Hacker Vaillant, Rien d'Impossible

Aller en bas

Hacker Vaillant, Rien d'Impossible

Message par Shane M. Lewis le Sam 29 Jan - 16:27

    [lire : à coeur vaillant rien d'impossible. Et désolé, j'ai pété un plomb dans ce rp, pour tout comprendre, lisez le à voix haute. ]


    Que ne lui avait-on pas dit là ? Il voyait dans ce petit jeu un esprit perverti qui voulait se jouer de lui. Mais pour autant, aurait-il eu la moindre envie de ne pas s’amuser. Ordinaire usant de routine, il avait envie d’autre chose pour une fois, pour briser la monotonie de ces derniers jours. Non pas qu’il s’en plaignait, mais s’il pouvait mettre un peu de piment dans sa vie, il n’était pas contre. Dorénavant, ce serait sa mission. Une armée dans son cœur faite de chevaliers servants, sans peur, sans crainte, sans doute, la bannière dans le vent, partaient à la conquête du vénéré piment. La forteresse à prendre n’était pas des moindres, sein de la synthèse, prospère en ce temps, fabriquent les molécules de nos aliments. Les murs ont des yeux, des yeux mécaniques et électroniques, rien qu’hacker vaillant, il ne puisse détourner.

    Il se mit en root, sans plus hésiter, rien ne lui ferait faire demi-tour. Même avec son mètre soixante dix à peine, il vaincrait. Le code binaire le disait, mieux valait être un nain (un1) qu’un zéro ! Il marchait droit devant, comme suivant son unique but. Qu’importe où il allait exactement, puisque tous les chemins mènent au CD-ROM. Ouvrant son ordinateur portable sur le ventre, mon Brigadier se connecta aux caméras de surveillance du Sapienta, de synthèse alimentaire. Il avait déjà prévu tout ça, parce qu’il était un Ohm qui ne laissait rien au hasard. Il ne venait pas ici sans préparation, il avait déjà prévu la carotte et le bâton. Carotte tout d’abord. Les caméras n’y verraient que du feu, lorsque Shane leur banderait les yeux. D’un noir soudain fut pris les écrans, rapidement remplacé par une vidéo qui tournait en boucle. Le vide. La voie était libre. Quoiqu’il advienne, il relevait le Delphi. C++ c’que c’était. Il pourrait entrer là, sans se faire repérer. Avis de template, Shane passait sans s’arrêter dans l’entrée du Sapienta, malgré ces gens qui le regardaient d’un air de dire ‘mais où il va celui-là’. Un médecin voulut cependant l’arrêter alors que Shane s’engouffrait dans un ascenseur, mais les portes se fermèrent avant. Mon brigadier roula des yeux :

    « Il croit qu’il va m’arrêter… Il se croit au festival de scan lui ou quoi ? »

    Grommela-t-il pour lui-même alors qu’il poursuivait sa route. Lorsque les portes de l’ascenseur s’ouvrirent à nouveau, mon Brigadier était au département de synthèse alimentaire, et les caméras avaient fermé leurs jolis petits yeux. L’absence de lumière rouge le lui indiquait. Shane avait cependant son épée attachée à sa ceinture, au cas où, il n’était pas scanné de la première pluie. Il savait que brandir ce genre de joujou lui permettrait d’obtenir beaucoup de choses. Enfin dans le pire des cas, soft qui peut. Il savait courir. Il ouvrit alors une sorte de vitre en verre, à l’intérieur des tubes en verres. Shane pencha la tête pour lire ce qui était écrit et saisit vivement trois tubes à essais, deux au hasard, et un, un peu moins.

    « Mes hommages à Modem. »

    Fit-il humblement pour lui-même (car il était seul ici), pour remercier de ce qu’il venait de voler. Enfin, il ne le savait pas encore, mais il n’était plus vraiment seul.
avatar
Shane M. Lewis
~ Brigadier Informatique ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Brigade Informatique
Âge réel : 10 ans
Âge d'apparence : 19 ans

Compétences
Mémoire:
3000/10000  (3000/10000)
Compétence principale: Informatique
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hacker Vaillant, Rien d'Impossible

Message par Ysmaël El'Hirajiri le Lun 31 Jan - 2:31

Les ténèbres étaient partout, dissimulaient tout, encerclant les bons et les méchants, les vivants et l'inexistant. Les ténèbres avaient tout englouti, l'ombre et la lumière, les sons et le silence, l'étrange et la banalité. Dans les souterrains, un autre monde vivait, les lois n'étaient plus les mêmes et l'homme s'y trouvait soudain si faible s'il gardait son insouciance d'antan qu'il avait toutes les chances de ne jamais ressortir du labyrinthe où les démons régnaient en tyrans, jouant avec le destin et les dieux sans jamais s'inquiéter des conséquences irréversibles. Ici il n'y avait jamais rien de familier, aucun repère, c'était à peine si l'on osait croire que les lois de la physique s'appliquaient à ces lieux ténébreux. Un faux pas et c'était la mort tapie au fond du gouffre qui attendait l'insouciant qui venait en quelques secondes de perdre toute sa fortune. Ici les ombres ricanaient en silence et les grondements se sentaient plus qu'ils se s'entendaient, étouffés par l'épaisseur des ténèbres mais si proches que l'on croyait toujours sentir leur souffle sur sa peau.

Vide, Chaos, Néant

La peur tapie dans l'ombre attendait le moindre prétexte pour s'emparer de l'âme qui s'approchait si dangereusement d'elle. Peur était une chose bien faible et fragile mais une fois qu'elle avait embrasé le cœur d'un homme, elle pouvait facilement se transformer en terreur et l'émouvoir si fort qu'il finissait par céder et s'effondrer à jamais. Ici il valait mieux ne jamais s'arrêter, toujours poursuivre son chemin avec l'intention de ne pas trop traîner dans le coin, peut-être qu'il fallait aussi courir, courir sans cesse, toujours plus vite, renoncer à la fatigue, renoncer aux sentiments, aux émotions, ne rien laisser transparaître ni quoi que ce soit pénétrer en soi.
L'on avait beau être prudent, être le plus fort ou le plus malin des hommes, on ne pouvait rien contre les ténèbres et l'on finissait toujours par se faire avoir à trop danser avec elles. Triste réalité que la faiblesse de l'homme face au transcendant, à toutes ces choses qu'il ne pourrait jamais maîtriser et contre lesquelles il aimait tant rivaliser, pour la gloire, pour satisfaire son égo, par besoin d'action, par attirance.

Courant au fond des souterrains, il se glissait comme une souris entre les obstacles. Alors qu'on se fichait bien de ce qu'il faisait de ses journées et qu'on ne lui avait pas encore imposé un travail particulier, au lieu de demeurer dans l'oisiveté que certains de ses confrères semblaient particulièrement aimer cultiver, il avait fait des profondeurs de la ville son terrain de jeu préféré. Le jeune frère n'ignorait pas que le coin était mille fois plus dangereux que le jardin d'enfants dans lequel on aurait pu l'enfermer mais il n'avait pas peur d'affronter des monstres, ça lui était arrivé quelques fois depuis le temps qu'il déambulait dans les couloirs sinueux de l'envers de Nosco et il tâchait toujours de battre en retraite le plus vite possible dans des endroits moins risqués, histoire de ne pas se retrouver seul contre une bonne dizaine de ces horreurs.
Le lieu avait un certain charme à ses yeux, comme un terrain vague, il y inventait des histoires, des habitants, il s'était nourri des légendes et des rumeurs qui circulaient et les avaient approfondies grâce à son imagination débordante. La peur n'avait pas sa place au fond de lui, il n'avait pas peur de la mort ni de se blesser, ça lui arrivait plus ou moins régulièrement, ainsi les médecins commençaient à le connaître et il se faisait gronder à chaque fois que la blessure qu'il ramenait aurait pu être évitée, autant dire toutes celles qui avaient marqué un jour ou l'autre son corps. N'allons pas jusqu'à dire qu'il était un habitué des compresses et des aiguilles mais ça arrivait quand même. Il se rendait plus souvent au Sapienta qu'un Noscoien lamba mais pas plus qu'un casse-cou de son genre. S'il n'avait pas échappé aux griffes de la guilde, peut-être l'aurait-on intégré à l'une des brigades en espérant le canaliser et ne pas le ramener à moitié mort ou pire, ne pouvoir plus que remonter son corps sans vie. Il aurait été incapable de savoir si travailler au sein d'une brigade lui aurait plu voire s'il aurait apprécié de travailler pour la guilde, peut-être n'y avait-il pas sa place, après tout il n'avait jamais tenu une arme à feu entre ses mains et il était presque sûr qu'il ne savait pas s'en servir, il en avait même un peu peur. Le jeune homme avait toujours les brigadiers en grippe et il aimait bien faire tourner en bourrique quelques uns d'entre eux, le tout sans trop se faire remarquer, un accident diplomatique était si vite arrivé, mais c'était plus par jeu, par attrait pour le danger que pour une raison particulière voire valable. C'était un peu le petit délinquant pas très dangereux qui aimait bien jouer avec les autorités.

Courant éperdu, l'esprit pris par un jeu ou par la simple volonté de dépenser son énergie dans le dédale des souterrains, la fatigue prenait peu à peu son corps et il ne suffit que d'un moment d'hésitation, d'inattention pour qu'il trébuche sur une ferraille qui trainait par là et que son bras se prenne dans une autre. Lâchant un cri de douleur, il tomba à genoux et plaqua immédiatement son bras contre lui avant de l'éloigner tout aussi vite. Le morceau de métal tranchant avait fait une longue entaille sur son avant bras, déjà inondé de sang. Ce n'était pas une petite blessure et celle-ci lui rappelait celle qu'il s'était faite à l'épaule le jour de l'alerte et dont il gardait encore une cicatrice bien qu'il pouvait encore avoir l'espoir qu'avec le temps elle disparaisse.
Le jeune congréganiste sortit une bande de sa poche, enfin ce n'était pas une vraie bande médicale mais un bout de tissu dont il se servait pour se protéger les bras ou bander ses plaies quand il s'en faisait et qu'il ne voulait pas aller toutes les deux minutes se faire soigner. Là il fallait absolument stopper l'hémorragie, sinon il allait se vider de son sang ou quelque chose comme ça et perdre conscience dans les souterrains ne l'enchantait pas plus que l'idée de perdre toutes ses forces. Il serra fort la bande autour de son bras, heureusement le tissu était noir et l'on ne voyait pas trop qu'il était complétement tâché de sang, quant à son habit, il n'aurait plus qu'à le recoudre ou à le jeter.
Son aventure dans les souterrains prenait fin pour aujourd'hui, sûr qu'il allait avoir pas mal de points de suture avec cette histoire et qu'on l'enfermerait dans une chambre du Sapienta ou dans le sanctuaire de Joshi pour qu'il se tienne tranquille. Cela le fit songer qu'il devrait prendre des cours de secourisme ou de médecine, quelque chose comme ça, au moins pourrait-il se soigner un peu plus lui-même et peut-être que ça lui plairait aussi, après tout, pourquoi pas ?

Une fois qu'il eut fini le bandage, fait comme un infirmier sympa le lui avait appris, il se releva et reprit sa course, se dirigeant cette fois vers les sous sols habités. Si son sens de l'orientation ne le trompait pas – et ça n'arrivait pas souvent – il n'était pas loin d'eux et pourrait donc atteindre rapidement une rame du RAR qui le mènerait près du Sapienta. Par chance, il découvrit même un raccourci et sauta dans la première rame qui ne mit pas plus de temps à l'amener là où il souhaitait aller.
Le petit Ysmaël remonta à la surface et passa les portes, s'apprêtant à se diriger vers l'accueil et expliquer à la femme qui s'y trouvait ce qu'il lui était encore arrivé quand une chose ou plutôt une personne attira son attention. Ce brigadier, il le connaissait, pas très très bien mais il était resté quelques temps en sa compagnie le jour de la pénurie d'ondes alpha. Que faisait-il là ? On lui avait dit qu'il avait horreur des médecins et ça l'avait fait bien rire, ce n'était pas comme si les hommes et femmes en blouse blanche allaient les manger, allons, ils étaient là pour leur bien ! A la rigueur les savants fous qui bidouillaient la génétique, il aurait pu comprendre mais les médecins ! C'était pour la plupart des gens qui aimaient s'occuper des autres et qui étaient très altruistes alors il n'y avait pas de quoi sauter au plafond.
Oubliant aussitôt la raison pour laquelle il était venu, oubliant la douleur qui depuis tout à l'heure élançait terriblement son bras, il se mit en tête de le suivre, aussi discrètement qu'il le pouvait. Aussi se cacha-t-il dans un coin quand l'informaticien fut interpellé par un médecin, et y resta-t-il le temps que l'ascenseur dans lequel il s'était miraculeusement engouffré lui indique l'étage où il allait. Avec la même vivacité, le curieux se jeta dans un autre et indiqua le même étage puis sortit de celui-ci en marchant d'un pas vif, priant pour le retrouver avant qu'on ne le rattrape lui-même et qu'on ne le ramène dans un lieu où il avait réellement le droit de circuler. C'était étrange d'ailleurs qu'on ne le sache pas déjà, enfin il n'y connaissait rien en sécurité, surtout en ce qui concernait l'informatique, peut-être qu'il n'y avait rien de fait pour ça, peut-être que c'était normal. Coup de chance il aperçut dans l'une des pièces son brigadier préféré qui avait l'air de parler eh ben... tout seul.

Un sourire amusé aux lèvres, Ysmaël s'adossa contre l'encadrement de la porte et l'observa un instant avant de se décider à faire connaître sa présence.

Game over, Lewis, lança-t-il avec humour, un brin sarcastique.

Le gamin s'élança jusqu'au jeune homme et s'arrêta à côté de lui.

Alors, qu'est-ce que tu as piqué ? Chuchota-t-il.

Est-ce qu'il allait le dénoncer ? Oh sans doute pas, il n'était pas le genre de petit rapporteur et le chantage ça devait quand même être plus marrant que le fait de jouer les bons citoyens. Et puis si lui, même pas membre de la guilde avait réussi à accéder dans ce lieu, ce n'était pas non plus un truc hyper dangereux classé secret défense.
Est-ce qu'il allait garder la gentillesse qu'il avait eu presque toujours la dernière fois ou est-ce qu'il allait lui révéler à nouveau sa véritable nature et se montrer pire qu'une vipère ? Oh ça il le déciderait selon la manière dont évolueraient les choses.
avatar
Ysmaël El'Hirajiri
~ Nouvel Arrivé ~


Camp : Congrégation de Joshi
Profession : Frère
Âge réel : Réduit à quelques semaines
Âge d'apparence : Une quinzaine d'années, à vue d'oeil.

Compétences
Mémoire:
1000/10000  (1000/10000)
Compétence principale: Combat à mains nues
Niveau de Compétence: Compagnon

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hacker Vaillant, Rien d'Impossible

Message par Aaron Smith le Lun 31 Jan - 9:26










Karlovy était dans son laboratoire. Seule, comme bien souvent quand elle s’y trouvait. Devant elle, des dizaines de verreries étaient soigneusement rangées, à l’exception d’un microscope sur lequel était posée une plaque de verre. Coincé entre deux fines lamelles, un zeste de citron, écrasé, qui prenait une étonnante teinte violette, en raison du colorant qu’elle y avait apposé pour mieux observer la protéine qui l’intéressait. Elle touchait au but. Ou tout du moins, elle espérait ne plus en être loin, car le métier de chercheur contenait sa part de désagréments, comme se rendre compte qu’une hypothèse qu’on pensait jusque là vraie se révélait en fait ne pas concorder avec les résultats expérimentaux… Mettant ainsi à bas un travail fastidieux qui durait depuis de longs mois, voir de longues années. Mais là, elle y était presque : bientôt, elle pourrait améliorer le goût des barres citrons totalement synthétiques, ces barres qui ne s’inspiraient pas de l’espèce qu’ils avaient réussi à recréer sous les serres de Nosco. Prenant une grande inspiration, elle plaça ses yeux contre les oculaires, fit la mise au point, et…

« Oh yeah Karlovy, tu es géniale ! »

Cette exclamation résonna dans le laboratoire vide tandis que, excitée comme une puce, elle s’emparait de son petit carnet et y griffonnait avec empressement des notes, écrites comme des pattes de mouche. Un murmure satisfait s’empara d’elle tandis que, enjouée comme pas deux, elle exécutait un petit saut ressemblant vaguement à un pas de danse, et reposait le cahier rempli sur le bord de la table. Par Joshi, il fallait qu’elle extériorise sa joie. Un grand éclat de rire dévala de ses lèvres, comme une rafraîchissante cascade, tandis qu’elle appuyait avec décontraction sur sa souris. Et hop, image numérisée ! Elle avait réussi à reconstituer une molécule presque semblable à celle du citron, et pourrait ainsi lancer des tests de goût… Si c’était bon – et vu la ressemblance, elle était sûre que ce le serait ! – elle aurait enfin fait un grand pas en avant. Poussant un soupir jouissif, elle se força au calme. Calme. Pour finir de se détendre, elle appuya sur les boutons de ses machines, fit quelques réglages, Plus tranquille, elle s’empara de la lame, la lava, mit ses essais de côté, rangea avec amour le microscope et, emplie du désir de faire une pause, partit quelques secondes dans la salle d’à côté, afin, en réalité, d’écrire ses dernières découvertes plus proprement, sur son ordinateur.

« Mes hommages à Modem. »

Gosh… Elle n’avait pas rêvé, elle avait entendu une voix. Une voix d’homme. Brusquement, elle releva la tête, sans aucun soupçon de peur. Et, à travers la vitre, elle aperçut celui qui avait dit cette débilité – un informaticien, sûrement… Il était petit, et il tenait trois tubes emplis d’aliments synthétiques. Lesquels ? Elle n’en savait trop rien. Mais il devait s’être trompé d’endroit… Quoique, cette phrase était étrange, pour quelqu’un qui s’était trompé d’endroit. Totalement détendue, elle se leva, traversa la pièce et, s’appuyant avec nonchalance contre l’embrasure de la porte, posa ses yeux verts sur Shane, un sourire toujours ravi aux lèvres – Bon Dieu, elle avait trouvé une protéine ! Une évidence vint toutefois la bousculer… La dite protéine était peut-être dans l’un de ces trois tubes. Et dans ce cas-là, ce fourbe lui volerait des années de travail, de croisements et de recroisements, de chimie, de biochimie, et de biologie… C’était hors de question. Et il ne l’avait pas vu.

Elle s’apprêtait à lui adresser la parole, lorsqu’un nouveau personnage fit son entrée dans le laboratoire. Un gamin. Un tout petit être, dont les yeux brillaient d’un éclat mi-moqueur, mi-fasciné en regardant le vol – car c’était probablement bien un vol, même si l’intérêt de voler des tubes de protéines échappait à Karlovy. Il courut vers le brigadier, sans faire montre d’aucune peur, et si pressé qu’il ne remarqua même pas qu’une savante était là, à observer la scène d’un air ahuri. Etait-il normal qu’on entre dans son labo comme dans un moulin ? De ça, elle n’était franchement pas sûre. Et ce type aux cheveux gris tenait peut-être dans sa main sa fameuse protéine… S’il la volait/perdait/détruisait… Houuu, elle n’osait même pas imaginer la façon dont elle se vengerait, mais elle était sûre d’une chose : il le regretterait toute sa vie. Gardant un self contrôle qu’on ne lui soupçonnait pas, elle lança avec décontraction, une pointe d’ironie perçant dans sa voix :

« Auriez-vous besoin d’aide, Messieurs ? »

Elle portait un jean bleu tout ce qu’il y a de plus commun, mollement retenu sur ses hanches par un ceinture blanche. En guise de haut, un ensemble de voiles aux motifs sans significations, un peu transparent, sous lequel on pouvait apercevoir la délicate dentelle d’un soutien gorge rouge. Sur l’ensemble, une blouse, négligemment déposée là et perpétuellement ouverte, qu’elle ne portait que parce qu’on l’y obligeait. Son allure était un peu provocante, sans que rien de tout cela ne soit voulu ou calculé, et elle dévisageait les inconnus d’un regard inquisiteur presque dérangeant. C’est comme ça qu’elle vit l’arme. C’est comme ça qu’elle appuya sur le petit bouton de son bipeur, appelant silencieusement un médecin qu’elle savait dans le secteur : Kim. Elle avait volontairement appuyé sur le bouton rouge, un signe d’alarme, qui disait : « Par Joshi… Choupinou, viens tout de suite, j’ai un problème ! »… Elle aurait voulu lui dire de venir armé, mais elle n’était pas sûre que l’adversaire l’autorise à taper un message sur le dit bipper. Alors, elle espérait qu’il penserait à une arme de lui-même, émettant quand même de sérieux doute. Toujours détendue, elle se redressa, et se rapprocha du charmant couple de damoiseaux voleurs, avant de leur dit, étrangement fascinante.

« C’est très vilain de pénétrer chez les gens sans autorisation. Et encore plus mal de ne pas leur répondre. Alors ? »

Elle faisait preuve d’un envoûtant self contrôle… Mais, au fond d’elle, il fallait reconnaître qu’elle n’en menait pas large, ayant reconnu l’arme que l’homme portait. S’il savait s’en servir, il se débarrasserait d’elle comme d’un vulgaire insecte. S’il savait, et s’il osait, d’ailleurs… Son regard se vrilla dans celui, plus gris, de son interlocuteur. Bon Dieu, faites que des renforts arrivent vite ! Il allait partir avec sa fameuse protéiiiine >.>…
avatar
Aaron Smith
~ Brigadier Informatique ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Information
Âge réel : Tout beau tout neuf !
Âge d'apparence : La vingtaine, peut-être un soupçon plus.

Compétences
Mémoire:
500/10000  (500/10000)
Compétence principale: Informatique
Niveau de Compétence: Compagnon

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hacker Vaillant, Rien d'Impossible

Message par Kim van Berghen le Jeu 3 Fév - 23:22

Bip, Bip, Bip…

Tiens encore un message sur son bipeur ? Cela n’arrêterait donc jamais ? Il avait l’impression de courir d’un bout à l’autre du Sapientia toute la journée, lorsqu’il ne se devait pas en plus de parcourir tout Nosco pour trouver un patient, ou une solution qui parfois pouvait se révéler extrêmement bien cachée. Bon, il fallait dire qu’il ne s’en plaignait et plaindrait jamais, il préférait bouger, avoir un peu d’action que de rester enfermé dans un bureau. Ne pas rester immobile, c’était se déplacer physiquement, mais aussi avancer dans la recherche scientifique, ne pas s’arrêter à chaque problème, plutôt les surpasser et les vaincre.

Alors qu’il avait commencé sa journée comme habituellement à huit heures du matin, trop tôt normalement pour rencontrer déjà des difficultés et pourtant, il avait fallu qu’on l’appelle pour une urgence à la brigade. Une histoire saugrenue qu’il serait mal venu de décrire, car elle était longue, sans intérêt réel, hors sujet et surtout elle n’apporterait rien de plus. Cependant au final il était revenu vers midi au Sapientia avec son taser. Il ne portait normalement pas d’arme, il n’en avait pas besoin quotidiennement et puis au pire des cas, il y avait la plupart du temps un scalpel à porté de main dans une pièce ou une autre. L’après midi avait été un peu plus calme heureusement, il avait simplement du courir de droite à gauche, soulever et déplacer des dizaines de caisses pour aider un de ces petits nouveaux du département qui n’avait pas réussi à faire la moindre chose correctement dès qu’on l’avait laissé seul un instant. Ils avaient donc réparés ensemble les bêtises effectués pendant la matinée, ce qui leur avait prit pas mal de temps. Voilà qu’ils avaient enfin fini de réparer les dégâts et Kim avait autorisé avec joie le jeune apprenti à rentrer chez lui et se reposer… Ou plutôt à laisser se reposer les autres, laissant le scientifique assit sur une chaise, exténué et réfléchissant à comment employer le plus efficacement possible le temps qu’il lui restait. Il était dans la section des recherches alimentaires de la Sapientia, ils y avaient passé les dernières heures, en profitant pour déranger les chercheurs y travaillant, involontairement cela va de soit. Kim avait bien un petit creux à combler, mais toucher aux aliments ici présent n’était pas très conseillé, sauf si l’on voulait être un sujet de tests. Pas vraiment l’objectif de Kim, loin de là. Il préférait être de l’autre côté de la barrière. Généralement c’est lorsqu’on s’y attend le moins que le destin nous tend une perche… Comme un bipeur qui sonne par exemple.

Jetant un œil sur l’objet qui pendait à sa ceinture, il lu « Karlovy Kinsky ». Tiens, à cette heure ? La jeune femme avait elle un problème ? De toute façon, pour avoir une réponse il devait aller voir, et enfin savoir. Il savait exactement où se trouvait le laboratoire du joli cœur, à quelques mètres à peine… Il accéléra donc le pas pour se rendre dans le secteur d’activité de la jeune femme, mais avant même de la voir, il entendit sa voix. La jeune femme posait une, puis deux questions. Des intrus ? Au Sapientia ? Dans CE département ? Etrange… Les rebelles n’auraient pourtant rien à gagner à voler quoi que ce soit ici. Quelques pas plus tard, il découvrait enfin une scène plus que surréaliste… Shane Lewis, informaticien de la brigade, qui tenait deux flacons suspects, et Ysmaël El'Hirajiri jeune homme faisant parti de la congrégation de Joshi. Ce dernier était nouvellement arrivé et pourtant depuis les rumeurs il avait déjà réussit à s’attirer les ennuis plusieurs fois déjà. La dernière fois qu’il les avait vu tous les deux… Oui c’était lors de l’attaque de créatures et ils avaient tous les deux prit cher, les deux ayant combattu de toutes leurs forces. L’homme aux cheveux couleur métal n’avait d’ailleurs pas perdue cette étrange manie de vouloir combattre apparemment, puisqu’il portait à son côté une épée. On traitait souvent les informaticiens d’anti-sport ou activité physique… Shane ne faisait pas parti de ce lot là.

Tiens, j’ignorais qu’une réunion avait été organisée… Ni même qu’il était désormais possible à des nosciens d’entrer dans une zone privée et réservée du Sapientia. Cela peut vous couter cher, monsieur Lewis. Surtout en venant armé. Je vous prierais de reposer ce que vous avez dans les mains et de me suivre vers la sortie, ou faut il que j’appelle la sécurité ?

Il avait été plutôt poli et agréable pour le moment. Normalement les caméras devaient filmer la scène, pourtant cela était contradictoire, car si tel était le cas l’alerte aurait déjà été donnée et les deux intrus n’auraient pas été retrouvés seuls, on pouvait donc en déduire que… Un coup d’œil vers la caméra la plus proche lui confirma l’absence de point rouge indiquant que celle-ci filmait en temps réel.

Croyez vous réellement qu’il soit nécessaire d’abuser de votre position d’informaticien pour cacher vos méfaits ? Détourner les caméras, c’est ajouter une accusation de plus à une liste qui commence à devenir longue. Qu’aviez-vous en tête ?

Non pas qu’il s’énerve, mais il devait s’avouer n’avoir encore jamais connu de tel cas depuis qu’il exerçait. Et qu’on ne lui dise pas qu’ils s’étaient perdus par inadvertance… On n’arrivait pas ici par hasard. Quelle était la raison et le but de leur présence ? Trahissaient-ils la guilde au profit des rebelles ? Depuis quand était on si laxiste ? Le sapientia n’était pas un moulin où tout le monde devait et pouvait entrer comme il le souhaitait. Des secrets hautement protégés pouvaient être cachés dans une clé USB, un ordinateur, ou les poils d’un rongeur. Manipuler sans précaution un des éléments d’expérience pouvait provoquer des dégâts irréparables et faire perdre… des années de recherche !

Heureusement que Lovy, ou Lovely si vous préférez, avait réussit à repérer les deux importins. A deux scientifiques, contre deux… intrus, aucun des deux camps qui semblaient se former inconsciemment, n’était désavantagés. Kinsky, elle semblait suspicieuse et en colère, mais se petit froncement de sourcil la rendait parfaitement charmante, surtout avec sa blouse à moitié ouverte sur ses vêtements fait de voiles légers.

_________________
avatar
Kim van Berghen
~ Chercheur ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Scientifique et médecin de la Guilde
Âge réel : 65 ans
Âge d'apparence : 30 ans environs

Compétences
Mémoire:
10000/10000  (10000/10000)
Compétence principale: Biologie
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hacker Vaillant, Rien d'Impossible

Message par Shane M. Lewis le Jeu 10 Fév - 17:03

    Game over lui avait-on dit derrière lui. Game over ? Lui, Game Over ? Shane haussa un sourcil sans se retourner alors que l’un des tubes, celui qui l’intéressait le plus suivit un tour de passe-passe discret, qui consistait à mettre ce fameux échantillon dans son gant. Glissé à l’intérieur de cette couverture de cuir noir, l’objet devenait invisible. C’était donc fait, à présent, même son voulait le mettre dehors, il avait ce qu’il voulait. A moins qu’on ne le fouille ? Possible. C’est la raison pour laquelle il avait pris d’autres tubes dans ses mains, pour qu’on croie qu’il s’agisse des uniques échantillons pris de son méfait. Shane n’avait pas répondu à cette voix, derrière lui. Pourquoi ? Parce qu’il savait de qui il s’agissait. Cette petite voix enfantine ne lui était pas étrangère, et la dernière fois qu’il l’avait entendue, c’était au sanctuaire de Joshi. Ysmaël, arrivé il y avait à peine quelques mois, avait rapidement rejoint la congrégation, pour des raisons que Shane n’avait pas pris le temps d’élucider d’ailleurs. Néanmoins, lors de sa dernière rencontre avec ce garçon, ce dernier avait eu un comportement assez étrange : sale gosse au début, puis assez gentil bonhomme, lui sauvant même la vie contre les créatures. Quel comportement adopter dès lors ? Il avait certes une dette envers lui mais, tout dépendrait du comportement du petit. Petit qui s’approcha de lui et lui demanda ce qu’il avait pris ? Shane secoua le flaçon, ne sachant pas non plus de quoi il s’agissait, dès lors il répondit un :

    « Je sais pas trop… »

    Il pencha sa tête pour lire ce qu’il y avait d’inscrit :

    « Expérience 54-A-823… Tu crois que si j’en mets dans le verre de Lisbon, ça lui fera pousser des poils au p… »

    Impossible dès lors de savoir quelle était cette partie du corps qui commençait par p qu’une voix féminine vint les interrompe. Ysmaël ne devait pourtant pas connaitre ce Lisbon dont parlait Shane, mais a vu de la phrase, le garçon devait bien se douter que mon Brigadier ne tenait pas ce Lisbon dans son cœur et songeait à lui faire un mauvais tour. Evidement, il ignorait que l’expérience 54-A-823 n’était qu’une protéine alimentaire suffisamment avancée par ne pas avoir d’effets secondaires sur la pilosité de Lisbon. Besoin d’aide ? Il marqua un instant de silence qui sembla agasse la jeune femme, Shane se retourna alors et demanda innocemment :

    « Oui, je me demandais si cette protéine avait des effets secondaires comme une pilosité excessive ? »

    Là, c’était certain, Shane avait délibérément décidé de se noyer dans l’arrogance, quitte à être dans le pétrin, autant s’y enfoncer jusqu’au cou. Au fond, il avait en face de lui une jeune femme, qui n’était vraisemblablement pas armée, rien que Shane ne puisse maîtriser en somme. Restait Ysmaël, et Shane ne savait pas vraiment dans quel camp il allait être celui-là. Mais au fond, il était ici, comme lui, en toute illégalité. Bref, la possibilité de deux hommes contre une femme lui devenait amusante, c’était en fait sans compter sur l’arrivée de Kim, qui posait déjà un peu plus de problèmes. Kim était un ancien Brigadier devenu scientifique, autant dire que ses compétences en combat n’étaient probablement pas restreintes… La dernière fois que Shane avait vu Kim, c’était dans son propre appartement d’ailleurs. Une visite qui avait semblé tirer sur l’amical, mais la chaleur de leur relation semblait se refroidir d’un seul coup.

    « Il me semble savoir où est la sortie. Mais c’est vous, Docteur qui m’avez conseillé de ne pas m’enfermer dans mon travail. Regardez ! Je suis dehors ! »

    Stupide hein ! Aussi stupide que ses joues creusées, les cernes sous ses yeux et la blancheur de sa peau. Shane n’avait pas encore recontacté Kim pour répondre à sa proposition faite de le surveiller et veiller à ce que sa santé ne se dégrade. Et visiblement, c’était pire. Shane en était arrivé à prendre des mesures décalées pour voir des gens, sortir de son travail. Et il savait qu’en faisant quelque chose d’interdit, c’était les autres qui le sortiraient de son travail en le dérangeant pour qu’il lui rende des comptes, puisqu’il était lui-même incapable de le faire. Mon Brigadier regarda encore les deux tubes qu’il avait en mains (le troisième étant invisible sous son gant) et soupira. Il se tourna vers Ysmaël et lui donna un tube :

    « Tiens, joyeuse Sainte Joshi. »

    Il avança vers la femme médecin et lui donna l’autre tube :

    « Octet mignonne… »

    Il quitta les trois et se dirigea vers la porte en chantant faux dans le couloir un :

    « C’est l’histoire de l’.avi ~ » [HJ : dédi à Silvio et le Roi Lion]

    La question est : le laisserait-on partir ?
avatar
Shane M. Lewis
~ Brigadier Informatique ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Brigade Informatique
Âge réel : 10 ans
Âge d'apparence : 19 ans

Compétences
Mémoire:
3000/10000  (3000/10000)
Compétence principale: Informatique
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hacker Vaillant, Rien d'Impossible

Message par Ysmaël El'Hirajiri le Ven 11 Fév - 15:28

Oublié le petit incident lors de l'alerte où il l'avait menacé ? Le gamin n'avait pas le moindre indice pour savoir si c'était le cas ou si le brigadier lui cachait bien sa rancune derrière une fausse sympathie. Bon il lui avait quand même sauvé deux fois la vie et il devait bien avoir une dette envers lui mais Ysmaël n'y songeait pas à ce moment-là, ce serait pour plus tard, le jour où il aurait vraiment besoin d'un service, pour l'instant il n'avait pas d'idée bien précise mais il était certain que le moment venu il saurait quoi faire et quoi lui demander. Le brigadier pouvait toujours refuser mais bon... N'était-il pas gentil là, alors qu'il n'avait aucune raison de l'être ? A vrai dire, il ne savait pas de quel côté se mettre, la balance ne penchait pas particulièrement dans un sens alors il décida de garder son air gentil et d'aviser quand il faudrait prendre une réelle décision.
Shane lui parla d'un Lisbon, il ne connaissait pas cet homme mais visiblement il devait avoir envie de lui jouer un mauvais tour et cela le fit sourire, oh oui ça serait sympa de tester même si ça foutrait sans doute au sein du Sapienta et de la guilde un beau bordel. Ce serait le problème de Shane, lui il s'en fichait ce n'était pas son camp donc pas son affaire et il pourrait ricaner à loisir en voyant, ou plutôt en imaginant, les petits brigadiers s'agiter comme des fourmis dont on aurait désorienté les sens.

Ça serait peut-être marrant... commença-t-il alors qu'une voix les interrompait tous deux dans leur mini complot improvisé contre ledit Lisbon. Si c'était un brigadier ce serait d'autant plus drôle mais la voix féminine, elle ne semblait pas d'accord.

Le jeune congrégationniste se retourna et observa la fille qui les menaçait de sa petite voix. A la vue de sa blouse, il put déduire qu'il s'agissait d'une scientifique, elle avait l'air mécontente qu'on lui pique une partie de ses recherches et c'était compréhensible même s'il s'en fichait totalement. Elle ressemblait à la voix de l'autorité ou de la raison qui voulait dire que non c'est pas bien de voler gnagnagna qu'il faut rendre ce que l'on prend gnagnagna qu'il ne faut pas recommencer gnagnagna. Oh ça va ! Ils n'étaient pas à la maternelle, Shane était assez grand pour être parfaitement conscient de ce qu'il faisait, et jusqu'à preuve du contraire ce n'était pas un idiot fini, quant à lui, il n'avait peut-être pas la tête d'un adulte mais ce n'était pas pour cette raison qu'il fallait lui parler comme on aurait parlé à un gosse. Qu'est-ce qu'elle savait de lui, la petite, hein ?

Oh ça va, pas besoin de nous prendre pour des gosses, répliqua-t-il avec la même ironie qu'elle, on ne vient pas de l'étage psychiatrie vous savez.

Et ce fut à cet instant-là que Kim, médecin et scientifique, rentra à son tour. Oh mais c'était la fête et on avait invité tout le monde apparemment ! Soit il passait par-là par hasard et avait eu envie de se mêler de ce qui ne le regardait pas – oui bon... – soit c'était la fille qui l'avait prévenu mais là n'était pas le problème. Ysmaël connaissait un peu le médecin pour s'être fait soigné plusieurs fois par lui et ne fut pas étonné qu'il se mette à son tour à leur remonter les bretelles mais de manière beaucoup plus développée puisqu'il était plutôt bavard. Enfin très bavard aurait été plus juste.
Il s'était mis à l'observer de manière un peu détaillée mais la scène était trop drôle et s'il avait pu contenir son rire, il n'avait pas pu s'empêcher de sourire, ni de se mettre à regarder tour à tour les deux scientifiques offusqués d'essuyer un tel affront. Décidément il devrait croiser plus souvent le chemin de son brigadier préféré, il y avait toujours moyen de s'amuser avec lui étant donné qu'il semblait être très doué pour provoquer des situations inattendues et follement drôles.

Mais on n'y peut rien si on entre chez vous comme dans un moulin, ajouta-t-il, et puis comme ça vous penserez peut-être à améliorer votre système...

Il avait envie de lui tirer la langue mais se retint, il n'était pas non plus dans une position des plus favorables et tant qu'il n'était pas sûr de sortir sans conséquences, mieux valait ne pas pousser le bouchon trop loin... Mais il n'était pas inquiet, il avait bien au moins une bonne demi douzaine de mensonges assez crédibles pour expliquer son comportement et puis il restait de la congrégation, il avait compris depuis bien longtemps que c'était un avantage dont il pouvait user et presque abuser.
Et soudain il se retrouva avec un flacon dans les mains sans comprendre pourquoi Shane lui refilait ce qu'il avait volé. Ce n'était donc pas pour ça qu'il était venu ? Tiens tiens... Ysmaël le regarda un instant s'éloigner et se décida enfin. Tant pis pour la prudence, il ne pouvait pas résister à l'amusement qu'on lui offrait sur un plateau d'argent !
Alors il s'élança vers la fille et lui donna son flacon, improvisa même une petite courbette.

Enchanté madame de vous avoir connu, à bientôt j'espère.

Et il se mit à courir pour rejoindre son cher brigadier, prenant juste le temps de lancer quelques mots au médecin dont il allait avoir besoin.

Prépare ton fil, ton aiguille et le reste Kim, je vais avoir besoin de tes services !

Il ne s'arrêta pas pour lui expliquer pourquoi il avait besoin de ça, soit il comprendrait qu'il s'était encore blessé ou avait remarqué le bandage improvisé sous sa manche déchiré, soit il ne comprendrait pas et il lui expliquerait quand il reviendrait.

Eh ! Attends-moi Shane ! S'écria-t-il alors qu'il le rejoignait.

En réfléchissant à toutes les paroles du brigadier il semblait quand même avoir perdu la tête mais le gamin ne voyait pas ça comme de la folie mais plutôt comme une sorte d'humour avec de drôles de jeux de mots mais c'était plutôt marrant quand on y réfléchissait. Il avait de la suite dans les idées, le Shane.
Une fois arrivé à sa hauteur, il lui souffla si bas que seul lui pouvait entendre.

Ne t'inquiètes pas, je ne dirai rien...tu vas finir par me devoir beaucoup de choses toi...

Mais ses mots n'étaient pas vraiment ironiques, c'était juste un simple rappel, comme ça. D'ailleurs il lui adressa un sourire amical avec tout ce qu'il pouvait y avoir de gentil.
avatar
Ysmaël El'Hirajiri
~ Nouvel Arrivé ~


Camp : Congrégation de Joshi
Profession : Frère
Âge réel : Réduit à quelques semaines
Âge d'apparence : Une quinzaine d'années, à vue d'oeil.

Compétences
Mémoire:
1000/10000  (1000/10000)
Compétence principale: Combat à mains nues
Niveau de Compétence: Compagnon

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hacker Vaillant, Rien d'Impossible

Message par Karlovy Kinsky le Ven 11 Fév - 18:43

Bon, d’accord. La situation avait quelque chose d’étrange. Non, étrange n’était pas vraiment le terme… Carrément bizarre convenait mieux. Autant le dire, Karlovy était surprise par une telle réaction. Résumons. Deux intrus, dont un enfant, pénètrent dans les laboratoires du Sapientia par effraction. L’un des deux, si ce ne sont les deux, vole des tubes – ses précieux tubes ! – d’une nourriture qu’ils peuvent se procurer à moindre coup et bien plus facilement – d’autant qu’apparemment, l’un des deux est capable de fermer les yeux des caméras. Là, on aurait pu dire étrange. Seulement, ils se font surprendre – certes, n’étant qu’une femme à l’apparence chétive, elle pouvait comprendre qu’ils ne paraissent pas trop effrayés – et se mettent à rire allègrement en se moquant à moitié d’elle. Pire, quand les renforts arrivent, c’est à dire notre cher Kim Van Berghen, ancien brigadier et plutôt costaud, ils sourient, rendent les tubes et s’en vont sans prendre garde au savon qu’ils viennent de prendre. On peut le reconnaître : il y avait de quoi se poser des questions.

N’ayant, à première vue, rien d’intelligent et de frappant à répliquer, la jeune doctoresse resta muette, scellant sur ses lèvres un sourire mi-amusé, mi-incrédule. Il y avait quelque chose qu’elle ne parvenait pas à savoir, un détail qui clochait. Elle laissa ses yeux courir tour à tour sur les trois autres personnages, tous très différents… Le premier était Kim, le fameux Kim, le séduisant Kim, dont la présence était plus que rassurante. Le suivant, apparemment, s’appelait Shane Mael Lewis. Petit, brun, un visage fûté mais apparemment fatigué, et tirant presque vers la folie… Il avait son propre charme, un dynamisme interne dont on ne parvenait pas à déterminer la source, une intelligence perceptible d’un simple coup d’œil… Mais alors, pourquoi avait-il décidé de faire quelque chose de stupide, comme voler un tube de protéines au sein même des laboratoires du Sapientia ? Il était connu par le docteur, qui semblait le tenir dans un froid respect… Qui vira vite à la colère. Il était rare que Van Berghen paraisse avoir une quelconque animosité envers qui que ce soit, et ce détail attira Karlovy comme le miel attire les mouches. Décidément, cette visite surprise sortait de l’ordinaire… D’autant qu’on y retrouvait un enfant, chose on ne peut plus rarissime dans l’enceinte de Nosco… Et on devait souvent lui rappeler, d’où l’attitude moqueuse et agressive qu’il avait adoptée, comme blessé dans son amour propre…

Soudain, le petit congréganiste lui posa un tube dans les mains, comme l’informaticien quelques secondes auparavant et s’élança dans le couloir, suivant apparemment celui qui lui servait de modèle comme l’aurait fait un chien. La brunette mit quelques secondes à réaliser ce qu’il venait de se passer, tirée de ses pensées par ce simple mouvement… Que s’était-il passé ? Avait-ce été réel ? Karlovy secoua sa tête, créant sans vraiment s’en rendre compte un envoûtant mouvement de cheveux. Il ne lui semblait pas avoir imaginé la scène, et la présence de Kim en était la preuve – quoique Kim rejoignait souvent ses rêves, ces temps-ci… Mais passons. Bon. Mettons que ce soit vrai… Qu’en était-il de sa protéine ?! Soudainement beaucoup plus réactive, la damoiselle posa ses yeux verts sur les étiquettes et, d’un coup d’œil, repéra celle qu’elle voulait revoir à tous prix, et lâcha un profond soupir de soulagement – les codes des autres étant rentrés et dans sa machine, et dans son cahier, et dans sa tête, elle ne risquait pas de les perdre, ce qui n’était pas le cas de ceux de son précieux citron. Avec précaution, elle reposa les tubes à leur place, et examina la situation d’un coup d’œil. Elle connaissait cet endroit par cœur. Elle était en charge de la synthèse de ces protéines indispensable aux noscoiens depuis des années. Elle vit tout de suite qu’il en manquait une : le piment. Son sourcil se releva et, d’une voix neutre, elle déclara simplement, à titre d’indication pour son collègue :

« Il manque le piment. »

Oui, il manquait le piment. Et alors ? L’incident n’était pas bien grave, et elle aurait tôt fait d’en refaire quelques tubes, cet ingrédient n’étant que peu utilisé, et demandant une matière première peu coûteuse. Elle n’avait aucune envie de créer des problèmes aux petits voleurs, et en venait presque à regretter avoir appelé Kim… Il avait un sens épatant de la loi, de l’ordre et de la justice. Elle n’était pas sûre qu’il apprécie beaucoup le geste, mais ne voulait pas créer un esclandre pour si peu. Alors, dans la seconde qui suivit, elle vrilla ses yeux verts dans les siens, noisettes, posa sa main sur son bras et, se rapprochant légèrement, presqu’inconsciemment, lui affirma, d’une voix douce, sensuelle mais néanmoins ferme :

« Laisse-les partir. Ce n’est pas une grande perte, et ils n’ont pas causé de souci. S’ils reviennent, de toutes façons, tu as leur nom. Mais inutile de t’engager dans une lutte sans réel intérêt qui n’apportera rien de bon : ni à eux, ni à nous. »

La belle était joueuse, et bonne perdante. Mais il était hors de question que cela se termine comme ça, et son cœur, son corps et son esprit criaient vengeance. Elle savait du brun qu’il était informaticien, et elle connaissait son nom. A son tour, elle lui ferait un petit cadeau, une petite marque, un quelque chose qui lui montrerait qu’elle se souvenait de lui, qu’elle se souviendrait de lui, et qu’elle se vengerait de lui. Oh, bien sûr, pour répondre du tac au tac, elle ferait mieux de voler un quelque chose à Shane. Mais voler un homme de la brigade informatique lui semblait une idée peu judicieuse, surtout dans sa situation : on la pensait déjà traître à la guilde – ce qui n’était pas faux, il faut en convenir… Mieux valait ne pas ajouter de l’huile sur le feu, on serait capable de lui imputer un désir d’aider les bleus qui ne plaiderait pas en sa faveur. Alors, elle trouverait autre chose. Elle serait inventive. Il lui faudrait aussi trouver un moyen de communiquer avec le petit congréganiste, histoire que, lui aussi, ait sa punition… Oooh, Karlovy s’en amusait d’avance ! Encore fallait-il que Kim les laisse partir avec le tube. Sinon, la vengeance n’aurait pas lieu d’être.
avatar
Karlovy Kinsky
~ Biologiste ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Technicienne dans la synthèse alimentaire
Âge réel : 19
Âge d'apparence : 27

Compétences
Mémoire:
250/10000  (250/10000)
Compétence principale: Biologie
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hacker Vaillant, Rien d'Impossible

Message par Kim van Berghen le Sam 12 Fév - 18:17

Shane se moquait clairement de lui, employant un de ses arguments contre lui, le détournant de son sens originel. Kim avait il conseillé à l’informaticien d’aller se mettre en danger en sortant ? Encore heureux que le jeune homme ait décidé de se promener au Sapientia plutôt que dans les souterrains… Dehors pour prendre l’air, se changer les idées… Oui en effet, c’est ce qu’il faisait, tout en se mettant en danger lui-même, allant contre certaines règles de Nosco. En tout cas il semblait avoir trouvé en Ysmaël El'Hirajiri, un compagnon de jeu pour ses farces, l’adolescent ne gardait pas sa langue dans sa poche. Améliorer le système ? Fallait il donc qu’ils passent au dessus de la brigade informatique pour se protéger des intrusions ? Cela risquait d’être compliqué, personne n’avait un niveau supérieur à Tristan Darek ou Shane Lewis dans les scientifiques du Sapientia, pas en ce qui concernait l’informatique. Et puis il ne suffisait pas d’avoir accès à Oméga pour gérer ce genre de choses…

Préparer son fils et son aiguille ? Encore une fois ? Ce n’est qu’à ce moment là que le médecin aperçu la blessure du jeune homme, où avait il encore pu se faire mal ? Shane aurait mieux fait d’offrir à son ami un gilet de protection plutôt qu’un tube à essai, cela lui aurait été bien plus pratique. Alors que l’homme en blouse blanche s’apprêtait à aller rattraper les deux intrus et à leur remonter les bretelles par un petit sermon, Lovy constata que tous les biens volés n’avaient pas été restitués. Le piment ? Pourquoi le piment ? Shane semblait avoir assez de mal comme cela à manger pour qu’il ajoute du piment à haute dose. Pourquoi un tel vol ? Etait ce volontaire ou une simple erreur ? Il n’avait peut être pas pu atteindre son réel but ? Alors qu’il voulait réclamer son du, son amie scientifique le retint par le bras, lui assignant de les pardonner et de les laisser partir. Il hésita un instant, croisant les yeux vert de son interlocutrice, puis abandonna la lutte, il lui obéirait, de toute façon il n’était pas d’humeur à s’énerver ou à tenter de parler sans se faire écouter. Il hocha donc la tête et ajouta.

Tu avais encore besoin de moi, ou je peux aller soigner notre petit Arsène Lupin ?

Flute, c’était sortit tout seul, une référence à… Elle ne pourrait pas comprendre, peut être interpréterait elle le nom comme celui d’un habitant de Nosco qu’elle n’avait jamais connu. Très certainement même, et c’était mieux pour elle. Il fit un dernier sourire avant d’emboiter le pas aux deux hommes, il n’avait pas le matériel nécessaire ici, mais pourrait toujours emprunter rapidement une salle de consultation ou d’opération, selon la gravité de la blessure, pour remettre en état de congrégationniste.

Attendez-moi.

Au dernier moment, il se glissa dans l’ascenseur avec Shane et Ysmaël.

L’avi. ne fait peut être pas le moine, mais on ne ment pas Pi… Pi reste un nombre pour lequel des mathématiciens se sont enflammé sans résultat… Même toute l’eau de Nosco n’aurait pu les calmer…

Un avertissement crypté à moitié moqueur. Il surveillerait juste ses plats et ce qu’il mangerait en présence de Shane dorénavant, on ne savait jamais combien de temps il était possible de garder le piment avec ses propriétés intactes… Surement des siècles.

_________________
avatar
Kim van Berghen
~ Chercheur ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Scientifique et médecin de la Guilde
Âge réel : 65 ans
Âge d'apparence : 30 ans environs

Compétences
Mémoire:
10000/10000  (10000/10000)
Compétence principale: Biologie
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hacker Vaillant, Rien d'Impossible

Message par Shane M. Lewis le Sam 12 Fév - 22:13

    Il partait. Il partait parce qu’on le laissait partir/ Il sentait, caché dans son gant, le tube qu’il avait dérobé. Le piment. Qui serait sa victime ? Il n’y avait pour ainsi si dire par encore vraiment pensé. Le fait étant que Joshi aimait faire des farces et que Shane trouverait bien quelqu’un qui ait suffisamment confiance en lui pour manger ce que mon Brigadier donnerait. A ce même moment, une idée commençait déjà à montrer le bout de son nez. Aaron. Aaron avait beaucoup de choses à apprendre à Nosco. Il devait accumuler tellement d’information que si Shane lui disait de rester tout le temps sur ses gardes en tant que brigadier informatique, ce serait une information parmi tant d’autres qui passerait dans son cerveau. S’en souviendrait-il ? Est-ce que ça le marquerait suffisamment ? Non, parfois, il fallait utiliser des méthodes chocs, des méthodes qui permettent que la leçon soit bien retenue. Kim avait demandé à Shane de former Aaron en matière informatique. Il ne lui avait pas dit de faire ça avec douceur. Mon brigadier développait en plus un certain sens du sadisme. Pour sûr, Aaron allait déguster.

    Victime trouvée, Shane eut un petit sourire qui s’afficha sur ses lèvres. Une voix derrière lui. Ah oui, Ysmaël ! Son tube ne lui plaisait pas ? Roh, dommage, enfin le laboratoire n’était pas bien loin, il pouvait faire un petit échange non ? Ah, et puis non, ce n’était pas la raison pour laquelle le jeune congrégationiste venait le rejoindre. Oui, beaucoup de choses, c’était sans dire : deux sauvetages de vie et un silence. Un petit sourire sur les lèvres, Shane tapota l’épaule du gamin :

    « Tu sais, ce ne serait pas l’UNIX soucis de mes vieux jours. Je te rendrai ça. »

    Il appela l’ascenseur et les deux s’y engouffrèrent… Rejoints par Kim qui visiblement avait tout compris de ce que trafiquait Shane. Les portes s’étaient refermées, et Shane aussi refermé dans une crainte léthargique. Il ne bougeait pas, il le disait rien, il s’était mis dans le coin de l’ascenseur, immobile, comme un homme de glace. Sitôt les portes ouvertes au rez de chaussée, l’informaticien retrouva ses mouvements, et la parole :

    « Le C-RIMM ne paie pas… Sauf quand on le laisse filer. Adieu monsieur le processeur. »

    Hors de l’ascenseur, Shane filait, loin très loin d’ici. Le Sapienta, ce n’était vraiment pas pour lui. Et sur la même lancée que « c’est l’histoire de l’.avi », il continua de chantonner un :

    « Un jouuur, mon Print viendraaaa… »


    Et hop, apu Shane.
avatar
Shane M. Lewis
~ Brigadier Informatique ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Brigade Informatique
Âge réel : 10 ans
Âge d'apparence : 19 ans

Compétences
Mémoire:
3000/10000  (3000/10000)
Compétence principale: Informatique
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hacker Vaillant, Rien d'Impossible

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum