Une mise en quarantaine... Pas seulement physique.

Aller en bas

Une mise en quarantaine... Pas seulement physique.

Message par Aaron Smith le Ven 1 Juil - 1:02

1379 mots

Aaron avait raison. Aaron avait TOUJOURS raison ! Depuis que cette épidémie avait commencé, il n’avait eu de cesse de voir qu’il y avait anguille sous roche, qu’on noyait le poisson pour éviter le grand cachalot… Mais là, la coupe était pleine ! Plus personne ne pouvait nier que la grippe n’en était pas une, et que cette « ridicule petite épidémie » était de moins en moins ridicule, de moins en moins petite et de plus en plus épidémie. Cette constatation, la Guilde comme les rebelles l’avait faite, et si le blondinet ne savait pas ce qui se passait chez ces derniers, il venait toutefois de recevoir un ordre de quarantaine. Lui ! Lui, il serait mis en quarantaine ! Alors qu’il luttait depuis des semaines pour ne pas retapisser sa chambre et son salon dans les tons verdâtres/marronnâtres, qu’il était probablement plein d’ulcères et que son esprit enfievré lui dictait une conduite intenable ?! Hum… C’était probablement une bonne idée.

Docile – même avec de la fièvre, Smith arrivait à distinguer la carotte du bâton, et savait obéir aux ordres – il ne tarda pas à rassembler deux-trois affaires. Des vêtements, ses lentilles et soleil et, surtout, son précieux ordinateur. On devinait, à la façon dont il observait l’objet béni, à quel point il tenait à son joli jouet, et l’affection qu’il avait pour la machine chromée et lumineuse n’était un secret pour personne. D’ailleurs, il était fort probable que cet amour soit réciproque puisque le pauvre objet ne cessait quasiment plus de ronronner, bruit qui avait pour source un fonctionnement quasi continuel. Il faut dire que le pauvre Aaron se trouvait bien triste, éloigné qu’il était par la maladie des bureaux de la brigade informatique et, par là même, d’une formation dont il raffolait pourtant. Aussi cherchait-il tant bien que mal à combler ce manque, ce vide bien sombre dans sa courte vie noscoienne, et à jeter le plus de terre possible dans le trou de son ignorance. Son inquiétude vis à vis de la fameuse épidémie dont il avait été un des premiers atteints l’incitait qui plus est à chercher un maximum d’information, et à écumer forums et sites divers et variés pour avoir le plus d’avis possible.

Cette curiosité lui vaudrait d’ailleurs bien des démêlés, mais nous verrons ça après. Commençons, pour le moment, par l’arrivée tant attendu du petit Smith dans le grand hall du Sapientia. Ses coups d’éclat passés, tout particulièrement avec le noueux et peu séduisant Isaac, l’avait conduit à une sombre réputation d’énergumène intolérant et colérique collé aux basques de Kim… Ce qui lui ressemblait peu, à l’exception du dernier point. Après tout, par Joshi, il avait une excuse : c’était la fièvre, vous dis-je ! D’habitude, il n’y avait pas plus gentil, serviable et sympathique que lui ! Enfin, la rumeur court vite ; il était bien placé pour le savoir, lui qui, sous le pseudonyme de Smoothie, ne cessait de répandre tout ce qu’il voyait sur le réseau, de sorte qu’il soit devenu un genre d’icône en matière de connaissance sur l’épidémie. Enfin, tous ses précédents déboires avec le noueux Isaac, dont il ne parvenait plus à se défaire du goût depuis qu’il l’avait embrassé, l’avaient conduit à être parmi les privilégiés, ceux dont on s’occupe le plus rapidement possible pour éviter d’entendre les cris de goret. Il ne fut donc pas étonné d’être installé dans une chambre spacieuse et agréable, dans laquelle on avait baissé la luminosité pour éviter d’abîmer ses pauvres rétines, où il pouvait trouver des draps propres et des toilettes tout aussi propres. En prime, quelques infirmières – il reconnut la jolie Camille – venaient s’occuper de lui de manière régulière. Il aurait pu se croire au Paradis s’il n’avait pas continué de vomir inlassablement – comment son corps pouvait-il encore produire de la bile ? – et si les dites infirmières ne portaient pas de masques.
Tranquillement, il pianota sur son écran, fit un tour sur alpha pour en savoir un peu plus sur cette quarantaine mais, bien vite, la fatigue l’accabla, et c’est à peine s’il eut le temps et la force d’éteindre son ordinateur, et de le poser amoureusement à son chevet avant de sombrer dans un sommeil profond et sans rêve proche du coma. Il en émergerait quand une nouvelle et douloureuse contraction lui vaudrait un délicieux coup de bile.

Quelques heures plus tard…

Quelques heures plus tard, Aaron se réveilla bel et bien. C’était étonnant de voir que son pauvre corps, accablé de fatigue, l’avait laissé tranquille durant si longtemps, de sorte qu’il avait enfin pu se reposer un peu, surveillé par les infirmières du Sapientia. Plus étonnant encore, on pouvait constater que, l’œil hagard et les cheveux en bataille, il n’avait pas du tout l’air réveillé. Apparence appuyée par de larges cernes et un air si pâle que n’importe quel mort un peu propre sur lui l’aurait jalousé. Mais le summum de l’étonnant restait tout de même la façon dont le pauvre Smith maladif avait été réveillé. Ce n’était pas une nouvelle rébellion de son estomac, qui lui valait ce réveil, non ! C’était un désir ardu de serrer son pauvre ordinateur contre lui.

Ah, douce utopie que celle de la non addiction ! L’on croyait qu’Aaron était une personne réglo, et voilà qu’on découvrait qu’aux rails de coc’, il avait préféré les circuits métalliques, et qu’il se shootait au clavier. Belle décadence que celle du héros blond, qui n’était en fait que la victime de son propre jeu. Bavant partout, symptôme révélateur de son état, il attrapa un verre d’eau qu’on avait eu l’obligeance de poser à sa portée, le vida d’un trait et, de sa main libre, attira son précieux appareil contre lui. Déjà, il se sentait mieux, à l’entendre ronronner sur son ventre. Pour un peu, il l’en aurait presque caressé. Avec plaisir, il vit l’écran s’allumer, et les pixels danser devant ses yeux. Avez-vous déjà vu danse plus belle que celle-ci ? Sautillant sur place, il se glissa sur alpha, avec l’assurance de ceux qui y ont passé du temps et, aussi serein que le serait un dauphin dans la mer, il se glissa dans le courant des nouvelles, cherchant, pistant pour découvrir de nouvelles informations.

C’est ainsi qu’il arriva sur un forum qu’il fréquentait avec assiduité, et où il postait toutes les rumeurs qu’il entrevoyait. Sur le chat, un connecté. En quelques clics, il découvrit son adresse IP et, avec elle, l’identité de son interlocuteur. C’était nul autre que son voisin, cet homme albinos qui s’était retrouvé évanoui et nu chez lui, et lui avait valu une des pires engueulades de sa vie avec Elyan. Pourtant, de cette querelle avait découlé un début d’amitié, à laquelle l’épidémie avait bien vite mis fin. Il était temps pour Aaron de renouer, d’autant qu’il ne doutait pas que l’autre le reconnaitrait à son pseudo.

Smoothie : Salut voisin, comment va ?

Une réponse, banale ou pas, et bien vite une suite.

Smoothie : Moi bof bof. J’suis « épidémisé », et j’me retrouve en quarantaine au Sapientia là.
Smoothie : Enfin, j’ai pas à me plaindre. Le lit est confortable, et les infirmières jolies.
Smoothie : Néanmoins, j’attends de savoir ce qu’ils nous cachent encore.
Smoothie : Je veux dire, avec tous leurs mensonges, on ne sait plus que croire… J’en ai assez de ces rumeurs, et je voudrais que cette sacrée Joséphine se décide à nous expliquer ! A croire qu’elle a peur de ce qui lui arrive… Je suis persuadé qu’un Guildien a trahi.
Smoothie : Ça expliquerait cette attitude, non ? Le silence, les non-dits, l’incapacité à faire taire les rumeurs…
Smoothie : Tu veux mon avis ? L’impératrice est bien trop couarde pour oser nous donner la vérité. J’espère juste qu’on ne mourra pas.
Smoothie : Au pire, si on meurt, on pourra toujours lui lancer un dernier crachat pour l’emmener avec nous ^^. Après tout, on mérite de savoir, non ?

Aaron tapait vite, et ses remarques se suivaient sans que Gun’ n’ait le temps de répondre. Dommage, d’ailleurs : si le blondinet avait pris le temps de réfléchir, il aurait sûrement remarqué que ce qu’il disait n’était pas très prudent… Son voisin jouerait-il avec lui au jeu dangereux de ces critiques proches d’une mutinerie ? Et comment réagiraient les internautes, si jamais Smoothie venait à disparaître du net ?
avatar
Aaron Smith
~ Brigadier Informatique ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Information
Âge réel : Tout beau tout neuf !
Âge d'apparence : La vingtaine, peut-être un soupçon plus.

Compétences
Mémoire:
500/10000  (500/10000)
Compétence principale: Informatique
Niveau de Compétence: Compagnon

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une mise en quarantaine... Pas seulement physique.

Message par Gunther Spark le Lun 18 Juil - 12:56

Gunther se crispa encore une fois mais rien ne vint. Penché au dessus des toilettes, il avait déjà rendu tout ce qu’il avait dans l’estomac. S’il se sentait fiévreux depuis quelques jours, le mal ne s’était abattu sur lui que cette nuit. Il s’était endormit plus ou moins paisiblement, seul pour une fois, mais à 1 heure du matin, il s’était réveillée nauséeux et s’était précipité dans la salle de bain. Depuis, toutes les demi-heures, un aller express vers les toilettes s’imposait.

Il s’était résolu à rester chez lui pour la journée, il était bien allé au Sapienta pour un bilan, mais les symptômes avaient été mineurs et ils avaient accepté de le renvoyer chez lui. Quelque chose était sûr, pour éviter la contagion, mieux valait rester chez soi. La fatigue l’avait fait rester au fond de son lit pour le moment, mais Gunther détestait rester inactif trop longtemps. Il était maintenant 10 heures, et il allait bien falloir qu’il se lève un peu. Ne serait-ce que pour maintenir son corps en forme : un brigadier ça s’entretient.

Il se releva, tira la chasse d’eau et se dirigea vers le lavabo. Là il passa ses mains sous l’eau et les frotta vigoureusement à grand renfort de savon plusieurs fois. Plus il serait prudent et plus vite les maux disparaîtraient. Il détestait se sentir faible à ce point. A bien y penser, le jeune albinos remarqua que cette maladie était sa première depuis qu’il était arrivé ici. Nosco lui avait paru si protégée et sécurisée que jamais il n’aurait cru pouvoir tomber malade ici. Pourtant la rumeur lui était parvenue : une épidémie semblait bien se propager en ville et il n’était sûrement pas la première victime. Cela lui avait été confirmé par la suite au Sapienta : une grippe. Ca lui apprendrait à finir les verres des gens en discothèque. Une fois ses mains lavées soigneusement, il rinça sa bouche afin d’enlever le goût amer de la bile qui souillait encore ses papilles. Un brossage de dents poussé s’imposait. Une fois que ce dernier soin fut fait, Gunther entreprit de prendre sa douche matinale et de démarrer sa journée comme il l’aurait fait normalement. L’action de l’eau chaude sur sa peau détendit ses muscles crispés et le laissa propre comme une armoire après une douche. Ainsi il se sentait mieux, non pas qu’il avait été sale quand il été rentré dans la douche : il prenait soin de se laver régulièrement, mais l’idée seule de savoir qu’il venait de se désinfecter de tout microbe le réconfortait quand au malaise qu’il sentait poindre de temps en temps.

Il sortit de la douche, se sécha les cheveux à grands coups de serviette et en passa une autre autour de sa taille. Il se rendit dans le salon, n’acceptant pas de rester plus longtemps dans sa chambre de pestiféré. Le salon était déjà plus accueillant avec son confortable sofa et la fenêtre qui offrait un panorama non négligeable sur la Cours Intérieure. Il s’assit sur le canapé et réfléchit. Il s’était auto-séquestré chez lui, mais il n’était que 10 heures et quelques et il allait bien falloir trouver quelque chose à faire de sa journée. La cuisinière semblait lui tendre les bras ; effectivement, il pouvait se préparer un bon repas, ça changerait de d’habitude, mais c’était tout au plus l’histoire de quelques heures … Etait-il désespéré au point de se raccrocher à toute occasion qui lui tomberait sous la main ? Bon, peut-être un peu c’est vrai. Son regard se promena dans la pièce et tomba sur le petit ordinateur que lui avait confié Shane à son arrivée. Il était posé négligemment sur l’une des étagères du salon, il ne l’avait pas ouvert depuis un moment. Aussi loin qu’il s’en souvienne, il ne l’avait pas ouvert depuis que Shane l’avait convié à cet entraînement avec Ester. Peut-être qu’il ferait bien de regarder ses mails plus fréquemment, ne serait-ce que pour se tenir à jour.

Il alla chercher le petit appareil et revint s’assoir, installant l’objet confortablement sur ses genoux. Il l’alluma et aussitôt l’ordinateur se mit à vibrer sensiblement, diffusant une chaleur agréable et bienvenue. Il ne lui avait pas fallu longtemps pour apprendre à se servir de l’interface proposée : celle-ci était très intuitive et il suffisait de déplacer une sorte de curseur sur l’écran qui lui faisait face. Diriger, cliquer, l’ordinateur faisait tout le reste.

Le jeune homme avait rapidement fait le lien entre l’épidémie qui circulait en ville, les rumeurs qui l’accompagnait et les symptômes qu’il avait commencé à percevoir. Seulement, il ne comprenait pas comment le Haut Conseil n’arrivait pas à y mettre fin. Tant de rumeur et aucun démenti officiel, le peuple ne semblait même plus savoir où il allait. Si ce n’était au Sapienta … Il tenta plusieurs mots clés dans la barre de recherche : nausées, fièvre, maux de tête, autant d’indications qui pourraient l’amener plus précisément à la réponse qu’il cherchait.

Il arriva en un rien de temps sur un forum de discussion où un article semblait effectivement aborder le sujet de l’épidémie et de la manière dont elle semblait avoir évolué ces derniers temps. En cherchant un peu plus il arriva sur le chat du site et attendit qu’un connecté puisse le renseigner exactement sur l’évolution des faits. Après quelques instants un dénommé « Smoothie » pointa son nez. Le nom lui disait quelque chose mais il ne se souvenait pas exactement de qui il s’agissait … Le barman de la discothèque avait dû lui en parler, cette nouvelle boisson à base de fruits mixés … mais il doutait qu’il y ait un réel rapport.

Une tête blonde s’imposa à son esprit et il se souvint alors avoir échangé son adresse e-mail avec son blondinet de voisin. La confirmation ne tarda pas à venir quand celui-ci l’aborda.

Spoke : Eh Aaron, ça va et toi ?

La quarantaine, Aaron avait eu droit à la quarantaine du Sapienta, décidément, la chose était plus sérieuse qu’il ne le pensait.

Spoke : Je commence à ressentir sévèrement les symptômes : ce matin j’ai fait pas mal d’allers retours entre les toilettes et ma chambre, mais la quarantaine quand même …

Spoke : Nan, je comprends, mais je t’avoue que je suis moins au courant que tu ne sembles l’être. Tu penses que la situation est en train d’échapper à tout contrôle ?

Spoke : Mmh, complètement, ça fait un petit moment que j’entends parler de l’épidémie maintenant. Pourtant on nous garde dans le secret, aucun signe du haut conseil, c’est à se demander s’ils ne sont pas en train de voir comment va dégénérer la situation pour récupérer ceux qui n’auront pas crevé par la suite. Tu sais, un truc du genre marche ou crève. Une preuve flagrante d’incapacité.

D’un côté, Gunther était un petit novice et il ne savait pas vraiment comment marchait les réseaux internet, aussi n’avait-il aucune idée qu’il y était aussi sous surveillance. D’un autre côté, las de souffrir sans savoir de quoi relevait véritablement l’épidémie et comment y mettre un terme, il pensait tout ce qu’il avait écrit. Le Conseil les avait lâchés dans la nature et s’était à qui survivrait le mieux. Quel genre de gouvernement pouvait opter pour une pareille politique ?
avatar
Gunther Spark
~ Brigadier Anti-Terroriste ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Brigadier
Âge réel : 0
Âge d'apparence : 19

Compétences
Mémoire:
0/10000  (0/10000)
Compétence principale: Armes blanches
Niveau de Compétence: Compagnon

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum