Sadomasochiste ou pas ? | RATING -18 ans

Aller en bas

Sadomasochiste ou pas ? | RATING -18 ans Empty Sadomasochiste ou pas ? | RATING -18 ans

Message par Nékorovy Welka le Jeu 12 Mai - 21:34

Avertissement

Ce RP de torture contiendra des scènes d'une rare violence.
Merci de ne pas reproduire ce que vous lirez ci-dessous.


Nous sommes Vendredi et il est 01h30. D'habitude, on entend aucun bruit à cette heure-ci puisque tout le monde dort mise à part quelques brigadiers de garde et surtout, les caméras qui ne sommeillent jamais. Mais ce matin là, comme le précédent, le bruit d'une porte se fit ouïr, la lumière se fit dans l'appartement et... et ce fut une jeune femme rousse qui se tint près de la porte de sa chambre. Les cheveux lâchés, elle les avait peignés dès son réveil comme à son habitude. Maintenant, la silhouette avançait pieds nus sur le tapis de laine qui recouvrait tout le sol du salon, vêtue d'une nuisette rose. Elle se dirigea vers la salle de bain et en ressorti après quelques courtes minutes. Son visage était déjà plus clair, plus rayonnant, ses cheveux beaucoup plus soigné et le regard vif. Elle traversa son salon en prenant soin de faire un coucou à sa caméra chérie, son indétrônable guetteur puis laissa son regard tomber sur ce rat, ce Steve, le compagnon de Kim retenu chez Wel en otage. Cette malheureuse bestiole avait trouvée grâce aux yeux de cette jeune femme, bien plus qu'un pauvre humain, au point même que Steve bénéficiait de quelques chatouilles. De plus, il avait prit quelques grammes et adorait courir sur le tapis du salon... Décidément, il était temps de le rendre à ce Docteur. Steve s'amourachait déjà un peu trop à son tapis blanc, son tapis chéri, tout doux, tout beau, tout propre! Mais ce n'était pas dans cette optique là et encore moins pour cela que Nékorovy Welka s'était levée d'aussi bonne heure.

La jeune femme se dirigea vers la cuisine se prépara une bonne boisson, un café russe puis s'assit tranquillement dans son fauteuil d'angle blanc, tasse noire en main. Elle replia les jambes sur son doux sofa et fixa la caméra discrète et esthétique fixée au plafond. Qui pouvait bien regarder les caméras à cette heure là ? Un tête à tête débuta entre l'objet et l'humaine. On croirait que Nékorovy connaissait l'identité de la personne posté derrière les écrans de surveillance. Comme si elle savait pertinemment que quelqu'un l'observait. Le tête à tête sembla s'éterniser puis, quand la jeune femme eut fini sa boisson et son petit déjeuner, elle alla se prendre un bain...

Un temps.

Sapée d'un corset rouge bordeaux et d'une jupe noire fendu sur son côté ; bien coiffée d'un chinions dont plusieurs mèches rebelles en sortaient aisément, la Brigadière d'Élite n'avait pas du tout l'air de plaisanter. Son regard était plutôt glacial, un regard que la caméra ne manqua sans doute pas d'enregistrer, un regard sévère. Ensuite, elle jeta un coup d'œil furtif sur le cadran électronique qui affichait maintenant 02h45. Le scénario se répétait!! Elle était là, debout à cette heure-ci vêtu de rouge, de noir, couleur de la Veuve Noire... Mais ? Qu'est-ce que ? Qu'est-ce qui ? Où ? Que se passe t-il ? Welka n'allait pas remettre ça ? Pas avec Karlovy ? Encore ?? La pauvre avait déjà trop souffert. C'était vrai que 52 se tenait toujours dans sa cage de métal, de plus, Néko avait interdit les visites après le départ de Kim Van Berghen. Elle voulait voir cette Karlovy dépérir dans sa solitude ou pas... Mais, mais... Aujourd'hui, ce n'était pas 52 qui était visé.

Maître lame, après avoir vérifié sa tenue et sa coiffure devant son miroir large mural, entreprit de quitter ses appartements, enfila ses talons aiguilles tranchants rouge bordeaux posés devant son tapis de laine et enfin, ouvrit la porte pour paraître dans le couloir lumineux de l'Aedes. La porte après elle se verrouilla automatiquement et rapidement, elle parcouru ce long couloir désert, prit l'ascenseur pour en ressortir au rez-de-chaussée. Un homme de taille colossal appuyé contre l'une des parois de l'immeuble, les bras croisés, se redressa et salua Nékorovy Welka, sans oublier d'arborer ce sourire plutôt... pervers. * Il va me sortir une connerie, je le sens venir...* pensa t-elle.
« Mes salutations Madame Ryma... je veux dire mademoiselle Nékorovy Welka! Savez-vous que le rose vous va à ravir, en tout cas, je le préfère au bleu...  ». Il n'y avait QUE Vlad pour sortir un truc pareil et en plus, Néko avait eut le pressentiment que c'était lui derrière les écrans. A chaque fois c'était pareil lors d'un interrogatoire où l'on faisait plus longuement que d'habitude appel à lui, ou plutôt lorsqu'il s'agissait d'interroger certains prisonniers. Son attitude n'offusquait pas la jeune femme, au contraire...elle adorait le provoquer!! C'était 50-50 En tout cas, il avait l'air de très bonne humeur, trop même. Sortir une bêtise pareil tôt le matin... Elle ne lui laissa point finir sa phrase. «  Tu vas me le payer un jour Vlad... je te le promet!  » Et lui, de ses yeux malicieux répliqua sans attendre d'une voix basse. « En nature et je suis tout à toi...  ». Néka fixa Vlad sensuellement... «  Tu me touches, je te saigne » « J'aime ça...venant de toi...  ». La jeune femme soupira face à témérité de cet Ours! Il lui tenait toujours tête celui-là, il n'avait pas froid au yeux. Néko ne dit plus un mot pour cette fois-ci, elle lui accorda la victoire. Il s'était comme vengé de la drôle de remarque qu'elle lui avait faite lorsqu'il s'était raclé la gorge lors du tête à tête avec Kim.

Match nul.

Les deux Brigadiers se dirigèrent vers les SSH puis les SSU en silence, enfin presque. Vlad était d'humeur taquine ce matin! Leur premier passage fut au bureau de Welka. Elle récupéra une tablette tactile blanche, Vlad, lui, fit l'emmerdeur... Il saisit Néko par la taille, de dos, et... trop tard, il n'avait même pas pu se coller à elle, que déjà la Veuve s'était retournée. Une magnifique lame se présenta à lui sous la gorge, la pointe glacé contre sa pomme d'Adam, il ôta ses mains de la jeune femme les leva en l'air comme si on venait de lui pointer un flingue dans le dos. « C'est noté! Je capitule Chef, je capitule!!  ». La Veuve n'en fit pas plus, ne dit rien et quitta la pièce calme, sérieuse, suivit du colosse qui n'avait pas lâché ce sourire machiavélique... Pauvre Néko... mais ce n'était que pour un temps, une matinée.

Le couple descendit dans la prison. La fête allait bientôt commencer. Quatre brigadiers se joignirent à eux, Néka en tête de file. Tous les prisonniers furent réveillés pour le plaisir. Les gourdins frappaient les cages métalliques avec fracas et quelques prisonniers, curieux, s'approchèrent des barreaux, acculèrent leur tête contre les tubes métalliques afin de mieux voir ce qui se passait dans le couloir. Des bruits de chaines, de voix, de métal, de talons créèrent un brouhaha dans le couloir lumineux. La petite troupe franchit plusieurs cellules. Enfin, deux brigadiers reçurent l'ordre de se tenir en retrait et de cesser leur tapage, pendant que Néko ouvrait la jolie petite salle d'interrogatoire, toute propre, toute lumineuse, toute belle... Il n'y avait plus aucune trace permettant effectivement de confirmer que Karlovy y était passé 24h plutôt.

Les formalités habituelles pour ouvrit la lourde porte de métal blindée. Reconnaissance digitale, optique ; récupération de la commande tactile et enfin ouverture de la porte dans un fracas terrible mais si agréable aux oreilles de Néko. Vlad se retourna et ordonna à deux des quatre brigadiers de saisir 66 et de le ficeler à la chaise aidé des autres. La porte de la cellule du Numéro 66 s'ouvrit et sans attendre les brigadiers se jetèrent sur lui, le maitrisèrent et l'emportèrent dans la salle. Enfin! Il était attaché et 66... Oh pardon...vous ne savez pas qui est 66 ? Pourtant c'est évidement c'est le matricule de ce Zoltan! Bref! On l'attacha solidement, poignet et chevilles à la chaise de métal blanc, sans aucune douceur et une fois le tout effectué, tous s'en allèrent excepté Vlad et Nékorovy.

Comme d'habitude, ce fut le silence total, la Veuve Noire se tenait au fond de la pièce, près de sa commande et son écran tactile de service, posées sur la table en forme d'arc de cercle, soudée au mur. Quant à Vlad, il était sorti par la porte secrète et silencieuse du fond de l'immense et lumineuse salle blanche. 66, lui, ne pouvait pas les voire puisqu'il leur donnait son dos.
Nékorovy Welka
Nékorovy Welka
~ Brigadier d'Elite ~
Assassinat


Camp : Guilde Impériale
Profession : Brigadier d'Élite dans l'assassinat ; Brigade anti-terroriste
Âge réel : 21
Âge d'apparence : 26

Compétences
Mémoire:
Sadomasochiste ou pas ? | RATING -18 ans Left_bar_bleue750/10000Sadomasochiste ou pas ? | RATING -18 ans Empty_bar_bleue  (750/10000)
Compétence principale: Armes blanches
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Sadomasochiste ou pas ? | RATING -18 ans Empty Re: Sadomasochiste ou pas ? | RATING -18 ans

Message par Hologramme le Sam 14 Mai - 13:27

Sadomasochiste ou pas ? | RATING -18 ans 303d8w3
Zoltan Nagy

Hmpf ! On avait pas idée de réveiller les gens avec tant de brutalité ! Pour Zoltan Nagy, la torture avait commencé avec ce réveil trop dur pour lui.
Il ne fut pas difficile pour les brigadiers de maitriser un Zoltan au réveil. Il se débattait mollement et sans réfléchir. Bien vite il abandonna, et se laissa brinqueballer par ces balourds de brigadiers. Etaient-ils obligés d'y aller avec si peu de douceur ? Peut-être se serait-il montré plus apte à la discussion s'il avait été traité comme un humain, et non comme un sac à patates. Là, pour le coup, il se sentait insulté. Il ne serait certainement pas coopératif si on lui demandait des informations avec la même gentillesse !

Et voilà. Installé, attaché. Même pas confortable, la chaise, il ne pourrait pas espérer récupérer son sommeil dedans si l'interrogatoire devenait trop ennuyeux. En tout cas, une fois posé, il ne tenta plus de bouger. Ses neurones se mettaient doucement en route. Ils allaient sans doute lui demander des informations... Il ne devait rien divulguer. Les conseils de Yan Merling en cas de torture lui revinrent en tête. Il les suivrait à la lettre. Il ne trahirait pas les siens. C'était quelque chose de profondément ancré en lui, si bien que même fatigué, affaibli et endormi, il restait assez confiant et savait qu'il ne divulguerait rien.

Ses tortionnaires n'étaient pas face à lui. Etaient-ils si lâches..? Ou était-ce lui qui était laid ? Etrangement, la première solution lui sembla plus probable. Il n'avait même pas eu le temps de voir leur visage... Sur le coup, ça ne lui manqua pas. Un tortionnaire était un tortionnaire, qu'il soit brun, roux, blond, avec un gros nez... Ceci étant dit, l'information aurait peut-être plu à Merling. tant pis. Il s'en passera. Zoltan laissa échapper un soupir, tenta de s'installer un peu mieux, et ferma les yeux. S'il n'y avait rien à voir, autant en profiter. Détendu ? Non. Angoissé, même. Cet instant, cela faisait des jours qu'il l'appréhendait. Des jours ? Oh, il ne savait plus vraiment, et puis, cela n'avait pas d'importance. Il n'était qu'une victime. Tout ce qu'il pouvait faire désormais c'était se taire et attendre de voir ce que l'on ferait de lui. Il avait entendu parler des tortures guildiennes, cependant. C'était ce qui alimentait encore l'angoisse à ce moment précis, ce qui l'empêcherait de dormir pour oublier: ce noeud dans sa gorge, ses entrailles qui semblaient en désordre. Peur. Qu'allait-on lui faire ? Comment ressortirait-il d'ici ? En ressortirait-il ?
Il déglutit avec difficulté. Maintenant, la peur le pétrifiait. D'un instant à l'autre, la torture pouvait commencer. Il décida de prendre son courage à deux mains pour abréger ses souffrances:

"- Alors... Que voulez-vous savoir...?"

Demanda-t-il, assez fort pour être entendu, d'une voix qui avait légèrement tremblé. Il aurait pu dire directement "je ne dirai rien", ç'aurait été plus franc, cela n'aurait pas donné aux guildiens l'espoir d'une information. Ses poings se crispèrent un peu sur la chaise. The show must go on. Sois fort, mon Zoltan...
Hologramme
Hologramme

Profession : Fauteur de troubles

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Sadomasochiste ou pas ? | RATING -18 ans Empty Re: Sadomasochiste ou pas ? | RATING -18 ans

Message par Nékorovy Welka le Mar 5 Juil - 17:57

Quel silence. On entendrait presque le battement des cœurs humains présents dans cet espace vaste, lumineux mais clôt. La Veuve n'avait pas changée ses habitudes, toujours aussi calme, l'air absente, effacée et pour cause, elle observait sa nouvelle proie. Comment allait-elle réagir ? Sa proies démarrerait-elle au quart de tour ? Ou au contraire, fonctionnerait-elle comme un moteur diésel ? Secrètement, Welka espérait que ce rebelle lui donnerait du fil à retordre, comme elle les aime, cuisson saignante. Mais si son souhait ne venait pas à se réaliser... alors, elle se contentera simplement d'utiliser 66 comme terrain d'entrainement à la perfection de ses interrogatoires, essayer de nouvelles techniques, alimenter ses plaisirs sadiques, renforcer son charisme et son statut de redoutable Veuve Noire.

La jeune femme demeura statique, observant toujours et encore dans ce silence pesant et angoissant le regard rivé sur cette chaise de métal glacial réfléchissant a ses prochains mots, calculant ses prochains gestes selon les dires de son détenu. De façon global, Nékorovy n'irait pas d'entrée de jeu à bousculer le petit bleu... non, il faut prendre le temps de vivre, le temps de subir, de savourer ses joies, de déguster ses peines, ses douleurs. Welka sera douce...très douce... diablement douce.
Que se passait-il ? Le silence lui était monté à la tête ? L'angoisse lui avait donné des maux d'estomac ? Était-ce un démarrage sur les chapeaux de roue ? Ou une simple une tentative de diversion, celle qui viserait à abattre froidement un silence innocent ? Qui lui avait donné l'autorisation d'ouvrir la bouche ? De laisser échapper quelques mots insignifiants ? N'avait-il pas encore compris que son corps, son souffle ne lui appartenait plus dans cette pièce, que sa vie n'avait de sens que si Nékorovy le décidait là, tout de suite ? Non, il ne l'avait pas encore comprit.

Sa question était très oscillante tout comme le tempo de sa voix et il semblait si pressé de finir avec une histoire qui n'avait même pas encore commencé, une histoire si douce pourtant. Ce n'était point l'un de ces récits barbants et barbares, où tout est fait grossièrement, sans subtilité, sans finesse, sans beauté, sans amour parce que si c'était le cas, Nékorovy Welka n'y figurerait pas. Mais voilà est-il, qu'elle s'y trouve; Un sublime paysage aux mille couleurs s'offre aux yeux de tous, un magnifique jeu de finesse, d'émotion, de charme, de sensualité... Que pouvait-on demander de plus ? La Veuve s'occupait de ceux qui le méritait, c'était donc un immense honneur qu'elle s'y intéresse à vous, à toi... Pourquoi a chaque fois qu'elle fait son spectacle, celui ou celle au cœur de l'action n'apprécies jamais ? Pourquoi son spectacle déplait toujours à sa victime ? Pourtant, elle y met tout son cœur! C'est toujours pareil!! Ils sont tous pareil. Quand on fait quelque chose pour leur bien, ils se retournent toujours contre vous. Et quand on ne fait rien on attrape des reproches. Alors quoi ? 66 devrait être reconnaissant de ce qui lui arrive! Il devrait s'en réjouir parce qu'au moins, il sait qu'il existe, il sait qu'il est important... - Pour combien de temps ? - Oui...il est important et c'est tous ce qui compte non ? Il devrait lui dire merci mais puisque qu'il est comme tous les autres, il la haïra, tout comme 52 la hait. Alors Welka, n'arrive plus à haïr, à aimer... Elle se contente d'observer, de déchiffrer et vivre dans indifférence la plus totale ou pas... Si seulement Néko pouvait ressentir autre chose que la satisfaction dans son travail, peut-être que le monde la verra d'un autre œil... mais elle en ait incapable. Quel crime y a-t-il a mettre du cœur à l'ouvrage ?

Mais revenons aux faits. Il avait parlé, et Néko n'avait rien déclaré préférant le laisser baigner dans son angoisse, sa solitude, ses doutes, ses questions, le laisser sombrer dans ce silence résonnant, retentissant comme une alarme stridente à ses oreilles. La Veuve ferma les yeux et écouta le calme de la salle. Depuis combien de temps attendait-il cet instant ?

«  Shuuut écoutes et prends le temps de vivre. » dit cette voix mélodieuse, douce et si calme. Cette parole était comme un soufflé aux oreilles, une note harmonieuse et délicate. Rien de menaçant, juste une voix perdu dans le vent, une voix, rien qu'une voix. Pour le moment Nékorovy ne voulait rien savoir, elle tentait simplement de lui apprendre la règle du jeu, de lui inculquer les valeurs du silence et surtout lui enseigner l'art de prendre son temps.

Un temps.

La Veuve se rapprocha, laissant ses talons claquer fortement au sol. Un son clair, distinct, calculé, un son qui se rapprochait encore et encore au fur et à mesure et puis plus de son. Juste une femme posté derrière une chaise de métal souffrant le martyre sous le poids de ce bleu. Juste une femme se penchant aux oreilles d'un rebelle afin de lui murmurer quelques mots sans importance ou pas.
«  Soixante-six...Qu'y a-t-il ? Vous êtes à l'aise j'espère. Vous souhaitez un verre d'eau ou un petit biscuit salé ? » Elle se redressa lentement, avec grâce, se pencha de nouveau à son autre oreille et ajouta simplement «  Vous m'avez l'air tendu. Ne le soyez point. » déclara la Veuve dans toute son innocente, dans la franchisse la plus vicieuse et dans la sérénité la plus venimeuse. Elle se redressa finalement et resta derrière cet être, si proche et si loin à la fois, les mains dans le dos comme si on lui avait mit des menottes...quelle femme... «  Au passage, mon très cher ami Yan Merling se porte à merveille ? Et les affaires ? Elle vont de bon train ? Je me demande bien ce que vous trafiquez la dessous... Mais, mon ami 66 va me répondre... n'est-ce pas ? Personne n'aime les ennuies...Vous n'êtes pas de mon avis ? » Douce voix...
Nékorovy Welka
Nékorovy Welka
~ Brigadier d'Elite ~
Assassinat


Camp : Guilde Impériale
Profession : Brigadier d'Élite dans l'assassinat ; Brigade anti-terroriste
Âge réel : 21
Âge d'apparence : 26

Compétences
Mémoire:
Sadomasochiste ou pas ? | RATING -18 ans Left_bar_bleue750/10000Sadomasochiste ou pas ? | RATING -18 ans Empty_bar_bleue  (750/10000)
Compétence principale: Armes blanches
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Sadomasochiste ou pas ? | RATING -18 ans Empty Re: Sadomasochiste ou pas ? | RATING -18 ans

Message par Hologramme le Mar 19 Juil - 2:58

Sadomasochiste ou pas ? | RATING -18 ans 303d8w3
Zoltan Nagy
Cela avait à peine commencé, et Zoltan commençait déjà à trouver le temps long. Visiblement, sa tortionnaire avait décidé de jouer les esthètes, et la torture devait être aussi belle qu'efficace. Mon rebelle regarda un moment autour de lui. Y avait-il quelqu'un que sa tortionnaire tentait de séduire, pour se comporter ainsi ? Il chercha à voir si Nékorovy lançait des petits regards à un autre que lui. Non, personne. Alors elle faisait tout cela pour le plaisir de "l'art" ? Pfteuh. Zoltan trouvait cela d'un ridicule presque risible. Mis à part perdre son temps, ce qu'elle faisait, c'était du vent, de vagues gesticulations, une parade grotesque qui ne lui faisait aucun effet. Cependant, il oubliait que là, avec ses petits mots doux et sa voix presque mielleuse, sa tortionnaire pouvait au moins se vanter de savoir se faire attendre.

Qu'il avait hâte de sortir d'ici ! Il s'imaginait déjà, à bout de forces, pâle et haletant, jeté dans sa cellule, avec un physique qui le rendrait repoussant auprès des filles... Mais heureux. Car la torture serait terminée. Il repensa à cette idée, toutefois... Celle d'être assez laid pour ne plus plaire aux filles. Jadis, les "filles" en question s'arrêtaient à Karlovy, la belle Karlovy... Qui avait insinué, à demi-mots, qu'elle en voyait un autre. Et la conversation s'était arrêtée là. Une vraie torture... Des mots qui l'avaient hanté durant ces longues heures à ne rien faire dans sa cellule. Des mots, puis "peut-être" qui le tourmentaient. Il voyait Karlovy s'envoyer en l'air avec un beau guildien, un haut-gradé, face à qui il ne pouvait rien. Il la voyait au bras d'un autre homme, il la voyait l'embrasse, il la voyait... Et il se demandait ce qu'il valait, lui, à s'accrocher fidèlement à elle alors qu'elle le considérait comme, comme... Comment l'avait-elle considéré ? L'avait-elle seulement aimé, aimé vraiment, d'amour, et non pas comme d'une attirance bestiale d'un animal à un autre pour se reproduire ? Parfois, il se demandait à quoi bon idéaliser l'amour: avait-il eu vraiment raison de s'enfermer durant tant d'années dans cette relation ectoplasmique ?
S'enfermer ? Il ne s'était pas vraiment donné de barrières. Il aimait Karlovy, et cette seule pensée avait réussi jadis à écarter tous les débuts de sentiments qu'il avait pu commencer à avoir pour les autres femmes. Mais s'il avait su....

Zoltan leva le nez à nouveau. On lui parlait, non ? Il écarta un moment Karlovy de ses pensées. Pourvu qu'ils ne l'attaquent pas par ce point faible-là ! Mieux valait donc ne pas y penser. Le regard de mon rebelle passa sur sa tortionnaire, qui faisait encore son petit cinema. Il put tout de même entendre les questions, mais sa réponse fut froide, sans saveur:

"- Yan Merling va très bien, merci."

Que voulait-elle tendre de plus ? Qu'il voulait bien du lait et des petits gâteaux ? Ou l'entendre approuver bêtement que, oh, non, il n'aimait pas les ennuis ? Zoltan étaient de ceux qui n'aimaient pas les palabres inutiles, qui n'irait pas énoncer quelque chose que l'on savait déjà, qui tombait sous le sens. Alors Nékorovy, elle était bien mignonne, mais son petit cinema restera un one-woman-show. Zoltan, lui, il voulait juste qu'on le blesse, puis qu'on le laisse, et peu importait que le fouet soit rose ou noir, tant qu'il lacérait sa peau.

"- Et sa majesté l'impératrice ?"

Insolence. Il ignorait ce qui lui avait pris. L'effet "ras-le-bol" ? Peut-être que s'il se montrait trop bavard, elle le ferait taire, et la torture commencerait enfin. Son esprit tournait en rond comme un lion en cage, incapable de se libérer de la pensée obsédante, celle qui disait qu'il allait souffrir. Seule Nékorovy pouvait le libérer.
Hologramme
Hologramme

Profession : Fauteur de troubles

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Sadomasochiste ou pas ? | RATING -18 ans Empty Re: Sadomasochiste ou pas ? | RATING -18 ans

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum