Vachette

Aller en bas

Vachette Empty Vachette

Message par Inès Dunkel le Mar 7 Déc - 1:04

Inès était crevée.
Elle avait peu dormi, durant la "nuit". Oui, car dans les SSD, la "nuit" était avant tout une certaine tranche d'heure qui devait correspondre en surface à l'idée de nuit. Enfin... Inès, donc, avait passé sa nuit devant le petit écran de son ordinateur, cachée sous la couette pour ne gêner personne. Mais les "taptaptap" du clavier avaient eu tôt fait d'en gêner certaines qui avaient demandé gentiment à Inès d'aller poser son adorable fessier ailleurs. Compréhensive, Inès avait obtempéré. Elle était allée se cacher... Eh bien, dans les douches, là où il n'y avait personne, et où il y avait du chauffage. Pas envie qu'on épie ses errances virtuelles. Pas envie d'avoir froid non plus. Elle avait récupéré une grosse serviette bien pelucheuse et s'était donc exilée, enveloppée dedans pour ne pas avoir froid.
Vers quatre heures du matin, les lignes avaient commencé à danser sous ses yeux, qui se fermaient tout seuls. Elle avait cru comprendre par ces signes qu'il était temps d'arrêter l'ordinateur. Elle avait accepté ce sacrifice. Retournée dans le dortoir, elle avait cru remarquer que tout le monde dormait. Même Lian, qui utilisait le lit à côté du sien. Elle était belle, Lian, quand elle dormait. Mais Inès ne lui parlait pas beaucoup, depuis le fameux incident de la sucette. Oh, elle lui en voulait, bien sûr, mais elle avait également l'impression que Lian ne lui avait pas pardonné... Etrange. Ma petite rebelle s'était enfin couchée, mais était restée un moment songeuse... Peut-être avait-elle dormi une heure ou deux lorsque le réveil sonna.
Elle n'eut que peu de choses à faire, le matin. Manger, bien sûr. S'habiller, ça pouvait être utile. Egalement s'informer sur ce qui se tramait, aller vérifier des pièges, escorter un technicien pour réparer une camera un peu éloignée des bunkers... Avec une heure de sommeil. Si bien qu'à midi, on dut la secouer pour qu'elle songe à se réveiller et sortir son menton de sa purée. Nan, vraiment, pas bon jour.

Le pire étant que quelqu'un avait dû souffler un Rian un moyen terrible de se venger des affichettes d'Inès. Ah non, bon sang, pas aujourd'hui ! Et pourtant, les faits étaient là:on avait averti Inès que quelques confrères avaient été munis de pistolets-à-eau. Ah les traitres...
Inès était donc allée trainer ses giboles un peu plus loin, craignant la vengeance de Rian. Et comme pour l'y aider, elle avait croisé en chemin un confrère qui, plaisantin, lui avait balancé en ricanant une giclée d'eau sur sa veste, et sa main. La petite avait hurlé, avait griffé sa main pour que l'eau parte, et re-hurlé en voyant qu'elle en avait désormais sur les deux mains. On lui avait balancé d'autres giclées, croyant qu'elle jouait la comédie. Elle s'était enfuie.

Elle ne se souvenait plus trop comment elle était arrivée là. Elle avait couru le plus vite possible loin de ces imbéciles qui ne savaient différencier la plaisanterie de la torture. Elle s'était griffé la nuque jusqu'au sang pour en retirer l'eau, elle avait cru voir passer ombres à sa droite, elle avait couru encore, sans se soucier de l'environnement.
Inès, ma blonde Inès, s'étonna lorsqu'enfin elle reprit son calme. Elle s'était éloignée, beaucoup, des bunker. Sans s'en rendre compte. Woah. Dangereux, tout ça. Peut-être aurait-elle dû faire savoir à ses confrères qu'elle n'avait pas qu'un peu peur de l'eau, et qu'il y avait des jours où la moindre goutte la rendait folle, quand dans d'autres elle pouvait endurer un fin filet sur sa main en camouflant ses émotions.
Un bruit. Quelqu'un. elle s'avança vers le bruit. Là, elle arrivait à un endroit qu'elle connaissait, non-loin des SSU. Elle n'était pas revenue ici depuis longtemps, mais cet endroit était resté gravé dans sa mémoire: les premiers lieux de son émancipation. Qui venait ici ? Rebelle, guildien aventureux ?
Il était seul. Alors Inès crut bon de montrer tout de suite qu'il n'était pas chez lui. Sans réfléchir, elle braqua son arme vers lui:

"- Ne pouvez pas ! Ou j'essuie la vachette !"


Elle marqua un temps d'arrêt, et haussa un sourcil. Oui, quand elle était fatiguée, elle commençait à dire vraiment n'importe quoi.

"- Euh, non, attendez, c'est pas ça, je la refais.... Ne bougez pas, ou j'appuie sur la gachette ! Rah, puis c'est mon arme alpha... Nan mais je vais y arriver, hein.... Fatiguée, moi..."
Elle changea d'arme, avec un soupir. Bon, pour le côté dangereux, c'était foutu. De toutes façons, elle comptait plus vraiment lui faire de mal: il avait pas l'air dangereux, et elle n'avait pas envie. La situation ne s'y prêtait pas. Bref, elle ne savait pas ce qu'elle allait faire, mais au moins lui signaler qu'ici, c'était "Rebel Zone". Elle ne songea pas non plus à l'éventualité d'un guet-apens.
"-...Tu pourrais faire semblant d'avoir peur, juste pour me faire plaisir !"
Inès Dunkel
Inès Dunkel
~ Rebelle ~


Camp : Confrérie de la Rébellion
Âge réel : 5 ans
Âge d'apparence : entre 16 et 26

Compétences
Mémoire:
Vachette Left_bar_bleue500/10000Vachette Empty_bar_bleue  (500/10000)
Compétence principale: Armes à feu
Niveau de Compétence: Compagnon

Revenir en haut Aller en bas

Vachette Empty Re: Vachette

Message par Ysmaël El'Hirajiri le Mer 15 Déc - 2:26

Depuis quelques temps, le petit Ysmaël avait pris l'habitude de consacrer ses nuits à diverses activités plutôt qu'à dormir et finalement il passait une partie de la matinée à rattraper le temps qu'il avait volé, jamais beaucoup, quelques petites heures à peine, pas qu'il soit hanté par d'étranges rêves ni quoi que ce soit d'autre, il semblait juste qu'il soit simplement de cette nature-là, peut-être que son côté un peu hyperactif jouait là-dessus. Son emploi du temps variait selon son humeur, il lui arrivait d'écrire un peu ou de discuter à tout hasard sur le réseau tout comme il pouvait s'amuser à cavaler dans les lieux du sanctuaire où il avait accès. Parfois il lui arrivait de sortir dehors mais c'était l'une des choses à éviter, il le savait et ne le faisait que lorsque l'insouciance du plus jeune âge endormait au plus profond de lui sa prudence. Pas qu'il le soit vraiment plus méfiant que la normale mais il savait maintenant qu'être à la congrégation était une chance unique qui s'était offerte à lui et que s'il comptait garder autant de liberté que possible, mieux valait se faire oublier. Chose qui n'était pas des plus faciles quand on savait que son nom avait été largement cité en première page du journal de Nosco. Bon le temps avait passé depuis, mais quand même...
Toujours aussi turbulent et enfantin, prêt à faire toutes les bêtises possibles et imaginables, on s'était fait tant bien que mal à sa présence maintenant et même s'il n'avait pas vraiment d'amis, les choses n'allaient pas trop mal pour lui. Quand il recouvrait toute sa conscience d'adulte, il aimait alors s'entraîner au combat et depuis qu'il avait découvert qu'il maîtrisait plutôt bien les armes blanches, le jeune homme s'était mis en tête de retrouver tout ce qu'il savait. Ce n'était pas facile mais son enthousiasme constant lui permettait de s'exercer sans relâche pendant plusieurs heures. Petit rituel quotidien qui finalement ne lui faisait pas de mal puisqu'il lui permettait de se maintenir en parfaite santé physique et surtout d'apprendre à canaliser son énergie plutôt que de sauter constamment partout. Ysmaël n'avait pas vraiment la prétention de devenir le meilleur dans ce domaine-là, il n'y pensait pas tellement, tout comme il ignorait totalement combien de temps il pourrait encore jouer les autodidactes sans avoir l'impression de tourner en rond.

La quête des souvenirs était aussi un moyen de passer le temps pour lui qui n'avait finalement reçu aucune réelle formation et dont le métier futur restait plus qu'incertain. Son parrain ne s'occupait pas beaucoup de lui, sans doute à cause des charges qui pesaient sur lui et peut-être par désintérêt, il n'en savait trop rien et avait cessé depuis longtemps de se demander pourquoi quelqu'un d'autre ne l'avait pas pris en charge. Les autres frères ne semblaient pas non plus très enjoués à l'idée de chercher ce qui pourrait lui convenir, cela impliquait de passer du temps avec lui et généralement on pouvait très vite avoir envie de le jeter par la fenêtre ou dans les bras de son pire ennemi selon le goût et l'humeur du jour de chacun. Bon, Ysmaël ne faisait franchement rien pour essayer de s'entendre mieux avec les autres, il ne comprenait pas vraiment pourquoi on voulait toujours le laisser seul alors que lui, désespéré à l'idée de la solitude totale, aurait parfois tout donné pour rester avec quelqu'un, même s'il fallait rester muet et terré dans un coin. Il le leur avait déjà dit mais ici on ne l'écoutait pas, si bien qu'il lui arrivait de fuir l'atmosphère pesante du sanctuaire à la recherche de choses nouvelles et surtout plus amusantes.
Hier, il ne s'était pas trop ennuyé, vagabondant de ci de là sans aucune idée précise de ce qu'il allait faire. L'heure avait finalement tourné, la nuit était tombée et était passée si vite qu'il s'en était à peine rendu compte, tombant épuisé dans son lit et se lovant dans les draps, les jambes recroquevillées contre lui-même, comme pour sentir encore une présence contre lui et n'être pas terrifié à l'idée d'être là, tout seul.

Il se retourna, dérangé par quelque chose. Une angoisse serra soudain son cœur et il regarda, affolé, tout autour de lui. Non, non, non ! Ce n'était pas possible ! Mais pourquoi ?! Mais qu'est-ce qu'ils avaient fait ? Sans qu'il s'en rende compte, des larmes coulaient le long de son visage, avaient déjà inondé ses joues.

Mes affaires ! Cria-t-il. Oui c'était ses affaires ! Pourquoi est-ce qu'ils y avaient touchés hein ? Ils le savaient pourtant qu'on ne touchait pas à ses affaires, qu'il avait tellement besoin que tout soit conservé selon son ordre et qu'il ne fallait pas y toucher, que c'était strictement interdit. Pourquoi, mais pourquoi est-ce qu'ils avaient fait ça ? Franchement qu'est-ce que ça faisait qu'on ne touche pas à ce qui était à lui ? Ce n'était pas comme ça que ça marchait !

La colère avait presque immédiatement envahi son esprit et perdant le contrôle de lui-même, il se jeta sur tout ce qui pouvait lui passer sous la main pour le fracasser par terre et contre cet ignoble mur bleu. Un classeur se retrouva ainsi allégé d'une bonne partie de ses feuilles ; arrachées, elles jonchaient désormais le sol de leur miettes et il fracassa contre le mur ce qui était resté entre ses mains. Le lit fut sa victime suivante, il en arracha la tenture et le mit sans dessus dessous. Et puis il entendit la voix de sa mère, elle voulait le calmer mais il n'entendait pas ça, il n'y avait plus que son angoisse, sa colère. Il était si hors de lui qu'il se jeta sur elle et la frappa avec ses poings à maintes reprises. Ses cris alertèrent son père qui l'attrapa et lui colla une paire de claque tout en demandant des explications.

On a repeint ma chambre ! Hurla-t-il. Les choses n'allaient pas mieux, même après avoir crié ce qui le rendait fou. Il aurait voulu que tout redevienne comme avant, que les choses n'aient pas bougé, que son ordre soit encore là, il se serait alors senti bien, il n'y aurait pas eu sa crise et...

Kamal se dégagea des bras de son père et commença à le frapper à son tour tout en poussant des cris incompréhensibles. Comment ? Mais comment ? Non ce n'était pas possible, ce n'était qu'un mauvais rêve, ils n'avaient pas fait ça, ils n'avaient pas osé faire ça !

Vous n'aviez pas le droit ! Lâcha-t-il finalement, esquivant les bras de son père qui l'aurait maîtrisé en quelques mouvements. Il préféra s'enfuir plutôt que de rester ici dans ce lieu qui n'était plus le sien, de toute manière il n'avait plus envie de revenir du tout. Il ne reviendrait plus jamais, il ne voulait plus les voir, plus jamais. Jamais !

Pourquoi ?! Le jeune homme, prit d'un sursaut, s'était immédiatement redressé, lâchant ce qui lui venait en tête. Interloqué, il resta immobile quelques secondes, se demandant ce qu'il se passait. Qu'est-ce qu'il faisait là ? Allongé dans son lit alors qu'il était en train de courir et que... Soudain il regarda tout autour de lui. La matinée déjà sur sa fin avait laissé s'infiltrer un demi jour à travers les stores de la fenêtre, si bien qu'il pouvait voir clairement où il se trouvait.
Sa chambre, c'était bien sa chambre... Là, les choses étaient normales, son cœur pouvait arrêter de battre comme un fou, tout était bien à sa place, on n'était pas rentré, personne n'avait touché à ses affaires, on n'avait même pas repeint les murs, ils étaient bien de la bonne couleur, pas de bleu clair, pas de changements.

Pourtant la panique était toujours là. Ce rêve, c'était un souvenir ? Il décida que oui, ça ne pouvait être autre chose ! Mais alors... il était quoi ? Maniaque ? Pourtant, même s'il aimait bien l'ordre, il ne passait pas des heures à ranger... Ou alors peut-être qu'il avait simplement besoin que les choses soient bien là, à la place qu'il leur avait donnée pour que l'ordre qu'il trouve en rentrant soit rassurant et... Il pleurait en silence, il avait peur de ce qu'il venait de se passer. Ces gens-là, c'était bien ses parents ? Est-ce qu'il s'était enfui de chez lui ce jour-là et qu'il n'était jamais revenu ? Pourquoi est-ce que ses souvenirs étaient si courts, si peu liés ? Ils ne donnaient même pas tellement de sens à quoi que ce soit...
Stop ! Il fallait qu'il se change les idées, là, tout de suite, parce qu'il ne se sentait pas bien, il pleurait, il tremblait de froid et de peur. Ysmaël bondit alors hors de son lit, s'habilla après avoir réfléchi quelques minutes à ce qu'il allait mettre puis, il observa une nouvelle fois sa chambre et son affolement revint. Son ordre, son ordre, bon sang son ordre ! Mais c'était quoi son ordre ? Et si cet ordre là ce n'était pas le bon ? Comment est-ce qu'il allait retrouver le bon ? Non, ce n'était pas possible ! Comme fou, il s'empara de son épée, celle qu'il avait réussi à acheter, illégalement parce qu'il n'en avait pas le droit bien sûr... Il adorait cette arme depuis qu'il en avait essayé une lors de l'alerte et il avait alors économisé comme un malade pour en avoir une à lui. Ni une, ni deux, il ne réfléchit pas plus et déboula hors de sa chambre, serrant l'épée contre lui, couru sans savoir où il allait, dépassa l'un des accès aux souterrains, s'arrêta subitement, revint sur ses pas et s'engouffra finalement à l'intérieur.

Toujours obsédé par son souvenir et surtout par la crainte d'être comme dans celui-ci, d'avoir tellement besoin de cet ordre au risque d'en devenir fou, il cavala sans s'arrêter ni regarder derrière lui, choisissant son chemin à l'aveuglette sans trop y réfléchir. Heureusement, il ne croisa pas de créatures car même s'il en avait déjà affronté quelques unes et qu'il était armé, il n'avait pas très envie aujourd'hui de tomber nez à nez avec une horde de ces machins dégoûtants. Complétement essoufflé, il dut finir par s'arrêter pour se reposer un peu.
Et puis soudain il y eut quelques bruits et une voix de femme qui lui parlait de... vachette ? Les lapsus à répétition lui firent oublier pour un temps son angoisse et il se retint de pouffer de rire, se tournant simplement vers la fille qui lui parlait de manière étrange et veillant tout de même à cacher son épée derrière son dos... Bon elle n'était peut-être pas très bien cachée mais il ne voulait pas qu'on la lui confisque !

Un grand sourire sur les lèvres – celui-là il n'avait pas pu le retenir – il observa sans un mot la blondinette râler, refaire sa réplique, changer d'arme et finalement lui demander d'avoir l'air effrayé pour son bon plaisir.

Aaaaah ! Fit-il en exécutant un bond en arrière, la mine presque... terrifiée. Oui il avait dû être comédien dans son ancienne vie ou au moins faire du théâtre parce qu'il savait bien imiter ce genre de truc.

Son regard se plongea dans le sien et il sourit à nouveau, assez gentiment et sans qu'il n'y ait aucune de ses fameuses idées diaboliques derrière la tête, ça ça viendrait plus tard, il comptait d'abord savoir à qui il pouvait bien avoir affaire et le mieux pour ce genre de chose restait encore de se présenter.

Moi c'est Kamal, lança-t-il sur un ton amical, je suis un frère de la congrégation. Et toi ? Et puis pourquoi tu me menaces avec ton arme ? Je ne vais pas te manger ! On n'a pas le droit d'être là, c'est ça ?

Il lui adressa une mine intriguée avec en même temps son petit air de gamin innocent qui se sait rien et qu'on pardonne en général assez rapidement pour une ou deux petites bêtises... Bon avec un peu de chance la fille ne serait pas une brigadière et il n'aurait pas tellement de choses à craindre de sa part, elle n'allait quand même pas lui tirer dessus, là, juste pour le plaisir !
Ysmaël El'Hirajiri
Ysmaël El'Hirajiri
~ Nouvel Arrivé ~


Camp : Congrégation de Joshi
Profession : Frère
Âge réel : Réduit à quelques semaines
Âge d'apparence : Une quinzaine d'années, à vue d'oeil.

Compétences
Mémoire:
Vachette Left_bar_bleue1000/10000Vachette Empty_bar_bleue  (1000/10000)
Compétence principale: Combat à mains nues
Niveau de Compétence: Compagnon

Revenir en haut Aller en bas

Vachette Empty Re: Vachette

Message par Inès Dunkel le Mer 19 Jan - 20:00

Etrange, maintenant que le terrible envahisseur s’était retourné vers elle, Inès lui donnait dix ans de moins. Les personnes aussi jeunes étaient rares, à Nosco. Inès n’était pas arrivée depuis assez longtemps pour s’être enfoncé dans le crâne que l’habit ne faisait pas le moine et que ce jeune homme, là, il pouvait très bien avoir vécu trente ans à Nosco sans avoir pris une ride. Elle ne tirerait pas sur un gosse, tout de même ! Elle rangea presque tristement son arme, avec la déception du chasseur qui ne ramènera pas de gibier ce soir, tandis que son ex-gibier mimait la pucelle effrayée. Et damnés, il le fit si bien qu’Inès se retourna vivement, avant de comprendre qu’il faisait vraiment ce qu’elle lui avait demandé. Ma blonde pouffa de rire, et leva les yeux au ciel : ah bah elle avait l’air maligne ! Entre la vachette et ça… Heureusement que son but n’était pas de faire la belle !
Kamal, hein ? Jamais entendu parler. En tout cas, c’était un bel acteur, entre le cri de terreur et le petit regard de chaton innocent… Congrégation ? Tout s’expliquait. Là-bas, ils aimaient bien porter des masques, à ce qu’on disait…

"- Hum. Inès Dunkel. Rébellion. Je suis désolée, je t’ai pris pour un guildien, et eux, ils ont pas l’droit de trainer là. C’est à nous."

Fit-elle, avec un sourire en coin, et une assurance qui ne se souciait plus de sa stupide réaction. Elle ne se cacherait pas sous la honte, ça n’était pas son genre. Le ridicule ne tuait personne, et surtout pas Inès. Et tant pis si elle avait l’air d’un chienchien à son maimaitre qui aurait défendu le territoire de ce dernier, fidèlement, sans réfléchir. Elle ne se sentait pas d’humeur à réfléchir, à s’occuper des apparences qui, de toutes façons, étaient fichues.
Elle s’accouda dans le vide, à un comptoir imaginaire. On aurait presque pu le visualiser tant elle mimait bien. C’était quelque chose qu’elle avait appris par un autre rebelle : trouver la hauteur adéquate pour le coude, bien placer les hanches, croiser les jambes pour se donner l’air un peu penchée, et hop ! Accoudée dans le vide. Ca permettait de se reposer, au moins psychologiquement, quand on y croyait beaucoup.

- C’est qu’on a pas l’habitude de voir des congrégationnistes dans le coin. Généralement, ils préfèrent rester dans leur sanctuaire à… à faire je n’sais pas coin, d’ailleurs. M’enfin ils s’aventurent pas trop dans les soutabain...… Euh… Souterrains.

Et allez, un lapsus de plus ! Elle baissa le nez, avec uns soupir désespéré.

"- Eeeeuhm bref…. Qu’est-ce que tu fais là ? Enfin, tu peux, hein, t’es pas guildien, je vais pas te descendre… Mais généralement, les gens viennent pas seuls ici. Y a des créatures qui balaient, tu comprends… Euh… qui trainent. Mais à quoi je pensais ?"

Elle haussa un sourcil, avec une petite grimace. Si j’étais un bon geek, je dirais que son expression était l’exacte expression du « what the duck ?! ». Elle colla deux doigts à sa tempe, puis se ravisa : non, elle n’allait pas encore le faire, même si elle en avait vraiment marre. Elle cessa de s’accouder au bar imaginaire,e t reprit une posture convenable.

"- Euhm… Donc… Tu es venu seul ?"
Inès Dunkel
Inès Dunkel
~ Rebelle ~


Camp : Confrérie de la Rébellion
Âge réel : 5 ans
Âge d'apparence : entre 16 et 26

Compétences
Mémoire:
Vachette Left_bar_bleue500/10000Vachette Empty_bar_bleue  (500/10000)
Compétence principale: Armes à feu
Niveau de Compétence: Compagnon

Revenir en haut Aller en bas

Vachette Empty Re: Vachette

Message par Ysmaël El'Hirajiri le Lun 31 Jan - 20:04

La fille dont il venait tout juste de faire la rencontre était vraiment drôle et il ne résista pas à mêler son rire au sien, alors même qu'il ne savait pas à qui il avait affaire et qu'il se demandait encore si on allait l'arrêter, le mettre en prison pour un délit dont il n'avait jamais entendu parler et lui confisquer son arme. A la rigueur qu'on lui fasse un procès pour aller là où il ne fallait pas, il s'en tapait comme de sa première créature mais devoir se séparer de son tout nouveau jouet auquel il tenait bien plus qu'on ne pourrait l'imaginer, il n'en avait pas du tout la moindre envie et il se sentait prêt à se battre pour ça ! Seulement il n'était pas très inquiet, bien que la fille l'ait menacé, elle venait tout juste de ranger son arme et n'avait pas vraiment la tête d'un flic ni de la rapporteuse ou de celle qui allait le punir quoi. Et puis bon, il n'allait pas trembler de peur et se laisser ronger par des soucis imaginaire, l'ambiance était à la détente et la rigolade, tout ce qu'il aimait, alors il n'allait pas s'en priver pour quelques broutilles !
Quand elle lui annonça qu'elle était rebelle, toute trace d'inquiétude s'effaça aussitôt de son esprit, ce n'était pas une rebelle qui allait lui créer des problèmes, surtout qu'elle venait tout juste de lui dire implicitement qu'il avait parfaitement le droit d'être là. Qu'elle clame l'appartenance des souterrains aux rebelles le fit sourire, sans que ce soit légal, ça avait un fond de vérité et à y réfléchir c'était plutôt marrant.
Inès Dunkel. Jamais entendu parler, en même temps il ne connaissait pas tous les membres de la rébellion et Lian ne lui avait jamais trop parlé des autres rebelles. Comme tout Noscoien lambda, il ne connaissait que les personnages éminents du mouvement anti-impérialiste ou ceux qui avaient fait le plus parler d'eux ces derniers temps, il n'avait pas cherché non plus à connaître tout ce petit monde, n'ayant pas de réelle raison de le faire.

Oh, une rebelle ! S'exclama-t-il avec un grand sourire, tu dois bien connaître Lian alors ! Est-ce qu'elle va bien ? Il ne lui est rien arrivé d'embêtant j'espère, je m'inquiètes un peu pour elle avec tous ces brigadiers qui la recherchent... avoua-t-il sans toutefois lui expliquer d'où il pouvait bien la connaître. Peut-être que la jeune femme qu'il considérait comme une mère avait parlé de lui à Inès ou peut-être pas, finalement ils n'étaient pas vraiment proches, ils ne s'étaient vus que trop rarement et la rebelle sans doute trop occupée par le rôle important qu'elle avait au sein de la rébellion n'avait pas eu le temps de prendre de ses nouvelles ni de lui rendre visite, lui-même, pour des raisons que nous connaissons tous, ne pouvant pas le faire. Pourtant, elle lui avait sauvé la vie et elle s'était montrée, avant même de le connaître ni de savoir s'il était un ennemi, si gentille qu'il s'était créé au fond de lui un attachement fort et inébranlable. Lian, c'était la première personne qui avait fait quelque chose pour lui par pur altruisme et à laquelle il s'était lié. C'était aussi grâce à elle qu'il était membre de la congrégation, un de ces rares endroits où l'on pouvait jouir de la plus grande liberté sans se savoir constamment surveillé par la guilde ni attaché à un mouvement trop idéaliste et que l'on pouvait qualifier à juste raison de terroriste, aussi valables leurs idéaux soient-ils.
Peut-être lui donnerait-il son nom de Nosco pour qu'Inès parle de lui à Lian et lui donne quelques nouvelles, il verrait bien comment tournerait cette drôle de rencontre où le conflit et la menace avaient finalement laissé place à la gaité et à la bonne humeur. Mais l'ambiance pouvait encore changer pour un oui ou pour un non, après tout, il ne la connaissait pas.

Amusé par son petit jeu de mime et ses lapsus qui n'en finissaient pas, il prit un air plus détaché, écarta les jambes et les fléchit légèrement pour se donner un air de cowboy et n'omit pas de remettre en place sur sa tête son chapeau imaginaire.

Eh bien m'dame, c'est le goût de l'aventure qui m'pousse à cavaler dans les souterrains. Et puis... j'voulais aussi tester ma toute nouvelle arme !

A ce moment-là, il sortit son alphasword X-2 qu'il avait jusqu'à maintenant cachée derrière son dos et la présenta à son interlocutrice avant de la remettre à sa taille, là où il avait fabriqué un truc spécial pour l'accrocher et la décrocher facilement de sa ceinture. C'était super pratique, surtout lorsqu'il fallait cacher vite fait bien fait l'épée en question derrière son dos parce que légalement il n'avait pas le droit de posséder une telle arme voire une arme tout court en dehors des trucs uniquement alpha. Face à la jeune femme, il n'avait pas grand risque de se faire dénoncer, elle avait sombré beaucoup plus dans l'illégalité que lui et devait se contreficher totalement des lois qui régissaient Nosco depuis qu'elle avait rejoint les bleus.

C'est vrai que la plupart des frères n'ont pas bien le sens du combat en dehors des miliciens mais il n'y a rien de mieux pour s'entraîner en toute tranquillité que les souterrains, répliqua-t-il amusé, persuadé qu'en lui disant ça il ne lui apprenait vraiment rien. D'ailleurs heureusement que tu me donne ta bénédiction pour circuler librement ici parce que j'y passe quand même une bonne partie de mon temps !

Le jeune homme laissa échapper un petit rire, ses yeux brillaient de malice.

En fait d'habitude j'y vais plutôt en journée mais j'ai rêvé d'un souvenir et euh.. il était un peu perturbant alors j'avais envie de me changer les idées, je n'imaginais pas à quel point mon vœu serait exaucé ! S'exclama-t-il.

En effet, la rencontre était riche en surprise et en rebondissements avec cette Inès-là, elle était amusante, il commençait à bien l'aimer, sans doute que c'était le genre de fille aussi casse-cou que lui qui aimait bien faire des blagues et des bêtises à longueur de journée, enfin ce n'était peut-être qu'une simple impression. Ysmaël n'avait pas réellement envie de lui raconter toute sa vie mais la jeune femme était rebelle alors quitte à discuter un peu, autant en profiter pour aborder des sujets qu'il devait tenir secrets vis à vis de tous les autres gens qu'il fréquentait. Il n'en avait parlé qu'à Allan de ses souvenirs et c'était en sachant qu'il n'irait pas le dénoncer ou quoi que ce soit d'autre mais l'homme était trop énigmatique pour qu'il lui apprenne quoi que ce soit de plus ou réponde à ce qui pouvait le perturber et l'obséder. Peut-être qu'avec elle il pourrait en parler un peu et apprendre des choses, poser quelques unes de ses questions, bien sûr la quête il ne pouvait que la faire tout seul et certaines de ses questions, seul lui pourrait ou devait y répondre mais ça n'englobait pas la totalité du sujet et on n'allait pas le fouetter pour vouloir se renseigner un peu.

Je suis venu seul oui et tu peux être tranquille, on ne m'a pas suivi. D'ailleurs même si les brigadiers ne m'aiment pas trop, ils jugent sûrement qu'un gamin comme moi ne peut pas faire de mal à une mouche, tant mieux, j'aime bien les avoir dans les pattes pour leur en faire voir de toutes les couleurs mais pas tout le temps quand même, j'ai quelques petits trucs illégaux à faire dans leur dos !

Il éclata de rire, ces brigadiers quand même ils étaient bien marrants et pas toujours très fins. Enfin même s'il plaisantait là-dessus, vu le train de vie qu'il menait, il pouvait s'estimer chanceux qu'on ne le suive pas ni ne le surveille de trop, son statut de frère rendait bien sûr la chose plus difficile mais quand même, s'il pouvait éviter de devoir jouer les citoyens modèles pendant un bon moment pour qu'on lui fiche à nouveau la paix et qu'il puisse reprendre ses activités, il s'en porterait d'autant mieux.

Et toi, qu'est-ce que tu fais ici en plein milieu de la nuit ? Tu es en mission ?

Sans s'attendre à ce qu'elle lui donne un renseignement très précis – après tout c'était normal si elle se méfiait, il pouvait très bien lui mentir sur toute la ligne et finir par l'embarquer – la jeune femme avait piqué sa curiosité et il se demandait bien ce qu'une rebelle pouvait faire à cette heure-là au beau milieu des souterrains, surtout qu'elle n'avait pas vraiment l'air d'être pressée... Les rebelles ça dormait bien aussi et pas forcément quand le jour se levait après tout !
Ysmaël El'Hirajiri
Ysmaël El'Hirajiri
~ Nouvel Arrivé ~


Camp : Congrégation de Joshi
Profession : Frère
Âge réel : Réduit à quelques semaines
Âge d'apparence : Une quinzaine d'années, à vue d'oeil.

Compétences
Mémoire:
Vachette Left_bar_bleue1000/10000Vachette Empty_bar_bleue  (1000/10000)
Compétence principale: Combat à mains nues
Niveau de Compétence: Compagnon

Revenir en haut Aller en bas

Vachette Empty Re: Vachette

Message par Inès Dunkel le Ven 11 Fév - 21:39

Tiens donc, ce marmot connaissait Lian ! Inès haussa un sourcil. Dans son souvenir, Lian ne lui avait jamais parlé d'un Kamal, ni évoqué cet étrange personnage. Et le souvenir d'Inès était fiable, plus que fiable. Elle adulait Lian au point de se souvenir avec exactitude de ses paroles. Elle se souvenait surtout du "lâche cette pomme" que Lian avait dit... En lui tenant la main ! Sa main sur la sienne ! Juste pour le plaisir de la sentir un peu plus longtemps, mon Inès avait gardé la pomme en main et avait enduré les ongles de la belle dans sa peau...
Hum, excusez-moi, je m'égare, l'esprit d'Inès aussi. Elle finit d'ailleurs par hausser les épaules. Au fond, pas besoin d'avoir beaucoup côtoyé Lian pour s'inquiéter pour elle. Son nom était connu de tout Nosco. De plus, Lian avait tout à fait le droit de ne pas raconter sa vie entière à ses camarades de dortoir... Enfin, Inès était tout de même assez étonnée que ce bonhomme s'intéresse à SA Lian.

"- Tiens, tu connais Lian, toi ? Bah écoute... Elle pète la forme."

Que dire de plus ? Lian, oui, elle allait bien. Ni plus ni moins que d'habitude. En tout cas, Inès n'avait pas relevé de gros changement.
Le bonhomme brandit alors son arme, et Inès se pencha dessus pour l'observer de plus près. Oh, joli, joli. Elle n'était pas experte, mais la seule allure de l'épée laissait deviner qu'elle n'avait pas été fabriquée à l'arrache, pour les nouveaux oubliés, comme celle, de ma blonde, par exemple. En même temps, Inès n'aimait pas trop les armes blanches, donc ce n'était pas sa priorité. En revanche, il faudrait vraiment qu'elle pense à investir dans une arme blanche, parce que là, c'était presque honteux. Elle devait être la seule à avoir une arme aussi... Bref. Les compétences du tireur étaient importantes, certes, mais une arme usée jusqu'à la moëlle qui menaçait de rendre l'âme à chaque tir n'était peut-être pas aussi pratique qu'une arme flambant neuve multifonction avec plus d'endurance... Il faudrait penser à faire les yeux doux à ses camarades pour qu'elles acceptent de l'accompagner "faire les boutiques".
Ysmaël osa prononcer le mot "bénédiction". Bénédiction... Joshi.. Prêtre... Allan...

"- Appelle-moi Allane, et agenouile-toi devant moi !"

Fit-elle, d'un ton léger, un grand sourire aux lèvres. Mais le bonhomme avait déjà enchainé sur autre chose. Un souvenir qui l'aurait perturbé et poussé à venir ici. Ah ? Tiens ! Elle, elle n'avait que très peu de souvenirs... Pas très perturbants. Visiblement, elle avait de la chance...
Elle l'aimait bien, ce petit. Quelqu'un qui n'aimait pas les brigadiers, qui aimait leur en faire voir de toutes les couleurs... Comment ne pas aduler quelqu'un qui lui ressemblait autant ? Peut-être ce Kamal était-il plus grand allié encore qu'Inès pouvait l'espérer... Allié dans quoi ? Cette question ! Dans cette grande quête éternelle de LA bêtise mythique, celle qui resterait dans les annales et changerait peut-être le cours de l'histoire !
Plus sérieusement, Inès croyait avoir trouvé là un bon camarade de jeu. Dommage qu'il soit congrégationniste. Il aurait été rebelle... Les confrères en auraient vu de toutes les couleurs. D'ailleurs, pourquoi Kamal n'était-il pas devenu rebelle ? Il avait l'air d'aimer les...Trucs illégaux ? Inès prit un ton de fausse mère qui gronderait gentiment un vilain bambin.

"- Oh, Kamal, c'est vraiment très vilain de faire des trucs illégaux ! Pour ta peine tu seras privé de... D'épée !"

En un éclair, elle avait bondi pour attraper ladite épée et la retirer de la ceinture de Kamal. Hop, à elle la jolie épée ! Elle s'écarta de quelques bonds, puis s'arrêta, en caressant amoureusement la lame. Elle ne tenait pas tellement à son larcin. C'était principalement fait pour embêter son camarade, voir s'il était du genre à s'agacer facilement, jouer le jeu.

"- Hmm... Oui, j'étais en mission. Enfin, non, je faisais un tour. Enfin, un tour de mission... Enfin... raaah ! Bref, je me baladais !"
Inès Dunkel
Inès Dunkel
~ Rebelle ~


Camp : Confrérie de la Rébellion
Âge réel : 5 ans
Âge d'apparence : entre 16 et 26

Compétences
Mémoire:
Vachette Left_bar_bleue500/10000Vachette Empty_bar_bleue  (500/10000)
Compétence principale: Armes à feu
Niveau de Compétence: Compagnon

Revenir en haut Aller en bas

Vachette Empty Re: Vachette

Message par Ysmaël El'Hirajiri le Jeu 3 Mar - 3:05

Eh mais ! C'est qu'on venait de lui piquer son épée ! Ah ah ! Allons, ne me dites pas que vous y avez cru, un gosse qui tient à ce point à ses affaires, au point d'en être un maniaque compulsif et qui en plus se débrouille de façon plutôt prometteuse au corps à corps ne se serait pas laissé avoir comme ça ! Si ? Mais non mais non, je vous dis que non ! Bien sûr il y avait le risque qu'elle parte avec et elle devait sûrement mieux connaître les souterrains que lui, elle avait les moyens de le faire. Une chapardeuse, une voleuse, la petite Inès, oui elle en avait bien la tête, derrière ses yeux brillants et son air malin. En y réfléchissant bien, elle lui ressemblait pas mal et ils avaient de quoi être de très bons amis ou au contraire se détester. Non, ils n'allaient pas se détester quand même alors qu'à Nosco il y avait si peu de gens comme eux ! Et si dans la ville il y en avait peu, alors il pouvait facilement s'imaginer que la moyenne devait encore plus basse chez les rebelles.
Quelle chance de pouvoir faire une telle rencontre, lui qui désespérait de trouver enfin quelqu'un qui pourrait le comprendre ! C'était dommage qu'elle soit rebelle car ils ne pouvaient rien espérer faire à la surface ou du moins pas ensemble, il ne devait pas se compromettre, il savait bien qu'un jour ce serait le cas mais tant qu'il pouvait encore rester un Noscoien comme les autres, il comptait en profiter et le faire durer autant que possible. Ils ne pouvaient rien faire à la surface parce qu'il savait aussi qu'on chercherait à un moment ou à un autre à lui faire faire une action pro-rebelle et il ne voulait pas s'engager dans ce conflit entre guilde et rebelles, il n'était partisan ni de l'un ni de l'autre et la neutralité totale de la guilde et surtout de son parrain – à moins qu'il ne s'agisse que d'une vulgaire apparence – l'arrangeait bien. Mais peu importait ce genre de petit détail, ils trouveraient bien de quoi s'amuser tout au fond des souterrains, ce n'était pas comme s'il n'y avait rien à y trouver et puis au pire, ils iraient taper sur les créatures.
Le gamin se réjouissait déjà à l'idée qu'une telle amitié puisse se nouer entre eux, bien sûr ils n'allaient pas pouvoir se voir très souvent ni trop régulièrement mais ce n'était pas très grave, ils se débrouilleraient bien pour trouver le temps de faire deux ou trois bricoles ! C'était toujours mieux que rien, cette rencontre n'allait pas changer sa vie mais ça ne l'empêcher de lui donner un tout autre goût, une vue différente. C'était dommage qu'il ne puisse en parler à personne. Ah si la guilde n'existait pas, s'ils vivaient dans un endroit avec moins de lois, s'ils étaient moins surveillés, il pourrait parler de cette rencontre à quelqu'un et s'en amuser. Il y avait bien les congrégationnistes mais il ne serait jamais certains de leur silence. En tout cas il était heureux de ne pas s'être présenté sous son vrai nom, si on arrêtait Inès, qu'on posait trop de questions ou qu'elle était trop bavarde, ils ne le retrouveraient pas comme ça. Bien sûr un gosse avec la peau mate et les cheveux noirs ça ne passait pas inaperçu mais un Kamal qui se disait de la Congrégation, il avait presque envie que la chose arrive pour rire au nez des brigadiers. Lui, fréquenter des rebelles ? Ah ah quelle idée, franchement. D'accord Lian lui avait sauvé la vie mais ce n'était pas une raison pour se mettre au service de ceux que l'on considérait comme des terroristes. Après tout, il était bien congrégationniste alors que l'attaque venait sans doute d'une défaillance du système, n'était-ce pas une forme de pardon ?

Amusé de ce vol qu'il avait plus ou moins laissé faire puisqu'il n'avait pas cherché le moins du monde à s'en défendre, il s'avança de quelques pas, lentement, un sourire sur les lèvres, le regard confiant. Croyait-elle vraiment qu'il allait laisser un tel acte impuni ! Oh la loi il s'en fichait bien quand les autres n'y obéissaient pas et dans leur cas, ce n'était sûrement pas une rebelle qui allait protester !

Des trucs illégaux, ouais, mais ce n'est pas moi le plus coupable dans l'affaire ! S'exclama-t-il en lui lançant un regard pétillant.

Et puis il s'était encore avancé, un tout petit peu, à vrai dire ils n'étaient ni très loin l'un de l'autre ni très proches non plus. La distance parfaite pour entretenir une conversation ou bien... Sans prévenir il lui sauta dessus, ne cherchant pas à lui arracher sa merveilleuse épée des mains mais plutôt à lui piquer quelque chose à laquelle elle devait forcément tenir : son arme à feu ! Et pas l'alpha, celle qui pouvait tuer si facilement, il suffisait de presser la détente et boum, plus d'Inès ! Pour sûr les guildiens en auraient été heureux mais ce n'était pas le but, il n'avait pas l'intention de tuer un être humain, qu'il soit ami, ennemi ou alien. Quant aux créatures, elles ne montraient aucun signe d'humanité alors pas de quartiers !
Le jeune congrégationniste avait été rapide,il avait sauté sur l'arme dont il avait repéré depuis longtemps la place et imaginé la manière de la lui dérober depuis qu'elle avait pris son épée. Il s'était agenouillé presque aussitôt, histoire d'éviter la lame si elle cherchait à se défendre avec et une fois qu'il avait senti la crosse dans sa main, il s'était éloigné en courant, pas très loin, juste pour être hors de la portée de la lame qu'il avait pris un soin particulier à aiguiser.

Eh bien, nous voilà quittes maintenant ! Lança-t-il d'une voix rieuse.

Oh ce n'était pas vraiment œil pour œil, dent pour dent mais c'était bien le moyen le plus simple de la taquiner. Il manipula un instant la précieuse entre ses mains qui n'avait l'air plus toute jeune, juste pour la narguer un petit peu. En tout cas c'était la première fois qu'il tenait une vraie arme à feu entre ses mains, pas des petits machins alpha qu'on fournissait à chaque arrivée mais ça il se gardait bien de le lui dire.
Comment réagirait-elle ? Si elle voyait là une guerre déclarait, sûr qu'il serait vexé et ne trouverait pas ça très drôle, il n'avait pas non plus envie de se battre, peut-être un autre jour mais pas aujourd'hui, ils avaient peut-être d'autres choses à se dire, non ?

C'est pas trop mon truc les armes à feu, avoua-t-il, le regard rivé sur l'arme mais pas trop baissé au cas où qu'elle décide de lui sauter à nouveau dessus.

Il n'avait jamais vraiment tiré et bizarrement ce type d'arme lui faisait peur tout en exerçant sur lui l'envie d'apprendre à s'en servir. Pourtant une arme blanche, ça pouvait être bien plus redoutable, ça pouvait couper des morceaux, faire une véritable boucherie tandis que les armes à feu ne laissaient qu'un petit trou. Bon d'accord ça dépendait des balles mais ça restait quand même... assez propre.
Quoiqu'il arrive, il ne tenait pas spécialement à garder l'arme trop longtemps entre ses mains, il savait bien qu'un jour il craquerait et demanderait à quelqu'un de lui apprendre mais il sentait que ce n'était pas encore le moment et puisqu'il était enfermé et dans son corps de gosse et dans cette étrange cité pour pas mal d'années si ce n'était l'éternité, il avait largement le temps de s'y mettre. S'il mourrait ou partait avant, eh bien ce serait tant pis.

Un bruit lointain attisa son attention et il se figea, attendant de voir si quelqu'un ou quelque chose allait débarquer mais non, rien de spécial, ce n'était qu'un écho, quelque chose qui venait de trop loin pour les atteindre immédiatement. Cela lui fit penser à regarder son portable et oh c'est qu'il avait dû s'enfoncer assez loin et que l'heure était bien avancée.

Bon c'est pas tout mais... il est sacrément tard, enfin tôt, vu l'heure ouais on peut dire que c'est tôt. Il va falloir que je rentre avant que les verts se lèvent si je veux dormir un petit peu et puis qu'on me laisse tranquille, y a quelques tâches du jour que je compte bien sécher !

Sans attendre vraiment de réponse il s'avança vers elle. Et puis toi aussi tu m'as l'air toute fatiguée.

D'un geste amical, il lui tendit son arme pour récupérer la sienne et l'échange se fit sans encombre. Ce qui faisait son assurance ? Il ne se sentait pas si désarmé que ça et la petite ignorait qu'il portait quelques couteaux sur lui, de quoi pouvoir se défendre un minimum, pour le reste il y avait son agilité et sa fortune.

Oh et tu pourras dire à Lian que son petit congrégationniste aimerait bien de ses nouvelles et même la revoir ? Elle sait comment me contacter de toute manière.

Le jeune homme la regarda en souriant, soudain il se demanda si elle pensait qu'il n'était qu'un gosse ou si elle ne se fiait pas aux apparences. Peut-être qu'il lui poserait la question un jour, s'ils se revoyaient.

J'espère qu'on se reverra, je suis enchanté de t'avoir rencontré Inès Dunkel, ajouta-t-il tout en gratifiant son invitation d'un charmant baisemain. Bon venant d'un homme à l'allure de gosse ça devait être plus ridicule que vraiment touchant mais ça faisait partie du masque d'homme galant qu'il venait tout juste de revêtir. Quelques paroles de plus et ils se seraient presque retrouvés dans un roman courtois.


[Je suis allé un peu vite mais si ça ne te va pas, tu sais où me trouver ^^]
Ysmaël El'Hirajiri
Ysmaël El'Hirajiri
~ Nouvel Arrivé ~


Camp : Congrégation de Joshi
Profession : Frère
Âge réel : Réduit à quelques semaines
Âge d'apparence : Une quinzaine d'années, à vue d'oeil.

Compétences
Mémoire:
Vachette Left_bar_bleue1000/10000Vachette Empty_bar_bleue  (1000/10000)
Compétence principale: Combat à mains nues
Niveau de Compétence: Compagnon

Revenir en haut Aller en bas

Vachette Empty Re: Vachette

Message par Inès Dunkel le Dim 13 Mar - 0:15

"- Allez, rends-moi ça !"

Avait-elle dit, un fin sourire aux lèvres. Le ton de sa voix trahissait tout de même qu'elle n'avait pas le coeur à se battre pour ça. Son regard avait lui-même quelque chose de fatigué. Ce n'était pas l'heure, et elle commençait à sentir les effets de sa frayeur de tout à l'heure et de la course qui avait suivi.
Inès trouvait un peu étrange que l'on puisse préférer les armes blanches aux armes à feu. Une méthode de combat barbare et arriérée. Les armes de tir étaient modernes, rapides, efficaces, presque propres. Tout dépendait des munitions utilisées. Inès avait entendu dire qu'on utilisait parfois des mini-bombes. Et ça, ça devait être assez sympathique. Imaginez, vous tirez, et l'autre en face explose ! Pas très agréable pour lui, mais l'effet produit sur ses camarades devait aussi être assez beau à voir...

"- Ah ? Moi j'aime bien ! C'est ce que je maitrise le mieux ! Puis j'aime pas être trop près des adversaires..."

Elle afficha une petite moue, puis écouta son camarade annoncer l'heure, et parler des "verts"... Tiens, ils avaient des tâches à faire, ceux-là ? Inès avait une certaine image d'eux. Des gens relativement oisifs, qui s'occupaient parfois un peu des ondes alpha et avaient choisi la neutralité pour avoir la paix, et surtout n'avoir rien à faire. Etre indispensable sans bouger le petit doigt et en risquant le moins possible sa vie. Qu'il était bon d'être congrégationniste ! Seul le petit Kamal échappait au jugement d'Inès en ce sens, car ce n'était pas un "vrai" congrégationniste. Il désobéissait, il faisait des "trucs" illégaux... Quelqu'un de bien, quoi !

"- Essaye pas de me faire croire que les congrégationnistes font autre chose que cultiver des fleurs ! Bonne n...mat...journée, Kamal !"

Il lui rendit son arme, elle lui redonna la sienne. Un échange tout simple, comme s'il avait été écrit à l'avance. Comme s'ils l'avaient convenu ensemble, par télépathie. Comme s'ils s'étaient compris sans un mot. Un lien les unissait-il...? C'était bien tôt pour le savoir, mais ces deux-là avaient au moins trouvé en l'autre quelque chose: déjà, ils se savaient futurs camarades de mauvais coup.
Comment organiseraient-ils cela ? Par mail, sûrement. Il faudrait demander celui de Kamal à Lian.

"- Ne t'en fais pas, je lui demanderai..."

Fit-elle avec un sourire amusé qui promettait bien des choses. Elle le laissa lui faire un baisemain, et cacha derrière le bout de ses doigts un fin sourire amusé, avec un petit rire de précieuse qu'elle faisait fichtrement bien. Oui, elle aussi savait jouer la comédie.

"- Oh... Hihi... Je suis également ravie d'avoir fait votre connaissance... Puisse la fortune guider vos pas sur le chemin de l'illégalitude !"

Elle l'abandonna. Pas vraiment à cotnrecoeur. Envie de se reposer et certitude qu'ils se reverraient n'y étaient pas pour rien.
Inès Dunkel
Inès Dunkel
~ Rebelle ~


Camp : Confrérie de la Rébellion
Âge réel : 5 ans
Âge d'apparence : entre 16 et 26

Compétences
Mémoire:
Vachette Left_bar_bleue500/10000Vachette Empty_bar_bleue  (500/10000)
Compétence principale: Armes à feu
Niveau de Compétence: Compagnon

Revenir en haut Aller en bas

Vachette Empty Re: Vachette

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum