Respawn [pv Shane]

Aller en bas

Respawn [pv Shane]

Message par Arya Dimaga le Mar 9 Aoû - 3:27

    Accablée, la mémoire disparaît,
    Mortifiée, elle s'en va pour se sauvegarder,
    Comme de la lumière elle apparaît,
    doué sera celui qui pourra la recouvrer.

    Dans la lumière, les ténèbres. Dans le blanc, le noir. Et inversement. Il en avait toujours été ainsi. Toujours. Jusqu'à ce jour-là pourtant. Ce jour à marquer d'une pierre blanche, d'un symbole très différent. L'âme, le corps, l'esprit et la mémoire, voilà comment pouvait-on résumer un homme. L'âme pour les sentiments. Le corps représentant le passage sur terre. L'esprit pour l'intellect. Et enfin, la mémoire pour la trace que l'on laisse et ce qu'on garde de ce qui aura vécu. A vrai dire, c'était un assemblage de notion pour le moins abstraites, à l'exception du corps, peut-être. Mais que représente-t-il face aux méandres du hasard, des souvenirs et du destin ? Peu, bien peu. Trop peu. Ce n'est qu'une part minime du mystère de la vie et de la naissance. Oui. Naître est en soi un phénomène bien curieux. La vie qui apparaît de la vie, même les poètes n'auraient pas été capable d'inventer une telle hérésie, enfin, en quelques sortes. La naissance était, on peut l'affirmer, le moment clé d'une vie, ou en tout cas l'un des passages principaux, car c'était celui qui définissait ce que la Vie vous réservait. Voir le jour dans tel ou tel endroit et dans telle ou telle famille pouvait drastiquement modifier les projets que la destinée avait pour vous. Mais ça, c'était avant. Avant quoi ?

    Un petit craquement sonore retentit. Maigre son éclatant comme un pétard mouillé à proximité d'une cascade. Il était tellement ténu qu'il aurait pu passer inaperçu, presque. Mais il avait été entendu, naturellement. L'apparition avait été remarquée, évidemment. En soi, une naissance était quelque chose de curieux, mais une seconde naissance, avec des guillemets, c'était vraiment quelque chose de surnaturel, et pour ainsi dire, relevant pratiquement de la magie noire, et pourtant...Enfin, le doute était permis, surtout ici, dans un lieu baignant dans le mystère le plus complet. Quoi de plus inquiétant qu'une cité emprisonnée dans une sphère ? De plus, cette boule avait les parois renforcées, blindées, surprotégées. Mais pour servir de défense contre quoi ? Au vu des dispositifs de sécurité, les indésirables devaient être dangereux, très même. Le sol était gris et terne, près de l'enceinte, contrairement aux rues piétonnes plus loin vers le centre. Et justement, étendu sur ce sol, une masse de tissus en vrac, informe. A moins que...

    Sous les plis lourds et paresseux, quelque chose remua. Faiblement d'abord puis rien. A nouveau, du mouvement. Soudain, une main se dégagea doucement, d'abord les doigts, puis la paume, et enfin l'avant bras jusqu'au coude. Le tas de tissus entra en une sorte d'ébullition quand il grandit brusquement, voyant sa base diminuer. La métamorphose continua, et s'arrêta lorsqu'une jeune femme fut révélée. D'une taille petite, elle était très mince, comme si elle n'avait plus pu manger à sa faim depuis de longs jours. Là où elles auraient pu être lisses, ses joues étaient un peu creuses. Ce qui était réellement frappant pourtant, c'était l'expression de son visage. De la total incompréhension. Ses yeux balayèrent tout autour d'elle, tentant de trouver quelque chose de connu, de commun pour elle. Mais ils ne butèrent sur rien qui lui rappelle ne serait-ce qu'un tout petit détail. D'ailleurs, elle ne savait pas où elle était, et encore moins comment était elle venue là.

    Oui. Elle avait perdu la mémoire. Comment ? Impossible à dire. Depuis quand ? Impossible à dire. Elle eut beau fouiller son esprit, elle ne trouva strictement rien. C'était un peu comme parcourir une bibliothèque à laquelle on aurait ôté tout livre. La jeune femme ne savait plus rien du tout, à part quelques instincts totalement primaires. Cela allait tellement loin qu'elle ne savait même plus qui elle était. Ses cheveux d'un noir profond cascadaient dans son dos, alors qu'elle se retournait. Tant d'impressions l'assaillirent, mais aucune réponse ne venait. Rien. L'ardoise avait été effacée, en quelques sortes. Elle s'assit finalement, perplexe. L'oubliée contempla le mur avec crainte. Mais pas cette crainte malsaine issue de la peur ou de la répulsion. C'était cette crainte de l'inconnu, car elle ne reconnaissait en rien quelque chose de familier. Toute tentative de réflexion était avortée avant même de l'envisager. Elle n'avait pas le moindre souvenir, rien. D'ailleurs, même pas certain qu'elle sache parler, ou même émettre un son. Pour le moment, la jeune femme avait été parfaitement silencieuse, et calme, là où d'autres auraient peut-être cédé à la panique où à l'hystérie. D'une certaine manière, elle se retrouvait prisonnière non seulement de l'endroit, mais aussi de sa mémoire. Vu qu'elle ne possédait plus rien qui la définisse comme un être humain à part entière, il y avait un manque total en elle, qu'elle ressentait.

    Le plus curieux était qu'elle réalisait bien que quelque chose ne collait pas. Mais la situation était tellement incongrue qu'elle ne pouvait que rester ébahie, assise sur son séant. La jeune femme s'était rendu compte rapidement qu'elle découvrait ce qui l'entourait. Vu que tout lui était inconnu, son raisonnement logique fut de considérer que tout lui serait inconnu. De même, elle était surprise de découvrir des vêtements -dont elle ignorait l'origine, évidemment-. Le fait qu'elle les porte lui prouvait au moins qu'ils lui allaient au niveau de la taille et des proportions. C'étaient un pantalon très simple, gris sombre, avec un haut noir et moulant. Pour compléter l'attirail, une ceinture à boucle métallique, ainsi qu'une épaisse cape à capuche. Ses pieds étaient engoncés dans des bottes d'une matière ressemblant furieusement à du cuir, en plus souple. Elle s'emmitoufla dans les plis de sa cape à cause du froid. A retardement, elle s'était rendu compte qu'il ne faisait pas chaud, mais humide, moite et cru.

    Pour le moment, la jeune femme n'agissait que par réflexes humains et non pas par savoir ou par expérience. C'était ce qu'elle savait d'instinct qui lui permettait pour le moment de concevoir la situation dans laquelle elle était. Elle était consciente que même si elle était isolée, elle ne devait pas être seule et prisonnière de cette citée. Les quelques bruits venant du centre de la sphère lui indiquaient qu'il y avait en tout cas de l'activité, même si elle n'était pas forcément due à l'activité d'êtres semblables à elle -ça aurait tout aussi bien être des alliens, pour dire-. De toute manière, elle ne saurait même pas à quoi elle devrait s'attendre si elle tombait sur un miroir, et même pas certain qu'elle reconnaisse ledit objet, pour autant qu'elle ait connu quelque chose de similaire. Un peu à l'instar d'un nourrisson, une nouvelle vie s'offrait à elle. Quelque chose ou quelqu'un avait fait que table soit rase. La jeune femme n'avait pour le moment rien où aller, ni même rien à faire à part survivre. Dans le gris de ses yeux, on aurait pu lire quelque chose se rapprochant du plus grand des désarroi. Personne n'aurait pu rester insensible à ce qu'elle était entrain de vivre. Personne. Une seule question demeurait: pourquoi ?

    Et quelque chose me dit que la personne qui approchait aurait quelques éléments de réponse...
avatar
Arya Dimaga
~ Nouvel Arrivé ~


Camp : Guilde Impériale
Âge réel : 0
Âge d'apparence : 25ans

Compétences
Mémoire:
0/10000  (0/10000)
Compétence principale: Informatique
Niveau de Compétence: Compagnon

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Respawn [pv Shane]

Message par Shane M. Lewis le Mer 10 Aoû - 0:43

    [HJ : Etant donné que ce RP va se passer après l’épidémie et donc en Juillet/Août 204, et que tu dis qu’il fait froid, je me permets de placer le RP en tout début de journée, au levé du soleil, soit vers 5/6h du matin. Si souci, envoie moi un MP]

    La porte de la chambre se fermait. Shane y appuyait son poids, dos contre elle, trop las pour user de ses mains pour la clore. Et puis, ses yeux clairs se relevaient dans un sens d’une extrême fatigue. Il y avait toujours eu deux lits dans la chambre de Shane et Silvio. Depuis qu’ils étaient en colocation, les deux hommes avaient du caché plus que jamais leur relation amoureuse, puisque ce genre de chose n’aurait jamais été accepté par la Guilde. Un secret étouffé dans le cœur d’une chambre, et c’était un chagrin suffoquant qui s’installait. Mais il préférait mille fois cette peine que celle de devoir abandonner son amour. L’informaticien s’était laissé tomber dans l’un des deux lits, d’épuisement, et lorsqu’il ouvrit un peu les yeux au beau milieu de la nuit, il était là. Ses yeux étaient verts, mais il ne pouvait voir ces deux perles, les paupières de son homme étaient closes. Il glissait ses doigts sur la peau de son visage et déposait sur ses lèvres ce qu’il avait de plus tendre. Hétéro ou homo, on se plaisait souvent à se mettre dans une case. Si Shane aimait un homme, alors il était homosexuel. Mais il savait que ce n’était pas que ça, qu’il ne se limiterait pas à l’appartenance d’un genre ou d’un autre. Il n’aimait pas un sexe, il était une personne. Et il se trouvait que cette personne était du même sexe que lui. Alors soit, il était gay. Et en cela, leur secret, s’il avait été révélé, aurait anéanti la vie de l’un comme de l’autre. Le commandor aurait été rétrogradé en simple soldat. Quant à Shane il n’aurait jamais gravis les échelons. Il en allait de l’image de la Guilde, et surtout de sa Brigade Impériale. Néanmoins, il réalisa bien une chose alors que ses lourdes paupières tendaient à se clore, c’est que son amour était exclusif à Silvio. Il ne l’aimait pas parce qu’il était un homme. Il aurait bien pu être une femme que l’ampleur de ses sentiments n’auraient pas faibli.

    ~~~~~~

    Le brigadier sursauta lorsqu’il entendit le vibreur de son téléphone portable tambouriner la table de chevet de petits chocs successifs. Il se redressa, les yeux mi-clos et il tendit une main pour qu’à tâtons, il saisisse enfin l’objet cherché. Pourvu que ça n’aie pas réveillé Silvio. Son homme grogna un peu, mais il avait l’air de dormir encore à poings fermés. Shane avait décroché et répondait dans un chuchotement. Après quelques secondes et un accord, il laissa le téléphone se faire reposer machinalement sur la table de chevet et il replongea sa tête dans l’oreiller, quelques secondes seulement, le temps de rassembler ses esprits. Et puis il ouvrit grands ses yeux d’un marron très clair, pensif. Son regard se posa sur son amant caché, ses lèvres vinrent contre les siennes et puis l’informaticien s’extirpa des draps malgré sa difficulté à se lever le matin. Rapidement, il enfila quelques vêtements : un pantalon ample, un t-shirt et sa veste longue à manches courtes, le tout de noir uniforme. Il tâcha de remettre ses cheveux en place, même si cela faisait bien dix ans à Nosco qu’il savait que c’était peine perdue. Il enfila rapidement ses bottes de terrain et ses gants, passa la lanière de la sacoche qui contenait son ordinateur portable à son épaule et prit la porte, avec la promesse de revenir se loger dans les bras de Silvio ce soir.

    Il était assez tôt. Shane était suffisamment déprimé d’avoir à se lever de bonne heure qu’il avait renoncé à regarder l’heure qu’il était sur son téléphone portable, de peur que ça le plonge dans la déprime la plus… Irréversible ? Pour la journée du moins. Le brigadier ne rechignait pas cependant. Il avait toujours aimé accueillir de nouveaux oubliés et les guider. Ces petits là devenaient comme ses enfants, rapport pour le moins magnifique lorsqu’on savait que l’on était stérile dans cette cité. Enfin, après mûre réflexion, quand bien même ils avaient été fertiles, ce n’était avec Silvio qu’il aurait pu avoir un petit bébé ! Le mieux était encore l’adoption, et de petits enfants leurs tombaient dans les bras chaque jours, là, près de l’enceinte, comme si la cigogne s’était épuisée à cette limite et déposait son paquet. On y découvrait un petit ou une petite sortant du linge blanc de l’innocence pour découvrir son nouveau terrain de jeu : Nosco. Et les parrains et les marraines rivalisaient de bons soins pour assurer l’avenir de leur chers nouveaux enfants. Ils attendaient pour eux la réussite et le bonheur, deux facteurs clés au bienêtre en Nosco. Et puis, tout Guildien accueillant un nouvel arrivé avait toujours le souhait primaire de voir petit bout de chou rester dans le camp initial et ne pas se perdre dans l’un des deux autres clans, Ô comble du déshonneur. C’était comme si soudain, on apprenait que son enfant est un assassin, un violeur, un voleur, un psychopathe. Tout ce qu’il y a de mauvais en somme, alors on se gardait bien de veiller sur ses petits.

    Shane, lui, se souvenait de son parrain, il y avait dix ans déjà. L’informaticien avait tout fait pour rentrer rapidement dans le rang, observant les lois de la ville avec le plus grand des respects. Il y avait eu aussi ces outils informatiques qui, dès les premiers jours, s’étaient révélés malgré eux, comme l’ombre des fantômes du passé d’un oublié. Le temps avait passé, et Shane, même si de physique n’avait connu nul changement, s’en trouvait évolué. Il connaissait mieux Nosco et tous ces mystères. Il avait creusé au plus loin qu’il le pouvait. Ce n’était en rien aisé, et quand bien même il découvrait certains secrets, tous n’étaient pas bons à entendre ou à voir. Parfois, il se demandait si tant de curiosité de sa part ne le mènerait pas directement droit dans un précipice élevé. Il avait été éprouvé sur ce point depuis quelques temps. Et il s’en sentait d’ailleurs le besoin de prendre du recul et laisser le temps passer. Ainsi, peut-être qu’avec plus d’impartialité, il saurait juger toutes ces choses qu’il avait apprises depuis son arrivée, mais surtout plus pleinement ces derniers 365 jours.

    Enfin, revenons-en à la petite qui avait atterri près de l’enceinte de la cité. Lorsqu’il approchait, il distinguait un peu mieux sa silhouette et puis, plus précisément, ses vêtements et les traits de son visage. Il avançait d’un pas assuré, même s’il craignait tout de même que ses filleules fassent comme une fille une fois arrivée tout fraichement. Il avait du mettre près de 9 heures pour l’apprivoiser, ce qui avait donné lieu à quelques moqueries… Peu lui importait au fond. Sa filleule avait fini par l’aimer et elle avait réussi dans sa vie Noscoienne. Arrivé à près de cinq mètres d’elle, il avait ralenti son pas, pour ne pas lui donner l’impression qu’il allait lui foncer dessus. A deux mètres, il s’arrêta. Shane avait été autrefois le genre d'homme distant et dont le sourire semblait écorcher le visage. Aujourd’hui, il lui adressait un léger sourire, presque caché dans le col relevé de sa veste, mais il était bel et bien présent. Il la détailla, un instant, ses cheveux d’ébène, son regard gris.

    « Bonjour. Tu es bien matinale, tu m’as tiré du lit, tu le sais ? »

    Un sourire, juste un peu d’humour pour lui signifier qu’il ne lui voulait vraiment aucun mal. Et puis, il ajouta :

    « Bienvenue à Nosco. Tout va bien ? Rien de cassé ? »
avatar
Shane M. Lewis
~ Brigadier Informatique ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Brigade Informatique
Âge réel : 10 ans
Âge d'apparence : 19 ans

Compétences
Mémoire:
3000/10000  (3000/10000)
Compétence principale: Informatique
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Respawn [pv Shane]

Message par Arya Dimaga le Mer 10 Aoû - 17:17

    Qu'attends-tu, jeune enfant ?
    Pourquoi n'y vas-tu pas ?
    Ta chance s'est présentée maintenant,
    Saisis-la, Arya Dimaga.

    A force de contempler ce dans quoi elle avait atterri, la jeune femme avait fait quelques observations qui lui laissaient des sentiments très partagés. Elle concevait aisément le concept de mur, et en avait déduit que c'était une frontière. Là où elle avait plus de peine à placer des mots sur les faits, c'était pour attribuer cette frontière. Entre deux lieux physiques, c'était plus qu'évident, mais cela pouvait aussi représenter la limite de sa mémoire et de sa nouvelle vie, bien qu'elle ne le sache pas encore. De plus, ce n'était pas comme si elle était arrivée de nulle part dans un village rural. Non. Elle avait été téléportée -bien que le terme ne soit pas très approprié- dans une ville hautement avancée en technologie, et donc, qui défiait son imagination la plus folle. Si elle n'avait pas été convaincue par le contact froid et rugueux du sol, elle se serait crue dans un rêve. Pourtant, une petite voix au plus profond d'elle lui murmurait qu'elle vivait bien cet instant. Sans aucun repère, elle ne parvenait pas à faire des choix. Elle se sentait réellement comme perdue. L'image était bonne, en soi. Elle se retrouvait un peu comme un égyptien de l'antiquité à qui on aurait fait faire un saut temporel pour l'emmener directement à Times Square, à New York. Elle ne reconnaissait rien.

    Son état se ramenait ironiquement à un lendemain de cuite, le mal de tête et la gueule de bois en moins. Son souvenir le plus lointain était son réveil à Nosco, c'est dire...Interloquée mais pas encore désespérée pour autant, elle opta pour le calme et la réflexion plutôt que la panique gratuite. Cependant, la venue de l'homme devenait problématique. Tout simplement parce qu'elle ne savait pas quel langage il parlait, et ne savait peut-être pas parler non plus. Seule l'expérience le dirait. Une cohorte de questions trottait dans sa tête, et elle avait la fâcheuse et irrépressible envie de pouvoir y trouver des réponses. Au-delà de l'aspect mystérieux que cet endroit avait pour elle, l'interrogation qui revenait le plus souvent était: "Mais pourquoi diable suis-je ici ?". Légitime mais quelque peu niaise au vu de la situation, cette question était pourtant le moteur principal de son raisonnement. Puisque tout partait de cette question là, autant résoudre celle-ci avant les autres. Pourtant, même en faisant des hypothèses les plus folles, il n'en sortait rien. D'autant plus qu'avec le niveau actuel de son savoir et de sa mémoire -quasiment nul-, il était impossible pour elle d'accomplir un cheminement logique dans ses pensées et ses questions. L'image du lendemain de cuite n'était pas si injustifiée...

    L'homme arriva enfin vers elle. Plus grand qu'elle, il semblait aussi plus serein. Il était ébouriffé comme s'il venait de sortir du lit, ce qu'il confirma quelques minutes plus tard. Ayant perdu toute notion de standard en matière d'apparence, elle décida qu'il n'était pas moche. Les yeux gris en amande de la jeune femme fuyaient ceux du jeune homme. Elle eut d'ailleurs un réflexe très féminin; elle serra ses bras contre elle. Même si elle avait quelque peu peur de lui, tout simplement parce qu'elle ne savait pas ce qu'il lui voulait, son ton rassurant et une apparente gentillesse la rassura un tant soit peu. En tout cas, il n'avait pas l'air belliqueux. Ce qui était en soi un bon début. Timide de nature mais également curieuse, la jeune femme ne se renferma pas sur elle même. En dépit du fait qu'elle n'avait pas totalement confiance, la noiraude fit un effort. Ce qui l'avait surprise pourtant, c'était d'avoir compris ce qu'il avait dit. Etrangement, elle l'avait compris. Apparemment, ils parlaient la même langue, mais était-elle capable de s'exprimer. Si elle ne répondit pas à la première interrogation, elle le fit à la seconde. Après une inspiration et avoir pris son courage à deux mains, elle dit d'une petite voix:

    -"J'ai froid. Mais sinon ça va."

    Elle fronça les sourcils tout de même. Nosco. C'était donc là qu'elle était arrivée. Ce nom avait résonné creux pour elle. Pas la moindre émotion. C'était un nom vide, pour elle. Il ne lui parlait pas, et ne savait pas encore ce qu'il était censé représenter. Pour le moment, elle ne connaissait pas cet endroit, c'était le plus important. Ses yeux gris glissèrent sur le jeune homme, alors qu'elle resserrait sa cape contre son corps frêle. Plus en confiance, elle hésita à bombarder son interlocuteur de questions, mais finalement, elle se ravisa. Elle préféra laisser le silence s'installer quelques instants.

    -"Quel est cet endroit ? C'est cette ville que vous appelez 'Nosco' ?"

    Son léger accent rendait sa manière de s'exprimer mélodieuse, moins cassante, tout du moins. Pourtant, on percevait une certaine détresse dans ses questions. Elle était intimidée par cette ville en huis-clos. Mais le pire dans tout ça, c'était de ne rien connaître, de ne plus rien savoir. La jeune femme avait l'impression terriblement dérangeante que beaucoup de choses s'étaient passées, et qu'elle avait tout oublié. Et si pour le moment tout n'était qu'énigmes, elle espérait y voir plus clair dans un future plus ou moins proche. Elle revint soudain à la première phrase de l'inconnu. Elle venait de lui faire tilte. Comment diable avait-il su qu'elle était là ? Même si elle n'osa pas lui demander tout de suite, elle voulait vraiment avoir une réponse à cette question-ci, car peut-être lui permettrait-elle de la guider vers d'autres pièces du puzzle. Elle le regarda encore une fois. Elle escomptait des réponses. De la gentillesse aussi.

    Tout en ayant perdu toute notion de civilité, elle avait conservé quelques concepts, celui du nom, par exemple. Elle avait beau chercher, elle ne se rappelait pas le sien. Alors qu'elle écrasait sans gêne une larme au coin de son oeil, elle réalisa que tout lui avait été ôté. Tout, ou presque. C'était dur de se considérer comme encore humaine après avoir compris qu'elle avait perdu ce qui la définissait en partie comme tel. Le froid n'était peut-être que l'extériorisation du sentiment oppressant qu'était la solitude qu'elle ressentait depuis qu'elle avait repris ses esprits. Même si elle avait obtenu une première réponse, une bonne cinquantaine de nouvelles questions avaient fleuri dans son esprit. Décidément, quelque chose ne tournait pas rond. Peut-être était-ce elle, peut-être autre chose. Elle baissa la tête. Tout était trop confus, trop brumeux. Elle croyait comprendre alors qu'elle se trompait. Elle croyait voir là où elle était aveugle. Elle pensait deviner là où le destin n'avait pas encore été écrit. Et enfin, qui était cet homme ?

avatar
Arya Dimaga
~ Nouvel Arrivé ~


Camp : Guilde Impériale
Âge réel : 0
Âge d'apparence : 25ans

Compétences
Mémoire:
0/10000  (0/10000)
Compétence principale: Informatique
Niveau de Compétence: Compagnon

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Respawn [pv Shane]

Message par Shane M. Lewis le Jeu 11 Aoû - 22:08

    Shane savait bien ce que c’était que d’être sans repère, sans lien à quoi que ce soit, avec qui que ce soit. Il savait ce que c’était que d’être plongé en plein cauchemar où rien ne ressemble à ce que l’on a pu connaître. Connaître. Mais que connaissait-il vraiment lorsque, dix ans plus tôt, il était apparu lui aussi aux abords de l’enceinte, son passé perdu dans les méandres de l’oubli. N’avait-il pas senti le désespoir l’envahir, lorsque, dans la neige, en pleine nuit, ses pieds, ses lèvres et ses doigts étaient d’un bleu qui ressemblait à l’atrocité ? Et n’avait-il pas ressenti l’abysse au fond de lui-même, tout ignorer, tout sombrer dans les ténèbres, tout, même jusqu’à son nom ? N’avait-il pas été nommé en ses débuts ‘oublié’ et n’avait-il pas connu la peine qui lui soulevait le cœur à chaque fois qu’il se demandait qui il était ? Dix années passèrent où dans ses nuits, il retrouvait des souvenirs oubliés, des songes effacés qu’il ne connaissait pas, mais qui, vraisemblablement, étaient fait de sa connaissance. Alors oui, un jour, il avait été Jefferson Wheeler. Il avait été ce New Yorkais enrôlé dans la Police Départementale. Mais combien de temps avait-il mis pour tracer lentement les lignes de sa si courte vie, Combien de temps avait-il passé a essayé de retrouver les morceaux manquants, à tenter de faire le lien entre hier et aujourd’hui, à comprendre Nosco dans son entièreté ? Combien de fois s’était heurté à un mur, à un silence, à un secret ? La ville n’était que mystère et Shane était un homme curieux. Il s’était bien un peu trop brûlé les ailes ses derniers temps. Il avait su des choses que peu connaissait. Les secrets de Nosco l’attiraient et le terrorisait à la fois. Il est des fois où la douce innocence et la belle inconscience ont du bon. Il souhait à sa filleule de vivre dans cette euphorie fragile tant qu’elle le pourrait.

    « Et bien si tu as froid, on va se mettre au chaud, tu viens ? »

    Il commençait déjà à se retourner, feindre d’aller dans une direction, mais la seconde phrase de sa nouvelle oubliée l’en arrêta. Il s’était retourné vers elle, à nouveau. Nosco. Ce qu’était Nosco. Lui-même avait bien du mal à en donner une définition. Il connaissait la ville, il en avait connu des trésors enfouis à ses dépens. Ce qu’était Nosco. Il faudrait pour cela mille et un mots qu’il ne possédait pas. Et quand bien même il aurait voulu commencer à expliquer, il n’aurait pu aller jusqu’au bout. Tant de pièces du puzzle manquaient encore à l’appel. Il n’était pas certain de vouloir de ces éléments manquants, pour le moment, pas même en murmurant leurs noms dans le sommeil de la nuit, pour que personne n’entende, comme un secret, comme le silence qu’il peinait à percer. La vérité était d’or, et Shane devait avoir le cruel sadisme de répondre à sa nouvelle filleule de conte que l’on lisait à chacun des nouveaux Noscoiens. Elle se tiendrait peut-être à cette version, jusqu’au jour où, comme Shane, elle finirait par comprendre que tout n’était qu’un beau rideau si plein de couleur et de joie. Et lorsqu’elle aurait la vaine audace de le tirer, alors elle découvrirait l’horreur que le tissu surveille en son cœur de secret. N’avait-ce été qu’une brusque chute pour Shane ? Il savait qu’il n’avait pas encore fini de tomber, que la pente était encore raide, et précipice profond. Il s’était arrêté à un plateau, un pallier intermédiaire et il prenait du recul, le recul qu’il aurait peut-être du prendre plus tôt, avant qu’il ne commence à écrire l’histoire de Nosco sur du papier brouillon, jusqu’à ce qu’enfin, un jour, ses croquis deviennent réels, animés par la monstruosité des hommes et les sombres destins auquel ils avaient été confrontés. Peut-être même n’aurait-il pas la chance ou le courage de relire ses schémas, tracé dans un élan d’imagination. Il l’avait compris plus que jamais : Nosco, ça dépassait l’entendement. Il avait presque renoncé à la rationalité attraite à son métier. Son esprit droit et carré s’était peint peu à peu de l’imagination d’un enfant, lorsque dans ses rêves les éléphants roses habitent des maisons faites en pain d’épice.

    Nosco, c’était une avalanche, c’était destructeur, et surtout, c’était fragile, en si fragile équilibre. Nosco, c’était trois clans qui divisent les cœurs et brise les vies. Nosco, c’était des créatures et des ondes alphas. C’était de la technologie à n’en plus finir, œuvre des plus grands génies de leur époque. Nosco, c’était une prison, mais mon claustrophobe avait appris à être en cage. Nosco, c’était l’enfer et le paradis à la fois. Il détestait Nosco et pourtant, il l’adorait plus que de raison. C’était un amour fusionné inspiré par le dégoût, et la haine qui brûlait en lui naissait d’une flamme admiratrice. On ne connaissait jamais assez bien Nosco. La cité était comme une femme à qui on avait donné son cœur, et qui nous y plantait ses ondes acérés, pour le plus grand des plaisirs masochistes. Shane avait soupiré, ne sachant que trop quoi répondre à cette question aussi simple. Son oubliée était encore toute innocente, il ne voulait pas lui dire. D’ailleurs, il ne pouvait pas lui dire. Son rôle de parrain était de l’enrôler dans l’engrenage magnifique de l’utopie Noscoienne et de prier pour que jamais elle n’être le bandage qui fermait ses yeux sur Nosco. Peut-être qu’elle lui en voudrait un jour, de lui avoir communiqué l’éternel message de la Guilde, mais pour elle, comme pour lui, il avait mieux valu qu’il lui dise ce qu’il avait toujours récité comme une poésie apprise par cœur lorsqu’on n’est encore dans la petite école et que la maîtresse nous interroge.

    « Nosco… C’est cette cité. Je me suis posée la même question que toi, mais je n’ai jamais trouvé de réponse. Il doit ne pas en avoir, où alors, cela doit dépasser l’entendement. Quoiqu’il en soit, tu es ici, et il va bien falloir t’y faire ! »

    Il lui adressa un sourire amusé, avant d’ajouter :

    « Nosco est une cité vielle de plus de 200 ans. Elle s’est véritablement forgée à l’époque de Joshi. Et puis, elle n’a jamais cessé d’évoluer. Nosco, c’est la cité de sa Majesté l’Impératrice Joséphine de Nosco. Elle veille sur le bien être de chacun d’entre vous, sur notre sécurité, sur notre avenir. La cité s’est organisée dans le seul but de sa grandeur, et par celle-ci, le bien être de tous. Tu verras, tu te plairas ici. L’enceinte que tu vois, fait tout le tour de la ville. Il n’y a nulle part où aller. Mais quand tu connaîtras Nosco… Allez, viens. »

    Il tourna les talons, cette fois pour de bon et marchait en direction d’un long bâtiment blanc qui s’étendait sur des kilomètres. Nosco n’avait eu de cesse de la surprendre, années après années. Il avait foulé les pavés de la ville et pourtant, il était bien certain qu’il existait encore quelques endroits où son pied n’avait pas touché la terre.

    « Je m’appelle Shane Mael Lewis. Je suis arrivé comme toi, près de l’enceinte il y a une dizaine d’années. Je travaille dans le Brigade Impériale comme informaticien. Je m’occupe de la petite Brigade d’élite de Darek, mon commandor. On gère la sécurité des réseaux informatiques, on préserve Oméga des diverses attaques de pirates. Oméga c’est le plus gros et les plus sécurisé des réseaux de la Guilde. Il y a les comptes bancaires, la distribution d’ondes alphas… »

    Il s’arrêta un peu dans sa tirade, se disant qu’il avait dit beaucoup de choses qui susciteraient des questions de la part de sa filleule.

    « Oh, ne t’inquiète pas, j’aurai tout le temps de t’expliquer tout ça. Je vais être ton parrain à Nosco. C’est une des choses que sa Majesté l’Impératrice a instauré, pour prendre en charge les nouveaux arrivants. Comme ça, vous n’êtes pas seuls. Chaque fois que quelqu’un arrive près de l’enceinte, un Noscoien est convié à venir à la rencontre de cette personne, pour la guider dans la cité, être son référant à la moindre question. Vois-tu ? Si tu as besoin de quoi que ce soit, si tu as la moindre question, tu peux me la poser. Je serai là pour y répondre. Je suppose que tu dois en avoir beaucoup, n’est-ce pas ? »


avatar
Shane M. Lewis
~ Brigadier Informatique ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Brigade Informatique
Âge réel : 10 ans
Âge d'apparence : 19 ans

Compétences
Mémoire:
3000/10000  (3000/10000)
Compétence principale: Informatique
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Respawn [pv Shane]

Message par Arya Dimaga le Ven 12 Aoû - 3:25

    Ainsi donc, elle avait atterri là où jamais elle n'aurait pensé mettre les pieds un jour. Au moins savait-elle en gros ce qu'était Nosco. C'était un bon début. Un piètre début mais suffisant. D'autant plus que celui qui s'était désigné comme son parrain et comme son guide semblait avoir envie de lui fournir davantage d'informations, ce qui n'était pas pour déplaire à la jeune femme. Quelque chose l'ennuyait, pourtant. Apparemment, les apparences étaient très importantes ici, et malgré le peu de mémoire qu'elle avait, elle l'avait bien saisi. Interloquée cependant, elle l'écouta jusqu'au bout, sans l'interrompre aucune fois. Même si elle n'avait pas tout compris, elle avait pris conscience de l'essentiel, ou du moins de ce qui lui semblait le plus important. Elle savait aussi qu'elle ne retiendrait pas tout, mais elle fit un effort pour mémoriser le maximum d'informations. La jeune femme eut tout de même l'impression que quelque chose était creux dans ces explications. Même si elle ne dit mot, elle eut peut-être une expression significative.

    Pourtant, tant de notions lui échappaient encore. Une impératrice, une guilde, un réseau oméga. Tout cela ne lui disait pour ainsi dire rien du tout. C'était le néant complet de ce côté là. Peut-être poserait-elle la question à son nouveau parrain plus tard. Là, sa curiosité de découvrir de nouveaux lieux la poussait à le suivre plutôt qu'à s'étendre dans des palabres qui ne serviraient pas forcément à quelque chose. Vu qu'elle était coincée dans cette ville, elle aurait tout le temps pour chercher ce genre d'informations, du moins c'était ce qu'elle supposait. Et vu que la peur de la barrière de langue s'était dissipée, elle n'aurait probablement aucun mal à parler avec d'autres gens, du moins l'espérait-elle. La frêle jeune femme esquissa un demi-sourire. C'était son nouveau chez elle. Même si elle y avait été forcé. Ceci dit, les paroles de Shane la faisaient réfléchir, et lui aussi d'ailleurs. Il n'avait pas l'air malheureux, on ne devait pas être si triste à Nosco, même si tout le monde était implicitement prisonnier. Cette situation était en somme paradoxale et presque contre nature.

    Elle avança un peu, sur les talons de son parrain. D'ailleurs, elle trouvait le système intelligent, ce parrainage. Vu qu'il était évident que les "nouveaux arrivés" n'étaient pas en pleine possession de leurs moyens, et surtout qu'ils débarquaient dans une ville totalement inconnue. Elle était un peu dans la même position que les colons qui découvrirent l'amérique des siècles et des siècles plus tôt. Elle avait à affronter une nouvelle civilisation, en sortes. A la seule différence qu'elle n'était pas celle qui était en avance dans tous les domaines, mais bien en retard, et de plusieurs millénaires, qui plus est. En dépit des apparences, elle était encore très intimidée. Elle avançait vers l'inconnu. Oui, c'était ça. Chaque pas qu'elle faisait derrière son parrain l'éloignait de l'endroit où elle était apparue, le lieu de sa deuxième naissance. Le nourrisson avait été enlevé des langes et était déplacé vers le berceau. Elle opina à la dernière question de Shane. Oui, elle avait compris son rôle. Oui elle avait des questions, tant qu'une décennie entière n'aurait pas suffit pour y répondre totalement et à chacune, elle choisit donc de n'en poser que quelques unes. Elle avait aussi un peu peur de l'ennuyer, ou de lui faire perdre son temps, bien qu'il semblait que ça ne soit guère le cas.

    -"Oui effectivement, j'ai beaucoup de questions...Mais certaines retiennent plus mon attention que d'autres. Tout d'abord, qu'est-ce que cette Guilde ?"

    Vu le nom que cela portait, c'était sans doute un groupe de personnes très important au sein de la société noscoienne. En tout cas, il devait y avoir un lien avec l'impératrice, c'était évident, même si la jeune femme ne savait pas du tout quoi. Tant de notions lui échappaient encore. Il semblait y avoir une hiérarchie stricte, avec des règles établies et rigides auquel nul ne pouvait échapper. Tous devait s'y plier. C'était un paradis contrôlé, mais elle ne le savait pas. Tant de choses étaient contradictoires. Vêtue comme elle l'était, elle était clairement identifiable comme une nouvelle arrivée, et elle appréhendait le contact des autres. Shane avait eu cette gentillesse communicative qui l'avait mise en confiance, mais les autres ? Là était une autre question qu'elle se posait. Elle craignait le regard des autres. Elle craignait que l'ancienneté soit une raison pour se sentir supérieur, pour adopter un comportement hautain et mépriser les plus jeunes que soi. De même, elle se demandait aussi si elle pourrait récupérer quelques souvenirs. Si d'autres y étaient parvenus, et si oui, jusqu'à quel point ? Tant de questions. Elle même en était écoeurée.

    Ses longs cheveux noirs cascadaient dans son dos. Mais là où ils avaient été luisants, ils étaient sales et un peu crasseux. Son regard montrait clairement sa fatigue. En à peine un quart d'heure, elle avait vécu intensément. Elle avait réalisé qu'elle était dans un endroit inconnu, qu'elle ne se souvenait de plus rien, qu'un homme était venu la chercher en se présentant comme son parrain, qu'il répondait à ses questions jovialement et qu'il l'emmenait loin d'où elle était arrivée. Il y avait de quoi être au bord de l'évanouissement. Elle poursuivit son flot d'interrogations.

    -"En fait, certains termes me sont inconnus, je pense que vous vous en doutez...La Brigade Impériale, les ondes alpha." Elle marqua une courte pause, un peu hésitante. Elle ne savait pas si elle faisait bien de poser toutes ces questions, mais comme il avait dit qu'il avait du temps pour y répondre, autant les poser, quitte à ce qu'il ne prenne la peine de formuler des explications. "Mais ce qui me travaille, c'est comment avez vous su que j'étais arrivée ? Et surtout, où va-t-on maintenant ?"

    Même si elle avait posé les deux questions qui lui pesaient sur le coeur, elle ne se sentait pas plus légère, bien au contraire. Elle était loin d'avoir la conscience tranquille. La jeune femme aux yeux gris se demandait ce qui allait lui arriver, et ce qu'elle allait faire. Arriver dans une nouvelle ville signifiait trouver un logement, un métier, de quoi s'habiller et de quoi manger. Se faire des amis, aussi. Toutes des choses qu'elle allait devoir recommencer et entreprendre. Même si l'organisation de la cité semblait extraordinaire, elle ne parvenait pas à s'enlever de l'esprit ses doutes, ses interrogations et ses craintes. C'était humain d'avoir peur. Son avenir n'était pas certain du tout, et elle craignait pour sa vie dans un futur proche. Non pas qu'elle pensait mourir, mais elle se disait qu'elle aurait peut-être quelques difficultés, enfin. Pour le moment, tout allait bien, tout du moins, ça pouvait être bien pire. Elle n'avait pas tant de raisons de s'inquiéter. Shane la rassurait et elle le suivait presque aveuglément, mais de toute manière, avait-elle vraiment le choix ? Si elle désirait en savoir plus, elle devait rester sur ses talons. Seul l'avenir lui dirait si elle avait fait une erreur ou non.
avatar
Arya Dimaga
~ Nouvel Arrivé ~


Camp : Guilde Impériale
Âge réel : 0
Âge d'apparence : 25ans

Compétences
Mémoire:
0/10000  (0/10000)
Compétence principale: Informatique
Niveau de Compétence: Compagnon

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Respawn [pv Shane]

Message par Shane M. Lewis le Ven 12 Aoû - 23:26

    La jeune femme suivait mon brigadier. Il s’agissait là d’un très bon début. Il n’aurait pas ainsi à devoir grimper à il ne savait quel arbre pour récupérer une nouvelle oubliée effarouchée qui n’avait reçu l’acompte de l’apprivoisement qu’après neuf heures de crainte idiote. Shane avait aussi en son temps suivi son mentor, car il n’avait pas eu le choix. Non pas qu’on l’ait tiré par les pieds et trainé, mais qu’aurait-il bien plus faire, lui, tout seul dans la neige de l’hiver, avec sa mémoire défaillante ? Il n’aurait pu aller ailleurs. La cité était close et les murailles (c’était ainsi que Shane voyait l’enceinte) étaient d’un marbre blanc aussi lisse qu’infranchissable, étant donné que ces deux mesures se croisaient exponentiellement. Il aurait peut-être dû essayer de rassurer sa nouvelle filleule, lui dire qu’elle ne craignait rien, qu’il allait veiller sur elle à présent jusqu’à ce qu’elle soit, dans quelques mois, capable de voler de ses propres ailes. Il n’avait jamais vraiment aimé ce genre de discours empathique, mais cela ne signifiait pas qu’il ne le pensait pas. Il cherchait à chaque fois que ses protégés connaissent la meilleure des vies à Nosco. Il aurait voulu les couver et les protéger de toutes les attaques de créatures, ou encore de la guerre qui opposait les trois clans de la ville. C’était un rêve utopique, et puis, ce serait couper la liberté à ces jeunes arrivants. Arya, comme les autres se rendrait bien vite compte de la réalité du monde Noscoien. Elle verrait de ses propres yeux que tout n’était pas si rose, sans être pour autant totalement noir. Quoiqu’il advienne, il veillerait à ce qu’elle ne sombre pas dans le terrible pessimisme accablant les plus anciens, lorsqu’ils découvraient ce qui se cache sous cette cité mystérieuse. Il la maintiendrait, autant qu’il le pourrait, dans l’espoir que tout se calme, et surtout, dans la contemplation de ce qui existait. Car tout n’était pas horrible, et la plus belle lumière était celle qui brillait dans le noir, et non pas celle qui illumine en plein jour. Shane était de bon espoir pour Nosco. Il en connaissait un peu les travers, mais il connaissait aussi sa grandeur. Et quand bien même il aurait pu détester la nature humaine, il l’admirait cependant dans tout ce qu’elle pouvait faire de plus beau. Il se savait sans œillères, et pourtant, il aurait voulu fermer les yeux parfois, sur ce qui le dérangeait, sur sa propre condition même. Au fond, n’était-il pas le chien galeux qui remuait de la queue pour qu’on lui donne à manger ? Il était doux et mignon avec ses maîtres, mais ne leur jurait aucune fidélité. La seule foi qui l’animait était celle de son ventre. Tant qu’il était rassasié (de manière intellectuelle) alors il faisait le beau. Lorsqu’il commençait à avoir faim, il montrait les crocs et brossait dans le sens du poil. Shane était un sale personnage. La perfection semblait l’avoir oublié. De telle sorte qu’il était humain.

    « La population Noscoienne se divise, malgré les efforts dont Sa Majesté l’Impératrice use pour nous unir. La Guilde est la plus grosse partie de la population Noscoienne. Elle agit sous le régime de Joséphine de Nosco. La Guilde, c’est tout ce qu’il y a en surface de Nosco. Nous Guildien, représentons 80 à 90 % de la population. Nous habitons l’Aedes et nous organisons notre société : alimentation, énergie, lois, vie sociale… Nous sommes dirigés par Sa Majesté l’Impératrice et son Haut-Conseil. Ce sont les nobles de cette cité. Ils disposent de leur armée pour faire régner l’ordre et la sécurité. Il s’agit de la Brigade Impériale, dont je fais partie. Le reste de la population… Et bien, il s’agit des frères et des sœurs de la Congrégation de Joshi. Ils ont un statut appart et n’en font qu’à leur tête. Ils fabriquent les ondes alphas, qui sont très importantes pour nous maintenir en sécurité. Ils jouent de cet argument pour ne pas dépendre de la Guilde et donc de l’autorité de sa Majesté l’Impératrice. Et puis, il y a les fauteurs de troubles, des terroristes qui se font connaitre sous le nom de Confrérie Rebelle. Ils vivent terrés comme des rats dans les entrailles de Nosco. Leur passe temps favori est de terroriser la population, kidnapper, torturer et tuer. »

    Les rebelles. Shane les avait tant haïs. Malgré les paroles d’Allan Cadmun, mon brigadier avait bien du mal à se défaire de la haine profondément ancrées dans son cœur de Guildien. Il détestait les rebelles. Sans eux, la situation serait certainement plus calme, et Guildiens et frères de la Congrégation pourraient marcher main dans la main pour lutter contre leurs véritables ennemis : les créatures. Non, à cause d’eux la fabrication des ondes alphas était en flux tendu et il était bien impossible de faire des réserve et espérer un jour détruire définitivement cette population monstrueuse. Alors oui, Shane haïssait cette guerre, et ces gamins mécontents et insatisfaits qui perturbaient le bon fonctionnement de la société Guildienne. Les rebelles étaient un frein à la grandeur de cette civilisation. Et leur lutte, comme leur idéaux étaient vains. Il n’y avait pas d’issue à Nosco et les armes et ne sang ne rimaient à rien. De part et d’autre de cette guerre, il y avait des morts et de la peine. Le venin qui les détruisait peu à peu, c’était eux-mêmes. En son sens, il n’y avait rien à espérer, Nosco était une cité close et surveillé. N’était-ce pas plus serein de se promener dans les rues de Nosco sans craindre la moindre agression ? Il aurait voulu hurler à tous de cesser ce combat qui n’était pas le leur. Mais qui était-il, lui, Shane Lewis, pour parler de tout cela dans ce monde Noscoien ? Il n’était pas empereur, ni roi. Il avait des gens au dessus de lui, et sa parole aurait été futile. Il n’attendait rien de Nosco, pas même de sa population. Il avait seulement espéré que la situation se calme un jour. Mais comme bon non de rêves celui-ci avait fané avec le temps. Alors, il avait fini par se recentrer sur sa propre existence, et faire en sorte que chaque jour la rende meilleure. Il n’aurait su dire s’il y était parvenu, la tâche était ardue.

    « Les caméras. »

    Répondit-il alors concernant la nouvelle question, avant d’étoffer sa réponse :

    « Pour notre sécurité, la Guilde a installé des caméras de vidéosurveillance. Ainsi Nosco est une ville sûre. On surveille surtout l’enceinte, car c’est ici que de nouvelles personnes arrivent. On envoie donc une personne, parrain ou marraine, ou accueillir. Tu sais, à Nosco, les nouveaux oubliés sont bien pris en charge. Là, on va aller faire quelques formalités. Tu vas avoir un appartement, quelques affaires de base, un peu d’argent pour débuter à rembourser à la Guilde pour qu’elle puisse accueillir à nouveau des arrivants comme toi. Après on ira faire une visite médicale, et puis, je tâcherai de découvrir tes talents pour que tu puisses avoir un métier et gagner ta vie honnêtement. »

    Shane avait très rapidement été à l’aise avec quelques matériels informatiques. Il avait donc été formé, et puis, au fil du temps, il avait pu se débrouiller comme un grand, et même dépasser son mentor. Lewis n’était peut-être pas aussi doué que Tristan Darek, son commandor, mais il tâchait de faire de son mieux. Tristan avait été kidnappé pendant une assez longue période, et ce fut Shane qui porta le masque de Traktueur. Il avait veillé sur Oméga, comme s’il s’était agis de son propre enfant, jusqu’au retour du commandor. Peut6être trouverait-il des talents similaires aux siens dans les petits doigts de cette demoiselle.

    « Ca m’étonne que tu ne m’aies pas posé une question. En général, c’est par là que tout commence d’ordinaire. Première phrase qui sort de la bouche des oubliés. Tu ne sais pas qui tu es, n’est ce pas ? Tu ne te souviens plus de rien, pas même de ton nom, hein ? Moi, non plus rassure-toi. Shane Lewis, c’est le nom qu’on m’a donné il y a dix ans, lorsque je suis arrivé ici. J’ai le passé aussi vierge qu’une feuille blanche. Mon histoire a commencé le jour où je me suis retrouvé près de l’enceinte. C’était on ne peut plus frustrant. Avec le temps, on s’y fait, tu verras. C’est comme si tu commençais ta vie à zéro. Tu tournes une nouvelle page. Il va falloir t’en trouver un aussi de nom. Tu as une idée ? »

    Il s’était finalement tourné vers elle, marchant à reculons pour tracer son chemin en direction de l’administration. Là bas, ils verraient Joseph. Arya se ferait enregistrée, et puis on lui offrirait de quoi vivre, de quoi s’installer. Elle n’aurait plus qu’à suivre cette voie toute tracée dans les rangs de la Guilde. Shane ne la lâcherait pas d’une semelle, il veillerait sur elle, même si à distance, mais il veillerait sur elle. Un instant, il réalisa qu’elle le vouvoyait. Mon brigadier mesurait à peine son mètre soixante dix, il avait 19 ans d’âge physique. Il n’avait rien d’impressionnant qui puisse justifier d’un vous. Ah si. Il était un étranger.

    « Et tu peux me tutoyer. »

    Ajouta-t-il avec un très léger sourire. Il n’y avait que très peu de gens qui le vouvoie. En général, c’était ses ennemis, ou bien les gens avec qui il n’avait pas de réelle complicité et uniquement du respect.
avatar
Shane M. Lewis
~ Brigadier Informatique ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Brigade Informatique
Âge réel : 10 ans
Âge d'apparence : 19 ans

Compétences
Mémoire:
3000/10000  (3000/10000)
Compétence principale: Informatique
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Respawn [pv Shane]

Message par Arya Dimaga le Mar 16 Aoû - 19:08

    Dans les méandres de ta mémoire tu l'as perdu,
    comme si tu l'avais lancé dans un fleuve enragé,
    et maintenant, tu te dois d'en retrouver,
    Arya, choisis le bien, car il est ton dû.

    Tant de choses semblaient la perturber, cette douce jeune femme. Comme elle l'avait pensé plus tôt, il semblait bien que cette Impératrice dirigeait d'une poigne de fer, et que cette brigade impériale était bel et bien une armée. Cependant, elle reconnaissait que cela avait l'air de bien marcher, et si elle en croyait l'air de Shane, les gens ne devaient pas être malheureux. Quant aux rebelles, elle ne savait pas quoi en penser. Il y avait toujours eu des opposants à n'importe quels régimes que ça soit. Cette cité semblait être celle des opposés, celle des paradoxes et des contraires les plus insensés. C'était autant énigmatique qu'incompréhensible. Pour la jeune femme, c'était un mystère sans substance ni fond. Et pourtant, cette ville l'attirait, comme les lueurs des lucioles l'auraient fait en pleine nuit. Il y avait une sorte de magie dans ce dôme habité que ça en devenait très séduisant d'y vivre. Le hasard avait bien fait les choses, songea-t-elle avec amusement. Une prison dorée, en somme. Elle devrait s'y faire. La jeune femme aurait sûrement beaucoup de choses à y redire, plein de commentaires à faire et se plaindrait tout le temps, dans un premier temps. Mais bon, elle n'avait pas le luxe du choix. Tout était surveillé, à ce qu'elle avait compris.

    Tout d'abord, Shane avait parlé de la guilde, puis de ce que la jeune femme allait pouvoir obtenir. Des fonds, des objets, un appartement. Tout ça pour quoi ? Même si elle eut un élan de gratitude envers cette "Guilde", elle ne pouvait s'empêcher de penser, de se dire que c'était un moyen de vous lier à eux dès votre arrivée, pour vous contrôler encore plus. Si on ne pouvait le faire par la technologie des caméras, alors on vous forçait à avoir des dettes. Elle ne savait pas quoi tirer de tout ça. Elle en déduisait bien des choses, mais n'avait aucune idée de la vérité la plus élémentaire, et donc, toutes ces suppositions restaient au stade de l'incertitude la plus complète. Le seul fait avéré était qu'elle avait été attendue, ou du moins, qu'elle avait été repérée rapidement. Eprouvant quelque peu le même sentiment que celui de la gazelle chassée par les lions, elle s'interrogeait aussi sur la bonne fois de Shane. Même s'il avait été correct et courtois, elle n'arrivait pas à se décider si elle pouvait lui faire confiance ou pas. A priori oui, mais elle attendait de pouvoir confirmer cette impression. Dans tout les cas, il n'avait pas été déplaisant ou désagréable, et méritait son respect.

    Cependant, ce qui avait affecté la jeune femme, c'était ce qu'il avait dit du nom. Oui, elle ne se souvenait plus du tout du sien. Elle avait complètement oublié tout ce qui était relative à son "ancienne elle". A chaque fois qu'elle tentait de fouiller ses souvenirs, elle ne trouvait que brume et rien de réellement intéressant. Rien du tout, en fait. Rien n'était aussi paradoxal qu'un nom. A la fois tout et rien, il était celui qui définissait ce que l'on était. Dans la période médiévale, le nom était synonyme de vie agréable et confortable ou alors de dur labeur. A Nosco, peut-être était-ce plus neutre ou moins partial. La jeune femme n'en savait rien, mais il était évident que son nom s'était évaporé aussi bien que ses souvenirs. Elle n'avait entre autres pas la moindre idée d'un autre nom qu'elle pourrait choisir pour remplacer celui qui avait disparu. Pour la jeune femme, elle n'avait désormais qu'à chercher un nom qui lui plaise et ce serait bon. Vu qu'elle n'avait aucune contrainte, autant laisser parler son imagination ou ses goûts personnels. Mais il y avait autre chose, relatif à ce nom. La perte d'un nom était la perte d'une identité, en quelques sortes, et cela était terrifiant, voilà pourquoi elle n'avait guère abordé le sujet, même si elle n'avait pas été tout de suite consciente qu'elle n'avait plus de patronyme.

    -"Non je ne sais plus qui je suis. Je ne me souviens plus de rien, et encore moins de mon nom... En fait je n'avais pas réalisé tout de suite. L'étonnement de se retrouver dans pareil endroit a prédominé sur le reste. C'est terrifiant, pour tout avouer. J'imagine que je dois en choisir un nouveau, non ? Ou alors c'est cette 'Guilde' qui m'en attribuera un en même temps que mes nouvelles possessions ?"

    Trop de questions. Toujours des questions. Décidément, elle n'avait fait qu'en poser. Mais tant de choses lui échappaient encore qu'elle voulait savoir. Sa curiosité la poussait à poser des questions. Parfois, elle pouvait peut-être se montrer désagréable, elle n'en savait trop rien. Ce qui la turlupinait cependant, c'était ce que Shane avait dit à propos des compétences. Elle n'avait pas saisi ce qu'il entendait par là. Surtout, elle se demandait comment elle pouvait encore avoir des compétences dans un ou plusieurs domaines si elle avait tout oublié ou presque. C'était pas logique, à son sens. Même si elle n'en était pas du tout certaine, elle en déduisit que seule la mémoire sur ce qu'on avait été auparavant avait été effacée, pas les aptitudes ou certaines connaissances. Dans la veine veine, elle en conclut qu'on était affecté à un travail en fonction des affinités et non en fonction des besoins, ce qui la rassurait quelque peu, elle qui craignait de tomber dans quelque chose d'ennuyeux à mourir.

    -"Et concernant cette évaluation des compétences, ça se déroulera comment ? Parce qu'a priori je sais pas non plus dans quels domaines j'ai des aptitudes...Enfin bon. On verra bien, pour le moment, on a de la paperasse à aller signer, non ?"

    Avec un léger sourire, elle avait prononcé cette ultime phrase d'un ton doux et coulant. Un furtif air amusé s'était promené sur son visage quelque peu émacié alors qu'elle emboîtait le pas de Shane, son guide et son parrain.
avatar
Arya Dimaga
~ Nouvel Arrivé ~


Camp : Guilde Impériale
Âge réel : 0
Âge d'apparence : 25ans

Compétences
Mémoire:
0/10000  (0/10000)
Compétence principale: Informatique
Niveau de Compétence: Compagnon

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Respawn [pv Shane]

Message par Shane M. Lewis le Mar 23 Aoû - 9:55

Suite Papiers Siouplé
Sujet terminé
avatar
Shane M. Lewis
~ Brigadier Informatique ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Brigade Informatique
Âge réel : 10 ans
Âge d'apparence : 19 ans

Compétences
Mémoire:
3000/10000  (3000/10000)
Compétence principale: Informatique
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Respawn [pv Shane]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum