Raclée ? Teuh ...

Aller en bas

Raclée ? Teuh ...

Message par Gunther Spark le Dim 24 Avr - 21:54

Ils avaient quitté l'appartement après avoir passé un peu plus d'une heure à explorer les détails de ce que pourrait être leur entraînement. Plus ou moins loquaces, les deux jeunes gens s'étaient cherché les poux ici et là, et n'ayant rien trouvé, avaient décidé de mettre fin à leurs expérimentations. N'ayant aucun sujet de conversation, le trajet s'était effectué dans un silence complet. Bon, la chose n'était pas exactement vraie : Gunther avait bien deux ou trois idées, mais sentant qu'il en avait déjà fait assez pour aujourd'hui avec la pauvre Ester, il se taisait. Convaincu que la salle d'entraînement pouvait être n'importe où, sauf dans le bâtiment des habitations, Gunther s'était apprêté à sortir, mais Ester l'avait corrigé. Il semblait que la jeune fille avait déjà eu droit à un cours avec une certaine Nékorovy Welka, encore inconnue du bataillon.

C'était donc elle qui avait pris les devant de la marche, le jeune albinos suivant comme un petit chien docile, une fois n'est pas coutume. Nosco lui était encore complètement inconnu et il ne tenait pas à se perdre. S'il énumérait les lieux où il était passé jusqu'à aujourd'hui, la liste était bien maigre : l'Administration où il avait rencontré le sympathique Joseph, puis les appartements de l'Aedes dont il ne connaissait que le sien et désormais celui d'Ester. Il avait entraperçu celui d'Aaron, mais la pièce plongée dans la pénombre lui restait encore totalement inconnue. Tout autant que son propriétaire. Puis il y avait évidement la Cour Intérieure où il avait rencontré la délicieuse Karlovy et bien sûr l'enceinte où Shane était chaleureusement venu l'accueillir. En bref, rien qui lui permettait de s'orienter.

Contrairement à lui, Ester connaissait le chemin jusqu'à la salle d'entraînement. Cela tombait bien pour lui puisqu'il n'avait aucune idée de l'endroit où l'on pouvait obtenir des renseignements sur son orientation. Shane lui avait demandé de se rendre dans la salle d'entraînement de l'Aedes. Il se souvenait que c'était le nom du bâtiment des habitations, celui dans lequel ils étaient, mais l'endroit était extrêmement vaste, et sans plan, Gunther était sûr de se perdre. Peu importait combien on disait que l'orientation des hommes était bien meilleure que celle des femmes. Sans indications, Gunther se sentait des plus féminin. Mais la jeune femme menait la marche et savait visiblement où elle allait. Elle avait pris les devant depuis qu'ils étaient sortis de son appartement, et depuis cet instant, l'albinos la suivait bien sagement. Ils étaient donc redescendus au rez-de-chaussée en empruntant les escaliers. Gunther avait réclamé d'emprunter l'ascenseur, un engin qu'il aimait bien parce que plus divertissant que des marches successives, mais c'était à peine si Ester avait marmonné une réponse. Sans s'arrêter, elle avait continué sa route vers les escaliers.

Restant sur ses positions histoire de ne pas s'avouer vaincu, Gunther avait attendu l'arrivée de l'ascenseur. Après quelques instants, celui-ci était arrivé à destination, l'albinos était entré. Et avait regretté instantanément l'absence d'Ester. Il avait laissé la jeune femme s'enfuir, et celle-ci s'en était arrangée sans broncher. Sauf que maintenant il n'avait plus de guide. Les portes se refermèrent et tentant de rattraper le temps alors qu'Ester s'enfuyait il ne savait où, il pressa plus ou moins hystériquement le bouton du rez-de-chaussée.

L'appareil atterrit une poignée de secondes après. Il était à présent dans le hall de l'Aedes, un endroit qu'il n'avait parcouru que peu de fois depuis son arrivée et dans lequel il était aussi perdu qu'au premier jour. D'un côté, l'entrée, qui donnait sur l'extérieur. Définitivement pas le bon endroit. De l'autre, une grande porte qui semblait donner sur un endroit assez vaste. Sûrement une sorte de carrefour qui ouvrait sur plusieurs couloirs ... Et de chaque côté de la pièce : deux autres couloirs similaires plus minces . Il allait commencer par la grande porte, ça semblait plus judicieux. C'est quand il aperçut le sac et les vêtements du jour d'Ester s'enfoncer dans un des couloirs, alors qu'il se dirigeait vers la grande porte du fond, qu'il se rendit compte qu'il fonçait droit dans le mur. La porte en l'occurrence. Mais le mur quand même.

Un demi-tour mal agencé et une course effrénée plus tard et Gunther était à nouveau aux côtés d'Ester. Il avait fait semblant d'arriver en marchant, s'arrêtant de courir une dizaine de mètres avant pour faire comme si de rien n'était. Il semblait que depuis qu'il l'avait quitté au premier étage, la jeune femme n'avait pas ralentit le rythme. Comme si elle était passée en mode automatique au moment où elle avait quitté son appartement. C'était à se demander s’il y avait bien un pilote dans le crâne qui lui servait de cabine de commande puisqu'elle n'avait toujours pas ouvert la bouche. Peut-être avait-elle tenté de se débarrasser du poids-lourd qu'il était, mais manque de chance, il avait rappliqué aussi frais qu'une fleur fanée.

"Vous voyez, l'ascenseur était tout aussi bien. Et beaucoup moins essoufflant."

Mauvaise foi ? Gunther appelait ça sens de l'honneur. Et même s'il avait encore du mal à respirer, il se privait d'oxygène pour ne pas paraître essoufflé. Ennuyé par si peu de répartie de la part de la jeune femme, l'albinos lâcha un bruyant soupir et, comme pour se changer les idées, il s'ébouriffa les cheveux avant de renfoncer son béret sur ses oreilles. Après quelques tours dans les couloirs, les deux jeunes gens arrivèrent enfin à la salle indiquée. Prenant alors les commandes alors qu'Ester semblait ralentir, Gunther pénétra sans attendre dans la salle d'entraînement. L’endroit était pour ainsi dire impressionnant, une salle où l’on pouvait courir dans tous les sens comme un sale garnement ou s’entraîner calmement dans un coin. Si Gunther se sentait plus sale garnement en ce moment, il ne le montra pas. Ici trônaient des ustensiles dont il n’avait aucune idée de l’utilité, là des armes, des cibles, des mannequins, des … bidules et autre machins. Mais plus il cherchait et plus il devait bien reconnaître que son parrain n’était pas encore arrivé. Une horloge analogique surplombait la salle. Dans un sourire béat, et il faut le dire, un peu stupide, Gunther se tourna vers Ester restée en retrait.

"Eh ! Chuis en avance !"
avatar
Gunther Spark
~ Brigadier Anti-Terroriste ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Brigadier
Âge réel : 0
Âge d'apparence : 19

Compétences
Mémoire:
0/10000  (0/10000)
Compétence principale: Armes blanches
Niveau de Compétence: Compagnon

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Raclée ? Teuh ...

Message par Shane M. Lewis le Ven 29 Avr - 23:07

"Si on bâtissait la maison du bonheur, la plus grande pièce en serait la salle d'attente."
Jules Renard
    Aussi ne connaissons-nous rien d’autre que ces longues heures à patienter et escomptons nous que la vérité nous frappe comme la grâce divine. Mais il n’y avait ni dieu et représentant de dieu à Nosco. Seul Joshi faisait office de parole évangélique et regroupait autour de lui des prêtres, des frères et des sœurs dont les yeux ne cessaient de se river sur les écrits de leur valeureux protecteur. C’était une croyance, mais Joshi n’avait pas le pouvoir des cieux. Il était simplement un homme comme tout autre. Il n’y avait pas de messie ni de prophète, juste un homme qui fut assez savant et chanceux pour découvrir les ondes alphas, les créer les stocker et les utiliser pour protéger l’humanité des créatures réfugiées dans les sombres sous-terrains. Et la salle d’attente était grande pour ceux qui, oublié tombant de nulle part dans ce lieu abandonné, cherchaient à être frappé de la vérité et retrouver ce précieux passé effacé.

    Parmi eux, deux êtres qu’il avait conviés dans la salle d’entrainement de l’Aedes. Ils s’appelaient Ester Weig et Gunther Spark. Nés de la dernière pluie, ils étaient des pages vierges sur lesquelles on n’avait pas encore posé de plus, seuls quelques mots éparpillés parlant de sentiments frustrés et égarés avaient osé noircir ce blanc immaculé. Il savait Gunther courageux, pour l’avoir lui-même accueilli aux alentours de l’enceinte ; il savait Ester talentueuse pour l’avoir vu à l’œuvre lors d’un cours donné tout récemment par la veuve noire. Ainsi n’était-il pas étonné de les voir s’approprier ce monde qui nouvellement les entourait. Un jour, ils sauraient naviguer dans cette fosse aux serpents en déjouant tous les pièges qui se présentaient à eux. Ils étaient forts, ils étaient valeureux. Ou s’ils ne l’étaient pas encore, ils le deviendraient certainement à l’avenir. En fait, ils n’en avaient pas le choix. A moins de se jeter par la fenêtre ou se passer la corde au cou en clamant ne plus vouloir de cette vie ou au contraire, que cette vie ne voulait plus d’eux, il allait falloir admettre qu’il n’y avait pas d’autre issue. Nosco était un piège, Nosco était une prison. Et Shane était de ceux qui, à présent, savait pourquoi.

    Mais c’était un secret, cela aussi, alors il se tairait, comme ses prédécesseurs avant lui. Il ne dirait rien et donnerait à Gunther et à Ester ce morceau de propagande qu’il avait appris par cœur dans le cas où le jour viendrait, celui où il aurait à son tour le devoir de prêcher la même parole que les anciens lui avaient offertes. C’étaient des préceptes bien façonnés à l’image de la Guilde et à son argument de vente : le confort. Chaque jour n’avait pas plus de valeur qu’un autre. Tous étaient les meilleurs, tout était parfait. La société Guildienne étaient royalement bien organisée et sa majesté l’impératrice était la plus magnifique des dirigeantes, son peuple sans défaut aucun pouvait se vanter d’être aussi fieffé et absolu. Ils étaient l’élite, ils étaient accomplis, ils étaient divins et ces rats d’égout rebelles n’avaient qu’à se terrer dans les entrailles de la terre comme des lépreux qu’on exilait de peur d’être contaminé par cette maladie affreuse : l’intellectualisme. Nescio, ou je ne sais pas. Mieux valait être ignorant. La recherche de son passé était interdite, la sortie de Nosco devait être introuvable. Jamais plus on ne serait libre. Nosco était une prison. Et Shane était de ceux qui, à présent, savait pourquoi.

    Sur son agenda, la case « entrainement de Gunther et Ester » était devenue rouge vif à mesure que les minutes passaient. Il était en retard. Mais il pouvait bien laisser ces deux là seuls, dans cette salle quelques temps encore. Arrivé à Nosco depuis peu, ils avaient certainement plein de choses à se dire… Ou pas. Le passé était tellement effacé et leur expérience de vie à Nosco si courte qu’ils devaient avoir fait le tour de leur connaissance en bien peu de temps. Traktueur daigna donc quitter du regard son écran chéri et se leva. Il demanda à ses hommes que Darek avait mis sous sa tutelle depuis quelques mois déjà de veiller au réseau en son absence. On lui confirma sa demande et il s’en fut sereinement. Le Quartier Général de la Brigade Impériale était dans les sous sols que la Guilde exploitait sans soucis depuis que très nombreuses années. L’Aedes, lui, était un bâtiment en surface. Il fallut donc à Shane rejoindre la lumière du soleil qui bien qu’artificiel, remontait d’avantage le moral par sa simple présence que les néons et les lumières qu’on trouvait au Quartier Général. Il n’y faisait pas spécialement un temps radieux, car, étant au beau milieu de l’hiver, il ne valait mieux pas espérer une chaleur caniculaire. Néanmoins, il faisait jour.

    « Bonjour à tous les deux… »

    Lorsqu’il entra dans la salle de sport, son ordinateur dans sa sacoche pendue à son épaule gauche, les deux nouveaux oubliés étaient là. Lewis était un homme de taille relativement petite pour un humain de son genre masculin. Autant dire, dans les faits et concrètement, qu’Ester et Gunther étaient plus grand que lui. Néanmoins, mon brigadier n’était pas le frêle informaticien que l’on trouvait souvent dans les rangs de la Guilde, parfois couverts de boutons et geek à en mourir. Il avait suivi un entrainement physique et avait même un bon niveau en armes blanches. Il fixa les deux jeunes gens et posa sa sacoche dans un coin de la salle où son précieux ordinateur pourrait être à l’abri d’un combat de brut. Il saisit deux épées d’entrainement et en donna une à chacun des deux. Il se tourna face à eux et du bout de ses doigts gantés, il caressa le fourreau de son épée pendue à sa ceinture. Et puis, de sa poche, il sorti une petite balle de quatre centimètres de diamètre d’une couleur rose fluo. C’était le genre de balle que l’on lançait contre un mur pour faire passer le temps. Il lâcha la balle sur le sol et celle-ci fit quelques rebonds avant de se stabiliser.

    « La ou le premier d’entre vous qui aura cette balle entre les doigts sera épargné… Le perdant devra se pavaner pendant deux heures en déguisement de lapin devant la population Guildienne… Et croyez moi sur parole, c’est le genre de réputation qui vous colle à la peau pendant des années… »

    Bien, acte I, scène 1 : la baston. Et action !
avatar
Shane M. Lewis
~ Brigadier Informatique ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Brigade Informatique
Âge réel : 10 ans
Âge d'apparence : 19 ans

Compétences
Mémoire:
3000/10000  (3000/10000)
Compétence principale: Informatique
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Raclée ? Teuh ...

Message par Ester Wieg le Dim 8 Mai - 1:07

Gunther était devenu étonnamment silencieux une fois sorti de l’appartement. Ce qui menait Ester à une seule et unique conclusion : Dieu existait.

Avait-il compris la leçon ? Ester en était convaincue en tout cas. A tort ou à raison, l’avenir le lui dirait.
Ce fut donc dans une ambiance digne un enterrement que les deux jeunes gens se dirigèrent vers la salle d’entraînement. Le vendeur d’aspirateur semblait avoir un sens de l’orientation oscillant entre zéro et un, ce qui, sur une échelle de cent, ne faisait pas beaucoup. Et en toutou mal dressé qu’il était, il voulut explorer les environs et sortir de l’Aedes. Mais, un petit sifflement de sa maîtresse et le petit Canis lupus guntherus familiaris revenait sagement vers elle. Ester aurait presque pu lui passer une laisse autour du cou à ce gentil petit.

Pourtant, ce sale cabot pouvait se montrer têtu parfois. Voilà qu’il agressait le pauvre et innocent bouton de l’ascenseur pour prouver à la jeune fille la supériorité de la machine face à sa personne.
C’est ce qu’il allait voir. Ester le laissa appuyer frénétiquement sur le bouton de l’appareil et bifurqua dans la cage de l’escalier. Elle s’assit sur la rampe et se laissa glisser. Arrivée au bout, elle sauta.
Elle jeta un œil à droite puis à gauche. Pas de Gunther en vue. Elle avait gagné, aucun doute là-dessus. Ester commença à siffloter l’hymne de sa grande victoire.
Puis il y eut ce bruit de coulissement, très net, métallique. Il fut rapidement suivi par le son de pas précipités et l’apparition d’un Gunther aux joues rosies par la course et au souffle un peu (trop) court.
Mais bien sûr, il n’était pas essoufflé. Pas du tout, du tout, du tout : l’ascenseur était tout puissant. Il tentait plus ou moins (surtout plus) vainement de prendre une pose de Je-suis-l-homme-de-la-situation ou de Et-bah-tu-vois-je-suis-le-plus-fort ou encore de Steuplaît-fais-comme-si-ne-tu-remarquais-pas-que-je-suis-un-looser-incorrigible.
Parlons ensuite de mauvaise foi féminine…
Les hommes (ou du moins le specimen qu'elle avait devant elle) pouvaient atteindre un niveau de malhonnêteté assez élevé...

Ester secoua désespérément la tête et décida d’ignorer la remarque de Gunther. Ils arrivèrent à la salle de sport, poussèrent la porte. Puis il y eut comme un flottement. Du même genre que lors d’un coup de foudre. Le temps s’arrête, la bouche s’entrouvre, un étrange sourire s’allonge sur les lèvres et… Comme une euphorie, une joie inexplicable qui prend le contrôle des battements du coeur et cette étrange chaleur qui envahit chaque veine, chaque artère... C'était... Magique...
Ils étaient en avance. Quel exploit. Que dis-je, quelle aventure ! Digne des plus grands romans d’aventure, c’était comme… Obtenir le Saint-Graal après moult aventures dangereuses et affrontements périlleux contre un bouton d'ascenseur !
En tout cas, pour Gunther, cela paraissait incroyable, et même carrément prodigieux.
La grande aiguille ne se superposait pas encore à la petite et dans ce simple fait se trouvait la cause de ce grand air niais qu'il arborait. Qu’il était mignon avec son grand sourire béat, comme un enfant face à un nuage de barbe à papa. Ester s’avança pour lui tapoter la tête, couverte par son béret.
Ester aimait vraiment bien le couvre-chef. La matière était belle sans être précieuse, si elle avait eu l'âme littéraire elle l'aurait décrit comme : "rayonnant par sa simplicité". Mais bon. De toutes façons, ce n'était pas comme si elle allait complimenter le béret de l'albinos. Il le prendrait pour une remarque personnelle.

Une fois qu'Ester eut dépassé Gunther, elle alla poser ses affaires dans un coin pour attendre le parrain de son voisin... Qui n'arrivait pas. Le silence régnait, lourd, pesant. Pour vous résumer : une ambiance de folie, digne d'un bal de fin d'année. (Le genre remplie d'ados dépressifs assis sur un banc sans oser s'aventurer sur la piste de danse pendant qu'un DJ de cinquante ans diffuse les tubes d'une autre époque.)
C'était sans compter sur l'aspect aimable et civilisé de la jeune brune, qui, fidèle à elle-même, garda les lèvres soudées l'une à l'autre tout en dégageant une aura polaire autour d'elle, jusqu'à ce que le parrain de Gunther se présente.
Il les salua tous les deux et Ester répondit tranquillement en hochant la tête poliment :

Bonjour.

Shane confia une épée à chaque nouvel oublié. Ester regarda la rapière entre ses mains, elle serra encore un peu plus la garde de son arme, la fit fendre l'air plusieurs fois. Elle pouvait observer son reflet dans l'éclat de la lame. Nette, tranchante. Du bel ouvrage. Sûrement plus efficace qu’une serviette. Ester vit le parrain de Gunther caresser le fourreau de son arme.
Elle le savait fort, et il semblait avoir une bonne, voire très bonne maîtrise des armes blanches. La question était... Pourquoi elle ? Pourquoi l'avait-il choisi elle pour un entraînement avec Gunther ? Elle ne connaissaient pas Shane plus que ça, et ce n'était pas comme s'ils avaient eu de longues conversations pendant le cours de Nékorovy Welka... Mystère, mystère...
Et, même si certains pouvaient trouver cela excitant... Ester détestait ça. Elle détestait les surprises, bonnes ou mauvaises. Elle n'aimait pas être prise au dépourvu, et encore moins ne pas comprendre ou ne pas maîtriser une situation.
Ester fit tourner son épée dans sa main puis reporta son attention sur Gunther, armé lui-aussi. La jeune fille ne devait surtout pas le sous-estimer. Même si l’unique enjeu de la chose était une balle en caoutchouc rose (et son honneur par la même occasion, car elle le savait bien : le costume de lapine ne lui allait guère).
Dès que Shane lâcha la sphère, le regard de l’Oubliée se verrouilla sur le moindre rebond qu’elle exécutait. Bam. Bam. Bam.

Acte I
Scène I

Salle de sport de l’Aedes. Il fait encore jour. Trois personnes se trouvent dans la salle : deux hommes et une femme. Shane, un peu à l’écart, observe la situation : Gunther et Ester se font face, chacun a une épée dans la main, la balle rose au milieu des deux.

Ester brandissant son épée vers Gunther : Je te défie donc Gunther Spark.

Ester se met en garde, les jambes pliées et l'air concentré.

Ester à part : Je vais l'exploser ce sale albinos des rues. Et remporter son béret par la même occasion ! Sans compter l'humiliation qu'il subira !

Ester bondit sur Gunther, l'épée pointée vers lui, tentant de l'écarter de la boule rose, l'objet de toutes les convoitises.
avatar
Ester Wieg
~ Brigadier Anti-Terroriste ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Brigadier
Âge réel : 0
Âge d'apparence : 20 ans

Compétences
Mémoire:
0/10000  (0/10000)
Compétence principale: Armes à feu
Niveau de Compétence: Compagnon

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Raclée ? Teuh ...

Message par Gunther Spark le Mar 17 Mai - 22:47

Shane avait fini par arriver. Entre temps, Ester fidèle à elle-même n’avait pas prononcé un mot de toute l’attente et Gunther, peu enclin à discuter avec un mur n’avait rien tenté et était resté à l’écart. Il en avait profité pour explorer cette salle, examinant les armes mises à disposition et les autres dispositifs. Quand son mentor était apparu, il l’avait salué chaleureusement. Ce dernier n’avait pas perdu de temps et avait commencé de suite ses explications en leur présentant à chacun une épée. Ester avait hérité d’une épée à lame fine de petit diamètre, quant à lui, son arme était une épée plate. Genre … plate. La lame était aiguisée sur un unique côté. Dénudée au possible, il trouvait que l’élégance de l’arme se trouvait finalement dans sa simplicité et la tenue de sa lame. Elle lui plut tout de suite. La poignée se situait dans le prolongement de la lame et si la garde n’offrait aucune protection, contrairement à l’arme d’Ester, elle permettait une plus grande liberté de mouvement. Gunther pris l’arme dans sa main droite et la poignée vint se loger dans la paume de sa main. Devenue rugueuse suite à une utilisation intensive et régulière, elle n’en était pas moins agréable à prendre en main et le geste lui paraissait tout bonnement naturel.

Les mouvements revinrent. Quelque chose dont il n’avait pas conscience mais que son corps avait soigneusement gardé en mémoire. Dans un mouvement de poignet il fit virevolter l’arme de droite et de gauche dans un mouvement circulaire. L’arme était destinée à trancher plus qu’à perforer, aussi les mouvements devraient-ils être larges. Tant mieux : au milieu de la salle ils bénéficiaient de tout l’espace nécessaire. Shane sortit de sa poche une petite boule rose fluo et la laissa rouler à équidistance des deux adversaires qu’Ester et lui-même étaient devenus. Le but de l’entraînement était de récupérer la boule ; un objectif très simple en soi, mais dont il sentait que la route pour y parvenir ne serait pas des plus faciles. Au vainqueur un petit instant de gloire, au perdant un long moment de honte. C’est ce que Shane avait précisé après avoir donné les consignes.

Pas besoin de lui répéter deux fois, sitôt que Shane eu donné le coup de feu, Ester s’élança.

La jeune femme avait un jeu nerveux, très impulsif et elle n’attendit pas d’établir aucune stratégie avant d’attaquer. Sans prêter attention à la balle qui trônait au milieu d’eux deux, Ester se dirigeait droit sur lui, prévoyant sans doute de le mettre de côté avant d’aller récupérer tranquillement son du. Etrangement, s’il trouvait l’idée de se battre pour une boule rose réductrice, l’idée de se battre sans réel but ne l’affectait pas.
Il l’attendit de pied ferme. La jeune femme était droitière et son arme perforante. En prenant un tel élan, le coup serait porté dans une fente sur son flanc gauche. Tout se déroula selon ce qu’il avait planifié. Alors qu’Ester se fendait, le jeune homme se décala sur la droite, se présentant de profil à son adversaire. Le coup de la jeune femme porta dans le vide ; il profita de ce temps pour porter son attaque. Dans un mouvement circulaire et en exécutant un tour sur lui-même afin d’apporter au coup plus de force, Gunther fit siffler sa lame dans les airs.

Trop lent.

Et elle continua de siffler.

Rien ne vint arrêter l’arc de cercle décrit par l’arme, aucune parade, rien que de l’air. Ester s’était baissée. Arrêtant net son mouvement, l’albinos fit un bond en arrière et interrompit le premier round. La balle plus loin au centre de la pièce n’avait pas bougée. Elle était là, son objectif, et il la gardait dans un coin de sa tête tout en faisant croire à Ester que son attention était focalisée sur elle. Campé sur ses deux pieds, ses deux mains agrippant fermement le manche de sa lame, il attendit la deuxième vague.
avatar
Gunther Spark
~ Brigadier Anti-Terroriste ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Brigadier
Âge réel : 0
Âge d'apparence : 19

Compétences
Mémoire:
0/10000  (0/10000)
Compétence principale: Armes blanches
Niveau de Compétence: Compagnon

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Raclée ? Teuh ...

Message par Ester Wieg le Jeu 26 Mai - 22:11

La lame avait sifflé juste au-dessus de sa tête lui susurrant des promesses de mort à l’oreille. Un frisson parcourut la colonne vertébrale de l’Oubliée.
Son opposant sauta en arrière échappant ainsi au balayage qu’Ester avait prévu d’effectuer pour faucher les pieds de Gunther.
Il empoigna le manche de son arme des deux mains. Son attention semblait focalisée sur elle.

Un point sur la situation s’imposait :
Déjà, les armes étaient différentes pour une raison qui restait obscure aux yeux de la jeune fille. La sienne était fine, légère comme si elle tenait dans sa main une plume. En plus long et plus mortel.
Elle aimait l’éclat de la lame. Elle aimait la garde de son arme : bombée et métallique elle entourait sa main droite, la protégeant d’éventuels coups. Elle aimait la prise en main. C’était une épée noble, qu'on utilisait pour les duels d’honneur.
Cependant rien de comparable à ce qu’elle éprouvait lorsqu’elle tenait une arme à feu dans son poing. La caresse du manche, le cliquetis du cran de sécurité, comme si on chuchotait une annonce de mort…

Ester secoua la tête, ce n’était pas le moment de penser à ça.
Définitivement pas : Gunther s’était déjà rapproché, plia les jambes et visa le bassin de la jeune femme.
Cette dernière, surprise, rejeta son corps en arrière, tête la première en prenant appui sur sa main libre. Exécutant un salto de dernière minute qui n’avait rien d’extraordinaire d’un point de vue esthétique, elle jeta ses jambes vers le visage de son adversaire, frappant au passage la pointe de ses pieds contre le menton de Gunther, avant de les repasser au-dessus de sa tête.
Ce dernier s’empressa de reculer de quelques pas, accordant le temps à Ester de se réceptionner sur ses deux pattes arrière, ses cheveux noirs se balançant devant ses yeux. Chose fort embêtante quand on sait que la jeune fille avait en face d’elle un vendeur d’aspirateur enragé et beaucoup plus doué qu’elle ne le pensait.

Elle avait frôlé la mort. Pire que ça, elle avait frôlé l’échec. Et ça, ce n’était pas bien. Pas bien du tout. Ester sentait l’énervement monter en elle.
Elle tenta de calmer sa respiration, répétant les phrases de Welka sur la colère. Elle déstabilise, elle aveugle. Elle n’a pas sa place en combat. Ester prit une grande inspiration.
Rejetant sa tête en arrière, elle écarta les mèches sombres qui venaient se mettre en Gunther et elle.

A son tour de prendre l’initiative. La jeune fille fit légèrement pivoter sa rapière d’un quart de tour, présentant le tranchant de la lame à son adversaire.
Elle fonça, son arme prête à trancher la tête de Gunther. Le fer aiguisé présenté de tout son long à son opposant, Ester se tenait droite et haute. Son regard était fixé sur le cou de Gunther, et elle pouvait voir sa carotide se dilater et se contracter au rythme des battements accélérés de son coeur. Lui aussi sentait la tension du combat...

Plus que cinq pas. Gunther leva son arme pour parer.
Quatre. Ah… Non, pas une parade.
Trois. Une contrattaque.
Deux. Il était temps de prévoir un plan B, non ?
Un. Ou de partir en improvisation.
Ester plia les genoux, dérobant sa tête au coup mortellement précis que son charmant voisin (Quelle charmante activité pour renforcer les liens cordiaux de voisinage). Ester sentit le métal froid, terriblement bien effilé, couper le bas de sa pommette jusqu’à son oreille.
Aucune importance : elle enfonça le pommeau de sa rapière dans l’estomac de Gunther, en profitant pour s’éloigner pendant qu’il reprenait son souffle.

Ester essuya le filet de sang qui avait dégouliné le long de son joue avec son pouce. Elle imaginait d’ici les blagues vaseuses sur un quelconque incident de rasage.
La jeune fille serra les dents, jetant un regard noir à Gunther, ses yeux ocres s'enflammaient et réclamaient vengeance. Elle resserra sa prise sur son manche et ne fixait plus rien que les mouvements de Gunther, le moindre tic du sourcil, le moindre frisson de ses doigts...
Il allait en baver. Oh oui. Il allait en baver.
avatar
Ester Wieg
~ Brigadier Anti-Terroriste ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Brigadier
Âge réel : 0
Âge d'apparence : 20 ans

Compétences
Mémoire:
0/10000  (0/10000)
Compétence principale: Armes à feu
Niveau de Compétence: Compagnon

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Raclée ? Teuh ...

Message par Gunther Spark le Mar 12 Juil - 23:38

La garce avait osé le toucher. Le menton d’abord, l’estomac ensuite. L’idée même de se faire avoir par une telle harpie le faisait bouillir intérieurement. L’adrénaline lui était montée au cerveau et l’excitation du combat l’avait presque emporté sur son calme naturel dans une situation pareille. Il se força à détendre son corps en respirant à plein poumon. Il décontracta ses muscles tendus suite aux quelques échanges et à l’énervement qui l’avait gagné. Rien de tel qu’une crampe en plein combat pour une finir avec sa vie de la plus stupide des manières : « Attends, on fait une pause, j’ai une crampe. » Gunther se repositionna, de profil de manière à offrir un minimum de surface corporelle à son adversaire. L’épée dirigée, non pas vers son adversaire mais devant lui, le tranchant seul faisant face à Ester.

La balle était toujours derrière la jeune femme, il ne comprenait pas d’ailleurs, avec un peu de chance, s’il elle se précipitait dessus maintenant, elle pourrait l’attraper sans qu’il lui tranche la main … Mais elle semblait avoir mis un point d’honneur à le vaincre d’abord, pour aller réclamer son tribut ensuite. Une attaque frontale était suicidaire, la jeune femme maniait son épée avec aisance et arriverait à contrecarrer son attaque. Elle semblait avoir une facilité aussi à esquiver ses coups, il fallait donc porter une attaque qui lui couperait toute retraite.

Gunther s’élança, les deux mains sur la garde de l’arme qu’il tenait à ses côtés. Une attaque frontale était suicidaire. Sauf si … Arrivée à hauteur de son adversaire qui s’était préparée à recevoir le coup dans une attitude défensive, le jeune homme se propulsa d’un bond. La lame qu’il tenait horizontalement de son côté gauche pivota et la lame attaqua son adversaire verticalement. Il ne s’agissait pas de tuer la jeune femme aussi Gunther retint-il son coup quand la garde d’ester fut dépassée. Ceci ne l’empêcha pourtant pas de retomber violement sur son adversaire, un genou au niveau de la clavicule. La chute fut plus douloureuse qu’il ne l’avait prévue. Ester était sensée servir d’amortisseur, pourtant le choc remonta de son genoux jusqu’à son bassin. Son épée toujours pointée au niveau de la gorge de la jeune femme et son autre jambe repliée, le protégeant d’une possible attaque à sa droite, Gunther annonça :

« Eh bien. Il semble que je sois enfin en droit de réclamer ce qui m’est du. Reste à savoir si le du est consentant. »

Satisfait il se leva sans attendre de réponse et marcha en direction de la boule rose qui profitait non loin de ses derniers instants de célibat. Alors qu’il se penchait pour la ramasser délicatement, une main de rustre se referma sur sa manche et une jambe le faucha par derrière le faisant s’étaler de tout son long sur le dos. Dans son dérapage et une vaine tentative de se rattraper à tout ce qui pouvait bien lui passer sous sa main, Gunther envoya valser la balle encore quelques mètres plus loin. Décidément ils n’y arriveraient pas.
Si une chose pouvait bien s’imposer, c’était celle-ci : leçon numéro 1, ne jamais tourner le dos à l’adversaire. Quoiqu’en y réfléchissant, il voyait une faille dans cette affirmation. Leçon numéro 2 : annuler la leçon numéro un si tourner le dos à votre adversaire vous permet de vous placer dans la plus délicieuse des positions de combat possible. Il ne pouvait pas le nier. D’où il était, la vue était très appréciable.

Malheureusement, le temps n’était pas à la description et Ester avait déjà reporté son attention sur l’objet de leur convoitise : la fameuse boule rose. Il ramassa sa lame et se releva instantanément s’interposant entre Ester et la balle. L’épuisement les gagnait, il leur restait peu de temps avant que tout deux ne commencent à sérieusement s’essouffler et à se battre comme des filles. Enfin … Ester se battait déjà comme une fille, mais lui, lui non, il le sentait, il avait ça dans le sang. Il lui fallait quelque chose pour immobiliser la jeune femme sans pour autant l’estropier à vie … Trouvé.

Il attaqua sauvagement, le geste n’avait plus rien de retenu ou de délicat, c’était da la force brute, et la violence des coups poussèrent la jeune femme à reculer. Un pied d’abord. Puis un autre. C’était son ultime effort et il mettait dans ses coups toute la hargne dont il pouvait faire preuve. Le visage déformé par la douleur éprouvée dans ses muscles meurtris, Gunther tailladait encore, de droite et de gauche, et Ester parait encore et toujours. Le bruit du choc des armes résonnait dans la salle dans un boucan d’enfer.

Encore un peu, encore un peu, toujours un peu plus …

Il avait enfin réussit à acculer la pauvre femme. Il avait joué de sa force, un terrain sur lequel il savait pouvoir remporter le combat. Il feignant préparer un énième coup de sa lame, et alors qu’Ester préparait sa défense une fois de plus, il projeta son pied dans son avant bras et le plaqua à l’aide de son genoux contre le mur. Dans le même mouvement il se saisit le plus rapidement possible de la corde d’escalade qui pendait contre le mur et l’enroula autour de la gorge d’Ester. La jeune femme, propulsée en arrière et privée d’un de ses bras n’eut pas le temps de répondre qu’elle avait déjà un nœud noué autour de la gorge.

Gunther ne perdit pas un instant. Ester pouvait faire abstraction des règles qui voulaient que cette corde appartienne à la propriété publique et la couper très rapidement. Aussi se précipita-t-il sur la boule rose qu’il l’attendait à l’autre bout de la salle et sans regarder derrière lui, vint la ramasser dans un geste qui n’avait plus rien de délicat. Dans un large geste solennel pour certains, d’exaspération pour d’autres, il vint ficher la pointe de sa lame dans la petite balle en mousse.

« Bordel ! »

C’était la fin du match, il marcha vers Shane qui les avait observés pendant tout ce temps. Du moins c’est ce qu’il pensait, peut-être s’était-il endormi, il n’avait pas vraiment prêté attention à son mentor, trop occupé par la boule de poil roses sans poils. Il s’approcha de son parrain et dégoulinant de sueur lui tendit la balle. Il s’assit un peu plus loin sur le banc pour lui épargner l’odeur de sa transpiration.

« Assure-toi que le costume soit des plus ridicules possibles ! »
avatar
Gunther Spark
~ Brigadier Anti-Terroriste ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Brigadier
Âge réel : 0
Âge d'apparence : 19

Compétences
Mémoire:
0/10000  (0/10000)
Compétence principale: Armes blanches
Niveau de Compétence: Compagnon

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Raclée ? Teuh ...

Message par Shane M. Lewis le Jeu 21 Juil - 22:19

    Pourquoi, s'ils jouent déjà naturellement des rôles, les humains se sont-ils mis à jouer du théâtre ? De façon générale, les gens réagissent différemment dans la vie, et face à une œuvre d'art. Un cadavre en décomposition horrifie, mais une nature morte ravit. Il y a donc un pouvoir propre à la représentation, au jeu, qui permet d'appréhender avec plaisir ce qui autrement pose problème. C’était une dimension tout autre et le jeu de chacun portait ses fruits sur la réaction du spectateur. Shane regardait ses acteurs, leurs gestes, les traits de leur visage et il entendait les paroles, à défaut d’écouter, que les deux prononçaient comme si leurs verbes avaient le don de laisser transparaitre chacune de leurs pensées. Ce n’était pas le cas. Ses deux joueurs semblaient avoir la rage dans le ventre, et nourrissaient la plus grande des convoitises pour l’objet d’un rose tellement visible qu’il en était abjecte. Il aurait peut-être dû, dans un élan de sadisme, songer à prendre un objet plus terrible et répugnant que cette balle, comme un bout d’intestin d’il ne savait quelle bestiole, ou pire encore : le caleçon de Lisbon ! Il chercha d’ailleurs dans sa mémoire où il avait bien pu avoir cette balle d’ailleurs, il ne se souvenait pas l’avoir achetée pourtant.

    Bref, par delà ses pensées divagantes, Shane observait les deux nouveaux oubliés d’un œil très rigoureux, cherchant chez eux le moindre petit début de talent jusqu’à la flagrance d’un talent affirmé. Il se tenait bien droit, de toute sa petite taille, les bras croisés sur son torse. Son regard clair semblait presque dur, l’effet en était accentué par les mèches d’un gris métallique qui entrecoupait ses yeux. Les attaques d’Ester, les défenses de Gunther, les feintes, les demi-pauses, les faux semblants et les attaques dérobées par une surprise incroyable. Shane se souvenait de son premier combat contre le Commandor de l’Anti-terroriste, à présent son amant caché mais qui ne l’était pas encore à l’époque. C’était d’un autre niveau, non pas qu’Ester et Gunther soient dénués de talents, mais parce que Silvio en possédait un incroyable en matière d’armes blanches. Combattre contre lui, ça n’avait été que principalement de la défense contre un fauve aux griffes acérées et qui savait s’en servir avec adresse et dextérité. Shane, lui, était un informaticien. Il avait eu de nombreuses formations et il pouvait dire qu’il savait manier ce genre d’arme avec un assez bon niveau. Mais face au commandor, il n’avait arraché qu’une éraflure au visage à son ennemi de combat, alors que lui-même avait eu besoin de deux petits points de suture au Sapienta.

    Gunther et Ester n’étaient pas de ce niveau-là, ils avaient encore beaucoup de chemin à parcourir. Ils étaient jeunes en Nosco et bien rare étaient les fois où le talent était inné. Ester semblait manier l’épée. Le résultat était encore à travailler, à améliorer, mais il ne doutait pas de la détermination de la jeune femme. Quant à Gunther, il semblait mieux savoir se servir de son arme, et le résultat final du combat ne l’étonna pas. Il avait tout de même espérer que la ténacité d’Ester la fasse aller plus loin encore. Dépasser ses limites, n’était-ce pas le chant d’honneur des soldats ? Pourquoi Ester ? Loin de Shane la pensée de croire que le costume de lapin irait mieux à une fille. Il avait croisé la jeune femme au détour d’un cours d’armes. Il se trouvait que Lewis souhait tester les compétences de son filleul afin de le positionner dans la voie la meilleure pour qu’il évolue dans Nosco. Et en général, le combat était ce qui était testé de premier abord par les parrains et marraines qui hasardaient encore sur le devenir de leur filleul. Shane devait néanmoins s’estimer plus orienté à présent qu’il voyait les résultats produits par Gunther.

    Néanmoins, ce n’était pas assez. Il s’était servi d’Ester pour tester Gunther, il ne comptait pas laisser la jeune femme à son triste sort. Mon brigadier était le genre d’homme à rendre ce qu’on lui donnait, de manière différente, certes, mais rendre toujours. Et Ester ne lui avait pas suffisamment donné à son goût pour qu’il puisse affirmer avec exactitude qu’elle soit faite pour entrer dans la brigade impériale en jouant un bon soldat. Il adressa un sourire à Gunther qui faisait le fanfaron de sa victoire, mais on voyait dans les yeux clairs de Shane que ce n’était qu’un demi-sourire entrecoupé par une sorte de malice. Il était celui qui avaient d’autres idées derrières la tête et qui allait la sortir d’un moment à l’autre. Il saisit la balle qu’on lui tendait et il regarda son filleul aller poser son derrière sur un banc.

    « Ne fanfaronne pas si vite, Gunther, tu risques vite de déchanter. »

    Il s’approcha de lui, attrapa le banc par le bout et souleva le tout, de telle sorte que Gunther glissa par l’autre bout et allait se retrouva bien vite le derrière sur le sol.

    « A mon humble avis, à force de taper ton derrière sur le sol, le coccyx va enfler et tu n’auras pas besoin de pompon pour jouer le lapin. »

    Il reposa le banc qu’il avait réquisitionné salle et s’allongea dessus, sur le dos, le regard tourné vers le plafond. Il avait posé la balle rose sur son ventre.

    « Ester chérie, si tu es une gentille femme soumise, va chercher les deux révolvers d’entrainement sur la tablette juste là-bas tu vois ? »

    Il pointait du doigt la direction où il fallait se rendre et il laissa son bras retomber mollement sur son ventre avant d’ajouter :

    « Si tu n’es pas une gentille femme soumise, je te conseille de prendre Gunther par l’oreille et de le trainer là-bas pour qu’il le fasse à ta place. »

    Il laissa les deux se débrouiller entre eux. Au fond, Ester allait finir avec un magnifique costume de lapin, c’était tout à son honneur de se venger. Néanmoins, il est bien connu que la vengeance ne résout rien, qu’elle se mange froide et qu’elle vient à point à qui sait attendre. Il n’avait pas la moindre idée de ce qu’en faisaient ses deux petits oiseaux qu’il commença les explications.

    « Ce sont des armes d’entrainement, je ne suis pas spécialement fan des cervelles dégoulinantes. Je pense que vous aller blesser personne ainsi. Ne compter pas sur mon enthousiasme pour les armes à feu, elles sont faites pour les lâches, mais tout le monde ne pense pas comme moi. Ester, j’ai connu des gens qui maniaient comme toi l’épée, c’était un peu leur compétence secondaire et ils étaient bien plus doués en médecine ou en informatique au contraire. Gunther, tu feras un bon soldat. Mais je veux savoir si Ester peut l’être également ou s’il va falloir aller piocher dans d’autres talents. Ces armes sont un peu des petits joujoux. Ils ne sont pas aussi inoffensifs que des pistolets à l’eau. Leur tir est plus fort, et on utilise des balles… Balles qui ne sont pas assez propulsées pour transpercer un corps. »

    Il se redressa finalement de sur son banc et marcha jusqu’à un mur où il y avait un léger rebord à hauteur d’un mètre contre le mur. Il y cala la balle, en précaire équilibre.

    « Disons que le combat valait 30 points. Bravo Gunther. 10 points de plus si vous la faites tomber, 50 si vous me l’explosez. Voilà qui devrait relancer le challenge. »

    Il s’écarta de leur trajectoire et vint se placer à leurs côtés. Hmmm, acte I, scène 2 ?
avatar
Shane M. Lewis
~ Brigadier Informatique ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Brigade Informatique
Âge réel : 10 ans
Âge d'apparence : 19 ans

Compétences
Mémoire:
3000/10000  (3000/10000)
Compétence principale: Informatique
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Raclée ? Teuh ...

Message par Ester Wieg le Mer 7 Sep - 1:02

Le sol. Dans ces deux mots résonnaient une terrible impression d’échec. Et de costume de lapin. Ni l’un, ni l’autre ne lui plaisait.
Tout s’était déroulé vite, très vite : il avait fallu d’une seconde de confiance aveugle en elle-même pour que Gunther en profite et l’attaque verticalement, lui empêchant toute retraite, toute pirouette qui aurait pu la sortir d’affaire. Le choc de la chute vida ses poumons et le temps se figea jusqu’à ce qu’Ester puisse de nouveau inspirer. Elle pouvait sentir la pression du genou de Gun sur sa clavicule, pire que ça, elle sentait la pointe de la lame contre sa gorge, comme si elle la narguait : « Et oui… Tu as perdu chérie. »
Gunther se releva. Comme si elle avait complètement été annihilée, comme si elle était trop faible pour l’empêcher de gagner la partie. « Erreur, erreur, mon beignet à la crème. » pensa-t’elle alors qu’elle admirait le dos de Gunther. Délicieuse image qu’elle avait là.
Non pas qu’elle bavait particulièrement sur le physique exquis du vendeur d’aspirateur… Elle économisait sa bave pour des paysages plus attrayants. Comme celui-là, Gunther se penchant vers la balle, ignorant que l’ombre de la brigadière veillait. Miam ! Ca sentait la victoire.
Elle attrapa avec une délicatesse de bouchère le bras de Gun et en profita pour aller chercher la balle tel le gentil caniche qu’elle était. Elle avait roulé un peu plus loin et Ester s’y précipita.
Tout à coup une masse s’immisça entre les retrouvailles de la boule et la brunette. Et cette masse était armée. Pire que ça ! Elle avait un béret !

Brandissant son arme, Gunther l’abattit violemment sur la garde d’Ester. Encore, et encore. Inlassablement. Incapable de faire autre chose que parer, elle reculait.
Elle sentit une corde s’enrouler autour de son cou, elle ne réagit que trop tard : la corde lui enserrait déjà la gorge. Elle ne put qu’observer Gunther planter sa lame dans la balle en mousse et la brandir fièrement à son parrain. Ester eut beau se débattre comme une hyène, la corde refusait de se délier. Elle laissa tomber son arme et le reste de son corps. Seules sa mâchoire restait serrée, comme pour étouffer un cri de colère ou les multiples jurons que la jeune femme rêvait de professer.
Le match était terminé. Fini. Et comme par magie, la corde glissa, laissant Ester retrouver sa gorge saine, sauve mais goûtant cependant au goût amer de défaite. Elle peina à se relever, de fatigue pour certains, de déshonneur pour ceux qui la connaissaient réellement. Le poids de la honte était grand et les épaules d’Ester frêles. Hors de question qu’elle supporte cela plus longtemps !

Malgré sa haine intérieure, Ester arriva aux côtés des deux hommes penaude, refoulant sa colère au plus profond d’elle-même. C’est à cause de cette même colère qu’elle avait perdu. Son emportement face à son voisin l’avait aveuglé et elle s’était battue comme une fillette.
Gunther fanfaronnait comme s’il l’avait battue ! Bon. Certes, c’était le cas. Mais Ester n’aurait pas été étonnée si l’albinos avait enlevé son T-shirt dans son élan d’exaltation. Et puis, de toutes façons, depuis quand Gunther Spark avait-il besoin d’un prétexte pour se déshabiller ? N’était-ce pas comme ça qu’il appâtait les clientes potentielles pour ses ventes d’aspirateurs ?
Gunther s’était assis sur un banc, un sourire exécrable aux lèvres. Un sourire qu’Ester aurait voulu arracher à coups de griffes. Elle regarda Shane s’approcher, soulever un bout du banc et là, lentement, silencieusement, Gunther glissa le long du siège. Ester se délecta de l’effacement progressif du sourire de l’albinos avant que ses fesses ne rencontre inopinément le sol en un PAF ! explicite. Elle eut presque envie d’applaudir.

Ester chérie, si tu es une gentille femme soumise, va chercher les deux révolvers d’entrainement sur la tablette juste là-bas tu vois ?

Elle ? Une femme gentille et soumise ? Elle arqua un sourcil puis pivota lentement la tête vers l’albinos en plein frottage d’arrière-train suite à sa rencontre peu agréable avec la terre ferme. Et le vendeur d’aspirateur découvrait tout juste à quel point le sol, ça pouvait être dur.
Elle s’était fait battre… Par… Cet imbécile profond. Avançant d’une démarche décidée vers Gunther, on pouvait sentir, dans chacun des pas d’Ester l’envie de meurtre que la jeune femme dégageait. Comme un taureau prêt à charger sur un toréador impétueux et imbu de sa personne, à l’exception du fait que le foulard rouge avait été remplacé par un certain béret. Ou plutôt LE béret.
Arrivée à la hauteur du jeune homme qui n’avait pas arrêté de pleurer la mort prématurée de son coccys, elle s’empara du lobe de Gunther et le tira comme une forcenée. L’oreille était réputée pour être une zone érogène… Mmh. Pas sûr que l’albinos ne découvre de nouveaux plaisirs grâce à Ester aujourd’hui.
Continuant à lui décoller l’oreille droite, la brunette balança le petit vendeur d’aspirateur sur la tablette où se trouvaient les armes à feu. Tout à coup, la jeune brigadière écrasa le visage de Gunther contre le rayon des armes. Elle se pencha en avant, vers l’oreille encore rouge tomate de cette adorable crêpe étalée au milieu des armes.

Tu ferais mieux de surveiller tes arrières Gunther Spark… Je suis rancunière. Très rancunière.

Puis s’appuyant sur le crâne de l’albinos elle se releva et fit volte-face et regardant droit devant elle revint à la hauteur de Shane. Oh oui. Il allait prendre ce satané albinos… Qu’ils attendent un peu, ils verraient. Elle serait brigadière. Pas question que son imbécile de voisin le soit et pas elle.
Shane leur exposa un moment son aversion envers les armes à feu. Ester ne put qu’ajouter mentalement : « Et poignarder dans le dos, ça vient d’où ? », elle ne pouvait s’empêcher de penser au plaisir qu’elle avait à passer son doigt sur le cran de sécurité, l’odeur de l’arme, froide, mortelle, rapide. Et mieux encore : le ravissement qu’elle éprouverait à dégommer la balle rose, Gunther immobilisé sous son pied droit, gémissant de douleur, implorant sa pitié…
Elle en souriait déjà.
avatar
Ester Wieg
~ Brigadier Anti-Terroriste ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Brigadier
Âge réel : 0
Âge d'apparence : 20 ans

Compétences
Mémoire:
0/10000  (0/10000)
Compétence principale: Armes à feu
Niveau de Compétence: Compagnon

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Raclée ? Teuh ...

Message par Gunther Spark le Dim 11 Sep - 13:45

Sa lèvre venait d’éclater et il sentait à présent le goût salé et métallique se répandre dans sa bouche. Pourtant une simple blessure ne pouvait pas faire aussi mal, surtout quand c’était sa pommette qui souffrait le plus. Ester relâcha sa prise et s’éloigna, mais Gunther resta au niveau de l’étalage. On pouvait s’amuser autant qu’on voulait, mais le jeu n’avait d’intérêt que si tout le monde y prenait part. Et ce soir, tout le monde participerait. De fureur il cracha le sang qu’il coulait dans sa bouche et essuya froidement la peau éclatée de sa joue. Ester n’avait pas retenu ses forces et l’os de sa joue était venu s’écraser contre le canon d’une des armes avec tant de force que la peau avait cédé. Il s’était déjà fait ridiculiser quand Shane l’avait chaleureusement évacué du banc où il prenait quelques secondes de repos bien mérité, mais elle ! Il acceptait toute brimade de son parrain, quelque part, au fond, il savait qu’il était apprécié, ne serait-ce qu’un peu. Mais elle … Tout était pensé, tout aurait été craché si elle avait pu lui hurler à quel point elle le détestait. Et c’était pour ça que quand Shane avait remué le couteau dans la plaie, elle s’était empressée de démontrer sur le pauvre Gunther à quel point elle pouvait elle aussi appuyer là où ça faisait mal.

Mais ç’en était assez, on pouvait s’amuser autant qu’on voulait. Mais cartes sur table. Ester avait choisit de garder les siennes dans sa manche. Le jeune albinos se redressa quelque peu, toujours dos aux deux autres et commença à examiner les armes qui s’étendaient sur la table en face de lui.

« Putain, c’était quoi ça !» s’exclama-t-il en faisant semblant de se masser la joue. La blessure était moins terrible qu’elle n’en avait l’air. Il se réveillerait demain avec un bleu qui commençait sûrement à poindre, mais au bout d’une semaine, rien de ça. Idem pour la lèvre … Non, c’était son amour propre qui avait été touché, mais une idée lui avait traversé la tête au moment ou la sienne faisait de même avec la table. Il fit donc semblant de se plaindre en espérant gagner ainsi un peu de temps. Alors que Shane et Ester discutait derrière, il analysait rapidement la situation. Il lui fallait un coup brillant, un coup qui empêcherait Ester de tirer tout court. Il savait la brigadière plus douée que lui dans le maniement d’armes à feu, mais après tout … Si elle voulait jouer ce genre de jeu, elle allait être servie.

Rapidement il s’empara de l’arme qui lui paraissait la plus neuve. Il en retira le chargeur, vida quelques balles dans sa main et les enfonça à la file directement dans le canon de l’arme. En forçant, il sentit la première se coincer au fond du canon. Quand il ressortit les autres munitions, effectivement, il en manquait une. Il rechargea l’arme, vérifia rapidement la sienne et revint vers son entraîneur qui expliquait le but de l’exercice. Il devait avoir une sale mine car quand il revint vers eux, Ester arborait un sourire qui n’aurait pu exprimer plus de contentement. Il ne lui répondit pas, et continua d’agir comme il le faisait tout le temps. S’ils le soupçonnaient de quoi que ce soit et le forçaient à choisir l’autre arme, il était foutu.

Il avait cru comprendre que la brigadière était attachée à l’élégance, au raffinement et qu’elle détestait tout ce qui était grossier. Tout ce qui pouvait ressembler un tant soit peu au jeune albinos en fin de compte. Aussi avait-il prit le soin de trafiquer la plus belle des deux armes, sachant qu’avec l’affection qu’elle portait aux armes à feu, elle ne le laisserait jamais arborer que la plus dégradée des deux. Faussement bougon, il lui présenta les deux armes et elle lui confirma qu’il ne s’était pas trompé. Alors qu’elle inspectait la sienne, Gunther la tanna, comme il l’aurait normalement fait.

« Je comprends que vous éprouviez le besoin de me rendre infirme et que cela vous conforte quand à la possibilité de me battre. Mais, si j’ai attaqué, ce n’était que la dignité que vous n’avez pas su défendre. Tâchez de faire mieux cette fois-ci. » A ses paroles, Ester se tendit et raffermit la prise sur son arme. « Dois-je vous rappeler que la cible est là bas ? » fit-il en désignant la boule rose que Shane venait de placer en équilibre loin devant eux.

Tout en parlant, Gunther testait l’arme dans sa main. Il n’avait jamais tiré, aussi était-il en train de vérifier laquelle de ses deux mains serait la plus confortable pour la prise de l’arme. Droite … Gauche … Droite … Droite. Il maniait les armes blanches de la main droite, et il semblait en faire autant avec les armes à feu. Mais quelque chose le dérangeait, comme l’impression que l’armé était trop petite dans sa main et qu’il ne savait pas trop où poser ses paumes. Peut-être qu’avec un peu d’entraînement il serait capable de manier des armes plus importantes. Celles-ci étaient plus rassurantes.

Il prit donc position aux côtés d’Ester en tendit son bras droit, que vint supporter sa main gauche en se plaçant sous la main qui tenait l’arme. Il ne savait pas d’où il tenait ça, mais intérieurement, il remerciait une quelconque vie antérieure qui l’aidait en ce moment à faire ses preuves. Il ne put empêcher de jeter de fréquents coups d’œil discrets vers Ester qui elle aussi s’était mise en position.

Subitement, Shane donna le signal du départ et les deux coups partirent.

Deux coups partirent, mais un seul acheva son chemin. Quand il regarda sur sa droite, Ester tenait entre ses mains les restes de ce qui avait autrefois été un pistolet. Le canon était défoncé, et seule la crosse paraissait avoir gardé ses allures d’antan. Alors que la stupeur semblait l’avoir paralysée pour un moment, Gunther profita du moment de répit pour se concentrer à nouveau sur sa cible. Son coup était parti mais avait n’avait pas atteint la balle : un impact c’était fait à une dizaine de centimètres de l’objet, nettement visible de là où il était. Il se repositionna et tira un second coup. La balle pénétra l’objet sur son flanc gauche et la délogea de l’endroit où elle se trouvait. D’une manière ou d’un autre, pari gagné. Un sourire goguenard sur les lèvres il se retourna vers Ester.

« On n’est jamais mieux servit que par soi même. J’imagine qu’un vrai brigadier doit savoir ne compter que sur soi et ne pas dépendre de larbins … ‘fin bon, maintenant vous le saurez. »
avatar
Gunther Spark
~ Brigadier Anti-Terroriste ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Brigadier
Âge réel : 0
Âge d'apparence : 19

Compétences
Mémoire:
0/10000  (0/10000)
Compétence principale: Armes blanches
Niveau de Compétence: Compagnon

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Raclée ? Teuh ...

Message par Shane M. Lewis le Mer 14 Sep - 22:37

    Mon brigadier avait cru bon de fermer la porte, dans le cas où l’un ou l’autre ne saura pas tirer et louperait complètement son coup. Ce qui n’était pas une hypothèse à sous estimer. Pire si quelqu’un passait subitement à ce moment là. Ces armes d’entrainement ne pouvaient pas tuer, il n’en demeurait pas moins vrai que si on se prenait une balle dans l’œil, on en deviendrait borgne. Quitte à éviter la casse, Shane prenait ces mesures bien au sérieux, plus qu’il ne le fallait même. Lorsqu’il revint près des deux jeunes gens, il crut voir Gunther trafiquer une arme. Il avait regardé son filleul faire, sans mot dire, sans la moindre observation émise de manière orale, il m’en pensa pas moins pour autant. Il avait presque espéré qu’Ester s’en rende compte, mais ce ne fut vraisemblablement pas le cas. Il était revenu près d’eux, les avait laissé se mettre enjoue et donna le signal du tir. La partie aurait pu être intéressante, si seulement... Les deux tirèrent, mais une seule balle quitta l’arme. La balle de Gunther manqua sa cible. Celle d’Ester explosa sur le canon. Ou plutôt, dans le canon. Ce qui assura sans aucun doute une scène des plus comiques digne d’un fantastique cartoon. Shane regarda la jeune femme, un sourire en coin, elle semblait paralysée par ce qui venait de se passer devant elle, et Gunther profita évidement de la manœuvre pour tirer une seconde fois. Et toucher la cible cette fois.

    « PERSONNE NE BOUGE ! »

    S’écria-t-il alors. Ce n’était pas tant pour que Gunther fasse quoi que ce soit, mais c’était plutôt pour qu’Ester ne gifle pas Gunther. Ce n’était pas pour épargner Gunther puisque de toutes façons, si la jeune femme souhaitait lui administrer une gifle bien méritée, il finirait par l’avoir, aujourd’hui ou demain, ou dans dix ans. Peut-être d’autant plus fort qu’elle aurait attendu pour se venger. Shane quand à lui, avait simplement voulu qu’Ester reste enjoue, ce qui restait de son arme pointée vers la cible qui avait quitté l’endroit où elle avait été logée un peu plus tôt. L’informaticien sortit de sa poche un objet métallique d’une forme cylindrique. Il approcha l’objet de ce qui avait été autrefois le canon de l’arme et l’aligna avec la position de la crosse. Il appuya sur un bouton et un fin filet de lumière rouge traça une ligne droite dans l’espace. Dans le prolongement de ce qui aurait pu être le tir d’Ester, il y avait l’endroit exact sans erreur aucune, où s’était trouvée la balle avant le deuxième tir de Gunther. Un sourire s’était élargi sur ses lèvres. Il était certain que les deux autres avaient compris également le but de sa manœuvre. Seule la ruse avait sauvé Gunther, car le premier tir d’Ester l’aurait conduite à la victoire. Au lieu de ce lamentable échec.

    Il retira son laser et le rangea dans sa poche. Il fit signe de la main qu’ils pouvaient bouger à nouveau. Mais Shane ne s’attarda pas sur leurs réactions. Qu’ils se tapent, s’étranglent ou ne fassent que se jeter des regards noirs, il les laissait librement s’exprimer. Une question se posait pour lui, et il y accorderait toute son attention. Si Gunther n’avait pas bloqué la balle dans le canon d’Ester, celle-ci aurait remporté haut la main la partie. Mais dans les faits, c’était Gunther qui avait touché la cible en premier et ça faisait de lui le vainqueur. Il leur avait tourné le dos, et réfléchissait posément à la question. Ester savait manier l’épée, mais pas aussi bien que Gunther. Quant au jeune homme, il avait du s’y reprendre à deux fois pour tirer à l’arme, alors qu’Ester aurait atteint son but du premier coup. Gunther était rusé, et Ester pas assez vigilante. Gunther était un fanfaron et n’hésiterait pas à tricher pour s’assurer la victoire. Ester, elle, avait l’air plus fairplay, bien qu’un poil rancunière. Une chose était certaine : ces deux là faisaient une sacré équipe.

    Au fond, c’était en mettant Ester avec un rusé comme son filleul que la jeune femme deviendrait plus vigilante. Et c’était en mettant une rancunière comme Ester que Gunther calmerait ses ardeurs de fanfaron, parce qu’à force de se prendre des coups, il garderait ses victoires plus discrètes. Bref, même si ces deux là devaient s’arracher mutuellement les cheveux pendant quelques années, il ne fallait pas les séparer. Le dicton ne disait pas que « ça commence en dispute, ça finit derrière un couffin » ? Ces deux là faisaient la paire. Shane se retourna finalement vers eux, l’idée lumineuse toute trouvée pour leur avenir. Il réalisa finalement qu’il n’avait pas décidé du sort de l’enjeu primaire, c'est-à-dire celui qui porterait le costume de lapin. Il ouvrit enfin la bouche :

    « Désolé Mademoiselle Weig, mais je n’avais pas interdit de tricher. Vous avez donc perdu. J’espère que la prochaine fois vous serez vigilante. Et oui, il y aura bien une prochaine fois, puisque vous formez à partir de ce jour un binôme. »

    Un silence.

    « Bah quoi ? Ne faites pas cette tête. Je suis certain qu’à force de vous faire avoir, Mademoiselle Weig, vous finirez par ne plus vous fier aux si belles apparences. Quant à vous Gunther, je pense que lorsque vous n’aurez plus d’œil disponible pour recevoir un œil au beurre noir, vous agirez plus en professeur pédagogue qu’en joueur de trompette. »

    Shane tendit finalement un sac à Ester qui contenait le costume de lapin :

    « Les vestiaires sont juste là. Vous n’aurez qu’une heure à porter cet accoutrement. Si vous ne revenez pas changée dans les cinq minutes qui suivent, je double ce temps. TOP chrono. »

    Il mit en route le chronomètre de son ordinateur de poche et adressa un large sourire aux deux. S’ils croyaient être arrivés au bout de leurs surprises, ils se mettaient le doigt dans l’œil jusqu’au coude. Enfin, il attendait dans un premier temps de voir revenir Ester en mode Sexy Bunny. Voilà qui s’annonçait amusant.

avatar
Shane M. Lewis
~ Brigadier Informatique ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Brigade Informatique
Âge réel : 10 ans
Âge d'apparence : 19 ans

Compétences
Mémoire:
3000/10000  (3000/10000)
Compétence principale: Informatique
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Raclée ? Teuh ...

Message par Ester Wieg le Ven 16 Sep - 20:23

Ester avait senti l’arme vibrer bizarrement puis… Un énorme bruit avait retenti dans la salle. Le pistolet avait explosé entre ses doigts, le canon s’était recourbé dans une forme qui frisait le comique et l’explosion avait renvoyé la chevelure d’Ester en arrière, lui offrant par la même occasion, une coupe d’enfer. En effet, les cheveux dressés sur la tête et des résidus du revolver emmêlés dans des mèches brunes, le sex appeal d’Ester ne faisait plus aucun doute. Puis il y eut un deuxième coup de feu. Suivi d’un bruit plus léger… Celui de l’impact d’une balle sur le sol.
STOP ! Stop, stop, stop !
Qu’est-ce qu’il s’était passé ? Nom d’un lapin ! Qui… ? Quoi… ?
Ester baissa les yeux. Dans ses mains, le cadavre de son arme, comme si elle tenait le corps d’un amant décédé, impuissante. Elle tremblait. De colère, de tristesse et de déception, autant dire que le cerveau d’Ester était actuellement un gros bordel sympathique hôtel de passe.
Petit à petit, alors qu’elle retrouvait ses esprits, elle put faire quelques connexions. Toutes menaient à une chose : Gunther. Elle n’osa pas regarder son voisin, trop honteuse. Trop en colère aussi.
Comment avait-elle pu ne pas remarquer tous les petits signes qui auraient dû l’alerter qu’il se tramait quelque chose ? Elle qui se vantait de voir tout, qu’aucun détail même le plus minime ne pouvait lui échapper ? Plus important encore, comment pouvait-elle rester là alors que le cou de ce maudit vendeur d’aspirateur était à une cinquantaine de centimètres d’elle ?
Shane s’avança, plaçant un cylindre gris à la place que ce qui aurait dû être le canon de son arme. Un laser traça la trajectoire qu’aurait dû faire la balle d’Ester. La sentence tomba, elle aurait frappé le centre de la balle si Gunther avait…. N’avait pas… Bref. Peu importe ce qu’il avait fait, il finirait embroché et rôti au prochain barbecue surprise des brigadiers de Nosco.
Cependant… Aujourd’hui… C’était elle le lapin de la farce.

Perdue dans ses pensées, elle crut entendre que Gunther et elle formerait dorénavant un binôme. Aha ! La bonne blague. Vraiment tordant ce Shane, quel humour ! Pfiuh ! Quelle super bidonnade pour terminer cet entraînement ! Mmh… ? Quoi ? HEIN ? Ah mais… Nonononononononon !
Elle eut presque envie de frapper amicalement dans le dos du brigadier informatique : « Ah ! J’y ai presque cru, choupinou ! Bien joué ! » Malheureusement, la suite des propos de leur entraîneur ramena bien vite Ester à la réalité : Binôme. Bi-nô-me… Si on changeait le b et le ô en e, le i en n, le n en f, qu’on enlevait le e de la fin et qu’on modifiait le m en r, on obtenait Enfer. Coïncidence ? Ester n’y croyait pas.
Pire encore… Shane lui tendit un sac. Ou plutôt la boîte de Pandore. Elle savait que dès qu’elle l’ouvrirait… Ce serait la fin. La fin de toute sa crédibilité face à ses supérieurs hiérarchiques
Les vestiaires sont juste là. Vous n’aurez qu’une heure à porter cet accoutrement. Si vous ne revenez pas changée dans les cinq minutes qui suivent, je double ce temps. TOP chrono.
Ester n’eut pas d’autres choix que de courir comme une dératée jusqu’aux vestiaires : l’instinct de survie que les lapins lui avaient légué au cours de l’évolution, sans aucun doute.

[Pour la suite de ce RP, la communauté Playboy vous invite à cliquer ce lien.]

Fermant la porte du vestiaire à double tour, Ester ouvrit le sac. Elle enfila la première partie du costume et commença à fouiller dans la besace pour trouver la deuxième.
… Il n’y avait rien.

Euh… Il ne manquerait pas une partie du costume ? Comme… Un bas ? demanda-t-elle, sentant que la situation était sûrement encore pire que ce qu’elle imaginait.

Non non, tout y est… Il ne vous reste plus que… Deux minutes… Ah non, Une !

Ester dut bien l’avouer, le ton chantonnant de l’informaticien l’insupportait ! Mais elle n’avait pas le temps de s’attarder là-dessus. Elle ajouta les quelques accessoires que Shane avait sûrement indispensable au costume et jeta un œil à son reflet dans le miroir. Urgh.
Perchée sur des talons dont elle ne voulait pas savoir la hauteur, elle était vêtue d’une sorte de justaucorps bustier ivoire. Elle remercia le Saint-Esprit de faire tenir son costume en place et pivota un peu sur elle-même. Le pompon blanc en place à un endroit stratégique, elle refit un demi-tour pour admirer ses grandes oreilles touffues rose pâle, puis se souvint d’un coup que le chrono tournait toujours.
Elle sortit des vestiaires, marchant à pas mesuré sur ses échasses afin d’éviter qu’une chute vienne rajouter plus de honte aux récents événements.
Les mains croisées sur sa poitrine et les joues en feu, Ester prenait soin d’éviter de croiser ne serait-ce qu’un seul œil de Gunther ou de Shane.

Donc je… Je fais quoi maintenant ?

Traduction du langage Esterien : "Ne me dites pas que je vais sortir comme ça, par pitié ! " Pourtant si... Parce que ce qu'on ne dit pas sur la Brigade, c'est qu'elle fonctionne comme une école d'ingénieurs... Et les petits nouveaux... On en fait qu'une seule bouchée ! Aller hop ! Au bizutage !
avatar
Ester Wieg
~ Brigadier Anti-Terroriste ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Brigadier
Âge réel : 0
Âge d'apparence : 20 ans

Compétences
Mémoire:
0/10000  (0/10000)
Compétence principale: Armes à feu
Niveau de Compétence: Compagnon

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Raclée ? Teuh ...

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum