La Danse des Lames

Aller en bas

La Danse des Lames

Message par Judikhael Wienfield le Sam 1 Jan - 19:29

Comme chaque semaine, quand ce n'était pas deux à trois fois par semaine, Judikhael était en entrainement intensif au maniement des armes, en privilégiant ses armes de prédilection à savoir les lames. Les armes blanches. Ses armes chéries qu'il aimait tant entendre siffler autour de lui, en pourfandant l'air tel un ennemi invisible et insaisissable. Un coup d'estoc, contre-riposte, contre-temps pour préparer un mouvement de dégagement, septime, enveloppement, coup droit, puis à nouveau parade et esquive... Il aimait toutes ces passes, même si aucun adversaire pour l'heure ne lui donnait du fil à retordre.

Se battre, ferrayer, combattre même si un adversaire imaginaire, cela lui donnait cette indicible sensation d'être vivant, d'être.. réel. D'exister. D'être vraiment. D'être. Tout simplement. Plus qu'un simple entrainement qui lui permettait de ne pas perdre la main, d'entretenir son savoir faire et sa maitrise de ce qu'on appelait en un autre temps escrime, c'était aussi une manière pour lui de se ressourcer. De se sentir de nouveau vivre, pleinement, entièrement, de redevenir lui-même. Surtout ces temps-ci où il avait eu la désagréable impression de perdre pied et de se perdre par la même occasion. Il ne comptait plus, ces derniers mois ou ces dernières semaines, les bourdes et autres fautes commises plus ou moins consciemment. Il se sentait indigne de son grade, de son titre, indigne de la Guilde et, pire encore, indigne de l'Impératrice et de lui-même. Il ne se sentait plus que l'ombre de lui-même. Sauf en cet instant...

Sauf en cet instant où il pouvait de nouveau sentir sa lame vibrer dans l'air, où il pouvait sentir les muscles de son bras se tendre pour la lever et la faire pourfendre ses environs, où il pouvait sentir tous ses muscles presque crier à l'agonie d'être si follement solliciter, où il pouvait sentir son sang pulser en lui sous l'effet de l'adranéline et de l'excitation, où il pouvait sentir son souffle devenir erratique sous l'effort physique... Oui, là, à cet instant, il était vivant, et mieux encore, il était lui-même. Lui-même. Un concept qu'il redécouvrait presque alors...

Cela faisait certainement presque deux bonnes heures qu'il s'entrainait ainsi, sans véritablement prendre de pause, variant les rythmes effrénés avec des rythmes plus lents et plus posés, où il se contentait de revoir les passes classiques. Mais quand bien même le temps passait, et qu'une bonne douche commençait à devenir plus que nécessaire, son débardeur imbibé de sueur lui collant à la peau plus que nécessaire et commençant à gêner ses mouvements, il n'avait aucune envie de s'arrêter. Il commençait pourtant nettement à sentir la fatigue s'apesantir sur ses épaules, ses pas se faisaient un peu plus lourds, mais... Mais il n'avait pas envie de s'arrêter. Pas tout de suite. Un peu plus de fatigue ne lui ferait pas de mal.

Il en était à ces pensées, quand la porte de la salle d'entrainement s'ouvrit. Il ne prêta d'abord aucune attention à la personne qui venait ainsi s'incruster dans la pièce. Ses hommes, au vu de l'humeur massacrante qui l'avait rongé toute la matinée et avec laquelle il était entré dans la salle, avaient cru bon de ne pas le déranger et de le laisser se défouler seul, ce en quoi, quelque part, il leur en était reconnaissant. Tous sentaient que quelque chose n'allait pas en lui, que quelque chose le travaillait. Mais personne n'avait osé aborder le sujet avec lui, en face de lui, même si les rumeurs allaient sans doute bon train dans son dos. Personne excepté son second, sacré gamin qui s'était montré étonnamment... inquiet et plein de sollicitude à son sujet. Non pas de pitié. Anthelmios ne lui avait montré aucune pitié, mais juste... une sincère inquiétude. Et une réelle volonté de l'aider à surmonter tout cela. Ce dont Judikhael ne pouvait que lui être reconnaissant. Mais mis à part lui... Personne d'autres n'avaient osé, ouvertement, aborder le sujet avec lui. Sans doute Pepi aurait-elle osé... s'il avait eu le courage d'aller, enfin, la voir...

Il était donc quelque part étonné de voir quelqu'un oser quasiment l'interrompre dans son entrainement, mais préféra ne pas y prêter garde de suite. Ce n'est que quand le souffle commença à lui manquer et qu'il dut passer à un temps plus posé, qu'il se permit un coup d'oeil en direction du nouveau venu.

De la nouvelle venue, rectifia-t-il, quand il reconnut la jeune femme. Welka. Nékorovy Welka. jeune femme talentueuse, brigadière d'élite même si dans un domaine classé confidentiel pour les non gradés, et maitre lame comme lui. Une brigadière qu'il appréciait particulière d'ailleurs de ce fait.

- Miss Welka, fit-il alors en guise de salutations, accompagnant ses mots d'un simple signe de tête. Si vous voulez la place... je peux m'en aller, concéda-t-il.

Jugeant qu'il avait sans doute assez monopliser la salle d'entrainement pour aujourd'hui. Et se disant, il s'arrêta enfin, laissant son bras armé retomber souplement le long de son corps, se préparant déjà à reposer sa lame sur son support et à reprendre ses effets.

_________________


La vérité, comme la lumière, aveugle.
Le mensonge, au contraire, est un beau crépuscule, qui met chaque objet en valeur.

Albert Camus
avatar
Judikhael Wienfield
~ Guildien ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Haut Conseiller
Âge réel : 111 ans
Âge d'apparence : 30 ans

Compétences
Mémoire:
4250/10000  (4250/10000)
Compétence principale: Armes blanches
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Danse des Lames

Message par Nékorovy Welka le Dim 2 Jan - 23:40

Ce n'était pas encore l'heure, mais ce matin là, une force transcendante poussait la jeune Néko à se rendre hors de ses appartements.

Quelques minutes auparavant, elle était assise sur le tapis de sa chambre, chiffon en main et lustrait comme à l'accoutumé, ses ''Stimulateurs de consciences'' tout en se remémorant ses horribles actes pour certains, mais toujours aussi plaisants pour elle. Un fin sourire s'était alors affiché sur son doux visage et un regard luisant, plein de malices se traduisait alors dans ses yeux couleur émeraude. « Si seulement il n'avait pas tant tardé à me révélé les secrets de sa conscience... » pensait-elle tout en fixant sournoisement l'une de ses dagues qui fut sans l'ombre d'une hésitation, projetée avec rapidité, d'un geste souple du poignet et de la main, contre le cadre fait de bois du miroir placé sur l'un des murs de sa chambre. « Quelque soit ma cible, toujours, se disait-elle, toujours je réussirais à l'atteindre ». Nékorovy aimait ce qu'elle faisait... extirper la vérité de l'âme humaine et ce fut dans ce flot de pensées et de souvenirs que la jeune femme se décida enfin à se rendre dans les Bureaux de la Brigade Impériale, afin de pouvoir s'entrainer dans le lieu approprié. A ce moment là, elle était en avance de quelques dizaines de minutes mais, une force immuable et ineffable la poussait à s'y rendre. Il fallait s'entrainer car elle n'avait, ces derniers temps, personne à éviscérer et c'était bien là le signe d'une accalmie de la part des Rebelles ou tout autre opposant au Régime Impérial.

Un passage éclaire dans les Bureaux sans vraiment porter attention aux personnes présentes puis, en route vers la salle d'entrainement. Pantalon de cuir, bottes souples noirs à talons – très utile lors de sanglant interrogatoires ou de combat – et son fidèle chemisier légèrement ouvert mais en rien provoquant. Welka était ainsi vêtu. On ne croirait pas que cette jeune femme allait s'entrainer habillée de la sorte, et pourtant, elle était habituée à combattre dans un tel accoutrement. D'habitude elle portait ses jupes fendue sur le côté pour plus d'aisance lors de ses mouvements, mais ce jour là, un pantalon ne lui était pas de refus. Personne ne l'a jamais vu vêtu d'un short ou d'un jogging... et encore moins d'un débardeur. Allez savoir pourquoi! Bref!
Nékorovy n'eut pas le temps de s'arrêter devant les portes qu'elles s'étaient déjà ouvertes sur l'immense espace . Il y avait quelqu'un à cette heure-ci en salle. Wel jeta un œil sur le réveil électronique accroché au-dessus de la porte qui lui indiqua qu'elle avait cinq minutes d'avance, puis d'un pas souple et modéré, entra enfin dans l'immense salle.

S'il y avait bien une question que l'on pouvait se poser c'était bien la suivante : où sont les armes de Néko ?

A peine fit elle quelques pas que les portes se refermèrent aussitôt. Qui pouvait bien s'entrainer seul à cette heure là ? C'était son supérieur, le haut conseillé et responsable de la section des Brigadiers, Judikhael Wienfield en personne. Appuyée contre la parois à laquelle l'homme donnait son dos, Welka l'observait. A cet instant précis, elle décrivait la scène et avait du plaisir à voir un tel spectacle. Elle ne l'avait, jusqu'ici, jamais vu à l'entrainement et Néko était entrain de prendre conscience que son avance n'était pas dût au hasard.
Nékorovy Welka n'avait pas peur de son supérieur mais lui témoignait beaucoup de respect comme à tout les autres d'ailleurs. Elle ne l'interrompit donc pas à son ''jeu'' et n'interrompit pas non plus, le plaisir qu'avait son âme à le voir danser sur ces notes invisibles que seuls les maîtres d'armes notamment d'armes blanches pouvaient ouïr. Judikhael était redoutable mais Welka aussi. Il était donc un parfait adversaire. Cette femme semblait plus concentrée que jamais, comme absorbée par la scène, par les mouvements continus de cet homme semblant essoufflé et lasse après nombres d'efforts et de rudes batailles contre l'invisible. Non, elle ne l'admirait pas, elle l'appréciait. Le seul qu'elle admirait secrètement n'était pas prêt à la rencontrer une fois de plus et elle non plus.

L'odeur du sang semblait lui monter aux narines. Vision, souvenir. Judikhael était un homme aux traits sévères et d'un regard de glace et surtout...cette voix grave à vous rappeler à l'ordre. Son combat sembla prendre fin quand il se retourna vers la jeune femme tout en la saluant, elle fit de même et le salua instantanément d'un mouvement de la tête. Puis, il enchaîna en lui disant que si Néko le souhaitait, il pouvait s'en aller. Et sans attendre une réponse de la part de la jeune femme, Judikael allait poser son arme. Welka pouvait prendre la parole et répondre mais au lieu de cela, d'un geste rapide, en quelques fractions de secondes, l'une de ses dagues venaient tout juste de frôler la main de son supérieur pour se planter quelques mètres derrière lui, dans un mannequin de bois conçu justement pour l'entrainement au lancé de couteaux. S'il avait bougé d'un pouce, Welka aurait pu le blesser mais, elle avait parfaitement calculée son geste. Presque dans le même temps, elle saisit une arme parmi celles présentes dans la salle.
« Votre garde aurait-elle ployée ? » dit-elle le regard fixe, sans expression, dans celui de son interlocuteur, cimeterre – arabe – pointé en sa direction au niveau de la gorge. Deux mètres les séparaient.

Elle le fixait sans même baisser son arme. Néko savait qu'il était très fort, elle ne le sous-estimait pas. D'ailleurs, elle ne sous estimait personne.
Là, tout de suite, Wel faisait mine de le tenir en joue en avançant prudemment. Une fois assez proche de lui, elle déclara à voix basse, sifflante et appuyant sur le son 'i' : « Et si votre conscience guidait votre danse...Voudriez vous, de ce pas m'en accorder une ? ».
Welka fit de même, elle ne le lui laissa pas répondre de suite, que le bruit des deux épées laissèrent échapper quelques notes. Ils s'étaient très proches l'un de l'autre, leurs armes seuls les séparaient. Welka eut l'air de sourire et attendit un geste, une réponse significative de sa part.
avatar
Nékorovy Welka
~ Brigadier d'Elite ~
Assassinat


Camp : Guilde Impériale
Profession : Brigadier d'Élite dans l'assassinat ; Brigade anti-terroriste
Âge réel : 21
Âge d'apparence : 26

Compétences
Mémoire:
750/10000  (750/10000)
Compétence principale: Armes blanches
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Danse des Lames

Message par Judikhael Wienfield le Lun 10 Jan - 14:11

A peine avait-il amorcé le geste de poser son arme qu'il sentit plus qu'il ne vit le vent siffler contre sa main. Une dague venait de l'effleurer, si légèrement qu'il n'avait pas même une éraflure, mais si près qu'il sentit un frisson le parcourir à la pensée, que, si elle l'avait voulu, elle aurait pu le tuer. Car oui, il savait pour Welka. Il savait ce qu'elle était. Ce qu'elle était vraiment. Et la voir déployé soudain son art devant lui. Enfin pas tout son art, il pouvait aisément l'imaginer.

S'ils avaient les lames blanches et leur maitrise en commun, il devait avouer qu'en lancé de dagues elle le dépassait de loin. Jamais il ne se serait risqué à une telle démonstration de dextérité. Pour la simple et bonne raison qu'il n'en avait pas autant. Ils étaient tous deux maitres lames, mais dans deux styles différents. Là où lui jouait plutôt sur l'endurance, et la force de frappe, tout de savantes parades habillées, elle jouait sur un registre de vitesse et d'adresse. Deux styles complémentaires, mais deux styles redoutables quand ils s'affrontaient à n'en pas douter.

Et rêvait-il ou était-ce une invitation en duel qu'elle venait de lui proposer ? Mais le cimeterre arabe qu'elle pointait éhontément vers lui ne laissait aucune confusion possible. Judikhael hésita un instant. Il était franchement exténué, s'étant dépensé sans compter. Et Welka étant un adversaire non négligeable, il n'était pas bien sûr de pouvoir dignement la combattre dans son état de fatigue. Mais...

Mais fierté masculine mal placée ou quoique ce soit d'autre, il ne se sentait pas non plus de décliner cette offre. Ce serait... lâcheté ? Offense envers elle qui risquerait de le prendre mal et de se sentir discriminée ? Là o il n'avait jamais refusé un duel à son second ou à l'un de ses hommes quand ceux-ci osaient le lui demander, pourquoi lui refuserait-il à elle ? Et cela ne ferait-il pas un bon entrainement ? En cas d'attaque, rebelles ou créatures, fatigue ou pas, il se devait de combattre, quelques soient les protestations de son corps.

- Je ne pensais pas devoir la garder lever en votre présence, rétorqua-t-il alors d'une voix grave et un peu rauque, forçant pourtant son souffle à redevenir normal.

Il la vit alors avancer vers elle, souplement, presque féline, une chasseresse devant sa nouvelle proie, une guerrière devant son nouveau lutteur. Un fin sourire vint étirer ses lèvres pâles, tandis qu'il levait de nouveau sa garde, lui signifiant ainsi clairement qu'il acceptait son offre. Et grand bine lui avait pris, que déjà leurs deux lames s'entrechoquaient.

- Ce serait un honneur, Miss Welka. Je vous laisse mener la danse ? Offrit-il , raffermissant sa prise sur son arme, tout en la repoussant doucement mais surement, d'une prise de fer assurée.

Prêt à riposter dès qu'elle se ruerait à nouveau sur lui. Calmer ses sens, se concentrer, se forcer à rester sur l'instant présent, effacer toute autre pensée de son esprit agité... et parer les coups qu'elle lui offrait déjà, pour lieux étudier sa danse. Serait-ce une valse ou un tango qu'elle choisirait ?

_________________


La vérité, comme la lumière, aveugle.
Le mensonge, au contraire, est un beau crépuscule, qui met chaque objet en valeur.

Albert Camus
avatar
Judikhael Wienfield
~ Guildien ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Haut Conseiller
Âge réel : 111 ans
Âge d'apparence : 30 ans

Compétences
Mémoire:
4250/10000  (4250/10000)
Compétence principale: Armes blanches
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Danse des Lames

Message par Nékorovy Welka le Mar 11 Jan - 21:36

Il avait répondu malgré sa fatigue. C'était bien là un courageux et vaillant adversaire. Il ne reculait devant rien et il portait bien le titre de chef, mais le méritait-il réellement? C'est ce qu'allait découvrir Welka. Allait-il gagner quelques grades dans son estime? Peut-être que oui, sans doute même.

Elle l'avait fixé et cherché à connaître ses intentions. Il avait douté, il avait longuement réfléchie...Était-ce la raison, la fierté, ou simplement par politesse que Judikhael avait accepté de relever son défi ? Un duel. Il avait conscience de son état, de sa fatigue et Néko aussi en était consciente mais, ce n'était pas cela qui la convaincra de jouer souple. Non, elle allait combattre comme toujours, avec dextérité, agilité, sensualité, circonspection et surtout, frapper là où il faut, comme il faut. C'était là sans doute la même chose pour son adversaire bien plus fort physiquement qu'elle, sans doute très endurant et peut-être fin subtile? C'est ce que l'on verra.
« Je ne pensais pas devoir la garder lever en votre présence » dit-il tout en tentant de réguler son souffle. Puis, la réponse ne tarda pas. Elle fut très claire.
« Ce serait un honneur, Miss Welka. Je vous laisse mener la danse ? » Il avait accepté. Mais en plus, Judikhael lui laissait mener la danse ? D'habitude, Welka ne commençait jamais la première préférant laisser son adversaire toujours se démarquer afin d'analyser ses coups, sa façon de batailler, de conjuguer corps, réflexes, âme et arme. Aujourd'hui, elle allait débuter la danse...mais qui allait l'achever ? Et surtout comment tout ceci allait finir. La jeune femme avait déjà son idée mais, il fallait avant, savourer le jeu, ne pas piétiner le pied de son partenaire...Elle n'avait pas opté pour un slow, ni une valse, ni un tango... Nékorovy Welka avait choisit le Flamenco, une danse pleine de charmes, de sensualités, de mystères et de surprises... oui de surprises.

Judikhael avait accepté, il avait aussi témoigné de sa force en repoussant son adversaire d'un simple geste. Elle se mit en garde de suite. L'équilibre ainsi que son temps de réaction étaient primordiales tout comme sa position et la façon de maintenir son cimeterre dans sa main droite. Doucement, elle avança de façon littérale jaugeant son adversaire du regard puis, fit un bond avant suivit d'une feinte pour ensuite l'attaquer réellement de façon à lui porter un coup latéral haut visant à frapper le dessus de son épaule droite, lame oblique et enchaîna en passant son cimeterre au niveau des jambes tout en faisant un pas en arrière afin d'éviter une attaque provenant du haut pour remonter d'un mouvement rapide ponctué de zigzags vers le cou, retournant au point de départ au dessus de l'épaule droite de Judikhael cherchant à le déstabiliser et l'atteindre.
Tout ceci c'était vite déroulé et Néko se retrouvait maintenant en position de garde prête à parer d'éventuelles attaques à une bonne distance de son antagoniste.

Le regard dans celui de son opposant, elle eut l'air de sourire. L'arme qu'elle tenait n'était pas réellement faite pour transpercer, mais pour trancher. Cette approche n'était qu'une ébauche afin d'analyser le comportement de l'homme. Welka n'était pas du tout entrée dans les choses, dans le combat comme il le fallait et ceci était volontaire de sa part. Tester les réflexes et l'équilibre de ce combattant hors-pair fut plus qu'intéressant. Maintenant, elle allait vraiment danser le Flamenco. Ceci dit, Judikhael allait-il réussir à suivre le rythme effréné de la musique, l'enchainement des pas avec souplesse et vivacité tout ceci dans l'unique beauté des choses?
Néko ne dit rien, pas un mot, s'il n'attaquait pas, elle le ferait dans l'espoir de le faire plier à deux genoux, de le fatiguer plus qu'il ne l'est déjà pour mieux le dépouiller de son unique bien à deux tranchants. Le mettre à nu. Mais ce ne sera pas une mince affaire...gare aux surprises...Judikhael Wienfield ne se laissera pas faire...N'a t-on pas dit que le point faible de l'homme est la femme?

[HRP: Si c'est trop court et manque d'actions, je peux tout à fait l'éditer Twisted Evil ]
avatar
Nékorovy Welka
~ Brigadier d'Elite ~
Assassinat


Camp : Guilde Impériale
Profession : Brigadier d'Élite dans l'assassinat ; Brigade anti-terroriste
Âge réel : 21
Âge d'apparence : 26

Compétences
Mémoire:
750/10000  (750/10000)
Compétence principale: Armes blanches
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Danse des Lames

Message par Judikhael Wienfield le Lun 17 Jan - 12:22

La jeune femme était agile, il le savait, mais même ce mot paraissait bien faible en comparaison des capacités de Welka. Elle était féline, dansant sensuellement à vous enivrer les sens et à vous en faire perdre le sens des priorités. C'était une combattante hors paire, et elle venait en quelques secondes à peine de le lui confirmer. Lui qui s'attendait à un rythme endiablé avec elle ne fut guère déçu. Flamenco semblait-elle avoir choisi. Flamenco ils danseraient donc. Même s'il n'était pas bien sûr de tenir le rythme bien longtemps. Peut-être aurait-il dû lui imposer sa propre danse au final, songea-t-il alors qu'il parait un peu lourdement ses attaques si souples et si déliées.

Judikhael n'avait dû son salut présent qu'à son don d'observation et à ses réflexes. Rien de plus. Et dire qu'ils n'en étaient qu'aux préliminaires ! La danse n'avait même pas encore réellement trouvé son rythme, par tous les diables ! Voilà qui promettait d'être rude. Mais ne pensez pas que le commandor allait se décourager pour autant si facilement. Ce n'était guère son genre.

Ils se jaugeaient alors dans les yeux l'un de l'autre, chacun estimant les forces et faiblesses de l'autre, estimant le savoir faire de l'autre, et les possibilités que chacun avait de gagner le combat. Et alors qu'ils se sondaient ainsi du regard, Judikhael se surprit à penser que s'il ne prenait pas les devants et la laissait mener ainsi la danse, il n'était pas bien sûr de gagner. D'ordinaire, il laissait souvent l'autre mener la danse, jusqu'à trouver la faille, la faiblesse qu'il pouvait utiliser et frapper alors là où ca faisait mal. Etant du genre endurant et se sachant capable de mener un long combat, fatiguer l'autre jusqu'à ce que l'autre baisse sa garde avait souvent été son jeu, son atout. Mais là, sa propre endurance avait été malmenée deux heures durant auparavant, sans pause quasiment. Son corps, encore fort éprouvé des derniers événements, réclamait son dû, son repos. Judikhael songea alors qu'il lui faudrait pour ce combat-ci changer de tactique. Ce qui allait le mettre en "péril" et risquait de lui faire commettre une erreur. Mais...

Mais il n'avait pas le choix. Ce combat ne serait pas aussi long qu'il en avait l'habitude.

Et se disant, il attaqua sans préavis, préférant mettre de suite ses résolutions à exécution. Feinte en coup droit pour mieux frapper en diagonale de haut en bas, de la gauche vers la droite, lames s'entrechoquant l'une contre l'autre, avant qu'il ne repousse au plus vite son adversaire. Tour sur lui-même faisant gracieusement virevolter sa lame dans l'air, pour frapper sur le flanc gauche, pour ensuite remonter sa lame et la faire frapper vers l'épaule droite. Il y allait de toute sa force, forçant son adversaire à encaisser de rudes coups de frappe. Mais il savait intérieurement que s'il ne mettait pas de suite sa force de frappe en service, elle serait bien capable de l'emporter en le prenant de vitesse. D'ailleurs il sentait ses coups un poil trop lent, un poil trop décalé par rapport au rythme qu'elle aurait voulu choisir. Le flamenco n'était pas sa danse préférée décidément.

En d'autres temps, il aurait mieux ajusté sa frappe, aurait paré les coups de sa lame de quelques bons mots, quelques pics acérées qui n'auraient pas manqué de déstabiliser son adversaire. Mais ce rythme par trop soutenu l'obligeait au silence, à conserver son souffle, erratique, pour l'effort qu'il s'infligeait encore. Il sentait déjà ses muscles s'écrier au scandale face à ce mauvais traitement. Sans nul doute allait-il les sentir ensuite des jours durant. Il n'y avait plus qu'à espérer qu'il n'y aurait pas de nouvelles attaques avant quelques temps, sous peine qu'il se retrouve hors service face à une créature... Il sentait son haut lui coller à la peau, le gênant presque dans ses mouvements, la sueur l'imprégnant tant et si bien que le tissu semblait vouloir lui faire une seconde peau, sans en avoir la même souplesse.

De nouveau ils se retrouvaient l'un en face de l'autre, se jaugeant du regard, attendant le dernier signal avant que la danse ne commence vraiment. Quand soudain, Judikhael abaissa sa lame, l'espace de quelques secondes, et enleva d'une main son débardeur, le faisant passer par dessus tête et le jetant au loin d'un geste expert.

- Veuillez m'excuser, mais ce vêtement commence à me gêner, fit-il de sa voix essoufflée, alors qu'il se remettait en garde.

S'apprêtant à réattaquer... mais se faisant prendre de cours par la jeune femme qui l'avait déjà prise d'assaut.

(HJ : je peux éditer si quoique ce soit ne t'allait pas Wink Et je pense que Welka gagnera cet affrontement. de peu peut-être mais qu'elle le gagnera, si ca te convient^^)

_________________


La vérité, comme la lumière, aveugle.
Le mensonge, au contraire, est un beau crépuscule, qui met chaque objet en valeur.

Albert Camus
avatar
Judikhael Wienfield
~ Guildien ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Haut Conseiller
Âge réel : 111 ans
Âge d'apparence : 30 ans

Compétences
Mémoire:
4250/10000  (4250/10000)
Compétence principale: Armes blanches
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Danse des Lames

Message par Nékorovy Welka le Sam 29 Jan - 6:59

Son regard avait changé, il était comme déterminé. Il restait encore à ce Chef de Brigade encore quelques ressources, encore un peu d'endurance et de force. Il avait gravit à ce moment là, quelques marches au nom d'Estime. Oui, il était effectivement vaillant. Judikhael Wienfield avait jouer une nouvelle carte. La dernière? Peut-être. Sa tactique semblait avoir changé, la force de frappe dominait à présent mais... à ce petit jeu de puissance, il venait de bousiller inéluctablement l'adresse, la subtilité et rompit sans préavis le charme félin de la scène. Qu'est-ce qui lui prenait de vouloir furieusement accentuer avec conviction et emportement, les quelques malheureuses notes dans un vacarme étincelant, sous le fer chauffé et dans le même temps, négliger les soupirs. Force, violence et stratégie de frappe ne faisaient pas toujours un excellent combattant. Il fallait au plus vite, mettre fin à cette danse qui se transformait aussi rapidement que l'éclair qui scinde en deux le ciel, cette pièce tragique, portée à son climax. La fatigue avait gagné cet homme et Nékorovy ne pouvait combattre un homme déjà terre. Non, femme digne, elle ne s'abaisserait pas à l'assommer d'avantage de ce manège sauf s'il témoignait encore de volonté.

Il attaqua encore et encore, et elle, elle paradait du mieux qu'elle pouvait, il était fort, puissant malgré tout. Il faisait du mieux qu'il pouvait sous le poids de sa fatigue, oui, il voulait se montrer digne et elle...femme... Nékorovy lui faisait honneur et continuait ce jeu de pas qui révéla maintenant un autre défaut. A force de puissants et redoutables coups, Judikhael laissait involontairement la lenteur le gagner et son enchainement devenait de plus en plus prévisible. L'effet de surprise peu à peu s'envolait, note essentiel capitulait sous la fatigue de son compositeur. Que restait-il? La force et un peu de stratégie. Welka avait longuement écouté sa raison. Il y eut un instant où femme ambidextre, elle aurait empoignée une seconde arme et volontiers, utiliser ses jambes au combat... mais le pauvre, il était si fatigué que cela serait comme déloyal de la part de la jeune femme d'user de ruse et plus de moyens. Si ce vaillant chevalier était en pleine forme, elle aurait sans l'ombre d'un doute, joué plus longtemps avec lui et surtout beaucoup plus sensuellement... Au diable Artèmîa l'espace d'un vrai combat -sensuel-. Cela faisait des lustres qu'elle n'avait pas combattu avec une sensualité et une subtilité accrue. Ces approches excitantes lui manquaient cruellement, jouer avec les sens de son rival, le perturber, s'approcher en douceur, sourire...le persécuter par quelque soufflés dans le cou a lui faire perdre la boussole pour enfin l'achever à sa façon... non rien de coquin... où peut-être que oui? En tout cas... nul parmi les vivants ne savent comment ces petits jeux se terminent réellement. Vous avez une petite idée? Mort disséqué? Ou bien, gémissement de plaisir...? vous aimerez connaître la suite? Si oui...

Judikhael venait tout juste de baisser sa garde, sa lame pour ôter son débardeur trempé de sueur. Si Néko était une femme très attachée à la beauté d'un homme, et si elle n'était pas aussi intransigeante par moment, elle se serait laissée distraire par son charme et le musc que dégageait ce mal... Elle le dévorerait presque du regard et s'appliquerait à le détailler, a laisser son regard chuter dans chaque ligne parfaitement creusée de son corps, chaque muscle saillant. Il lui faisait de l'effet il fallait le reconnaître. Et ce torse mouvant sous chaque inspiration et expiration, et... et ce corps trempé, brillant même en sueur qu'une femme ardente de plaisir voudrait dévorer... Stop! Revenons à ce combat... « S'il était possible qu'Artèmîa ne sois pas aux premières loges... Si prêtresse rime avec tigresse... j'espère qu'il en ai tout autant pour... » puis elle laissa quelques mots s'échapper de ses lèvres « Judikhael...» « J'espère que cette prêtresse ne sera pas veuve avant même de l'avoir épousé...» pensait-elle. Si Welka était possessive, il est certain qu'elle voudrait le voir mort entre ses mains faute d'avoir choisi la mauvaise femme! Mais elle n'était pas ainsi et cela était tant mieux. La beauté ne faisait pas tout et puis... Welka n'était nullement attiré par son Chef. Mais alors par qui? Ou par quoi??

Pas le temps de répondre! Nékorovy fondit sur son opposant et de bas en haut tenta de le fendre puis d'un geste rapide et souple, voulu lui trancher la tête et par la même s'il baissait sa tête il allait recevoir un coup de genou dans la mâchoire suivit un coup de pied visant à le repousser en arrière, le jetant au sol. Ouai c'était décidé, elle allait le briser! Elle avança donc aussi sa carte sur le terrain. Et lui qu'avait-il décidé ? Sans attendre d'avantage, elle se jeta sur lui en manquant de peu la lame adverse pour lui asséner un coup du flan de sa main dans le creux du coup de Judikhael et une fois de plus, s'il n'évitait pas ce coup de pied qu'allait lui flanquer dans le dos Wel, il se retrouverait au sol.
Non, il fallait pas s'arrêter en si bon chemin. Néko remarqua une brève entaille sous le côté gauche de son chemisier, sa peau sans doute était éraflée. « Pas très sage tout cela! » déclara-t-elle dans un murmure tout en le mirant en coin. Elle enleva à son tour son chemisier... -Ha! Je vous ai bien eut!! .- Donc! Nékorovy garda son chemisier bien évidement et s'apprêta à l'attaquer quand elle stoppa net son mouvement le fixa puis sourit. Elle le déshabillait du regard figé dans cette position qu'il avait adopté. Une idée jaillit alors en elle et à cela, elle fit un large sourire sans pour autant découvrir ses dents. Lentement, Néko recula et fit semblant de baisser sa garde puis se retourna et marcha du côté opposé à son adversaire.
« La fatigue est une chose Maître lame... mais où est donc votre raison? Ne serait-ce pas mieux de reporter ce duel à plus tard ? Quand vous aurez recouvert toutes vos facultés physiques comme mentales ? Souhaitez-vous continuer et découvrir ce que vous deviendrez dans l'état où vous êtes où bien... un combat bien plus loyal vous souhaiteriez ? » Elle lui parlait tout en avançant de son côté, de dos, sans même regarder son adversaire, en tout cas sans le regarder directement. Doucement, Néko alla décrocher sa dague et la ranger soigneusement avec les autres là où elles doivent êtres. Non, pourquoi l'utiliser? Pas aujourd'hui, il est fatigué et vaux mieux ne pas abimer un si bel homme en tout cas, pas maintenant.

Soudain, Welka lança son cimeterre en direction de Judikhael comme elle l'avait fait pour sa dague précédemment cherchant cette fois-ci à le blesser. Sans attendre, Néko saisi une arme beaucoup plus fine, plus légère, bien mieux maniable que la précédente et légèrement plus longue. « Olé » fit-elle « Votre épée serait-elle assez longue pour me pénétrer avec grâce ? Oseriez-vous me blesser, homme? Ou la fatigue vous fait-elle voir trouble, savez-vous encore viser? » Néko ne bougeait pas. Elle était tout aussi prête à se battre, a poursuivre et lui?

[HJ : tu aurais pu me le dire en MP... sa gache tout le truc mdr *sort en courant*]
avatar
Nékorovy Welka
~ Brigadier d'Elite ~
Assassinat


Camp : Guilde Impériale
Profession : Brigadier d'Élite dans l'assassinat ; Brigade anti-terroriste
Âge réel : 21
Âge d'apparence : 26

Compétences
Mémoire:
750/10000  (750/10000)
Compétence principale: Armes blanches
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Danse des Lames

Message par Judikhael Wienfield le Sam 5 Fév - 12:49

S'il fut surpris quand elle souffla son nom entre deux coups de lame, il tenta de n'en rien laisser paraître. Si fatigue et lenteur étaient déjà présentes, inutile de rajouter défaut de concentration au tout. Et fort heureusement pour lui, il garda cette concentration, manquant de peu de se faire littéralement trancher la tête. Elle semblait cette fois décidée à sortir le grand jeu. Enfin pas encore le grand jeu à la Welka, dont il avait tant entendu parler (et qu'il avait parfois entrevu lors de certaines séances d'interrogatoire un peu particulières), mais le grand jeu d'un bon escrimeur qui aime se servir de tout son environnement et de toutes ses armes...

Il ne put qu'éviter le coup de lame en reculant le torse et le cou, évitant de justesse le coup de genou qui aurait menacé de lui fracasser la mâchoire s'il avait choisi une esquive basse. Il ne put toutefois éviter le coup de pied qui l'envoya en arrière et au sol sans qu'il puisse ne serait-ce qu'éviter cette chute honteuse. A croire que ces temps-ci il était abonné aux chutes honteuses... Il venait à peine de se relever, plus que rapidement même, malgré le souffle court qui menaçait de lui faire manquer d'oxygène, quand il vit un autre coup arriver, visant le cou cette fois-ci, suivi d'un coup de pied dans le dos. S'il parvint à esquiver le premier, il ne put esquiver le second, qu'il reçut toutefois de côté, ayant tourné d'un quart de tour sur lui-même pour éviter le premier, au lieu de dos, ce qui lui permit d'éviter une autre mise à terre.

Il n'en était pas moins plus qu'essoufflé et éprouvé, pas bien sûr de tenir longtemps à ce rythme. Il s'attendait toutefois à devoir esquiver une autre attaque, féline qu'elle était qui semblait prête de nouveau à lui bondir dessus... quand il la vit s'arrêter dans son mouvement, et l'observer intensément. Pour un peu, il aurait pu croire qu'elle le déshabillait du regard (quand bien même il était déjà bien peu vêtu d'ailleurs). Mais Welka ne pouvait en rien être intéressé par lui, n'est-ce pas ? Bon, c'était une belle femme, il devait en convenir, une femme qui ne le laisserait en aucun cas indifférent, se surprit-il à penser, alors qu'il la voyait maintenant presque reculer.

Un instant... Reculer ? Welka reculer ? Et faire maintenant demi-tour ? Voilà qui était étrange. Alors leur petite rixe était-elle finie dès maintenant ? La tigresse avait-elle fini de s'amuser avec lui ? Capacités mentales ? Comment donc osait-elle lui jeter à la figure ses capacités mentales ? Voilà qui tira Judikhael de sa contemplation, faisant retentir alors une sonnette d'alarme. Et un regain de fierté, toute masculine, de cette fierté qui détestait qu'on se moquât d'elle ainsi.

- Mes facultés mentales se portent à merveilles, merci bien, siffla-t-il entre ses dents, contrôlant au mieux son souffle. Quant à mes facultés physiques, peut-être amoindries, elles n'en sont pas encore au point mort. Pas totalement. Mais peut-être avez-vous peur de vous y frotter encore ?

Moui, provocation inutile et futile si l'on songeait, qu'elle avait raison en partie. Plus qu'en partie, puisque ses facultés mentales n'étaient sans doute pas en si beau fixe qu'il aurait voulu le faire croire à tous et à lui-même. Mais... Ca avait été plus fort que lui. Si encore elle n'avait fait référence qu'à sa fatigue, qu'à son épuisement physique, il aurait sans doute capitulé et lui aurait accordé la victoire, lui accordant d'ailleurs aussi un autre duel plus loyal, comme elle le lui offrait; Mais là... Elle venait de toucher THE point sensible le concernant. Ses facultés mentales ! Il lui en foutrait lui des facultés mentales !

Tout à ses pensées et à sa rage intérieure, il eut tout juste le temps d'esquiver le cimeterre qu'elle venait de lui lancer. Bon,là, la guerre était déclarée semblerait-il. Certes, une guerre fraternelle, comme souvent entre brigadiers qui aiment à se rivaliser, mais une guerre quand même.

- Venez donc voir si je sais encore viser, lui offrit-il en échange alors qu'elle se ruait sur lui avec sa fine lame.

Une lame rapide, très rapide, qui allait lui causer soucis, il le sentait. S'il se savait capable d'endurer coups et force, comme il le faisait si souvent dans les souterrains face aux créatures, il n'était pas bien sûr de pouvoir endurer vitesse et agilité, il devait bien l'avouer...

Mais il tenta toutefois le tout pour le tout. La désarmer il devait essayer. Ou la toucher, pour mieux la déstabiliser. IL entendit alors leur lame pourfendre de nouveau l'air avant de se frotter l'une contre l'autre, leur visage parfois qu'à quelques centimètres l'un de l'autre, leur souffle se mêlant presque par moment, pour mieux revirevolter l'un autour de l'autre avant de croiser de nouveau le fer. Combien de temps dura cet échange de passes ? Il ne sut guère. Toujours est-il qu'il vit le moment fatidique arriver. Qu'il ne put éviter...


_________________


La vérité, comme la lumière, aveugle.
Le mensonge, au contraire, est un beau crépuscule, qui met chaque objet en valeur.

Albert Camus
avatar
Judikhael Wienfield
~ Guildien ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Haut Conseiller
Âge réel : 111 ans
Âge d'apparence : 30 ans

Compétences
Mémoire:
4250/10000  (4250/10000)
Compétence principale: Armes blanches
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Danse des Lames

Message par Nékorovy Welka le Mar 8 Fév - 19:52

Judikhael avait eu l'air surprit de voir Welka s'arrêter en si bon chemin, l'effet était réussit. Elle l'avait provoqué, il avait répondu. C'était bien là l'homme, le sexe masculin.
"Mes facultés mentales se portent à merveilles, merci bien. Quant à mes facultés physiques, peut-être amoindries, elles n'en sont pas encore au point mort. Pas totalement. Mais peut-être avez-vous peur de vous y frotter encore ?"

Welka? Peur de se frotter à quelqu'un? Elle aurait put rigoler au nez de cet homme et lui dire que rien ne lui faisait peur, pas même lui! Et que s'il fallait l'éplucher vivant comme on pèle une tomate chaude, elle l'aurait fait, Néko aurait accompli son devoir. Propre, lent et bien fait, dans l'art de la torture mentale comme physique. A chaque fois qu'elle pensait à cela, l'odeur du sang lui montait au nez et la sensation de plonger ses mains dans le sang chaud la faisait frémir.
Mais, ici, la fierté de ce mal l'aveuglait. Il venait de bannir sa raison au profit de son orgueil. De plus, la rage qui sans doute l'animait, n'allait que l'anéantir s'il ne réfléchissait pas, s'il ne portait pas ses coups avec une certaine stratégie. Nékorovy, elle, n'avait pas ce problème bien qu'éraflée, ceci n'allait pas l'empêcher d'en finir avec lui.
Wel lui avait porté quelques coups cela l'amusait un peu plus, d'ailleurs, il avait même éviter son cimeterre; à Judikhael, il lui restait encore quelques réflexes. Peut-être que cela allait le sauver de sa ''fin'' prochaine. Une fois de plus son orgueil avait parlé.

"Venez donc voir si je sais encore viser".
Oh ça oui, Néko allait voir cela d'elle même. Elle n'eut pas à répondre et fondit sur sa proie, toute force déployée mais par dessus cela, la vitesse et l'agilité primaient. Tirer profit de la situation et de l'état de fatigue de ce dernier lui semblait correcte, peut-être un peu déloyale mais il l'avait bien cherché. Néko lui avait donné une seconde chance il ne l'a pas saisit et ce n'était plus du ressort de la belle. Coup après coup, enchainement après enchainement, la danse reprenait du poil de la bête jusqu'à ce que la jeune femme décide que Wienfield devait manger de la poussière désormais.

C'est avec une rapidité et une dextérité de maître qu'elle passa sa lame au niveau du cou de ce dernier, se déplaça sur sa droite en esquivant les potentielles volées, puis lui asséna un coup du manche de son épée près de la nuque; absolument rien qui pouvait l'assommer avant de lui faire plier genou d'un coup de pied au niveau du muscle gracile pour se placer finalement derrière lui. Elle lui attrapa les cheveux en positionnant son épée sous le coup de ce dernier.
« Où est votre raison, quel massacre! » Soudain, elle ôta son épée et le poussa violemment d'un coup de pied. Décidément il lui restait encore un peu de force. Il lui attrapa le pied, ce qui la fit chuter et lâcher son épée. Néko tenta de s'en dégager mais il était à présent sur elle, la bloquant de tout son poids. Cet homme n'allait pas s'en sortir comme ça! Un idée surgit alors et Néko l'embrassa, un baiser langoureux... il suffit d'un baiser pour le déstabiliser et l'envoyer valser à coté. Maintenant debout, ils se faisaient face et le combat sembla reprendre une fois après avoir récupéré son arme. Judikhael la repoussait sans cesse et après avoir été repoussée une seconde fois, elle lui lança ses dagues au niveau de la taille. La ceinture se rompit et presqu'au même instant, elle attaqua à nouveau lâchant son épée et plongeant sur son adversaire au niveau de la taille. Elle allait se blesser qui sait! Mais, Néko avait misée sur la rapidité et l'agilité, ainsi, elle put saisir les deux pattes du pantalon et tira d'un coup sec en se relevant tout en reculant en se tenant d'une main le côté, essoufflée. Elle senti comme une vive brulure au niveau de son rein, comme un entaille assez profonde. Quelque chose qui selon elle, ne nécessitait point une visite médicale.

« Du noir...Et dire qu'Artémia verra bien plus que ce que moi je vois. » Nekorovy Welka rigola un bref instant en le fixant du regard, un regard presque provocateur, machiavélique et peut-être même meurtrier, impossible de dire ce à quoi elle pensait à ce moment là. Une chose est sur, Wel ne se permettrait pas de se jeter sur lui! Non... Judikhael est bien un bel homme, mais sans plus. Elle a mieux a faire.
Pantalon en main, elle s'approcha de lui et ramassa son épée ainsi que ce fameux débardeur.
« Échec et Mat, je les emporte avec moi. N'oubliez-pas que je peux m'en servir contre vous, soyez sage et Artèmîa n'en saura rien de notre soit-disant aventure. Ne bougez pas, sinon je risque d'emporter aussi votre caleçon. » Doucement elle récupéra ses dagues et les rangea là, sous son chemisier dans des étuis cousu dans bretelle de son soutient-gorge, bien camouflé au niveau de ses aisselles.
« A bientôt...Et soyez sage » lança-elle dans un sourire, emportant les vêtements du brigadier, puis disparut derrière les portes qui se refermèrent automatiquement.

[HRP: Je peux modifier si cela ne te convient pas]
avatar
Nékorovy Welka
~ Brigadier d'Elite ~
Assassinat


Camp : Guilde Impériale
Profession : Brigadier d'Élite dans l'assassinat ; Brigade anti-terroriste
Âge réel : 21
Âge d'apparence : 26

Compétences
Mémoire:
750/10000  (750/10000)
Compétence principale: Armes blanches
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Danse des Lames

Message par Silvio Anthelmios le Mar 8 Fév - 22:48

L'histoire était tout à fait banale: Silvio Anthelmios, brigadier, second de Judikhael Wienfield, jeune homme ambitieux et investit dans son travail, avait suivi son très clair emploi du temps qui disait "à cette heure-ci, mon beau, tu iras entretenir ta musculature de rêve et ton niveau en armes blanches". Ce n'était pas dit comme cela... Mais il était vrai que Silvio n'était pas le plus à plaindre d'un point de vue musculature et compétences. Dans son domaine, il se débrouillait mieux que beaucoup d'autres brigadiers, et en était intimement très fier, même s'il savait qu'il trouverait toujours meilleur bretteur que lui. Une des personnes qui le lui rappelait était son cher et admiré patron... Même si ces derniers temps, Silvio devait se faire à l'idée que Saint Wienfield ne l'était pas tout à fait. Il l'avait sans doute été, avant que les rebelles lui apprennent à se droguer aux médicaments. Foutus médicaments...

Mais passons ! Aujourd'hui, Silvio ne pensait pas aux médicaments du patron ! Aujourd'hui, ce n'était pas un si mauvais jour. Pas d'incident majeur, pas d'incident mineur, pas d'atteinte à sa personne. En théorie, Silvio pouvait être de bonne humeur... Mais ça n'aurait pas été drôle. Et surtout, ce n'était pas le genre de la maison. Non, Silvio avait décidé d'être de mauvaise humeur. Sans doute un mauvais réveil, ou que sais-je encore... Ou peut-être était-ce parce que quelqu'un avait osé lui parler pendant le petit-déjeûner. Silvio, il aime pas qu'on lui parle quand il mange. Manger est déjà assez pénible, n'en rajoutons pas.
La journée était passée, en tout cas, jusqu'à cette heure-ci, l'heure fatale... Pour le malheureux qui avait osé dire "eh, Anthelmios, on s'entraine ensemble ?". Sans doute un petit nouveau qui ignorait que Silvio aimait bien se défouler durant les heures d'entrainement... Le pauvre petit était reparti épuisé, avec la promesse de nombreuses courbatures... Silvio, lui était humain. Il n'était donc pas ressorti de ce combat frais et pimpant, entouré d'une douce odeur de lavande. C'était un homme, un vrai, un qui, après l'effort, sentait bon la sueur animale !
Enfin... Il doutait tout de même que l'odeur soit appréciée par les congénères brigadiers. Aussi avait-il été obligé, et c'est fâcheux, malheureux, de prendre une douche...

L'eau dégoulinait encore le long de sa cuisse, et tombait encore de ses blonds cheveux, lorsqu'il sortit de la douche, une serviette autour de la taille. Les cheveux sécheraient dans la soirée, mais il prit tout de même le soin d'y passer un coup de serviette. Un autre coup, rapide, sur tout son corps, pour retirer les gouttelettes restantes... Il ne restait qu'à se rhabiller, et il pourrait finir sa soirée tranquillement. C'était étrange, mais voir perdre son camarade l'avait mis de bonne humeur. Le plaisir d'humilier, peut-être ? Eh mais... Où était sa chemise ? Ah mais attendez, il ne pouvait pas mettre sa veste sans sa chemise ! Il l'aurait oublié dans la salle d'entrainement ? Non...? Il fallait croire que si. Damnés, comment avait-il traversé le couloir, alors ? Ah... Il avait emprunté la chemise de son adversaire. Ce dernier avait dû la reprendre pendant qu'il était sous la douche... Mais comment l'adversaire avait-il traversé le couloir ? Il avait dû mettre autre chose sur ses épaules... Pfff... Ils n'étaient pas dégourdis, tout de même...
Silvio avait passé sa veste sur ses épaules, rapidement fermée. Il avait traversé le couloir en vitesse, pour revenir dans la salle d'entrainement et y trouver...

"- Euh... Patron...? Vous allez bien...?"

Silvio observa son patron, longuement. En caleçon... Mon brigadier n'aurait JAMAIS imaginé retrouver son patron dans une situation pareille. Bon, en même temps, il l'avait déjà vu presque nu, donc pas de surprise... Mais là, tout de même, dans un lieu public ! Qu'est-ce qui lui prenait...?
Sous la surprise, les yeux de Silvio semblaient s'être arrondis. Il avait oublié que lui-même arborait un suçon à la base de son cou... Habituellement, sa chemise le cachait, il n'avait pas à y faire attention... Il l'oubliait...

_________________
Spoiler:

avatar
Silvio Anthelmios
~ Commandor ~
Section Anti-Terroriste


Camp : Guilde Impériale
Profession : Second de Judikhael Wienfield
Âge réel : 30années
Âge d'apparence : vingt

Compétences
Mémoire:
1500/10000  (1500/10000)
Compétence principale: Armes blanches
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Danse des Lames

Message par Judikhael Wienfield le Lun 14 Fév - 12:29

Il n'aurait peut-être pas dû la provoquer ainsi, pensa-t-il alors qu'il tentait de parer les coups qu'elle lui réservait. Pensée qui se confirma au bout de quelques passes, quand il se retrouva à genou, une main lui arrachant presque le cuir chevelu, tandis qu'une lame froide et bien trop coupante à son goût frottait presque contre sa jugulaire. Non, vraiment, cette femme était redoutable. Mais elle eut le tord de le lâcher. Ne jamais lâcher votre proie quand vous la tenez. Voilà bien une des premières leçons qu'on leur apprenait lors de leur apprentissage en traquage. Traqueur, il était, traqueur il resterait. Comme si toute sa vie durant, il avait été traqueur, même du temps d'avant Nosco...

Et c'est ainsi que d'une passe don il ne se serait plus cru capable dans son état de fatigue avancé, il se retrouva de tout son long sur la jeune femme. S'il s'était toutefois attendu à quasiment toutes les réactions, celle qu'elle lui offrit le prit par surprise, traitresse qu'elle était. Judikhael se surprit m^me à penser que ce baiser était onctueux, tandis qu'il sentait sa virilité se réveiller quelque peu. Un point au loin dans sa conscience lui criait pourtant de se méfier. Que ce baiser n'était encore que ruse de femme envers un homme. Que, homme qu'il était, il se faisait avoir si bêtement, si facilement... Mais il était homme, effectivement, et il se laissa prendre au baiser. Pour mieux se faire envoyer valser sur le côté ensuite. Il le savait pourtant, il le savait ! Elle l'avait bien eu !

Et si le combat reprit, Judikhael sut à cet instant qu'il allait perdre. Oui, il allait perdre, il le sentait, lui qui détestait pourtant perdre ainsi. Battu. Vaincu. Par une femme. Redoutable femme alors, pensa-t-il alors qu'elle s'attaquait... à son pantalon ! Par toutes les créatures maudites, son pantalon ! Et il eut beau frapper de sa lame, il ne parvint pas à sauver... son pantalon. Qu'elle venait outrageusement de lui enlever sans même l'once d'un regret. Sous le coup du choc de cette révélation, lui qui se retrouvait alors en simple caleçon noir, il ne put que la regarder s'approcher de lui, le narguant de toute sa superbe.

S'en servir contre lui ? Soi-disant aventure ? Mais... Mais... Il n'y avait eu aucune aventure ! Pour une fois, qu'il n'était pas coupable, lui souffla une petite voix. Il n'eut toutefois pas le temps de protester outre mesure que déjà elle sortait, emportant avec elle son petit butin.

- Mais, fut le seul mot qui sortit de sa bouche, alors que déjà la porte se fermait sur elle.

Il en était toujours là, à se demander ce que toutes ces femmes pouvaient bien avoir contre lui pour aimer à ce point le déshabiller, le mettant alors dans des situations fort compromettantes, quand la porte, maudite soit-elle, s'ouvrit de nouveau. Sur son second. Maudit soit-il lui aussi alors.

"- Euh... Patron...? Vous allez bien...?"

- Oui, je vais très bien. Miss Welka vient de me...

Hum... battre ? Etait-il bien utile de crier sur tous les toits qu'il venait de se faire battre à plates coutures par une belle jeune femme du doux nom de Welka.

- me voler tous mes vêtements. Nous venions de terminer un duel, se crut-il obliger de répondre.

Mais il s'enfonçait là, non ? La situation était bien trop... ambiguë pour être honnête. Qu'il maudissait les femmes alors ! Et les caméras qui le narguaient encore. Mais non, cette fois-ci il ne demanderait pas à se qu'on l'efface. A quoi bon ? Au point où il en était. Et puis bon, ce n'était pas comme s'il s'était passé des choses si compromettantes, n'est-ce pas ? Il s'était fait battre (qu'il détestait ce mot) par une femme qui s'était amusé lors du duel à le déshabiller. Fin de l'histoire. Et non, ne riez pas, maudits brigadiers !

- Et non ce n'est pas ce que vous croyez, rajouta-t-il vivement d'un ton bourru.

De plus en plus de méchante humeur. Bon, d'accord, il y avait eu un baiser. mais ce n'était qu'un baiser de diversion ! Et les caméras n'auraient sans doute pas pu enregistrer sa malvenue réaction physique n'est-ce pas ?

- Au lieu de vous moquer, allez donc me chercher quelques vêtements de rechange dans mon casier. Histoire de me permettre de traverser dignement le couloir pour rejoindre les douches, ordonna-t-il d'un ton un peu plus sec qu'il ne l'aurait voulu.

Mais sa méchante humeur n'était pas prête de s'envoler. Et voilà. Lui qui avait été content de son entrainement se retrouvait fourbu, las, quelques petites égratignures se rajoutant à son palmarès, et d'humeur noire. Voilà encore une belle journée qui s'annonçait. Et comme pour appuyer ses pensées, il fusilla la caméra du regard, comme intimant silencieusement à ceux qui le regardaient peut-être, ou à ceux qui le regarderaient peut-être plus tard, de n'en rien dire. Sous peine de se voir subir d'atroces souffrances...

(HJ : à voir si Silvio veut répondre une dernière fois, sinon topic terminé Wink )

_________________


La vérité, comme la lumière, aveugle.
Le mensonge, au contraire, est un beau crépuscule, qui met chaque objet en valeur.

Albert Camus
avatar
Judikhael Wienfield
~ Guildien ~


Camp : Guilde Impériale
Profession : Haut Conseiller
Âge réel : 111 ans
Âge d'apparence : 30 ans

Compétences
Mémoire:
4250/10000  (4250/10000)
Compétence principale: Armes blanches
Niveau de Compétence: Maître

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Danse des Lames

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum