Scène de Ménage.

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Aller en bas

Scène de Ménage. - Page 2 Empty Scène de Ménage.

Message par Silvio Anthelmios le Dim 8 Mai - 0:16

Rappel du premier message :

Sois rentré pour 20h30. Sans faute. Il faut qu'on parle.
----------------------------
À: Lapin
à 15h47.

Silvio espérait que Shane comprendrait à travers le sms que ce n'était ni une blague ni une façon de lui cacher une petite surprise à son retour du travail. Le "il faut qu'on parle", c'était une menace. Le "il faut qu'on parle" que l'on disait au lieu de dire "tu as fait une bêtise et tu vas la sentir passer, mon petit pote".
En bon commandor de l'anti-terroriste, Silvio suivait de près le cas "Kinsky". Ce dernier s'avérait complexe, les informations le concernant venaient petit à petit. Nékorovy avait été chargée de s'en occuper et, visiblement, faisait cela à merveille. Mais le commandor n'avait pu parler en personne à ladite Karlovy, il ne pouvait être sûr des informations reçues que par la confiance qu'il accordait à ses surbordonnés. Autrement dit... Il faudrait vraiment qu'il aille voir cette fameuse Karlovy, avant de décider de ce que l'on faisait la concernant.
Il faisait confiance à ses brigadiers, mais dans des cas aussi importants, mieux valait être sûr. Et il y avait autre chose que Silvio peinait à croire: ce que le rapport disait en toutes lettres. Noir sur blanc. Voyez, il était assis là, à son bureau, lorsque, café à la main, il s'était penché sur ledit rapport. Son coeur avait manqué un bond. Il avait lu, re-lu. Mais rien à faire: l'information ne passait pas. C'était bien le nom de son amant, mais le sens de la phrase était tel qu'il refusait d'admettre que cela soit bien cela qui soit écrit. Pourtant, il fallait se rendre à l'évidence. Le commandor avait re-posé lentement son café, son rapport, et était resté un moment immobile, la tête entre ses mains. Ses yeux cachés derrière ses cheveux. Non, c'était impossible... Il ne lui aurait quand même pas fait ça.. Après tant de douleurs, après tant d'amour, de sentiments, des sentiments si forts, comment Shane pouvait-il lui faire ça ? Quel homme était-il donc ? Ce n'était même plus de la trahison. C'était bien pire que cela. Même chez les rebelles on ne prônait pas cela...
Le commandor n'était pas resté à se lamenter pendant des heures. Bien vite il s'était décidé à envoyer ce sms à Shane. Il voulait entendre son amant prôner le contraire, il voulait l'entendre se défendre, il voulait le croire, pouvoir lui faire confiance à nouveau et enguirlander ses brigadiers. Mais, à vrai dire, il n'y croyait plus. Il savait qu'il se berçait d'illusion, et pourtant gardait cet ultime espoir. Allez, Silvio, ne pense pas à demain. On verra après... Peut-être que les miracles existent encore.

Quand Shane ouvrit la porte de l'appartement, il put trouver Silvio, assit à la table, le rapport d'un côté, un livre électronique entre les mains, et le brouilleur de son à côté de lui.. Il leva le nez et posa sur Shane un regard bien froid. Son expression, son attitude indiquaient que non, ce soir, pas de câlins. Il se comportait comme il s'était jadis comporté face à... Yan Merling. Froid, distant, méfiant, et surtout, chose rare pour un brigadier, les neurones en marche.
C'était mauvais signe, très mauvais signe. Habituellement, les colères de Silvio se sentaient par sa voix qui montait en décibels, par son agressivité, des gestes violents, ses menaces. Cette colère-là, c'était une colère en latence. C'était le magma en ébullition dans le volcan. Le seul souffle de mon commandor suffisait à insuffler à la pièce une atmosphère lourde, pesante. L'orage qui approche.

"- Bonjour, Lewis."


Emploi du nom de famille. Ouch, pas bon. Il n'y avait plus de proximité, qu'une distance qui ne présageait rien de bon. Silvio, se leva, en silence, et poussa le rapport vers Shane. Du doigt, il lui montra la bonne ligne, celle qui l'accusait, celle qui n'aurait jamais dû exister... Celle qui faisait et aller faire tant de peine à mon Silvio. Désormais, il se croyait seul, à aimer...

[HJ: désolé, c'est un peu court...]

_________________
Scène de Ménage. - Page 2 562433SIGNETURE
Spoiler:

Silvio Anthelmios
Silvio Anthelmios
~ Commandor ~
Section Anti-Terroriste


Camp : Guilde Impériale
Profession : Second de Judikhael Wienfield
Âge réel : 30années
Âge d'apparence : vingt

Compétences
Mémoire:
Scène de Ménage. - Page 2 Left_bar_bleue1500/10000Scène de Ménage. - Page 2 Empty_bar_bleue  (1500/10000)
Compétence principale: Armes blanches
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas


Scène de Ménage. - Page 2 Empty Re: Scène de Ménage.

Message par Shane M. Lewis le Ven 20 Mai - 22:49

    Shane posa sa tête doucement sur l’oreiller, lorsque son cher Silvio le retourna (comme un pancake ? M’enfin, ce n’était pas Shane qui allait s’en plaindre. Silvio pouvait le retourner autant de fois qu’il le voulait hein ! ). Le plafond. Il regardait juste le plafond, et il sentait la tête (aux cheveux CHATAINS CLAIR) se poser sur son cœur. Entendait-il le battement régulier ? Plus régulier à présent. Un peu plus tôt, ça n’avait pas véritablement été le cas (Bahwi, Silvio l’avait essoufflé mon Shane, c’était un commandor de compét’ u_u). Il laissait ses doigts dans ses cheveux (CHATAINS CLAIRS). Ces mots là, lui semblaient étranges, comme sortis tout droit d’une autre histoire. Dans un premier temps, Shane ne les comprit pas.

    Mon brigadier ne vivait que pour son Silvio. Dès lors que son amant s’éteignait, il s’éteignait également. C’était une suite logique pour lui. Alors pourquoi donc Silvio inversait-il cet ordre prédéfini. C’était impossible à comprendre de la part de Shane. Alors il regardait le plafond, avec insistance, comme s’il s’attendait à être frappé par la grâce de Joshi. Mais ça ne vint pas. Il allait falloir qu’il fasse se travail par lui-même. Il tâcha de décortiquer la logique Silviesque et ainsi peut-être qu’il comprenait. Lewis avait toujours été un fin observateur, mais uniquement lorsqu’il pouvait porter sur telle ou telle chose un regard objectif. Pour Silvio, il n’y avait que le subjectif, et c’était un tant soit peu problématique à cet instant.

    Lentement, il ferma les yeux, chercha une réponse. Silvio voulait qu’il poursuive, si jamais son homme venait à tomber au combat. Combien n’était-il pas choqué d’entendre cela ? Mais dans un même temps, cela tombait presque comme un ordre (car cela sortait de la divine bouche de Silvio) pour Shane. Il était alors perdu entre ses propres convictions et le demande de son amant… Il tâcha de ne plus penser à rien d’autre qu’à une situation horrible dans laquelle on annoncerait sa mort. Il s’en trouvait tordu de douleur, et ne pu que se plonger dans le déni. Silvio ne mourrait pas. Il était fort. Il était un parfait commandor. Il ne répondit dans pas. Il se contenta du silence, paisible. Il caressa les cheveux de son ange, doucement, comme s’il touchait une matière précieuse. Et puis finalement, il lui adressa un sourire pour changer de sujet et lui dire que ce n’était pas pour le moment et qu’il préférait ne pas penser à l’éventuelle mort de son amant :

    « Tu sais mon ange… A force d’entrainement, tes coups de bassin deviennent divins. »

    Et hop dodo !
Shane M. Lewis
Shane M. Lewis
~ Brigadier Informatique ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Brigade Informatique
Âge réel : 10 ans
Âge d'apparence : 19 ans

Compétences
Mémoire:
Scène de Ménage. - Page 2 Left_bar_bleue3000/10000Scène de Ménage. - Page 2 Empty_bar_bleue  (3000/10000)
Compétence principale: Informatique
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum