L'alcool fait des miracles [Part two-PV] -17 ans

Aller en bas

L'alcool fait des miracles [Part two-PV] -17 ans

Message par Roy Johnson le Lun 29 Aoû - 4:21


SUITE : PART 2


Enfin, Roy avait réussit par l'intermédiaire de l'alcool à oublier Ambre et tout le reste. Voilà qu'il ressemblait plus à...rien. Un mec complètement ivre, divaguant et accompagnée d'un belle femme pour le déposer dans son lit sans problème! Roy ne pouvait pas refuser de se faire raccompagner surtout qu'il ne savait même plus ce qu'il faisait ni même ne tenait plus tout seul sur ses deux jambes. Il n'avait plus la force de placer un mot mais au moins, il n'avait pas oublié de prendre la bouteille que damoiselle lui avait si gentiment offerte. Allez quoi! Ce soir il s'était laissé allé plus que jamais. Quand on y pense, Métal était toujours tombé sur quelqu'un qui puisse l'empêcher de sombrer à nouveau dans l'alcool et ce quelqu'un était bien son médecin. A chaque fois qu'il sortait, il devait faire demi tour. Et quand on le surprenait dans le lounge, c'était pour un rendez-vous professionnel bien évidement. Cela l'avait conduit à ne plus boire en plus de sa désintoxe et son médecin collé au fesse – au sens figuré –. Métal n'était pas un être qui se rebellait contre les ordres de son Doc' mais, une fois dans l'année ou dans le mois, ça ne lui faisait pas de mal – ou presque quand c'était Ambre ou une femme qu'ils envoyaient pour le résonner, ce coup là l'avait fait très mal -.

John ne se rendait pas compte de ce qui se déroulait. Il sentait juste une présence agréable qui le soutenait dans son vice et qui l'aidait à rentrer chez lui. Sans plus. Comme ça demain, il se réveillerait après avoir fait un bon dodo , avec une gueule de bois et une migraine terrassant qui le clouerait au lit toute une journée. Ce qui n'était pas pour le déplaire. Dormir le jour et bosser la nuit comme d'habitude. Métal n'avait pas rechigné et au moins, il se souvenait a peu près du numéros de la porte. Non ? Si! Il affirma d'un hochement de la tête démesuré et tout cela sans un un mot, dans la calme le plus stricte.

Effectivement c'était bien l'appartement 106. Métal ignorait s'il avait prit l'ascenseur ou s'il avait prit les escaliers. Il s'en foutait bien. L'important était qu'il soit chez lui en sécurité et tranquille. Retrouver le sommeille si ce dernier daignait de se pointer. Sinon, il irait s'il prendre une douche , s'il réussissait à se trainer dans son appartement et retrouver un semblant de volonté. Durant tout le trajet, Métal n'avait pas dit un mot. Il avait la tête et les yeux abaissés vers le sol, une bouteille à bout de bras, l'autre autour du cou de la belle. La dèche. Elle avait dût peiné pour supporter le poids de son exosquelette.

Roy était encore plein de ressource malgré son silence et sa demie-mort. Car une fois arrivé devant la porte de son appartement, il leva la tête, ôta son bras de la demoiselle pour la poser lourdement contre la porte close, ainsi il prenait appuie. Un instant, il reprit un peu de force pour ôter son pass maladroitement de sa poche pour, comme par enchantement, la passer dans le bon sens et surtout du premier coup! C'est ce qu'on appelle le hasard et l'étrange, mêlé à la chance. Roy abaissa sa main trop lourd sur la poignée et tourna. Le dé-clique se fit, la porte s'ouvrit mais le corps refusa d'avancer de lui même. Allez courage, on y est presque!


« avance...!» Ah! Le bras lui obéit longeant le mur de gauche très lentement, puis un pied franchit le seuil pour se poser sur son parquet. Roy soupira et tourna la tête en arrière, fit un sourire en coin à la demoiselle. Malgré son ivresse, il ne s'écroula pas de fatigue car son corps refusait d'alléger sa peine. « Terminus tout le monde descend. » Roy mira la bouteille d'alcool et déclara en rigolant « J'saurais pas la finir seule ». Métal ricana un bon coup et trouva la force dans son rire pour placer un pied devant l'autre jusqu'à ce qu'il arrive au sofa pour se laisser choir lourdement sur le cul. Zut! Il était sur le mauvais meuble s'il devait attendre Morphée. Mais John n'eut pas le courage de se relever. « Reste pas planté là, viens trinquer 'moizelle ». Il était increvable ce type. Et en plus on aurait dit qu'il avait prit un peu de punch et d'assurance dans son appartement. Était ce l'obscurité de la pièce qui lui donnait vie ? Le fait de se sentir chez lui au chaud sans vraiment s'en rendre compte ? Ou simplement le fait qu'il soit totalement inconscience et ne mesurait pas ses actes ? En tout cas, il était plutôt vigoureux pour un mec bourré. Il brandit la bouteille à la dame. Ouai... increvable disais-je.


Dernière édition par Roy Johnson le Sam 3 Sep - 20:52, édité 2 fois
avatar
Roy Johnson
~ Brigadier Scientifique ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Scientifique-Chercheur en Robotique
Âge réel : 96
Âge d'apparence : 35

Compétences
Mémoire:
0/10000  (0/10000)
Compétence principale: Cybernétique & Mécanique
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'alcool fait des miracles [Part two-PV] -17 ans

Message par Gregory Allander Crescent le Lun 29 Aoû - 6:21

[
Kaiheena Ludlow
Barmaid & Informatrice Rebelle.


Éthique, oh éthique, quand tu nous tiens! Quelle était la première règle lorsqu’on se retrouvait avec un mec bourré sur les bras? Eh bien, en temps normal, il se serait fait virer du bar et on l’aurait laissé face à son propre sort... Mais qu’est-ce que l’on faisait si ce mec bourré était Roy Johnson (soit une partie marquante de la guilde –donc d’informations-) et qu’au fond, malgré tout ce qu’il pouvait faire, il nous était sympathique? Ah, mais la réponse, mes amis, est fort simple : on le ramène chez-lui, sain et sauf! Malheureusement, c’était un peu plus compliqué que ça! Imaginez la scène : Kaiheena, de petite taille et de poids proportionnel à cette dernière, supportant une espèce de féroce gaillard aux bras de métal plus que très lourds? Vous voyez, à présent à quoi cela pouvait ressembler? Un peu irréel, non? Mais c’était bien là ce qui se passait! Entre le bruit résonnant des talons-hauts de la belle barmaid et les pas nonchalants de son «embarras», il va sans dire que quiconque aurait vu cette scène, ce serait esclaffé de voir la pauvre donzelle tenter de supporter le corps de fer d’un homme qui faisait plus qu’un peu sa taille! Bref, c’était là un spectacle à ne pas manquer!

Malgré le silence de son client, Kaiheena restait calme, très sereine. Elle n’avait certes pas peur de Roy Johnson. Dans cet état, comme n’importe qui l’aurait été, il était inoffensif... Même plus! Elle tentait de marcher en ligne droite de peine et de misère puisque le buveur qui lui enlaçait le coup zigzaguait une fois à gauche, ensuite à droite. C’était une vraie promenade en mer! Croyez-moi, pour la belle blonde, il y avait presque de la houle… Et sûrement que pour le scientifique, il en était de même! Toutefois, elle n’avait toujours pas obtenu réponse à ses questions, et plus le temps passait, plus la Noscienne commençait à s’inventer des scénarios. C’était bel et bien l’oubli qui avait poussé Roy à venir au Lounge, ce soir-là. Elle reconnaissait les chagrins et les besoins incontrôlables d’alcool sous ses différentes formes, mais ça, c’était pas par pur plaisir. Elle l’avait vu boire pour boire, sans déguster… Et lorsqu’on trouve le Brandy amer (ce qui est tout à fait normal à 45%), on ne se force surtout pas à en boire plusieurs verres! Ce serait une logique insensée! Elle recevrait satisfaction, mais d’ici-là, elle avait encore des escaliers à gravir… Quoique… Son regard de nuit se posa sur les boutons de l’ascenseur qu’elle venait de croiser; rectification : elle avait encore à entrer dans l’ascenseur pour gravir les étages de l’Aedes. Merci technologie, merci!

La porte de l’ascenseur s’ouvrit sur l’étage, et un soupir de soulagement mourut sur les lèvres de la porteuse de Johnson! Elle était à la fois soulagée et réconfortée d’être enfin arrivée en un lieu où elle pourrait laisser libre-court à ses envies, mais surtout… à la fête qu’elle comptait en y mener! Il était hors de question, à son humble avis, que cet homme aille dormir de sitôt! Il avait accepté –non, en fait, elle l’avait obligé- à la recevoir chez lui, alors il endurerait qu’elle veuille faire tout autre chose que dormir… Et puis, elle avait sorti une bouteille d’alcool, non pas pour la regarder, mais plutôt pour la partager! D’ailleurs où était-elle, cette bouteille? Ah, pourquoi s’était-elle posée la question : dans la main de Roy, bien sûr, précieusement gardé par le consommateur qui avait trop consommé… C’était l’ironie du sort!

«Nous y voilà, capitaine» Dit-elle alors que Roy retira son bras exosquelettique contre la porte de son appartement. Le vacarme que cela créa la fit presque sursauter. Espérons que les gens dormaient à point fermé! Et dans le cas contraire… Tant pis! Elle doutait que quelqu’un puisse vraiment reprocher les bras de fer du scientifique… Quel avantage, tout de même! Elle observa donc un travail minutieux en apparence qui aurait dû prendre trente petites secondes se métamorphoser en un vrai casse-tête qui dura près de deux minutes. Oui, elle aurait pu faire quelque chose, mais elle se divertissait à voir l’air décontracté et paisible de son nouveau compagnon. Elle se retenait de l’encourager, un peu taquine, mais elle ne se ferait pas prier bien longtemps avant de commencer à blaguer à ce sujet, par contre. Clic-queti-Clic-queta, nous y voilà! Enfin, au bout de longues minutes de labeur, l’ancien soldat réussit à ouvrir la porte de son appartement sous les applaudissements enthousiastes de la jolie Ludlow. «Terminus tout le monde descend». Ces paroles résonnèrent dans l’appartement comme c’eut été la parole divine, et, pour une fois, Kaiheena était fort d’accord avec ça!

L’appartement de Roy Johnson ressemblait donc à cela? Elle n’osait pas pénétrer dans l’endroit sans autorisation claire. Son regard sulfureux caressait chaque mur, chaque meuble avec une espèce d’analyse rapide qu’elle enregistrait soigneusement dans sa mémoire. Qui sait si cela pourrait lui être utile. Bien que la pénombre inonde l’endroit, elle pouvait démasquer quel objet se trouvait à quel distance, ou encore, elle devinait ce qui pouvait s’y cacher. Elle remarqua sans la moindre peine que le buveur avait repris un peu de poil de la bête, prêt à poursuivre leur déchéance : «J’saurai pas la finir seule!» – Lui lança-t-il alors qu’il lui montrait, l’air triomphant, la bouteille qu’il tenait à la main! Oh, elle était peut-être à moitié vide –puisque considérant qu’il avait pris plusieurs verres, elle ne pouvait pas être à moitié pleine – mais elle ferait très bien l’affaire… Et puis, Kaiheena avait d’autres surprises dont il ne pouvait même pas se douter… Mais il les connaîtrait bien assez tôt! « Reste pas planté là, viens trinquer 'moizelle ». Elle ne se le fie pas dire deux fois ; elle effleura le parquet de l’appartement, comme il l’avait lui-même fait quelques instants auparavant.

Elle remarqua que son hôte avait pris place sur… autre chose que son canapé. Heureusement, elle fit abstraction de cette observation et lui rendit un de ces fameux sourires dont elle seule avait le secret. Elle avança, déterminée à prendre la bouteille et d’en boire une longue et délicieuse gorgée qui lui brûla une nouvelle fois la gorge. Quelle sensation revigorante! Elle la rendit à son propriétaire avant d’ouvrir son sac à main : «T’as envie de t’amuser un peu, Roy ?» Dit-elle en empoignant deux comprimés qu’elle avait pris au passage sur sa table de chevet. «Essayer ça, ça te dirait ? » Révélant ce qu’elle avait en main, elle eut l’occasion de placer un ricanement suave qui en disait long sur ce qu’elle possédait. À Nosco, on les appelait «Effervescence», pour le monde extérieur c’était ce qui pourrait s’apparenter à de l’ecstasy. Totalement illégale. «Je te promets que tu ne le regretteras pas». Sans dire un mot de plus, la belle enchanteresse avait déjà avalé la gélule en empruntant la bouteille de brandy une seconde fois. Elle effleura légèrement le visage engourdi de Johnson, par plaisir personnel.

Elle emprunta alors la main métallique de Roy, toujours aussi souriante, et y déposa le second comprimé : «C’est à toi d’y voir, mais je t’avertis, c’est un effet garanti au bout de quinze minutes». C’était invitant, n’est-ce pas ? Belle demoiselle à la chevelure blonde, elle tentait sincèrement d’avoir un compagnon avec qui passer une merveilleuse soirée, et, par le fait même, avoir énormément de plaisir. Artificiel ou non, qu’en avait-elle à faire ? Elle en profiterait au maximum et puis basta… De plus, elle devait oublier ce qu’elle était en train de faire, malgré elle : jouer l’espionne pour les Rebelles avec un danger qui pouvait surgir à tout moment. Il ne découvrirait pas son identité, mais, au minimum, elle aurait pu profiter de la situation !


avatar
Gregory Allander Crescent
~ Second de Commandor ~
Section nettoyage


Camp : Guilde Impériale
Profession : Second de commandor, section nettoyage
Âge réel : Un si petit siècle.
Âge d'apparence : La trentaine.

Compétences
Mémoire:
750/10000  (750/10000)
Compétence principale: Armes à feu
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'alcool fait des miracles [Part two-PV] -17 ans

Message par Roy Johnson le Lun 29 Aoû - 22:52

Affalé sur ce qu'il pensait être son canapé, Roy soupira d'aise. De temps à autres, il ricanait sans raison apparente et levait la bouteille pour la contempler avant d'en prendre un belle gorgée, directement par le goulot. De plus, il était en compagnie d'une magnifique jeune femme. Il la regardait avec insistance. Sa phobie s'était complètement envolée, son cerveau était baigné dans une substance malsaine au point qu'il ne se souvint plus de son nom à présent. Assit confortablement, il se remit à rire et puis la voix de la jeune femme résonna dans sa tête ou plutôt, un mot, un petit mot qui l'exalta ''amuser''. N'importe qui, saoulé par démesure aurait répondu ce que Roy répondit : « Wouou! Amusé ? Haha... aller c'quoi l'jeu? Je joue héhé...mais tu vas perdre... yé té prévient, j'suis fort haha... » Magnifique locution! A quoi Ludlow voulait qu'il joue, si elle le faisait marcher, il courrait déjà comme lièvre.

Inconscient, Métal se laissait mené par le bout du nez. Si on voulait l'empoisonner c'était le moment idéal! Si on voulait l'acuser d'avoir commit tel acte, là aussi c'était le bon moment. Mais qui en voudrait a sa vie mise à par les créatures et les rebelles ? Qui prendrait des risques inutiles et s'exposer aux caméras directement ? Cette personne là serait bien cinglé et bien plus saoul que lui.
C'était fait. Roy avait tout oublié mais pour combien de temps ? Quelle serait les conséquences de ses actes une fois retourné sur terre, dans la réalité du monde ? Qu'est-ce qui se passerait demain, ou après demain ? Les conséquences, il s'en fichait bien. Demain, encore plus.

Roy ne s'endait pas à ce qui allait suivre, ce qui lui arriverait. Il ne mesurait pas la gravité de non refus. Ambre...il oublia. Ses cauchemars...il oublia. Sa phobie...elle s'envola. Tout était question de temps.

Il regarda d'un air amusé les petits bonbons que la jeune dame lui offrait. Bin oui! Pour lui c'était des bonbons bien sur! Et là, il éclata de rire
« Des bonbons...t'es marrante toi... allez donne moi ça haha...haha...des bonbons. C'sur, yé ris' -risque- rien avec ça héhé...» Mais ouai... c'est bien ce qu'il pensait en tout cas avant d'avaler la drogue que le Kaiheena lui mit en main, suivit d'un bon sec derrière. La bouteille était maintenant vide et en bon alcoolique, Roy remarquant que plus rien n'en sortait, secoua la bouteille goulot vers le sol et eut l'air désespérée. « Céy tout... … … hum ? » Il leva les yeux sur la jolie blonde l'air de comprendre qu'il ne lui restait qu'elle mais qu'il n'en savait que faire. John lui adressa un sourire de camé et se laissa pencher en arrière et miraculeusement se retint de basculer complètement. Il n'était pas sur son canapé mais bien sur une table. Mais ça, il ne le savait même pas.

Après plusieurs minutes, Roy se senti différent. Il était comme excité. Non, pas excité, mais plutôt surexcité et libéré de toutes contraintes mentale ou physique. Il fut quasi plongé dans l'euphorie. Tout ce bien-être spontané lui donnait des ailes. Il se sentait fort, au point de soulever des montagnes. Son excitation se traduisait parfaitement bien sur le plan physique comme morale et rien ne semblait arrêter cet effet. Au contraire elle s'accroissait. Son rythme cardiaque était monté au plafond sans oublier sa tension artérielle. Roy était perché tout là haut. Et de là haut, il regardait la jolie blonde qui lui faisait soudainement envie. Il était obnubilé par elle. Il sortit de son ''canapé'', s'approcha de la dame sans trébucher et la contempla de trèèèès près. Il regardait ses lèvres..quelle merveille et ses yeux... et ses beaux cheveux. Il était tellement proche qu'il pouvait sentir ses lèvres effleurer les siennes. Roy... un peu de tenue! Ah et puis zut...
avatar
Roy Johnson
~ Brigadier Scientifique ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Scientifique-Chercheur en Robotique
Âge réel : 96
Âge d'apparence : 35

Compétences
Mémoire:
0/10000  (0/10000)
Compétence principale: Cybernétique & Mécanique
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'alcool fait des miracles [Part two-PV] -17 ans

Message par Gregory Allander Crescent le Mar 30 Aoû - 2:19

Kaiheena Ludlow
Barmaid & Informatrice Rebelle.


Lorsque vous étiez petits, il est inévitable qu’on vous ait très bien averti de ne prendre les «bonbons» que vous offraient des inconnues… Toutefois, à Nosco, le fait était que vous n’aviez pas de parents pour vous inculquer cette forme de bienséance… Soit, vous en faisiez abstraction! C’est exactement ce que venait de faire Roy Johnson en acceptant d’avaler la jolie gélule verte que lui offrait la si belle toxicomane! «Beauté et folie vont souvent de compagnie», et il ne tarderait pas à s’en rendre compte. Alors que la pilule descendait dans sa trachée, il ne pouvait plus faire marche-arrière. Les toxines attaqueraient directement son organisme dans quelques instants à peine. Il aurait chaud, il aurait froid, et puis, sans plus de cérémonie, il goûterait au bonheur le plus artificiel qui soit! Un bonheur total entre la force physique et l’euphorie mentale qui s’épouseraient dans un même corps, mais c’était encore plus que ça! Bientôt, il verrait ses sens s’accroître, sa sensibilité sensorielle de décupler, ses envies augmenter… Bref, il aurait droit à une parfaite symbiose à laquelle il ne devait pas s’attendre, et ce sans la moindre ombre d’un doute. Il avait parlé trop vite en prenant le comprimé pour une vulgaire confiserie, il en paiera alors le prix… Un prix qu’il regretterait d’ici quelques heures à peine, mais d’ici-là, la maîtresse du jeu – qui savait à quoi s’attendre, elle- souriait avec une grande satisfaction devant le changement abrupte du locataire de l’Aedes.

Elle aussi avait vu son être chamboulé dans un état de raffinement total, néanmoins, elle n’en avait pas fait une histoire : elle savait ce qui adviendrait d’elle lorsqu’elle avait avalé ses cachets de rêve. Le plus intéressant de l’histoire était qu’elle avait réussi à faire avaler à cet homme la même chose qu’elle. L’alcoolémie qu’il pouvait avoir dans le sang à l’instant où il avait tout bonnement décidé de gober tout et n’importe quoi devait expliquer le comportement légèrement étrange de Johnson. Certes, il avait dû retenir le plus gros de ses paroles, soit le plaisir et surtout ce qu’il avait bien voulu entendre, elle en convenait… Toutefois, elle n’avait surtout pas prévu se retrouver devant les désirs du scientifique d’une façon aussi radicale. Elle l’avait vu s’avancer vers elle, un peu prédateur devant l’image qu’elle lui projetait. Ainsi donc, aurait-elle réussi à éveiller le désir qui sommeillait en lui? Elle n’en eut plus aucun doute lorsque les lèvres de son interlocuteur frôlèrent les siennes. Quelle sensation formidable était-ce cela. L’avantage des drogues fortes étaient l’excitation des sens. Elle pouvait sentir un long et agréable frisson lui traverser la colonne alors qu’elle décida d’aller un pas en avant, déposant complètement ses lèvres sur celle de son ancien client, laissant trainer sa langue sur le bout de cette délicieuse bouche vermeil.

Elle aurait ce qu’elle désirait, elle en était certaine. Pour le moment, toutefois, elle s’était contentée d’embrasser le Noscien avec langueur et passion comme elle seule pouvait créer le rêve. Il n’avait alors rien vu. Cela ne prit que quelques secondes supplémentaires pour que Kaiheena décide lui faire découvrir un autre plaisir qu’il n’avait pas eu le temps d’explorer encore, trop concentré par ses désirs d’homme primitif : le toucher. Elle prit les mains humanoïdes de son interlocuteur entre les siennes. D’un geste précis et lent, elle les fit glisser de ses épaules jusqu’à ses hanches. Quelle sensation étrange de pouvoir ressentir le fruit métallique entre les mains d’un autre homme que Crescent. Heureusement pour elle, elle chassa ce songe et poursuivit sa quête sensorielle. Du bout des doigts elle caressa le visage de l’homme qui semblait tant prendre plaisir à ce petit jeu. Ce geste graduel passa sur son front, ses joues, ses lèvres, son menton, son torse, jusqu’à la ceinture qui maintenait le pantalon en place. Cependant, elle ne comptait pas succomber si facilement à la tentation, bien que la drogue qu’elle venait d’ingérer lui jouait de bien mauvais tours. Ce fût un mouvement catégorique qui vint mettre un peu plus d’excitation dans cette scène beaucoup trop romantique pour la situation dans laquelle ils se trouvaient tous deux. Plus petite que lui, elle laissa un baiser lent et chaleureux sur le cou de sa nouvelle victime… Et puis, sans crier garde, elle le plaqua contre le mur, ne lui offrant qu’une seule option : elle.

Une nouvelle fois, elle fit glisser ses lèvres à quelques centimètres à peine de celles de Johnson, sans portant les toucher. C’était bien là le but du jeu : résister. Elle pouvait sentir son parfum, l’odeur forte de l’alcool, son souffle haletant, son cœur battre à la chamade. Ah, les plaisirs des attraits du corps humain, quelle merveille. Ses yeux d’un noir aussi profond que la nuit s’enfoncèrent dans ceux de Roy, cherchant une réponse quelconque, mais déjà trop défoncée pour y remarquer quoi que ce soit, elle s’approcha de son oreille, soufflante malgré elle avant d’y frôler la tempe de ses lèvres avides de goûter à son tout nouveau partenaire de jeu.

«Notre jeu est bien simple, trésor, tu me poses des questions, j’y réponds» Fit-elle en posant sa poitrine contre celle de sa proie : «Et vice versa» C’était bien simple, non? Alors, sans plus attendre, la belle enchanteresse se remit à l’œuvre. Elle embrassa une nouvelle fois Roy, question de le garder en appétit… Mais al règle première était simple : ne pas le laisser assouvir ses moindres désirs sur-le-champ. La séduction était un jeu dangereux, ce pourquoi elle poursuivit, suavement : «Sur quoi travailles-tu ces derniers temps, Roy»

Question fort simple en apparence, mais pour laquelle Kaiheena avait une réelle préoccupation. Savoir ce que les scientifiques préparaient face aux rebelles était important, mais elle aimerait le savoir de cette bouche propre. L’état second dans lequel se retrouvait Roy Johnson lui donnait une longueur d’avance, et cela lui plaisait bien plus qu’elle n’osait le croire. C’était devenu le jeu du chat et de la souris. La drogue camouflant toutes les idées impures pour les révéler sous le voile du désir charnelle de deux êtres relativement consentants. Si on ne prenait pas en compte que l’alcool avait fait du scientifique un être malléable qui en savait plus très bien ce qu’il faisait, et bien, c’était légal. Quoi qu’il en soit, la belle blonde savait comment s’y prendre puisque, déjà, elle y allait d’un nouvel assaut, impatiente de connaître la réponse susceptible de lui être utile dans les jours à venir.

Une main furtive se glissa sur la cuisse de son prisonnier, elle devait garder une certaine distance pour être certaine de le garder alerte… Surtout que le problème majeur avec les drogues fortes, c’était que les réponses pouvaient être falsifiées par l’imagination du sujet… Néanmoins, les mots étaient plus faciles à obtenir, aussi! C’était donc un avantage faramineux doublé d’un désavantage récurrent. Il fallait être très objectif pour pouvoir comparer les deux… Mais ce soir-là, Kaiheena n’arriverait pas à démêler ce qui était mensonge et ce qui était vérité… Pour ça, elle devrait attendre jusqu’au matin… Et s’appliquer à une tâche qu’elle n’était pas totalement fière d’exécuter, malgré le plaisir qu’elle y prenait.


avatar
Gregory Allander Crescent
~ Second de Commandor ~
Section nettoyage


Camp : Guilde Impériale
Profession : Second de commandor, section nettoyage
Âge réel : Un si petit siècle.
Âge d'apparence : La trentaine.

Compétences
Mémoire:
750/10000  (750/10000)
Compétence principale: Armes à feu
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'alcool fait des miracles [Part two-PV] -17 ans

Message par Roy Johnson le Sam 3 Sep - 20:43

L’alcool fait des miracles mais aussi des ravages. Le jeu débutait et ce n’était pas pour déplaire au Scientifique drogué et ivre. Il était baigné dans toutes ses sensations agréables mais futiles mais comme on dit : il faut profiter de l’instant présent. C’est bien ce que faisait Roy, il cherchait à profiter de l’instant, se laisser aller même si demain sera un nouveau cauchemar. Ses sens, ses idées…tout était faussé et tant que cette ‘saloperie’ circulait dans son organisme il serait téméraire et agirait avec imprudente hardiesse. Cela, évidemment, ne devait absolument pas déplaire à Ludlow. Si seulement Roy était conscient de son erreur monumentale. Mais il se laissait manipuler, caresser, embrasser avec délicatesse. Comme ses lèvres étaient délicieuses, comme cela éveilla d’avantage ses désirs. Cette sensation de chaleur qui parcours le corps et qui ne vous quitte plus, prêt à s’emballer tel un cheval au galop.

Dans son état, c’était possible de ressentir sous ses mains métalliques, le corps tiède, la douce peau, lisse, agréable de Ludlow. Du moins, Roy pouvait l’imaginer, caresser cette fausse sensation peinte dans son esprit. Métal la déshabillait du regard et soupirait après elle.
Les femmes, elles cherchent toujours à manipuler les hommes, elles jouent dans leur esprit et si on les contrarie, on peut toujours se serrer la ceinture. Kaiheena était en partie faite de cet alliage là. Elle était toujours partante et volontaire pour se jeter dans la gueule du loup. Le loup, en l’occurrence Roy Johnson, était agonisant. C’était maintenant la proie et non le prédateur. Qu’allait-il advenir de lui ? La suite semblait être prévisible, mais le vent tourne et comme un malheur n’arrive jamais seul…

Ah…Kaïheena, celle qui fait languir les sens d’un mâle en rut et qui sait se faire désirer. Que d’éloges. Métal s’était retrouvé une fois de plus plaqué contre la paroi de la pièce. Tôt ce matin, c’était Ambre qui l’avait accroché au mur et maintenant c’était Kaïheena. Cette fois-ci il ne cherchait pas à s’enfuir ; il n’était pas mal à l’aise bien au contraire. Il désirait cette tigresse. Elle l’avait ensorcelé et le charme ne se dissiperait pas d’aussitôt. Et ce baiser brûlant, cette morsure agréable au cou, marquant sa chair tendre. Roy se consumait sur place et puis la douce voix de la belle lui parvint au cerveau. Chaque goutte d’élixir qui coulait de ses lèvres cyanures, était aussitôt gobée par Roy.
«Notre jeu est bien simple, trésor, tu me poses des questions, j’y réponds».
A cela, Métal lui fit un sourire remplit d’innocence – Ce qu’il est bien sur ! – sans la quitter du regard. Elle était si proche…il la désirait si fort... puis ce baiser en guise de réponse à son appel inaudible. Mais toute douceur à un prix ? Depuis quand ?


«Sur quoi travailles-tu ces derniers temps, Roy». Métal n’était pas en mesure de réfléchir et de remonter dans le temps, il était vulnérable, ‘fiévreux’ et dans tous ses états. Malgré cela, il déclara sur un demi-ton. « Je sais qui tu es… ton vrai visage… » Dit-il comme s’il était tout à coup sobre, il ricana ensuite et poursuivit « Ma jolie…tu es… tu es … » Il tenta de l’embrasser, puis sourit sournoisement. « Une rebelle. Laisse moi te dompter... » poursuivit-il en ricanant. C’est tout ce qu’il trouva à répondre. Il avait autre chose en tête que le travail et le cuisiner ainsi était peine perdu.

Johnson senti la main de la belle glisser très bas, sur sa cuisse. Il sourit à nouveau et manqua d’ajouter un « Remonte un peu. » Mais au lieu de dire cela, il déclara
« c’est une surprise… si je le dis, ça sera plus une… hin… » Dit-il tranquillement. Brusquement, il souleva Ludlow par ses hanches, fit quelques pas et la déposa assise sur la table. Métal resta debout et passa ses mains métalliques sous la robe de la jolie demoiselle furtivement, la tirant ainsi vers lui. Ils étaient kit, lui avait les mains sur ses cuisses, sous le tissu et elle… bin elle faisait ce qu’elle voulait. La voix de Diva… il lui avait posé une question à laquelle il n’avait pas répondu. Il se rattrapa donc « Mais puisque c’est toi…mais après on en parle plus, j’ai mieux à faire ce soir… » Si voyez ce qu’il veut dire. Il marqua un temps, rassembla quelques mots correctes et sensés. « On améliore les armes... » C’est tout ce qu’il réussit à dire pour le moment. Il fit glisser ses mains quelques centimètres plus loin sous la robe. Elle lui faisait languir encore et comprit donc que cela ne suffirait pas à convaincre la donzelle.« Tu vois mon exosquelette… il fera plus que... » Il abaissa le regard sur la main de la Diva et compléta «…qu’une simple main, une arme…». Doucement, Métal fit glisser l’une de ses mains encore plus, avant de se retrouver dans un véritable fauteuil cette fois-ci. C’est malin ça… se faire jeter comme ça, comme un con dans un fauteuil – Oui, oui s’en ait un cette fois-ci –

« Allez je passe mon tour… »
Les femmes savent nous faire tourner en bourrique…c’est bien connu ! La galère pour les satisfaire…

avatar
Roy Johnson
~ Brigadier Scientifique ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Scientifique-Chercheur en Robotique
Âge réel : 96
Âge d'apparence : 35

Compétences
Mémoire:
0/10000  (0/10000)
Compétence principale: Cybernétique & Mécanique
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'alcool fait des miracles [Part two-PV] -17 ans

Message par Gregory Allander Crescent le Mar 13 Sep - 6:34

Kaiheena Ludlow
Barmaid & Informatrice Rebelle.


Le jeu de pouvoir, vous connaissez? Eh bien, c’est ce qui se trouve, à la base, dans toute relation humaine. Le dominant et le dominé, le sujet et l’assujetti, le séducteur et le succombé. Derrière le visage de porcelaine de la belle Kaiheena Ludlow, se dissimulait une véritable prédatrice dont il fallait se méfier à tout prix, Roy Johnson s’en apercevrait bien assez tôt lorsqu’il verrait l’étendue des dégâts au jour levant. Toutefois, la nuit n’était pas encore terminée, et celle qui décidait de la situation prenait maintenant un malin plaisir à voir languir son succombé, le voir languir jusqu’à en souffrir, jusqu’à en devenir fou, jusqu’à perdre possession de tous ses sens. Elle aussi, en avait perdu beaucoup. Ce poison qu’elle avait ingéré l’attaquait plus qu’elle ne l’aurait souhaité. Il fallait rester lucide, être en contrôle, mais il y avait, dans son comportement un peu trop minaudant, des lacunes impardonnables qu’elle réussirait, bien entendu, à se faire pardonner par des moyens bien peu conventionnels. À croire qu’elle commençait à perdre la tête. Elle avait senti ce corps près du sien, une menace grandissante pour elle qui tentait de garder le cap sur sa mission primaire : récolter des informations… La chair était si faible, pourtant. Et elle ne faisait pas exception à la race humaine. Elle était faible. Plus qu’elle n’osait le révéler devant cet homme qui lui était connu que par des fichiers amassés par le temps. Elle relisait mentalement toutes ses notes prises à son insu. Elle savait tant de choses sur lui… Mais lui, que savait-il d’elle, au fond, si ce n’était qu’elle était la jolie et serviable barmaid du lounge de Nosco. Bartendresse qui ne demandait qu’une seule chose, et seulement ça : passer du bon temps et ternir ses mauvais jours dans les bras d’illustres inconnus… S’il avait su qui elle était en vérité, tout cela se serait déroulé bien autrement… Heureusement, le secret était scellé sous des lèvres affamées qui ne cherchaient qu’à être prises sans plus attendre.

Si Roy Johnson croyait la belle Ludlow comme toutes les femmes, Kaiheena n’aurait su dire s’il avait tort ou raison. Était-ce parce qu’elle tenait à arriver à ses fins qu’elle se sentait ainsi? Peut-être. Mais si on excluait le seul fait que l’infiltrée rebelle tentait de connaître des motifs sur ses recherches, elle n’était rien d’autre qu’une fille qui tentait de passer du bon temps. C’était cela qu’elle devait montrer d’elle. Une fille facile, sans la moindre remarque, rien d’autre. Si elle n’avait pas été aussi illusionnée par tout cela, sans doute aurait-elle voulu en pleurer jusqu’à s’arracher les cheveux, mais sur le moment, elle se sentait bien. Bien quoi qu’elle fasse; bien quoi qu’elle pense. Elle se sentait vivre pleinement un rêve qu’elle avait créer pour deux, un bonheur d’occasion qui ne se résumait que par un corps-à-corps déjà entamé sous de diverses aspects : « Je sais qui tu es… ton vrai visage… ». Le demi-ton qu’avait employé l’homme qu’elle tenait en otage ne lui parut pas bien important. Se contentant de lui accorder le plus délicieux et sublime sourire qu’elle connaisse, Ludlow, le défia quelque peu. Elle ricana un peu, tâchant de lui susurrer avec une provocation dosée : [color-white]«Ah oui ?»[/color]. Ce n’était là rien de sincère, rien qu’un petit commentaire pour attirer la proie dans les filets qu’elle avait tissé, devenant ainsi une veuve noire au poison sans retour. Le discours se poursuivit, alors qu’elle passa une main furtive dans sa propre chevelure blonde, laissant ses cheveux retombés lourdement sur ses épaules : « Ma jolie…tu es… tu es … » Il ne termina pas sa phrase, trop préoccupé par l’envi de lui voler un baiser qu’elle le laissa prendre avec volupté. Depuis le temps qu’ils jouaient au chat et à la souris, il avait droit de prendre un peu d’avance, non? Ce qu’elle entendit par la suite eut le don de lui secouer l’estomac, malgré elle : « Une rebelle. Laisse-moi te dompter... ». Rebelle ? Il l’avait donc démasqué ? Impossible. Totalement et carrément impossible. Elle se retint un long moment de réagir à quoi que ce soit… Ce n'était que de la provocation, non? Rien de plus...Il fallait qu’elle se reprenne… Doucement, et en prenant une longue inspiration et ressemblait plus à un soupir, elle savait qu’elle dirigerait à nouveau la situation. Elle déposa un doigt aux lèvres du scientifique, pencha la tête vers la droite : «Je ne suis rebelle que si tu le désires» . Bien joué, Kaiheena !

La distance s’estompait au fil des secondes. Bientôt, elle colla sa peau aussi chaude et enivrante que l’alcool dont ils s’étaient saoulés. Elle était brûlante. Brûlante à l’image de ce qu’elle désirait monter. Elle ne pouvait s’empêcher de jouer à ce petit jeu futile qui lui procurait un amusement grandissant, brouillant ses idéaux malgré elle. La capsule qu’elle venait d’avaler n’était autre que de l’illusion cachet. Rien d’autre. Elle pouvait maintenant acter dans une comédie qui pouvait être la sienne, directrice de ce qui pouvait se passer, connaissant les répliques, les réactions, jouant la victime et la meurtrière à la fois. Elle était autant soumise à Johnson que lui pouvait l’être. La différence majeure entre eux deux, c’était seulement que Kaiheena Ludlow, consciente de son état, était dans la capacité de se contrôler, de connaître ces effets, et surtout, de savoir ce qu’ils possédaient sur sa convoitise. Elle attendait des réponses qui ne venaient pas, jusqu’au moment où elle entendit enfin son interlocuteur réponde la pire chose qu’elle aurait pu souhaiter entendre : « c’est une surprise… si je le dis, ça sera plus une… hin… ». Elle retint une moue boudeuse d’apparaître sur son visage et le troqua plutôt pour la surprise d’être si brusquement transporter sur une table. Sans s’en rendre compte, Roy Johnson venait de lui rendre un fier service. Elle n’avait pu que rester satisfaite de le voir si presser d’obtenir d’elle ce qu’il convoitait à son tour. Elle avait quitté son boulot de ravisseuse pour devenir ravissante otage. Elle était aux prises, sur une table, Roy entre ses cuisses, le corps surplombant le sien de plusieurs centimètres. Elle ricanait, de bon cœur, tâchant de noter au passage : «J’aime lorsqu’on me contrôle» . Souffle séduisant qu’elle avait bien sûr inventé. Elle n’aimait pas être contrôlée, mais pour lui, elle lui ferait croire ce qu’il voudrait ! Elle sentait les mains métalliques s’immiscer sous sa robe, la rapprochant automatique de Johnson. Lui la possédait d’une partie, alors elle en fit de même, resserrant ses cuisses autour de lui, poitrine contre poitrine, elle ne put s’empêcher de passer ses bras autour de son cou. Il fallait à tout prix qu’il ait le contrôle… du moins, qu’il le croit : « Mais puisque c’est toi…mais après on en parle plus, j’ai mieux à faire ce soir… ». Enfin, il parlait! Elle lui accorda un sourire amusé, le laissant prendre une pause, il devait chercher ses mots : « On améliore les armes... ». Seulement ça ? Alors, là, Kaiheena était déçue ! Quoique maintenant très intriguée. Elle le vit vouloir plus à présent… Tatata ! Il n’allait pas s’en tirer à si bon compte. Le sien n’était pas quitte. Il le comprit lorsqu’elle n’eut aucune réaction et qu’elle patientait. «Tu vois mon exosquelette… il fera plus que... ». Il le vit observer sa main… ce regard lui rappela… Non, elle n’allait pas encore penser à lui ! Ça suffit ! «…qu’une simple main, une arme…». Enfin, quelque chose d’intéressant. D’une main fiévreuse, elle ne pouvait s’empêcher de caresser du bout des doigts le bras entier de son interlocuteur.

Cela commençait à lui jouer de mauvais tour. Elle devait se ressaisir avant de devenir elle-même esclave de la situation. Elle devait… Ah, et puis zut. Dans un élan insurmontable, elle se laissa submerger par le temps présent, oubliant les répercutions que cela pourrait avoir sur un avenir prochain… Sur un avenir qui lèveraient le voile dès le matin-même. Toutefois, elle sentait que l’emprise la gagnait, elle ne savait si elle devait soit y succomber sur-le-champ ou patienter. Elle pouvait récolter d’autres informations, elle le savait pertinemment. Elle goûtait à un plaisir coupable dont il faudrait bien qu’elle se réveille un jour. Les mains métalliques sous sa robe devinrent alors trop entreprenantes… Ce fut sans doute cela qui la fit revenir au monde réel, sans pourtant qu’il le soit. D’un geste vif, elle venait de le projeter sur le fauteuil qui était juste derrière lui. C’était sans blessure, rien de bien grave, mais elle devait d’ores et déjà en savoir plus. Elle avait regardé son air totalement désabusé. Tout homme qui se ferait jeter de la sorte aurait agi plus férocement que celui-là, et pourtant, elle savait comment se faire pardonner. « Allez je passe mon tour… ». Paroles empreints de mépris dissimulé par les illusions qu’elle lui procurait. Toujours assise sur la table, elle avait fait glisser l’une de ses mains le long de ses courbes avant de descendre. D’une main droite discrète, elle avait alors fait tomber l’une des bretelles retenant sa robe, puis, un peu farouche, fit tomber l’autre. Elle prit, bien sûr le temps de jeter une œillade provocatrice à son interlocuteur avant de laisser le tissu la dévêtir, ne laissant derrière lui, qu’une demoiselle en sous-vêtements fort aise de ce qu’elle avait l’air dans ces bien petites tenues. Elle s’était alors avancée devant Roy Johnson, appuyant l’une de ses mains sur son torse, avant d’approcher son visage à quelques centimètres du sien : « Je le prends, alors» . Elle s’assit à califourchon sur lui, n’attendant ni son accord, ni rien d’autre qui pourrait lui être susceptible d’être de cet avis. Elle prenait ce droit, et le prenait d’emblée. La main posée sur le torse vint agripper le collet du débardeur bleu marin que portait sa renouvelle victime. Ainsi, les rôles s’étaient une nouvelle fois interchangés : «Des armes, hummm, j’aime les armes, dis-m-en plus, mon chéri» .

Cette mascarade était si bien jouée qu’elle en était indescriptible. Kaiheena était une professionnelle de la séduction, mais encore plus des besoins de l’homme. Elle savait qu’en jouant d’un avantage charnelle, elle saurait lui faire entendre raison et le ferait se soumettre à tout ce qu’elle voulait… Mais pour cela, il fallait de l’initiative, mais surtout énormément de sang-froid. Intérieurement, elle bénissait la drogue qui les envahissait d’être présente en cet instant-là. Doucement, ses mains furtives vinrent effleurer son visage d’homme, puis ses cheveux avant de venir prendre ses «fausses» mains et de les faire découvrir sa poitrine dont elle ne gardait, comme pudeur, qu’un simple soutien-gorge noir. Allons donc, Roy, Réponds – se disait-elle dans son for intérieur, alors qu’elle jouait les aguicheuse avec une conviction surprenante. Elle devait savoir, coûte que coûte !
avatar
Gregory Allander Crescent
~ Second de Commandor ~
Section nettoyage


Camp : Guilde Impériale
Profession : Second de commandor, section nettoyage
Âge réel : Un si petit siècle.
Âge d'apparence : La trentaine.

Compétences
Mémoire:
750/10000  (750/10000)
Compétence principale: Armes à feu
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'alcool fait des miracles [Part two-PV] -17 ans

Message par Roy Johnson le Lun 19 Déc - 18:21

Métal n'avait plus trop envie de jouer, ni de passer aux choses qui devrait normalement être plus intéressante pour certains et inévitable pour d'autre. Mais, lui Roy, venait de se plonger dans le fauteuil ne cherchant plus à lutter contre quoique ce soit. Elle laissa ses mains lourdes et factices pesamment chuter sur le confortable sofa. Il se laissa comme absorber par le meuble d'intérieur tiède. Sa tête bascula en arrière sur le moelleux et doux canapé. Il ouvrit un instant ses yeux qui contemplèrent le plafond propre et sombre avant de les refermer. Tout d'un coup, il ressenti un poids peu habituel sur ses cuisses, emprisonnant ses hanches. Ludlow repassait à l'attaque. Il aurait put redresser la tête dans un faible effort, bouger les bras, réagir, faire quelque chose! Mais il n'en fit rien et demeura impassible, comme si l'effet de la drogue l'avait annihilé.

Pourtant ce n'était pas le cas. Son corps trahissait son inactivée apparente. Dans les limbes de ses artères, de sa pression artérielle, son sang affluait ici et là, révélant ses envies mieux que les mots creux. Son hypothalamus fonctionnait à merveille et contrôlait ses envies. Sa température semblait atteindre la limite autorisée. Mais, toujours ce mais qui reste incroyablement mystérieux. Métal ne réagit plus. Son corps venait peut-être d'atteindre un stade où les effets de la drogue n'avait plus d'emprise sur une partie de son être. Peut-être qu'il était fatigué tout simplement de jouer, de parler, de respirer ? Peut-être qu'un fusible psychique venait d'exploser, bousillant ses réflexes moteurs ? Les questions demeuraient sans réponse sur l'instant.

Et puis, la voix de la mante religieuse semblait le faire réagir. Il parvint à ouvrir les yeux, redressa très lentement la tête pour la fixer comme un sanglier biglerait une pomme de terre, c'est-à-dire, avec une totale indifférence. Il avait tout d'un coup l'air lucide. Son silence devint un peu trop pesant puis, son immobilité revint de nouveau. On ne sait pas s'il la fixait réellement dans les yeux ou s'il était déjà parti très loin mentalement; s'il se rendait compte de son état anormal ou de la situation présente.

Contre toute attente, il la repoussa sans même contrôler sa force et se leva ne se souciant pas de la belle. Debout il resta un bref laps de temps ainsi. Son regard se porta sur la jeune demoiselle sans pour autant la voir et de pas robotique, l'homme se dirigea vers la salle de bain, franchit la porte en manquant de percuter l'encadrement de son épaule. Il s'arrêta net. Un main posé sur la poignée de la porte entre-ouverte et l'autre plaquée solidement contre l'encadrement. Il cherchait sans doute à se soutenir du mieux qu'il put avant de faire un pas dans la salle de bain.

Très lentement il glissa sa main de encadrement vers un nouveau support puis avança presqu'en tâtonnant de la main. Le bruit métallique résonna un peu dans la pièce puis, tout d'un coup, il buta contre le bord sur élevé du carré de douche et se rattrapa de justesse contre le mur carrelé à côté du pommeau de douche. Il ramenant lentement à lui son autre main qu'il appuya maladroitement sur le bouton qui ouvrit l'eau directement sur sa tête. Roy chu douloureusement et entièrement au sol dans le carré de douche, sous l'eau et s'adossa brutalement contre la parois maintenant glissante.
Trempé, il ne bougea plus. Il voulait simplement terminer cette foutu soirée ou plutôt se réveiller de son cauchemar. Il voulait être seul. Ce n'était plus trop compliqué.

L'eau coula...coula...coula... il fut trempé...trempé... trempé... et... se laissa basculer dans l'inconscience. Il était "out".


HRP : [ Ce message à été entièrement édité. ]


Dernière édition par Roy Johnson le Lun 26 Déc - 20:45, édité 3 fois
avatar
Roy Johnson
~ Brigadier Scientifique ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Scientifique-Chercheur en Robotique
Âge réel : 96
Âge d'apparence : 35

Compétences
Mémoire:
0/10000  (0/10000)
Compétence principale: Cybernétique & Mécanique
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'alcool fait des miracles [Part two-PV] -17 ans

Message par Joséphine de Nosco le Jeu 22 Déc - 23:47

[Remarque admin : on aimerait mieux qu'il n'y ait pas de violence explicite ou que les scènes concernées soient mises sous hide. Par contre, dans le cas d'une telle idée, le mieux aurait été de nous mettre au courant avant de le faire : ça ne colle pas avec l'aspect extrêmement surveillé de la cité de Nosco, tout ça... =S En outre, Cath, es-tu d'accord que l'on viole ainsi ton personnage ?]
avatar
Joséphine de Nosco
~ Impératrice ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Impératrice de Nosco
Âge réel : 140 ans
Âge d'apparence : 28 ans

Compétences
Mémoire:
10000/10000  (10000/10000)
Compétence principale: Biologie
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'alcool fait des miracles [Part two-PV] -17 ans

Message par Roy Johnson le Lun 26 Déc - 20:47

Message édité pour la sensibilité des plus jeunes, pour le BG et le reste.
PS : Je ne fais jamais rien sans avoir contacté la personne concernée.

Merci de supprimer ce message.
Métal.
avatar
Roy Johnson
~ Brigadier Scientifique ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Scientifique-Chercheur en Robotique
Âge réel : 96
Âge d'apparence : 35

Compétences
Mémoire:
0/10000  (0/10000)
Compétence principale: Cybernétique & Mécanique
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'alcool fait des miracles [Part two-PV] -17 ans

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum