Discussions, calins et toto....

Aller en bas

Discussions, calins et toto....

Message par Artèmîa Elisian le Lun 27 Déc - 2:00

Rayon de soleil se glissant au travers d'une fenêtre comme un éclat furtif, infime rivière d'or que l'on traversait avec aise, un simple petit rayon de soleil presque anodin malgré son allure si précieuse, si éphémère comme un rêve s'effaçant au réveil...

Un rayon de soleil se glissant sur son visage comme une douce caresse, réchauffant légèrement sa peau pâle et froide en ce matin là...

Un rayon de soleil jouant sur la table comme un animal minuscule et farouche n'existant pas... c'était tellement anodin et pourtant tellement étrange, lorsqu'elle levait les yeux de son écran froid et impersonnel, de voir ce petit symbole de vie et d'espoir, sans vraiment y penser, sans vraiment réfléchir, posant simplement les yeux sur la tâche mouchetée du bureau de métal, regardant fixement la zone plus claire et brillante et de là, suivant le hauban de lumière chatoyante jusqu'à la vitre puis au delà dans l'infini du ciel en se sentant sourire doucement devant ce petit miracle que beaucoup n'appréciait pas assez.

Quand à elle... ce petit rien dans une grande boite vide lui faisait du bien, elle n'avait jamais aimé la pluie, elle trouvait que le mauvais temps presque constant de Nosco était une tragédie mais c'était surtout en raison des souvenirs que cela faisait remonter alors qu'en contrepartie le soleil lui était si doux et agréable qu'elle pouvait passer des heures à simplement contempler la ville sous la lumière douce en savourant chaque instant paisiblement, les yeux fermés, écoutant la rumeur de la ville en laissant son esprit dériver au grès du vent, sans vraiment réfléchir, survolant simplement, bondissant d'un sujet à l'autre tandis qu'elle chantonnait, bricolait ou lisait.

Mais le travail étant le mot d'ordre de ses derniers jours elle avait dû sacrifier son petit plaisir personnel pour le bien du sanctuaire et s'employait donc depuis le petit matin à relir maint et maint compte rendu de... en vérité elle n'avait pas vraiment fait attention, elle ne faisait que re taper le tout en soupirant un peu et en admirant l'éclat d'or du soleil depuis son fauteuil.

L'opération n'avait rien d'inconfortable ou de véritablement ennuyeux en lui même, en temps normal elle s'y serait même régaler tant certain passage des rapports valaient le coup d'œil et le temps passé à décrypter les notes mais le fait était qu'en cet instant elle aurait préféré être ailleurs même si elle ne se plaignait jamais devant quiconque, ce qui aurait été mal vu et qui ne lui ressemblait pas le moins du monde tant elle était adepte du verre à moitié plein...

Elle s'étira finalement sur son séant et mit le point final à une énième page informatique avant de jeter un œil à la tâche claire sur son bureau, notant qu'elle avait changé de place, son regard s'envolant vers l'heure puis vers la porte, prendre une pause ne lui ferait sans doute pas de mal surtout si elle tenait à ses yeux et à leur acuité qui, joshi en soit remercié, ne souffraient de rien contrairement au reste de sa personne.

Oui une pause serait des plus appréciées, surtout qu'avec un peu de chance elle croiserait à cette heure là quelques uns de ses chouchous dans les salles de travail, occupés à elle ne savait quoi, évoluant dans le silence comme des poissons dans l'eau ou des créatures des les... bref l'image était là, peut-être même trouverait elle même certains de ses anciens filleules qu'elle aimait tant avoir auprès d'elle, Tobias par exemple qu'elle n'avait pas vu depuis trop longtemps à son goût et qui lui avait envoyé peu de temps auparavant un message à la faire bondir hors de son siège et courir directement chez lui pour savoir ce qui se passait exactement.

Avec cette idée en tête elle rangea tranquillement son matériel, ferma l'ordinateur, se leva en grimaçant un peu à la plainte qu'eus sa hanche et alla chercher de quoi se vêtir convenablement, elle n'avait pas eu le courage de s'habiller véritablement sachant qu'elle passerait la journée à taper sur son appareil et avait été de toutes façons prise d'une flemmardise des plus sévère à la simple idée d'ouvrir son armoire, ce qu'elle faisait présentement avec bien plus d'entrain qu'elle n'en aurait eu le matin même, passant en revu tout ce qu'elle avait à sa disposition et finit par choisir un ensemble moiré vert et cuivre et léger qu'elle enfila rapidement avant de nouer, pour l'occasion, ses longs cheveux en une tresse lourde et coiffa son habituel diadème dont elle ne se séparait jamais ou presque, elle attrapa ensuite un petit sac, y fourra quelques affaires lui étant indispensable et s'élança vers la porte avec un grand sourire et une bonne dose d'enthousiasme.

Sur le pallier elle se retourna et jeta un regard vers le filet de lumière dorée, secoua la tête et ferma la porte derrière elle, se plongeant dans l'éclairage factice des couloirs sans fenêtres du sanctuaire de la congrégation, elle prit le chemin des salles de travail collectives d'un pas paisible, sans se presser outre mesure, admirant les murs du sanctuaire, de sa maison en quelque sorte ou du moins du havre de paix dont elle jouissait depuis si longtemps.

Une vingtaine de minutes plus tard elle poussa la porte de la première salle et la balaya du regard pour finalement tomber sur ce qu'elle cherchait, ou plutôt qui elle cherchait, attablé dans un coin et le nez presque collé à la table pour l'occasion... était ce une habitude ou était il simplement concentré ?

Cela faisait trop longtemps, peut-être ses habitudes avaient elles changés entre temps, peut-être qu'elle ne pouvait pas savoir à moins de demander. Et demander elle comptait bien le faire justement, elle n'était pas venu là juste pour le regarder de loin comme une vague connaissance !

Elle s'avança à petit pas et s'installa en face de lui, mains en croix sur la table et menton sur les mains, l'observant en silence de ses grands yeux en essayant de savoir ce qu'il faisait, elle fit un vague geste en souriant pour voir si elle obtenait une réaction mais voyant que ce n'était pas le cas elle sortit son livre et commença la lecture en attendant que Tobias relève la tête pour la voir.
avatar
Artèmîa Elisian
~ Prêtresse diplomate ~


Camp : Congrégation de Joshi
Profession : Membre des sept, Diplomate
Âge réel : 97
Âge d'apparence : 21

Compétences
Mémoire:
250/10000  (250/10000)
Compétence principale: Monde de Nosco
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Discussions, calins et toto....

Message par Tobias Horvath le Ven 14 Jan - 19:00

Être appuyé là, le nez posé contre un tas de feuilles vierges, les mains crispées contre les bras de la chaise alors que je pouvais en sentir ma tête exploser, sous le crâne, juste là, derrière cette épaisse chevelure blonde. Réflexion ! Ce n’était pas comme si je passais véritablement tout mon temps à ça, n’est-ce pas ? Ah bon, vraiment ? Bon, peut-être un peu trop… C’était évident, du moins en cette mâtiné, alors que mon propre regard s’eut croisé dans le miroir. J’en aurais probablement sursauté si je n’avais pas su qu’il s’agissait simplement de mon propre reflet épuisé dans la glace. J’en fais trop ? Peut-être bien. Du moins c’est ce que semble en penser ces affreux cernes répugnants. Mon corps tout entier semblait lui aussi hurler à ce que je cesse enfin de le tenir éveiller ainsi toute la nuit pour simplement contempler les archives.

Je fixai mes lunettes posée plus loin, avec un mal étrange à les discerné. Myopie, quand tu nous tiens, tu ne nous laisses plus. Si j’avais pu ne pas avoir ce besoin de constamment les avoir là, bien calées sur mon nez enfantin, j’en aurais été plus que ravi, forcément, de simplement m’en débarrasser, ne pas avoir à m’encombrer de ce détail gênant qu’elles représentaient. Je m’étais contenté de passé la nuit sans elle, le regard aussi fixé que d’ordinaire, habitué que mes yeux pouvait être à foudroyer l’écran de l’ordinateur, à m’arracher les prunelles contre ce dernier, à m’aveugler de sa luminosité agressante. Après je m’étonnais de la migraine, ah ! Et lorsque le petit matin s’était levé, je n’avais pu faire qu’une chose : laisser ma tête trop lourde pour mon cou fatigué tomber contre la table, m’en frappant le front contre cette dernière. Qu’elle idée aussi de ne pas faire comme tout le monde, passé une bonne nuit dans un bon lit. Mais non… Les idées qui me traversaient continuellement m’en empêchaient. J’étais maudit, maudit ! C’était devenu une obsession terrible qui m’en rendait même insomniaque ! Terrible…

En attendant, c’était toujours le mal de tête, lion grattant l’intérieur de mon crâne pour me rendre fou à lier. À croire que ces petites bêtes imaginaires en prenaient littéralement un plaisir fou à me torturer de la sorte. La zombification de mon esprit, à ce moment là, était à un niveau tel que jamais je n’aurais levé la tête pour me rendre compte d’une présence, juste en face de ma personne, là, de l’autre côté du bureau. Non, plutôt me contentais-je de marmonner ces quelques inepties en signe d’agacement de l’ombre qu’on me faisait, comme pour chasser l’individu qui me perturbait. Et par agacement, je fini par me redresser un peu, avant de lancer froidement, ne distinguant que peu la silhouette en fasse de moi, ayant abandonné l’idée de remettre ces lunettes là où elles auraient due être, fronçant le nez d’agacement évident.

Mais ma bouche s’ouvrit, se referma, s’ouvrit de nouveau avant que je ne me mordille la lèvre inferieur en sentant le doux parfum que je pourrais reconnaitre entre mille. Je tâtonnai un peu pour mettre la main sur les lunettes que je passais aussitôt à mon nez avant de cligner des paupières à quelques reprises pour réaliser que je m’étais apprêté à crier des insultes à… Artèmia ? Mais…


« Qu’est-ce que tu fais là ? »

La question sonna si surprise, avec un étonnement que je ne cherchais même pas à dissimuler, bien que le ton restait toujours le même, sérieux, sans forcément de joie, un peu froid. Enfin, c’était l’habitude, bien que je ne l’eus pas forcément désiré, cette fois. Je me secouai un peu pour reprendre mes esprits, tant bien que mal, un peu perturbé à l’idée d’avoir presque pu blesser verbalement ma marraine. Car oui, malgré le temps passé, j’entretenais toujours ce lien avec elle, n’est-ce pas ? On ne pouvait pas oublier la première personne que l’on voit dans ce monde… Enfin, même si dans mon cas, les premières personnes que j’ai pu voir furent mes frère set non la prêtresse.

« Enfin je veux dire… Bonjour ! Qu’est-ce que tu… Quelque chose ne va pas ? »

Trop bête, dis-je, pour réaliser que c’était moi qui n’allait pas.
avatar
Tobias Horvath
~ Frère de la Congrégation ~


Camp : Congrégation de Joshi
Profession : Frère de la Congrégation
Âge réel : 53 ans
Âge d'apparence : 14 ans

Compétences
Mémoire:
5000/10000  (5000/10000)
Compétence principale: Monde de Nosco
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Discussions, calins et toto....

Message par Artèmîa Elisian le Ven 21 Jan - 10:34

Que le temps paraissait long lorsqu'on attendait ainsi ! Elle avait l'impression qu'il s'écoulait moins lentement juste pour l'embetter et même si c'était idiot de penser ainsi elle ne pouvait s'en empêcher. Du coup elle observait avec curiosité le reste de la salle, oh elle la connaissait parfaitement cette salle, comme tout le reste du sanctuaire, évidement qu'elle l'avait exploré de fond en comble, même le bureau d'Allan ne lui était pas inconnu, elle avait eu tout le temps pour mémoriser les lieux et les faire sien mais il était vrais que le sanctuaire avait une telle aura et un tel esprit qu'elle appréciait de le redécouvrir...

Mais elle regardait en cet instant bien plus les personnes présentes que les lieux en eux même , il n'y en avait pas tant que cela pour une fois, en raison de quoi elle n'aurait put dire mais tout au moins elle en tirait à la fois une petite tristesse, elle aimait le monde, elle aimait être entourée par du monde, oh bien sûr des fois elle restait seule dans ses appartements surtout quand elle devait travailler mais en général le silence et le vide ne faisait pas bon ménage avec elle; toutefois elle était aussi contente car ainsi il y aurait moins de monde pour entendre la conversation et ça ce serait probablement une bonne chose, pas qu'elle ai rien à cacher ou quoi que ce soit d'autre mais bon, elle n'avait pas envie pour une fois, qu'on parle de ce genre de chose, ou du moins à défaut d'envie ne se sentait elle pas de l'ignorer.

Il releva enfin là tête, en s'apprêtant manifestement à dire quelque chose et joshi ! Qu'il avait mauvaise mine le pauvre, on aurait dit un déterré ou un rat de bibliothèque qui aurait passé trop de temps enfermé dans sa salle favorite sans en sortir... elle retint une grimace, elle avait envie de le serrer dans ses bras à le voir comme ça, de le tenir contre elle, de le dorloter, il avait beau ne pas être très ouvert et un peu froid, un peu lointain c'était tout de même son filleul, son toto à elle qu'elle avait guidée dans ses premiers pas à Nosco, elle ne pouvait pas supporter de le voir mal ou mal en point.

Pourtant elle ne fit rien, elle n'avait pas envie de le vexer ou qu'il réagisse violemment, elle se contenta de le regarder de ses grands yeux en se penchant par dessus la table... qu'allait il dire ? Sûrement quelque chose pour la faire partir, elle ou tout autre personne qu'il avait penser voir là en face de lui, pas comme si il pouvait la faire fuir de toutes manières, il fallait être au moins du gabarit de Allan pour qu'elle se décide à partir promptement dans un moment pareil et ce n'était un secret pour personne. Il n'avait vraiment pas changé, même après tout ce temps, peut-être un peu plus pâle, un peu lus silencieux ? Mais ça n'avait pas d'importance, ça restait lui après tout.

Elle eu un grand sourire en l'entendant si surpris, et bien, avait il donc oublié qu'elle aussi vivait là ? Et bien, elle allait en avoir, des choses à lui dire, elle en était certaine... elle aurait put répondre, elle aurait put lui dire mais en avait il vraiment besoin après tout, la réponse était évidente, aussi évidente que le soleil se lèvre et se couche, elle était là pour le voir bien sûr et pour le tirer un peu hors de son quotidien qui devait être aussi passionnant que les murs du Sapienta un jour de pluie... elle secoua la tête, décidément il semblait complètement embrumé le pauvre, il était temps qu'il change d'air et voit autre chose que, et bien que ce qu'il voyait d'habitude quoi que cela puisse être, ils ne se voyaient pas beaucoup tout les deux elle ne connaissait donc pas son emploi du temps par cœur ni la manière dont il vivait chaque jour mais il fallait être sot pour ne pas voir que ce n'était pas forcément glorieux.

Elle pensait savoir d'où cela lui venait mais de la à être certaine il y avait un pas, elle ne voulait pas le blesser mais en même temps elle ne comptait pas le laisser là, d'une part parce qu'elle n'avait pas envie d'être seule et avait envie de parler avec lui mais également parce qu'à présent qu'elle le voyait elle le trouvait bien trop terne pour son bien et qu'elle voulait l'aider, vraiment l'aider...

Il n'avait pas l'air de savoir comment réagir face à elle, était ce donc si étrange de la voir là ou était ce parce qu'il restait seul ? Il avait beau essayer de se rattraper elle n'avait pas manqué la note dans sa voix mais elle ne lui fait pas remarquer qu'il avait sincèrement l'air à coté de lui même. A la place elle sourit doucement et posa son menton sur ses mains en affichant un air amusé...

« Je suis venue te voir bien entendu ! Ça fait tellement longtemps qu'on ne s'était pas parlé, je me suis dit que ça serait une bonne idée d'avoir deux trois mots et puis ton dernier mail était assez alarmant même si je n'ai rien dit...

Elle se leva et changea de place, prenant le siège à coté de Tobias, posant ses affaires près d'elle et tirant doucement vers elle ce qui avait tant occupé son filleule jusque là avec un regard curieux. Elle repris en même temps, sa voix basse et douce pour ne pas déranger le reste de la salle...

«  Tu a une mine épouvantable, qu'est ce qui te préoccupe ? »
avatar
Artèmîa Elisian
~ Prêtresse diplomate ~


Camp : Congrégation de Joshi
Profession : Membre des sept, Diplomate
Âge réel : 97
Âge d'apparence : 21

Compétences
Mémoire:
250/10000  (250/10000)
Compétence principale: Monde de Nosco
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Discussions, calins et toto....

Message par Tobias Horvath le Dim 8 Mai - 21:13

Alors je me suis demandé... mais... mais de quel mail voulait-elle parler ? De celui que je lui avait envoyé ? Quelque temps plus tôt ? celui dans lequel où je me suis... presque défoulé ? Certes, ce n'avait alors pas spécialement été le meilleur moment pour moi. C'était comme si l'espace temps et l'ambiance qui m'envahissait m'avalait et me dévorait tout entier, le corps et l'âme, sans que je ne puisse rien n'y faire. C'était ça qui l’inquiétait ? C'était pour ça et seulement ça qu'elle était venu ? Ma marraine avait toutes les qualités du monde, mais elle s'en faisait peut-être juste un petit peu trop pour ma personne. Depuis le temps... Oui, depuis le temps, je pouvais très bien se débrouiller sans elle, non ? Bien sûr ! Après cinquante-trois ans de vécu dans la si misérable, si... si propre petite ville de Nosco City... Je ne pouvais pas aller plus mal que ce qu'il allait: c'est-à-dire la dépression mortelle qui me guettait de près ou de loin si je restait ici encore trop longtemps. Et d'un autre côté, il y avait mes frères, aussi, que je me refusait de quitter. Car oui, quitter Nosco signifiait aussi quitter mes frères.

J'eus beau me dire que c'était folie de penser ainsi. Que c'était un peu égoïste, en même temps, de ne pas vouloir rester pour eux. Mais... Je craquais, n'y avais-je pas droit, moi aussi ? Je craquais entre ces murs blancs. Je craquais entre ces rêves enfantins et futiles, qui ne mènent absolument à rien. Je relevai les yeux sur elle, un instant, hésitant vaguement sur ce coup, observant la chevelure qui encadrait son doux visage angélique, m'y perdant momentanément, m'y confondant, m'y égarant comme s'ils avaient été un paradoxe de ma propre existence. Et je me suis alors demandé... Pourquoi ? Elle aimait cet endroit ? Bien sûr que oui... Il y avait Judikhael, ici. Son homme à elle, l'être de qui elle ne pouvait se départir sans en souffrir. Au fond de moi-même, je trouvais cela absurde. L'homme n'était pas forcément ce qu'il y avait de mieux pour Artè... Il était bien plus brutal... Ils étaient fort différents l'un de l'autre. Mais... ne dit-on pas que les négatifs et positifs s'attirent ? Se devait forcément n'être que ça, alors, qui les ratachait.

Je lui sourie, simplement, comme si je tentai juste de la rassurer sur mon compte. Elle était si facile à inquiéter que je ne pouvais faire autrement que de lui mentir. Lui dire la vérité aurait bien pu être terrible, n'est-ce pas ? Et puis, je l'adorais... et surtout, oui, surtout, ne lui voulais aucun tord, seul Joshi pouvait savoir à quel point elle m'avait toujours été importante.


-Je ne me souviens même plus de ce dernier mail...

Je me suis frotté les yeux, comme pour tenter d,effacer toute trace de fatigue sur mon visage, comme ça, juste pour lui chasser l'envie de me sauter dessus pour me câliner. Non pas que je détestais ça, mais... mais je n'aimais pas vraiment non plus, c'était bien à dire. Je me suis pencher sur mon écran d'ordinateur portable pour, finalement, au lieu de me contenter de ne pas répondre à ses question, j'ai préféré le refermer doucement, dans un soupir qui voulait tout dire, entre l'agacement et la raison... Car oui, elle n'avait pas tord, il avait une mine affreuse. Une mine de moribond. Une mine de cadavre. Une mine de Zombie, ce n'était pas peu dire ! J'ai replacé mes lunettes sur le bout de mon nez et me suis concentré sur elle, gardant mon sérieux des plus habituel, ne m'en séparant presque jamais... et encore plus rarement ces derniers temps, me laissant généralement complètement absorber par mes travaux.

J'ai soupiré et, après un court, très court instant d'hésitation, trop court pour qu'elle puisse seulement véritablement s'en rendre compte, je me suis reculé dans ma chaise et croiser les bras sur mon torse:


-Tu sais... Plein de choses... L'enceinte, principalement, me préoccupe davantage que tout le reste mais... surtout...

Je crois avoir jeté un coup d'oeil autour de moi, juste pour m'assurer ne pas déranger par mes mots, ne pas enquiquiner ou embêter par ce que je pouvais dire ou être sur le point de dire, plus particulièrement. Je reportai mon attenbtion sur Artè, soudaiment, un vague sourire de fatigue se dessinant sur mes lèvres d'un rose presque maladif. Épuisement. Je crois bien que j'étais à deux doigts de la crise de nerfs ou du burn out, ou je ne sais quoi d'autre encore. Mais j'étais épuisé, c'était tout ce qui comptait vraiment.

-Artè, je veux partir. Je suiverai la voie de Joshi et... je partirai. Toi, tu as la bonne âge. Moi, j'ai cinquante-trois ans et j'ai l'air d'en avoir encore quatorze. C'est pas une vie, ça. Et la famille, ici, ça n'existe pas... Tu... Peut-être que ce n'est pas très clair. Peut-être que tu ne peux pas comprendre, mais moi, je sais.. je... je sais que je ne peux pas rester ici...

Des révélations qui me vaudrais les cellules de la brigade si un Guildien m'entendais parler ainsi, de la sorte, en public, et sans restriction, sans me cache, sans peur et sans crainte d'être entendu, même si je prenais quand même attention. Et les caméras ? Et bien flute les caméras, hein ! J'en avais assez, tout simplement. La solitude malgré la compagnie... La compagnie malgré la solitude. Tout, quoi, me paraissait amer et fade. Je me suis penché de côté, j'ai un peu fermé les paupières, comme si j'avais alors voulu échapper au possible regard muet qu'elle me lancerait à l'instant même, comme si, moi de mon côté, je voulais la fuir, elle et son trop plein d'énergie. Elle et son côté trop attachant. Elle et l'amour qu'elle avait pour tous les gens qu'elle côtoyait au quotidien et dont je faisais involontairement parti, pour tout dire. Involontairement parce que je ne l'avais pas choisi comme marraine, même si, au fond, je savais bien qu'aucune autre personne qu'elle n'aurait pu faire l'affaire à notre arrivée. À notre arrivée à tous les trois. J'ai senti les larmes montées, mais les aie refoulé, par crainte, par manque d'envie, parce que je ne m'en donnais pas vraiment le droit. Il faut être fort, mon grand ! Depuis le temps, tu devrais en avoir l'habitude, après tout...


-Mais, ce n'est pas très grave. Je me dis que... enfin, ce n'est pas la mer à boire de toujours devoir manger cette satané nourriture synthétisée et boire cette eau recyclée, et se sentir espionner à tout va par la Guilde et...

Et j'en faisais probablement trop. Mes joues prirent feu et devinrent cramoisies, brulées, comme si j'avais attrapé un coup de soleil en plein mois de juillet.

-Mais je suis très content de te voir... Et toi, dis moi ? J'aime mieux parler de toi que de moi... Du joli, du nouveau, de la joie ?

Ben oui parce que c'était bien joli ne parler que de mes propres problèmes, mais ce n'était pas ce dont j,avais envie. Non, elle était là alors autant en profiter pour simplement discuter du beau temps et des dernières nouvelles chez Nosco city, la ville de l'oubli, la ville où on ne revient plus.
avatar
Tobias Horvath
~ Frère de la Congrégation ~


Camp : Congrégation de Joshi
Profession : Frère de la Congrégation
Âge réel : 53 ans
Âge d'apparence : 14 ans

Compétences
Mémoire:
5000/10000  (5000/10000)
Compétence principale: Monde de Nosco
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Discussions, calins et toto....

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum