anipassion.com

Silvio, une salle bleue et des armes, mais ni bougies, ni violons.

Aller en bas

Silvio, une salle bleue et des armes, mais ni bougies, ni violons. Empty Silvio, une salle bleue et des armes, mais ni bougies, ni violons.

Message par Allan Cadmun le Sam 22 Jan - 23:45

En fouillant dans les messages envoyés d'Allan, un univers fabuleux se déroulait, à la manière d'une corbeille à papiers où chaque boulette de papiers froissés serait riche de secrets, et en ôtant les mollards éventuels et autres mouchoirs sales qui viendraient ternir ce subtil tableau métaphorique.

De : Allan Cadmun
A : Silvio Anthelmios

Objet : Aucun

Bonsoir,

Touché par l'intérêt évident que vous portiez dans la transmission de votre savoir des armes, je gage que vous serez ravi d'apprendre que vous êtes aimablement convié à faire profiter la Congrégation de Joshi de vos prestations qui, je n'en doute pas, sauront concilier ponctualité, pédagogie et discipline. Nous vous attendons à 17h20 dans la salle bleue, demain soir. Je sais que vous auriez préféré la rouge, mais celle-ci n'est pas compatible avec une séance d'entraînement au maniement des armes alpha.

Vous serez honoré du privilège de pénétrer dans le Sanctuaire de Joshi mais ne me remerciez pas.

A.C.

P.S. : Si vous avez comme je le suppose une conscience au moins vague des répercussions désastreuses que pourrait avoir votre messéance passée sur le mariage de votre respecté supérieur avec la délicate Artèmîa, précédemment l'une des Sept, vous n'ignorerez pas la présente requête.

Allan Cadmun avait grandi à vieille école, et assumait sans complexe d'ajouter des post-scriptum à ses mails, quand bien même il aurait suffi d'un clic pour en supprimer l'usage.

Un brin revanchard mais consciencieux, le haut prêtre avait véritablement fait préparer la salle bleue. Dans un style épuré, la dit-salle était désespérément bleu, d'un azur doucereux douloureusement touchant pour qui se remémorait la teinte délicate du ciel qui ne pouvait sourdre jusque dans les tréfonds du Sanctuaire. Sur le mur du fond, des cibles avaient été placées, chacune dotée en des emplacements stratégiques de détecteurs à onde alpha, sans quoi on pouvait aisément se prétendre le meilleur des tireurs et tout ficher dans le sol à trois mètres. Stratégie qui aurait pu faire ses preuves si les créatures n'avait pas été si désespérément dépourvues d'humour.

Suivait donc un mail d'Allan Cadmun à lui-même, dans lequel il se rappelait à lui-même de relire la page 24 des mémoires de Mely, message sans grand intérêt pour quiconque d'autre que l'intéressé.

De : Allan Cadmun
A : Mailing-list "Frères"

Bonsoir,

Dans le cadre de la (re-)mise à niveau des membres du Sanctuaire en auto-défense, et plus précisément dans la maîtrise des armes alpha, vous êtes conviés à une séance d'entraînement se déroulant dans la salle bleue à 18h précise.

Sont dispensés par la présente requête tous les miliciens en exercice, bien qu'ils ne soient pas dispensés de leur propre entraînement. Toute personne ayant déjà effectué plus de trois entraînements ce mois-ci est également dispensé.

Pour toute dérogation supplémentaire, contacter l'intendance.

A.C.

Un lecteur attentif remarquera deux choses dans cette remontée d'informations enfouies. La première étant que ce mail-ci précédait celui à Silvio Anthelmios de plusieurs heures, ce qui amène à la conclusion suivante : Allan Cadmun se moquait comme d'une guigne du planning et des dispositions éventuelles du Guildien. La seconde plus sournoise, naissait de la rancœur qu'avait conçu le haut prêtre à se voir impunément ruiner une soirée. En décalant volontairement les horaires de la séance, il se vengeait à sa façon du gaspillage de temps causé par Silvio Anthelmios.

Enfin, pas tout à fait, mais Allan Cadmun était rarement en reste en matière de vengeance, et il était redoutablement patient. Il va de soi que le haut prêtre ne se présenta pas dans la salle bleue le jour dit, ni à 17h20, ni à 18h. Après tout, quelques caméras bien placées suffisait amplement pour surveiller la scène.
Allan Cadmun
Allan Cadmun
~ Haut-Prêtre de Joshi ~


Camp : Congrégation de Joshi
Profession : Haut prêtre
Âge réel : 160
Âge d'apparence : 38

Compétences
Mémoire:
Silvio, une salle bleue et des armes, mais ni bougies, ni violons. Left_bar_bleue10000/10000Silvio, une salle bleue et des armes, mais ni bougies, ni violons. Empty_bar_bleue  (10000/10000)
Compétence principale: Ondes alpha
Niveau de Compétence: Maître

Revenir en haut Aller en bas

Silvio, une salle bleue et des armes, mais ni bougies, ni violons. Empty Re: Silvio, une salle bleue et des armes, mais ni bougies, ni violons.

Message par Silvio Anthelmios le Jeu 27 Jan - 0:34

Allan Cadmun. Le Commandor tout neuf qu'était Silvio l'avait presque oublié. Un soupir lourd d'agacement lui échappa, alors qu'il lisait le mail, avec une main pour soutenir une tête bien lourde. Il avait faim, soif, sommeil. Surtout sommeil, d'ailleurs. Tout à l'heure déjà il avait piqué du nez devant son écran d'ordinateur. C'est qu'il avait repris le flambeau depuis quelques jours à peine et la transition était compliquée. Il n'avait pas encore les habitudes de ce vieux loup de mer qu'était Wienfield. Souvent, d'ailleurs, il l'appelait, pour savoir ce qu'était ça, ou ça, et s'il était correct de faire ça. Pire qu'un élève, certes, mais il tenait à bien faire. Au fond, ce n'était pas comme une simple promotion de brigadier à brigadier d'élite... Il espérait juste pouvoir rattraper le sommeil perdu la prochaine nuit.
Il avait presque fini son travail "du jour", celui qu'il devait faire impérativement avant de se laisser tomber de fatigue. Mais il avait eu la maudite idée de vérifier sa boîte mail. Et bon sang, Cadmun... Que pouvait-il lui vouloir ? C'était fini, cette histoire de dîner, oubliée, pfouit, envolée ! Enfin, c'était ce dont était persuadé Silvio avant la lecture de ce mail. Mais visiblement, il s'était fourvoyé sur la nature d'Allan. Certes, le vieux corbeau détestait perdre son temps, mais visiblement il était prêt à perdre celui d'envoyer un mail pour le plaisir d'une vengeance.
En temps normal, Silvio aurait sûrement accepté cette requête de bon coeur, mais ce simple post-scriptum rendait impossible toute tentative de fraude. Allan avait dû apprendre l'intérêt que Silvio portait à la réussite de ce mariage. Sans doute était-ce Artèmîa qui l'avait vaguement évoqué... Fichtre ! 17h20 ! Il s'en serait passé... Il avait du travail, lui ? Comment allait-il rattraper ça ? Et son sommeil, bon sang ! Visiblement, être Commandor, c'était n'être plus humain. Grmpf, la poisse... Dire qu'il n'avait pas le choix. Il faudrait expliquer à Allan que, comme tout le monde, Silvio avait des journées de 24h, pas plus.
Bon, eh bien ça n'était pas demain la veille qu'il rattraperait son sommeil. Agacé, il referma son ordinateur. Maudit Allan...

Il trépignait, piétinait. Bon sang, que faisaient-ils ? Il ne s'était tout de même pas déplacé pour rien ! Sa main grattait le pommeau d'Hawa pour se détendre. A vrai dire, l'épée était sans doute plus détendue que lui. Sa mâchoire crispée et le regard dur qu'il baladait sur la pièce laissaient deviner que si Allan arrivait avec la charmante idée de lui dire que c'était une plaisanterie, mon Commandor se chargerait personnellement de lui retirer sa tête. Dans la sienne, il comptait les secondes. Non pas les secondes avant une hypothétique heure à laquelle il devrait partir, mais plutôt les secondes qu'Allan lui faisait perdre. Il tenait à les retenir, à les lui faire sentir.
Très sincèrement, Silvio était de mauvais poil.
Et bien qu'il ne soit pas du genre à s'énerver facilement, bien que sa patience soit grande, elle avait tout de même ses limites. Mon Commandor était déterminé pour sortir de la salle et aller frapper quelqu'un lorsqu'il entendit des pas dans le couloir. Ah, quelqu'un ? Il cessa de tourner en rond, s'arrêta, fixant la porte. Oh, un élève... En retard... Comme les autres... Ca commençait bien. Les Congrégationnistes étaient tous assez orgueilleux pour se croire tout permis ?

"- Bonsoir. Dites-moi, vous êtes venu seul ?"grogna-t-il, avec toute la chaleur d'un iceberg (ou d'Anna Heidelberg), en dévisageant l'individu, comme un malheureux vase mis aux enchères...

_________________
Silvio, une salle bleue et des armes, mais ni bougies, ni violons. 562433SIGNETURE
Spoiler:

Silvio Anthelmios
Silvio Anthelmios
~ Commandor ~
Section Anti-Terroriste


Camp : Guilde Impériale
Profession : Second de Judikhael Wienfield
Âge réel : 30années
Âge d'apparence : vingt

Compétences
Mémoire:
Silvio, une salle bleue et des armes, mais ni bougies, ni violons. Left_bar_bleue1500/10000Silvio, une salle bleue et des armes, mais ni bougies, ni violons. Empty_bar_bleue  (1500/10000)
Compétence principale: Armes blanches
Niveau de Compétence: Maître

Revenir en haut Aller en bas

Silvio, une salle bleue et des armes, mais ni bougies, ni violons. Empty Re: Silvio, une salle bleue et des armes, mais ni bougies, ni violons.

Message par Tobias Horvath le Lun 4 Avr - 1:23

[HJ: ce n'est plus d'actualité, mais on me dit de poster alors je poste x)]


Si le petit blondinet était un peu considéré comme d’une agressivité frappante, près à injurier le moindre individu ayant le malheur de se trouver un peu trop près de son champ de vision, il n’était pas un être violent. Il méprisait cet acte, ce sentiment de perte d’humanité envers ses semblables. S’il se montrait froid et acide envers les gens, ça ne signifiait par pour autant qu’il était celui qui lèverait la main, bien au contraire, il était même, très probablement, celui qui s’interposerait, cédant rapidement aux émotions dans ce genre de situation. Il n’aimait pas voir les autres se blesser ou souffrir d’une manière ou d’une autre, même s’il n’était pas très attaché à ces derniers. C’était sans doute pourquoi il n’était pas brigadier ni guildien. Il fuyait les combats comme la peste. Était-il stupide ou simplement trouillard ? La balance penche plutôt pour la deuxième option. Mais, trop orgueilleux, pour rien au monde il n’en ferait part. Bref, c’était son petit secret, qu’il n’osait même pas murmurer la nuit, aux étoiles qui plafonnait le ciel d’un drap étincelant.

Mais apparemment, il ne s’entrainait pas assez, et on le lui reprochait. Non fanatique, il évitait tout ce qui était une arme de près ou de loin. Et bien que le dernier message d’Allan l’eut plus qu’embêter, il se convainquit qu’il ne s’y présenterait pour rien au monde. Du moins jusqu’à ce qu’une petite boule d’énergie sur patte ne décide, elle, de s’y présenter. Exaspération, agacement. Il n’allait tout de même pas le laisser aller se faire massacrer et compter ses ecchymoses en entrainement, si ? Était-il à ce point indifférent ? Absolument ! Ah ! Du moins voulait-il s’en convaincre...

C’est quand même à cause de cette petite boule d’énergie sur pattes qu’il se vêtis légèrement, tout de blanc, un peu comme à son habitude, pour se présenter très en retard, ma foi, à la salle rouge, croisant le chemin de son petit camarde frère dans un détour de couloir, lui souriant comme s’il lui indiquait, ou suppliait, qui sait, de l’accompagner. Il le laissa toutefois le rattraper, comme s’il avait été vaguement et soudainement mal à l’aise de se retrouver en sa présence, sans réellement prendre conscience des sentiments qui l’habitaient envers le petit être du même âge apparent que lui.

Et pouf, aussitôt qu’il eut mis pied, aussitôt il songea qu’il n’aura pas dû se lever en ce matin pourtant plus sympathique que lui-même ne pouvait l’être. Pas sitôt fait qu’on l’attaqua de plein front, verbalement se faisant, le laissant momentanément buté dans son incapacité de répliquer dans l’immédiat. Mais c’était quoi, ce ton de reproche ? Il n’avait qu’à arriver en retard aussi, tien, si c’était ce qui l’agaçait ! Après, ce n’était pas son problème.


« Non.» marmona-t-il, vaguement agacé, passant outre le fait qu’il se tenait debout devant lui, le contournant sans autre forme de procès, ne trouvant rien pour horripiler l’autre pour le moment si ce n’était que de le laisser bêtement planter là sans s’occuper de lui.

*Braves Guildien ! Fais ton boulot, va ! Laisses-moi donc faire le mien, petite pitoyable marionnette...* se laissa-t-il pensé alors qu’il dardait son regard sur l’entrée, attendant sagement que Ysmaël ne l’ait rejoint pour... enfin, pour se faire réprimander pour son retard, peut-être ? Nota-t-il aussi que Allan n’avait pas consentit à leur faire honneur de sa présence... Il ne s’en étonna pas outre mesure, comme s’il s’y était attendu.

Tobias Horvath
Tobias Horvath
~ Frère de la Congrégation ~


Camp : Congrégation de Joshi
Profession : Frère de la Congrégation
Âge réel : 53 ans
Âge d'apparence : 14 ans

Compétences
Mémoire:
Silvio, une salle bleue et des armes, mais ni bougies, ni violons. Left_bar_bleue5000/10000Silvio, une salle bleue et des armes, mais ni bougies, ni violons. Empty_bar_bleue  (5000/10000)
Compétence principale: Monde de Nosco
Niveau de Compétence: Maître

Revenir en haut Aller en bas

Silvio, une salle bleue et des armes, mais ni bougies, ni violons. Empty Re: Silvio, une salle bleue et des armes, mais ni bougies, ni violons.

Message par Ysmaël El'Hirajiri le Sam 14 Mai - 19:25

Le combat, la lutte, vaste monde dans lequel Ysmaël était un poisson dans l'eau lui prenait beaucoup de temps dans ses entrainements qu'il avait commencé à faire peu à peu avec les miliciens bien qu'il ne soit pas l'un d'entre eux et qu'il se refuse à en faire partie un jour ou du moins dans un proche futur. C'était l'un des rares moments où sa concentration prenait le pas sur sa turbulence et où il était sans doute plus sérieux que la moitié des gens présents. Un entraînement journalier qui le mettait toujours en joie et depuis son arrivée on avait pu constater sa progression à vue d'œil, de jours en jours.
Il y avait cependant cet amour pour les livres et la lecture qui l'avait conduit à diminuer son ardeur et à se consacrer pleinement à cette autre passion qui lui prenait souvent un bon moment de ses après-midi et le soir avant de se coucher, quand il ne décidait pas à écrire un peu sur son ordinateur, une activité qu'il trouvait aussi plutôt plaisante.

La vie du jeune congrégationniste était donc bien rythmée et lorsqu'il lui restait du temps il partait à l'aventure à l'extérieur, que ce soit en surface ou dans les sous-sols désaffectés, heureux de se livrer à ses petits jeux d'enfant et autres turbulences. Mais quand l'e-mail de son adoré parrain et accessoirement haut prêtre de la congrégation arriva dans sa messagerie, il n'eut pas le moindre mal à libérer un peu de son temps pour aller à cet entraînement dont il était selon les conditions dispensés mais qu'il ne voulait pas manquer le moins du monde. Un grand sourire s'était dessiné sur ses oreilles et il se réjouissait d'avance de ce qu'il allait pouvoir faire même s'il ne savait pas qui allait les entraîner, sans doute un haut gradé de leur milice.
A la fois rêveur et enjoué, il lui était venu à l'idée qu'il pourrait peut-être y emmener Tobias, bon d'accord le combat n'était pas trop son truc et il était sûrement obligé d'y aller étant donné qu'il ne devait pas faire beaucoup d'entraînements mais il ne voulait pas prendre le risque qu'il se désiste au dernier moment ou qu'il trouve une excuse pour s'en faire dispenser. Le mignon blondinet lui avait plus ou moins permis de découvrir le monde merveilleux des livres et ils avaient discuté plusieurs fois à propos de leurs lectures. Il était facile de le trouver puisque Tobias était presque toujours à la bibliothèque la journée. Malheureusement le lieu extrêmement silencieux n'invitait pas aux discussions passionnées et il fallait sans cesse chuchoter. Ysmaël aimait bien le silence de ce lieu mais il aimait encore plus discuter avec son ami et n'avait jusqu'à maintenant pas osé l'inviter à aller quelque part ou à venir dans sa chambre. L'excuse de la rencontre dans la bibliothèque lui allait très bien pour parler un peu, jamais aussi longtemps qu'il n'aurait voulu mais tant pis, il avait trop peur d'essuyer un refus et s'imaginer qu'après, sans doute, ils ne s'adresseraient plus la parole, le paralysait.
Le gamin eut quand même le cran de lui demander de venir à l'entraînement et après quelques hésitations, il réussit finalement à le convaincre. C'était génial, il allait pouvoir lui faire connaître une autre de ses passions, lui montrer qu'il était un grand combattant ! Il avait autant envie de l'impressionner que de s'occuper de lui et de veiller à ce qu'on ne lui fasse pas de mal, il ne voulait pas récupérer un Tobias tout cassé non plus ! Bien qu'il aurait alors eu une très bonne excuse pour s'occuper de lui...

Le lendemain arriva bien vite et la journée passa à la même allure tant il finissait pas être facilement occupé par tout ce qui le passionnait, il constatait même qu'il avait une excellente mémoire et que bien souvent il retenait la plupart des choses à la simple première lecture. Aussi quand il faisait quelques recherches, il ne prenait que quelques notes et ne les relisait pas très souvent.
Le gamin était retourné dans sa chambre peu de temps avant, il en avait profité pour mettre des vêtements appropriés au sport et surtout au combat mais cette fois il s'était attardé pour se recoiffer, comme si c'était très important d'avoir les cheveux en ordre pour aller faire un sport qui les dérangerait sans doute à nouveau.

A peine se mit-il en direction de la salle bleue qu'il croisa Tobias et s'empressa de le rejoindre après l'avoir interpellé pour l'avertir de sa présence. Son compagnon semblait un peu effrayé par l'entraînement mais ravi de le voir ce qui agrandit le sourire déjà présent sur ses lèvres. Le gamin tout en marchant à ses côtés en profita alors pour essayer de le rassurer un peu et lui promettre qu'il veillerait à ce qu'on ne lui fasse pas de mal, de toute façon ce n'était pas le but de l'entraînement. Il savait bien secrètement que si l'entraîneur ou n'importe qui était un peu trop brutal avec lui il n'hésiterait à courir à son secours et à le défendre. C'est bien comme ça que se comportent les amis entre eux, n'est-ce pas ?
Le chemin ne fut pas long et lorsque Tobias, qui était passé devant lui, poussa la porte, ils se retrouvèrent nez à nez avec... Silvio Anthelmios, le nouveau commandor de la brigade anti-terroriste ! Qui était en passant son formateur aussi. Oh c'était drôle qu'Allan l'ait engagé pour faire leur formation, en tout cas il était content de le voir, il savait que c'était un bon combattant et qu'il aurait toujours des choses à leur apprendre.

Oh mais c'est le lèch... Silvio ! Souffla-t-il si doucement qu'on ne dut pas l'entendre, comme s'il parlait pour lui-même.

Enfin content. Il l'était jusqu'à ce que celui-ci ouvre la bouche. Non mais c'était quoi ça ? Le gamin fronça les sourcils en entendant la remarque presque désobligeante dans son ton qu'il faisait à Tobias. Mais il se prenait pour qui ? Il pouvait bien parler comme il voulait mais s'adresser comme ça à Tobias ! Cela le mit de mauvaise humeur et il lui fallut tout son sang froid et toute sa raison pour s'empêcher de lui répliquer quelque chose de méchant, la peur que cela déplaise à Tobias avec qui il ne s'était jamais montré ainsi fit le reste.
Il avait envie de serrer Tobias dans ses bras pour le consoler et lui dire que de toute façon cet homme-là n'était pas très très agréable et que surtout c'était un lèche-botte et que maintenant qu'il n'était plus commandor, il devait s'occuper des chaussures du haut commandor et des hauts conseillers. Beurk. Et puis après il valait mieux ne pas l'embrasser, sa bouche devait avoir un horrible goût de terre.

Ysmaël s'avança à son tour et se planta en face de Silvio, regardant un peu longuement son compagnon s'éloigner avant de porter son attention sur l'entraîneur du jour.

Bonsoir Silvio ! Je suis content que ce soit toi qui nous entraîne, je voulais justement t'écrire pour te demander une nouvelle formation. Je crois que les autres arrivent. Il jeta un coup d'œil à sa montre. De toute façon on est arrivé un peu en avance, dans cinq minutes je pense...

Le gamin dévisagea un instant le commandor. Mais pourquoi donc faisait-il cette tête et avait l'air de si mauvaise humeur ? S'il n'était pas content d'être là, il n'avait qu'à pas la faire cette formation et puis s'il avait passé une mauvaise journée, ce n'était pas une raison pour être comme ça avec les autres, enfin les autres ils s'en foutait. Ce n'était pas une raison pour parler comme ça à Tobias, lui il n'avait rien fait, c'était un ange.

J'en profite du coup, j'aurais bien aimé que tu m'inities aux armes à feu, les armes blanches et le corps à corps je maîtrise bien mais ça... la seule que j'ai touchée c'est celle qu'on m'a donné à mon arrivée et encore... à peine !

Il avait bien sûr emporté avec lui son alphasword X-2, elle trônait fièrement à sa hanche mais l'occasion était trop parfaite pour qu'il ne saisisse pas l'opportunité que cette petit formation lui offrait. Et puis, il fallait l'avouer, c'était une excuse pour emmener Tobias avec lui, bon d'accord, il ne se montrerait pas très brillant – à moins d'avoir des compétences cachées aussi ou qu'il ait la chance du débutant – mais au moins ainsi il pourrait l'éloigner des combats au corps à corps et il ne pourrait pas se blesser. En plus ils pourraient peut-être tirer l'un à côté de l'autre, ce serait bien... il en profiterait pour discuter avec lui.
Puis le petit Ysmaël s'approcha de Silvio pour lui souffler une dernière chose.

Mais tu pourrais être plus gentil avec Tobias, je te défends de lui reparler comme ça ! Si tu as un problème avec lui, nous on repart, chuchota-t-il d'une voix méchante et ferme, bien loin de la petite plaisanterie.

Il se voyait bien aussi convaincre les autres qu'il ne fallait pas venir et puis finalement enfermer Silvio dans la salle bleue s'il continuait à être si désagréable, surtout envers Tobias. Ce serait amusant, ça le ferait beaucoup rire et voilà qu'il l'aurait vengé !
Un petit sourire se dessina sur ses lèvres et ses yeux brillaient, preuve irréfutable qu'il était sérieux, qu'il avait une idée derrière la tête et que celle-ci l'amusait autant qu'elle serait malheureuse pour la victime en question. Petit diable. Comme il méritait bien ce surnom !

Le gosse s'éloigna finalement pour rejoindre son ami en souriant, prêt à tout pour le mettre de bonne humeur.

Ne t'inquiète pas, murmura-t-il, de toute façon il est toujours comme ça et quand les autres vont arriver il ne sera pas toujours dans notre dos.
Ysmaël El'Hirajiri
Ysmaël El'Hirajiri
~ Nouvel Arrivé ~


Camp : Congrégation de Joshi
Profession : Frère
Âge réel : Réduit à quelques semaines
Âge d'apparence : Une quinzaine d'années, à vue d'oeil.

Compétences
Mémoire:
Silvio, une salle bleue et des armes, mais ni bougies, ni violons. Left_bar_bleue1000/10000Silvio, une salle bleue et des armes, mais ni bougies, ni violons. Empty_bar_bleue  (1000/10000)
Compétence principale: Combat à mains nues
Niveau de Compétence: Compagnon

Revenir en haut Aller en bas

Silvio, une salle bleue et des armes, mais ni bougies, ni violons. Empty Re: Silvio, une salle bleue et des armes, mais ni bougies, ni violons.

Message par Silvio Anthelmios le Mer 15 Juin - 13:26

"- Allons, Ysmaël, tu exagères, je n'ai pas été si désagréable..."

Le ton aurait presque pu être celui d'un pater attendri, mais il restait une pointe de sécheresse. Silvio restait de mauvaise humeur. Pourtant, même s'il ne se l'avouerait jamais, voir l'horrible bouille de ce sale gamin le rassurait, d'un côté. Au moins, il le connaissait. Un point de repère dans ce monde de verts. D'un autre côté, rien ne disait qu'Ysmaël lui serait d'une grande aide. Ne serait-il pas près à le descendre à la moindre erreur ? Il était doué en armes, Silvio. A priori, il ne ferait pas d'erreur... Mais c'était plutôt d'un point de vue pédagogique qu'il s'inquiétait. Il n'avait jamais été professeur, si ce n'était avec Ysmaël, justement, et sur un sujet où ce dernier connaissait assez bien le sujet pour n'avoir plus besoin que de quelques conseils et beaucoup d'expérience.
Nerveux, le Silvio. Entre le retard de ses élèves et la découverte des joies d'enseigner, il pouvait se permettre de l'être un peu. Sa main restait posée sur le pommeau de son épée, seule appui fidèle. Une chose était sûre, une chose le rassurait: il était plus fort que toute cette assemblée, une épée dans la main. Ceci étant dit, "l'assemblée" en question était moins importante que prévu, non ? C'est ce que Silvio vit, en tout cas. A part Ysmaël et son camarade blond, quelques autres petits congrégationnistes... En les saluant à leur entrée, Silvio en profitait pour les jauger un peu, pour tenter de deviner qui savait à peu près tenir une arme, qui avait déjà tiré entre les deux yeux d'une créature... Etrange, tout de même, aucun ne s'excusait du retard. Ysmaël avait même dit qu'ils étaient en avance... Se seraient-ils tous trompé d'heure ? Passons... Silvio commença à chercher, des yeux, quelque chose... Allan n'avait donc pas mis d'armes à leur disposition ? Ah, il y avait un coffret, là-bas... Silvio s'en approcha, délaissant un moment ses élèves. Ok, quelques armes, pour ceux qui n'en avaient pas, ou les avaient oubliées dans leur chambre. Trop aimable de la part du vieux rapace, tiens. Mon commandor revint vers ses élèves.

"- Bonjour à tous... Nous allons donc commencer cet entrainement. Pour ceux qui n'ont pas d'armes, il y en a à disposition."
il pointa, du menton, le fameux coffret." Nous allons commencer par les armes de tir..."

Ainsi il avait commencé, sans ambages, sans fioritures. Même pas l'envie. Ah, j'aurais été à sa place, j'aurais bien papoté, moi ! Parlé de la guilde, de l'honneur que c'était d'avoir été convié à 17h20 (n'est-ce pas ?), de la beauté des armes, de leur utilité, de la fusion du corps avec l'arme, enfin, autant de choses qui tenaient de la pseudo-philosophie mais qui faisaient de beaux discours. Notez tout de même qu'en commençant par les armes de tir, il répondait à la demande d'Ysmaël. Bah, personne d'autre n'avait réclamé, et comme il ne savait pas par quoi commencer...
Ainsi mon commandor laissa ses élèves faire leurs premiers tirs seuls. Lui, il venait les voir, rectifiait leur position, soufflait des conseils, les faisait s'approcher ou s'éloigner de la cible...

[Et là, chers amis, je marque une pause. Déjà, parce qu'il faut vraiment que j'aille chez le coiffeur, on a vu des frisons avec moins de crinière que moi. Ensuite, parce que, euh... Je sais pas comment on se débrouille pour la suite et j'aimerais quérir votre avis avant de continuer. Vwalavwala.]

_________________
Silvio, une salle bleue et des armes, mais ni bougies, ni violons. 562433SIGNETURE
Spoiler:

Silvio Anthelmios
Silvio Anthelmios
~ Commandor ~
Section Anti-Terroriste


Camp : Guilde Impériale
Profession : Second de Judikhael Wienfield
Âge réel : 30années
Âge d'apparence : vingt

Compétences
Mémoire:
Silvio, une salle bleue et des armes, mais ni bougies, ni violons. Left_bar_bleue1500/10000Silvio, une salle bleue et des armes, mais ni bougies, ni violons. Empty_bar_bleue  (1500/10000)
Compétence principale: Armes blanches
Niveau de Compétence: Maître

Revenir en haut Aller en bas

Silvio, une salle bleue et des armes, mais ni bougies, ni violons. Empty Re: Silvio, une salle bleue et des armes, mais ni bougies, ni violons.

Message par Ysmaël El'Hirajiri le Ven 1 Juil - 23:58

Il haussa les épaules, désagréable il l'avait été, fidèle au caractère de chien qu'il lui avait montré depuis le début, aussi désagréable qu'il l'avait fait remarquer, peut-être pas, mais là n'était plus la question. Car ils étaient tous ici pour s'entraîner n'est-ce pas ? A voir la tête absolument ravie de ses petits camarades, le cours n'allait pas être une partie de plaisir, à vrai dire, n'étaient venus presque que ceux qui y étaient obligés et il semblait qu'il soit le seul à peu près motivé, leur professeur lui-même n'ayant pas l'air d'être convaincu. Ce devait être dû à la couleur que portait les élèves ou bien à leur piètre niveau car Anthelmios s'était montré plutôt enjoué avec lui et réellement intéressé de lui apprendre des choses. Qu'importe, Ysmaël, lui, avait envie d'apprendre et il l'avait bien fait savoir. Il fut ravi de voir que l'on allait commencer par les armes à feu, ça lui permettrait de se concentrer, de s'énerver peut-être un bon coup mais il pourrait se détendre pendant la deuxième partie du cours, quand on passerait à l'entraînement du corps et à l'exercice des armes blanches.
Le gamin fut le premier à aller chercher une arme et à se poster devant une cible, prêt à tirer. Visiblement, Anthelmios ne semblait pas être décidé à leur expliquer comment il fallait faire pour espérer viser les différents cercles qui rapportaient des points. Tant pis, Ysmaël avait assuré le coup en empruntant quelques bouquins sur le tir et il avait retenu le plus important de la théorique.

Alors... L'arme était-elle chargée ? Non, il le fit un peu maladroitement. S'il se souvenait bien, il fallait enlever la sécurité. La position maintenant : écarter légèrement les jambes, les genoux un peu fléchis, les deux mains sur l'arme pour un tir plus précis, les bras pas trop avancés pour éviter de trembler trop. Restait maintenant à viser. Il ne savait pas comment il fallait faire pour être sûr que la balle irait toucher l'endroit qu'il voulait atteindre mais après tout, il était là pour apprendre et il savait bien qu'il n'allait pas faire des merveilles à son premier tir.
Ysmaël eut un instant d'hésitation, il tourna la tête pour voir ce que faisaient les autres et où était Anthelmios mais il n'était pas tourné vers lui et était occupé avec un autre. Il allait devoir se débrouiller tout seul cette fois, il n'y avait personne pour le guider. Le gamin ne se sentait pas très à l'aise avec ce truc dans la main, il savait que ça pouvait être très puissant, meurtrier même mais quand on ne sait pas s'en servir et quand c'est la première fois que l'on tire vraiment, on se pose toujours un tas de questions. Il se sentait légèrement angoissé et à cause de ça ses mains avaient tendance à trembler plus que d'habitude. Bon sang, ces trucs n'étaient pas très pratiques, il se serait plus senti à l'aise avec une arme blanche, au moins le fait de manier une lame lui paraissait plus intuitif et lui semblait beaucoup plus efficace entre ses mains. Il avait le choix, il pouvait décider d'abandonner et de retourner à ce qu'il savait mais d'un autre côté c'était lâche et faible et puis il avait dit à Anthelmios qu'il voulait apprendre, il n'allait pas reculer maintenant quand même !

A demi effrayé il fixait la cible, ferma un œil pour voir si ça pouvait bien changer quelque chose, le rouvrit, ferma l'autre œil, pencha légèrement la tête. A distance, comme ça, il était complètement perdu, il savait qu'il ne maîtrisait pas l'espace et ça le dérangeait énormément. Il n'aimait pas ne pas avoir l'habitude de quelque chose, il préférait se conforter dans ses petits rituels, quitte à les améliorer s'il fallait de temps en temps changer le quotidien. Il aurait bien aimé pouvoir prévoir ce qui allait se passer, pouvoir anticiper, savoir comment il fallait appréhender la chose mais rien, bon sang, rien ne venait.
Le seul point positif c'était son entraînement physique : grâce à lui, il se sentait de taille à pointer l'arme vers la cible pendant longtemps, ce n'était pas ça qui allait le fatiguer le plus, il avait aussi l'habitude de se placer et l'avait fait un peu comme pour commencer un combat à mains nues. Le sens de l'observation ne manquait pas non plus à l'appel mais le fait que « l'ennemi » soit totalement immobile avait ce petit quelque chose de dérangeant. L'inhabituel avait pris le pas sur ses connaissances.
Découragé, Ysmaël baissa son arme. Les autres avaient commencé à tirer, un peu au pif sans doute, à moins qu'ils ne sachent bien le faire. Il prit quelques minutes pour les regarder, personne n'avait l'air très doué, ça le rassura un peu. Son regard se reporta sur la cible, il la connaissait très bien maintenant, à force de la regarder.

Le gamin secoua la tête, il fallait qu'il le fasse, il fallait qu'il essaye et qu'il tire pour de bon cette fois ! Prenant son courage – et surtout son arme – à deux mains, il braqua le pistolet vers le centre de la cible, prit le temps de se calmer un peu, d'observer encore, de contrôler sa respiration, de caresser doucement la détente pour la connaître un peu et il appuya. Le coup était parti si vite qu'il laissa échapper un petit cri et ferma les yeux, le bruit lui avait paru fracassant sur le moment et il se sentait presque sonné, encore plus mal à l'aise qu'au début. Ses mains tremblaient si fort que c'était visible à l'œil nu.
Il chercha rapidement l'impact sur la cible et après avoir exploré en vain le centre, il vit un petit trou sur l'un des coins. Bon au moins il avait touché la feuille et n'avait pas tiré complètement à côté, c'était toujours positif. Il soupira, inspira un bon coup et se décida à recommencer. Après avoir réitéré les étapes préliminaires, il tira une nouvelle fois, puis deux, regarda le résultat, constata que ce n'était pas plus brillant. Mais cette fois il y avait moins de peur et plus de rage, il avait la volonté de réussir. Il changea légèrement de technique, essayant de tirer des leçons de ses ratés et recommença encore, jusqu'à ce que son chargeur soit vidé. Anthelmios quant à lui n'était plus très loin, le verdict approchait.
Ysmaël El'Hirajiri
Ysmaël El'Hirajiri
~ Nouvel Arrivé ~


Camp : Congrégation de Joshi
Profession : Frère
Âge réel : Réduit à quelques semaines
Âge d'apparence : Une quinzaine d'années, à vue d'oeil.

Compétences
Mémoire:
Silvio, une salle bleue et des armes, mais ni bougies, ni violons. Left_bar_bleue1000/10000Silvio, une salle bleue et des armes, mais ni bougies, ni violons. Empty_bar_bleue  (1000/10000)
Compétence principale: Combat à mains nues
Niveau de Compétence: Compagnon

Revenir en haut Aller en bas

Silvio, une salle bleue et des armes, mais ni bougies, ni violons. Empty Re: Silvio, une salle bleue et des armes, mais ni bougies, ni violons.

Message par Silvio Anthelmios le Sam 16 Juil - 1:10

Allan avait-il fait insonoriser la salle bleue ? Oh, Silvio songea que dans un sanctuaire, les murs devaient être assez épais pour que cela ne résonne pas trop. En même temps, les sons semblaient comme amplifiés, ici. Et vas-y que les petits décibels s'amusent à rebondir sur tous les murs...! Enfin, de toutes façons, Silvio, ça lui était un peu égal, il avait l'habitude du capharnaüm des SSU. C'était plutôt pour les fragiles oreilles des pauvres petits congrégationnistes qu'il s'inquiétait. Surtout pour celles d'un congrégationniste en particulier: Allan. Maintenant qu'il le savait rancunier, Silvio n'avait plus que moyennement l'envie de le froisser. Pourvu que les sons des tirs ne dérangent pas ce vieux rapace !

Si quelqu'un de non-informé avait été plongé ici, il aurait vite trouvé le vacarme assourdissant. Silvio l'entendait à peine, et n'en souffrait pas vraiment, concentré qu'il était sur son travail. Dès le début, les plus débutants étaient venus vers lui pour savoir comment charger l'arme. Rah, heureusement qu'il leur avait dit de rester à leur place ! Tant pis. Entouré par un petit groupe, il leur montra comment faire, calme et patient. Jusque là, ce n'était pas trop compliqué, et les élèves étaient attentifs. Aussi, dès que la petite démonstration fut terminée, Silvio observa un des élèves faire ses premiers tirs. Pas mal. Mais il pouvait faire mieux. Il lui donna quelques conseils... Cela dura quelques minutes, puis il passa à celui d'à-côté.
C'était un professeur très sérieux, bien que peu amical. Il cachait rudement bien la hâte qu'il avait de voir le cours se terminer et rentrer chez lui. Mais à vrai dire... Plus le temps passait, plus il prenait goût à son rôle de professeur. Quel plaisir de se sentir indispensable, et de prouver sa supériorité ! Voilà qui compensait son agacement, et lui permettait de rester d'une humeur à peu près correcte. Autrement dit, et on ne l'aurait pas cru quelques minutes plus tôt, Silvio n'était pas d'une humeur massacrante. Si les élèves s'étaient montrés un peu moins attentif, il l'aurait été... Mais là, non. Ce n'était pas non plus la grande joie, sourire aux lèvres et humour, mais venant de Silvio, on s'attendait difficilement à mieux.

C'est ainsi qu'il arriva aux côtés d'Ysmaël. Il le vit tirer, alors que ce grand gamin était trop concentré pour le remarquer. Il comprit pourquoi son élève lui avait demandé de commencer par là: il y avait du travail ! Le commandor attendit qu'Ysmaël ait vidé son chargeur pour venir vers lui.

"- Cela marcherait sans doute mieux si tu ne tremblais pas. Il ne va pas te mordre, tu sais.."


Fit-il, en parlant de l'arme que tenait Ysmaël. D'aileurs, il avait posé sa main sur la sienne, pour qu'elle soit plus ferme sur l'arme. Il corrigea sa position, avec soin. Mais cela ne faisait pas tout, il fallait de la technique ! Il lui souffla deux-trois mots pour l'aider à mieux viser, par rapport à ses yeux, l'arrête du canon, son angle... Ceci étant fait, il s'écarta.

"- Et ça marchera encore mieux si tu imagines un bon ennemi à la place de la cible. Je ne sais pas, un ennemi qui a volé ton goûter, ou... Qui a mal parlé à Tobias ! Qui l'a insulté !"

Silvio étaient de ceux qui pensaient que la hargne et la rage de vaincre étaient le meilleur moteur du guerrier, oubliant qu'il s'adressait à des congrégationnistes. Il observa les tirs d'Ysmaël, lui asséna une petite tape sur l'épaule, de celes qu'on s'échange entre brigadiers, et lui conseilla de s'acharner, et... Se fit agresser par le bonhomme d'à côté qui avait une question.
Il passa aux côtés de tous ses élèves, les corrigeant à chaque fois. Au bout d'un moment, il rajouta après chaque passage "tu vides ton chargeur et tu pourras poser ton arme, on va passer à autre chose". Si bien qu'Ysmaël, le dernier à recevoir ce commentaire, eut l'honneur d'être observé par une partie de ses camarades alors qu'il faisait ses derniers tirs. Silvio le félicita, puis annonça la suite du programme: combat avec des armes blanches. Bon, armes blanches alpha, en l'occurrence. En fouillant dans le matériel fourni, Silvio avait eu la joie de remarquer ces espèces de vêtements, munis en certains endroits de petits détecteurs d'ondes alpha. Voilà qui allait s'avérer ludique ! Le commandor incita ses élèves à prendre une arme, des maillots. Le but du jeu ? Poser le bout de son arme là où il avait les détecteurs, allias des points vitaux. Dans un premier temps, chaque adversaire était soit en position de défense, soit d'attaque, et il s'agissait pour l'attaquant de gagner en touchant trois points vitaux. Dans un second temps, les adversaires prenaient les deux rôles en même temps, et le premier arrivé à trois points vitaux gagnait. Cependant, il fallait également respecter les quelques règles prescrites par Silvio: la position, l'espace à ne pas dépasser pour chaque groupe, notamment. Comme précédemment, il passait entre les rangs, pour corriger chacun, au cas par cas...

_________________
Silvio, une salle bleue et des armes, mais ni bougies, ni violons. 562433SIGNETURE
Spoiler:

Silvio Anthelmios
Silvio Anthelmios
~ Commandor ~
Section Anti-Terroriste


Camp : Guilde Impériale
Profession : Second de Judikhael Wienfield
Âge réel : 30années
Âge d'apparence : vingt

Compétences
Mémoire:
Silvio, une salle bleue et des armes, mais ni bougies, ni violons. Left_bar_bleue1500/10000Silvio, une salle bleue et des armes, mais ni bougies, ni violons. Empty_bar_bleue  (1500/10000)
Compétence principale: Armes blanches
Niveau de Compétence: Maître

Revenir en haut Aller en bas

Silvio, une salle bleue et des armes, mais ni bougies, ni violons. Empty Re: Silvio, une salle bleue et des armes, mais ni bougies, ni violons.

Message par Ysmaël El'Hirajiri le Mar 26 Juil - 20:10

Il avait raison. Trembler était bien la dernière des choses qui rendrait son tir efficace, seulement ça faisait partie des réactions du corps qu'on ne contrôlait pas avec la même facilité qu'on aurait levé ou baissé un bras. Il aurait bien aimé trouver une solution miracle mais il savait au fond de lui que seuls l'entraînement et l'habitude lui permettraient de mieux maîtriser ces petits mouvements et d'avoir un tir un peu plus précis. Toutefois, après les premières peurs passées et l'aide d'Anthelmios, il pouvait déjà noter quelques changements assez conséquents. Comme pour les armes blanches, il avait rapidement corrigé le plus gros et les plus petits détails mettraient des heures, des mois, peut-être même des années à disparaître. Tant pis, Ysmaël était du genre à avoir cette rage et cette obstination qui le poussaient à persévérer. Il n'était pas vraiment perfectionniste mais il avait pu constater que dans les domaines qui lui plaisaient, il avait tendance à progresser très vite et parfois même à y exceller, si bien que ça lui paraissait normal d'aller jusque là. En revanche, il suffisait de l'ennuyer pour qu'il soit des plus maladroits ou tout simplement si mauvais qu'on ne pouvait plus supporter sa présence.
Ce rejet-là l'attristait mais comme il préférait aller faire quelque chose qui lui plaisait plus, il l'oubliait vite en général.

Le gamin n'avait pas écouté tous les conseils, il n'avait pas imaginé d'ennemi à la place de la cible et n'y voyait qu'un ensemble de cercles de plus en plus petits, jusqu'à ne former plus qu'un point au milieu. Cette vision lui suffisait, après tout il n'avait pas les épaules d'un tueur en série ou d'un brigadier et s'il avait voulu apprendre à tirer ça venait plus de sa curiosité d'enfant que par vocation.
Quoi qu'il en soit, concentré de toutes ses forces, il n'avait rien vu du temps qui passait et lorsqu'il fut le dernier à tirer, il ne se rendit pas compte que tout le monde le regardait, une chance car un tel attroupement l'aurait sans doute déstabilisé. Il n'était pas très content de ses tirs du jour mais il pouvait quand même remarquer qu'il s'était rudement amélioré et c'était déjà un bon point. Peut-être qu'il pourrait s'entraîner un peu tout seul maintenant qu'il avait fait le premier pas, enfin il lui faudrait se procurer une arme, parmi les stocks de la congrégation sans doute, il pourrait demander conseil à Anthelmios quant au choix du modèle.
Quand il se retourna enfin et remarqua qu'on l'observait d'un peu trop près, il se sentit gêné et baissa la tête, encore plus mal à l'aise quand on lui fit des compliments. Par Joshi, il n'avait rien accompli d'exceptionnel !Mais il chassa ses pensées peu après pour écouter attentivement leur instructeur donner la suite des consignes et leur expliquer vaguement un exercice qui lui parut des plus ennuyeux. Tout le monde devait se mettre par groupe de deux.
Maintenant qu'il avait arrêté de tirer, il se sentait soudainement épuisé, comme si la tension quand elle retombait avait un puissant effet sur la fatigue de son corps et de son esprit. Heureusement il avait l'habitude des armes blanches et tout cela n'aurait pas un trop gros impact sur ses gestes. Et puis bouger le réveillerait sans doute de sa torpeur.

Avant qu'il n'ait eu le temps de réagir, un de ses camarades s'était mis en face de lui et Ysmaël l'invita à commencer, pour lui c'était un jeu d'enfant, alors autant que son compagnon en profite pour s'entraîner un peu plus ! L'exercice se transforma vite en apprentissage improvisé du rôle d'instructeur. Le gamin, désireux de partager ses connaissances, avait commencé par regarder un peu comment se débrouillait le congrégationniste puis ils avaient changé de rôle pour qu'il lui montre quelques techniques et comment peaufiner ce qu'il savait faire déjà. Un peu plus tard, chacun devait prendre les deux rôles, celui de l'attaquant et du défenseur, mais au lieu d'écraser avec une déconcertante facilité son adversaire, il continua à lui donner des conseils et peu à peu, les choses devinrent plus intéressantes. Toutefois il fallut se séparer car il était important de se mesurer à d'autres personnes et il se mit face à l'un des miliciens, sachant qu'il se débrouillait mieux concernant les armes blanches. Le duel serait cette fois plus délicat, le jeu était désormais terminé.
Les deux hommes qui avaient eu des partenaires d'un niveau en-dessous du leur prirent plus de plaisir à cette exercice bien que le petit espace qu'ils avaient limitait beaucoup de grands mouvements. Ils ne pouvaient malheureusement pas se lancer dans un grand combat.

Vint l'heure de s'arrêter, ils n'avaient pas fait grand-chose mais le temps était passé vite et Anthelmios ne pouvait malheureusement pas demander aux congrégationnistes de consacrer plus de temps à un entraînement qui ne leur servirait sans doute jamais. C'était toujours utile de connaître quelques techniques et de savoir se défendre un minimum mais un tel entraînement était forcément inefficace face à un adversaire qui maîtrisait parfaitement l'art du combat ou contre une créature complètement déchaînée. En faire davantage était un engagement qui n'avait aucun attrait pour eux, les frères étaient souvent des plus pacifiques et avaient tendance à trop compter sur leur milice et sur l'armée de la guilde en cas de gros coup dur. Si Anthelmios avait envie d'en faire une armée redoutable, c'était peine perdue. Heureusement, il pourrait bientôt aller se consoler dans les bras de ses brigadiers.
Ysmaël s'approcha de lui et avant qu'il ne se lance dans un comte-rendu détaillé de la situation, il lui glissa doucement quelques mots :

― Alors, pas trop déçu ?
Ysmaël El'Hirajiri
Ysmaël El'Hirajiri
~ Nouvel Arrivé ~


Camp : Congrégation de Joshi
Profession : Frère
Âge réel : Réduit à quelques semaines
Âge d'apparence : Une quinzaine d'années, à vue d'oeil.

Compétences
Mémoire:
Silvio, une salle bleue et des armes, mais ni bougies, ni violons. Left_bar_bleue1000/10000Silvio, une salle bleue et des armes, mais ni bougies, ni violons. Empty_bar_bleue  (1000/10000)
Compétence principale: Combat à mains nues
Niveau de Compétence: Compagnon

Revenir en haut Aller en bas

Silvio, une salle bleue et des armes, mais ni bougies, ni violons. Empty Re: Silvio, une salle bleue et des armes, mais ni bougies, ni violons.

Message par Silvio Anthelmios le Mer 3 Aoû - 0:49

Au grand soulagement de Silvio, ce cours s'était déroulé sans incident ni problème majeur. Il ignorait s'il leur avait été vraiment d'une grande aide, et, à vrai dire, ce n'était pas son souci principal. Ce qui le soulageait, c'était d'avoir terminé ce qu'Allan lui avait demandé. Ce vieux rapace ne pourrait plus lui faire d'entourloupe alambiquées, désormais ! Il se sentait tel un survivant sortant des flammes.
Et puis, Ysmaël ne l'avait pas trop embêté. Un autre soulagement: il ne lui avait pas fait perdre sa crédibilité. En passant près de lui durant la seconde partie du cours, il put observer son élève donner quelques conseils à son partenaire (car, en entrainement, nous parlons bien de partenaire et non pas d'adversaire). Cela l'avait attendri et surtout beaucoup amusé. On l'avait vu sourire, préciser les conseils d'Ysmaël (attendez, il fallait bien servir à quelque chose), puis ébouriffer les cheveux de celui-ci. Ahlala, il l'aurait bien enrôlé dans la brigade, celui-là ! Quoi qu'il aurait fini par l'agacer... Oui, mais en même temps, on manque un peu d'unités comme celle-là, motivées et sautillantes. Bon, de toutes façons, le choix n'était pas donné. Allan supporterait sans doute mal l'idée que son protégé passe du côté rouge. Franchement, Silvio n'avait pas envie de recevoir à nouveau un mail d'Allan... Malgré toute l'affection qu'il avait pour ce dernier.

L'heure de la fin du cours avait sonné. Silvio demanda à ses élèves de ranger les armes (attendez, y apas marqué "bobonne" sur son front !), puis leur prit un peu de leur précieux temps pour les remercier, les féliciter un peu, et leur souhaiter une bonne journée. Politesse oblige, il les laissa sortir, en restant à l'arrière. C'est ainsi qu'il se retrouva seul... Qu'il aurait pu se retrouver seul. Mais Ysmaël était venu vers lui. Un instant, Silvio se demanda si c'était à cause de Tobias. Il lui avait parlé correctement, non ? Aïe aïe aïe, il ne s'était peut-être pas rendu compte... Mais non. La question d'Ysmaël semblait... Bien innocente. Depuis quand s'inquiétait-il pour lui ?

"- Déçu ? Non, vous avez étés de bons élèves. Et toi... Dis-moi..."


Oserait-il demander cela ? Voulait-il vraiment avoir la réponse ? Surtout venant d'Ysmaël... Comment pourrait-il être sûr de son objectivité ? Mais la tentation était trop forte. Alors, se tournant vers Ysmaël, Silvio sembla afficher un air entre l'inquiet et le piteux, avant de demander, avec tout le sérieux du monde, dans une attitude que l'on qualifiera de julienesque:

"- Il était bien mon cours ?"


Mais venant de Silvio, cela voulait surtout dire "dis-moi que c'était bien, ça m'encouragera à continuer !" plutôt que "dis-moi ce que je dois arranger". On ne change pas un homme, surtout pas un brigadier, et surtout pas cette tête d'enclume qu'est mon personnage. Toutefois, il attachait beaucoup d'importance à la question. L'expérience qu'il venait de vivre ne lui avait pas déplue et, pour peu que la réponse d'Ysmaël soit convaincante, il se serait volontiers reconverti en professeur.

_________________
Silvio, une salle bleue et des armes, mais ni bougies, ni violons. 562433SIGNETURE
Spoiler:

Silvio Anthelmios
Silvio Anthelmios
~ Commandor ~
Section Anti-Terroriste


Camp : Guilde Impériale
Profession : Second de Judikhael Wienfield
Âge réel : 30années
Âge d'apparence : vingt

Compétences
Mémoire:
Silvio, une salle bleue et des armes, mais ni bougies, ni violons. Left_bar_bleue1500/10000Silvio, une salle bleue et des armes, mais ni bougies, ni violons. Empty_bar_bleue  (1500/10000)
Compétence principale: Armes blanches
Niveau de Compétence: Maître

Revenir en haut Aller en bas

Silvio, une salle bleue et des armes, mais ni bougies, ni violons. Empty Re: Silvio, une salle bleue et des armes, mais ni bougies, ni violons.

Message par Ysmaël El'Hirajiri le Lun 15 Aoû - 19:40

Si le gamin avait su qu'en posant une telle question il se retrouverait face à un Anthelmios à l'allure aussi piteuse que celle d'un chien battu qui voudrait se faire rassurer par son maître, bâton en main, il aurait accouru à ses pieds et plutôt deux fois qu'une. Le brigadier devait quand même bien tromper son monde avec les siens pour être parvenu à un poste de gradé car à ses yeux, s'il était compétent, il ne lui voyait pas, mais alors pas du tout l'étoffe d'un chef et son manque flagrant d'assurance lui donnait envie de pleurer de rire. Heureusement, le petit Smaïl n'avait rien de bien méchant au fond du cœur et sa réputation de petit diable venait plus de l'amusement qu'il trouvait à importuner tous ceux qui croisaient son chemin plutôt que de quelque chose de plus profond et de plus noir.
Un grand sourire aux lèvres, le garçon réfléchissait à ce qu'il allait dire exactement, les mots se devaient d'être bien choisis avec une occasion pareille ! Il se rappelait de leur première rencontre, quand Monsieur Lèche-bottes avait voulu lui donner une correction mais qu'il n'avait pas été capable de le faire, son très cher et adoré patron ne l'ayant pas autorisé. En fait, il ferait un bon esclave, même si le congrégationniste n'était pas vraiment taillé pour lui donner des ordres. Dommage, la situation aurait pu être amusante un certain temps. Mais bon, depuis le temps qu'il était là, quelqu'un avait bien dû parvenir à la même conclusion que lui, peut-être même que c'était Wienfield.

Tranquillement, il leva les yeux pour le regarder dans les yeux, bien qu'il ne soit pas beaucoup plus grand que lui, et il l'observa un moment avant d'ouvrir la bouche.

― Pas mal pour un débutant.

Il n'en dit pas plus, les grandes dissertations, les discours de trois heures ce n'était pas vraiment son truc, bon, d'accord, d'habitude il était un peu plus loquace que ça et il se trouvait en général plus efficace et compréhensible en enchaînant quelques phrases mais là il n'y avait pas grand-chose de plus à dire. Il aurait pu lui raconter que c'était vraiment pitoyable, pourtant il n'avait pas le cœur à le rendre malade à cause d'un petit cours où les élèves n'étaient même pas vraiment assidus – même s'il n'avait pas l'air de s'en être rendu compte. Il aurait aussi pu le féliciter et flatter son ego en mal de caresses jusqu'à plus soif mais il n'y avait rien de drôle là-dedans, ça aurait même pu être encore plus méchant sachant qu'il était persuadé que le cours aurait pu être meilleur et qu'il n'avait rien du parfait professeur. Visiblement, Anthelmios n'avait pas beaucoup l'habitude de passer à la postérité ce qu'il avait lui-même appris d'un maître, il n'avait sans doute pas été très attentif à la manière dont on enseignait, ou alors il s'était contenté de quelques formations de-ci de-là et d'achever son entraînement sur le tas.
Quoi qu'il en soit, c'était la meilleure réponse qu'il avait trouvée, moqueuse comme il en avait l'habitude tout en étant sincère et pas trop méchante, il avait même gratifié l'éloge d'un grand sourire de gamin innocent, se retenant quand même d'éclater de rire, il aurait pu croire qu'il lui riait au nez – et ça aurait été sans doute le cas.

― Mais je suis sûr que tu t'en sortiras encore mieux la prochaine fois, hein ! Et puis tu auras le temps de t'entraîner avec moi, j'espère que l'on va se revoir bientôt ! Surtout pour les duels et les armes à feu ! N'oublie pas !

Et pour rassurer un peu plus son piteux professeur dont il avait vraiment du mal à ne pas trop se moquer, il le gratifia d'une grande tape – amicale ? – dans le dos. Avec tout ça, s'il ne se sentait pas en confiance pour la prochaine fois, Ysmaël ne pouvait plus rien pour lui !

― Et arrête de faire cette tête-là, tu ressembles vraiment à un idiot. Il laissa échapper un petit rire joyeux, n'ayant pas conscience qu'il pourrait le prendre mal. Et puis, promis, je te laisse un petit peu de temps pour te reposer et réfléchir à tout ça ! Il faut que je file maintenant, si tu voulais faire un discours, désolé mais personne ne t'a attendu, enfin de toute façon, il ne fallait pas t'attendre à un miracle avec des congrégationnistes !

Sans attendre une hypothétique réponse, il fila en courant pour retourner dans la partie du sanctuaire réservée aux résidents, laissant là le pauvre Silvio, tout seul, pauvre petit rouge parmi tous ces verts qui n'avaient pas jugé bon de rester en sa compagnie. Mais il lui faisait bien une faveur, maintenant il n'avait plus aucune raison de s'attarder dans ce lieu qui ne lui était pas familier et il pourrait retrouver le cocon rassurant des siens, et sur ce point là, il le comprenait bien plus que n'importe qui d'autre.
Ysmaël El'Hirajiri
Ysmaël El'Hirajiri
~ Nouvel Arrivé ~


Camp : Congrégation de Joshi
Profession : Frère
Âge réel : Réduit à quelques semaines
Âge d'apparence : Une quinzaine d'années, à vue d'oeil.

Compétences
Mémoire:
Silvio, une salle bleue et des armes, mais ni bougies, ni violons. Left_bar_bleue1000/10000Silvio, une salle bleue et des armes, mais ni bougies, ni violons. Empty_bar_bleue  (1000/10000)
Compétence principale: Combat à mains nues
Niveau de Compétence: Compagnon

Revenir en haut Aller en bas

Silvio, une salle bleue et des armes, mais ni bougies, ni violons. Empty Re: Silvio, une salle bleue et des armes, mais ni bougies, ni violons.

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum