Indications, tuyaux ou bobards?

Aller en bas

Indications, tuyaux ou bobards?

Message par Kim van Berghen le Dim 21 Aoû - 15:48

HJ: j'espère que ca vous ira... à la base c'était pas si long, mais à cause d'un problème avec mon ordi j'ai dû tout retaper et forcement j'ai ajouté pleins de trucs entre temps... T_T
Bonne lecture et dites moi si un truc pose problème (rien que l'emplacement du sujet je ne savais pas où poster)

DJ:
L’indulgence a toujours une limite. Chez certains cette dernière est très souple et adaptable en fonction de l’interlocuteur, parce qu’à part quelques points définit rien n’est jamais considéré comme grave ou irrattrapable. Pour d’autres en revanche mieux valait réfléchir deux fois avant de les provoquer de manière volontaire ou même fortuite. Ce n’était pas forcement une question de limite mais d’endurance à supporter la manière d’agir de quelqu’un d’autre. Tout comme un maniaque ne pouvait pas survivre avec quelqu’un de désordonné sans finir par exploser, ou bien que le francium devait à tout prix être éloigné de l’H2O. Certains mélanges étaient incompatibles.
Ainsi on avait pu observer avec amusement, en tout cas pour les personnes extérieures au conflit, Kim van Berghen s’énerver lentement contre un de ces fainéants qui n’arrivaient pas à arriver à une heure fixe donnée. Le premier avertissement avait été amical, malgré le mécontentement, après tout il n’avait pas été si en retard, et on pouvait passer pour une première fois. Lors de la deuxième fois la menace avait été plus claire, après tout il était si facile d’envoyer un mail en cas d’empêchement, de passer un coup de fils grâce à son téléphone portable ou tout simplement d’y régler un réveil pour partir à l’heure. La troisième fois avait été la bonne. L’idiot avait eu le bonheur de se retrouver avec ses accès bloqués pour l’entrée des souterrains du Sapientia, d’être laissé à la porte pendant toute la journée et d’être ignoré de ceux qui auraient dû l’aider puisqu’on leur avait recommandé d’ignorer le malotru. Comble du bonheur, à la fin de la journée, il avait eu le droit enfin à une explication de sa peine. Certes il n’avait eu de retard que cinq minutes, cependant c’était la deuxième fois de la semaine et cela avait été amplement suffisant pour lui bloquer tous les accès, il était donc le seul coupable.
On ne pouvait pas dire qu’il était difficile d’arriver à l’heure à Nosco, dans une ville fermée où passé d’un bout à l’autre ne prenait pas plus d’une heure même à pied. On faisait facilement le tour de l’enceinte sans en souffrir physiquement. Par contre mentalement la sensation d’enfermement était plutôt difficile à supporter parfois, surtout pour ceux dont l’enceinte représentait vraiment un cauchemar vivant. Un mur infranchissable mais aussi une peur insurmontable.

Alors après cette journée d’attente plutôt longue le jeune homme espérait sans doute que quelques excuses règleraient le problème pour permettre de passer à autre chose. Néanmoins Kim avait une toute autre idée derrière la tête pour faire apprendre définitivement le mot « ponctualité » à celui qui avait apparemment oublié bien plus que sa mémoire. Habituellement la honte d’être exclu est déjà une bonne leçon, cependant il n’était pas impossible de la coupler avec une autre punition. Et comme encre et papier n’existaient pas à Nosco, et qu’il aurait été bien imbécile de demander de copier des lignes et bien inintéressant de demander une rédaction… la sentence avait donc été vraiment désagréable, autant que l’humeur de Kim ce jour-là. Recompter des tuyaux. L’idée en théorie n’était pas la pire, sauf lorsqu’il fallait commencer ce travail au moment où tout le monde rentrait chez lui, en début de soirée… et qu’en plus on se retrouvait devant une pile de très exactement cinq mile tuyaux dont on avait aussi ordre de ranger par groupe de cent pour faciliter leur transport. Il fallait dire que le scientifique avait eu tout le temps de penser sa « vengeance » et qu’il avait en effet besoin que quelqu’un revérifie une nouvelle fois tout le stock pour ainsi pouvoir le livrer sans aucun souci aux congrégationnistes.

Lorsqu’Ysmaël lui avait transmis la demande de celui qui dirigeait la congrégation, Kim avait d’abord pensé que c’était une folie irréalisable et qu’il était impossible de réunir autant de tuyaux, ou bien qu’il faudrait sans doute un miracle. Nosco était une cité où l’on manquait cruellement de matières premières, alors tout avait un prix démultiplié et on recyclait au maximum. Rien n’était jamais réellement fait pour le simple besoin de tester, car cela aurait représenté trop de gâchis. Ils ne pourraient vivre qu’avec ce qu’ils possédaient déjà et c’était assez peu. Ils n’en souffraient pas, pas encore en tout cas, puisque cela ne faisait que près de deux cents ans qu’ils exploitaient les sous-sols de la ville, mais ils n’avaient trouvés aucune mine ou vrai gisements, bien que l’on devinait parmi les engins abandonnés qu’il y avait eu un réseau moins perfectionné que leurs Rampes d’Accès Rapides dans un temps oublié de tous. Néanmoins le médecin/scientifique n’avait pas pu refuser au jeune homme sa demande et lui avait promis au moins de chercher autant qu’il pouvait en réunir et de les fournir à la congrégation. C’était surtout parce qu’El’Hirajiri avait réussit à trouver les mots juste pour le faire céder. Car après tout l’adolescent était aussi turbulent qu’attachant, et il savait se montrer très agréables avec ceux à qui il remettait sa confiance. On ne pouvait alors rien lui refuser, surtout sachant qu’un non serait peut être synonyme de bouderie et de mauvaises blagues à l’encontre de celui qui avait osé le contrarier si méchamment.

Toutefois c’était avec surprise que Kim avait constaté réussir plutôt bien à faire jouer ses contacts pour trouver ce qu’il désirait. Il argumentait surtout en appuyant sur le même point que le prêtre, c'est-à-dire que si la congrégation avait besoin de ces tuyaux, c’était pour la sécurité de tous. Après tout le Sanctuaire de Joshi était le fournisseur officiel et unique de Nosco, et sans eux ils n’auraient pas pu recevoir d’ondes alpha et donc lutter contre les créatures. Cette association était une nécessité, et la derrière attaque en date était encore si fraiche dans les mémoires qu’il était finalement facile de faire céder chacun. Après tout la peur est le meilleur des moteurs de l’homme. N’était ce pas la crainte d’une privation de libertés qui poussait les rebelles à s’unir sous la bannière de Yan Merling ? De même, les congrégationnistes n’étaient en fait un groupe soudé que dans l’obligation de fournir des ondes alpha à la population et ainsi se préserver d’un danger, celui des créatures des souterrains, et des lois parfois injustes de l’impératrice et de son Haut Conseil. Et si la plupart des congrégationnistes approuvaient les idéaux rebelles c’était la plupart du temps la terreur de devoir vivre en souterrain qui les poussait à rester fidèles à Joshi. On pouvait critiquer autant que l’on voulait, mais il en était de même pour les guildiens, ou pire encore… puisqu’en fait ils cherchaient la protection de l’impératrice ainsi que son soutient d’angoisse par rapport à ce monde finalement empli de guerres et de combats, on s’en remettait à ses décisions même si celles-ci étaient mauvaises, sans même un mot pour protester… sans tenter de s’opposer à quoi que ce soit. Ils étaient des moutons suivant leur berger sans même se poser la moindre question… par hantise de tout ce qui était tabou et dont on ne parlait pas, pour ne pas se retrouver interrogé ou condamné. Ils n’étaient en fait que répliques de serfs du moyen-âge au temps des grands seigneurs. Ils étaient attachés à leur terre, à cette ville nommé Nosco, qu’ils ne pouvaient pas ou plus quitter. Prisonnier de leur couardise.

Lorsque Kim avait envoyé un courriel à Cadmun pour lui demander un jour et un horaire pour pouvoir livrer ces tuyaux, il n’avait eu le droit comme d’habitude qu’à une réponse nébuleuse. Ce qui revenait à une réponse normale venant de la part d’un congrégationniste, ceux-là en effet semblaient souvent répondre par une phrase sombre et vague, comme si à force de vivre sous les ordres du Haut Prêtre ils en prenaient les habitudes, et s’entouraient à leur tour de mystères. Cependant Allan avait eu l’amabilité d’accorder à Kim sa demande d’horaire et de lui confirmer qui l’attendrait pour recevoir ces précieux cadeaux. En effet, il y avait tellement de congrégationnistes qui travaillaient la partie publique du sanctuaire de Joshi qu’il aurait été bien difficile de trouver quelqu’un qui était au courant de « l’histoire des tuyaux » et qui aurait pu lui indiquer comment procéder. Toutefois avec le nom des deux personnes qui viendraient certainement l’accueillir, il pourrait au moins demander à parler avec ces deux interlocuteurs, ce qui faciliterait grandement les choses. Mark Heinrich, milicien exercé aux armes plutôt qu’à la diplomatie et Réalgar Delaunay, prêtresse de l’assemblée des sept dont la réputation la précédait. Autant Artèmîa Elisian était douce et agréable autant Réalgar était l’arrogance personnalisée doublée de l’orgueil, en tout cas d’après la rumeur. Elle semblait presque l’antithèse de sa collègue, néanmoins c’était sans doute dû à son attitude de travail, exigeant la perfection que ce soit avec ses subalternes ou toute autre personne, sans qu’elle ne fit de distinctions. Voilà sans doute pourquoi la langue des critiques était elle si pendue lorsqu’il s’agissait de la jeune femme, trop carrée et rigide pour eux ? Alors leur œil devenait affuté et ils relevaient la moindre de ses failles pour s’en moquer, sans faire perdre à Réa sa démarche princière et son attitude parfois hautaine.

Si Cadmun avait demandé à Delaunay d’être celle qui réceptionnerait les tuyaux c’était sans doute qu’ils lui seraient destinés ? Ou alors ce n’était encore une fois qu’un écran de fumée pour les curieux dont se servirait Allan pour cacher ses véritables desseins. Qu’importe après tout, l’explication était valable et Réa sans aucun doute l’une des plus compétentes pour gérer le problème du stockage de ces conduits. Au moins il y aurait un sacré gain de place au Sapientia, contraire à la congrégation qui devrait faire face à ces tuyaux de plus d’un mètre cinquante de long pour entre un et deux centimètres de diamètres… exactement ce que le Haut Prêtre avait demandé et dans un nombre exact en plus – bien que Kim ait cherché à en ajouter quelques uns en cas de problèmes, ce fut une utopie à laquelle il renonça vite, ayant déjà eu du mal à atteindre le chiffre astronomique qu’on lui avait fixé comme base. Venant ensuite le problème du transport, car bien que sur une carte il n’y ait qu’un pas entre les deux bâtiments, la réalité était un peu différente. Il n’y avait certes qu’un peu plus d’un demi-kilomètre entre le départ et le lieu d’arrivée, il fallait aussi contourner les serres et surtout emprunter les allées pas si larges de Nosco.
Heureusement même si Kim avait fixé l’horaire à cinq heures précises, il comptait bine arriver avant et ainsi éviter les « sorties de bureau » et ainsi la plupart des guildiens. Au moins le trajet serait il quasiment en ligne droite et ils pourraient utiliser des engins motorisés, à l’électricité bien entendu, pour pouvoir déplacer ces cinq milles tuyaux en cuivre. Voilà encore une précision qui devrait ravir Cadmun, même si ce dernier ne jetterait peut être même plus un œil à ces derniers une fois qu’ils seraient arrivés, le problème étant réglé, il le déchargerait sans doute sur quelqu’un d’autre. Réalgar, même si elle n’avait rien à voir avec le but ultime de ces bébés en cuivre était peut être dans la confidence, puisque du cercle réduit de ceux à qui le Haut Prêtre laissait la gestion d’une partie de la Congrégation de Joshi.

La jeune femme avait presque atteint le siècle et devait avoir une partie de la maigre confiance de son supérieur. Rien qu’avec ces données on pouvait plus ou moins imaginer quel avait été le parcours et la vie de la jeune femme… Cependant la question qui devait brûler toutes les lèvres – de ceux ayant envie de connaître l’en-dehors de Nosco- était : a-t-elle retrouvé tous ses souvenirs ? Et si oui, pourquoi a-t-elle décidé de rester dans la ville ? En effet, on associait souvent la recherche de mémoire à une possibilité de quitter Nosco, et pourtant certains avaient récupérer tous leurs souvenirs sans forcement en profiter. Peut être par choix, ou bien par crainte ainsi que sens du devoir. Pourtant il fallait considérer que le fait de posséder une clé pour sortir n’impliquait pas forcement de s’en servir pour ouvrir la porte, ce n’était qu’un choix personnel et non pas une obligation. Il n’y avait que ceux qui souhaitaient chercher qui finissaient par trouver avec l’aide de Joshi et de la chance, ainsi que de la patience. Seuls les nouveaux croyaient encore que ceux ayant passé une centaine d’années en Nosco n’avaient jamais tenté de retrouver leurs souvenirs, les tabous persistaient sans qu’on les respecte.

A cinq heures diminuées de quinze minutes, Kim était déjà arrivé à l’une des portes du Sanctuaire avec son chargement. Diantre quel travail ! Mais au moins le problème serait réglé au plus vite. Tout en attendant l’heure exacte, il se mit à réfléchir. Dans leur paranoïa persistance, les congrégationnistes chercheraient peut être à vérifier s’il n’y avait aucun dispositif d’écoute ou de surveillance dans les tuyaux. En effet la guilde tentait toujours de trouver un moyen d’espionner la congrégation et ainsi de percer le secret de leurs ondes alpha. Et il était vrai que le piège aurait été beau, car qui irait fouiller cinq mille tuyaux un par un et sans rien rater ? La mission était aussi compliquée que celle de les répertorier et de les compter. Etait-ce pour cela qu’Heinrich était de la rencontre ? En tout cas Kim n’avait rien fait qui puisse nuire à la congrégation, cependant il ne pouvait pas témoigner pour tout ceux qui s’étaient approché du matériel en attente. Résultat, malgré l’extrême générosité de la Guilde dans l’histoire, il se pourrait qu’on regarde le « cadeau » comme une pomme empoisonnée et un guet-apens. Après tout il en était de même pour la Guilde qui ignorait l’utilisation qu’on ferait de ces tuyaux…

_________________
avatar
Kim van Berghen
~ Chercheur ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Scientifique et médecin de la Guilde
Âge réel : 65 ans
Âge d'apparence : 30 ans environs

Compétences
Mémoire:
10000/10000  (10000/10000)
Compétence principale: Biologie
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum