elle devait en avoir véritablement besoin. Mon Brigadier se demandait alors jusqu’où pouvait bien aller la jeune femme dans cette voie dangereuse. Il l’avait regardée se libérer de lui, de manière assez brutale d’ailleurs. Il n’avait riposté aucunement, restant assis sur le matelas. Il attendait ? Shane savait être très patient lorsqu’il le voulait. Lorsqu’on était Traktueur et qu’on attendait sa relâche sa proie, il ne fallait perdre ni sang-froid, ni patience. Le tout n’était qu’une question de temps, l’instant fatal était à celui qui agirait le premier, à l’aveuglette ou baisserait sa garde. Shane restait le hacker. Il attendait que Karlovy se décide. Elle parle ou qu’elle parte. Si elle partait, il la retiendrait. Si elle parlait, il l’écouterait. Et elle parla. Il n’eut qu’à acquiescer la promesse.

    Elle était lentement revenue sur le lit. Et ça arrangeait d’ailleurs Shane. De part sa petite taille, mon brigadier avait toujours la tête levée pour voir les gens. Mais une fois qu’il était assis, c’était pire encore. Il fut bien ravi que Karlovy revienne à une taille plus aisée pour lui. Il n’en crut pas des oreilles : Kim Van Berghen et Karlovy Kinsky !!! L’histoire de la conceptrice était touchante : une femme qui, le cœur brisé n’avait jamais voulu connaitre une nouvelle histoire… Jusqu’à Kim. Silencieux, il comprenait bien vite l’ampleur de la situation. Il était heureux pour elle, non pas seulement comme Guildien qui voyait la jeune femme revenir à la raison et quitter définitivement l’amour interdit. Il n’était également comme humain. Il ne connaissait que très peu Karlovy, mais savoir qu’elle avait décidé de tourner la page pour son propre bien le soulageait au plus haut point.

    « Je vois… »

    Fit-il d’un voix effacée, brisée sur la fin, juste un murmure pour lui faire comprendre qu’il l’avait bien entendue et écoutée. Une décision à présent. N’était ce pas ce qu’elle attendait ? Quand bien même il ne lui donnerait pas d’arme, irait-il néanmoins sur le terrain dangereux des sous-terrains ? Il craignait bien que lui, et il ne pouvait décemment pas la laisser faire. Si jamais on venait à rapporter son corps calciné, il serait pris de tellement de remords, et franchement, il n’avait pas besoin de cela en ce moment. Tristan chez les rebelles, il avait suffisamment de soucis ainsi !

    « Karlovy, je ne peux pas vous laisser descendre démunie. Je crois que même avec toutes les chaînes du monde, je ne pourrais pas vous en empêcher. Discrètement du moins. Sachez que vous savoir manigancer un rendez-vous avec un rebelle ne m’enchante pas du tout. Vous semblez oublier que je suis brigadier et que des hommes ont déjà craché sur leur promesse pour moins que cela. »

    Il se leva néanmoins et sortit de son fourreau une épée qu’il avait eu avant d’avoir son Alphasword X-2 (qu’il ne pouvait pas prêter à Karlovy, car c’était une épée qui demandait un certain niveau pour être maniée, et comme Karlovy avait été mise à l’écart des armes, il ne savait pas trop s’il lui serait possible de s’en servir). C’était son ancienne épée. La dernière fois qu’il s’en était servie, c’était lors de l’attaque de créatures, alors qu’il avait été missionné au Sanctuaire de Joshi pour diagnostiquer la panne des ondes alpha. Il prit également une longue veste à lui. Il enroula le vêtement au niveau du manche, col vers le haut et tendit le tout vers Karlovy. Si elle tenait l’épée bien pendue dans le vite, elle ne se verrait pas.

    « J’espère seulement de pas faire d’erreur et ne pas avoir à regretter mon geste. A vous de me faire une promesse : celle d’oublier Zoltan définitivement. Croyez moi, c’est dans l’intérêt de la Guilde, mais aussi dans le vôtre. »
avatar
Shane M. Lewis
~ Brigadier Informatique ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Brigade Informatique
Âge réel : 10 ans
Âge d'apparence : 19 ans

Compétences
Mémoire:
3000/10000  (3000/10000)
Compétence principale: Informatique
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: De bons acteurs dans un jeu dangereux

Message par Karlovy Kinsky le Mer 20 Avr - 23:11

Quel soulagement n'eut pas Karlovy en voyant Shane s'adoucir. Ils avaient l'air de deux amis discutant d'un sujet grave, assis sur un lit à défaut de mieux. A moins qu'ils ne ressemblent plus à un enfant faisant les yeux doux à son papa, dans l'espoir de pouvoir adopter un chien... Tentative dont les probabilités de réussite tombaient bien bas, à bien y penser. Mais, en venant chez le nouveaux Traktueur, Lovy s'attendait à essuyer un refus, tant les chances qu'elle obtienne une épée semblaient... Nulles. Et voilà que Lewis semblait sur le point d'accepter ! Comme quoi, les brigadiers informaticiens avaient beaucoup plus de coeur que ceux qui descendaient dans les sous-terrains.

« Décidément, je vous apprécie de plus en plus, Lewis. »

S'exclama-t-elle, en attrapant le manche de l'épée. On croyait d'elle qu'elle avait été éloignée des armes, mais, par le passé, Zoltan lui avait appris les bases, et depuis, elle s'acharnait à répéter les passes, seule dans sa chambre, armée d'un simple bâton taillé. Il n'avait toutefois pas le même poids et le même équilibre que cette épée, bien plus parfaite. Du bon boulot. Elle le signala, en prenant la poignée, et en sortant la lame du fourreau. S'éloignant de quelques pas du lit, elle donna quelques coups dans l'air, d'abord un peu gauche, puis de plus en plus rapide et précise. Oui, elle s'en sortirait bien avec : c'était une arme à sa taille. Souriante, elle la rangea, et bondit sur le lit.

« Merci beaucoup, Traktueur. Je vous suis redevable. »

Sans arrière pensée, juste comme l'aurait fait une femme voulant remercier un ami qui lui avait rendu un service, elle se pencha vers lui et posa un furtif baiser sur sa joue. Rien qui se rapportât de près ou de loin à de la tentation, aucun sous-entendu, juste... Une réaction spontanée qui ressemblait à la femme en étant à l'origine. Elle sourit doucement, et attendit la dernière phrase. Hum... Lui promettre d'oublier Zoltan pour de bon, disait-il ? S'il croyait que ce serait si facile, il se mettait le doigt dans l'oeil. Combien de fois avait-elle rêvé de ne plus penser à lui, de passer à autre chose et de pouvoir mener une vie débridée et... Flûtrin, allait-elle devoir promettre ?

Non. Non, ce n'avait jamais été dans sa nature de mentir pour arriver à ses fins, et jamais elle n'avait omis la vérité, hormis pour protéger ce qui ne la concernait qu'elle. Elle n'avait jamais parlé de sa relation avec Zoltan, celle qu'elle avait depuis qu'il était partie, l'amour qu'elle avait ressenti, qu'elle ressentait encore un peu, quoi qu'elle puisse dire... Alors, elle avait encore moins de raison de mentir à Shane, qu'elle commençait à considérer comme un ami potentiel, une personne qui, à la fois tout à fait différent d'elle, avait quelque chose en commun, quelque chose qui... Qui lui plaisait, en fait. Elle le trouvait franchement adorable, et elle aurait même voulu avoir une relation avec lui. Purement amicale, hein, la relation ! Elle était du genre casanière, elle avait Kim, et elle n'était pas prête à passer à autre chose...

« Ecoutez Shane. Je pourrais vous promettre de ne plus jamais penser à Zoltan, de l'oublier mais... Si j'avais pu, il y a un moment que je serai passée à autre chose. Parfois, toute la meilleure volonté du monde ne suffit pas à avoir ce qu'on veut... Toutefois, je vous promets de faire un effort, à moins que vous ne vouliez vraiment que je vous mente et que je vous affirme que je vais l'oublier d'un claquement de doigts. »

Voilà, elle avait été honnête, et elle espérait – non, elle savait – que ça lui suffirait. Souriante, toujours pleine de vie, elle se releva du lit, enfila la cape et y dissimula l'épée, bien droite, comme Shane le lui indiquait. Puis elle s'apprêta à partir... Sauf que non, il manquait un détail. Un clin d'oeil, et elle se jeta sur lui, dans un grand éclat de rire. Comment les caméras interpréteraient cet éclat de rire ? Comme la complicité régnant entre deux amants venant de faire l'amour, sans doute. Il n'était pas étonnant que Lovy évite de trop faire durer la mièvrerie suivant souvent la jouissance. Aussi n'hésita-t-elle pas à rire largement, laissant dériver ces trilles d'oiseau dont elle avait le secret. Usant de sa force – comment ça « Quelle force ? » xD – elle ébouriffa pour de bon Shane, froissa ses vêtements après de longues chatouilles, et vint lui murmurer dans le creux de l'oreille, un sourire malin aux lèvres :

« Il va falloir que tu te mettes en caleçon... On ne peut pas sortir correctement habillés, ça ne ferait pas crédible :p »

Riant franchement, elle lui enleva son T-shirt, et rajouta, un poil moqueuse :

« Je t'épargne le pantalon : admire comme je suis bonne ! »

Puis, elle se leva, enleva à son tour son haut – non, elle n'avait jamais été très pudique – et... Le déchira Oo. Ce n'était pas très dur, le tissu était très fin, facilement déchirable, et elle en avait volontairement choisi un qui, de toutes façons, commençait à être sacrément vieux. Un sourire machiavélique naquit sur ses lèvres, tandis qu'elle secouait sa chevelure, prenant garde à ne pas perdre sa fameuse barrette, celle que Zoltan lui avait donnée, et s'exclama en riant :

« Ah ben bravo, tu as déchiré mon T-shirt, petit sauvageon... Je vais t'emprunter cette cape : je ne peux décemment pas sortir nue dans les couloirs... Tu me raccompagnes, il faut que je me rhabille et que je file m'occuper de la synthèse de chocolat ! Mais un jour, je resterai roucouler avec toi sur le lit... Peut-être :p. »

Elle s'empara de sa main, prit la porte, veillant à ce que le fourreau n'apparaisse pas dans le moindre repli, et sautilla gaiement jusqu'à l'entrée. Traverser le couloir, la salle à manger, sans le plaquer contre tous les murs cette fois, et ouvrir la porte d'entrée. Se pencher dans son cou, l'embrasser tendrement et murmurer furtivement dans son oreille, avant de disparaître dans le couloir direction deuxième étage :

« Si jamais je me fais prendre... Je dirais que je te l'ai volée. »

[ Fini, sauf si tu veux répondre, ou me rattraper parce que tu adoooores Rper avec moi :p ]
avatar
Karlovy Kinsky
~ Biologiste ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Technicienne dans la synthèse alimentaire
Âge réel : 19
Âge d'apparence : 27

Compétences
Mémoire:
250/10000  (250/10000)
Compétence principale: Biologie
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: De bons acteurs dans un jeu dangereux

Message par Shane M. Lewis le Ven 29 Avr - 22:52

    Il la vit prendre cette fameuse épée. Un prêt qu’il lui faisait, même si ça ne lui faisait pas vraiment mal au cœur si jamais il venait à ne plus la revoir. Il en avait une nouvelle à présent. Il n’avait pas voulu se débarrasser de la précédente, se disant qu’elle n’était pas spécialement usée pour mériter d’être mise à la poubelle. Elle avait été une fidele amie pour de nombreux combats, le dernier en date était la dernière attaque de créature. Il avait certes été gravement blessé, mais sans elle, ça aurait été bien pire encore. Il regardait son épée entre les mains de Karlovy, se demandant encore s’il avait pris la bonne décision. Shane était le genre de garçon assez impulsif et spontané (d’où ses nombreux caprices et des jeux puérils), mais il avait tâché d’apprendre à être plus prudent depuis qu’il était avec Silvio, parce qu’il devait protéger son secret et ne pas attirer l’attention sur lui. N’avait-il pas été au bord du conseil disciplinaire d’ores et déjà ? Si, alors il se calmait pour ne pas que de mauvaises choses lui pendent au bout du nez et que dans sa chute il n’entraine Silvio. Il lui arrivait aussi cependant d’écouter ses propres pulsions plutôt que la voix de la raison. Ce n’était pas spécialement la meilleure des conduites à tenir, mais il ne pouvait pas avoir un comportement parfait comme un robot. Il était un être humain.

    Il la vit manier l’épée, assez étonné de la savoir si habile malgré son éloignement aux armes forcé par la Guilde. Un petit sourire apparut sur les lèvres de mon brigadier. Sans nul doute, elle saurait se servir de cette épée dans les sous-terrains si jamais elle venait à se trouver dans une situation dangereuse. Il en était rassuré. Au moins, il sentait un apaisement en lui à l’idée que son action n’ait pas été vaine quand bien même elle était interdite. Il aurait été dommage de retrouver le corps de Karlovy avec l’épée de Shane près du cadavre sans la moindre goute de sang sur sa lame, parce que celle-ci n’aurait pas servi le moins du monde. Il sentit un baiser se poser sur sa joue. Il n’avait pas cherché à esquisser ou à réclamer d’avantage qu’un baiser sur sa joue. Il s’était laissé faire tout simplement. Il écouta sa réponse et fut ravi qu’on ne lui serve pas un mensonge à la sauce hypocrite. Ce plat là était sincère. Il acquiesça d’un léger signe de tête et s’apprêta à l’avoir partir avec le fruit de sa requête. Mais elle se rétracta et lui sauta dessus dans un grand éclat de rire. Mon Brigadier fit d’abord de grand yeux : il avait signé pour une simulation vocale pas pour un acte pur et dur !

    Et… Mais Silvio… Non il ne pouvait pas la laisser faire et… Ah… En fait non, elle ne voulait pas l’acte. Il se fit décoiffer (ce qui en soit ne servait à rien puisqu’il n’était jamais véritablement coiffé) et chatouiller. Il se mit à rire à son tour. Il n’était pas véritablement chatouilleux, mais avec les femmes mieux valait faire comme si… Pour leur faire plaisir et puis c’est tout (et toc u_u). Elle ôta le haut de Shane et il la fixa. Elle lui expliqua donc la raison de cet élan tactile. Hum, soit, en caleçon. Il retira son pantalon en la regardant enlever son propre haut…

    « Absolument, tu es bonne Karlovy… »

    Phrase uniquement sortie pour le double sens. Ce fut alors qu’il la vit… Déchirer son haut. Il cligna des yeux… Nan mais en plus, il fallait que ce soit lui qui ait fait ça ! Il se mit à rire avec à la découverte d’un tel trait de son propre caractère. Bien sûr ça lui était arrivé une fois, avec une de ses anciennes petites amies… Mais c’était parce que le haut n’était pas très solide, il ne l’avait pas fait exprès et… Bon d’accord, le haut était solide et… Roh, bon d’accord, le fait n’était pas intervenu de manière innocente mais… Oh et pis zut ! Il se laissa entrainer, sa main dans la sienne, il la serra dans ses bras lorsqu’elle embrassa son cou et murmura ces mots à son oreille. Et puis, il la regarda partir. Il poussa un soupir, sans la quitter des yeux jusqu’à ce qu’elle disparaisse au bout du couloir comme un amant qui savourait encore ces dernières secondes. Il se retourna et se retrouva face à Kim rentra chez lui, pensif…
avatar
Shane M. Lewis
~ Brigadier Informatique ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Brigade Informatique
Âge réel : 10 ans
Âge d'apparence : 19 ans

Compétences
Mémoire:
3000/10000  (3000/10000)
Compétence principale: Informatique
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: De bons acteurs dans un jeu dangereux

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum