Rien que toi, moi... Et lui? [RATING -16 ans]

Aller en bas

Rien que toi, moi... Et lui? [RATING -16 ans]

Message par Gregory Allander Crescent le Mer 24 Aoû - 7:20

Kaiheena Ludlow
Barmaid & Informatrice Rebelle.



    La nuit tombait sur Nosco. Les lumières blafardes et artificielles avaient fait leur temps, et paisiblement, elles s’estompaient, peu à peu, comme si le monde entier s’endormait avec elles… Mais en vérité, la Cité de l’Oubli était loin de trouver le sommeil en pleine nuit, même qu’on pouvait presque croire qu’elle s’ouvrait enfin à un univers plus agité. Parfois, c’était à se demander comment faisaient-ils, ces Nosciens, pour supporter la lueur désagréable de néon synthétique. Quoi qu’il en soit, c’était à se rendre malade! D’autres étaient plus affectés que certains… Et c’était justement le cas des quelques désillusionnés qui ne restaient à Nosco puisqu’ils ne savaient point où aller . C’était bien plus par la peur que cet endroit les tenait à la gorge! Cet endroit dont la hiérarchie étouffait tous et chacun dans une sphère décadente dont on ne pouvait se sortir vivant : «obéissez», disaient le haut conseil, «obéissez et vous serez récompensé». C’était ainsi que vivait les gens de Nosco : sous une emprise totalitaire… ou presque! Fermez vos yeux, petites brebis, vous irez droit au Paradis… Pffff, c’était de la pure foutaise! Heureusement, quelques années auparavant était apparu un mouvement qui avait le prestige de tenir tête aux courtisans de la tyrannie impériale de l’Impératrice, et j’ai nommé la Confrèrie des Rebelles. Prêts à tout pour des rêves de liberté et d’égalité, il en va de soi qu’ils étaient sans arrêt oppressés, pourchassés, lapidés, étouffés pour des idéaux trop… idéalistes! N’était-ce pas ça, un monde où il ferait bon vivre? N’était-ce pas ça… Le vrai monde? Ils étaient le cauchemar de la monarchie.

    Bip. Bip. Bip.

    Une main légèrement agressive frappa le réveille-matin du poing avant de retourner se prélasser dans les couvertures. Allongée là depuis près de quatre heures, la belle-au-bois-dormant semblant toujours sous l’emprise de Morphée, mais heureusement, cette main qui avait fait taire ce fichu cadran vint se poser sur visage, laissant derrière elle un léger soupir de mécontentement.

    «Quelle heure est-il?» Demanda la voix fatiguée de la dormeuse qui n’osait même pas ouvrir les yeux.

    «Déjà trop tard» Souffla la voix rauque de Gregory Allander Crescent, partageant la couche de la demoiselle, avant de se retourner vers elle, l’air moqueur.
    Sursautant, elle se redressa sans plus attendre, jetant un regard sur l’heure fluorescente qui frappait le mur.

    «Je vais être en retard!» S’exclama-t-elle avant de sauter en bas du lit, attrapant son peignoir qui trainait sur le par la même occasion.

    Essoufflée déjà, elle n’avait pas encore fait toutes les étapes de sa préparation, et à vrai dire, elle se sentait stupide d’avoir voulu arrêter son cadran plus de cinq fois avant de se lever! Oui, elle était crevée. Oui, c’était de sa faute. Non, elle ne voulait pas en parler. La seule chose qui lui venait à l’esprit, à cet instant présent, c’était de se préparer le plus vite possible pour se rendre au boulot à l’heure exacte. D’une ponctualité déjà discutable, la belle endormie devait se défaire de cette habitude… Surtout qu’elle ne serait pas seulement «un peu en retard» si elle continuait ainsi.

    Elle sauta dans la douche, se shampooina les cheveux, se nettoya le corps avec un savon aux odeurs florales qui trainait là puis se rinça sans plus attendre. Elle qui aimait tant prendre son temps, c’était raté pour cette fois! Se séchant en vitesse, elle enroba sa longue chevelure blonde dans une serviette pour éponger l’eau qui lui dégoûtait toujours sur les épaules. Elle devait être tirée à quatre épingles, certes, mais, pour la préparation, elle n’avait guère le temps de s’en faire avec des détails aussi dérisoires. Vêtue de son peignoir à moitié ouvert, elle traversa sa propre chambre, sauta par-dessus le lit (tout en omettant le fait qu’elle dérangeait le dormeur toujours alité) pour se rendre à ses tiroirs pou y attraper une robe noire très sobre, des sous-vêtements adéquats (c’est-à-dire très affriolants), ainsi qu’une broche à cheveux qui trainait sur ce dernier. Elle repartit alors vers la salle de bain, le souffle court.

    Devant la glace, elle prit quelques minutes. Malgré ce qu’on pouvait en dire sur son sujet, Kaiheena Ludlow était monstrueusement belle –bien que tous les goûts soient dans la nature. Blonde naturelle avec de grands yeux aussi noirs que l’ébène, son visage semblait en total désaccord, mais placez tous ces éléments ensemble, et vous obtenez une femme d’une beauté exceptionnelle. Que ce soit par ses petites pommettes qui la rajeunissaient ou encore ses lèvres pulpeuses qui pouvaient assouvir tous les désirs en un seul baiser, elle était magnifique... Trop magnifique pour être totalement normale. Elle regardait son nez, ses joues, son teint satiné, ses sourcils, ses lèvres… Puis ses rides. Depuis combien de temps n’avait-elle pas fermé l’œil avant cette nuit? Mais elle n’eut guère le temps de se questionner plus longuement à ce sujet. Elle prit la trousse à maquillage qui trainait sur le bord de sa coiffeuse/lavabo et se mit à noircir ses yeux de nuit, à rougir ses joues et à lécher ses lèvre d'une couleur vermeil. Elle appliqua avec délicatesse, à l’aide d’un crayon, du noir sur le contour de ses yeux pour terminer avec une légère touche de mascara. Elle était parfaite… ou presque! En retirant la serviette de ses cheveux, elle éclaboussa tous les murs de la petite pièce, tout en veillant bien à sécher le tout avec une grande finesse. Pas besoin de faire une cérémonie; elle prit la pince et attacha la totalement de sa crinière derrière. On aurait alors dit une autre demoiselle. Rien à voir avec l’endormie de tout à l’heure… Et malgré elle, elle méprisait cette image si parfaite qu’elle devait subir à chaque jour. Pourquoi ne pouvait-elle pas être celle qu’elle était en vérité? Eh bien, parce que l’on faisait seulement ce que l’on pouvait!

    Rageant en silence contre cette dernière pensée, elle enfila ses dessous féminins, puis sa petite robe noire avant d’examiner tous ses angles dans le miroir qui lui renvoyait son reflet. Elle avait fait ce qu’elle avait pu pour le peu de temps qu’elle avait eu! Sans plus attendre une minute de plus, elle se dirigea vers son coffre à bijoux, y prit deux boucles d’oreille et évita un collier qui la surchargerait de toute manière! Son décolleté plongeant ferait bien l’affaire! La touche finale étant d’enfiler ses souliers, elle ne manqua pas de s’étirer sur son lit pour déposer un léger baiser sur le front du dormeur qui s’éveilla miraculeusement à la venue de cette mystérieuse compagne.

    «Est-ce que tu passeras, ce soir?» Demanda-t-elle, un peu plus par curiosité que par envie.

    «Je ne crois pas, j’ai du boulot à faire» Murmura l’autre qui remonta l’une des bretelles noires qui venait de lui glisser de l’épaule.

    «À demain matin, alors?» Souffla-t-elle, comme si cela découlait du secret.

    Acquiesçant, l’homme avait répondu à sa question; elle pouvait désormais partir pour se rendre à son boulot… Boulot où elle était en retard de près de vingt minutes! Ses talons-hauts claquèrent jusqu’à L’Aedes, où les gens la regardaient courir. Tous connaissaient Kaiheena et ses retards. Mais encore plus : tous connaissaient Kaiheena Ludlow pour travailler au Lounge les soirs de semaine, et à la discothèque pendant le week-end. Femme ou fille? Nul n’aurait su le dire, mais elle était de celle qui attirait l’attention sans trop le vouloir. Un peu lunatique et rêveuse, elle attirait les questions… Mais rapidement, dès qu’elle avait passé, on l’oubliait, comme tant d’autre s’était oublié.

    Le résonnement de ses pas étaient attendus avec impatience par son patron, qui, dès qu’il la vit franchir le seuil, lui fit le pire sermon qu’elle eut jamais à entendre! Refoulant ses envies de lui cracher à la figure et de lui donner sa démission, elle tourna cependant la tête, faisant une moue piteuse qui se voulait une forme d’excuses pitoyables. Heureusement, le patron du lounge l’appréciait, et il savait que, malgré tous les défauts que possédaient Kaiheena, elle avait ce boulot pour une raison simple : elle était douée là-dedans… Et il n’avait pas à se plaindre! Tous les clients adoraient la «jolie barmaid blonde», et elle leur rendait bien! Quoi qu’il en soit, après quelques petites excuses bafouées, il l’invita à prendre place derrière le comptoir le plus vite possible!

    Ce soir-là, c’était une soirée achalandée, et les trois barmaids présentes devaient se dépêcher pour répondre aux besoins de tous leurs clients «favoris». Kaiheena, elle, était ailleurs. Elle remplissait sa fonction, sourire mécanique aux lèvres, tout en échangeant quelques mots avec les habitués. Elle ne désirait qu’une chose à cet instant : retourner chez elle, dans son lit… Puis… Dormir! Dormir pendant des heures! Elle esquiva un homme un peu trop ivre au passage, laissant derrière elle un Mojito et un Bloody Ceasar sur une table. Pendant plus de trois quart d’heure ce fut la folie furieuse. Entre les convives qui s’éclataient et qui riaient fort ou les monotones auprès du bar, Kaiheena en avait presque mal à la tête. Voilà presque trois nuits qu’elle ne dormait pas grâce à ses… à ses… Non, mais attendez… Alors qu’elle tournait le coin pour sortir de son bar, elle aperçut quelque chose (enfin, quelqu’un), qui suscita son attention. Assis seul dans un coin de la pièce, la belle blonde remarque un visage familier… En tant que bonne hôtesse, elle se devait de l’accueillir, non?

    Elle avançait, le pas léger et agile. Elle savait qu’il la regardait depuis un moment, mais elle aurait pourtant cru que ce n’était que, comme à l’habitude, pour prendre un verre. En glissant sa main le long des courbes de son corps, Kaiheena sourit au haut conseiller :

    «Votre excellence, on ne vous attendait pas ce soir. » Fit-elle d’un air amusé.

    Certes, elle était bien loin de le connaître… Elle savait seulement ce que tous savaient à son sujet : qu’il avait été mis en congé forcé, qu’il avait été le commandor auprès de l’Impératrice… Et qu’il était marié à la somptueuse Artèmia. Bien sûr, tout cela n’était que baliverne pour une fille dans son genre. Elle se contenta de lui sourire, d’une manière tout à fait exquise. Elle n’avait jamais eu l’occasion de servir Judikhael Wenfield, mais Ludlow savait que son patron tenait à ce que ce client soit traité aux petits oignons, et comme de fait… Il était un sujet très intéressant pour ce qu’elle cherchait réellement à savoir… Mais ça, nous en reparlerons un peu plus tard…

    En inclinant la tête, elle arriva à sa hauteur. Nul besoin de lui demander ce qu’il souhaitait, il lui dirait de par lui-même!



Dernière édition par Gregory Allander Crescent le Mar 30 Aoû - 0:11, édité 3 fois
avatar
Gregory Allander Crescent
~ Second de Commandor ~
Section nettoyage


Camp : Guilde Impériale
Profession : Second de commandor, section nettoyage
Âge réel : Un si petit siècle.
Âge d'apparence : La trentaine.

Compétences
Mémoire:
750/10000  (750/10000)
Compétence principale: Armes à feu
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rien que toi, moi... Et lui? [RATING -16 ans]

Message par Judikhael Wienfield le Lun 29 Aoû - 11:27

Ce n'était pas un soir comme les autres. Non, c'était un soir sombre, qui semblait être fait pour broyer du noir. Un de ces soirs où vous ne pouviez vous empêcher de vous demander quel était le but e votre existence et où vous concluiez, amèrement, qu'il n'y en avait sûrement pas. Inexistence aurait d'ailleurs été le meilleur terme pour décrire ce qui faisait la vie de Judikhael ces derniers temps. Certes, cela ressemblait fort aux pensées mélodramatiques d'un narcissique en pleine crise, et nous n'en étions certainement pas loin, mais malgré tous ses efforts, l'ex-commandor ne pouvait s'empêcher de ressasser encore et encore toutes ces questions, sa déchéance, son inactivité et surtout son incapacité à servir à quoique ce soit. Mis à part à une banque de sang.

Certes, avoir permis de constituer un sérum d'urgence était quelque part honorifique. Du moins cela l'aurait-il été pour quiconque autre que lui. Mais pour lui, cela ne relevait d'aucun mérite. Cela relevait juste d'une chance de la nature inouïe, de celle qui vous donnait une immunité inespérée, combinée à une capacité de donneur universel. Rien de plus. Donc non, cela n'avait rien d'honorifique. Et pour lui d'ailleurs, cela ne faisait qu'accentuer son impression d'impuissance et surtout ce détestable sentiment de ne servir à rien. Si ce n'est à donner son sang.

Une fois, une personne avait tenté de le "consoler", en lui rétorquant qu'en plus de cent ans de loyaux services et de combats, il pouvait bien prendre un petit congés de quelques semaines. Car, visiblement, pour la plupart des personnes qu'il croisait ou qui lui adressaient la parole, il ne pouvait s'agir que d'une mesure temporaire de quelques semaines. Optimistes qu'ils étaient. Mais Judikhael ne pouvait s'empêcher de douter. Il sentait bien que son état mental ne s'améliorait aucunement. Pourtant, un certain médecin lui avait soufflé une lueur d'espoir... Une petite lueur... Une idée de traitement. Autre que par médicaments.

Normalement il avait été confiné au Sapientia d'ailleurs, pour commencer ses séances au plus tôt. Mais, même s'il avait bien rapidement accepté cette offre, son empressement montrant clairement alors son certain désespoir, il avait eu besoin de prendre l'air. De réfléchir un peu, loin de cet édifice médical qu'il trouvait étouffant. Le Sapientia n'avait jamais été associé pour lui à de bonnes expériences. Il ne comptait plus le nombre de fois où il y était revenu sacrément amoché, pour ne pas dire grièvement blessé. Il devait d'ailleurs très certainement remercié Joshi et tous ses acolytes d'être encore entier à ce jour. Peu de brigadiers pouvaient s'enorgueillir d'être entier et aussi âgé que lui pour être honnête.

Le Lounge avait finalement connu l'honneur de son choix ce soir-là, alors qu'il fuyait l'espace d'une nuit, van Berghen avant de commencer le lendemain même son nouveau "traitement". Il savait que tout ceci n'était guère raisonnable. Il avait après tout donné une sacré quantité de sang le matin même et se sentait passablement fatigué. Si l'on considérait qu'en outre il n'était pas réputé pour bien tenir l'alcool... La combinaison fatigue et alcool promettait d'être bien néfaste pour lui. Mais qu'importe. A cet instant, il ne pensait nullement à tout ceci. Il voulait juste... se changer les idées. Juste un instant. Un tout petit instant.

Tout à ses pensées, il n'avait pas encore aperçu la belle blonde, dont le nom exact lui échappait, montrant clairement qu'il n'était pas vraiment un habitué du bar (ce devait être la cinquième fois pourtant qu'il y venait depuis ses congés forcés..) et ne put admirer la belle plastique de la miss que lorsque la voix de celle-ci résonna tout auprès de lui. Magnifique femme alors que celle-ci ne put-il s'empêcher de penser, alors que son regard la détaillait rapidement, d'un oeil expert. Et non pervers. Et ce sourire...

- Bonsoir Miss, salua-t-il avec un sourire qu'il n'offrait qu'aux femmes.

Un de ces sourires qui avaient permis d'atténuer sa réputation de froideur polaire.

- Le meilleur cocktail que vous ayez, commanda-t-il. Je vous laisse me conseiller, ne m'y connaissant pas forcément en alcool fort.

Non, pour lui, avouer une telle méconnaissance n'était nullement un signe de faiblesse. Admettre une méconnaissance dans les armes quelqu'elles soient, oui, mais dans ce genre de substances, d'ailleurs fort mal réputées en Nosco... Non, vraiment, pour lui aimer l'alcool ne faisait pas de vous un véritable homme.

_________________


La vérité, comme la lumière, aveugle.
Le mensonge, au contraire, est un beau crépuscule, qui met chaque objet en valeur.

Albert Camus
avatar
Judikhael Wienfield
~ Guildien ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Haut Conseiller
Âge réel : 111 ans
Âge d'apparence : 30 ans

Compétences
Mémoire:
4250/10000  (4250/10000)
Compétence principale: Armes blanches
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rien que toi, moi... Et lui? [RATING -16 ans]

Message par Gregory Allander Crescent le Mar 30 Aoû - 0:04

[
Kaiheena Ludlow
Barmaid & Informatrice Rebelle.


    Elle était certaine d’une chose lorsque son regard croisa celui de Judikhael Wienfield : il l’observait avec une certaine délectation. Toutes les femmes avaient peut-être le privilège d’être ornées de désir devant l’ancien Commandor, mais quoi qu’il en soit, cela était un avantage pour la belle blonde qui s’amusait à décrire les moindres réactions de son interlocuteur. Jamais auparavant elle n’avait eu l’occasion de le croiser d’aussi près. Ils étaient là, face à face. Lui, plongeant ses yeux d’un bleu d’acier dans ses abysses noirs, et elle, contemplant avec majesté la couleur d’opale si peu commune qui lui rappelait un autre homme… Mais chassant cette idée d’un geste vif, mais non moins gracieux, elle tira un menu de son cabaret, l’air coquet, mais non moins charmant. Certes, elle n’avait pas l’habitude à ce que ses clients lui demandent «le meilleur cocktail que vous ayez», mais encore moins de décider des goûts des gens… Toutefois, elle saurait faire de son mieux pour répondre aux bons désirs de son convive qu’elle avait, manifestement, pris sous son aile sans son autorisation.

    Ses doigts fins et ambrés survolaient les lettres de chaque mot inscrit que la carte des alcools. Brandy? Non. Whisky? Non. Vodka? Non plus! Puis, en remarquant quelques petites idées qu’elle avait soigneusement annotées au bas de son menu, elle eut un nouveau sourire : ce serait une création bien particulière pour un personnage tout aussi particulier! Elle fit signe à son client de patienter quelques instants en inclinant la tête de façon à ce qu’il comprenne qu’elle allait répondre à ses besoins, puis, en tournant les talons avec un déhanchement félin, elle se dirigea vers le bar. Une question était à se poser : est-ce que oui ou non le Haut Conseiller allait apprécier? Ah, mais elle ferait de son mieux pour répondre à ses exigences… De plus, elle ne tenait pas à le voir s’enfuir de sitôt. Elle s’accroupit derrière le bar sous le regard intrigué d’une des barmaid qui l’accompagnait ce soir-là.

    «Qu’est-ce que tu mijotes, Kai’?» Dit-elle en souriant face à l’allure coquine de sa collègue. Ludlow ne répondit toutefois pas tout de suite à cette dernière. Elle se contenta de ricaner et de prendre un verre sur le comptoir.

    Elle y mélangea une bière noire aromatisée chocolat-menthe avec de l’Amaroula. C’était un mélange bien simple, mais une création qu’il fallait doser comme il se devait pour ne pas rater la composition complémentaire. Elle regarda ensuite l’autre jolie barmaid en empoignant son poignet : «Goûte-moi ça, trésor, et dis-moi ce que tu en penses… Serait-ce à la hauteur d’un Commandor de la Guilde?». Elle but le cocktail avant de se lécher les lèvres, surpris du goût qui était fantastique! Bien sûr, pour cela il fallait apprécier le sucre, mais qui ne tente rien n’à rien, non? «J’adore, ma chérie! Que réserves-tu à ce pauvre Wienfield, dis-moi?». La blonde demoiselle ricana et se contenta d’hausser les épaules : «Rien du tout» . C’était une réponse courte, mais à étudier : s’il y a une chose dont il fallait se méfier, c’était bien des «rien du tout» de la belle Kaiheena! Adroite informatrice rebelle, elle était tout ce qu’il y avait de plus fourbe en ce bas-monde… Mais elle savait comment manipuler les uns pour protéger les autres. Heureusement que nul ne connaissait son identité… Même ceux qu’elles aimaient de tout son cœur.

    Elle refit la même chose dans un nouveau verre qu’elle lava soigneusement d’abord. Mélange accompli, elle le mit sur son cabaret, jetant sa lourde chevelure derrière elle et se remit à avancer en direction de Judikhael qu’elle avait quitté moins d’une minute auparavant. Elle plaça délicatement le breuvage devant lui, tout en n’omettant point de lui jeter une œillade des plus délicieuses.

    «C’est la maison qui offre, Commandor» Dit-elle sur un ton enjoué. «Toutefois, c’est l’une de mes créations et j’aimerais savoir ce que vous en pensez» Nota-t-elle en ramenant son plateau vide devant elle. «Cela serait un grand honneur».

    Kaiheena était belle, et elle le savait. Devant son allure à la fois enfantine et séductrice – rôle de femme-enfant qu’elle se plaisait à jouer au bon plaisir de ces messieurs- elle savait qu’elle obtiendrait toute l’attention de Judikhael si elle faisait en sorte de sortir de lot. Jusqu’à présent, elle n’était que la serveuse du lounge qui lui apportait sa commande, mais elle venait de marquer un point important : celui de lui accorder une attention de plus qu’à ses autres clients. Il avait entre ses mains une recette gracieusement créée par elle, et même que, par el fait-même, elle avait souligné qu’elle tenait tant à ce que le oh grand conseiller critique ce dernier. Quelle actrice de talent, ne trouvez-vous donc pas?

    Il était une source d'informations importantes... Lui tirer quelques vers du nez lui vaudrait sans doute un énorme prestique... Bien que la satisfaction d'aider les siens lui suffisent amplement.
avatar
Gregory Allander Crescent
~ Second de Commandor ~
Section nettoyage


Camp : Guilde Impériale
Profession : Second de commandor, section nettoyage
Âge réel : Un si petit siècle.
Âge d'apparence : La trentaine.

Compétences
Mémoire:
750/10000  (750/10000)
Compétence principale: Armes à feu
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rien que toi, moi... Et lui? [RATING -16 ans]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum