Inquisition - Lou Jiwi Kemshir

Aller en bas

Inquisition - Lou Jiwi Kemshir

Message par Mickael Lisbon le Jeu 21 Juil - 23:05

Il avait déjà interrogé nombre de noscoiens. Pour tout dire, il pensait ne pas pouvoir tous les interroger lui-même. Mais il devait déjà avoir une petite trentaine d'interrogatoires à son actif. D'autres membres de la brigade Judiciaire avaient été mandatés pour eux aussi s'atteler à la tâche. Mais Lisbon avait vu s'octroyer l'immense privilège de pouvoir interroger les "Grands" de Nosco. Entendez par là tous ls membre simminents et importants, après son Impératrice.

Bon, pour tout dire, si pour cetains membres imminents, cela avait été une joie immense pour Lisbon, il devait avouer fortement appréhender certaines autres inquisitions. Notamment celles des Hauts Conseillers (ou ex-hauts conseillers). Il avait déjà dû interroger Wienfield, avec lequel il n'était guère à l'aise, même s'il avait tenté de se faire plaisir en glissant quelques remarques acerbes sur sa destitution et sa situation "désormais précaire". Mais même en se permettant de tels propos, lui qui avait tant de mal à retenir sa langue vipérine, il avait bien du mal à appréhender réellement ce genre de choses. Venait le tour du pire, sans aucun doute toutefois. Venait le tour de Kemshir. Lou Kemshir. Un... maître es langage vipérin. Il n'était pas bien sûr, pour être honnête, de pouvoir dignement lui faire face. Mais, foi de Lisbon, il s'y appliquerait. Après tout, Howard ne lui avait pas enseigné tant de choses pour rien, n'est-ce pas ?

Sur ces pensées qui se voulaient encourageantes, Lisbon pénétra alors le capitol, direction bureau de Kemshir. Il aurait préféré pouvoir effectuer son inquisition à la brigade mais les hauts conseillers avaient préféré, selon la msisive impériale qu'il avait reçu dernièrement, être interrogés sur leur "terrain", dans leur bureau respectif. Voilà qui n'allait donc pas lui faciliter la tâche, lui otant l'avantage de l'environnement...

Kemshir avait visiblement donné ses consignes. On l'avait fait entrer directement entrer dans la pièce, dans lequel il trouva l'homme déjà installé à son bureau, le dardant de son regard si... déstabilisant. Prenant soin de ne rien laisser paraître ou du moins de laisser filtrer le moins de ressenti possible, il s'installa sur la chaise que l'autre venait de lui désigner d'un simple signe de main.



Inquisition de Lou Jiwi Kemshir
30 mai 204

    Lieu : Capitol, bureau de Lou Jiwi Kemshir
    Objet : Epidémie de Nosco

    Sujet interrogé : Lou Jiwi Kemshir
    Ancienneté du sujet : 131 ans
    Fonction du sujet : Haut Conseiller, Second de la section Scientifique

    Observations préalables : Non contaminé, n'a encore présenté aucun symptôme



Votre Excellence, je pense que vous savez pourquoi je suis ici. Je suis chargé d'enquêter sur la cause ou le coupable de l'épidémie qui sévit actuellement en Nosco et qui décime notre peuple. Je vous prie de montrer votre entière coopération en répondant à mes questions. Avez-vous eu des symptômes de maladie depuis le mois dernier ? Si oui, lesquels ? A quand remonte votre dernière visite médicale au Sapientia ?

avatar
Mickael Lisbon
~ En sursis ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Brigadier de la Section Judiciaire
Âge réel : 90 ans
Âge d'apparence : 25 ans

Compétences
Mémoire:
0/10000  (0/10000)
Compétence principale: Armes à feu
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Inquisition - Lou Jiwi Kemshir

Message par Lou Jiwi Kemshir le Sam 23 Juil - 23:39

L'épidémie était un point qui préoccupait en partie l'esprit de Kemshir, pas qu'il soit particulièrement soucieux de l'état de santé de ses très chers concitoyens, non, c'était plus parce que dirigeant en grande partie la branche scientifique de la cité, c'était un problème sur lequel il devait se pencher autant que sur le reste de ses affaires. En ancien expert en virologie, il avait les compétences pour se mêler au groupe de recherche mais il aurait fallu alors qu'il s'y consacre entièrement et qu'il abandonne tous les autres rôles qu'il menait avec fermeté et exigence depuis de nombreuses décennies déjà.
Il s'était alors contenté de surveiller de près tout le groupe qu'il avait nommé et qui travaillait d'arrache-pied, leur faisant parfois part de ses propres observations. Il restait cependant trop éloigné des recherches en elles-mêmes pour apporter une avancée digne d'être citée.

Cette situation lui convenait bien, même si la maladie s'avérait problématique, il n'avait pas envie de laisser tomber ce qui lui prenait presque tout son temps, ni de se montrer trop zélé quant à la survie de ses trop précieux congénères. Comme toujours, il allait passer pour le méchant et ça lui allait très bien. Cette technique était redoutable dès qu'il s'agissait d'écarter de son chemin tous ceux qui passeraient leur temps à l'importuner en d'autres circonstances. Malheureusement ça ne marchait pas à tous les coups et les plus déterminés s'emparaient de toute leur énergie et de toute leur rage quand ils avaient décidé qu'il était temps.
En parlant de cafard, c'était avec une immense joie qu'il avait appris qu'on allait l'interroger au sujet de l'épidémie et que le roi de ces bêtes-là semblait résolu à s'occuper personnellement de lui. Un honneur dont il se serait bien passé et qui l'avait mis de fort mauvaise humeur. Si seulement il avait pris la peine de venir le voir, mais non, il devait le recevoir dans son bureau au Capitol, évidemment, c'était le jour où il se trouvait dans son autre bureau, occupé à un travail bien plus important que de répondre aux bêtes questions de l'enquêteur. Bien sûr, il savait que tout ça aurait lieu, ils en avaient parlé au conseil et il avait songé qu'enquêter sur eux était parfaitement inutile mais il n'avait rien dit, il ne donnait que trop rarement son avis, sachant pertinemment qu'en intervenant sur ce point, il perdrait son temps.
Il aurait pu choisir d'arriver en retard et d'agacer dès le départ ce très cher Lisbon mais il partit avec quelques minutes d'avance, s'installant dans le bureau froid et vide qu'il n'occupait presque jamais. L'endroit était frappant dans son impersonnalité, il n'y avait que les meubles qu'on avait installé depuis le début et les quelques objets indispensables, tout était parfaitement rangé et propre, comme si on avait tout figé ici d'un coup de baguette magique. Il ne recevait presque personne dans son bureau et on ne venait pas non plus lui rendre visite. Il attendit la minute et demie qui le séparait de l'arrivée de son interlocuteur avec le même immobilisme, plantant seulement son regard noir dans celui de l'intrus lorsqu'il poussa la porte. On y lisait un éclair d'agacement.
D'un geste vague, il lui indiqua qu'il pouvait s'asseoir, il aurait peut-être dû le laisser se dandiner debout, gêné de ne pas savoir s'il avait le droit ou non de prendre la chaise qui se trouvait en face de lui, mais il avait autre chose à faire et il voulait en finir rapidement.

Le haut conseiller n'ouvrit pas la bouche, pas même pour saluer son hôte, il se contentait de maintenir une certaine tension électrique en ne le quittant pas ses yeux une seule seconde. Les propos que prononcèrent Lisbon eurent l'air de lui déplaire fortement.

― Ma présence ne prouve-t-elle pas assez à vos yeux mon entière coopération ? Vous devriez savoir qu'un homme comme moi est fort occupé et que chacun de nous perd son temps ici. Vous me soupçonnez sans doute, eh bien, souvenez-vous de cela : si j'avais voulu éradiquer l'humanité, je l'aurais fait depuis longtemps et je n'aurais pas épargné le fouineur que vous êtes.

Il se tut brusquement, laissant un lourd silence s'installer entre eux avant qu'il ne poursuive avec la même sécheresse et la même brutalité.

― Maintenant dites-moi franchement si vous pensez que j'ai l'air malade. Et si tel est le cas, je crois que je serais déjà en quarantaine, non ? Quant à votre deuxième question, si vous ne savez pas consulter un dossier, je ne peux rien pour vous et vous devriez songer sérieusement à vous reconvertir dans un domaine où vous saurez faire preuve d'un minimum de compétence. Je ne vais jamais au Sapienta, j'en sais assez pour m'occuper de ma propre santé et je ne vois pas pourquoi je devrais m'embarrasser d'un intermédiaire.

Sans compter qu'il aurait fallu que la personne en question lui donne suffisamment de preuves de ses capacités pour qu'il accepte de laisser sa vie, sa santé entre ses mains. Et puis Kemshir restait rigoureusement fidèle à son éducation et ne faisait confiance à personne.

― Allez-vous cesser maintenant de jouer aux imbéciles et de me poser des questions généralistes dont vous avez sans doute déjà trouvé tout seul la réponse ? J'ai mis nombre de mes meilleurs chercheurs au service de cette épidémie, il serait temps qu'à votre tour vous vous mettiez sérieusement à votre enquête.

Malgré son irritation, il laissa la parole à Lisbon, ultime chance pour lui de gagner son estime ou de se faire enfoncer tout le long de l'entretien.
avatar
Lou Jiwi Kemshir
~ Haut Conseiller ~
~ Second de Commandor ~
Section Scientifique


Camp : Guilde Impériale
Profession : Haut conseiller et second de la brigade scientifique
Âge réel : 131 ans
Âge d'apparence : Environ 35 ans

Compétences
Mémoire:
7500/10000  (7500/10000)
Compétence principale: Biologie
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Inquisition - Lou Jiwi Kemshir

Message par Mickael Lisbon le Lun 8 Aoû - 12:44

Fouineur ? On lui reprochait d'être un fouineur alors qu'on le payait justement pour ça ? Voilà qui commençait bien. Mais si en temps ordinaire la langue acérée de Lisbon ne se serait pas gênée pour répondre vertement à cet odieux individu, elle dut bien se contraindre de se taire.... Il s'agissait là d'un haut conseiller. Et pas n'importe lequel qui plus est. Celui-ci était réputé pour son côté... vicieux. Traitre. De ceux qui vous frappent là où ca fait mal quand vous vous y attendez le moins, quand il ne frappe pas dans votre dos... Un de ceux dont il fallait se méfier et qu'il valait mieux ne pas se mettre à dos justement.

Ce fut ces considérations qui forcèrent Lisbon à garder son calme. On pouvait certes voir une narine un peu frémissante, réprimant difficilement un soupir exaspéré voire rageur, un regard sombre et colérique qui tentait de se cacher derrière une faussa amabilité, mais le ton qu'offrit ensuite Lisbon était empreint de ce professionnalisme qui avait fait sa réputation de bon inquisiteur.

Quand l'autre lui reprocha alors de lui faire perdre son temps, c'est avec un malin plaisir que Lisbon lui rétorqua, d'un ton faussement calme et mielleux :

- Je suis profondément désolé de vous déranger dans vos devoirs qui, je n'en doute pas, vous volent déjà tout votre temps. Mais je ne fais qu'obéir au Haut Conseil, qui m'a explicitement ordonné cette Inquisition, en insistant pour que tout citoyen de la Guilde, Hauts Conseillers compris, ait à répondre à mon Inquisition Impériale. Je ne vais certainement pas vous faire l'affront de vous montrer le mandat impérial que vous avez dûment approuvé et que l'Impératrice Joséphine a elle-même signé en personne.

Ou comment clairement répondre qu'on ne pouvait lui reprocher d'obéir aux ordres impériaux que cet imbu de haut conseiller avait lui-même validé. Ou peut-être Kemshir ne l'avait-il pas validé, justement, mais qu'importe. Le Haut Conseil l'avait décidé, avec ou sans son accord. Les faits étaient là. Lisbon ne faisait que répondre aux ordres. Il n'avait pas la prétention de faire dans l'excès de zèle, au point de risquer de se mettre à dos des Hauts Conseillers aussi frileux que Kemshir.

L'autre ne se gêna pas pour continuer de l'insulter d'idiot. Certes, il lui concédait ce point, le dossier médical de Kemshir parlait pour lui. Mais là encore son devoir était de s'assurer que le dossier médical était bel et bien à jour.

- Je ne vais certainement pas m'excuser pour toutes les questions que je vais devoir vous poser et qui vous paraitront forcément inutiles, Votre Excellence. je suis profondément désolé que toutes ces questions vous fassent perdre votre temps et vous importunent autant. mais je me dois de vérifier que les données à ma disposition sont bien à jour. Nos médecins étant si peu nombreux et étant surchargés peuvent ne pas avoir eu le temps de mettre à jour tous les dossiers. Il est de mon devoir de vérifier cela aussi. Que cela me plaise ou non, répondit-il d'un ton cette fois moins condescendant mais toujours aussi calme et professionnel.

Il se devait de ne surtout pas perdre son sang froid. Garder la tête froide. Inquisiteur il était, mandaté, il n'avait rien à se reprocher. Et il n'aurait rien à se reprocher s'il continuait sur cette droite lignée du calme et de la tempérance. Grande épreuve alors pour lui que celle-ci...

- Je vais donc continuer avec quelques questions... stupides sans aucun doute, reprit-il, tentant de restreindre l'ironie qu'il sentait poindre dans sa voix. Avez-vous été exposé à un quelconque danger qui pourrait avoir été cause d’une maladie ? Avez-vous croisé quelqu'un avec un comportement suspect ? Si oui qui quand et comment ? En quoi son comportement vous semblait suspect ?
avatar
Mickael Lisbon
~ En sursis ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Brigadier de la Section Judiciaire
Âge réel : 90 ans
Âge d'apparence : 25 ans

Compétences
Mémoire:
0/10000  (0/10000)
Compétence principale: Armes à feu
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Inquisition - Lou Jiwi Kemshir

Message par Lou Jiwi Kemshir le Mar 16 Aoû - 1:34

Les deux hommes semblaient profondément irrités à leur manière et si Lisbon aurait normalement dû avoir le dessus étant donné que c'était lui qui gérait l'interrogatoire, Kemshir n'était pas décidé à le lui accorder si facilement, comme toujours avec lui, il fallait mériter sa place pour qu'il songe à l'accepter, et encore plus pour qu'il le fasse vraiment. Or pour les quelques fois où ils avaient échangé deux ou trois mots, il n'avait pas été convaincu par les capacités du brigadier. Aujourd'hui, il y semblait encore moins disposé, Lisbon allait sans doute passer un sale quart d'heure, de quoi défouler les nerfs du haut conseiller et avec un peu de chance de le mettre de bonne humeur si la scène l'avait un tant soit peu amusé.
Mais c'était sans compter son impatience et son agacement du jour, si cet entretien durait des heures, il s'était juré de faire de la vie de ce misérable un enfer. Kemshir n'avait pas vraiment besoin de le regarder pour sentir l'état d'énervement de son interlocuteur, le voir ne faisait que confirmer ses impressions, comme avec presque tout le monde quand il avait décidé d'être des plus désagréables, il lui tapait sur les nerfs et cela provoquait chez ce Lisbon une armée d'excuses sur un ton mielleux qu'il n'appréciait guère. Il l'aurait bien réduit au silence mais ça n'aurait fait que prolonger l'entretien, il aurait pu partir mais ce type devait être assez zélé pour lui courir après, même s'il lui faisait horreur et qu'il lui fichait une sacrée frousse.

― C'est tout ce que vous trouvez comme excuse, mon pauvre garçon ? Vous n'êtes donc qu'un mouton, il serait temps d'apprendre à lire entre les lignes si vous espérez rester brigadier encore quelques années, vous n'êtes pas un simple citoyen, comportez-vous comme tel. Si Kemshir avait été le formateur de Lisbon, il lui aurait remonté les bretelles avec le même ton, mais il semblait que le sien n'ait pas fait son travail et qu'il soit encore de corvée pour faire ce genre de remarque. Et il était dans l'un de ces jours où le moindre signe d'incompétence le mettait de mauvaise humeur. Mais dites-moi, comment un simple brigadier comme vous a l'honneur d'interroger les hauts conseillers ? Vous avez trouvé votre mandat dans une pochette surprise ou vous avez assommé votre supérieur ?

Ça avait été plus fort que lui, il ne supporterait pas ce type aujourd'hui tant qu'il ne serait pas en dehors de son champ de vision et tant qu'il y resterait, il se ferait un malin plaisir de lui dire tout ce qui lui passerait par la tête. Pour enfoncer le clou, il le gratifia d'un grand sourire narquois et se calma brutalement, sans doute pour lui montrer qu'il était plus maître de ses émotions que lui.

― Maintenant si vous pouviez cesser de jacasser des excuses que vous ne pensez même pas, je vous épargnerai peut-être quelques unes de mes remarques et mes oreilles arrêteront de me faire souffrir le son insupportable de votre voix, siffla-t-il sèchement, sans la moindre pitié. Si vous avez un problème avec les médecins, allez les voir pour le leur dire directement, vous ne voulez quand même pas que j'y aille à votre place ? Et s'ils sont aussi débordés que vous le dites, je suis sûr que la tenue d'infirmière vous ira à ravir.

Son unique œil se planta dans son regard, brûlant de noirceur et de cet éclat de méchanceté qui semblait l'habiter depuis toujours. Il se tut un moment pour le fixer intensément puis détourna son regard, comme s'il s'en désintéressait soudainement, qu'il n'avait plus la moindre importance pour lui. D'un geste habitué, il lissa la mèche qui lui barrait le visage, il avait l'air de réfléchir à quelque chose qui n'avait rien à voir avec l'entretien de maintenant.
Quand il jugea que suffisamment de minutes s'étaient écoulées et que son interlocuteur devait bouillir de rage ou d'impatience, il répondit enfin.

― Je passe une bonne partie de mon temps à faire des recherches dans des domaines que vous jugeriez sûrement douteux si vous aviez la totalité des informations les concernant, évidemment que je suis exposé à des dangers. Mais comme vous avez pu vous en apercevoir, je suis au sommet de ma forme ! Il s'arrêta le temps de lui offrir l'un de ses plus beaux sourires. Quand à votre comportement suspect, je dirai bien que c'est le vôtre, vous êtes tout rouge, on dirait que vos yeux vont sortir de leurs orbites et vos mains tremblent. Allons, si vous voulez avouer maintenant, vous le pouvez, je vous promets de faire tout mon possible pour qu'on vous épargne un mort violente, vous connaissez l'impératrice... A moins que vous ne soyez malade ? Il pencha la tête comme pour l'observer un peu mieux et sortir de nulle part un scalpel qu'il fit tournoyer avec habileté entre ses doigts. Vous avez besoin d'un peu d'aide peut-être ? Je vous promets que vous n'aurez pas mal et qu'il n'y a pas de poison sur cette lame.

Il semblait s'amuser follement, la fureur ayant laissé place à une sorte de sadisme qui avait tout pour faire peur. Si son comportement n'était qu'un mensonge de plus parmi toutes les attitudes qu'il empruntait de-ci de-là, alors il jouait très bien la comédie.

― J'ai toujours rêvé de disséquer un insecte dans votre genre, vous tombez à pic, lâcha-t-il finalement.
avatar
Lou Jiwi Kemshir
~ Haut Conseiller ~
~ Second de Commandor ~
Section Scientifique


Camp : Guilde Impériale
Profession : Haut conseiller et second de la brigade scientifique
Âge réel : 131 ans
Âge d'apparence : Environ 35 ans

Compétences
Mémoire:
7500/10000  (7500/10000)
Compétence principale: Biologie
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Inquisition - Lou Jiwi Kemshir

Message par Mickael Lisbon le Sam 27 Aoû - 16:31

Mieux valait taire les vils insultes qui lui venaient soudain à l'esprit alors que l'autre le traitait de moutons. Car l'"autre" en question faisait partie des puissants, était un Haut Conseiller, un de ceux capables, mine de rien, de décider de votre vie ou de votre mort, ou du moins d'en souffler l'idée à l'Impératrice. Il était en Nosco depuis suffisamment longtemps pour avoir au moins appris une chose : rester à sa place quand sa vie le nécessitait. Et il considérait, qu'en cet instant, la nécessité se faisait reine.

Il savait ce haut conseiller capable de tout, très doué en certains domaines de combat, mais aussi dans le domaine de la perfidie. Il le savait aussi placé en haute estime par l'Impératrice, du moins assez proche pour qu'elle écoute ses conseils et ses avis. Il ne tenait pas à entrer dans la ligne de mire de sa Majesté Joséphine. Il n'en avait ni la carrure ni l'ambition. Lui, son ambition était finalement assez simple : gravir les échelons, certes, mais en s'adonnant à son passe-temps préféré. Or son passe-temps préféré était de mener la vie dure aux autres, de fouiner, chercher, flairant les coups foireux et autres à des lieux à la ronde...

Cet interrogatoire faisait partie des coups foireux dont il fallait dûment se méfier. Mais ce n'était certainement pas LE coup foireux qui intéressait le plus Lisbon toutefois. Un autre, bien plus intéressant selon lui, titillait sa vive curiosité, et ce depuis l'interrogatoire de Shane Lewis. Le seul hic dans cette histoire, c'est qu'il ne savait pas trop comment accéder à ce qu'il cherchait. Ou plutôt, si, il savait. Et c'était bien là ce qui l'avait poussé à user de zèle pour arriver dans ce bureau-ci précisément. Seulement... Maintenant qu'il y était, il ne savait pas trop comment aborder le sujet.

Oui, l'homme avait raison. Il ne pensait nullement les piètres excuses qu'il servait. Il ne faisait que... tenter de masquer les véritables raisons qui l'avaient poussé à cette entrevue.

Savoir... Savoir ce qui se cachait dans certaines sections particulièrement secrètes que dirigeait l'homme.

Savoir... Savoir ce qui se cachait dans les souterrains quand Lewis s'y était rendu entre autres choses...

Si Lisbon eut bien du mal à ne pas broncher face aux insultes discontinues que l'autre lui servait, il fut toutefois de suite récompensé quand l'autre aborda une partie de la question qui le tarabustait depuis tout à l'heure. Non, depuis des jours en fait. "Les recherches".

S'il était tout rouge ? C'est parce que l'autre venait de toucher le point sensible qu'il n'avait pas osé lancer lui-même. L'autre venait de lui tendre un fil d'Ariane, que Lisbon avait l'impression de pouvoir suivre d'ici peu, tout en ayant une peur bleue qu'il ne se casse au moment le plus crucial. Le plus dangereux des moments, peut-être. Ce moment où tout retour en arrière serait impossible, mais où, si le fil se cassait, il était perdu. Moment fatidique alors, qui lui donna soudan l'impression de jouer les funambulistes.

- En parlant de recherche, commença-t-il, cette fois la voix véritablement chevrotante, tout en essuyant ses mains moites sur son pantalon.

Ne rien rétorquer quant au reste, tenir ce fil, SON fil, le suivre ne plus le lâcher... Ne surtout plus le lâcher !

- Je sais que votre travail est placé sous le sceau du secret impérial. Mais... Hum...

Ne surtout pas le lâcher ! S'admonesta-t-il mentalement, tentant de rassembler le peu de courage qu'il pouvait avoir pour continuer sur cette voie.

- Je vais vous révéler une importante information, que vous pourrez vérifier dès que vous le souhaitez et que l'Impératrice lit peut-être déjà dans mes rapports précédents. Je pense pouvoir affirmer que l'origine de cette épidémie vient des souterrains. Or, il s'avère que j'ai un "suspect" de choix qui pourrait aisément correspondre à tous les critères du "coupable".

Il dut bien mettre dans sa voix un peu de doute en prononçant ce dernier mot. En l’occurrence, si son hypothèse était exacte... Pouvait-on véritablement parler de coupable ? Oui, en un certain sens. Mais... Il n'y aurait pas un mais des coupables en fait, n'est-t-il pas ? Et l'homme qui était en face de lui, n'était-il pas au final tout aussi coupable, si ce n'est plus, que son "suspect" présumé ?

- Ce suspect s'est rendu dans les souterrains. Sous ordre de ses supérieurs, je précise. Et plus précisément dans les souterrains des secteurs de recherche....

Là, voilà, il venait de lâcher sa bombe. Mais il tenait toujours bien fort son fil.

- Si je veux pouvoir m'assurer qu'il est bien "coupable, je dois pouvoir vérifier ce qui a bien pu se passer à ce moment-là, dans les souterrains... Vérifier que... quelque chose... aurait pu le contaminer...

Quelle désagréable sensation que celle d'avoir l'impression de marcher sur des oeufs...
avatar
Mickael Lisbon
~ En sursis ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Brigadier de la Section Judiciaire
Âge réel : 90 ans
Âge d'apparence : 25 ans

Compétences
Mémoire:
0/10000  (0/10000)
Compétence principale: Armes à feu
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Inquisition - Lou Jiwi Kemshir

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum